Néoclassicisme en France

Le néoclassicisme est un mouvement de l’architecture, du design et des arts qui dominait en France entre 1760 et 1830 environ. Il est apparu comme une réaction à la frivolité et à l’ornement excessif des styles baroque et rococo. Dans l’architecture il a caractérisé la sobriété, les lignes droites, et les formes, telles que le fronton et la colonnade, basés sur les modèles grecs et romains antiques. En peinture, elle présentait l’héroïsme et le sacrifice à l’époque des Romains et des Grecs. Il a commencé tard sous le règne de Louis XV, est devenu dominant sous Louis XVI, et a continué à travers la Révolution française, le Directoire français, et le règne de Napoléon Bonaparte, et la Restauration Bourbon jusqu’en 1830, quand il a été progressivement remplacé par le romantisme et l’éclectisme.

Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) et Jean-François Chalgrin (1739-1811); Les peintres comprenaient Jacques-Louis David (1748-1825) et son élève, Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867).

Histoire
Le néoclassicisme en France est apparu au début du 18ème siècle, inspiré en partie par les rapports des fouilles archéologiques d’Herculanum (1738) et surtout de Pompéi (1748), qui ont mis au jour des dessins et des peintures classiques. L’antiquaire, collectionneur d’art et archéologue amateur français Anne Claude de Caylus a voyagé en Grèce et dans l’Antiquité de 1752 à 1755 et a décrit ce qu’il avait vu dans Recuil des Antiquités, publié avec illustrations en 1755.

Dans les années 1740, le style a commencé à changer lentement; la décoration est devenue moins extravagante et plus discrète. En 1754, le frère de Madame de Pompadour, le marquis de Marigny, accompagna le designer Nicolas Cochin et une délégation d’artistes et d’érudits en Italie pour voir les récentes découvertes à Pompéi et Herculanum, et fit un grand tour d’autres monuments classiques. Ils sont revenus pleins d’enthousiasme pour un nouveau style classique, basé sur les monuments romains et grecs. En 1754, ils publient un manifeste contre le style Rocaille, appelant à un retour au classicisme. Marigny, après la mort de Louis XV, devint plus tard directeur des bâtiments de Louis XVI.

Le style a reçu un appel philosophique par les philosophes, y compris Denis Diderot et Jean-Jacques Rosseau, qui a appelé à une restauration des valeurs morales dans la société, et par l’abbé Laugier, qui a écrit L’essai sur l’architecture, un appel à un retour à des formes d’architecture pures et épurées. Les sites archéologiques de Grèce et d’Italie devinrent des haltes obligatoires pour les visiteurs aristocratiques et savants du Grand Tour d’Europe. Les meilleurs jeunes peintres de France ont concouru pour des bourses d’études à l’Académie française de Rome. Ingres a étudié là, et plus tard est devenu son directeur. En 1757, l’architecte français Jean-François Neufforge publia le Recueil électoralaire d’Archiecture, un manuel illustré du style. Le nouveau goût était à l’origine appelé Le Gout Grec (le goût français). Il a appelé à des formes géométriques et à la décoration dans “le style sobre et majestueux des architectes de la Grèce antique”.

Dans les dernières années du règne de Louis XV et tout au long du règne de Louis XVI, le nouveau style apparut dans les résidences royales, notamment dans les salons et les meubles de la Dauphine puis de la reine Marie-Antoinette et de l’aristocratie parisienne. Il combine le grec, le romain et ce qui s’appelait vaguement des styles étrusques avec des arabesques et des grotesques empruntés à Raphaël et à la Renaissance, aux thèmes chinois et turcs. Entre 1780 et 1792, le style apparaît aussi en architecture, dans les bâtiments classiques dont le Petit Trianon. à Versailles et au château de Bagatelle (1777). Il est également apparu dans d’autres formes d’art, y compris en particulier les peintures de Jacques-Louis David, en particulier le serment des Horaces (1784)

Architecture

Louis XIV, XV et Louis XVI
Le classicisme est apparu dans l’architecture française sous le règne de Louis XIV. En 1668, le roi rejeta un projet baroque pour la nouvelle façade est du Louvre par Gian Lorenzo Bernini, le plus célèbre architecte et sculpteur de l’époque baroque, en faveur d’un design plus sobre et classique avec des frontons et des colonnes colossales de Claude Perrault . Sous Louis XIV, le dôme romain et la façade de colonnes monumentales devinrent les traits dominants des nouvelles églises importantes, à commencer par la chapelle du Val-de-Grâce (1645-1710), par Mansart, Jacques Lemercier et Pierre Le Muet, suivi par le église des Invalides (1680-1706). Alors que les caractéristiques de base de l’architecture de ces églises étaient classiques, les intérieurs ont été richement décorés dans le style baroque.

Dans la dernière partie du règne Louis XV, le néoclassique est devenu le style dominant dans l’architecture civile et religieuse. L’architecte en chef du roi fut Jacques Gabriel de 1734 à 1742, puis son fils plus célèbre, Ange-Jacques Gabriel jusqu’à la fin du règne. Ses œuvres majeures comprennent l’Ecole Militaire, l’ensemble des bâtiments qui dominent la Place Louis XV (aujourd’hui Place de la Concorde (1761-1770)) et le Petit Trianon à Versailles (1764). les façades sont richement décorées, les façades deviennent plus simples, moins ornementées et plus classiques, les façades dessinées par Gabriel sont soigneusement rimées et équilibrées par des rangées de fenêtres et de colonnes, et sur de grands bâtiments comme la place de la Concorde. au niveau de la rue, et des frontons classiques ou des balustrades sur la ligne de toit.Les caractéristiques ornementales incluaient parfois des balcons en fer forgé incurvés avec des motifs de rocailles ondulants, semblables à la décoration rocaille des intérieurs.

L’architecture religieuse de l’époque était aussi sobre et monumentale et tendait, à la fin du règne, vers le néo-classique; L’église de Sainte-Geneviève (aujourd’hui le Panthéon), construite de 1758 à 1790 selon un projet de Jacques-Germain Soufflot, et l’église Saint-Philippe-du-Roule (1765-1777) de Jean Chalgrin, dont une nef voûtée en berceau.

Pendant le règne de Louis XVI, le style néoclassique était le style architectural dominant à Paris et dans les provinces. Parmi les exemples notables figurent l’Hôtel de la Monnaie à Paris (1771-1776) de Jacques Denis Antoine, ainsi que le Palais de Justice de Paris par le même architecte; et le théâtre de Besançon (1775) et le château de Benouville dans le Calvados, tous deux par Ledoux. L’École de chirurgie de Paris par Jacques Gondoin (1769) a adapté les formes de la maison de ville néoclassique, avec une cour d’honneur placée entre un pavillon avec une colonnade sur la rue et le bâtiment principal. Il a également ajouté un péristyle et un autre étage au-dessus des colonnes, et transformé l’entrée de la cour en un arc de triomphe miniature.

Les nouveaux théâtres de Paris et de Bordeaux sont des exemples marquants du nouveau style. L’architecte Victor Louis (1731-1811) acheva le théâtre de Bordeaux (1780); son escalier majestueux était un précurseur de l’escalier de l’Opéra Garnier de Paris. En 1791, au milieu de la Révolution française, il achève la Comédie Française. Le Théâtre de l’Odéon à Paris (1779-1782) a été construit par Marie-Joseph Peyre (1730-1785) et Charles de Wailly (1729-1798). Il a présenté un portique sous la forme d’une galerie couverte et des colonnes en avant de la façade.

L’un des bâtiments néoclassiques les plus connus de l’époque est le château de Bagatelle (1777) conçu et construit par François-Joseph Bélanger pour le comte d’Artois, frère de Louis XVI. Le petit château a été conçu et achevé en seulement soixante trois jours, pour gagner un pari avec Marie-Antoinette qu’il pourrait construire un château en moins de trois mois. Marie Antoinette avait un petit belvédère néoclassique similaire créé par l’architecte Richard Mique, qui avait également conçu son pittoresque village rustique dans les jardins. il a été achevé en 1789, l’année de la Révolution française.

Un autre exemple notable du style néoclassique à Paris est l’Hôtel de Salm (maintenant le Palais de la Légion d’Honneur, construit par Pierre Rousseau en 1751-83.) La façade se distingue par sa simplicité et sa pureté, son harmonie et son équilibre. Une colonnade de colonnes corinthiennes soutient l’entablement de la rotonde, surmontée de statues, la façade est également animée par des bustes d’empereurs romains dans des niches, et des sculptures en relief au-dessus des fenêtres de l’avant-corps central semi-circulaire.

Quelques architectes ont adapté le style néoclassique à des objectifs plus fonctionnels. Claude-Nicolas Ledoux conçoit la Saline Royale d’Arc-et-Senans avec des constructions néoclassiques exagérées disposées en cercles autour d’un «temple» central où se trouvent la maison et le bureau du directeur. Il a également conçu plusieurs rotondes pour les nouvelles barrières douanières installées autour de Paris entre 1785-1789. Ces barrières sont devenues très impopulaires (à cause des taxes, pas de l’architecture) et la plupart ont été détruites pendant la Révolution, bien que celles de La Villette et de Monceau soient toujours debout.

L’architecte néoclassique français le plus visionnaire fut certainement Etienne-Louis Boullée. Ses dessins pour un immense monument sphérique à Isaac Newton (1784) et une vaste nouvelle bibliothèque royale à Paris sous la forme d’une voûte géante en berceau (1785) n’ont jamais été sérieusement considérés, mais préfiguraient l’architecture du 20ème siècle.

Révolution, Direction et Empire
Pendant la Révolution française, la construction s’est pratiquement arrêtée à Paris. Les aristocrates ont fui, les églises ont été fermées et saccagées. Le seul grand projet réalisé entre 1795 et 1797 fut la construction d’une nouvelle grande salle au sein du Palais Bourbon, qui devint finalement la maison de l’Assemblée nationale française. L’Ecole des Beaux-Arts a été réorganisée et reconstituée, avec le département d’architecture sous Quatremère de Quincy (1755-1849). De Quincy était un archéologue amateur et un érudit classique, ainsi que l’architecte. Il a été condamné à mort par un tribunal révolutionnaire en 1793, mais a été épargné par la chute de Robespierre. Il fut chargé de la conversion de l’église de Sainte-Geneviève en Panthéon moderne, et assura que les études architecturales enseignaient les traditions classiques.

Après l’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte, les architectes les plus influents sont Charles Percier (1764-1838 et Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853).) Leurs grands projets pour Napoléon incluent la rue de Rivoli, avec ses façades néoclassiques uniformes, modelées sur les carrés construits par Louis XIV et Louis XV, ils ont également conçu l’intérieur du château de Malmaison, la résidence de Napoléon, dans le modèle du style néoclassique. (1803) Fontaine a conçu un autre repère napoléonien, l’Arc de Triomphe du Carrousel ( 1806-1808) dans la cour du Louvre.

D’autres projets néoclassiques napoléoniens comprenaient le grand escalier du Palais du Luxembourg (1801) de Jean Chalgrin (1801), et l’Arc de Triomphe (commencé par Chalgrin en 1808, mais non achevé jusqu’en 1836). Pierre-Alexandre Vignon (1763-1828), étudiant de Ledoux, fut chargé de refaire l’église de la Madeleine, commencée en 1761 mais abandonnée pendant la Révolution, dans un “Temple de la Gloire” dédié à l’armée de Napoléon. Ce projet fut abandonné en 1813 après une série de défaites de l’armée de Napoléon; il est devenu une église encore, mais n’a été achevé qu’en 1843. Napoléon a également ajouté une façade néoclassique avec douze colonnes de corninthian à la façade du Palais Bourbon. C’était dans un style tout à fait différent de celui du palais, et il n’était pas aligné avec lui; il était aligné à la place avec le nouveau Temple de Gloire (maintenant la Madeleine) qu’il construisait, en face, de l’autre côté de la Place de la Concorde.

La Restauration et l’arrivée ou le romantisme
Après la défaite finale de Napoléon en 1815, le style néoclassique a continué à être utilisé pendant la Restauration française, en particulier dans les églises de Paris. Les exemples incluent Notre Dame de Lorette (1823-26) par Louis-Hippolyte Lebas et Saint-Vincent-de-Paul par Jacques-Ignace Hittorff (1824-1844).

Un changement de style commence à apparaître au début du XIXe siècle, notamment après la publication en 1802 de La Génie du Christianisme par l’une des figures marquantes du romantisme français, François-René de Chateaubriand (1768-1848). Il a réclamé un retour au style gothique, qui, comme le style des grandes cathédrales, il a considéré était le seul vraiment grand style français. Le mouvement vers le romantisme et le gothique a été accéléré par la publication du roman à succès de Notre-Dame de Paris par Victor Hugo en 1821, puis le programme de restauration des monuments gothiques français dirigé par Prosper Mérimée et dirigé par Eugène Viollet-le- Duc (1814-1879). Ceci, avec la Révolution française de 1830 a mis fin à l’ère du néoclassicisme français.

La peinture
La figure dominante de la peinture néoclassique française, avant même la Révolution, fut Jacques Louis David (1748-1825). Il a commencé comme peintre classique et religieux, un admirateur de Jean-Baptiste Greuze, l’histoire et le peintre de genre. Il a été recommandé à l’Académie royale des beaux-arts par un ami de la famille, François Boucher, maître du style rococo. Il a remporté le prestigieux Prix de Rome qui y a été étudié en 1775. Il a découvert les trésors de Pompéi et d’autres sites antiques, et a complètement changé son style. À partir de 1784, il peint des œuvres basées sur des histoires de la littérature classique, y compris le serment des Horaces (1781), une célébration du devoir et du sacrifice à l’époque romaine. Lorsque la Révolution française a commencé en 1789, David est devenu un participant actif dans l’aile la plus extrême, les Jacobins, Il a soutenu la dissolution de l’Académie des Beaux-Arts, et conçu des décors pour des reconstitutions et des cérémonies révolutionnaires. Son portrait le plus célèbre de l’époque, Marat Assassiné (1793), a adapté l’expression faciale et le bras mou du Christ dans la Pietà de Michaelangelo pour représenter le leader Jacobin assassiné, Jean Paul Marat. Quand les Jacobins tombent en 1794, il est emprisonné deux fois pendant plusieurs mois, puis reprend une carrière active de portraitiste puis de peintre de cour pour Napoléon Bonaparte. Quand Napoléon est tombé et que la monarchie a été restaurée, il s’est exilé en Belgique.

La peinture française a été dominée pendant des années par David et ses élèves, dont Antoine-Jean Gros (1771-1835), et plus tard Jean-Auguste Dominique Ingres (1780-1867). Les peintres néoclassiques postérieurs mettent de côté les messages politiques et se concentrent sur des figures idéalisées et des idées de beauté; ils comprenaient François Gérard, qui, comme David, a fait un portrait célèbre de Madame Récamier, au grand dam de David; Jean-Baptiste Regnault (1754-1829); Pierre-Paul Prud’hon (1758-1823); Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) et Anne Louis Girodet-Trioson (1767-1824).

Sculpture
Étienne Maurice Falconet (1716-1791) est le plus grand sculpteur français de la première période néoclassique. dont le travail inclus la statue héroïque de Pierre le Grand à cheval à Saint-Pétersbourg, en Russie, (modèle fabriqué en 1770, mais pas moulé jusqu’en 1782). Il est nommé professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Paris en 1766 et, à partir de 1757, il dirige la modélisation de petites sculptures en porcelaine à la manufacture de Porcelaine de Sèvres. Son travail reste plus proche des statues en plein mouvement du baroque français que du nouveau style plus serein. Dans ses dernières années, il a conçu des sculptures de petite taille en bronze moulé, comme la Fille assise (1788), maintenant au Metropolitan Museum.

Jean-Antoine Houdon (1741-1828) fut le premier personnage majeur du néoclassique. Il a étudié à l’Académie française à Rome, où il a fait des études détaillées de l’anatomie des statues romaines et grecques anciennes exposées là-bas. Il est devenu célèbre pour ses bustes et ses portraits, notamment sa statue de Voltaire (1779-1781), actuellement exposée à la Comédie-Française, et ses bustes de Benjamin Franklin et d’autres personnalités politiques de l’époque. Il a également créé plusieurs œuvres allégoriques illustrant l’hiver et l’été dans un style plus expressif que le classicisme traditionnel, comme sa «La Frileuse», au musée Fabre de Montpellier.

Le sculpteur Claude Michel (1738-1814), également connu sous le nom de Clodion, a également étudié à l’Académie de Rome entre 1762 et 1771. Ses œuvres varient grandement du néoclassique au rococo; il conçoit un modèle en terre cuite pour une extraordinaire sculpture monumentale, recouverte d’une statuaire d’anges et d’amours, pour célébrer le premier vol en montgolfière à Paris (1784).

Augustin Pajou (1730-1809) étudia également à l’Académie de France à Rome de 1752 à 1756. Il retourna à Paris pour enseigner à l’Académie des Beaux-Arts et devint recteur en 1792. Il fit une série de statues hautement expressives sur la mythologie. sujets, y compris Psyché et Amour.

Décoration d’intérieur
La goutte Grec ou “goût grec” dans le design a été introduite en France en 1757 par Jean-François de Neufforge dans son livre Recuiell élémentaire d’architecture, qui a salué “le style majestueux et sobre des architectes de la Grèce antique”. Il offrit des gravures de voûtes classiques, des guirlandes de feuilles de laurier, des palmettes et des guilloches (rubans entrelacés tressés) et d’autres motifs qui apparurent bientôt dans les salons parisiens.

À partir des années 1770, le style pompéien ou Pompéi se met à la mode à Paris, à partir de reproductions de dessins trouvés à Pompéi, agrémentés d’arabesques, griffons, sphinx, cornes d’abondance et vases sur trépieds entrelacés de vignes et de médaillons. peints sur de hauts panneaux rectangulaires sur les murs peints en blanc et bordés de stuc doré. Le nouveau style s’inspire également des grotesques décoratives de Raphaël peintes au Vatican en 1510. Le boudoir de Marie-Antoinette au palais de Fontainebleau, dessiné par Rousseau de la Routière en 1790, juste après le début de la Révolution, est un exemple notable .

Pendant la Révolution française, l’aristocratie a fui Paris, et la plupart des palais et des maisons de ville ont été dépouillés de l’ameublement et de la décoration. Une nouvelle version du néoclassicisme est apparue brièvement au cours de la Direction française (1795-99), qui mêlait des éléments du style pompéien avec le style Adam d’Angleterre. Lorsque Napoléon Bonaparte s’empare du pouvoir, le style néoclassique prend une nouvelle forme, Empire Style (1799-1815).

Le style Empire a une cohérence et une simplicité audacieuses extraordinaires, grâce aux deux chefs concepteurs énergiques de Napoléon, Charles Percier (1764-1838) et Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853). Les motifs étaient généralement des symboles d’empire, y compris des couronnes et des couronnes de laurier, des médailles, des lyres, des cornes d’abondance et des têtes classiques vues de profil). Les salles avaient parfois les murs drapés de tissu, représentant les tentes d’une armée en campagne. Les intérieurs et les meubles ont souvent comporté des colonnes classiques sculptées dans le bois. Les motifs égyptiens et les bêtes mythiques de l’Antiquité, tels que le sphinx, le griffon et la chimère, étaient populaires. Les emblèmes impériaux, y compris l’aigle, l’abeille et la lettre N avec une couronne, étaient également communs.

Meubles
Le premier meuble “goût grec” en France, réalisé en 1756 et 1757 sur des dessins de Jean-François de Neufforge (1714-1791) et Jean-Charles Delafosse (1734-1791), était massif, rectangulaire et richement décoré, avec des colonnes dorées , des frises et des guirlandes suspendues. Cependant, peu de temps après, le menuisier royal Jean-François Oeben produit des œuvres beaucoup plus légères et plus gracieuses pour Louis XV et Madame Pompadour. Ceux-ci étaient un hybride des courbes de rococo avec les angles droits du néoclassicisme. Les chaises avaient des jambes cabriolet et des dos en forme de cartouche, combinés avec des guirlandes et des frises néoclassiques. Oeben remeublé Versailles et d’autres palais royaux avec de nouveaux types de meubles innovants; le cylindre, ou le bureau roll-top; la table avec une surface d’écriture mécanique qui pourrait être relevée; et le bureau de réception.

Après la mort d’Oeben, sa place fut occupée par deux de ses disciples, Jean-Henri Riesener (1734-1806) (qui épousa la veuve d’Oeben); et Jean-François Leleu. Riesener et Leleu produisaient des meubles avec de superbes incrustations de bois ou de marqueterie, souvent en motifs floraux; et des armoires en acajou décorées avec un décor floral bronze patiné et des pieds de colonne.

Dans les meubles Louis XVI, en particulier dans les années 1880, les styles de meubles deviennent plus légers, plus géométriques et plus simplement ornés, selon les goûts de Marie-Antoinette. Les principaux designers français de cette période sont Jean-Baptiste-Claude Sené (1748-1803) et Georges Jacob (1739-1814). A la toute fin du règne de Louis XVI, Sené et Jacob produisaient des formes très originales et imaginatives, dont des chaises à dos en bois sculpté en forme de lyre et la “chaise étrusque”, un type conçu par le peintre Hubert Robert pour le fantasme ” hameau rural “de Marie-Antoinette à Versailles. L’ornement de la chaise, qui resta populaire longtemps après la fin de la période, fut emprunté aux anciens vases grecs.

Le métier de meubles a été renversé par la Révolution française; les clients aristocratiques s’enfuirent, et les meubles des palais royaux furent vendus dans d’énormes ventes aux enchères; une grande partie est partie à l’étranger. Un développement positif pour les fabricants de meubles fut l’abolition des anciennes règles de guilde; après 1791, les fabricants de cadres de meubles pourraient collaborer avec ceux qui ont fait l’incrustation de marqueterie. Le goût étrusque a disparu, mais le style néoclassique a prospéré sous le Directoire français (1793-99), le consulat français (1799-1804), et l’Empire de Napoléon Bonaparte.

Georges Jacob, dernier grand créateur de meubles pour Louis XVI, forme une nouvelle société avec ses deux frères et, entre 1796 et 1803, devient le designer le plus important de la période néoclassique ultérieure. Il a fait un effort pour trouver des formes classiques qui étaient plus authentiques. Le type de chaise grecque appelée klismos devint particulièrement populaire, Jacob produisit une variété de divans et de tabourets néoclassiques, ainsi que le Lit de Repos, qui apparut dans le portrait de Madame Récamier par Jacques-Louis David. Une autre forme populaire était le tabouret pliant, modelé après ceux qui étaient utilisés dans les campements de l’armée romaine. Après l’invasion de l’Egypte par Napoléon en 1798, les dessins égyptiens, sous forme géométrique stylisée, sont apparus sur les meubles. Des ornements en bronze doré d’une facture extrêmement fine ont été fabriqués dans des ateliers parisiens et exportés vers les maisons royales d’Europe. Les guerres et les blocus continus en Europe rendaient difficile l’importation de bois exotiques, et parfois des bois locaux comme la citronnière étaient utilisés, l’acajou restait le choix des meubles de prestige. Bernard Molitor, qui a réalisé les meubles du Château de Saint Cloud, et les architectes Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, qui ont réalisé des meubles aussi authentiques que possible pour les modèles grecs et romains, ont été les maîtres artisans du mobilier. les résidences de Napoléon et pour les clients de la nouvelle aristocratie napoléonienne.