Collection Céramiques et Majoliques, Madama Palace

L’exposition Italie de la céramique et de la majolique, présente un ensemble exceptionnel de céramiques et de majoliques produites par les plus prestigieuses manufactures italiennes, réunissant les chefs-d’œuvre des collections privées du Palazzo Madama.

L’exposition s’ouvre dans la Camera delle Guardie avec une grande vitrine, qui évoque le mobilier protagoniste de la salle à manger Renaissance, le buffet, où la majolique raffinée était exposée à la fois pour être admirée et pour servir l’équipement de table. Ensuite, vous entrez dans la Sala del Senato où l’itinéraire serpente à travers les principaux centres de production de majolique en Italie, tels que Deruta, Faenza, Urbino, Gubbio, Venise, Castelli et Turin, et se concentre sur les caractéristiques de la décoration et des principaux artistes, y compris dont Nicola da Urbino et Francesco Xanto Avelli.

L’exposition se poursuit en illustrant la grande variété de thèmes reproduits sur la majolique historiée, qui, en plus des sujets religieux, voit des sujets profanes richement représentés, tirés de l’histoire ancienne et de la mythologie, ou concernant la vie affective, tels que les thèmes de l’amour, ou le statut social la responsabilité des clients, tels que les services héraldiques. Les sources graphiques de cette peinture d’histoires proviennent des répertoires de gravures qui circulaient dans les ateliers de majolique et qui étaient le moyen de reproduire à petite échelle et pour une vision domestique les inventions les plus célèbres des grands peintres de l’époque.

L’utilisation de la céramique et de la majolique dans la vie sociale s’est élargie et différenciée. Dans l’ameublement de la maison italienne, en particulier dans les résidences de campagne, la majolique historiée était exposée sur les buffets mais également utilisée sur les tables et pouvait être offerte en cadeau à des occasions telles que le mariage et la naissance. De petites sculptures, qui masquaient parfois la fonction d’encriers ou de fontaines, étaient utilisées à des fins décoratives dans des intérieurs privés. L’usage de la majolique dans les kits de pharmacie, généralement commandé par des institutions religieuses, est devenu particulièrement florissant.

Le voyage se termine par une série de chefs-d’œuvre, placés dans des vitrines individuelles: une paire de Domenigo da Venice albarelli, une grande glacière Urbino et la cruche en porcelaine Médicis du Palazzo Madama, un exemple exceptionnel de la première imitation européenne de la porcelaine chinoise, réalisée par majolique d’Urbino qui travaillait à Florence à la cour de Francesco I de ‘Medici.

La céramique et la majolique sont parmi les rares formes d’art de la Renaissance qui ont parfaitement conservé les couleurs d’origine de leur fabrication. La technique consiste à enduire la surface des objets en terre cuite d’un émail à base d’étain blanc opaque et à les peindre avec des oxydes métalliques, qui changent en couleurs vives après la cuisson: du cobalt nous obtenons du bleu, du vert de cuivre, de l’orange de fer ou de l’ocre, de l’antimoine jaune, violet de manganèse ou brun et blanc d’étain. Il a des origines islamiques lointaines et est venu en Europe avec la conquête musulmane de la péninsule ibérique au 8ème siècle, embellie de lustre, qui a permis d’obtenir la couleur de l’or ou du rubis avec des nuances irisées ou irisées. La faïence hispano-mauresque, exportée avec succès dans toute l’Europe, a influencé le développement de l’art céramique en Italie, pratiqué dans de nombreux centres en Toscane, Émilie, Marches et Ombrie. Avec une grande inventivité, les céramistes italiens ont innové la tradition islamique en la contaminant avec des motifs inspirés du répertoire gothique et Renaissance et d’autres dérivés de la porcelaine chinoise.

La collection de céramiques et de majoliques en général est un art domestique Les peintres céramistes italiens adoraient dessiner les femmes: les assiettes et les poteries les représentaient de profil comme dans les médailles, accompagnées de noms et d’adjectifs sonores tels que “ bella ”, “ diva ” et “ gracieux ” . C’étaient des éléments stylistiques copiés de la tradition poétique, stilnoviste d’abord puis pétrarchesque. À bien des égards, la céramique et la majolique nous introduisent plus intimement dans la vie privée de la Renaissance; cela démontre aux érudits et aux passionnés d’histoire de l’art à quel point cette expression artistique est sérieuse, il ne s’agit pas seulement de décorer un objet. La beauté des histoires racontées frappera de nombreux visiteurs de manière surprenante.

Les peintures sur céramique et majolique informent la postérité des tendances intellectuelles et artistiques de la société moyenne-culturelle, de sa perception du monde antique et de la littérature classique.

La Collection est une occasion intéressante d’admirer l’arrangement naturel des couleurs de la Renaissance, puisque les teintes originales et non restaurées sont restées “comme si elles avaient quitté la boutique”. L’excellent état de conservation dépend de la technique, pour enduire la terre cuite d’un émail à base d’étain blanc opaque et pour la peindre avec des oxydes métalliques qui changent les couleurs après la cuisson (du cobalt nous obtenons du bleu, du vert de cuivre, de l’orange de fer ou ocre, etc.).

La nouveauté absolue, née dans les ateliers des céramistes italiens, était l’historiato, ou la peinture colorée d’histoires sur la surface blanche de la céramique. La représentation dans les thèmes majoliques de l’histoire sacrée et profane, religieuse, mythologique, amoureuse, dans le but de décorer la demeure seigneuriale est, en fait, une particularité typiquement italienne, qui s’est développée depuis la fin des années 1400, en particulier dans les villes du centre de l’Italie, comme Pesaro, Deruta, Faenza, Gubbio, Casteldurante et Urbino. La majolique historiée, bien qu’elle ne représente qu’une partie minime de la production de céramique italienne, a été préservée au fil du temps grâce à son prestige et à l’intérêt qu’elle a pu susciter chez les collectionneurs de tous âges.

Faits saillants travaux

La civilisation des tribunaux.

La table de banquet médiévale
La table princière était décorée de matériaux précieux et d’objets richement décorés

Bol avec écusson d’Orlier (1475 – 1500)
par Manises

Bassin avec crêtes et scènes profanes (1275 – 1300)
par Limoges
La décoration de cette pièce est bien adaptée à un usage profane: au centre se trouvent les armoiries des Plantagenets (roi d’Angleterre au Moyen Âge)

Aquamanile en forme de lion (1390 – 1400)
par Basse-Saxe
Les aigues-marines étaient utilisées pour verser de l’eau sur les mains des invités.

Excellence italienne

La table Cinquecento
Le XVIe siècle fut le siècle de la majolique, produite dans de nombreux centres d’excellence italiens, dont Faenza, Venise, Deruta, Gubbio, Casteldurante et Urbino

Plat à l’écusson d’Anna d’Alençon, marquise … (1508 – 1530)
par Murano ou Altare (Savone)
Parmi les “services” verriers, généralement commandés à des ateliers de verre de Murano, celui réalisé dans le premier tiers du siècle pour Anna d’Alençon se démarque

Coupe avec écusson Salviati (1531)
par l’atelier de Pietro Bergantini
Flacon avec Neptune et divinités marines (vers 1535)
par Workshop de Guido Durandino
Bol, perforé, avec la figure d’un jeune oiseau (1577)
par le studio de Francesco Durantino

Le charme de l’Orient

La table du XVIIe siècle
Plat en porcelaine de type Kraak (1573-1619)
par la Chine, dynastie Ming, période Wanli
Plat à décor “calligraphique-naturaliste” (1650)
par l’usine Regio Parco,
Plat avec l’écusson d’Eugène de Savoie (1720 – 1725)
par la Chine, la dynastie Qing

Le luxe de la porcelaine

Soupière (1735)
par période Du Paquier
Bol à bouillon avec couvercle et soucoupe (1735)
par du Paquier Manufacturing
Panier à desserts (1735)
par la période du Paquier, Wien

Retour à la commande

La table du XIXe siècle (1800-1806)
par Naples, Real Fabbrica Ferdinandea
Service de dîner avec des animaux et une bande lilas (1800 – 1806)
par Real Fabbrica Ferdinandea

Couleur et design
Nous sommes pour la maison colorée parce que nous aimons la lumière, parce que nous avons un goût sincère pour les choses lumineuses et fortes, et parce que nous n’aimons plus une couleur mais les couleurs.
– Gio Ponti

Madama Palace
Le Palazzo Madama et Casaforte degli Acaja est un complexe architectural et historique situé dans la Piazza Castello centrale à Turin. Ayant joué un rôle de premier plan dans son histoire de l’époque romaine à nos jours, il a été déclaré site du patrimoine mondial avec les autres résidences de la Maison de Savoie en 1997. Palazzo Madama, dans le cadre du site en série des résidences Savoy. Le bâtiment abrite le Musée civique d’art ancien.

C’est une combinaison de deux mille ans d’histoire de Turin, de l’ancienne porte orientale de la colonie romaine de Julia Augusta Taurinorum à un bastion défensif, puis à un véritable château, symbole de la puissance savoyarde jusqu’au moins au XVIe siècle, lorsque l’actuel Palais Royal, en tant que siège du duc de Savoie.

La partie ouest du premier complexe médiéval fut appelée plus tard Palazzo Madama car elle fut d’abord habitée par Madama Cristina de Bourbon-France, appelée la “première Royal Madama”, vers 1620 – 1663, puis de Maria Giovanna Battista di Savoia-Nemours , appelée la “seconde Madama royale”, dans la période 1666 – 1724. C’est pour cette dernière que la façade actuelle a été conçue, en 1716 – 1718, par l’architecte de la cour Filippo Juvarra.

La visite couvre quatre étages, où l’histoire séculaire de sa construction interagit avec les collections du Museo Civico d’Arte Antica, qui sont ici depuis 1934.

Les premiers siècles du Moyen Âge sont illustrés dans la collection médiévale en pierre au niveau des douves, avec ses sculptures, mosaïques et bijoux datant de la période de l’Antiquité tardive au roman. Les salles du XVe siècle au rez-de-chaussée contiennent des peintures, des sculptures, des miniatures et des objets précieux du XIIIe au XVIe siècle, principalement du Piémont. Dans la salle circulaire de la Tour du Trésor, vous trouverez une sélection de chefs-d’œuvre, dont le célèbre Portrait d’un homme d’Antonello da Messina. Sur le piano nobile, avec sa superbe gamme de stucs et de fresques baroques, il y a la galerie de photos moderne avec des œuvres des collections de Savoie et une importante sélection de meubles fabriqués par des maîtres ébénistes piémontais, italiens et français. Enfin, le dernier étage abrite les collections d’arts décoratifs,