Galerie des présidents, Palais de São Bento

Dans la Galerie des présidents, qui donne accès au bureau du président de l’Assemblée de la République, se trouvent les portraits du président de l’Assemblée constituante, Henrique de Barros, par Pedro Girão (1997), et des 12 anciens présidents de l’Assemblée de la République, Vasco da Gama Fernandes, Teófilo Carvalho dos Santos, tous deux également de Pedro Girão (1997), Leonardo Ribeiro de Almeida, de Fernando Alves de Sousa (1997), Francisco de Oliveira Dias, de Maria Antónia Machado (1997 ), Manuel Tito de Morais, de Pinheiro de Santa Maria (1998), Fernando Amaral de Fernando Alves de Sousa (1997), Victor Crespo, de Maluda (1997), António Barbosa de Melo, d’Ana Duarte de Almeida (1997), António Almeida Santos, d’António Macedo (2002), João Bosco Mota Amaral, de João Cruz Rosa (2005), Jaime Gama, Isabel Garcia (2011) et Maria da Assunção Esteves,Isabel Guerra Peñamaria (2016).

Dans ce couloir se trouve la table de la présidence de l’ancienne Chambre des députés (1834-1895), une vitrine où certaines des offres institutionnelles sont présentées aux présidents de l’Assemblée de la République et un cas est également affiché avec un cas avec un mécanisme fabriquée par les maîtres horlogers londoniens William Trippett et Jacob Garon, au début du XVIIIe siècle, qui appartenait au monastère de São Bento.

Portrait d’Henrique de Barros, Pedro Girão, 1997.
Portrait de Vasco da Gama Fernandes, Pedro Girão, 1997.
Portrait de Teófilo Carvalho dos Santos, Pedro Girão, 1997.
Portrait de Leonardo Ribeiro de Almeida, Fernando Alves de Sousa, 1997.
Portrait de Francisco de Oliveira Dias, Maria Antónia Machado, 1997.
Portrait de Tito de Morais, Pinheiro de Santa Maria, 1998.
Portrait de Fernando Amaral, Fernando Alves de Sousa, 1997.
Portrait de Vítor Crespo, Maluda, 1997.
Portrait de Barbosa de Melo, Ana Duarte de Almeida, 1997.
Portrait d’Almeida Santos, António Macedo, 2002.
Portrait de Mota Amaral, João Cruz Rosa, 2005.
Portrait de Jaime Gama, Isabel Garcia, 2011.
Portrait de Maria Assunção Esteves, Isabel Guerra Peñamaria, 2016.

Bureau du président
Le bureau du président de l’Assemblée de la République présente des meubles, des peintures, des textiles et de la porcelaine dans sa décoration.

En ce qui concerne le mobilier, cet espace est rempli, en particulier, par un grand meuble de style hollandais en bois brun, avec quatre portes et deux tiroirs, avec une colonnade latérale et centrale, des coussins surélevés et les surélevés respectifs sculptés en relief. représentant des animaux mythologiques, entre autres. Le bureau est également grand, de forme rectangulaire, creux dans la zone centrale, avec six tiroirs antérieurs et six postérieurs, ces faux, avec des poignées ou des découpes et des raccords en laiton doré en forme d’ancre, le dessus correspondant étant bordé de peau rouge. Un des coins de l’espace analysé est orné d’une petite bibliothèque tournante en acajou. La table de réunion a une forme rectangulaire et ovoïde, avec un plateau recouvert de la même nuance que le bureau et surmonté de filets dorés gravés, et reposant sur des pieds et des pieds rectangulaires. Les chaises qui l’entourent sont composées de fauteuils copiés à partir des originaux utilisés par les députés constituants de 1834, avec un siège en velours et un dossier creux rempli d’hexagone. Le reste du mobilier est composé d’un canapé et de twobergères, tous deux tapissés de tissu chenil dans des tons orange, et de deux petites tables de support circulaires surmontées de lampes en porcelaine beige en forme de pot.

Également dans la ligne de mobilier digne de référence est un lustre classique en bronze doré et à 24 bras.

Quant aux textiles, dans ce meuble il y a deux pièces dignes de mention et de grande qualité, à savoir une tapisserie italienne du XVIIe siècle et un tapis Arraiolos récent, tous deux de grandes dimensions.

La tapisserie italienne, de forme polychrome et rectangulaire, représente la première famille biblique – Adam et Eve avec Caïn et Abel – et est la double paternité de Pietro Ferloni (tisserand) et Domenico Paradisi (peintre), placé sur un mur à côté de la table. réunions. Le tapis précité, également polychrome, sur lequel repose la table et les chaises de réunion, présente une décoration végétale, avec une bande symétrique et surmontée de franges.

En ce qui concerne la peinture, le mur à côté du bureau est rempli d’une peinture à l’huile sur toile du XVIIe siècle du peintre français Jean de Boulogne (1591-1632), intitulée “Mercure et Argus”, et qui représente dans un cadre bucolique ces deux personnages mythologiques. Cette œuvre de la collection du Musée national d’art ancien est en dépôt à l’Assemblée de la République.

Salon de la présidence
L’actuel salon de la présidence de l’Assemblée de la République, où le Conseil des ministres s’est réuni lors de l’Estado Novo, présente dans sa décoration des pièces de peinture, des meubles, des céramiques, des sculptures et des textiles.

En ce qui concerne la peinture, l’un des murs est décoré d’une huile allégorique sur toile de la collection du Musée National des Arts Anciens (MNAA), intitulée “Minerve et les Arts” et attribuée à Louis Jean François Lagrenée (XVIIIe siècle) , et sur le mur d’en face, un portrait de D. Carlos I par José Malhoa (XIXe siècle).

Côté mobilier, l’espace est rempli d’un ensemble composé en partie d’un canapé et de sept fauteuils de style Louis XVI, ainsi que de huit chaises (cinq avec accoudoirs et trois sans accoudoirs) en acajou avec assise en cuir de style Chippendale.

La décoration respective comprend également deux élévations avec une vitrine à quatre tiroirs avec des pièces exposées – certaines offertes au président lors de voyages officiels; quatre petites tables de support rectangulaires surmontées de quatre lampes en porcelaine sculptée (Fábrica Vista Alegre), deux tables circulaires de style Empire II avec un plateau elliptique en marbre vert, un miroir doré surmonté d’une corniche de vase de style D. Maria e avec des motifs végétaux du début du XIX siècle. Enfin, un lustre en bronze et cristal en forme de douche est suspendu au plafond.

Remplissant l’une des tables d’angle elliptiques, un petit buste en plâtre, une figure représentative de la République, par Simões de Almeida, neveu, peut être vu. Dans l’autre, deux petits pots en faïence (collection MNAA) sont appréciés.

Au sommet de la cheminée, il y a un ensemble d’horloge et deux lustres français du XIXe siècle, en marbre noir et ornements en bronze mat, détectant les signes du zodiaque et une paire de mythologie gréco-romaine (Cronos et Reia, ou Jupiter et Juno).

Le sol est recouvert d’un grand tapis Arraiolos, de forme polychrome et rectangulaire, à décor symétrique et végétal.

Palais de São Bento
Le palais de São Bento est un palais néoclassique de style palais situé à Lisbonne, siège du Parlement du Portugal depuis 1834. Il a été construit à la fin du XVIe siècle (1598) en tant que monastère bénédictin (monastère de la santé de Saint-Benoît) pour les traces de Baltazar Álvares, au caractère maniériste et baroque. Les archives nationales de Torre do Tombo y ont été installées. Avec l’extinction des ordres religieux au Portugal, il est devenu la propriété de l’État. Au 17ème siècle, les cryptes des marquises de Castelo Rodrigo ont été construites.

Après la mise en place du régime libéral en 1834, après la guerre civile portugaise, il devint le siège des Cortes Gerais da Nação, devenant le Palácio das Cortes. Suite aux changements de nom officiel du Parlement, le Palais a également reçu plusieurs noms officiels: Palácio das Cortes (1834-1911), Palácio do Congresso (1911-1933) et Palácio da Nacional Assembly (1933-1974). Au milieu du XXe siècle, la désignation de Palácio de S. Bento a commencé à être utilisée, en mémoire de l’ancien couvent. Cette dénomination est restée après 1976, lorsqu’elle est devenue le siège de l’Assemblée de la République.

Tout au long des XIXe et XXe siècles, le palais a subi une série de travaux de rénovation majeurs, à la fois intérieurs et extérieurs, ce qui le rendait presque complètement distinct de l’ancien monastère, dont le remodelage par Ventura Terra et en 1936 l’escalier monumental, ajouté par António Lino et complété par Cristino da Silva. Le palais a un corps central avec des arcades au niveau du sol et au-dessus de cette galerie à colonnades, surmontée d’un fronton triangulaire décoré de stucs. L’intérieur est tout aussi grand, plein d’ailes, et la salle des séances de la Chambre des députés, la salle des pas perdus, la salle noble, entre autres, ainsi que des œuvres d’art de différentes périodes de l’histoire du Portugal. Le palais comprend également un musée historique, classé monument national en 2002.

En 1999, le nouveau bâtiment a été inauguré, qui soutient l’Assemblée de la République. Situé sur la place S. Bento, le nouveau bâtiment, un projet de 1996 de l’architecte Fernando Távora, bien que relié au palais par un accès intérieur direct, a été délibérément construit afin d’être une structure autonome afin de ne pas compromettre ou mal caractériser le aménagement du palais.