Assemblée de la République, Palais São Bento, Lisbonne, Portugal

L’Assemblée de la République est l’organe législatif de l’État portugais. C’est le deuxième organe souverain d’une République constitutionnelle. Il s’agit d’un parlement monocaméral, composé de 230 députés, élus par des cercles plurinominaux pour des mandats de 4 ans. L’Assemblée de la République se réunit quotidiennement au palais de São Bento, dans la paroisse d’Estrela (Lapa), à Lisbonne. À l’arrière du bâtiment se trouve la résidence officielle du Premier ministre.

Responsabilités
L’Assemblée de la République a une compétence législative et politique générale. La Constitution prévoit que certaines questions constituent une réserve absolue de compétence législative, c’est-à-dire que l’Assemblée ne peut, sur elles, autoriser le gouvernement à légiférer. Celles-ci comprennent, par exemple, l’approbation des amendements à la Constitution, les statuts politiques et administratifs des régions autonomes (Açores et Madère), les lois des grandes options des plans et du budget de l’État, les traités de participation portugais dans les organisations internationales, le régime d’élection des titulaires d’organes souverains (Président de la République et Assemblée de la République) ainsi que des membres des assemblées législatives des régions autonomes des Açores et de Madère et des titulaires des collectivités locales et du référendum. Sur d’autres questions relevant de sa compétence exclusive, l’Assemblée peut accorder au gouvernement l’autorisation de légiférer – c’est ce qu’on appelle une réserve relative – qui comprend les bases du système de sécurité sociale et du service national de santé, la création de taxes et le système fiscal., l’organisation et la compétence des tribunaux, entre autres.

Les pouvoirs d’inspection de l’Assemblée en ce qui concerne les actions du gouvernement et les actes de l’administration peuvent être exercés par le biais de plusieurs instruments:

approbation des motions de confiance ou de censure;
les conditions d’évaluation de la législation produite par le gouvernement que l’Assemblée peut modifier ou révoquer;
des questions toutes les deux semaines au Premier ministre;
enquêtes auprès du gouvernement sur des questions de politique générale ou sectorielle;
soumission de demandes (questions écrites) sur tout acte du gouvernement ou de l’administration;
constitution de commissions d’enquête parlementaires dotées des pouvoirs d’enquête des autorités judiciaires.

Bureau de l’Assemblée de la République
Il est composé du président, de quatre vice-présidents, de quatre secrétaires et de quatre vice-secrétaires élus pour la durée de la législature. Tous les membres du Bureau sont élus à la majorité absolue des députés en fonction.

En séance plénière, le Bureau est composé du président et des secrétaires. En l’absence du président, les réunions sont présidées par l’un des autres vice-présidents. Les secrétaires peuvent être remplacés par des secrétaires adjoints. Il appartient en général au Bureau d’assister le Président dans l’exercice de ses fonctions.

Président de l’Assemblée de la République
Le Président de l’Assemblée de la République est élu, pour la durée de la législature, à la majorité absolue des voix des députés en fonction.

Le Président représente l’Assemblée, dirige et coordonne ses travaux et exerce son autorité sur tous les fonctionnaires et agents et sur les forces de sécurité mises au service de l’Assemblée. La liste des compétences prévues par le règlement comprend la présidence des séances plénières, la conférence des représentants des groupes parlementaires, la commission permanente, ainsi que l’admission des initiatives législatives ainsi que la signature et l’envoi des décrets AR au Président de la République pour promulgation. D’une manière générale, il est chargé de veiller au respect du Règlement et des délibérations de l’Assemblée. Il est élu pour le mandat de l’Assemblée législative. Il remplace le Président de la République en cas d’absence ou d’empêchement temporaire ou, en cas de vacance de fonction, jusqu’à la prise de fonction du nouveau Président élu. Pendant la période de remplacement intérimaire, son mandat d’administrateur est automatiquement suspendu.
Règlement de l’Assemblée de la République
Le règlement intérieur de l’Assemblée de la République est le document qui prévoit le règlement intérieur de l’Assemblée de la République, approuvé par résolution, où toutes les règles relatives à son organisation, son fonctionnement et ses modalités de fonctionnement sont prévues pour l’exercice. des pouvoirs prévus par la Constitution. Le Bureau est chargé d’interpréter les règles et d’intégrer les lacunes.

Réunions plénières
Ils sont toujours publics. Les députés ont lieu dans la salle sous la forme convenue entre le Président de l’Assemblée de la République et les représentants des partis au début de la législature.

Ils sont convoqués par le Président de l’Assemblée de la République au moins 24 heures à l’avance, sauf réservation lors de la séance précédente.

En principe, chaque jour correspond à une réunion plénière, et il peut y en avoir exceptionnellement plus d’un par jour. Habituellement, trois réunions plénières ont lieu par semaine.

Des sièges sont réservés aux membres du gouvernement.

Ils ne peuvent être interrompus, sauf pour une pause, pour rétablir l’ordre dans la salle, faute de quorum, pour une courte pause à la demande des groupes parlementaires ou pour garantir le bon déroulement des travaux.

Palais de São Bento
Le palais de São Bento est un palais néoclassique de style palais situé à Lisbonne, siège du Parlement du Portugal depuis 1834. Il a été construit à la fin du XVIe siècle (1598) en tant que monastère bénédictin (monastère de la santé de Saint-Benoît) pour les traces de Baltazar Álvares, au caractère maniériste et baroque. Les archives nationales de Torre do Tombo y ont été installées. Avec l’extinction des ordres religieux au Portugal, il est devenu la propriété de l’État. Au 17ème siècle, les cryptes des marquises de Castelo Rodrigo ont été construites.

Après la mise en place du régime libéral en 1834, après la guerre civile portugaise, il devint le siège des Cortes Gerais da Nação, devenu le Palácio das Cortes. Suite aux changements de nom officiel du Parlement, le Palais a également reçu plusieurs noms officiels: Palácio das Cortes (1834-1911), Palácio do Congresso (1911-1933) et Palácio da Nacional Assembly (1933-1974). Au milieu du XXe siècle, la désignation de Palácio de S. Bento a commencé à être utilisée, en mémoire de l’ancien couvent. Cette dénomination est restée après 1976, lorsqu’elle est devenue le siège de l’Assemblée de la République.

Tout au long des XIXe et XXe siècles, le palais a subi une série de travaux de rénovation majeurs, à la fois intérieurs et extérieurs, ce qui le rendait presque complètement distinct de l’ancien monastère, dont la rénovation par Ventura Terra et en 1936 l’escalier monumental, ajouté par António Lino et complété par Cristino da Silva. Le palais a un corps central avec des arcades au niveau du sol et au-dessus de cette galerie à colonnades, surmontée d’un fronton triangulaire décoré de stucs. L’intérieur est tout aussi grand, plein d’ailes, et la salle des séances de la Chambre des députés, la salle des pas perdus, la salle noble, entre autres, ainsi que des œuvres d’art de différentes périodes de l’histoire du Portugal. Le palais comprend également un musée historique, classé monument national en 2002.

En 1999, le nouveau bâtiment a été inauguré, qui soutient l’Assemblée de la République. Situé sur la place S. Bento, le nouveau bâtiment, un projet de 1996 de l’architecte Fernando Távora, bien que relié au palais par un accès intérieur direct, a été délibérément construit afin d’être une structure autonome afin de ne pas compromettre ou mal caractériser le aménagement du palais.

Fichier
Le Palais possède une importante archive historique, photographique et audiovisuelle:

Les Archives historiques possèdent toute la documentation relative à l’activité parlementaire de 1821 à nos jours. Les archives photographiques couvrent des thèmes liés à l’activité parlementaire mais aussi des images des espaces du palais de São Bento ou de l’après-25 avril. Les archives audiovisuelles contiennent des enregistrements audio et audiovisuels des sessions plénières, des réunions de commissions et de certains événements.

Bibliothèque
La bibliothèque Passos Manuel, comme on l’appelait en octobre 2017, est une bibliothèque spécialisée, dont l’objectif principal est de fournir un soutien bibliographique aux travaux du Parlement, par l’acquisition, la gestion et la diffusion d’informations scientifiques et techniques nationales et internationales, ainsi que des informations produites par les médias.

La Bibliothèque a été créée en 1836 avec un fonds de 7300 volumes, ayant un siècle plus tard 23 000 volumes, comprenant d’importantes collections de documents parlementaires portugais.

Les services de la Bibliothèque ont été restructurés à partir de 1974 afin de couvrir toutes les questions d’intérêt parlementaire (droit, politique, économie, science et technologie, vie sociale, administration publique, statistiques), présentant les sections documentaires suivantes:

Ancien livre Nucleus (1491-1800) – environ 5000 volumes. Cette collection se compose d’importants spécimens typographiques, provenant de l’ancienne Biblioteca das Cortes, d’un ensemble de 1581 titres, dont l’existence de deux incunables se démarque.
Monographies – La collection de monographies comprend environ 50 000 volumes et est organisée par ordre chronologique par date de publication.
Publications périodiques – La Bibliothèque compte 3300 titres de magazine, avec une taille supérieure à 100 000 volumes.
Législation nationale et recueils de lois – La Bibliothèque possède toute la législation nationale, depuis les ordonnances manuélines (XVIe siècle) et afonsinas (XVe siècle) jusqu’à nos jours, constituant un fonds d’environ 3000 volumes reliés.
Agendas de l’Assemblée de la République et autres publications officielles – Cette collection comprend le journal de l’Assemblée constituante et toutes les séries du journal de l’Assemblée de la République depuis 1975 et toutes les publications éditées par l’Assemblée de la République.
Journaux officiels des Communautés européennes – Cette collection contient tous les Journaux officiels des Communautés européennes depuis 1985.

Musée de l’Assemblée
En raison de sa longue histoire, qui comprend différents moments religieux et politiques, ce monument national comprend une collection très diversifiée, constituée d’un patrimoine fixe et mobile et d’un fond documentaire, composée d’environ 1275 pièces, divisées essentiellement par les catégories d’archéologie, d’art, de science et Technique et Ethnologie qui témoigne de l’usage sacré et profane, mais ce dernier étant le plus important.

Outre le noyau monastique et le passé ancien des chambres des députés, des pairs du royaume et des sénateurs, le domaine comprend des œuvres acquises dans le cadre d’initiatives successives de requalification et de dignité des espaces, des pièces commandées pour honorer des personnalités parlementaires, comme ainsi que des offres institutionnelles aux présidents et secrétaires généraux de l’Assemblée, des offres personnelles d’artistes à l’institution et des dons de biens appartenant à d’anciens députés.

Librairie parlementaire
La Librairie parlementaire vise à faciliter une meilleure connaissance de l’Assemblée de la République et des travaux menés par cet organe souverain.

Le catalogue des éditions du Parlement, permet d’identifier, les publications disponibles depuis 1977 par domaines thématiques.

Palacete de São Bento (résidence officielle du Premier ministre)
À l’arrière du bâtiment principal, sur le terrain de l’ancien monastère, il y a un manoir construit en 1877 par Joaquim Machado Cayres pour sa résidence dans un lieu d’environ 2 hectares qui faisait partie du couvent de S.Bento depuis 1598. Ce palais est actuellement la résidence officielle du Premier ministre du Portugal.

En 1937, le palais est exproprié par l’État pour la résidence officielle du président du Conseil. Après l’achèvement des travaux, António Salazar a occupé la maison en mai 1938, mais l’inauguration officielle a eu lieu en avril 1939. Pendant les travaux, une échelle a été faite pour faciliter la connexion entre le palais et l’Assemblée. Avec Marcello Caetano prenant le gouvernement, le palais a connu une rénovation et une transformation majeures. Un peu plus que les façades ont été entretenues. Ces travaux comprenaient également la construction d’un nouveau plancher à la place de l’ancien grenier. Après le 25 avril 1974, la maison et le jardin ont subi quelques modifications, mais c’est après 1986 avec de nouvelles rénovations que le manoir et le jardin ont acquis une plus grande opérabilité et une image plus moderne et adéquate à la nouvelle époque. Le garage existant jusque-là a disparu, laissant la place à un bâtiment pour recevoir les visiteurs du palais. L’ancien revêtement en asphalte a été remplacé par un revêtement portugais.

Parlement culturel
La politique culturelle de l’Assemblée de la République s’est largement développée avec l’organisation régulière d’expositions thématiques, de concerts de musique, de représentations théâtrales, de présentations de livres et d’autres cérémonies.

Les visites guidées du Palais de Saint-Benoît, ainsi que les journées commémoratives où le Parlement ouvre la porte à des visites d’activités libres et récréatives et culturelles, font connaître encore le patrimoine, l’activité et l’histoire parlementaire.

L’Assemblée de la République a sa propre activité éditoriale, dans laquelle se distingue la Collection du Parlement, visant à diffuser des recherches sur l’histoire parlementaire, et un ensemble de publications destinées au jeune public. En plus des publications, Livraria Parlementaire vend des pièces et du matériel de papeterie évoquant le palais de São Bento et l’histoire parlementaire, participant également à des foires du livre.

Le Parlement organise des cycles commémoratifs pour marquer des repères historiques de l’histoire constitutionnelle portugaise, comme le centenaire de la République, le 40e anniversaire du 25 avril et la Constitution ou le 150e anniversaire de l’abolition de la peine de mort au Portugal.

Actuellement, les célébrations du bicentenaire du constitutionnalisme portugais se démarquent, qui ont leurs origines dans la révolution libérale de 1820 et dans la Constitution de 1822.

Les commémorations des 200 ans du constitutionnalisme portugais, sous la devise “Célébrons la liberté, 200 ans de constitutionnalisme”, sont présidées par Guilherme d’Oliveira Martins et comprennent, entre autres initiatives:

Exposition “Mort à mort! 150 ans d’abolition de la peine de mort / 1867-2017”, organisée par l’historien Luís Farinha, dans l’atrium du palais de São Bento, de juillet 2017 à janvier 2018. Entre le 7 avril et le 24 juin , 2018, était exposée au Centre portugais de la photographie, à Porto.

Signant l’approbation de la lettre de loi du 1er juillet 1867 (réforme pénale des prisons et abolition de la peine de mort pour les délits et travaux publics), l’exposition met en avant l’esprit pionnier du Portugal dans l’abolition de la peine de mort et présente, à travers de textes, images et documents, les antécédents juridiques et politiques, les pratiques d’exécution antérieures, les répercussions nationales et internationales de l’approbation de la lettre de loi, les substituts à la peine de mort (peine perpétuelle de cellule et exil pour les colonies), les tentatives remplacement de la peine capitale, faisant référence à la situation actuelle dans le monde. Il comprend un noyau multimédia avec un film de cadrage et une projection évocatrice des débats parlementaires sur le thème.

Attribution du nom de Passos Manuel à la Bibliothèque de l’Assemblée de la République (octobre 2017).

Exposition “Un regard sur les ordinations”, organisée par l’historien João José Alves Dias, exposée à la Bibliothèque Passos Manuel, à partir du 16 novembre 2017.

L’exposition est consacrée aux différentes impressions des Ordonnances – qu’elles soient du Royaume, de la Ferme ou de leurs répertoires – qui font partie de la collection de la Bibliothèque, imprimées avant 1836.

“Requiem de João Domingos Bomtempo, op. 23, À la mémoire de Camões”, par l’Orchestre Flores de Mvsica et par le choeur authentique de l’École supérieure des arts appliqués de l’Institut polytechnique de Castelo Branco, dans la salle du Sénat de la Palais de São Bento, le 29 novembre 2017.

Présentation de l’édition commémorative du 150e anniversaire de l’abolition de la peine de mort, à la bibliothèque Passos Manuel, le 6 décembre 2017.

La publication, éditée en partenariat avec les Archives nationales de Torre do Tombo, comprend, en plus de la reproduction du texte original de la lettre de loi du 1er juillet 1867 (réforme pénale des prisons et abolition de la peine de mort pour les délits de droit commun et crimes du travail) publics), déposés dans ces archives, des textes de chercheurs dans les domaines du droit et de l’histoire, ainsi que des responsables d’Amnesty International. Les travaux comprennent une note d’ouverture du président de l’Assemblée de la République et des textes évocateurs du ministre de la Justice, du ministre de la Culture, du maire de Lisbonne et du coordinateur des commémorations du bicentenaire du constitutionnalisme portugais.

Cérémonie de remise du Prix des droits de l’homme 2017, au Citizen Reception Centre, le 13 décembre 2017.

L’Assemblée de la République a marqué la Journée nationale des droits de l’homme (10 décembre) avec la cérémonie de remise du prix des droits de l’homme et la conférence «150 ans d’abolition de la peine de mort au Portugal», donnée par Guilherme d’Oliveira Martins.

Le Prix des droits de l’homme 2017 a été décerné à la Croix-Rouge portugaise, pour son travail avec les populations touchées par les incendies de forêt survenus sur le territoire national cette année, soit par le renforcement des moyens d’urgence, soit par la participation aux équipes de secours et de transport, de soutien psychologique, logistique et survie pour les populations déplacées ou déplacées, soit à travers le travail développé et à développer dans le rétablissement et le retour à la normalité de ces populations.

Présentation de la pièce “Heureusement qu’il y a le clair de lune!”, Par la troupe de théâtre A Barraca, à Sala do Senado, le 13 décembre 2017, à 18 heures. La pièce, de Luís de Sttau Monteiro, est opposée à la révolte libérale de 1817, réprimée par le pouvoir absolutiste du régime anglais de Beresford et Miguel Forjaz, alors que la cour et la famille royale étaient en exil au Brésil. L’action se concentre sur la figure du général Gomes Freire de Andrade, qui, accusé de participation au complot, serait pendu le 18 octobre 1817.

Colloque “L’avenir de la représentation politique | 200 ans du Sanhédrin”, à l’auditorium de la bibliothèque Almeida Garrett, à Porto, le 22 janvier 2018.

Théâtre “Le dernier jour d’un forçat”, de Victor Hugo, mis en scène par Paulo Sousa Costa et interprété par Virgílio Castelo, dans la salle du Sénat, le 1er février 2018.

Exposition «Le droit à soi: 150 ans d’abolition de l’esclavage dans l’empire portugais», organisée par Miguel Bandeira Jerónimo et José Pedro Monteiro, présentée dans le hall principal du palais de São Bento du 3 juillet au 30 décembre 2019.

L’exposition vise à contribuer à une réévaluation de l’abolition de l’esclavage au Portugal, en utilisant le décret du 25 février 1869 comme prétexte, en l’intégrant dans la dynamique historique qui l’a précédé et lui a survécu. L’abolition de l’esclavage n’était pas un événement, mais un processus mouvementé et ambivalent, à plusieurs niveaux et à bien des égards, que ce spectacle entend analyser.