Guide d’étudier à l’étranger

Étudier à l’étranger est le fait pour un étudiant de poursuivre des études dans un pays autre que le sien. Cela peut inclure les étudiants du primaire, du secondaire et du postsecondaire. Une étude réalisée en 2012 a montré que le nombre d’étudiants poursuivant des études à l’étranger représentait environ 9,4% de l’ensemble des étudiants inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur aux États-Unis et que cela faisait partie de l’économie de l’expérience.

Étudier à l’étranger est un programme précieux pour les étudiants internationaux, car il est destiné à accroître la connaissance et la compréhension des étudiants d’autres cultures. L’éducation internationale aide non seulement les étudiants à développer leur langue et leurs compétences en communication, mais les encourage également à développer une perspective différente et une compréhension interculturelle de leurs études, ce qui les aidera dans leurs études et leur sera bénéfique tout au long de leur carrière. Les principaux facteurs qui déterminent la qualité des résultats des études internationales sont la dynamique des transactions (entre les conditions environnementales et l’étudiant international), la qualité de l’environnement et le comportement d’adaptation de l’étudiant.

Les gens choisissent d’étudier à l’étranger pour une grande variété de raisons.

La qualité de l’éducation dans un autre pays peut être meilleure que dans son pays d’origine, des cours qui ne sont pas disponibles à la maison peuvent être offerts, ou le coût de la vie ou les coûts de l’éducation peuvent être inférieurs.
Les diplômes obtenus à l’étranger peuvent être plus prestigieux, ce qui peut être utile pour chercher du travail dans le pays d’origine.
Les diplômes étrangers peuvent également être plus utiles pour l’immigration, même dans un pays tiers; Par exemple, un médecin indien qui espère exercer au Canada aura plus de facilité avec son permis s’il possède un diplôme de médecine britannique.
Etudier à l’étranger est également une opportunité pour l’apprentissage des langues. Par exemple, une personne diplômée d’une université parisienne est presque certaine de parler un excellent français et de ne pas avoir de peine à en convaincre les employeurs potentiels.
Étudier à l’étranger est l’un des moyens par lequel un voyageur peut vivre dans un lieu particulier pendant une période prolongée. Étudier est plus intéressant pour certains voyageurs que de travailler à l’étranger, de faire du bénévolat ou de devenir simplement un touriste. Dans certains cas, un visa d’étudiant peut être plus facile à obtenir que d’autres types.
Etudier à l’étranger vous donnera un ensemble de contacts différent de celui que vous auriez à la maison. Par exemple, un Américain qui souhaite travailler dans le commerce extérieur pourrait établir des contacts plus utiles à Beijing ou à Buenos Aires qu’à Berkeley.

Au niveau des études supérieures, d’autres problèmes deviennent importants:

Un étudiant peut vouloir travailler avec une personne en particulier ou dans un institut particulier. Par exemple, un physicien voudra peut-être que Stephen Hawking (à Cambridge) soit son directeur de thèse alors qu’un autre voudra travailler dans le prestigieux département de physique du MIT.
L’équipement peut également poser problème, bien que cela devienne moins critique avec l’accès réseau. Un étudiant en astronomie souhaitera peut-être se rapprocher du grand télescope d’Hawaï, un physicien nucléaire pourrait vouloir travailler avec les accélérateurs du CERN à Genève, etc.
Être proche de votre sujet peut aussi être important. Par exemple, si vous êtes islandais et souhaitez étudier l’histoire indienne, vous pouvez vous rendre en Inde ou dans un institut bien connu d’études orientales, comme celui d’Oxford ou de l’Université de Chicago. D’autre part, un étudiant en volcans ou en glaciers pourrait venir en Islande pour en être un bon exemple.

Souvent, les études à l’étranger vous exposent à une culture différente d’une manière qui ne serait pas possible dans votre pays d’origine, ou même en voyageant dans ce pays en tant que touriste.

Distinctions dans la culture de la classe
Certaines distinctions et différences peuvent devenir des sources de choc culturel et de malentendus culturels pouvant amener un élève à inhiber l’adaptation et l’ajustement. Par exemple, dans de nombreuses institutions étrangères, la participation est une exigence clé. Le fait de ne pas participer aux cours avec le corps professoral peut être un sérieux obstacle à la réussite scolaire. S’il est associé au fait que les professeurs doivent être émerveillés, le problème peut se refléter dans les notes attribuées pour la participation en classe. Le manque de participation peut être interprété par le corps professoral comme une incapacité à apprendre le contenu du cours ou un désintérêt pour le sujet.

Certaines des distinctions identifiées sont:

Le système de semestre comporte trois modèles, à savoir: 1) le système de semestre comprenant deux trimestres, un en automne et un en hiver / printemps (un semestre d’été n’est pas requis); (2) le système de trimestres comprenant trois trimestres incluant l’été (un de ces trimestres peut être un terme de vacances); et (3) le système de quart comprenant les quatre trimestres d’automne, d’hiver, de printemps et d’été, et dans lequel l’étudiant peut choisir l’un d’eux pour prendre ses vacances.
L’horaire des cours est une semaine standard de cinq jours pour les cours, mais les heures d’instruction par semaine peuvent être divisées en divers modèles. Les deux modèles courants de choix sont les modèles lundi / mercredi / vendredi (MWF) et mardi / jeudi (TT). En conséquence, les heures de cours par semaine sont les mêmes, mais la durée par classe pour le MWF sera différente de celle du TT.
La plupart des instituts étrangers valorisent les idéologies d’équité et d’indépendance. Ces normes garantissent les droits et les responsabilités de tous les élèves, quel que soit leur parcours. La plupart des institutions qui définissent les droits et les responsabilités de leurs étudiants fournissent également un code de conduite pour guider leur comportement. Parce que l’indépendance et la liberté vont de pair avec des responsabilités.
Certaines réglementations en matière d’immigration permettent aux étudiants étrangers d’acquérir une expérience pratique au cours de leurs études grâce à un emploi dans leur domaine d’études, comme un stage pendant vos études et à d’autres périodes d’une année d’emploi une fois vos études terminées. Les facteurs d’éligibilité sont souvent diffusés par l’intermédiaire du bureau des étudiants internationaux du collège ou de l’université.
Les professeurs diffèrent par leur rang et par la durée de leurs contrats. Ils sont (1) Les professeurs distingués d’enseignement et de recherche occupent le rang le plus honoré parmi les professeurs. Ils sont généralement titulaires d’un doctorat et sont habituellement titulaires (c’est-à-dire en contrat à durée indéterminée avec l’école jusqu’à leur retraite) et enregistrent leurs comptes d’excellence personnelle. (2) Les professeurs émérites sont des professeurs honorés qui ont pris leur retraite de l’université, mais continuent d’enseigner ou d’entreprendre des recherches dans les collèges et universités; (3) Les professeurs titulaires sont également titulaires et titulaires du doctorat. Ce sont la durée du service et le soutien des présidents de département, des collègues et des administrateurs qui conduisent à la promotion de ce rang; (4) Les professeurs associés sont généralement titulaires d’un doctorat et sont les plus récents à occuper un poste permanent. (5) Les professeurs adjoints peuvent avoir ou non leur doctorat et occuper un poste d’enseignant ou de chercheur depuis moins de sept ans; (6) Les instructeurs sont généralement les professeurs les plus récents. Ils peuvent ou non détenir le doctorat et travaillent à la permanence; (7) Les professeurs auxiliaires et les professeurs invités peuvent occuper un poste de professeur dans une autre institution. Ils ne sont pas titulaires (généralement retenus sur un contrat d’année en année) et sont souvent des membres honorés de la communauté universitaire.
La plupart des instituts qui acceptent des étudiants internationaux ont des professeurs qui sont des leaders capables d’intégrer les meilleurs éléments de styles pédagogiques centrés sur l’enseignant et sur l’apprenant, qui intègrent et conduisent les étudiants de toutes les classes sur la voie de la réussite. Ils veillent à ne pas gêner un élève avec sa propre personnalité ou ses propres réalisations et à maintenir un “environnement de rétention” ingénieux, ouvert et favorable. La diffusion simplifiée et significative des ressources et l’engagement des étudiants dans un apprentissage actif et participatif sont la clé de cet apprentissage mixte. Le manque d’habileté à manipuler de telles méthodes pédagogiques pourrait entraîner des tensions pour les étudiants ce qui se traduit par un manque d’agence interne pour donner un sens à l’apprentissage des élèves en étant un agent éducatif (manque d’agence d’enseignants) et, dans d’autres cas, rétrograder vers un style de laisser-faire libéral qui pourrait affecter négativement les performances des élèves. Les compétences du tuteur sont illustrées sous de nombreuses formes, notamment lorsqu’elles sont capables d’empêcher certains étudiants de dominer (sollicitation de l’attention, perturbateurs ou irrespectueux) et d’attirer ceux qui sont réticents dans une section participative.
Les étudiants sont censés connaître le contenu de leurs cours sur le site Web de la classe (structure du cours, référentiel, jargon), y penser de manière indépendante et exprimer leurs propres points de vue et opinions en classe et dans leur travail écrit. Un désaccord ouvert est un signe d’intentions violentes dans certaines cultures et dans d’autres, il s’agit simplement d’exprimer une opinion. Cet aspect peut être difficile si les compétences des personnes ne sont pas présentes dans le groupe et si le développement du groupe n’est pas pris en compte. Il en va de même pour les questions. Dans certaines cultures de classe, il est toléré de poser des questions vagues, ce qui est interprété comme un signe d’intérêt de la part de l’élève. Dans d’autres cultures, poser des questions vagues est une manifestation d’ignorance en public qui entraîne une perte de visage. et l’embarras, Même si ce comportement est contre-productif pour un environnement d’apprentissage, il dépend en grande partie de la dynamique des transactions dans les cultures en classe. Il existe également certains instituts et cultures qui interdisent la discussion des étudiants sur certains sujets et limitent les sujets de discussion pouvant être discutés, ainsi que des moyens punitifs pour dissuader les sujets qui ne devraient pas être discutés. Mais souvent, la communication directe est considérée comme vitale pour la survie académique.
Les programmes universitaires étrangers diffèrent des programmes structurés des universités de certains pays. Chaque trimestre, l’élève a le choix de choisir les cours qu’il juge importants pour obtenir des crédits. Il n’y a pas de proportion pour non. des cours qu’un étudiant peut suivre à chaque session, mais les frais de programme payés en une seule fois peuvent donner lieu à une déduction des frais de traitement chaque trimestre. En général, il n’est pas recommandé aux étudiants de suivre de nombreux cours à la fois, car ils ont besoin de gagner certains non. un quart de crédits dépend des notes qu’ils obtiennent des cours, et ces crédits ont peu à voir avec le nombre réel d’heures-crédits passées pour chaque cours. Pour les cours, les étudiants doivent se pré-inscrire car ils ne sont pas automatiquement attribués. Bien que ce soit une structure ouverte pour les sélections de cours,
Les institutions étrangères diffèrent par le contenu auquel un étudiant doit être familiarisé et cette différence est identifiable dans les programmes ayant des objectifs similaires et une structure similaire à celle de différentes universités. Certains peuvent être orientés vers les professionnels et donc donner de l’importance à la profondeur dans certains domaines, d’autres peuvent être destinés à fournir une connaissance approfondie du sujet. Généralement, certains instituts peuvent avoir besoin de maîtriser l’essentiel d’un sujet dans son ensemble, tandis que d’autres peuvent avoir besoin de maîtriser de grandes quantités de contenu sur le sujet qui peuvent sembler peu pratiques dans un cadre de courte durée (un exemple est la règle des 10 000 heures ). Les établissements les plus accessibles fournissent le programme de leurs programmes et cours précédents et actuels pour une meilleure communication avant et après le programme.
L’étiquette de la classe peut différer d’un institut à l’autre. Dans les instituts occidentaux, les anciens standards de pratique pour les étudiants s’adressant aux professeurs sont leur nom de famille et le titre de “Professeur”, mais il n’est pas rare que les professeurs s’appelent par leur prénom avec les étudiants d’aujourd’hui. Cependant, il est bon de vérifier auprès du membre du corps professoral avant de lui adresser son prénom uniquement. Les étudiants et les professeurs s’habillent souvent de manière très informelle et il n’est pas rare que les professeurs sillonnent la classe lorsqu’ils discutent ou s’assoient au bord d’une table dans une posture très détendue. La tenue et la posture décontractées ne sont toutefois pas des signes de performance décontractée. Parfois, les professeurs, les administrateurs et même le personnel organisent parfois des réceptions ou des dîners pour leurs étudiants. Dans ce cas, les élèves devraient demander quelle devrait être la tenue vestimentaire pour l’occasion; Parfois, les étudiants devront porter une tenue professionnelle (tailleur-cravate et cravate pour hommes, ainsi qu’un costume ou des robes plus formelles pour les femmes). Les professeurs ne s’inquiéteraient pas même s’ils avaient besoin de participer en classe ou s’impliquaient personnellement avec les étudiants, même s’ils les engageaient dans des cadres / styles que les étudiants pourraient comprendre. En effet, la relation professeur-étudiant est considérée comme professionnelle. Les relations à l’Ouest sont le plus souvent déterminées par une sorte de fonction. Ici, la fonction est l’orientation, l’éducation et le développement des compétences. Ne vous souciez pas de vous, même s’ils soulignent le besoin de participer en classe ou en tant qu’implication personnelle avec les élèves, même s’ils les engagent dans des cadres / styles que l’élève pourrait comprendre. En effet, la relation professeur-étudiant est considérée comme professionnelle. Les relations à l’Ouest sont le plus souvent déterminées par une sorte de fonction. Ici, la fonction est l’orientation, l’éducation et le développement des compétences. Ne vous souciez pas de vous, même s’ils soulignent le besoin de participer en classe ou en tant qu’implication personnelle avec les élèves, même s’ils les engagent dans des cadres / styles que l’élève pourrait comprendre. En effet, la relation professeur-étudiant est considérée comme professionnelle. Les relations à l’Ouest sont le plus souvent déterminées par une sorte de fonction. Ici, la fonction est l’orientation, l’éducation et le développement des compétences.
Dans les institutions occidentales, les étudiants sont évalués de nombreuses manières: examens, travaux de presse, rapports de laboratoire, résultats de simulations, présentations orales, participation et participation aux discussions en classe. Les instructeurs utilisent une variété de types d’examens, notamment à choix multiple, à réponse courte et à rédaction. La plupart des instructeurs expérimentés fournissent des guides ou des modèles de construction de tâches, de cadrage, de questions et de préparation à leurs examens. La plupart des étudiants sont censés faire preuve de créativité dans la présentation (pour éviter les similitudes dans les soumissions sur papier), dans la mise en forme systématique (citation: guide de style) et dans l’investissement pour dessiner et fournir un individualisme positif au groupe / classe (objectif du groupe, identité du rôle pour l’autonomie, positif). pensée, expression de soi responsable, orientée vers les valeurs, etc. vs égoïsme, aliénation, division, etc.
Les relations constituent une partie importante de l’expérience universitaire à l’étranger et d’un soutien social sain. Les relations avec le corps professoral (les instructeurs et les conseillers pédagogiques) sont très importantes pour la réussite scolaire et pour combler le fossé culturel. Mais dans les lieux hors campus, appréciez leur vie en dehors du campus et chaque fois que vous vous considérez comme des individus, évitez de demander des faveurs qui peuvent affecter les zones de confort des enseignants et attendez-vous à ce qu’ils fassent preuve de prudence afin d’éviter les notions de favoritisme et de convivialité. barrières de rôle et de culture.
Un facteur clé de la réussite académique internationale réside dans les approches d’apprentissage qui peuvent être prises les unes pour les autres et en assimilant simultanément les expériences interculturelles.

Titres et rôles dans la structure administrative
Le vice-chancelier ou le vice-président aux affaires académiques gère les différentes écoles et départements.
Le conseil des doyens supervise les différentes écoles, instituts et programmes proposés par l’université ou le collège.
Le président de département gère les affaires des différents départements de chaque école ou collège.
La faculté est responsable de l’enseignement et de la recherche en classe et au-delà.
Les secrétaires et le personnel d’assistance technique des pays étrangers ont beaucoup plus d’autorité que leurs homologues de certains pays. Ils sont traités avec respect par les professeurs et les étudiants.
Visas
Bien que vous n’ayez pas besoin d’un visa pour effectuer de courtes visites dans certains pays en tant que touriste ou pour affaires, vous y rendre en tant qu’étudiant international nécessite généralement un séjour plus long qu’un séjour touristique occasionnel. En général, si vous séjournez dans un pays étranger pendant une période prolongée, vous devrez obtenir un visa à l’avance. Les visas d’étudiant ont généralement des exigences et des procédures de demande différentes de celles des visas de tourisme ou d’affaires. Dans la plupart des pays, vous aurez besoin d’une lettre d’offre de l’établissement où vous souhaitez étudier et de la preuve de fonds vous permettant de subvenir à vos besoins pendant au moins la première année de votre cours. Vérifiez auprès de l’institution, ainsi que du service de l’immigration du pays dans lequel vous souhaitez étudier, pour connaître les exigences détaillées.

En outre, certains pays, tels que les États-Unis et le Canada, interdisent explicitement aux étrangers d’étudier avec un visa de tourisme, même si la durée de leur séjour est suffisamment courte pour en couvrir un. Il peut cependant y avoir des exceptions pour certains types de cours courts. Dans le cas des États-Unis, le site du département d’État concerné indique spécifiquement qu ‘”il est permis de s’inscrire à un court programme d’études récréatives, sans crédit pour l’obtention d’un diplôme (par exemple, un cours de cuisine de deux jours en vacances)”. visa touristique.

Il existe des accords multilatéraux dans certains groupes de pays, de sorte que vous n’avez pas besoin de visa, même pour des études de longue durée, si vous êtes citoyen d’un autre pays du groupe. L’exemple le plus connu est probablement l’Union européenne.

Éléments à prendre en compte
S’installer dans un pays étranger pour la première fois est une expérience déconcertante pour de nombreuses personnes, et aller étudier à l’étranger ne fait pas exception. Pour aller étudier dans un autre pays, il vous faudra commencer à vous préparer plusieurs mois à l’avance, de la demande à l’obtention de votre visa, en passant par les dispositions finales en matière de voyage et d’hébergement. Voici quelques questions sur lesquelles vous devrez faire des recherches avant de prendre une décision:

Souvent, le choc culturel est l’une des principales choses que vivent les personnes qui s’installent pour la première fois à l’étranger. Vous devrez vous adapter aux coutumes et au mode de vie locaux, qui peuvent souvent être radicalement différents de votre pays d’origine. En outre, l’environnement de l’étude varie aussi considérablement d’un pays à l’autre et parfois même entre différentes institutions d’un même pays. Au Royaume-Uni, par exemple, les cours de premier cycle ont tendance à être très spécialisés et structurés et visent à fournir à leurs étudiants des connaissances approfondies dans la majeure de leur choix. Aux Etats-Unis, les programmes de premier cycle exigent aux étudiants d’étudier un large éventail de sujets et visent à fournir à leurs étudiants des connaissances dans un large éventail de domaines.

En outre, vous devrez prendre en compte la barrière de la langue. La plupart des institutions enseignent dans la ou les langues officielles du pays où elles se trouvent, ce qui signifie que si vous ne la connaissez pas bien, vous devrez faire plus d’efforts que les étudiants locaux qui étudient dans leur langue maternelle pour obtenir les mêmes notes. Bien sûr, c’est très bien pour ceux qui étudient dans un pays étranger est d’améliorer leur maîtrise d’une langue étrangère (par exemple, un Italien qui étudie à Hong Kong pour améliorer son cantonais). Toutefois, si ce n’est pas votre objectif, vous devez alors considérer sérieusement les facteurs, car devoir apprendre une langue étrangère en même temps que jongler avec les connaissances académiques dans la matière principale de votre choix est souvent un fardeau supplémentaire importun. Certains établissements ont des cours et des programmes complets dans une langue étrangère, souvent une lingua franca telle que l’anglais, l’arabe ou le mandarin, ou avoir la littérature de cours dans cette langue. Ne pas connaître la langue locale sera toujours un inconvénient, car il sera utilisé pour beaucoup de communication informelle. Certaines institutions proposent des cours de langue pour débutants aux étrangers. La bonne nouvelle pour les anglophones, cependant, est que l’anglais est devenu la langue de communication internationale dans les domaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, et que la grande majorité des publications universitaires dans ces domaines sont rédigées en anglais. Cela signifie que nombre d’institutions parmi les plus réputées dans le monde offrent aux étudiants en recherche postdoctorale la possibilité de terminer leur thèse en anglais au lieu de la langue officielle de leurs pays respectifs. Ne pas connaître la langue locale sera toujours un inconvénient, car il sera utilisé pour beaucoup de communication informelle. Certaines institutions proposent des cours de langue pour débutants aux étrangers. La bonne nouvelle pour les anglophones, cependant, est que l’anglais est devenu la langue de communication internationale dans les domaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, et que la grande majorité des publications universitaires dans ces domaines sont rédigées en anglais. Cela signifie que nombre d’institutions parmi les plus réputées dans le monde offrent aux étudiants en recherche postdoctorale la possibilité de terminer leur thèse en anglais au lieu de la langue officielle de leurs pays respectifs. Ne pas connaître la langue locale sera toujours un inconvénient, car il sera utilisé pour beaucoup de communication informelle. Certaines institutions proposent des cours de langue pour débutants aux étrangers. La bonne nouvelle pour les anglophones, cependant, est que l’anglais est devenu la langue de communication internationale dans les domaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, et que la grande majorité des publications universitaires dans ces domaines sont rédigées en anglais. Cela signifie que nombre d’institutions parmi les plus réputées dans le monde offrent aux étudiants en recherche postdoctorale la possibilité de terminer leur thèse en anglais au lieu de la langue officielle de leurs pays respectifs. est que l’anglais est devenu la langue de communication internationale dans les domaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, et que la grande majorité des publications universitaires dans ces domaines sont rédigées en anglais. Cela signifie que nombre d’institutions parmi les plus réputées dans le monde offrent aux étudiants en recherche postdoctorale la possibilité de terminer leur thèse en anglais au lieu de la langue officielle de leurs pays respectifs. est que l’anglais est devenu la langue de communication internationale dans les domaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, et que la grande majorité des publications universitaires dans ces domaines sont rédigées en anglais. Cela signifie que nombre d’institutions parmi les plus réputées dans le monde offrent aux étudiants en recherche postdoctorale la possibilité de terminer leur thèse en anglais au lieu de la langue officielle de leurs pays respectifs.

Coûts
Enfin, vous devrez prendre en compte vos frais de scolarité et votre coût de la vie. De nombreux gouvernements subventionnent les frais de scolarité des citoyens et des résidents permanents de leurs pays respectifs, mais ces subventions ne sont généralement pas accessibles aux étudiants étrangers. Vous devrez donc payer l’intégralité de vos frais de scolarité. Dans de nombreux pays, les étudiants étrangers paient des frais beaucoup plus élevés que les locaux. Les frais de scolarité de certaines écoles, notamment des prestigieuses places américaines (“Ivy League” et autres), peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars par an.

Dans certains pays, tels que l’Allemagne et plusieurs de ses voisins européens, il n’ya pas de frais de scolarité pour l’université, même pour les étudiants étrangers. Cependant, il s’agit généralement de pays où le coût de la vie est élevé et les étudiants devront payer pour des choses comme des livres et probablement un bon ordinateur. Les coûts peuvent donc rester élevés.

Le coût de la vie varie considérablement. Cela peut être très bon marché si vous êtes dans un petit village en Inde ou en Asie du Sud-Est, mais vivre dans les grandes villes du monde développé telles que New York, Londres, Tokyo, Hong Kong ou Melbourne peut être très coûteux. De même, dans les pays où le coût de la vie est généralement bon marché, cela peut ne pas être le cas dans les villes dotées d’universités. Il existe souvent des logements abordables pour les étudiants, organisés par exemple par l’université ou l’association étudiante. L’université peut être en mesure de donner des conseils sur ces questions également lorsque vous devez utiliser le marché privé.

Bourses d’études
Parfois, le gouvernement de votre pays d’origine ou une entreprise privée peut couvrir tout ou partie de vos dépenses en vous octroyant une bourse. Toutefois, cela signifie souvent que vous devrez travailler pour votre gouvernement ou cette entreprise pendant un certain nombre d’années avez terminé vos études. Si votre pays reçoit une aide étrangère, cela peut inclure des bourses d’études pour les étudiants prometteurs qui souhaitent étudier dans le pays donateur. De nombreux gouvernements occidentaux ont des programmes allant dans ce sens, l’Arabie saoudite offre des bourses aux Palestiniens, la Chine compte de nombreux étudiants africains, etc.

Deux bourses sont remarquablement prestigieuses. les deux prennent un grand nombre d’étudiants chaque année mais sont assez difficiles à obtenir car la concurrence pour eux est féroce:

Bourse Rhodes pour des études supérieures à Oxford. Cela nécessite non seulement un brillant dossier académique, mais aussi des preuves d’activité sportive et d’implication dans la politique.
Bourses Fulbright permettant aux étrangers d’étudier dans des universités américaines et aux Américains d’étudier dans des universités étrangères; un programme géré par le département d’Etat
En général, pour trouver des bourses d’études auxquelles vous pourriez être admissible, vous devrez effectuer beaucoup de vos propres recherches. Cependant, vous pourrez peut-être obtenir des conseils utiles à plusieurs endroits – votre école actuelle, votre propre gouvernement ou l’ambassade du pays dans lequel vous souhaitez aller. Aux États-Unis en particulier, de nombreuses universités privées prestigieuses accordent une aide financière limitée aux étudiants de premier cycle issus de familles moins aisées, et les étudiants au doctorat bénéficient souvent d’un financement complet de la part de l’université.

Soutien aux études supérieures
Pour de nombreux étudiants, il peut être judicieux d’envisager des études de premier cycle à domicile suivies d’un travail de troisième cycle à l’étranger; cela peut coûter moins cher, car vous devez payer moins d’années à l’étranger et, pour un futur emploi, vos études supérieures compteront plus que les études de premier cycle. En outre, la plupart des écoles s’efforcent d’aider les étudiants des cycles supérieurs, en particulier ceux qui préparent un doctorat. Ils peuvent obtenir des travaux de leurs professeurs en tant qu’assistants d’enseignement pour des cours de premier cycle (payés par l’université) ou des assistants de recherche (payés par une subvention ou un contrat commercial conclu par le prof) sur certains projets. Un tel travail rapporte rarement très bien, mais il peut couvrir une grande partie de vos coûts et assez souvent, travailler comme assistant de recherche peut également vous servir de thèse.

Parfois, les bourses de recherche couvrent également des voyages à des conférences internationales, bien qu’elles ne concernent généralement que l’auteur principal d’un article accepté et le professeur qui a supervisé les travaux. Une telle conférence peut être une bonne occasion de rencontrer des personnalités de votre domaine et peut-être même d’aligner un directeur de thèse potentiel pour un travail ultérieur à l’étranger. Il existe de nombreuses conférences dans la plupart des domaines, dont une peut-être assez proche de chez vous; par exemple, en cryptographie, la principale association professionnelle organise trois grandes conférences par an – Crypto est toujours en Californie, mais Eurocrypt et Asiacrypt sont dans une ville différente chaque année et Asiacrypt est parfois en Australie – et il y en a au moins une douzaine d’autres dans le pays. monde géré par d’autres groupes.

Tests d’admission
Une bonne note à un test d’anglais est presque toujours requise pour les étudiants non originaires d’un pays anglophone qui souhaitent étudier dans une université utilisant l’anglais (parfois même lorsque l’université a une langue principale différente). Le terme “pays anglophone” est souvent défini pour ne désigner que les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les étudiants de pays tels que les Philippines, l’Inde et l’Afrique du Sud, où l’anglais est largement parlé ou même la lingua franca mais pas la première langue sont généralement tenus de passer ces tests. Les deux tests largement utilisés sont:

TOEFL, pour l’admission aux universités américaines
IELTS, pour les universités britanniques, irlandaises, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises
(de nombreuses universités l’acceptent)

D’autres tests ne testent pas les compétences linguistiques, mais sont des tests de pré-admission conçus principalement pour les anglophones. Les universités américaines en ont généralement besoin pour la plupart des admissions; dans d’autres pays, elles ne sont pas toujours obligatoires mais sont assez courantes. Les principaux sont:

SAT et ACT pour les admissions au premier cycle
GRE pour la plupart des programmes d’études supérieures, avec à la fois un test général et des tests de matière pour différents domaines. À l’exception des écoles de commerce et des écoles de commerce, presque tous les programmes d’études supérieures exigent le GRE en général.

Le sujet GRE peut être requis par certains programmes en plus du GRE général; le but est de vérifier si l’étudiant a eu une formation de premier cycle adéquate dans le domaine. Ces tests ont une base assez large et les étudiants dont le travail de premier cycle n’a pas été assez large peuvent obtenir de mauvais résultats. Par exemple, si vous êtes sur le point de suivre le cours de psychologie GRE et que vous avez étudié principalement la psychologie comportementaliste, que ce soit en raison de vos propres intérêts ou des préjugés de votre école, il serait bon de lire sur d’autres domaines du tester.

Certaines universités peuvent également utiliser le test d’analogies de Miller:

MAT pour les études supérieures, une sorte de test d’intelligence haut de gamme pour n’importe quel domaine.

Ce test repose sur une compréhension subtile de l’anglais et les locuteurs non natifs sont désavantagés à moins qu’ils ne maîtrisent parfaitement la langue. la plupart devraient faire le GRE général à la place.

Il existe également des tests spécialisés pour de nombreux domaines d’études supérieures qui conduisent à des qualifications professionnelles:

MCAT pour école de médecine
LSAT pour école de droit
DAT pour école dentaire
PCAT pour école de pharmacie
GMAT pour école supérieure de commerce

Dans certains pays, tels que la Chine et la Corée du Sud, les marchés de la préparation aux tests sont en plein essor, avec des cours spécialement conçus pour préparer les étudiants à ces tests, avec la mise en garde évidente que les cours sont dispensés dans la langue du pays. Des cours pour au moins les tests les plus courants – TOEFL, IELTS et SAT – sont disponibles dans la plupart des pays.

Etudiants d’échange
Une autre option pour ceux qui ne veulent pas s’engager, ou ne peuvent pas se permettre de passer plusieurs années à l’étranger est d’aller en tant qu’étudiant d’échange pour un semestre ou une année. Les universités dans lesquelles vous pouvez étudier en échange sont généralement limitées à celles avec lesquelles votre université d’origine a conclu un accord d’échange (bilatéral ou via des programmes internationaux tels que Erasmus). Certaines universités ont également des succursales dans d’autres pays (par exemple, l’Université de New York a des succursales à Abou Dhabi et à Shanghai), et les étudiants qui étudient sur le campus principal sont souvent autorisés à étudier dans l’une des filiales à l’étranger (et inversement). L’avantage de cela est que vous n’êtes généralement pas soumis aux frais d’inscription pour les étudiants internationaux si votre université d’origine est située dans votre pays de citoyenneté (ou de résidence permanente).

Travailler pendant ses études
La plupart des pays ne délivrent pas de visas d’étudiant permettant aux étudiants étrangers d’étudier à temps partiel, mais uniquement aux étudiants à temps plein. Les restrictions sur l’emploi s’appliquent souvent aussi; certains pays n’autorisent pas les étudiants étrangers à travailler, alors que d’autres leur permettent de travailler à temps partiel sous certaines conditions. Par exemple, le Royaume-Uni et l’Australie autorisent les étudiants internationaux à travailler jusqu’à 20 heures par semaine, tandis qu’aux États-Unis, il existe une restriction supplémentaire selon laquelle les étudiants internationaux ne peuvent travailler que sur le campus. Renseignez-vous auprès du service de l’immigration du pays dans lequel vous envisagez d’étudier.

Où aller?
Décider où aller est souvent l’une des principales préoccupations lors du choix d’étudier à l’étranger. Parmi les facteurs qui influencent ces décisions figurent la langue, la distance du domicile et les coûts. La qualité générale des cours, ainsi que l’expertise de votre sujet de prédilection dans un établissement spécifique devraient bien sûr également faire l’objet d’une recherche. Voici un résumé de certains des pays les plus populaires pour les étudiants internationaux.

Pays anglophone
La plupart des universités anglophones exigent des étudiants de pays où l’anglais n’est pas la langue principale qu’ils passent un test de langue pour démontrer leurs compétences avant de pouvoir postuler. Il s’agit généralement du test d’anglais des langues étrangères (TOEFL) pour les universités américaines et du système de test international d’anglais (IELTS) pour les universités de la plupart des pays anglophones, bien que de nombreuses universités les acceptent. Cette exigence est parfois levée si vous avez déjà obtenu un diplôme universitaire dans certains pays anglophones; vérifiez auprès de l’institution concernée pour vous en assurer.

États-Unis
Les États -Unis sont la destination la plus populaire pour les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études à l’étranger. Les États-Unis sont particulièrement connus pour leurs universités, dont beaucoup sont classées parmi les universités les plus prestigieuses du monde.

Royaume-Uni
Avec sa longue histoire en tant que centre d’éducation, le Royaume-Uni est également une destination très prisée des étudiants étrangers. Sans surprise, il abrite certaines des universités les plus anciennes et les plus prestigieuses du monde, telles que l’Université d’Oxford et l’Université de Cambridge, connues collectivement sous le nom de “Oxbridge”. Bien entendu, il existe également de nombreuses autres institutions bien établies aux niveaux national et international. Londres est également connue comme un centre d’éducation et accueille plus d’étudiants internationaux que toute autre ville du monde.

La grande majorité des universités britanniques sont des universités publiques et il n’y a que deux universités privées au Royaume-Uni.

Au Royaume-Uni, les programmes de licence durent généralement trois ans, alors que les programmes d’ingénierie durent généralement quatre ans et la médecine six ans. Au Royaume-Uni, les programmes de licence tendent à être très spécialisés et structurés et exigent généralement que les étudiants démontrent une compréhension approfondie de la majeure. Contrairement aux États-Unis, la médecine et le droit sont généralement des programmes de premier cycle au Royaume-Uni. Les programmes de maîtrise durent généralement un an et peuvent être des programmes de cours ou de recherche. Les programmes de doctorat durent généralement trois ans et nécessitent l’achèvement et la défense réussie d’une thèse de recherche. Cependant, certaines universités commencent également à proposer des programmes de doctorat de quatre ans, inspirés du système américain,

Les tests standardisés ne sont généralement pas pratiqués au Royaume-Uni, bien que certains programmes de MBA obligent les étudiants potentiels à passer le GMAT avant de pouvoir postuler.

Australie
En raison de sa proximité avec l’Asie, de sa bonne réputation, de ses critères d’admission relativement simples et de son régime de visas relativement facile, l’Australie est une destination prisée des étudiants étrangers. Toutes les universités australiennes recherchent activement des étudiants étrangers, et les étudiants étrangers représentent une forte proportion des inscriptions dans de nombreux établissements et dans l’ensemble du système universitaire.

Les universités les plus prestigieuses d’Australie sont connues sous le nom de Groupe des Huit. Même si elles ne sont pas aussi prestigieuses que les meilleures universités américaines et britanniques, elles sont en général de haut niveau et sept des huit universités se classent régulièrement parmi les 100 meilleures universités. dans le monde. La norme des autres universités australiennes est également généralement très bonne, et peu d’employeurs australiens s’inquiètent de la provenance des candidats à une université, compte tenu de la confiance généralisée à l’égard des normes universitaires dans tout le système.

La plupart des universités australiennes sont de grandes institutions publiques et il n’ya que quelques universités privées (la Bond University est la plus connue). Il n’est pas rare que des universités opèrent sur plusieurs campus dans leur pays ou leur ville d’origine, et plusieurs ont également des campus internationaux. Alors que la plupart des étudiants internationaux étudient dans des établissements situés dans les grandes villes australiennes, certaines universités régionales sont très populaires. Les cours de transition et autres formes d’assistance pour s’installer en Australie sont généralement proposés aux étudiants internationaux, mais ne sont pas toujours suffisants.

Des ressources utiles pour rechercher et comparer les universités australiennes incluent le Good Universities Guide et le site Web du gouvernement national MyUniversity. Le site Web gouvernemental Study in Australia fournit également des informations sur le système d’enseignement supérieur australien et sur le processus de candidature des étudiants internationaux potentiels.

Les étudiants australiens vont au lycée pendant six ans et entrent à l’université ou à l’enseignement professionnel à l’âge de dix-sept ou dix-huit ans. (En Australie, ni “école” ni “collège” ne sont utilisés pour désigner les établissements d’enseignement supérieur; ils ne sont désignés que par “universités” ou “unis” en bref – un “collège” peut être une école primaire ou secondaire, ou plus généralement une forme d’hébergement sur le campus). Les programmes australiens de premier cycle durent généralement de trois à quatre ans. Une cinquième année est obligatoire dans certains programmes professionnels de premier cycle comme l’ingénierie, le droit, la médecine et la dentisterie, la sixième année étant obligatoire en médecine. Les étudiants inscrits dans des programmes d’études de trois ans qui obtiennent de bons résultats au cours de ces trois années peuvent choisir une quatrième année facultative appelée honneurs, qui implique généralement un projet de recherche d’une durée d’un an, nécessite la réalisation d’une thèse et serait sanctionné par un baccalauréat spécialisé. En Australie, le baccalauréat spécialisé est considéré comme une qualification supérieure au baccalauréat régulier, mais inférieure à une maîtrise. Les étudiants inscrits dans des programmes de quatre ans peuvent intégrer leur thèse de spécialisation en quatrième année, alors que dans d’autres, l’attribution d’un baccalauréat spécialisé est uniquement basée sur la moyenne pondérée cumulative de l’étudiant.

Les études de troisième cycle en Australie se répartissent en deux classes: les cours et la recherche. Les diplômes sont généralement au niveau de la maîtrise et, dans certains cas, comportent une composante de recherche qui nécessite la réalisation d’une thèse. Les étudiants dont les diplômes de maîtrise comportent une composante de recherche ont généralement la possibilité de ne pas terminer la composante de recherche et d’obtenir plutôt un diplôme d’études supérieures. Les diplômes de recherche sont au niveau de la maîtrise et du doctorat. Pour être admissible à un programme de doctorat, il est généralement nécessaire d’être titulaire d’un baccalauréat spécialisé de la classe 2A ou plus, ou d’une maîtrise avec une composante recherche. Les programmes de doctorat sont exclusivement des diplômes de recherche et nécessitent la réussite d’une thèse de recherche ou d’une série de travaux pour obtenir leur diplôme. Cependant, contrairement à la plupart des autres pays,

Universités
Il existe 42 universités en Australie et toutes rivalisent pour attirer des étudiants étrangers. L’utilisation du mot “université” dans le nom d’une institution est strictement réglementée par la loi australienne, ce qui signifie que toutes les universités sont tenues par le gouvernement australien de respecter certaines normes académiques minimales. Chaque université comporte sur son site Web des sections décrivant les cours proposés aux étudiants étrangers. Elles vous aideront à postuler et à obtenir un logement et un moyen de transport. Les demandes de cours universitaires (et le visa approprié) devront être déposées avant de venir en Australie. Les cours vont de diplômes d’une année à des diplômes de premier cycle et de troisième cycle. Il y a un choix des universités de grès, avec leur histoire et prestige, les universités de la ville moderne,

Tous les cours au niveau universitaire sont en anglais, à l’exception des cours qui se concentrent spécifiquement sur d’autres langues.

Admissions
Pour les étudiants nationaux, ainsi que pour les étudiants internationaux titulaires d’un diplôme australien du secondaire, l’admission de premier cycle à l’université est centralisée au niveau de l’État. Vous faites une seule demande d’admission à l’organe des admissions des États en précisant vos préférences en matière de cours. Les universités sélectionnent les étudiants de ce groupe commun de candidats en fonction de leur classement et de leurs préférences. Sauf si vous postulez pour un diplôme en arts créatifs, votre classement sera basé uniquement sur les résultats scolaires antérieurs au secondaire et dans les études universitaires précédentes.

En revanche, d’autres étudiants internationaux de premier cycle postulent directement auprès d’une université ou par l’intermédiaire d’un agent d’éducation non gouvernemental. Le site Web Study in Australia du gouvernement fédéral explique le processus.

L’admission postdoctorale est gérée par des universités individuelles pour les étudiants nationaux et étrangers, et vous devrez postuler séparément pour chaque établissement que vous envisagez.

Frais de scolarité Les frais
complets payables par les étudiants étrangers sont compétitifs par rapport à ceux de nombreuses universités occidentales. Les citoyens australiens perçoivent des frais substantiellement réduits grâce aux subventions gouvernementales et ont également la possibilité de différer le paiement jusqu’à ce qu’ils gagnent un revenu grâce au système de prêts géré par le gouvernement FEE-HELP. Les résidents permanents en Australie, ainsi que les citoyens néo-zélandais, paient également des frais de scolarité réduits, mais ne sont généralement pas autorisés à différer leur paiement. Les autres étudiants seront généralement tenus de payer tous les frais de scolarité (généralement trois fois plus que les citoyens australiens / résidents permanents) lors de leur inscription chaque semestre.

Des bourses sont rarement accordées pour des diplômes de cours de premier cycle ou de troisième cycle. Un nombre relativement important de bourses sont disponibles pour la recherche postdoctorale, couvrant généralement les frais de scolarité, le cas échéant, et le coût de la vie. Ceux-ci sont attribués par des universités individuelles, ainsi que par divers organismes gouvernementaux et fondations privées. L’admission à un programme de doctorat est généralement conditionnelle à l’obtention d’une bourse.

Enseignement professionnel
Les étudiants étrangers peuvent également suivre une formation chez des prestataires australiens de formation professionnelle. Il existe un grand système d’institutions gérées par le gouvernement à travers le pays (généralement appelées «TAFE») et des centaines de prestataires du secteur privé. Le niveau d’éducation dispensé par les prestataires du secteur privé diffère toutefois considérablement et plusieurs scandales ont eu lieu concernant la non-offre de formation promise aux étudiants étrangers au début des années 2010, qui a conduit à d’importantes réformes du secteur conduites par le gouvernement.

Canada
Grâce à sa proximité avec les États-Unis, mais avec une réglementation des visas plus assouplie et des conditions d’admission moins compétitives dans ses universités, le Canada est en train de devenir une destination prisée des étudiants étrangers. Les universités canadiennes suivent généralement le système américain, bien que, contrairement aux États-Unis, le gouvernement canadien supervise et fixe les normes universitaires minimales que ses universités doivent respecter. Étant un pays bilingue, en fonction de l’université dans laquelle on se rend, le moyen d’enseignement utilisé peut être l’anglais ou le français. Certaines universités sont au moins partiellement bilingues; Par exemple, bien que McGill enseigne exclusivement en anglais, les étudiants peuvent soumettre des cours en anglais ou en français, sauf dans les cours consacrés à l’apprentissage d’une langue donnée. Les universités les plus célèbres au Canada sont l’Université de Toronto à Toronto.

Nouvelle-Zélande
Réputée pour ses paysages à couper le souffle, la Nouvelle-Zélande est une destination prisée des étudiants internationaux des îles du Pacifique ainsi que des étudiants d’Asie. La plus célèbre université de Nouvelle-Zélande est l’Université d’Auckland, située à Auckland.

Singapour
Dans un environnement asiatique, mais avec l’anglais comme langue d’enseignement, Singapour est une destination prisée des étudiants étrangers de toute l’Asie. L’Université nationale de Singapour est l’une des universités les mieux classées en Asie, la Nanyang Technological University étant régulièrement classée parmi les 100 meilleures au monde. En outre, le gouvernement de Singapour a fourni beaucoup de fonds pour transformer Singapour en un centre de recherche biomédicale. Il existe donc un financement substantiel pour les étudiants en recherche.

Les programmes de licence à Singapour durent généralement entre 3 et 4 ans, alors que la médecine dure 6 ans. Les étudiants des programmes de baccalauréat de 3 ans qui obtiennent de bons résultats scolaires peuvent prendre une 4ème année optionnelle, au cours de laquelle ils conduisent un projet de recherche, rédigent une thèse et obtiennent leur diplôme avec un baccalauréat spécialisé. Les étudiants inscrits à des programmes de quatre ans se voient généralement attribuer un baccalauréat spécialisé en fonction de leur moyenne cumulative. Les programmes de maîtrise durent généralement entre un et deux ans et peuvent être des diplômes de cours ou de recherche. Les programmes de doctorat sont exclusivement des programmes menant à un diplôme de recherche qui exigent la réussite et la défense d’une thèse. Ils durent généralement environ 4 ans.

Pays non anglophone

Finlande
Les universités finlandaises sont généralement bien considérées et disposent de bonnes routines pour accueillir des étudiants étrangers. La plupart des programmes d’études sont en finnois ou en suédois, mais comme certains cours et manuels les plus avancés sont en anglais dans de nombreux domaines et que les enseignants maîtrisent l’anglais, l’atterrissage en douceur se produit, en particulier après le niveau du baccalauréat. Certains programmes, en particulier ceux destinés aux étudiants en échange, sont entièrement en anglais (tant que vous respectez cet horaire).

En 2017, les frais de scolarité ont été introduits dans les programmes en anglais pour les citoyens non membres de l’UE / EEE (résidents?) Et des systèmes de bourses ont été mis au point pour les surmonter. Pour les étudiants inscrits à des programmes “normaux”, l’enseignement est gratuit. Le logement et la qualité de vie restent bien sûr importants, même si le logement des étudiants est relativement bon marché.

Allemagne
Connue dans le monde entier pour ses industries de pointe et ses prouesses technologiques, l’Allemagne devient rapidement un centre pour les étudiants internationaux qui souhaitent poursuivre des études supérieures. Sous l’impulsion de politiques d’immigration et de visas plus strictes et de la montée en flèche des frais de scolarité et des frais de subsistance dans des destinations d’études prisées (comme le Royaume-Uni et les États-Unis), les étudiants internationaux optent de plus en plus pour l’Allemagne comme destination de leurs études. La longue histoire de l’éducation en Allemagne (avec des collèges aussi vieux que ceux en Angleterre) et de l’éducation financée par l’État (ce qui signifie aucuns frais de scolarité dans les programmes menant à un diplôme, jusqu’au doctorat) a probablement été négligée à cause de la barrière de la langue (la majeure partie de l’éducation est toujours en allemand), mais de plus en plus d’universités allemandes proposent des programmes enseignés en anglais, partiellement ou totalement.

Le gouvernement allemand promeut activement son enseignement supérieur dans les pays en développement (tels que la Chine, l’Inde et le Brésil) en créant des centres DAAD dans le monde entier, offrant de généreuses bourses d’études, des bourses de recherche et des conseils aux étudiants souhaitant poursuivre des études supérieures à l’étranger.

Les universités allemandes sont reconnues internationalement. Dans le classement académique des universités mondiales (ARWU) pour 2013, quatre des 100 meilleures universités du monde se trouvent en Allemagne et 14 des 200 principales. La plupart des universités allemandes sont des établissements publics, avec des frais de scolarité d’environ 60 € seulement. par semestre (et jusqu’à 500 € dans l’état de Niedersachsen) pour chaque étudiant. Ainsi, l’enseignement universitaire est ouvert à la plupart des citoyens et les études sont très courantes en Allemagne. Bien que le système d’enseignement dual, combinant des enseignements pratiques et théoriques et ne conduisant pas à des diplômes universitaires, soit plus populaire que partout ailleurs dans le monde, il constitue un modèle pour d’autres pays.

Les universités les plus anciennes d’Allemagne font également partie des plus anciennes et des mieux considérées au monde, l’Université de Heidelberg étant la plus ancienne (créée en 1386 et en activité depuis lors). Viennent ensuite l’Université de Leipzig (1409), l’Université de Rostock (1419), l’Université de Greifswald (1456), l’Université de Fribourg (1457), la LMU Munich (1472) et l’Université de Tübingen (1477).

Suède La
Suède est l’un des rares pays non anglophones où de nombreux cours (au moins aux cycles supérieurs, en sciences et en génie) sont dispensés en anglais. Comme la plupart des Suédois parlent couramment l’anglais, la maîtrise du suédois n’est pas nécessaire, dans certaines facultés, pour obtenir un diplôme. L’enseignement est gratuit pour les citoyens suédois et les étudiants participant au programme Erasmus. les étudiants extérieurs à l’EEE doivent s’acquitter de frais de scolarité.

Les principales universités sont situées à Linköping, Lund, Stockholm, Umeå et Uppsala. Le logement est une préoccupation majeure des étudiants en échange, du moins dans les plus grandes villes.

Suisse L’
un des pays les plus riches du monde, réputé pour ses industries de haute technologie et ses finances, la Suisse est sans surprise l’un des leaders européens de l’enseignement supérieur. En raison de son statut de pays multilingue, la langue d’enseignement varie selon l’endroit où vous vous trouvez et peut être dans l’une des quatre langues officielles de l’allemand, du français, de l’italien ou du romanche, bien que les doctorants en médecine, en sciences ou en génie les domaines publient souvent leurs travaux en anglais. La plus célèbre université de Suisse est l’ETH Zurich, particulièrement réputée pour ses programmes de sciences et d’ingénierie. Parmi les autres universités bien connues, citons l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), l’Université de Zurich et l’Université de Genève.

Chine
Avec son statut croissant de puissance mondiale, la Chine devient une destination de plus en plus prisée des étudiants internationaux. Selon le recensement de 2010, il comptait environ un quart de million d’étudiants étrangers et le gouvernement a déclaré que ce nombre devrait atteindre un million dans les années 2020. Le gouvernement chinois a de nombreuses bourses qui visent à attirer des étudiants internationaux dans des universités chinoises, principalement pour des étudiants de pays du «tiers monde», en particulier d’Afrique.

Les universités les plus prestigieuses de Chine sont l’Université de Pékin et l’Université Tsinghua, toutes deux situées à Pékin, et toutes deux classées systématiquement parmi les 100 meilleures au monde. Les universités de Fudan et de Shanghai Jiao Tong, toutes deux situées à Shanghai, font partie des autres universités bien connues. La langue d’enseignement est généralement le chinois, mais il existe des programmes destinés aux étudiants internationaux où les cours sont en anglais.

Japon
En tant que centre majeur de recherche et développement, le Japon est également une destination prisée par les étudiants internationaux venus d’Asie. Les universités les plus prestigieuses du Japon sont connues sous le nom de “Sept universités nationales” (大), anciennement appelées les universités impériales (qui comprennent également l’actuelle Université nationale de Séoul en Corée du Sud et l’Université nationale de Taiwan à Taiwan) avant la seconde guerre mondiale. Parmi celles-ci, l’Université de Tokyo, située à Tokyo, est la première université incontestée au Japon et est également considérée comme l’une des universités les plus prestigieuses d’Asie. Après cela, l’Université de Kyoto, située à Kyoto, est considérée comme la deuxième université la plus prestigieuse du Japon. Les autres membres des sept universités nationales sont l’Université d’Osaka à Osaka, l’Université de Nagoya à Nagoya,

Hong Kong
Hong Kong est également un centre d’éducation important depuis sa colonisation britannique. L’université la plus prestigieuse de Hong Kong est l’Université de Hong Kong, considérée comme l’une des plus prestigieuses d’Asie. Deux autres universités, l’Université chinoise de Hong Kong et l’Université des sciences et technologies de Hong Kong figurent régulièrement parmi les 100 meilleures universités du monde. Les supports de cours et les manuels scolaires sont généralement en anglais, bien que les cours soient souvent donnés en cantonais.

Corée du Sud
Faisant partie des économies de tigres asiatiques, la Corée du Sud abrite certaines des universités les plus prestigieuses d’Asie et attire des étudiants internationaux venus de toute l’Asie. Les trois universités les plus prestigieuses de Corée du Sud, SKY, comprennent l’Université nationale de Séoul (SNU), la première université incontestée de la Corée du Sud, ainsi que l’Université coréenne et l’Université Yonsei, toutes situées à Séoul. L’Institut coréen supérieur des sciences et technologies (KAIST) de Daejeon et l’Université des sciences et technologies de Pohang (POSTECH) de Pohang sont généralement considérés comme l’une des meilleures universités pour les sciences et l’ingénierie, rivalisant même avec les universités SKY dans ces domaines.

Taiwan
Autre économie des tigres asiatiques, Taiwan est également une destination prisée des étudiants d’autres régions d’Asie. L’université la plus prestigieuse de Taiwan est la National Taiwan University de Taipei.

Le respect

Modes d’adresse
“Conférencier” est le terme générique utilisé pour désigner les enseignants de niveau universitaire au Royaume-Uni, tandis que “professeur” est le terme correspondant aux États-Unis. Les modes d’adresse peuvent différer considérablement d’un pays à l’autre. Par exemple, en Australie, il est courant que les étudiants se réfèrent à leurs professeurs par leurs prénoms. En revanche, le Royaume-Uni et les États-Unis ont tendance à être plus formels, et les étudiants de premier cycle sont généralement censés s’adresser à leurs professeurs par leur titre et leur nom de famille. par leur prénom. Bien que le titre de “professeur” désigne tout enseignant de niveau universitaire aux États-Unis, il n’est généralement pas jugé approprié au Royaume-Uni, où le titre est utilisé uniquement pour les universitaires qui ont atteint le rang de professeur. Le nom de “médecin” s’adresse aux autres universitaires.