Hôpital de la Sainte Croix et Saint Paul, Barcelone, Espagne

L’Hôpital de Sant Pau est situé dans un complexe de bâtiments situé à Barcelone, conçu par l’architecte Lluis Domenech i Montaner, l’un des principaux représentants du modernisme catalan. Il a été construit entre 1902 et 1930 en deux phases: le premier par Domènech lui-même, entre 1902 et 1913, il se compose de treize bâtiments modernistes; le second, réalisé par son fils Pere Domènech i Roura à partir de 1920, se compose de six autres bâtiments de modernisme modéré et d’autres bâtiments ultérieurs. Avec son bâtiment principal et ses nombreux pavillons, l’Hôpital de San Pablo est, avec l’Institut Pere Mata de Reus (également du même architecte), l’un des plus grands ensembles d’architecture moderniste catalane.

Construit comme un hôpital moderne et innovant, cent ans après ne plus remplir ces fonctions, qui ont été prises, à partir de 2009, un nouvel hôpital dans le même périmètre du site, en ligne avec les besoins du 21e siècle. Après quatre ans de travaux de restauration, le complexe Art nouveau a été inauguré le 24 février 2014, comprenant notamment des centres des Nations Unies et de l’OMS.

Construit avec les matériaux et la décoration typiques d’un modernisme néo-gothique, la profusion de céramiques, avec des fonctions prophylactiques et décoratives, des briques apparentes et des sculptures qui incorporent une iconographie étendue, montrant la vision religieuse et historique de son auteur, se distingue.

En raison du grand nombre de bâtiments, de leur richesse ornementale et de leur niveau de conservation, l’hôpital de Sant Pau est le plus grand complexe d’architecture moderniste catalane.

Histoire
La construction de l’hôpital Santa Creu i Sant Pau a permis aux services de l’hôpital Santa Creu, une institution hospitalière créée au XVe siècle, de disposer des installations précaires pour les conditions de santé requises à la fin du XIXe siècle. Sa construction n’est cependant pas due à ce besoin de rénovation, mais plutôt à une décision de Pau Gil i Serra, banquier barcelonais établi depuis 62 ans à Paris. Pau Gil, directeur de Banking Gil, est décédé célibataire en 1896 dans sa résidence parisienne et, dans son testament, il s’est arrangé pour être enterré à Barcelone avec ses parents, pour liquider la banque et dépenser la moitié des actifs résultant de la liquidation pour la construction. d’un “nouvel hôpital” à Barcelone sous le nom de Sant Pau, dédié à l’aide aux pauvres et qui devrait être géré par une institution reconnue.

La nécessité de changer l’hôpital de la Sainte-Croix, ainsi que la disponibilité de nouvelles installations hospitalières que quelqu’un devait gérer, ont abouti à la création de cette nouvelle institution qui a fusionné, en son nom, l’original de l’hôpital médiéval et celui souhaité par le patron du nouveau complexe hospitalier.

Cependant, les intérêts différents des représentants de l’hôpital de la Santa Creu et des exécuteurs de Pau Gil n’ont pas facilité ce processus de création.

Hôpital de la Santa Creu de Barcelone
L’hôpital de la Santa Creu de Barcelona est né en 1401, lorsque les six hôpitaux existants à Barcelone ont été fusionnés: l’hôpital Desvilar ou l’Almoina (1308) et l’hôpital de Marcús (XIIe siècle), ils étaient régis par la mairie; l’hôpital de Columbus (XIIe-XIIIe siècles) et l’hôpital de Vilar ou Sant Macià, régi par l’évêché; l’hôpital de Santa Eulàlia (XIIe siècle) et l’hôpital de Santa Margarida, qui dépendait du chapitre cathédrale de Barcelone.

Le premier février 1401, le Consell de Cent et le chapitre de la cathédrale de Barcelone acceptent d’unifier les six hôpitaux, décréta son nom, l’hôpital Santa Cruz, et son emplacement, le Raval de la ville, sur le site où se trouvait l’hôpital Columbus et ses cours environnantes. Le 13 février de la même année, la construction du nouvel hôpital a commencé, qui devrait être achevée en 1450; Guillem Abiell était le maître d’oeuvre engagé en 1407 pour la construction du cloître. Le 3 septembre, le pape schismatique Benoît XIII d’AvignonPère de Luna a fait don du taureau fondateur de l’hôpital de la Santa Creu de Barcelone, confirmant ainsi l’accord entre l’évêché et le Consell de Cent.

Le 25 mars 1629 a commencé à construire, attachée au mur nord de l’hôpital, une maison de convalescence (aujourd’hui Institut d’études catalanes), dont les travaux ont été achevés en 1680, en même temps qu’il est venu sous l’invocation de Saint Paul . En 1764, devant la maison de convalescence, fut construit le Collège de chirurgie (aujourd’hui Académie de médecine), par Ventura Rodríguez.

Cet hôpital a été le seul de la ville pendant cinq siècles jusqu’à ce qu’à la fin du XIXe siècle, il devienne insuffisant en raison de la forte population de la ville.

À la fin du XIXe siècle, les tendances hygiénistes modernes recommandaient que les hôpitaux soient hors des centres urbains, tout en limitant le nombre de lits. Le bâtiment de l’hôpital, niché entre les vergers et les remparts extérieurs au XVe siècle, avait été laissé au milieu d’un espace urbain rempli d’industries malsaines au XIXe siècle. Cependant, l’emplacement dans le centre historique avait quelques défenseurs des minorités; en outre, le modèle de gestion de la santé des pauvres était historiquement basé sur l’obligation chrétienne de la charité, financé par des aumônes et des legs volontaires. C’était un modèle résiduel de l’époque où l’église avait le pouvoir économique et faisait face à un nouveau courant progressiste qui plaidait pour la charité civique, financée et contrôlée par le pouvoir politique (municipal ou étatique), où la santé et les soins sociaux étaient un droit des pauvres et non une concession volontaire. Elle doit donc être financée par les impôts et non par l’aumône.

Moderniste

Conception d’espace
L’ensemble a été conçu pour occuper une superficie de 145 470 m², soit neuf blocs dans l’Eixample.

Domènech i Montaner jouissait d’une liberté absolue dans la conception, la construction et la décoration de l’hôpital, ce qui lui a permis de déployer largement toutes les connaissances accumulées dans l’atelier du Château des Trois Dragons créé après l’Exposition universelle de Barcelone (1888), où il présentait des artisans qui travailleraient avec lui à l’hôpital de Sant Pau, comme Eusebi Arnau ou l’usine Pujol i Bausis.

Il avait eu l’occasion de développer des concepts et des techniques applicables à un centre de santé de l’Institut Pere Mata de Reus, qu’il venait de construire. Il a également étudié différentes solutions qui ont été mises en œuvre en Europe (hôpital lariboisière à Paris, St.Thomas à Londres, Brugmann à Laeken (Belgique) et l’hôpital militaire de Toul), et présente enfin un programme basé sur des pavillons isolés liés higienicoarquitectònic liés entre eux pour une galerie souterraine, une solution absolument innovante.

La parcelle sélectionnée remplissait des aspects sanitaires importants qui ne sont plus pris en compte, tels que “l’emplacement au pied de la montagne dans une zone reculée de la ville avec vue sur la mer”, bien que d’autres soient encore valables aujourd’hui. en journée, comme ayant une grande proportion d’espace intérieur paysager où les patients et les visiteurs pouvaient se promener et être dehors, se sentant plus dans un sanatorium que dans un hôpital fermé. Cela est possible grâce à la conception par Domènech d’un complexe hospitalier avec son propre agencement urbain orienté sur un axe nord-sud, bénéficiant d’un rayonnement solaire maximal vers les façades principales. La vision innovante de l’architecte confère à l’ensemble sa propre personnalité, qui s’éloigne du concept d ‘«hôpital-palais» et s’approche de la «cité jardin», une petite ville ancrée dans la ville, un ensemble fonctionnel, esthétique, humain et moderne.

De plus, avec cette distribution intérieure qui lui est propre, l’architecte a réalisé un alignement contraire au terrain de Cerdà, manifestant ainsi son opposition au design urbain de l’Eixample, dont il était un détracteur actif.

Projet original
Le projet original conçu par Lluís Domènech i Montaner consistait en 48 pavillons construits selon un modèle de conception et répartis autour de deux axes principaux (sud-nord et est-ouest) de 50 mètres de large, avec des rues complémentaires de 30 mètres. Ces axes principaux, situés sur les diagonales du carré fermé de l’ensemble, forment une croix qui est le symbole omniprésent de l’hôpital et qui fait référence à l’hôpital d’origine.

Vingt-cinq des pavillons devaient être d’un étage, de onze étages et douze étaient destinés à divers services. Tous avaient un sous-sol et étaient reliés entre eux par des galeries souterraines afin que le personnel et les patients puissent se déplacer sans avoir à sortir. Ils ont également servi de galeries techniques pour placer les installations et les conduits externes dans les pavillons, facilitant leur entretien.

Les différentes hauteurs devaient permettre de lisser l’effet visuel de la pente du terrain. Les seuls qui différaient par leur forme et leur hauteur étaient l’administration (bâtiment principal), la communauté religieuse qui desservait les services – située au milieu de la croix – et celle en activité, à mi-chemin entre les deux.

Les services des patients avaient une grande salle d’hospitalisation rectangulaire, avec une structure modulaire composée d’une succession de huit arcs légèrement pointus à sept tours intermédiaires, soutenus par des piliers entre les fenêtres. À une extrémité de la nef centrale, Domènech a disposé deux éléments cylindriques: le réservoir d’eau et un espace de service qui comprenait une salle ronde, à côté de l’accès, conçue comme une “salle de jour” pour les malades et leurs proches. Chaque étage avait un espace séparé pour le personnel de santé.

La façade principale des pavillons est formée par la porte d’entrée, très ornée d’un cadre en pierre et d’une décoration florale. Au-dessus de la porte, il apparaît le respect décoratif et symbolique le plus riche de l’identité du pavillon et présente le ou les motifs à l’intérieur d’un sanctuaire flanqué de deux pinacles avec des tuiles vernissées aux extrémités. Dans certains cas, l’ensemble est complété par des figures angéliques à côté du temple avec la plaidoirie.

Il met en évidence la description précise des matériaux que Domènech a faite dans le cahier des charges de l’œuvre. Il décrit les qualités, épaisseurs, couleurs, tailles et finitions. Les principaux matériaux sont la brique, la pierre de Montjuïc aux sculptures, frises et éléments décoratifs; le marbre de Macael pour les escaliers du bâtiment administratif et la pierre nummulitique de Gérone pour le reste; tuiles arabes émaillées monochromes de différentes couleurs pour décorer les toits; mosaïque en céramique et revêtement de sol hydraulique; pinède de Russie et de Suède.

Entre les pavillons, il y avait un jardin avec un trottoir qui menait à deux espaces verts collés sur le côté nord d’un pavillon et au sud de celui adjacent, obtenant une zone pour l’hiver et une autre pour l’été. Cet aménagement paysager a également été soigneusement conçu avec le service à l’esprit, qui était de créer un environnement sain et paisible pour les malades qui résidaient. Les arbres plantés comprennent le châtaignier indien, l’érable américain, l’arbre de Judée, le cèdre, le cyprès, le taxus ou le sapin blanc.

La conception de l’espace comprenait également la séparation des pavillons entre hommes et femmes. Les hommes du côté est portent les noms des saints protecteurs masculins, et les femmes de l’ouest sont les noms des saints ou des avocats de la Vierge. Un soin particulier a été pris pour séparer les pavillons chirurgicaux de ceux pour les maladies contagieuses ou infectieuses, et en leur sein réservés de petits pavillons (finalement non construits) pour la quarantaine.

Un autre aspect de la conception initiale absolument innovante concernait l’utilisation de nouvelles technologies, à la fois techniques et de confort, ainsi que le chauffage et la lumière électrique, qui étaient générés dans les mêmes locaux que ceux mentionnés en médecine. un important département de pharmacie qui doit être interprété comme une activité de recherche, typique d’une université.

Le résultat de la conception envisagée a été un ratio de 145 m² par lit, avec des espaces de service et de jardin, un ratio bien supérieur aux normes européennes de 100 m². Dans le plus pur style moderniste, Domènech a agi dans cette œuvre en tant qu’artiste intégrale prenant soin de tous les aspects fonctionnels et des arts décoratifs dans les moindres détails.

Emblèmes
L’hôpital regorge d’iconographies religieuses et de symboles conçus et décidés directement par Domènech. Le but déclaré des bâtiments de l’héritage de Gil “d’être marqué avec une délimitation fixe et un nom propre, donnant autant d’individualité que possible à l’hôpital de Sant Pau, dans un plan général”, est fait dans de nombreux emblèmes qui décorent les façades et les intérieurs de l’hôpital. Parmi les symboles qui se répètent constamment, souvent en petit format dans le cadre d’un décor ou encastrés dans des bordures ou finissant des traceries plus complexes, figurent les initiales des patrons “P” de Pau et “G” de Gil, la croix de la «hôpital occupant les diagonales d’un losange, la croix vernie au centre d’un carré ou d’un cercle, deux ou quatre barres, etc. Il existe également des emblèmes plus complexes à représentation héraldique,

Obtenu de l’ancien emblème: un bouclier couronné de deux casernes, l’une avec la croix blanche vernie et le fond rouge, et l’autre avec les barreaux et la croix des armoiries de Barcelone.
Représentant les hôpitaux assemblés: l’ancien emblème de l’hôpital Sainte-Croix, avec une épée symbolisant Saint Paul, et un livre ouvert avec le nom du saint.
Toisó d’Or: avec les barreaux catalans et le collier de l’ordre Toisó d’Or, symbolisme héraldique qui remonte à 1445 avec la nomination des comtes de Barcelone comme membres de l’ordre.
Paul Gil Shield: Dérivé du bouclier des hôpitaux assemblés, il conserve sa forme, son épée et son livre avec le nom du saint, mais remplace les barreaux et la croix par les initiales PG.
Sur les tympans des fenêtres de la façade principale, le symbolisme héraldique décrit, combiné avec les attributs des évangélistes: un livre, un taureau, un lion et un ange remplaçant l’aigle de Saint-Jean l’Évangéliste. Les ailes qui apparaissent sur le taureau et le lion symbolisent la spiritualisation et l’avancement de la lumière dans l’éternité.

Construction actuelle
Le développement du projet a subi des changements importants qui ont façonné le complexe hospitalier actuel.

L’héritage de Pau Gil s’est épuisé en 1911 lorsque, outre l’achat du terrain, 10 pavillons ont été réalisés: l’administration, les opérations, deux petites reconnaissances et 6 soins infirmiers. Ce sont les pavillons de style le plus moderniste avec la décoration artistique la plus riche. La construction a été arrêtée jusqu’en 1914, avec le patronage obtenu pour deux autres pavillons.

En 1921, la deuxième phase commence sous la direction de Domènech i Roura, dans laquelle la Mairie de Barcelone a financé l’achat de l’espace et des bâtiments de l’ancien hôpital médiéval. La réduction du budget et le changement de style architectural se traduisent par des pavillons plus austères et un manque d’éléments décoratifs. Cependant, les deux premiers pavillons réalisés par Domènech i Roura (Sant Manuel et l’Assomption) sont toujours des jumeaux depuis le début, ce qui dénote la participation active de leur père. D’autres bâtiments uniques, comme le pavillon de la convalescence, l’église et le pavillon de la cuisine, et la pharmacie fermant la rue centrale du complexe, sont également en cours de construction au cours de cette phase.

Avec la configuration finale de cette deuxième phase, achevée en 1925, l’hôpital se poursuivra jusqu’aux années 1960, où des installations seront ajoutées sans aucun respect aux travaux originaux, en plus de la Fondation Puigvert pour la néphrologie.

Pavillons modernistes

Batiment administratif
1902-1911
Bâtiment principal et façade officielle de l’hôpital
Ensemble de trois corps, un central avec une structure néogothique, avec une tour d’horloge imposante et avec une décoration iconographique importante. Les corps latéraux sont de conception plus conventionnelle, bien qu’ils contiennent pas mal d’éléments décoratifs modernistes.

Bâtiment d’exploitation
1902-1911
Situé au centre de la rue principale
Il s’agit d’un bâtiment de trois étages en demi sous-sol. Ses saints patrons sont Saint Cosme et Saint Damian, fiduciaires des médecins et apothicaires. Le programme iconographique ne se limite pas à ces figures, mais il contient un grand échantillon sculptural et céramique.

San Salvador et San Leopold
1902-1911
Premier et deuxième pavillons, côté est après avoir accédé à l’enceinte
Le nom de Léopold était en l’honneur de Léopold Gil et Léopold, neveu du patron, et qui a servi de modèle pour la sculpture.

Le plus pur; Vierge de Carmen; Vierge de miséricorde; Vierge de Montserrat
1902-1911
Les quatre premiers pavillons du côté ouest après l’accès
Ce sont des pavillons jumeaux, à l’exception des transformations et extensions qui ont été subies par la suite

St. George et St. Apollonia
1902-1911
Des deux côtés du bâtiment administratif
Ce sont deux petits pavillons isolés qui ont été utilisés pour reconnaître les cas douteux d’être infectieux.

San Rafael
1914-1918
Troisième pavillon du côté est après l’accès à l’enceinte
Ce fut le premier construit avec un patronage différent de Pau Gil. Il a été financé par Rafael Rabell et sa fille Concepción. Dans sa décoration, les mosaïques intérieures et les entrelacs extérieurs en pierre, les initiales “R” se référant au patron plutôt qu’au “G” omniprésent apparaissent dans les pavillons précédents.

Pavillons Domènech et Roura

San Manuel et l’Asuncio’n
1922
Toujours dans un style moderniste, celui de San Manuel a été financé par les frères Mariné Molins. L’Assomption a été faite avec la contribution de Lluïsa Rabell i Patxot, en mémoire de sa mère, Assomption. Cette dernière est rattachée à la construction de la Fondation Puigvert et a subi de nombreuses modifications.

Église
1922-1925
Dans Av. Sant Antoni Ma. Bordeaux
Il se compose d’une nef centrale et de deux latérales avec une abside et une girola, avec un dôme de beffroi sur la croisière.

Bâtiment conventuel
Années 1920
Au milieu de la jonction et fermeture du complexe moderniste
En fait, il y a trois bâtiments ensemble. La centrale était dédiée au couvent des sœurs qui s’occupaient de l’hôpital; à l’ouest, la pharmacie était située et celle à l’est avait les cuisines, mais plus tard le café a été installé. Il convient de noter en particulier l’accès à cette aile est, qui est décorée de la façade de l’église baroque de Santa Marta, qui a été détruite lors de la construction de la Via Laietana et y a été déplacée en 1928.

Santa Victoria
1926
Dans Av. Sant Antoni Ma. Bordeaux
Celui de Santa Victoria a été construit avec les contributions d’Elvira et d’Emilia Llagostera, qui en avaient fait don au pape Benoît XV, qui l’a fait don à l’hôpital, ainsi que la contribution de Francesca Prat, c. De Barbey.

Saint-Frédéric et le Sacré-Cœur (démoli)
1928
Sant Frederic est un pavillon plus petit au reste qui a été financé par Frederic Benessat. Le Sacré-Cœur était un pavillon financé par diverses contributions qui avait un accès direct depuis la rue Sant Quintí. C’était un bâtiment de ligne conventionnel qui a été démoli en 2011.

Saint Antoine
1929
Entre construction du couvent et convalescence
C’est celui qui a le style le plus frelaté dans son format de sol, sa hauteur par rapport au reste et aux finitions. De plus il a subi de nombreuses extensions sans aucun intérêt architectural.

Batiment administratif
Le bâtiment administratif est situé juste derrière l’entrée principale et donne l’image officielle du complexe. Sa façade est la plus décorée de l’ensemble et est la plus haute, en plus d’être surmontée d’une tour qui lui donne un air imposant.

Domènech en a profité pour montrer l’utilisation de la céramique et des mosaïques ornementales et d’un grand ensemble sculptural. Il a profité de la nature religieuse de l’institution qui devait gérer l’hôpital, pour déployer une iconographie couvrant les différentes sensibilités des hôpitaux historiques qui ont formé l’institution, et a souligné le caractère bénéfique du nouvel hôpital. Sa maîtrise du symbolisme chrétien et de l’héraldique lui a permis d’être l’auteur des dessins dans les moindres détails.

Il fut bientôt critiqué pour avoir mis en place un hôpital qui «avait plus l’air de résidence pour la royauté que pour le séjour des« pauvres patients », et à l’occasion de son inauguration officielle, Alfonso XIII lui-même a déclaré:« Vous êtes les habitants sont paradoxal, un palais est aménagé pour vos malades et un bloc pour votre roi. »

Le bâtiment se compose de trois corps. La centrale, avec la majeure partie de l’iconographie sur sa façade, contient les espaces les plus institutionnels et sur lesquels se dresse la tour de l’horloge; les deux côtés sont légèrement inclinés par rapport au centre, donnant à l’ensemble une concavité réceptrice, tout comme sa fonction d’accès principale. L’espace entre la clôture de la rue et l’accès au bâtiment fournit la distance qui permet d’observer la majesté du complexe et dispose d’un jardinage discret entourant le double escalier qui mène de la rue au porche du bâtiment. Au centre de l’escalier et présidant l’entrée se trouve le monument au mécène Pau Gil, un ensemble de

La structure des deux corps latéraux est à trois niveaux et présente une décoration moins somptueuse que le corps central, avec de grandes fenêtres vitrées au niveau du rez-de-chaussée, des fenêtres jumelles au premier étage et des trilobules au deuxième. Dans les deux bâtiments, l’extrémité donnant sur la rue est plus large que le reste du bloc et à l’intérieur, elle abrite des pièces nobles; à l’est se trouve la bibliothèque Cambó et à l’ouest se trouve la salle d’archives, des espaces qui ont été endommagés par une utilisation “plus fonctionnelle” au cours du XXe siècle et sont actuellement en cours de restauration.

Opérations de construction

Le bâtiment des opérations est au milieu de la rue Central, juste derrière une croix à terme qui reproduit celui existant dans l’ancien hôpital. C’est un pavillon au design unique et dédié aux médecins; d’où son invocation aux Saints Cosme et Damian, mécènes de la médecine. Il a un sous-sol et trois étages, et est accessible par un escalier court mais magnifique qui se termine sur un porche sous une tribune qui protège l’entrée.

Il s’agit d’un bâtiment à trois corps: un bâtiment central qui concentre la majeure partie de l’iconographie et deux ailes latérales avec de grandes fenêtres et les images en mosaïque des saints patrons, par Maragliano. Trois autres panneaux de mosaïque ornent les vitres latérales et arrière: ce sont des invocations du Marededéu des Abandonnés, de la Mercè et de l’Assomption. La première est une image assoiffée de l’enfant et accompagnée d’un conférencier. La Marededéu de la Mercè, patronne de Barcelone, est flanquée de deux portraits masculins, représentant peut-être saint Pierre Nolasc et l’évêque Jaume Català. La déesse de l’Assomption semble emportée au ciel par des anges. Les frontons des fenêtres suivent des plans similaires aux autres. Au troisième étage du corps central se trouvent de grands panneaux en céramique avec des aigles aux ailes bleues dépliés, portant les noms de médecins célèbres: Letamendi, Mendoza, Giné (Jiner, dans l’orthographe de l’époque), Gimbernat, Virgil, Marsillach, Torrent et Soler. Ces deux panneaux, ainsi que les fenêtres et la galerie au deuxième étage du corps central, sont encadrés de colonnes et d’arches en pierre, et contiennent de nombreux éléments de grande valeur iconographique: auvents, pinacles, gargouilles, robinets., Anges, armoiries de Barcelone et un grand ange avec des ailes ouvertes en haut de la façade principale et un autre à l’arrière. Le bouclier sur le fronton est l’emblème des hôpitaux assemblés; il est couronné et protégé par deux lions. C’est l’œuvre d’Arnau, tandis que les autres pièces sculpturales de ce pavillon sont de Gargallo.

Le bâtiment des opérations avait des zones de désinfection au sous-sol; salles d’opération, anesthésie et salles postopératoires au premier étage; chambres pour petites opérations au deuxième étage; et les domaines techniques de la radiographie et de la stérilisation au troisième étage.

Artisans et contributeurs
L’architecte Domènech i Montaner a conçu jusqu’aux derniers détails décoratifs qui devaient remplir à la fois la fonctionnalité pour créer un environnement idéal pour les malades et le personnel technique. Le projet initial publié dans le cahier des charges des travaux a été diminué pour des raisons économiques; Il y a une différence considérable entre le bâtiment administratif, se référant au projet d’origine, et les derniers pavillons construits.

Domènech a conçu un programme ornemental complexe avec le soutien de son équipe régulière d’artisans collaborateurs, certains d’entre eux participant à l’atelier d’artisan que Domènech a installé avec Gallissà dans le château des Trois Dragons.

Les points forts incluent la céramique, la mosaïque, les sculptures, les vitraux et la forge. Le plus important de tous est la céramique, qui, en plus de ses caractéristiques esthétiques, remplit une fonction hygiénique spécialement exigée par l’architecte dans le projet.

Les fabricants impliqués dans la production de céramique sont:

L’usine de poterie émaillée de Cristòfol Guillamont de Alcora qui a réalisé les pièces hémisphériques blanches et bleues sur le porche et la façade arrière du bâtiment administratif. Cette conception avait été utilisée par Domènech dans la salle à manger de l’auberge d’Espagne.
L’usine Elies Peris i cia. de Onda a réalisé les pièces de l’hôpital avec de grands dessins réalisés avec la technique du trepa qui ornent les tympans des portes et fenêtres. Il a également produit des plinthes bleues et blanches et des sols en faïence bleue et blanche.
L’usine Pujol i Bausis de Cornellà de Llobregat a produit des céramiques peintes à la main ou estampées à partir des voûtes du bâtiment administratif et d’autres pièces spéciales.
L’usine Josep Orriols i Pons a produit d’autres pièces ornementales et complémentaires.

Le revêtement de sol général est en portland et en marbre, mais dans les zones nobles, et en particulier dans le pavillon d’administration, la mosaïque romaine, les carreaux d’argile rouge combinés avec des carreaux décorés bleus et blancs, ainsi que les carreaux hydrauliques sont combinés. Parmi les fabricants qui ont participé figuraient les usines “Romeu et Escofet”, “les fils de Miquel Nolla”, “les enfants de J. Llevat” et “Cosme Toda”. Les éléments en pierre artificielle, ainsi que la chaussée hydraulique, étaient le produit de “M. by C. Butsems & Fradera”, un cimentier. Les toilettes provenaient de l’usine “Francesc Sangrà”.

Les vitraux de tous les pavillons, y compris l’église et la maison de convalescence, ont été produits par Casa Rigalt i Granell. Ils dénotent un design moins sophistiqué, typique du modernisme tardif. Le dessin de ceux de la première période correspond à Labarta et ceux de la période de Domènech i Roura ont été conçus par le peintre Miquel Farré i Albagés.

Les concepteurs incluent Lluís Gargallo, frère de Pau Gargallo, à qui sont attribués les dessins sur les panneaux en céramique, et le sculpteur Francesc Madurell i Torres, concepteur des céramiques en relief du pavillon administratif.

Les carreaux sont l’œuvre de Mario Maragliano, conçu par Francesc Labarta, dans le cas des panneaux extérieurs. Maragliano a travaillé de 1907 à 1911, tandis que les derniers panneaux des façades avec l’histoire de l’hôpital sont l’œuvre de Lluís Brú, et datent de 1923.

Les nombreuses sculptures du site sont l’oeuvre de Pau Gargallo i Catalán et Eusebi Arnau, et la sculpture architecturale est l’oeuvre de Francesc Modolell.

Josep Perpinyà était en charge des éléments en fer forgé et serrurier artistique.

Pour la gestion de l’ensemble des travaux, Domènech i Montaner avait une équipe d’architectes dirigée par son fils Pere Domènech i Roura, dont Enric Catà i Catà et son gendre Francesc Guàrdia i Vial.

Céramique
Domènech i Montaner accordait une grande importance à la céramique, dont il était un passionné et un érudit. À la fin du XIXe siècle, le renouveau de la poterie était considéré comme un transmetteur de valeurs anciennes, ce qui en faisait un élément important de l’idéologie nationaliste. Cette vision a fait progresser son étude et son intérêt pour la récupération et la collecte. Les collectionneurs les plus remarquables étaient Gallissà, Ramon Casas, Rusiñol ou Marià Fortuny, qui partageraient sa connaissance de la céramique de réflexion avec le baron Charles Davillier., Un grand diffuseur de céramique catalane. Dans ce contexte, Domènech a eu la meilleure opportunité de développer un programme complet, qu’il a conçu en détail.

Le large ensemble en céramique de l’ensemble hospitalier peut être classé en quatre groupes, selon Bohigas:

Des pièces qui répètent un dessin formant des parcelles comme des tours ou des balayeuses.
Carreaux à motifs uniques pour toute la surface. Il existe des dessins à thème héraldique, zoomorphe ou phytomorphique.
Céramiques, rubans ou éléments de carrosserie en relief, utilisés dans les revêtements.
Trench en céramique émaillée.

Mosaïque
L’utilisation de la mosaïque dans l’enceinte moderniste est beaucoup plus modeste que dans d’autres bâtiments contemporains, comme le Palau de la Música Catalana, conçu par Domènech i Montaner. Malgré la similitude des résultats picturaux, le concept hygiénique et le coût de leur réalisation ont réduit l’utilisation de la mosaïque à des espaces plus somptueux que fonctionnels. Il existe trois types d’utilisation:

Dans les quartiers nobles du bâtiment administratif: voûtes de l’auditorium, entrée principale, salle de réunion …
Sur les panneaux avec des personnages de certains pavillons: St. George et St. Apollonia dans les pavillons de son nom et St. Damian et St. Cosme dans le pavillon des opérations.
Les seize panneaux extérieurs qui racontent l’histoire de l’hôpital.

Autour du bâtiment administratif, à la hauteur du premier étage, seize panneaux carrelés, quatre visibles directement de la rue et le reste depuis l’intérieur de l’enceinte, qui racontent l’histoire de l’hôpital depuis ses origines médiévales jusqu’à la création des soins de santé modernistes centre. Ils obéissent à une fonction didactique pour faire connaître aux citoyens l’engagement ancestral d’avoir une santé pour tous. Ils suivent un ordre chronologique, à l’exception des deux derniers, qui ont été installés dans un coin habité de la façade à la fin des travaux et se situent entre ceux des septième et huitième places.

Les quatorze premiers sont l’œuvre de Mario Maragliano, d’après des dessins de Francesc Labarta; les deux dernières datent de 1923 et ont été réalisées par Lluís Brú.

Sculpture
La sculpture à l’hôpital de Sant Pau joue un rôle clé dans le déploiement iconographique demandé par le mécène et interprété et conçu par Domènech i Montaner. Les deux artistes clés de cette performance étaient Eusebi Arnau et son élève Pau Gargallo.

Arnau est responsable des pièces que les contrats décrivent comme des “images de 2 mètres et 1,5 mètre sur 2”, c’est-à-dire les figures libres qui entourent le bâtiment administratif et les motifs des différents pavillons. Il est aussi l’auteur du bouclier central de la façade.

Gargallo a conçu toutes les figures ornementales et celles qui décorent le corps central du bâtiment administratif et de la tour de l’horloge, mais la sculpture architecturale qui remplit tous les coins des pavillons est l’œuvre de Francesc Modolell.

La pierre, comme la plupart des bâtiments de l’époque, provenait de la carrière de Montjuïc, bien que la pierre nummulitique de Gérone ait été utilisée dans certaines parties avec beaucoup d’usure, comme les marches sur les marches.

Vitrail
Tous les vitraux ont été réalisés par Rigalt i Granell House. Belge, flamande, cathédrale, privilégiée et blanche.

Les vitraux ont moins d’effet sur cette œuvre que sur d’autres de Domènech i Montaner, comme la maison Lleó Morera ou la maison Navàs. Le cahier des charges précisait déjà que les vitraux seraient de couleur claire et simple, à l’exception des étages nobles du bâtiment administratif, de la bibliothèque, de la salle de réunion, du musée et des portes d’accès aux bureaux. du rez-de-chaussée. Les concepteurs modernistes ont utilisé les vitraux comme symbole et pour créer des espaces pour la couleur et l’atmosphère; c’est pourquoi Domènech a limité la couleur aux zones administratives et royales, laissant la cible aux zones infirmières. Cette rupture avec la ligne moderniste du reste de l’ensemble est probablement due à un ajustement budgétaire. Les dessins sont de Labarta et reprennent l’iconographie historiciste de la représentation des hôpitaux d’origine et du patron.

Les vitraux des pavillons Domènech et Roura sont conçus par Miquel Farré i Albagés.

Forger
Les portes sont basées sur les schémas de calandre gothiques. L’accès principal se compose de trois portes à deux battants chacune avec des barres verticales finies en parterres de fleurs de forme géométrique; Tous sont cousus à partir d’une pièce elliptique avec un profil en “T” et un contour fusionné qui commence près de la charnière la plus haute et, après avoir traversé l’espace, se termine près de la base avec un dernier rouleau. La partie inférieure de la porte est en fer avec une légère décoration simulant un coup de fouet. La partie supérieure de l’union des deux feuilles, lorsqu’elle est fermée, est couronnée par une croix vernie et deux anges la gardent. Le grand jardin jusqu’à l’avant du bâtiment principal est fermé par une grille de même conception, soutenue tous les 10 mètres par un ensemble de vitrallats à trois piliers en briques couronnés de rosaces en pierre et à décor héraldique.

Dans le reste de l’enceinte, le forgeage est rare car il y a des grilles aux fenêtres et les quelques balcons qui existent sont en pierre. Mis à part quelques éléments décoratifs dans le bâtiment administratif, comme le grand lampadaire au centre de l’escalier d’honneur, également dans les parties supérieures de ce bâtiment et la tour de l’horloge se trouvent quelques éléments de sécurité avec une décoration très discrète, presque du XIXe -siècle.

Restauration
Entre 2010 et 2014, le complexe moderniste a été entièrement restauré, avec trois locaux principaux: pour récupérer le projet original de Domènech i Montaner, qui a été délabré à certains endroits; transformer les pavillons en espaces de travail fonctionnels; et appliquer de nouveaux critères de durabilité et d’économie d’énergie à l’ensemble. Le site a été transformé en centre de connaissances avec un certain nombre d’institutions, d’entreprises et d’organisations dédiées à la recherche et à la recherche dans le domaine de la santé, de la durabilité et de l’éducation.

Pavillons restaurés:

Administration: Il a été transformé en un ensemble de salles et d’espaces fonctionnels polyvalents, ainsi que des archives historiques de l’hôpital. Les architectes responsables de la restauration étaient Xavier Guitart et Joan Nogué.
San Manuel: Rénové par Víctor Argentí, Albert Casals et José Luis González, ce pavillon abrite aujourd’hui Casa Asia et l’Université des Nations Unies (UNU).
Saint Léopold: il abrite actuellement l’Institut européen des forêts (EFI), le Programme des villes résilientes d’ONU-Habitat et le Réseau mondial des universités pour l’innovation mondiale (GUNI). Le pavillon a été adapté par Ramon Calonge, et l’intérieur de Xavier Guitart a été réhabilité.
Nuestra Señora de la Mercè: restauré par Josep Emili Hernández-Cros à l’extérieur et Mercè Zazurca à l’intérieur, cet espace abrite désormais les institutions Global Water Operators Network (GWOPA) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Sant Jordi: dédié aux expositions temporaires, les travaux de restauration ont été dirigés par Rafael Vila.
Santa Apollonia: Le bâtiment a été rénové par Xavier Guitart.

Nouvel hôpital
Au tournant du XXIe siècle, l’Hôpital de la Santa Creu i Sant Pau a entamé son troisième transfert depuis sa naissance, afin de pouvoir répondre aux nouveaux besoins de santé de la société catalane. Le nouvel hôpital a été construit en 2000 dans la partie nord de l’enceinte, au coin des rues Mas Casanovas et Sant Quintí. Ce nouveau bâtiment se compose de 5 grands blocs qui communiquent entre eux par un grand hall qui distribue la circulation. Le bloc A du nouvel hôpital accueille toutes les consultations externes du centre, tandis que les 4 autres blocs sont affectés à l’hospitalisation à ses niveaux supérieurs, réservant les niveaux inférieurs à l’urgence, aux soins intensifs, aux salles d’opération et à la radiologie.

Au niveau de fréquentation chaque année, ils fréquentent 35 000 patients admis et plus de 145 000 urgences. Les consultations externes reçoivent 350 000 visites par an et l’hôpital de jour accueille 75 000 utilisateurs. Il compte 136 points d’hospitalisation de jour, 644 lits et 21 salles d’opération.