Parc Naturel d’Albera d’Intérêt National, Catalogne, Espagne

Le Parc Naturel d’Intérêt National d’Albera est situé au nord-est de la région de l’Alt Empordà, dans la zone de la Sierra de l’Albera incluse dans les communes de La Jonquera, Espolla et Rabós. Le Parc Naturel d’Intérêt National d’Albera est une unité écologique et paysagère de haute qualité où l’on peut voir la transition entre les espèces des Pyrénées et les plus typiquement méditerranéennes; le tout inséré dans une zone dominée par les roches métamorphiques des Pyrénées, les schistes et les ardoises.

Il se compose de deux secteurs bien différenciés, l’un à l’ouest, celui de Requesens-Baussitges et à l’est de Sant Quirze de Colera-Balmeta séparés par la zone du célèbre Coll de Banyuls.

Le secteur Requesens-Baussitges possède les zones les plus humides et les plus hautes, avec un couvert forestier de près de 100% et une végétation extraordinairement variée avec des chênes-lièges, des chênes verts, des châtaigniers, des chênes, des hêtres et les prairies alpines de la zone culminante. La région de Requesens comprend les sources de la rivière Anyet avec une splendide végétation riveraine avec des frênes, des saules et des aulnes. La zone des Baussitges comprend la haute vallée de la rivière Orlina où persistent les populations de hêtres les plus à l’est de la péninsule.

Le secteur Sant Quirze de Colera-Balmeta est structuré autour de l’important monastère de Sant Quirze de Colera, véritable joyau de l’art roman catalan. C’est déjà une zone aux caractéristiques pleinement méditerranéennes, punie séculairement par les incendies de forêt. La végétation est dominée par des chênes-lièges clairsemés, des arbustes et des buissons. Dans cet endroit subsistent les dernières populations de tortues méditerranéennes de la péninsule ibérique.

Massif de l’Albera
La Sierra de l’Albera, est le principal contrefort oriental des Pyrénées. La Sierra de l’Albera est une chaîne de montagnes située entre les plaines de l’Empordà et du Rosselló. Sa crête marque la ligne de division de l’Alt Empordà au sud, avec les comtés du nord de la Catalogne de Rosselló et Vallespir. Il s’étend du Coll del Pertús à la mer Méditerranée, entre la Costa Vermella et le nord de la Costa Brava, entre les villes d’Alger et de Cervera. L’est de l’Albera est considéré comme une sous-région du Roussillon appelée La Marenda.

C’est l’un des derniers contreforts des Pyrénées, bien que la basse altitude et l’érosion des montagnes leur confèrent des caractéristiques très différentes de celles de l’axe central de cette chaîne de montagnes. Il culmine à Puig Neulós (1 256 m). Les autres sommets remarquables sont le Puig dels Pastors (1 167 m), le Puig dels Quatre Termes (1 156 m) et le Pic de Sallafort (992 m).

A partir de 1659, suite au traité des Pyrénées, la crête forme la frontière entre les états français et espagnol.

Le nom de lieu Albera vient du latin Alberia («blanc», appliqué à une zone). Le nom apparaît pour la première fois en 844 sous le terme d’Alberiæ. Il met l’accent sur l’utilisation du pluriel en latin, en français (Les Albères, faux pluriel orthographique pour adapter le terme catalan ou latinisme?), Ainsi que dans la dénomination nord-catalane, peut-être pour interférer par le français (chaîne de montagnes de les Albères).

Parc naturel d’Albera
Le territoire de la Sierra ampurdanés satisfait, depuis 1986, la zone naturelle d’intérêt national Albera, composée de deux secteurs distincts: l’un à l’ouest, les Requesens et Baussitges, et un oriental de Sant Quirze de Colera et La Balmeta, séparés par le col de Banyuls.

Ce cadre naturel permet d’observer la transition entre les espèces des Pyrénées et les plus typiquement méditerranéennes, sur un terrain de roches métamorphiques telles que les schistes et les ardoises.

Les zones les plus hautes ont une végétation variée, avec des chênes-lièges, des chênes verts, des châtaignes, des chênes, des hêtres et des prairies alpines. En se rapprochant de la mer, la chaîne de montagnes perd sa végétation et est dominée par des chênes-lièges clairsemés, des buissons et des broussailles.

En termes de faune, les dernières populations de tortues méditerranéennes de la péninsule ibérique survivent dans les secteurs de Sant Quirze de Colera et de La Balmeta. La vache Albera, race autochtone, vit dans la forêt en toute liberté.

En Roussillon, la forêt de Maçana est également une réserve naturelle protégée depuis 1973.

Contexte historique
La nécessité de protéger certains des écosystèmes de la Sierra de l’Albera est déjà inscrite dans un plan territorial élaboré par la Generalitat de Catalunya en 1931. Mais ce n’est qu’en 1986 que le Parlement catalan a déclaré certaines terres sur le versant sud de la chaîne de montagnes, dans le secteur nord de l’Alt Empordà, un site naturel d’intérêt national.

La zone protégée s’étend sur 4 207 ha (dont 969 ha de réserves naturelles et 742 ha de la réserve attenante de Sant Quirze de Colera. Le parc naturel comprend dans son périmètre deux réserves naturelles partielles. La première, à la tête de l’Orlina, avec d’une superficie de 395 ha, il a pour but de protéger les hêtraies et chênaies entre le Coll dels Emigrants et le Pic de Sallafort, le plus oriental du versant sud des Pyrénées, le second entre la vallée de Sant Quirze et les sources de la Valleta ruisseau, avec 580 ha, sont destinés à protéger la faune herpétologique, en particulier la tortue méditerranéenne, il a été agrandi en 1987 avec 680 ha hors du périmètre du Parc Naturel, à la limite sud-ouest. Sur le versant nord de la chaîne de montagnes, en français -un territoire administré,la réserve naturelle du Bosc de la Maçana est une zone protégée, entre le Puig dels Quatre Termes et le pic de Sallafort.

Le Conseil espagnol du patrimoine historique a sélectionné la candidature du versant méditerranéen des Pyrénées, qui comprend le paysage culturel et naturel du massif de l’Albera, comme candidat pour être déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Héritage naturel
Le patrimoine de la Sierra de l’Albera est exceptionnel. Dans un espace relativement restreint, il existe une grande variété d’environnements, avec des espèces emblématiques comme la tortue méditerranéenne, dans un environnement où les populations humaines ont laissé leur empreinte du néolithique à nos jours.

Végétation
Le secteur Requesens-Baussitges possède les zones les plus humides et les plus hautes, avec un couvert forestier de près de 100% et une végétation extraordinairement variée avec des chênes-lièges, des chênes verts, des châtaigniers, des chênes, des hêtres et les prairies alpines de la zone culminante. La région de Requesens comprend les sources de la rivière Anyet avec une végétation splendide au bord de la rivière avec des frênes, des saules et des aulnes. La zone de Baussitges comprend la haute vallée de la rivière Orlina où les populations de hêtres persistent à l’est de la péninsule.

Le secteur Sant Quirze de Colera-Balmeta est déjà une zone aux caractéristiques pleinement méditerranéennes, punie séculairement par les incendies de forêt. La végétation est dominée par des chênes-lièges clairsemés, des arbustes et des buissons.

Faune
Les dernières populations de tortues méditerranéennes de la péninsule ibérique survivent à cet endroit. La grande variété des autres espèces de la faune herpétologique (amphibiens et reptiles) se distingue: grenouilles, serpents, lézards, lézards, etc.

Plus de 200 espèces d’oiseaux ont été détectées. Parmi les poissons, une mention spéciale doit être faite de la truite commune et du barbeau de montagne. La diversité des mammifères du Parc Naturel et de sa zone d’influence est remarquable, 44 espèces ont été dénombrées, un nombre qui représente près de 75% de tous les mammifères de Catalogne.

La vache Albera est une race indigène, endémique de la région, semi-sauvage.

Hydrologie et géologie
Le Llobregat d’Empordà, l’Anyet, le torrent Torrelles et l’Orlina, qui descendent perpendiculairement des plus hauts sommets de l’Albera, ont généralement un flux continu d’eau. Dans son dernier tronçon, le Llobregat d’Empordà reçoit les eaux de ces trois rivières peu avant de rejoindre la Muga, la principale rivière du bassin. Les ruisseaux du secteur Est ont déjà un caractère torrentiel marqué, le ruisseau Garriguella descend jusqu’au système des Aiguamolls de l’Empordà. Le ruisseau Valleta et les torrents Garbet, Colera et Portbou meurent directement dans la mer.

L’un des éléments hydrologiques les plus importants de l’Albera sont les étangs. Ce sont de petites dépressions dans les terres où les eaux de pluie s’accumulent, vous pouvez en trouver une trentaine et elles sont d’un grand intérêt écologique. Certains stockent l’eau toute l’année, tandis que d’autres, la plupart, sèchent pendant l’été. Celui avec la plus grande extension, le lac du Gros de la Jonquera, occupe une superficie de 3,5 ha. Les caractéristiques de base de la géologie de la Sierra de l’Albera sont celles des roches métamorphiques des Pyrénées, des schistes et des ardoises. La zone présentant le plus d’intérêt géologique est celle à proximité du Puig d’Esquers, dans les communes de Llançà et Colera.

Paysage
Le secteur ouest, composé essentiellement de deux grands domaines, Requesens et Baussitges, possède les zones les plus humides et les plus hautes, avec un couvert forestier de presque 100% et une végétation extraordinairement variée: de bas en haut on trouve des chênes-lièges, des chênes verts, des châtaigniers. , chênes, forêts mixtes de feuillus (érables, lames, ormes, moixères, etc.) et les prairies de la zone culminante. La végétation riveraine, sur les rives de l’Anyet et de l’Orlina, avec des frênes, des saules et des aulnes, se distingue également. Le secteur oriental, la zone de Sant Quirze de Colera-Balmeta, présente des caractéristiques plus méditerranéennes, avec des buissons, des broussailles et des chênes-lièges dans les basses terres et des chênes verts dans les hautes terres. Le troisième secteur est les contreforts de l’Alberera ou Aspres de l’Albera, la zone intermédiaire entre la chaîne de montagnes elle-même et la plaine de l’Empordà.

Attractions principales
Les principaux sites d’intérêt de l’Albera sont les monuments mégalithiques, le monastère de Sant Quirze de Colera et le château de Requesens, en tant que patrimoine historique et culturel. En revanche, en tant que patrimoine naturel, il convient de mentionner le Centre de reproduction des tortues d’Albera, les lacs de La Jonquera et la réserve naturelle française de La Maçana.

L’Albera mégalithique
Sur son versant sud se trouve l’une des concentrations les plus importantes de monuments mégalithiques du bassin méditerranéen, il existe quatre grandes catégories de dolmens, tombes à couloir, galerie catalane, dolmen simple, citerne avec monticule et menhirs, avec une chronologie entre le milieu néolithique et le calcolitique (3 500/1 800 avant JC) nous les trouvons situés dans des zones plates, sur des collines et des collines, à une altitude de 100 m et 460 m de haut et avec une orientation vers le sud et le sud-est.

L’Albera à l’ère du métal
L’industrie du bronze apparaît au 2ème millénaire, originaire des pays de la Méditerranée orientale, où elle pénètre progressivement dans les communautés néolithiques. Le modèle de vie pastorale et funéraire persiste, plusieurs cavités funéraires ont été découvertes, Roc del Napolità (la Jonquera) et Roc d’en Xuliman (Cantallops) Cau Coniller (Espolla) de l’âge du bronze antique. De la fin de l’âge du bronze (900-600 avant JC), nous trouvons la nécropole de Vilars (Espolla).

L’Albera féodale
Au 10ème siècle, les premiers châteaux sont apparus, comme Castrum Bertini (en 948) à La Jonquera ou Castrum Miralias (en 974) à Llança, tous situés aux points dominants. Il existe également un riche patrimoine d’art préroman et roman, le style du Haut Moyen Âge, lorsque la colonie de l’Albera a été consolidée.

Dans la zone, le monument le plus remarquable est le monastère bénédictin de Sant Quirze de Colera, datant de la fin du IXe ou du début du Xe siècle. Les vestiges du bâtiment d’origine subsistent. Au début du Xe siècle, il fut détruit et remplacé par un nouveau qui fut consacré en 935. Ce bâtiment a un plan de basilique à trois nefs et un transept, une voûte en berceau et une tête triabsidale à abside semi-circulaire, modifiée en le 11ème siècle. L’aile ouest est du s. XII – XIII, la Maison de l’Abbé est du s. XI XV. Le complexe est entouré d’une enceinte fortifiée dont il reste une tour, des murs avec des meurtrières et des douves. Le cloître ne conserve que deux arcs en plein cintre supportés sur un chapiteau.

Non loin du monastère se trouve l’église de Santa Maria de Colera du s. XII présente une tête semi-circulaire avec voûte pointue. A noter également les églises distribuées par les termes municipaux de: Sant Climent Sescebes: Santa Fe dels Solers des 8ème-9ème siècles avec une tête trapézoïdale. – Espolla: Sant Martí de Baussitges del SX, à tête carrée; Sant Genis d’Esprac du XIIe siècle; Sant Pere dels Vilars du 10ème siècle avec une tête semi-circulaire désuète et Sant Miquel de Freixa du 16ème siècle. XI à tête semi-circulaire. – Llançà: Sant Genis del Terrer du 10ème siècle avec une tête semi-circulaire dépassée, Sant Martí de Vallmala du 16ème siècle. XI avec tête trapézoïdale et Sant Silvestre de Valleta du s. X avec tête semi-circulaire. – Choléra:

La Jonquera: Sant Martí del Forn del Vidre du Xe siècle avec la tête trilobée, Sant Jaume de Canadal du Xe siècle, Sant Pere Pla à l’Arca du Xe siècle avec une tête semi-circulaire surplombant l’opus spicatum, Santa Llúcia, le bâtiment actuel date du s. XII-XIII, Santa Maria de Requesens del s. XI de deux nefs et deux absides semi-circulaires, a été transformé en une ferme dans le s. XVIII, le portail du s. XII s’installe dans la chapelle du château restaurée dans le s. XIX. Le château d’origine de Requesens a été construit aux XIe et XIIe siècles. De l’édifice médiéval, il ne reste que quelques écluses de bastion, une tour carrée et une partie de la porte supérieure. Il a été presque entièrement rénové à la fin du s. XIX par son propriétaire M. Tomàs de Rocabertí Dameto comte de Peralada. Dans le même domaine de Requesens,

Centre de reproduction des tortues d’Albera
C’est une installation gérée par l’organisation Amics de la Tortuga de l’Albera (ATA) qui est liée au Parc Naturel. Il est situé dans le sanctuaire de la Virgen del Camp, à Garriguella. Il a été créé en vue de la reproduction et de la conservation de la tortue méditerranéenne, une espèce menacée. À partir d’individus ayant toujours vécu en captivité, donnés par des individus, leur reproduction est effectuée et de nouveaux individus sont relâchés dans leur habitat naturel. Le Centre possède également des spécimens d’autres espèces de tortues, essentiellement du bassin méditerranéen. Diverses informations sur l’Albera sont également données.

Estanys de la Jonquera
C’est une zone de petits étangs et étangs de 30 ha. Il est situé à l’extrémité sud de la commune de La Jonquera, à proximité des communes de Cantallops et Capmany. Le lac Gros (3,5 ha) est le seul à avoir de l’eau toute l’année, tandis que les autres – Petit Lac, Lac Baix, Lac Terra Negra, Lac Figa et Els Ullastres – peuvent se dessécher. -si dans les étés secs et chauds.

Pendant les périodes de migration, de nombreux oiseaux trouvent du repos et de la nourriture, en particulier ceux qui doivent traverser les Pyrénées vers le nord les jours du nord. De plus, la présence d’un plan d’eau stable fait de la région un lieu propice à la reproduction de nombreuses autres espèces animales, notamment les amphibiens. 115 espèces d’oiseaux, 23 mammifères et 24 reptiles et amphibiens ont été observés et catalogués dans les étangs. Cette zone est protégée par le Plan général d’urbanisme de La Jonquera et est inscrite dans le Plan des espaces d’intérêt naturel (PEIN), approuvé par le décret 238 du 14 décembre 1992.

Forêt de la Maçana
Il est situé sur le versant nord de l’Albera, sur la commune d’Alger (Roussillon), en territoire français. C’est une réserve écologique intéressante, protégée en tant que réserve naturelle. Situé à seulement 5 km de la mer, il est situé entre 600 et 1150 m d’altitude et a une superficie de 300 ha. Il se compose principalement de hêtre (Fagus sylvatica) et de chêne vert (Quercus humilis). Il n’a pas été exploité depuis 1850 et contient des spécimens de plus de 300 ans. Outre l’intérêt purement botanique, les processus naturels de vie et de mort des arbres favorisent la présence d’une faune d’invertébrés extrêmement riche et variée: 1 256 espèces de coléoptères ont été trouvées sur une superficie de seulement 15 ha.

Héritage culturel
La Sierra de l’Albera, qui possède les cols les plus bas des Pyrénées, a toujours été un lieu de passage entre les peuples et les cultures de l’Europe et de la péninsule ibérique, mais aussi un lieu d’établissement humain. Sur son versant sud se trouve l’une des plus importantes concentrations de monuments mégalithiques de Catalogne, avec une chronologie entre le néolithique moyen et le chalcolithique (3500-1800 av. J.-C.). Dans la commune de La Jonquera, les dolmens de Canadal, Mas Baleta, Els Mesclants, El Pedreguer et les dolmens et menhirs d’Els Estanys se distinguent; à Espolla, les dolmens de la Cabana d’Arqueta – l’un des plus grands de l’Albera -, la Font del Roure, les Arreganyats et le Barranc – avec une dalle de toit avec des gravures sculptées -, le menhir de Castellar ou la nécropole hallstatique de les Vilars, et à Rabós, les dolmens de Coma de Felis, Vient Llobes, Solar d’en Gubert ou le menhir de Mas Roquer. A proximité, à Sant Climent Sescebes, il y a le remarquable dolmen de La Gutina et le themenhir de la Murtra ou Gentile Stone.

Les cols de Panissars et de Pertús, tous deux dans la commune de La Jonquera, sont les passages les plus praticables de toute la chaîne de montagnes, traversés par des chemins importants depuis des temps immémoriaux. A la frontière avec la France se trouvent les ruines de l’ancien monastère de Santa Maria de Panissars (XIe siècle), qui servait d’hôpital routier; Des fouilles archéologiques récentes ont mis au jour des vestiges de la voie romaine et de gros blocs de pierre qui ont été identifiés avec les restes des trophées de Pompée sur la Via Domitia – Via Augusta (Ier siècle avant JC).

Il existe un riche patrimoine de l’art roman, le style du Haut Moyen Âge, lorsque la population du secteur s’est consolidée. Dans la zone du lieu, le monument le plus remarquable est l’ancien monastère bénédictin de Sant Quirze de Colera, documenté depuis le Xe siècle, qui reste la magnifique basilique et les vestiges du cloître, des dépendances monastiques et des fortifications; à proximité se trouve l’ancienne paroisse de Santa Maria de Colera, également romane, le tout dans la commune de Rabós, dans la vallée de Sant Quirze. Il faut également mentionner l’ermitage de Santa Llúcia (XIIe-XIIIe siècles), anciennement l’église paroissiale de Sant Miquel de Solans), l’église de Sant Julià dels Torts (XIIe-XIIIe siècles) et l’intéressant exemple préroman de Sant Pere del Pla de l’Arca (Xe siècle), à ​​La Jonquera. Les anciennes paroisses de Sant Martí de Baussitges (Xe siècle) et Sant Genís d’Esprac (XIIe-XIIIe siècles), respectivement préromanes et romanes, à Espolla; ou l’ermitage de Sant Quirc et la paroisse romane tardive de Sant Julià (XIIIe-XIVe siècles) à Rabós d’Empordà.

Dans la commune de La Jonquera, dominant stratégiquement les collines de la Sierra de l’Albera, se trouvent les vestiges du château de Rocabertí, d’une noble lignée liée au comté de Peralada qui a joué un rôle important dans l’histoire de la Catalogne. Ils possédaient également le château voisin de Requesens, au sud de Puig Neulós, qui a été rénové à la fin du XIXe siècle à la manière fantaisiste typique du soi-disant romantisme architectural, que Viollet Leduc avait mis en vogue en France; à proximité se trouve le sanctuaire de Santa Maria de Requesens (XVIIIe siècle), un centre de dévotion populaire. Un troisième château dans le quartier était celui de Canadal, dont il y a des fortifications notables des XIVe-XVe siècles. On peut admirer de beaux exemples d’architecture populaire et de demeures seigneuriales, comme le Royal Post Office, Ca l ‘

Tags: