Église Santa Maria in Solario, musée Santa Giulia

La chapelle romane de Santa Maria in Solario a été construite vers le milieu du XIIe siècle; il est de plan carré et la partie supérieure octogonale a une loggia fermée avec des colonnes et des chapiteaux médiévaux réutilisés. La façade de l’église médiévale de Santa Maria in Solario donne sur la Via Musei. De style roman, elle a été construite au milieu du XIIe siècle comme chapelle des religieuses.

La salle inférieure est de plan carré, avec des murs en pierre de taille massifs en calcaire local qui incorporent des fragments d’inscriptions romaines. La chambre supérieure voûtée octogonale est ceinturée par une galerie décorative de petites colonnes et chapiteaux du début du Moyen Âge (VIIIe-IXe siècle après JC). Un escalier d’ambiance construit à l’intérieur du mur relie les deux étages de l’église. Le pilier central de la chambre basse de Santa Maria in Solario repose sur un autel romain, réutilisé au XIIe siècle. Les religieuses ont gardé le trésor du monastère dans cette pièce.

Au rez-de-chaussée, un grand autel romain est réutilisé comme pilier central et des objets précieux dédiés au culte des reliques sacrées, le trésor du monastère, peuvent être vus: la Lipsanoteca, une boîte en ivoire sculpté (IVe siècle après JC) et un croix reliquaire d’or, de perles et de pierres semi-précieuses (Xe siècle après JC).

L’étage supérieur, qui a une atmosphère plus intime, a été utilisé pour les cérémonies les plus importantes du culte monastique. Sous la voûte étoilée, peinte à fresques – comme les murs – par Floriano Ferramola entre 1513 et 1524, les visiteurs peuvent admirer la croix du roi Desiderius, un rare exemple de ferronnerie du début de l’ère carolingienne (9e siècle après JC), décorée au total de 212 pierres précieuses, camées et ornements en pâte de verre, certains datant des périodes romaine et lombarde. La chambre haute de Santa Maria in Solario, une chapelle réservée aux religieuses, a été décorée de fresques par les artistes bresciens Floriano Ferramola et son atelier au début du XVIe siècle.

La croix de Desiderius, recto (début du IXe siècle après JC)
Ce chef-d’œuvre du travail de l’or carolingien du début du IXe siècle, connu sous le nom de croix de Desiderius, est particulièrement grand et richement décoré. Sur la croix se trouvent 212 joyaux datant de la période romaine au XVIe siècle, dont un médaillon représentant une matrone romaine et ses enfants. Le “Portrait d’homme au casque” datant de la seconde moitié du 1er siècle avant JC est l’un des camées en onyx qui ornent la croix.

La croix de Desiderius est une croix processionnelle qui était autrefois portée sur un grand bâton à la main ou sur des voitures. Compte tenu de son utilisation, il a été construit en bois et recouvert de plaques de métal doré. La tradition raconte que c’était un cadeau à San Salvatore et au monastère de Santa Giulia du roi Longobard Desiderius, qui l’a fondé entre 753 et 760 avec son épouse Ansa.

Parmi les exemples de gemmes crux qui ont survécu jusqu’à nos jours, c’est le plus grand et il est recouvert de 211 pierres précieuses posées sur les quatre bras. Comme cas unique pour ce type de décoration, les orfèvres ont réutilisé ici de nombreuses pierres précieuses anciennes – environ 50 – dont beaucoup provenaient d’autres pièces décoratives.

Là où les bras se croisent, il y a deux grands médaillons: le devant montre la figure en relief du Christ intronisé, peut-être une œuvre du 9ème-10ème siècle, entourée de quatre miniatures (10ème-16ème siècles après JC). Au revers, la figure du Christ crucifié a été ajoutée au XVIe siècle. Les pierres des époques impériale et tardive se trouvent surtout au revers de la croix et leur grand nombre témoigne de la disponibilité remarquable de matériaux de haute qualité provenant peut-être d’anciens trésors impériaux.

Les pierres racontent des histoires mythiques et fantastiques telles que: un camée sardonyx avec les Muses et un avec Pegasus (le cheval ailé) et Bellerophon; une calcédoine en deux couches avec la lutte entre Hercule et Omphale, la reine de Lydia; un camée représentant une victoire couronnée d’une couronne de laurier, semblable à la victoire ailée exposée dans ce musée; un camée avec un faucon, qui à l’époque médiévale était probablement interprété comme le symbole du Christ, et un onyx représentant une princesse de la dynastie Julio-Claudienne. Sur le devant, où dominent les pierres précieuses médiévales, se détache le célèbre médaillon vitreux aux portraits de feuilles d’or, de la moitié du IIIe siècle après JC. Sur le médaillon, il y a une famille: une mère avec ses deux fils et une ligne en caractères grecs faisant probablement référence au chef de famille, Vunnerio Cerami.

Les pièces appartenant au Haut Moyen Âge sont très importantes en raison de leur nombre et probablement de leur origine, contemporaines à la création de la croix elle-même. Parmi eux, deux sont particulièrement pertinents: les pseudo-camées à double couche de la moitié du VIIIe siècle au IXe siècle après JC, et dix-huit pierres précieuses vitreuses à décor de timbres, provenant toutes de la même boutique d’artisanat. Les images sont des portraits faisant écho au style classique dans des tons bleus et verts, ce dernier rappelant la couleur générale des décorations croisées. Il est cependant inhabituel qu’il n’y ait pas d’images sacrées. D’autres raretés insérées dans la croix de Desiderius sont un portrait de Frédéric II de Souabe (13ème siècle après JC) et deux pierres précieuses uniques sculptées par des artisans nord-européens, dont seulement sept pièces se trouvent en Italie. Parmi eux, six se trouvent à Brescia:

Ce chef-d’œuvre d’orfèvres du haut moyen-âge, datant de la seconde moitié du IXe siècle, est toujours en parfait état mais au fil du temps il a été restauré plusieurs fois, probablement parce qu’il était souvent utilisé lors des processions. Beaucoup de ces interventions sont documentées, comme en 1812 où dix-sept nouvelles pierres ont remplacé certaines pierres précieuses «païennes» enlevées par des religieuses, car elles étaient considérées comme offensantes pour les chrétiens.

La croix est située à l’étage supérieur de l’Oratoire Santa Maria in Solario, un bâtiment de style roman dédié aux fonctions religieuses des religieuses, où dans les temps anciens a probablement été conservé le trésor du monastère. De là, l’abbesse du Vendredi Saint a pris la croix dans le Chœur des Sœurs, puis sur le maître-autel de l’église San Salvatore pour être adoré.

La croix était encore exposée à Santa Maria in Solario à la fin du XVIIIe siècle «sur un autel au milieu de torches allumées», mais en 1798, le gouvernement de la République cisalpine a supprimé l’ordre religieux et le trésor du monastère a donc été dispersé. Certaines des pièces les plus précieuses (la croix, le livre de l’Évangile pourpre connu sous le nom d’Evangelario Purpureo et le cercueil de Brescia ou Lipsanotheca) ont été transférées à la bibliothèque Queriniana, où la croix a été conservée jusqu’en 1882, date à laquelle elle a été transférée au musée de la Christian Era à Santa Giulia et encore à la Tosio Martinengo Art Gallery. Ce n’est qu’en 1993 que la Croix est revenue au musée de Santa Giulia, sa collocation d’origine.

La Lipsanoteca
Sobre comme œuvre classique, mais évocatrice selon les canons de l’art paléochrétien, la lipsanoteca, conservée depuis 1999 dans l’oratoire roman de Santa Maria in Solario, faisait partie, avec le Croce di Desiderio, du soi-disant Trésor de Santa Giulia, une collection d’objets liturgiques rares remontant aux origines du monastère, qui ont accompagné la vie du monastère au cours des siècles. La lipsanoteca ressemble à une boîte historiée, qui devait être utilisée comme garde de reliques précieuses, comme on peut le voir dans la même étymologie du nom, d’origine grecque, composée de leipsanon, qui signifie relique, et théke, ou récipient. Réalisée en ivoire, de forme rectangulaire, elle a été réalisée par un atelier du nord de l’Italie, probablement milanais, dans la seconde moitié du IVe siècle, sous l’épiscopat de Sant’Ambrogio.

L’inspiration religieuse qui l’imprègne, en effet, peut être vue à partir de l’interprétation des scènes représentées dans les bas-reliefs qui ornent les côtés et le couvercle des lèvresanoteca sur trois niveaux et qui, bien que pas tous faciles à comprendre, sont inspirés par les épisodes bibliques les plus significatifs de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Jonas avalé par la baleine, Daniel dans la fosse aux lions, le Christ thaumaturgique qui élève Lazare, ainsi que les scènes les plus significatives de la vie de Jésus, ne sont que quelques-uns des épisodes symboliques qui apparaissent dans les bas-reliefs, selon un programme populaire religieux précis. Ce sont des exemples significatifs de l’art paléochrétien, cependant rendus selon un registre stylistique encore classique, donc païen (reconnaissable dans les draperies, dans la plasticité des figures et dans le calme mesuré des scènes). De plus, sur les pilastres finement ciselés qui ornent les coins de la lèvresanoteca, il y a un jeu de références continues au symbolisme sacré, enfermé dans le poisson (qui représente le Christ), le coq (la Résurrection), l’arbre (la connaissance de la bon et le mal),

Autour du cercueil, objet d’une vénération spéciale, il y avait de nombreuses légendes répandues, comme celle selon laquelle il devait contenir une pierre peut-être du Saint-Sépulcre, qui selon les documents du monastère était tenue entre les mains d’une religieuse pendant la messe de Pâques et offrant en vision aux autres religieuses. D’où le sépulcratif appelant eboris, sépulcre en ivoire, réservé au reliquaire.

L’histoire de la lipsanoteca est d’ailleurs assez troublée: protégée à l’intérieur des murs du monastère de Santa Giulia jusqu’en 1798, avec la suppression du cénobium voulu par Napoléon, elle est transférée à la bibliothèque Queriniana, puis au musée chrétien de Santa Giulia, en 1882. L’œuvre a également été réduite à une plaque cruciforme, dans une période non identifiée, avant d’être restituée, en 1928, à sa forme originale en forme de boîte. Un autre ajout ultérieur est celui de la serrure en argent sur le devant, peut-être du 8ème siècle.

Musée de Santa Giulia
Le Musée de Santa Giulia est le principal musée de Brescia, situé via dei Musei 81 / b, le long de l’ancien decumanus de la Brixia romaine. Il est situé à l’intérieur du monastère de Santa Giulia, construit par le roi Desiderio à l’époque lombarde et diversement agrandi et modifié au cours de plus de mille ans d’histoire. Le musée de la ville, unique par sa conception et son emplacement – un complexe monastique de fondation lombarde – et avec des espaces d’exposition couvrant 14000 m², offre un voyage à travers l’histoire, l’art et la spiritualité de Brescia de la préhistoire à nos jours.

Le couvent bénédictin de San Salvatore – Santa Giulia a été fondé en 753 par le dernier roi lombard, Desiderius, et son épouse Ansa et a occupé un rôle d’une grande importance religieuse, politique et économique, qui s’est poursuivi après la défaite des Lombards par Charlemagne. Selon la tradition, l’histoire dramatique d’Ermengarda, fille de Desiderius et épouse rejetée de l’empereur franc, a été jouée ici; il a été raconté par Manzoni à Adelchi.

La zone située en dessous du musée est riche en découvertes archéologiques de différentes époques, appartenant pour la plupart à l’époque romaine et bien conservées, en particulier la Domus d’Ortaglia. Le musée comprend toutes les structures de l’ancien monastère, y compris l’église de Santa Maria in Solario, le choeur des religieuses et l’église de Santa Giulia. Le site est composé de parties de différentes époques: une stratification des souvenirs et une source continue de découvertes inattendues. Le complexe a été construit sur les ruines d’impressionnantes maisons de ville romaines et comprend l’église lombarde de San Salvatore et sa crypte, le roman Santa Maria in Solario, le choeur des moniales, l’église du XVIe siècle de Santa Giulia et les cloîtres du monastère. C’est l’endroit parfait pour le musée de la ville et le point focal naturel pour une visite à Brescia.

La caractéristique particulière du Musée est la relation étroite entre les bâtiments historiques et les objets exposés, qui sont au nombre d’environ 11 000 et comprennent des casques celtiques et des ornements de harnais de cheval, des portraits romains et des sculptures en bronze, des objets lombards, des objets funéraires, des fresques, une collection d’art appliqué et des objets datant de la période médiévale au 18ème siècle après JC. La Victoire ailée, symbole de la ville, est une grande statue en bronze du Capitole. Des études récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l’histoire de la sculpture et la vie de l’ancienne Brixia.

Des milliers d’objets et d’œuvres d’art de l’âge du bronze au XIXe siècle sont conservés dans le musée, principalement du contexte de la ville et de la province de Brescia, qui en font un véritable musée de la ville, dont les thèmes approfondis concernent principalement l’histoire de la la ville de Brescia et son territoire. Les nombreuses œuvres d’art comprennent la Victoire ailée, la croix Desiderio, la Lipsanoteca et le secteur “Objets de collection et arts appliqués”, où sont conservées toutes les collections privées données au musée entre le XVIIIe et le XIXe siècle.