Collection Gothique et Renaissance, Palais Madama

Au rez-de-chaussée, caractérisé par des salles du XVe siècle, il y a des peintures, des sculptures, des miniatures et des objets précieux de la période gothique-Renaissance. Dans la salle de la Torre Tesori, l’une des tours du XVe siècle de l’ancien château, vous trouverez quelques-unes des pièces les plus importantes de cette période, comme le célèbre Portrait d’un homme d’Antonello da Messina.

L’exposition sur la sculpture dans le Piémont du gothique à la Renaissance a été organisée, mettant en valeur les maisons médiévales lapidaires, sculptures, mosaïques et œuvres d’orfèvre (y compris le précieux trésor de Desana) allant de la fin de la période antique à la période romane. . Une double opportunité, donc, de visiter le Palazzo Madama, non seulement pour admirer le chef-d’œuvre juvarrien, mais aussi pour vérifier la cohérence des acquisitions du Musée civique d’art ancien (de nombreuses œuvres exposées font partie de la collection du musée). La possibilité de faire un point sur la sculpture sacrée dans le Piémont de cette période.

La collection de sculptures gothiques et renaissance du Piémont est un noyau très important du Musée civique d’art ancien, continuellement enrichi d’acquisitions qui ont sauvé les sculptures monumentales de la dispersion, mais aussi des meubles en bois et des cadres en terre cuite, témoignage d’une tradition artisanale séculaire.

Cette section est maintenant exposée, avec des œuvres d’autres musées, pour signaler l’action protectrice menée par le Musée civique dans la région depuis ses premières années. En fait, l’exposition gothique et Renaissance du Piémont remonte à 1939, qui n’était pas seulement une exposition temporaire, mais a conçu le musée dans des sections dédiées au Moyen Âge et à la Renaissance. De même, l’exposition mise en place aujourd’hui dans la salle du Sénat est une étape d’étude scientifique pour planifier le nouvel itinéraire du musée. Autrement dit, il fait partie du projet de réouverture au public du musée, actuellement fermé pour la restauration du Palazzo Madama.

Si elle est née pour le Musée Civique, l’exposition reflète également ses collections: la sculpture d’Aoste, en particulier, si importante dans la culture alpine du XIXe siècle, lors de la création du musée. Mais aussi des contacts avec Fribourg et Lausanne, avec les vallées du Canavese et de Suse, et Asti, un autre centre culturel fort du Piémont au début du 14ème siècle. Le registre des œuvres et des artistes est extrêmement riche: le français, l’anglais, le lombard et le fiammighi documentent la contribution des régions frontalières à l’élaboration de la langue de la Renaissance.

Il est important d’attirer l’attention sur certains aspects pour comprendre et encadrer les cinquante œuvres sculpturales exposées dans des limites historiques et stylistiques. Le Piémont se caractérise depuis des siècles par une situation politique très complexe, caractérisée par la prédominance d’abord de l’Angevin, puis de la Savoie. Il n’est donc pas facile de donner une interprétation qui suit un ordre chronologique simple lorsque les influences stylistiques sont multiples et le manque de documentation ne permet pas de définir un cadre unitaire précis. Pour cette raison, l’exposition ne peut pas suivre uniquement un ordre chronologique des œuvres, et a donc été structurée selon deux niveaux de lecture: parcours chronologique et parcours par thèmes.

L’exposition montre également l’extraordinaire polychromie des sculptures, souvent issue de la collaboration entre sculpteurs et peintres.

La première section examine l’ère gothique avec des influences françaises, immédiatement nous voyons un antependium avec le Christ, la Vierge et les Saints (1200-1210) du maître de Courmayeur; puis une sculpture en bois du Christ mort (1320-1330) par l’auteur de la Vallée d’Aoste, un détail intéressant est la blessure sur le côté creusée car le jour de Pâques l’hôte a été extrait directement de la cavité. L’exposition se poursuit, abordant de temps en temps différents thèmes et centres, comme la région d’Asti, la sculpture du XVe siècle aux influences lombardes et françaises, pour atteindre plus tard les flamands. Notez l’utilisation de différents matériaux aux côtés du bois, comme le marbre ou la terre cuite. Des premières sculptures plus dramatiques nous passons, à travers les siècles, à un plasticisme et une virtuosité formelle qui en font des témoignages d’exception,

Dans le fragment d’Ancône avec le couronnement de la Vierge Marie, les figures sont sculptées en albâtre puis peintes et dorées, selon une tradition répandue dans les boutiques anglaises du XVe siècle qui exportaient dans toute l’Europe. Comment une œuvre anglaise est-elle arrivée à l’église abbatiale de Novalesa, d’où elle venait? Probablement grâce au peintre Antoine de Lonhy, actif à Barcelone, Toulouse et Aoste et qui en 1462 avait peint la chapelle de la Vierge dans la même église. La production du grand retable de l’abbaye de Staffarda est également loin: au XVIe siècle, un client important comme Giovanni Ludovico di Saluzzo avait déjà demandé aux magasins d’Anvers ce travail vivant en veine polychrome et narrative.

Certaines œuvres méritent une description plus précise de la valeur qu’elles possèdent, mais le conseil qui vaut cette fois plus que d’autres est d’aller voir l’exposition avec le catalogue entre les mains, car il est accompagné de fiches techniques très bien préparées, où il s’agit de l’emplacement, de l’origine, du matériau et de la technique utilisés, des restaurations et d’une brève description de l’œuvre. Certaines acquisitions sont de véritables joyaux tels que la Pala della Bottega à Anvers avec des histoires de la Vierge et de l’enfance du Christ (vers 1535 – voir l’image du décor) de l’église abbatiale de Staffarda, achetée par le musée auprès d’un antiquaire.

Madama Palace
Le Palazzo Madama et le Casaforte degli Acaja est un complexe architectural et historique situé sur la Piazza Castello centrale à Turin. Ayant joué un rôle de premier plan dans son histoire de l’époque romaine à nos jours, il a été déclaré site du patrimoine mondial avec les autres résidences de la Maison de Savoie en 1997. Palazzo Madama, dans le cadre du site en série des résidences Savoy. Le bâtiment abrite le Musée civique d’art ancien.

C’est une combinaison de deux mille ans d’histoire de Turin, de l’ancienne porte orientale de la colonie romaine de Julia Augusta Taurinorum à un bastion défensif, puis à un véritable château, symbole de la puissance savoyarde jusqu’au moins au XVIe siècle, lorsque l’actuel Palais Royal, en tant que siège du duc de Savoie.

La partie ouest du premier complexe médiéval fut appelée plus tard Palazzo Madama car elle fut d’abord habitée par Madama Cristina de Bourbon-France, appelée la “première Royal Madama”, vers 1620 – 1663, puis de Maria Giovanna Battista di Savoia-Nemours , appelée «deuxième Madama royale», dans la période 1666 – 1724. C’est pour cette dernière que la façade actuelle a été conçue, en 1716 – 1718, par l’architecte de la cour Filippo Juvarra.

La visite couvre quatre étages, où l’histoire séculaire de sa construction interagit avec les collections du Museo Civico d’Arte Antica, qui sont ici depuis 1934.

Les premiers siècles du Moyen Âge sont illustrés dans la collection médiévale en pierre au niveau des douves, avec ses sculptures, mosaïques et bijoux datant de la période de l’Antiquité tardive au roman. Les salles du XVe siècle au rez-de-chaussée contiennent des peintures, des sculptures, des miniatures et des objets précieux du XIIIe au XVIe siècle, principalement du Piémont. Dans la salle circulaire de la Tour du Trésor, vous trouverez une sélection de chefs-d’œuvre, dont le célèbre Portrait d’un homme d’Antonello da Messina. Sur le piano nobile, avec sa magnifique gamme de stucs et de fresques baroques, il y a la galerie de photos moderne avec des œuvres des collections de Savoie et une importante sélection de meubles fabriqués par des maîtres ébénistes piémontais, italiens et français. Enfin, le dernier étage abrite les collections d’arts décoratifs,