Gassin, Côte d’Azur

Gassin est une commune française située près de Saint Tropez, dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. La commune est connue pour son village, perché à 200 mètres d’altitude sur un rocher dominant le golfe de Saint-Tropez et offre une vue sur la baie de Cavalaire et les Maures, valorisée par son appartenance à l’association Les Plus Beaux Villages de France . Le village et ses environs bénéficient d’une double protection des sites inscrits.

La ville a conservé d’importantes zones non urbanisées, constituées de forêts, de zones viticoles ou d’installations sportives telles que le golf et le polo. Elle possède un riche patrimoine naturel encadré par deux espaces naturels d’intérêt écologique, faunistique et floristique. Le développement de Gassin est, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, fortement influencé par le tourisme.

L’histoire
Le fort médiéval
Les grandes invasions qui ont accompagné la chute de l’Empire romain ne semblent pas avoir fortement affecté la presqu’île de Gassin qui bénéficie de la protection naturelle des Maures. Les côtes du golfe, qui n’étaient ni protégées par une flotte ni par un système de surveillance, ont permis des incursions de pirates et la destruction d’habitats côtiers. Ce fut le cas pour Alconis, Saint-Tropez, Samblacis. Le chroniqueur Frédégaire rapporte cet événement à la révolte de Mauront de Marseille, allié de Yusuf ibn ‘Abd al-Rahman al-Fihri, contre Charles Martel.

Le territoire a été affecté par la présence sarrasine. Selon le chroniqueur Liutprand de Crémone, vingt combattants andalous sont entrés dans la péninsule et y ont établi un camp, le Fraxinet. Après l’invasion de l’Espagne en 711, des raids sont menés en Provence comme en 728 contre les îles de Lérins, en 838 à Marseille ou 842 et 869 à Arles, et au-delà de Toulouse en 721, Nice en 813 ou Gênes en 935. L’occupation musulmane de Fraxinet a duré plusieurs décennies jusqu’au x e siècle; identifié à Garde-Freinet, le centre névralgique des combattants andalous se situe, selon Philippe Sénac, plus près de la côte, et donc de Gassin, dans la péninsule. De là, ils ont mené des attaques à travers la Provence, jusqu’au Piémont et en Suisse.

L’un des caïds qui dirigeait le groupe de combattants était Nasr ibn-Ahmad, officier du calife Abd al-Rahman III. Après l’enlèvement de Mayeul, abbé de Cluny, une expédition est organisée. L’offensive de Guillaume Ier de Provence et Ardouin (comte de Turin) met fin à cette présence en 972-975 lors d’une offensive qui oppose les ennemis à la bataille de Tourtour. C’est à cette occasion que Gibelin de Grimaldi obtient les terres de Grimaud et ses environs, dont Gassin.

Le territoire, avec alors son principal site d’occupation, l’actuel quartier Bourrian (Borrianum), est mentionné dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille au xi e siècle. Il n’est fait mention d’aucun endroit nommé Gassin, Garcin ou ses dérivés. Ce n’est que dans le cartulaire que des noms pourraient être liés à Gassin: Arnulfus de Garcino et Aicardus de Garcin, Gaufridi de Garci et Guilelmus Garcinus. Dans une charte de 1083 émanant du comte de Provence Bertrand II, il s’agit d’un Petrus Garcinus; dans un autre daté de 1100 d’un “Garcini burgo”. Gassin apparaît dans son ancienne orthographe dans les Statuts de l’huissier de justice de Fréjus, en 1235.

L’habitat regroupé autour de la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion. Malgré la présence d’un passage templier dans le village moderne et dont le nom ne date que du XXe siècle, rien n’indique qu’il existait une institution de ce genre. Les auteurs anciens ont imaginé que le clocher carré de l’église du village, au sommet de la colline dominant le golfe de Saint-Tropez, était un belvédère templier. L’arrondissement a déménagé sur le site actuel du village. L’habitat dispersé, fréquent pendant l’antiquité, s’est raréfié en raison de longues périodes d’insécurité. Le village actuel conserve de nombreuses traces de ce passé, notamment les remparts et l’habitat de l’ancien fort. La Porte des Sarrasins marque l’entrée de ce secteur.

L’expulsion des Sarrasins n’a pas mis fin à l’insécurité qui s’est poursuivie pendant plusieurs siècles. Les raids font des morts parmi les populations locales, tandis que d’autres sont asservis. L’enlèvement devient une source de revenus pour les pirates qui permettent parfois le rachat des captifs: plusieurs familles de Gassin se retrouvent ainsi réunies, après parfois une captivité de plusieurs années en Afrique du Nord. C’est le cas de l’un des deux frères Magnan, enlevé et détenu à Bône.

Le détachement de Saint-Tropez
A la fin du Moyen Âge, Saint-Tropez est détaché de la seigneurie de Gassin. Un acte de réforme radicale fait en 1470 par Jean Cossa permet à cette ville de se développer à partir du xvi ème siècle. Ceci vise notamment à créer de nouveaux débouchés économiques pour les produits de l’exploitation de la forêt et du vignoble.

Dans l’ère moderne
Le cadastre de 1516 montre un village fortifié construit autour d’une seule rue (l’actuelle rue de la Tasco) et comprenant le château et une église, entouré d’une banlieue. Le château a ensuite cédé la place à l’église, achevée en 1578, un char et un nom: rue du Fort. Le réservoir était d’une importance vitale pour l’approvisionnement en eau de cet affleurement rocheux.

La mairie occupe la place qui lui appartient encore aujourd’hui. L’enceinte fortifiée s’étend jusqu’à la vieille banlieue. Le village continue de croître avec notamment son apparition sur le cadastre de 1728, l’hôpital au nord et la forge au sud. L’enceinte fortifiée dispose alors de deux entrées, l’une au nord, par le Nouveau Portail, l’autre à l’ouest avec le Grand Portail. Les kilomètres de côtes, au nord-est du golfe de Saint-Tropez et au sud-ouest entre Cavalaire et Cap Lardier nécessitent un suivi. Nicolas-François Milet de Monville, directeur des fortifications de Provence, note dans un mémoire que la côte vers Cavalaire ne permet l’ancrage de petits immeubles qu’en été. En 1752, une batterie à quatre canons protège cette pièce. Vers le cap Lardier, l’inaccessibilité de la côte rend alors toute protection inutile. La citadelle de Saint-Tropez protège l’entrée de Golfe.

Au XIXe siècle, la ville castrale a presque atteint sa composition actuelle. La commune connaîtra une augmentation significative de sa population entre 1821 et 1856 (de 491 à 833 habitants). Le village possède deux fours, deux moulins à huile (cinq autres dans le reste de la ville) et sept usines de liège (dont une huitième à l’extérieur du village). Elle connut une seconde phase d’expansion démographique qui ne fut pas arrêtée par la guerre, la population passant de 899 habitants en 1896 à 2 314 trente ans plus tard.

L’habitat dispersé y est plus important que dans les villages voisins, atteignant 69% selon le recensement cadastral de 1841 (10% à Saint-Tropez, 13% à Cogolin et 45% à Grimaud par exemple) des chiffres expliqués par l’étendue de sa territoire alors. L’économie sort du secteur agricole à 80%.

À l’époque contemporaine
La fin du XIXe siècle voit le développement du tourisme d’hiver sur la Côte d’Azur. Avec Nice et Hyères, la presqu’île de Saint-Tropez devient populaire auprès des riches populations de France et d’Europe. Le tourisme provoque une rupture entre la société rurale traditionnelle d’une part et les nouvelles unités urbaines qui se développent rapidement. Contrairement au village de Gassin, ses hameaux balnéaires, Cavalaire et La Croix, se développent rapidement grâce au tourisme. Le secteur agricole, très fort à Gassin, fait face à la concurrence du tertiaire dans les deux hameaux. Il y a déjà moins d’employés dans l’agriculture à La Croix que dans les services et l’administration. Les deux hameaux se distinguent également par les habitants nés en dehors de Gassin: 65% à Gassin, 82% à La Croix en 1926.

La ville bénéficie des avantages économiques du tourisme et essaie de s’y adapter. Par délibération du 16 mars 1913, la commune demande à être classée station thermale. Si les conditions géographiques et météorologiques sont saluées, la faiblesse des conditions d’hygiène est jugée prohibitive par la commission chargée de l’étude du dossier. Le rapporteur salue au contraire les qualités de Cavalaire et de La Croix. Les habitants manifestent pour revendiquer leur indépendance, dénonçant notamment le détournement de taxes, la réticence du conseil municipal et l’opposition entre les deux entités. Après quatre ans de tension et de négociations, Cavalaire est érigée en commune le 5 août 1929.

Dans les mêmes conditions, le hameau de La Croix-Valmer est séparé de Gassin le 6 avril 1934. Gassin perd alors 650 puis 2 000 hectares, plus des deux tiers de ses habitants, et est coupé des secteurs particulièrement touristiques comme la baie de Cavalaire et une partie du secteur des Trois Caps. Cette perte s’ajoute à la vente d’une grande bande côtière à Cogolin auparavant.

Le développement touristique est facilité par l’arrivée du train à la fin du XIXe siècle dans le golfe de Saint-Tropez. La fin de l’ouverture du territoire a été marquée par la mise en service du chemin de fer entre La Foux et Hyères en 1890. Ce tronçon a permis de relier Hyères à Saint-Raphaël par des voies situées principalement en bord de mer. Longue de 54 kilomètres, elle a été rythmée par quatre arrêts sur le territoire de Gassin, trois stations et un arrêt: Cavalaire, La Croix (avec un simple arrêt), Gassin et La Foux.

A partir des années 1980, la commune a développé une politique de promotion et d’accueil touristique. D’importants travaux d’aménagement ont été réalisés: pavage des rues, aménagement de l’entrée du village, table d’orientation, création de golf, polo, etc. L’extension du village, réalisée de 1989 à 1998 par François Spoerry – l’architecte qui a conçu Port Grimaud – et son assistant Xavier Bohl, ont remporté le prix d’architecture européen Philippe-Rotthier. François Spoerry est également l’auteur du premier projet de golf de Gassin qui a été modifié sous la pression de plusieurs associations et après de nombreux appels.

Tourisme
Comme de nombreuses villes du sud du Var et de la presqu’île de Saint-Tropez, l’économie de Gassin est fortement tournée vers le tourisme d’été. Le tourisme à Gassin était avant tout un tourisme d’hiver, centré sur les hameaux de Cavalaire et de La Croix et notamment l’arrivée de riches propriétaires lyonnais. La vue panoramique du village sur les environs a accompagné le développement du tourisme. Gassin a également profité de sa position de voisin de Saint-Tropez lorsque ce dernier a acquis une renommée mondiale. La commune a créé en 2016 un office de tourisme municipal, le dernier avant l’entrée en vigueur de la loi NOTRe pour améliorer l’accueil touristique et mieux quantifier l’impact du tourisme. La commune obtient pour la première fois son classement en station touristique le 17 décembre 2019 par arrêté ministériel.

“Gassin, une station à partir de laquelle une route automobile monte à droite, à travers bois, au sommet d’un promontoire (depuis la terrasse de l’église, admirable panorama)”, écrivait Paul Joanne en 1902 dans un guide des stations d’hiver en Méditerranée.

Un projet de développement touristique d’Henri Prost pour le Syndicat des communes de la côte varoise énoncé sur une carte, à propos de Gassin: “Point de vue remarquable sur le golfe de Saint-Tropez”. Dans un document écrit, il détaille les actifs de la commune qui comprenait alors les secteurs de Cavalaire et La Croix, érigés en communes respectivement en 1929 et 1934. Le développement de la ville de Gassin est l’un des plus importants du point de vue touristique de vue.

Son territoire comprend la baie de Cavalaire et une grande partie de cette presqu’île sauvage formée par Gassisn-Saint-Tropez et Ramatuelle. Les installations de ces trois municipalités sont étroitement liées. Le front de mer n’est pas le seul à considérer; la nature pittoresque de cette région nécessite des itinéraires secondaires permettant de nombreuses excursions vers des points de vue remarquables. Les agglomérations de Gassin et Ramatuelle, très éloignées du bord de mer, sont des attractions de charme en elles-mêmes par leur pittoresque et les panoramas que l’on découvre de leurs situations élevées. L’agglomération de Gassin, très éloignée du front de mer, se caractérise par une silhouette pittoresque qui se profile au plus haut sommet d’une colline (colline 195). Dans cette petite ville, une terrasse à l’est de l’église surplombe le golfe de Saint-Tropez, le panorama s’étend au-delà de l’Estérel;

Au 1 er janvier 2016, la capacité hôtelière était de 249 chambres réparties entre dix hôtels dont cinq hôtels cinq étoiles., Un hôtel quatre étoiles, deux hôtels trois étoiles, un hôtel deux étoiles et un hôtel non classé. la commune dispose également de deux campings d’une capacité totale de 716 emplacements. Gassin est également célèbre pour ses restaurants, notamment ceux de la place deï Barri. Plusieurs restaurants de la ville sont récompensés par les principaux guides culinaires nationaux: le restaurant de la Villa Belrose a conservé une étoile Michelin pendant vingt ans. Bello Visto et La Verdoyante ont obtenu un Bib Gourmand au milieu des années 2010.

Culture et patrimoine locaux
Gassin est protégé par les sites répertoriés deux fois: “Gassin et ses environs” et “Presqu’île de Saint-Tropez”. Le rapport de la commission départementale des sites, perspectives et paysages du Var du 1 er mars 1963 détaille les raisons de ce classement:

«Véritable belvédère sur son promontoire, Gassin possède un rempart circulaire, un très beau belvédère d’où l’on découvre un très large panorama sur Grimaud, Sainte-Maxime, le golfe de Saint-Tropez, la baie de Cavalaire, les îles du Port -Cros et le Levant , avec les Alpes en arrière-plan ».

Inventaire des monuments historiques
La commune n’a pas de monument inscrit à l’inventaire des monuments historiques mais 31 lieux et monuments inscrits à l’inventaire général du patrimoine culturel. De plus, il compte 10 objets inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

Les dix objets inscrits à l’inventaire des monuments historiques se trouvent dans l’église paroissiale de Notre-Dame-de-l’Assomption:

le tableau du XIXe siècle représentant «la bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque»;
statue de la Vierge à l’Enfant, datée des xvii e et xviii e siècles;
statue de la Vierge, datée du xviii e siècle;
buste-reliquaire de Saint Laurent, daté du xvii e siècle;
Tableau: Saint François de Sales entre Saint Louis de Gonzague, Saint Sébastien et Sainte Lucie, daté du xviii e siècle;
Tableau: Vierge du Rosaire avec sainte Dominique, sainte Catherine de Sienne et sainte Lucie, datée du xvi e siècle. Ce don du chapelet (1587) est attribué à Coriolano Malagavazzo par Patrick Varrot;
Tableau: Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste et Saint-Laurent, datée du xvi e siècle;
cloche du 18ème siècle
fontaine d’eau bénite, datée du xvi e siècle
Statue du Christ, datée du xvi e siècle

Inventaire général du patrimoine culturel
L’inventaire cite notamment dans l’ordre suivant:

Oratoire Saint-Joseph
le cimetière. Il a été construit à partir de 1881 à l’entrée nord du village. Auparavant, Gassin abritait deux cimetières: l’un près de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, l’autre près de la chapelle Saint-Sébastien;
le monument dédié à Saint Joseph. Érigée en 1876 sur un rocher, elle a été isolée à l’époque dans la garrigue et les raisons de sa construction ne sont pas connues. Il contient les noms de 16 personnes, probablement les donateurs qui ont permis sa construction. Quinze ans plus tard, le cimetière a été créé à proximité immédiate du monument;
la maison acquise par la municipalité en 1996 à Caruby, abritant le centre en plein air et les logements officiels
la mairie-école. Il a été construit au-dessus du four commun en 1584;
la maison du Domaine de Manouyie
le presbytère. Datée du XVIIIe siècle, elle abrite aujourd’hui la communauté brésilienne Doce Mãe de Deus;
la maison acquise par la commune en 1936, abritant le Foyer des Campagnes. La ville y organise diverses activités, notamment des expositions estivales de peintures. Le cadre d’entrée porte la date 1552;
la maison acquise par la commune en 1905, abritait la poste de 1905 à 2016. Ce dernier a cédé la place à un Relais La Poste en 2016, situé dans un commerce du nouveau village. Le bâtiment date du XIXe siècle;
le puits de la rue du Puits. Les deux bien conservés dans le village ont été construits au XVIIIe siècle. Ils sont tous deux recouverts d’une forme ogivale;
le puits de la rue Saint-Jean-Baptiste. Il a une profondeur d’environ quatorze mètres;
les vestiges d’une tour médiévale rue de la Tasco;
la ferme Tuilière;
le moulin de Brûlat;
Notre-Dame-de-la-Compassion, parfois appelée Notre-Dame de la Consolation. Située dans un petit parc sous le village, la chapelle a servi de paroisse jusqu’à l’érection de l’actuelle église du village. Il date de 1090. Anciennement entouré d’un cimetière, il présente une pierre de seuil de l’ancienne stèle mortuaire d’un marin ayant appartenu à la flotte du Forum Julii. La chapelle, considérée comme la paroisse primitive de Gassin, est encore utilisée pour la messe donnée lors de la fête du village;
l’arrondissement de Bourrian;
l’usine de torpilles Naval Group;
le mémorial de la guerre de 1914-1918. Il a été réalisé par Henri-Paul Nénot, membre de l’Institut de France et enterré au cimetière de Gassin, dans un mausolée conçu par lui;
la résidence du domaine de Barbeyrolles;
la ferme au lieu-dit Saint-Martin;
le moulin au lieu-dit Saint-Martin;
la ferme à un endroit appelé Riboty;
la ferme au lieu-dit Moulin-d’Eau;
la ferme au lieu-dit Docteur-Champagne;
la bergerie au lieu-dit Gourbenet;
la localité du château Château Bertaud ou Château de Bertaud;
la ferme à un endroit appelé Carteyron;
Chapelle Saint-Julien au lieu-dit Cambon. Chapelle romane, elle a été intégrée dans un bâtiment privé;
l’église paroissiale de Notre-Dame-de-l’Assomption (parfois appelée à tort église Saint-Laurent par confusion avec le saint patron du village). Achevé en 1557 ou 1558, il fut consacré en 1582. Le clocher était une ancienne tour de guet. Les créneaux de ce clocher ont été détruits pendant la Révolution française. L’église est construite sur le rocher autour d’une nef rectangulaire avec deux travées de voûtes reposant sur quatre piliers;
entrée du village médiéval, la Porte des Sarrasins
120 bâtiments du 2ème quart du 15ème siècle à la 2ème moitié du 16ème siècle.

Autres lieux et monuments
La ville est fière d’avoir “la plus petite rue du monde”, l’Androuno, nom qui signifie ruelle en provençal. Des rues similaires existaient dans de nombreux villages de Provence. Cette ruelle, qui ne permet pas le passage d’un homme de face, est une curiosité locale. Au plus étroit, il ne mesure que 29 centimètres.

La chapelle Saint-Laurent est située dans le quartier éponyme de Gassin. Aujourd’hui en ruine, elle abritait jusqu’en 1778 les reliques de Saint-Laurent.

La chapelle Saint-Sébastien, dite chapelle des Pénitents Blancs, était située au puits de la rue Saint-Jean-Baptiste. Il y avait un cimetière à côté. Les pénitents de Gassin font l’objet d’une censure épiscopale en 1754.

La commune possède un blockhaus de type R680 dans le quartier de Foux. Ce bunker a été construit pendant la Seconde Guerre mondiale par l’armée allemande afin d’empêcher un débarquement allié dans le cadre du mur de la Méditerranée (le débarquement de Provence a eu lieu en partie dans ce secteur: la force Alpha au niveau de Cavalaire-sur- Mer et La Croix-Valmer, et la force Delta à Sainte-Maxime). Situé sur un terrain privé, il a fait l’objet d’une convention entre son propriétaire privé et la mairie pour permettre à une section locale du Souvenir français de prendre soin des lieux.

D’une superficie de près de 2 500 m2, le jardin privé de Marie-Thérèse L’Hardy-Halos, accessible gratuitement, propose plusieurs centaines d’espèces végétales méditerranéennes et provençales. Créé par Germaine L’Hardy-Denonain en 1973, il a reçu le label officiel “jardin remarquable” du Ministère de la Culture en 2009. C’est l’un des lieux qui participent aux Rendez-vous dans les jardins organisés chaque année par le Ministère de la communication et des journées du patrimoine.

La ville, qui abritait autrefois la Pin de Bertaud, un parasol de pin avec un tronc circonférence et une taille remarquable, abrite aujourd’hui l’un des deux plus anciens oliviers de France.

Héritage naturel
La ville possède trois plages sur sa côte: la plage de la Moune qui abrite une école de voile, celles de Treizain et de la Bouillabaisse, que Gassin partage avec Saint-Tropez, parsèment la côte de Gassin. Un sentier côtier permet de parcourir une partie du bord de mer de Gassin.

Trois sentiers balisés ont été aménagés. Depuis le mini-stade du nouveau village, les Boucles de l’Arlatane vous permettent de découvrir la forêt provençale, notamment grâce aux panneaux botaniques installés sur le parcours. Le sentier s’étend sur 3,5 kilomètres au total. Une aire de pique-nique est aménagée près de la source de l’Arlatane.

Le chemin de la chapelle Notre-Dame-de-la-Consolation est un circuit de 4,1 km. Elle passe par la route qui longe la vue des Maures puis descend dans la forêt et les vignobles Gassinois avant de monter vers une bergerie et la chapelle.

Le dernier itinéraire, long de 16,9 kilomètres, descendant jusqu’à La Croix-Valmer avant de remonter vers le village, emprunte un petit passage depuis le GR 51.

Les espèces végétales du territoire de Gassin sont caractéristiques des régions méditerranéennes. Les forêts sont constituées de chênes duveteux, de chênes verts, de pins parasols notamment. Les pins blancs de Provence y poussent également. Sur la place Deï Barri et autour du village, il y a des micocouliers de Provence.

Ces éléments et la faune provençale en général sont mis en valeur dans le remarquable jardin de L’Hardy-Denonain, mais aussi dans un sentier de découverte en forêt communale. Des panneaux botaniques ont été installés sur une partie du sentier des Boucles de l’Arlatane.

Le territoire de la commune est situé dans deux espaces naturels d’intérêt écologique, faunistique et floristique de type II: ZNIEFF 83-103-100 dit “Maures de la Presqu’île de Saint-Tropez” et ZNIEFF 83-200 -100 dit “Maures “.

La faune compte 14 espèces patrimoniales: pour les oiseaux le vers Jean-le-Blanc, l’écureuil faucon et la chouette eurasienne en espèces décisives ainsi que les pics tachetés et les moineaux ortolans; des tortues d’Hermann (Gassin est l’une des communes dans lesquelles s’applique le plan d’action national pour la tortue d’Hermann), les terrapins Europe et les lézards ocelés pour les animaux terrestres; le cardiophorus exaratus, l’amaurops abeillei et l’amaurops aberrans; le cyclops halicyclops septentrionalis et enfin le deroceras limace.

Gassin fait partie de la zone d’adhésion optimale (AOA) du parc national de Port-Cros.

Un champ de grandes nacres
En 2018, l’observatoire marin a découvert un grand champ de nacre au pied du château Bertaud, couvrant environ 15 000 m², le deuxième plus grand coquillage au monde. Le site est exceptionnel par sa concentration d’une population du même âge (2 à 3 ans) et par sa densité, supérieure aux autres champs du secteur, dépassant celle de la population de nacres du parc national de Port-Cros. Selon le biologiste marin Nardo Vicente, il s’agit de la densité la plus élevée de toute la côte méditerranéenne.

La présence de cette espèce, protégée en France, apparaît comme un élément bloquant pour la vente du site de l’usine de torpilles Gassin par Naval Group.

Événements culturels et festivités
Le groupe Leï Masco (Les Masques) perpétue la culture provençale à Gassin lors de diverses manifestations: messe chantée, aube, procession pour la fête du Saint-Laurent et partage des Treize desserts.

Les Amis des Arts organisent de nombreuses activités culturelles: une exposition annuelle des œuvres des ateliers, une pièce de théâtre.

Pendant plusieurs années entre 2014 et 2017, l’acteur américain Leonardo DiCaprio a organisé à Gassin une vente aux enchères majeure pour la Fondation Leonardo DiCaprio. L’événement a attiré environ 900 personnes au domaine viticole de Bertaud-Bélieu en 2016, dont des personnalités telles qu’Arnold Schwarzenegger, Albert II (Prince de Monaco), Mariah Carey, Edward Norton, Naomi Campbell, Kate Hudson ou Bono. Plus de 40 millions d’euros ont été collectés, dont une partie, l’événement se déroulant quelques jours après l’attentat terroriste du 14 juillet 2016 à Nice, doit être reversée aux victimes de l’attentat.

Le domaine accueille d’autres événements. En 2019, c’est le lieu où se déroule le gala d’arrivée du Rallye des Princesses.

A partir de 2020, le haras accueille la Fight Night, l’un des plus importants rassemblements de sports de combat en France.

Chaque deuxième dimanche d’août, Gassin célèbre son saint patron, Saint Laurent. Les événements sont organisés par la mairie, l’Office municipal du spectacle, de la culture et des loisirs (OMACL) et le groupe Leï Masco. Aubade, cortège, messe chantée en provençal, animations, repas provençaux sont programmés chaque année.

Elle coïncidait avec la bravade, dirigée par un capitaine, qui était l’organisateur de la fête. Cette tradition se poursuit pendant la révolution lorsque la fête laïque fusionne avec celle des employeurs.

Côte d’Azur
La Côte d’Azur est la côte méditerranéenne du coin sud-est de la France. Il n’y a pas de frontière officielle, mais elle est généralement considérée comme s’étendant de Cassis, Toulon ou Saint-Tropez à l’ouest jusqu’à Menton à la frontière France-Italie à l’est, où la Riviera italienne rejoint. La côte est entièrement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en France. La Principauté de Monaco est une semi-enclave de la région, entourée sur trois côtés par la France et faisant face à la Méditerranée. Riviera est un mot italien qui correspond à l’ancien territoire ligure, coincé entre le Var et le Magra.

Le climat de la Côte d’Azur est méditerranéen tempéré avec des influences montagnardes sur les parties nord des départements du Var et des Alpes-Maritimes. Il se caractérise par des étés secs et des hivers doux qui contribuent à réduire la probabilité de gel. La Côte d’Azur bénéficie d’un ensoleillement important en France métropolitaine 300 jours par an.

Cette côte a été l’une des premières stations balnéaires modernes. Il a commencé comme une station thermale d’hiver pour la classe supérieure britannique à la fin du XVIIIe siècle. Avec l’arrivée du chemin de fer au milieu du 19e siècle, il est devenu le terrain de jeu et le lieu de vacances des aristocrates britanniques, russes et autres, tels que la reine Victoria, le tsar Alexandre II et le roi Édouard VII, lorsqu’il était prince de Galles. En été, il a également accueilli de nombreux membres de la famille Rothschild. Dans la première moitié du 20e siècle, il était fréquenté par des artistes et des écrivains, dont Pablo Picasso, Henri Matisse, Francis Bacon, h Wharton, Somerset Maugham et Aldous Huxley, ainsi que par de riches Américains et Européens. Après la Seconde Guerre mondiale, il est devenu une destination touristique populaire et un site de congrès. De nombreuses célébrités, comme Elton John et Brigitte Bardot, ont des maisons dans la région.

La partie orientale (maralpine) de la Côte d’Azur a été largement transformée par le bétonnage de la côte lié au développement touristique des étrangers d’Europe du Nord et des Français. La partie varoise est mieux préservée de l’urbanisation à l’exception de l’agglomération de Fréjus-Saint-Raphaël affectée par la croissance démographique de la côte maralpin et de l’agglomération de Toulon qui a été marquée par l’étalement urbain de sa partie ouest et par une zones industrielles et commerciales (Grand Var).

Tags: