Cinémathèque française, Paris, France

La Cinémathèque française est une organisation cinématographique française qui détient l’une des plus importantes archives de documents cinématographiques et d’objets liés au cinéma dans le monde. Basées à Paris, les archives proposent des projections quotidiennes de films du monde entier.

Histoire
L’origine de la cinémathèque remonte à 1935, lorsque Henri Langlois et Georges Franju, qui depuis des années récupéraient et conservaient de vieux exemplaires de films, créèrent un club de cinéma appelé le Cercle du Cinéma “pour montrer et faire connaître les œuvres du passé”. .
L’année suivante, le 2 septembre 1936, avec le soutien moral et financier de Paul-Auguste Harlé, est née la Cinémathèque française, dont la mission était, sous la direction d’Henri Langlois, de conserver les films, de les restaurer, de montrer et donner aux nouvelles générations une éducation cinématographique. En plus des films, la cinémathèque a commencé à rassembler tout ce qui concerne le cinéma: caméras, affiches, publications, costumes et même des plateaux de cinéma.

Le 26 octobre 1948, une salle de projection de 60 places et le premier musée du film Henri Langlois ont été inaugurés sur trois étages, 7 avenue de Messine, dans le 8ème arrondissement de Paris. C’est là que se rencontrent François Truffaut, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, Éric Rohmer et Suzanne Schiffman.

Le 1 er décembre 1955, la Cinémathèque déménage et s’installe dans une nouvelle salle (260 places) au 29 rue d’Ulm, dans le 5 ème arrondissement: la salle Jules Ferry associe les cinéphiles parisiens découvrant, bien avant l’ère cinématographique à la demande, patrimoine mondial du cinéma grâce à Henri Langlois qui projette sa collection en fonction de ses humeurs, des films comme la série B américaine qui n’y est pas passée sont projetés dans le Nickel Odeon de Bertrand Tavernier. Le 5 juin 1963, la Cinémathèque s’installe dans le hall du Palais de Chaillot grâce aux crédits alloués par le ministre de la Culture, André Malraux, et devient liée aux pouvoirs publics.

Sous la pression du ministère des Finances, André Malraux, en février 1968, demande des changements dans la gestion de la Cinémathèque française et rend Henri Langlois. Un comité de défense est constitué; Cinéastes français (dont Abel Gance, François Truffaut, Alain Resnais, Georges Franju, Jean-Luc Godard, Chris Marker, Jacques Rivette, Alexandre Astruc, Claude Chabrol, Pierre Kast, Claude Berri, Jacques Doniol-Valcroze, Jean Eustache, André Cayatte, Éric Rohmer, Jean Rouch, Joris Ivens, Robert Bresson, les acteurs Jean-Pierre Léaud, Claude Jade, Françoise Rosay et Jean Marais) se mobilisent. Des cinéastes étrangers tels que Charlie Chaplin et Stanley Kubrick apportent leur soutien. Des manifestations de protestation sont organisées et Henri Langlois est réintégré à la tête de la Cinémathèque le 22 avril.

Le 14 juin 1972, inauguration du premier grand musée du cinéma, place du Trocadéro. Le 2 avril 1974, Henri Langlois reçoit un Oscar d’honneur, puis un César. Il est décédé le 13 janvier 1977.

En 1980, une salle de projection de la Cinémathèque française est inaugurée au Centre Pompidou. Costa-Gavras est nommé président de la Cinémathèque en 1981. De 1984 à 1996, Jack Lang, ministre de la Culture, a initié le projet, repris par ses successeurs, pour installer une grande institution cinématographique au Palais de Tokyo, près du Trocadéro. La cinémathèque est une époque transférée au Palais de Tokyo. Le Femis est installé en 1988. Jean Saint-Geours devient président de la cinémathèque en 1991. De grandes rétrospectives sont organisées, permettant aux cinéphiles de profiter pleinement du travail d’un cinéaste: Ingmar Bergman, Ernst Lubitsch, Fritz Lang, Robert Bresson. En outre, il existe des programmes thématiques tels que le western.

Le 24 juillet 1997, un incendie a mis le feu au toit du Palais de Chaillot. Les œuvres du musée du cinéma, évacuées en une nuit, sont intactes mais la cinémathèque française doit quitter Chaillot. La salle de projection est fermée depuis plus d’un an. Le 7 novembre de la même année, la salle des grands boulevards est inaugurée. Dans cette dernière salle, la Cinémathèque explore de nouveaux “territoires” cinématographiques, avec des films “en marge”, comme la série B.

Le 30 juin 1998, après avoir décidé d’abandonner le réaménagement du Palais de Tokyo, Catherine Trautmann, ministre de la Culture, annonce sa décision d’installer la “Maison du cinéma” dans l’ancien Centre américain construit en 1994 par Frank Gehry, 51 rue de Bercy, dans le 12 ème arrondissement. En juin 2000, Jean-Charles Tacchella est élu président de la Cinémathèque. Le 29 octobre 2002, Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture, annonce que la Cinémathèque française et la Bibliotheque du film seront les deux institutions qui cohabiteront, puis fusionneront, dans le bâtiment du 51 rue de Bercy sous le nom ” Cinémathèque française “. En 2003, Serge Toubiana présente son rapport All the Memory of the World et devient directeur général de la Cinémathèque en avril.

De septembre 2003 à juin 2007, le producteur et réalisateur Claude Berri a été président de la Cinémathèque, succédant à Jean-Charles Tacchella. Le critique de cinéma Serge Toubiana est devenu directeur général de la cinémathèque en mai 2003, poste qu’il a occupé jusqu’en décembre 2015. Le 28 février 2005, les salles du Palais de Chaillot et des Grands Boulevards ont été fermées. et le nouveau site de la Cinémathèque française, au 51 rue de Bercy, ouvert au public le 28 septembre.

Depuis le 1 er janvier 2007, la cinémathèque française a fusionné avec BiFi. Depuis juin 2007, Claude Berri étant malade, elle est présidée par Costa-Gavras. En janvier 2016, le critique Frédéric Bonnaud a succédé à Serge Toubiana au poste de directeur général.

Emplacement
Après de nombreux incidents – notamment de multiples déménagements d’une petite salle de projection à travers les années 1950 et un incendie dans ses derniers locaux – la Cinémathèque française s’est installée au 51, rue de Bercy dans le 12ème arrondissement de Paris et a rouvert ses portes dans un bâtiment postmoderne conçu par Frank Gehry, un architecte américain. Un restaurant au niveau inférieur est ouvert au public.

La Bibliothèque du Film, créée en 1992 pour montrer l’histoire du cinéma, sa production, son impact et sa force artistique, a récemment fusionné avec la Cinémathèque française.

La Cinémathèque Française exploite dans le nouveau bâtiment le Musée de la Cinémathèque, anciennement connu sous le nom de Musée du Cinéma – Henri Langlois.

Président Directeur et Secrétaire
Président: Costa-Gavras, directeur de Z nommé aux Oscars, “State of Siege”, réalisateur de Music Box récompensé par l’Ours d’or de Berlin et réalisateur de Missing à Cannes Golden Palm.
Réalisateur: Serge Toubiana, ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma
Secrétaire général: Jean-Michel Arnold, successeur spirituel d’Henri Langlois et régulièrement réélu Secrétaire général depuis 1981
Présidents d’honneur:
Claude Berri
Jean-Charles Tacchella
Jean Rouch

Cinémathèque musuem
Espace dédié aux plus belles pièces des collections de la Cinémathèque française, le Musée propose de découvrir un patrimoine unique au monde couvrant la préhistoire du cinéma à nos jours. Costumes mythiques et accessoires, modèles luxueux de lanternes magiques, boîtes à images et vues optiques du XVIIIe siècle, caméras et projecteurs, maquettes ou décors, affiches, photographies, manuscrits et autres archives forment un ensemble exceptionnel, probablement le plus ancien du monde. par des pionniers de la collection de films et constamment enrichis.

La prestigieuse collection de dispositifs ouvre le cours avec des pièces non trouvées illustrant la naissance du cinématographe. Disques pour Vitaphone, chambre noire “Royal Delineator” George III armes, automates, Rotoreliefs Marcel Duchamp, documents de tournage et de promotion ou portraits de famille aux côtés de maquettes de Méliès ou Pathé, robes de stars d’Hollywood, dessins d’Eisenstein ou décorateurs expressionnistes des objets tels que le robot Metropolis, la tête momifiée de Psychose ou l’étoile de mer Man Ray:

Dans cet ensemble, digne d’un cabinet de curiosités, le visiteur peut expérimenter les dispositifs du pré-cinéma ou commencer les rouages ​​du décor des Temps modernes.

Les quelque 600 objets exposés au Musée représentent un échantillon infime des collections de la Cinémathèque qui ne cessent de s’enrichir. Régulièrement, des rotations de travaux sont effectuées et de nouvelles pièces présentées aux visiteurs.

Collection
Depuis sa création en 1936 par Henri Langlois, la Cinémathèque française a accordé autant d’importance aux films qu’à tout ce qui les concerne (archives, livres, appareils, costumes, maquettes, etc.). Grâce à cet esprit visionnaire, l’institution a, au fil des années, rassemblé une impressionnante collection de films, d’archives et d’appareils. Par son originalité, sa singularité et son ampleur, cette collection constitue une ressource inépuisable pour l’étude de l’art et de l’industrie cinématographique. Presque tous les pays sont représentés, de l’art silencieux français, italien et soviétique aux classiques hollywoodiens. à travers le cinéma expérimental et le cinéma contemporain. C’est une collection unique, fragile, avec des supports extrêmement variés et une conservation délicate, enrichie régulièrement de pièces exceptionnelles.

40 000 films anciens et modernes
23 000 affiches
14 500 dessins
870 matériels publicitaires
500 000 photographies
21 000 livres
490 revues spécialisées
30 000 fichiers d’archive
6 000 appareils
25 000 assiettes de lanternes magiques
2 100 costumes
2 300 objets et éléments de décor

Dans la cinémathèque et sa bibliothèque d’icônes:

23 500 œuvres;
500 revues spécialisées;
30 000 fichiers d’archives;
6 000 brevets;
12 000 films sur DVD, Blu-Ray ou VHS;
500 000 photographies;
65 000 photographies numérisées;
23 000 affiches numérisées;
14 500 dessins numérisés;
870 dossiers de matériel publicitaire, numérisés;
25 000 revues de presse numérisées;
600 pièces de ces collections sont présentées au Musée du Cinéma.

Hommages
Pour célébrer le centenaire du Metropolitan Museum of Art, le Musée et le City Centre of Music and Drama de New York ont ​​co-sponsorisé “Cinémathèque du Metropolitan Museum”. L’exposition a montré soixante-dix films datant des soixante-quinze premières années du média. sur trente-cinq soirées consécutives du 29 juillet au 3 septembre 1970. Les films ont été sélectionnés par Henri Langlois pour leur importance et leur contribution à l’histoire du cinéma, y ​​compris des films officiels et des avant-gardes d’avant-garde. Le programme était l’exposition de films la plus diversifiée tenue aux États-Unis à ce jour, et a été la première grande entreprise de film dans le musée.

La clôture de la Cinémathèque est notée dans les Biches Volées de Truffaut. La Cinémathèque apparaît également dans le roman de Paul Auster, Le livre des illusions et la chanson Harvey Private “Private Helicopter”.

La Cinématèque et les événements entourant le limogeage d’Henri Langlois en 1968 sont particulièrement présents dans le roman de Gilbert Adair, The Holy Innocents, également connu sous le nom de The Dreamers et dans son adaptation cinématographique de Bernardo Bertolucci.

Des expositions
La Cinémathèque est également connue pour accueillir des expositions sur des cinéastes célèbres, en organisant des projections et des conférences et en exposant les éléments importants de la carrière du cinéaste. Les films sont également à l’honneur.

2005/2006: Renoir (sur Auguste Renoir et son fils Jean)
2006: Almodóvar
2006/2014: Métropole de Fritz Lang
2007/2008: Sacha Guitry: la vie d’un artiste
2008: Georges Méliès, magicien du cinéma
2008/2009: Dennis Hopper et le nouveau Hollywood
2009: Jacques Tati: deux temps, trois mouvements.
2010: Shoots: Paris, Berlin, Hollywood – 1910-1939: les photographes du plateau.
2011: Stanley Kubrick
2012: Tim Burton
2012/2013: Les enfants du paradis de Marcel Carné
2013: Le monde enchanté de Jacques Demy
2013/2014: Pasolini Roma
2014: Le musée imaginaire d’Henri Langlois
2014/2015: François Truffaut
2015: Michelangelo Antonioni
2015/2016: Martin Scorsese
2016: Gus Van Sant
2016/2017: De Georges Méliès à la 3D: la machine de cinéma
2017: Enfants et Cie
2017: René Goscinny et le cinéma
2017/2018: Chris Marker
2018: Sergio Léone
2018/2019: Fellini / Picasso

Tags: