1er arrondissement de Lyon, France

Le 1er arrondissement de Lyon est l’un des neuf arrondissements de Lyon. Il est situé sur les pentes de la Croix-Rousse et sur la partie nord de la presqu’île formée par la Saône et le Rhône. Le premier arrondissement a été créé le 24 mars 1852. Marqué par son histoire, il fait partie intégrante du site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1998. Le contraste de son territoire le rend attractif d’un point de vue historique, mais aussi un point de vue culturel et économique.

Le territoire du 1er arrondissement, de par sa position centrale, rassemble d’importants lieux patrimoniaux lyonnais ainsi que des structures culturelles représentatives de Lyon: L’amphithéâtre des Trois Gaules, Les traboules les plus atypiques de Lyon, La Mairie, Place de la Comédie , L’Opéra, place de la Comédie, Place des Terreaux, Musée des Beaux-Arts, Place des Terreaux, Cour des Voraces, 9 place Colbert, Saint-Bruno des Chartreux: la seule église baroque de Lyon. L’église présente une série de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles du premier ordre.

L’histoire
La colline Saint-Sébastien, autrefois située en Franc-Lyonnais, fut incorporée à la ville de Lyon en 1512, lorsque Louis XII décida de construire des fortifications au sommet des pentes pour défendre la ville de Lyon. Le 1er arrondissement est l’un des cinq créés le 24 mars 1852 par décret présidentiel.

Communautés
Les neuf arrondissements de Lyon sont les divisions administratives de la Ville de Lyon. Contrairement au motif en spirale des arrondissements de Paris ou au motif sinueux de ceux de Marseille, le tracé de Lyon est plus idiosyncratique. Ceci pour des raisons historiques: à la suite de l’annexion des communes de La Guillotière, La Croix-Rousse et Vaise en 1852, la ville nouvellement agrandie a été divisée en 5 arrondissements, qui à l’origine sortaient en spirale dans le sens antihoraire de l’Hôtel de Ville; Cependant, à mesure que la population de la ville augmentait, il devint nécessaire de diviser certains arrondissements, ce qui donna naissance au modèle apparemment aléatoire d’aujourd’hui.

Situé au centre de la presqu’île, le 1er arrondissement est le plus petit de tous les quartiers de Lyon. Autour de la place des Terreaux, bars et pubs en font l’un des quartiers les plus animés de la ville. Le 1er arrondissement de Lyon est composé des quartiers:

Quartier des Pentes de la Croix-Rousse
Les pentes de la Croix-Rousse forment l’un des deux quartiers situés sur la colline de la Croix-Rousse, et chevauchent les 1er et 4ème arrondissements de Lyon. Croix Rousse Les pentes sont étagées depuis les plantes du jardin de rue jusqu’au sommet de la colline, excluant ainsi la zone autour de la place sathonay laissée dans la partie plate du 1er arrondissement.

Le quartier des Pentes est accroché à la colline et donc en forte pente. Plusieurs artères sont explicitement appelées «ascensions»: Montée de la Grand’Côte, Montée Saint-Sébastien, Montée des Carmélites, etc. En 1862, le premier funiculaire urbain au monde est mis en service entre la rue Terme et le boulevard de la Croix-Rousse ( funiculaire de la rue Terme). En 1891, un deuxième funiculaire est mis en service entre la Croix-Paquet et la Croix-Rousse. Le premier funiculaire a été transformé en tunnel routier après sa fermeture en 1967. Le second a été intégré à la ligne C du métro de Lyon. En raison de la forte pente, un rack a dû être installé sur le tronçon entre les stations Hôtel de Ville – Louis Pradel et Croix-Rousse, ce qui est un cas unique au monde pour un métro

Le quartier possède plusieurs vestiges de l’époque romaine: au niveau du Jardin des Plantes se trouvent l’ancien amphithéâtre des trois Gaulois, ainsi que la voie romaine ou route du Rhin qui reliait autrefois la ville de Lugdunum – nom romain de Lyon – à la Germanie. Il existe également de nombreuses traboules, passages entre bâtiments, parfois couverts et constitués de volées d’escaliers, qui sont en fait des raccourcis pour se rendre au centre-ville, en direction des Terreaux. Les pentes constituent un ensemble dédié aux piétons avec ses rues étroites, en pente ou ses escaliers. Comme dans le Vieux Lyon, la rénovation de ce vieux quartier (à l’origine soyeux) a amené de nouvelles populations plutôt jeunes et orientées vers les activités culturelles

Le quartier des Chartreux
Le Chartreux est un quartier situé dans le 1er arrondissement de la ville de Lyon, à proximité du Clos Jouve, sur le plateau de la Croix-Rousse. Le quartier abrite l’Institution des Chartreux, un collège privé et un lycée.

Les moines de la Chartreuse du Saint-Esprit de la Lys qui ont quitté au moment de la Révolution, leur couvent de la Croix-Rousse à Lyon, a déclaré Caroline Boudet que M Choussy rencontre quelques filles dans cette ancienne Chartreuse. Avec le Père Furnion, ils élaborent les statuts d’une congrégation, reconnue par l’Église en 1824. La communauté grandit: c’est le début de l’Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur. Aujourd’hui, le couvent est l’actuel lycée privé Saint Jean-Baptiste de La Salle sur le site du Sacré-Coeur et abrite l’église du même nom, construite en 1803 et jamais consacrée.

Héritage historique

Mairie de Lyon
situé entre la place des Terreaux et la place de la Comédie, face à l’Opéra. Il est classé monument historique depuis le 12 juillet 1886. Un des plus beaux monuments historiques de la ville, il est très imposant (il surplombe la place des Terreaux mais aussi la place de la Comédie; devant la Opera), son intérieur recèle beaucoup de richesses (que l’on ne peut malheureusement voir que pendant quelques jours, notamment lors des Journées européennes du patrimoine). Il abrite également l’un des plus grands carillons d’Europe. On ne peut que contempler sa magnifique façade qui surplombe la place des Terreaux.

Place des Terreaux
La place des Terreaux est une place située dans le 1er arrondissement de Lyon, sur la presqu’île entre Rhône et Saône, au pied de la colline de la Croix-Rousse.

Le cœur animé de la ville, pour beaucoup de Lyonnais c’est la plus belle place de la ville avec un cadre grandiose: les façades classiques de la Mairie, du Palais Saint-Pierre et la présence de la fontaine des «4 rivières» de Bartholdi se reflètent dans les 68 jets d’eau de la place; réaménagé à la fin des années 1990 par Buren, il est situé entre le centre de la Presqu’île et le quartier des Pentes (Croix-Rousse).

En 1206, les associations de commerçants de Lyon coururent vers Mgr Renaud II de Forez, qui ne se conforma pas à la charte signée en 1195 en violant les accords passés en matière de taxes sur les marchandises. Pour protéger le village de Saint-Nizier du pouvoir ecclésiastique, les bourgeois de Lyon décident alors d’élever un mur au pied de la colline de Saint-Sébastien (versant de la Croix-Rousse) et une tour sur la Saône pour contrôler le pont de la Bourse, qui était le seul passage entre Saint-Nizier et Saint-Jean (une paroisse à l’ouest de la Saône, dans le Vieux Lyon); de Forez est intervenu par la force des armes en 1208, et la paix est revenue grâce à l’intervention du pape Innocent III.

Cependant, Renaud de Forez et ses successeurs poursuivent les travaux entrepris par les bourgeois de Lyon, afin de protéger la ville d’une éventuelle attaque de la Dombes. Un nouveau mur de deux mètres d’épaisseur et de dix mètres de haut a été construit entre la Saône et le Rhône. Longue d’environ 500 mètres, cette enceinte était percée de deux portes défendues par des ponts-levis (la porte de la Pêcherie ou la Saône et la porte de la Lanterne) et protégée par dix tours. Une promenade crénelée et cinq cabines de pierre permettaient aux soldats de regarder au sommet.

Le mur principal était séparé par un fossé de 22 mètres d’un autre mur de deux mètres situé au nord. Au XIVe siècle, une troisième structure construite dans le talus est ajoutée, puis, au début du XVe siècle, une nouvelle structure est construite sur le sommet de Saint Sébastien, constituée d’un monticule de terre protégé par des tours en bois. En cas de siège, le fossé, appelé Terralia nova (Fossés de Terreaux) ou Fossés de la Lanterne, pouvait être rempli d’eau. Celui-ci entrait en cas de besoin dans une succession de bassins, appelés chenal de Neyron, creusés latéralement au Rhône.

En temps normal, les arbalétriers, puis les ponceaux utilisent les fossés comme lieu d’entraînement, d’abord côté Saône, puis à partir de 1533 côté Rhône.

Au 16ème siècle, les murs s’effondrent. En 1538, la démolition de l’enceinte est initiée. Le fossé situé côté Saône a été comblé plus tard pour construire la Boucherie de la Lanterne. En 1555, les religieuses du couvent Saint-Pierre sont autorisées à utiliser les pierres du mur pour réparer le monastère. En 1578, les terrains de l’actuelle place des Terreaux sont comblés, et en 1617, l’ancien fossé disparaît avec l’aménagement des jardins de l’hôtel de ville sur lesquels l’Opéra se dresse aujourd’hui. Entre 1646 et 1651, Simon Maupin fait construire sur le côté est de la place l’Hôtel de ville de Lyon, reconstruit par Jules Hardouin-Mansart, après l’incendie de 1674. Au XVIIe siècle, les religieuses de Saint-Pierre reconstruisent leur couvent, qui devint en 1803 le musée des Beaux-Arts de Lyon.

Sur cette place fut décapité Henri Coiffier de Ruzé, marquis de Cinq-Mars, conspirateur contre Richelieu. Pendant la Révolution française, la guillotine a été installée et fonctionnait à plein régime pendant le mandat de Marie Joseph Chalier. Après le siège de Lyon, 79 personnes ont également été décapitées. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’accès au site est élargi pour accueillir le plan de restructuration de la presqu’île mené par Claude-Marius Vaïsse. En 1855, le passage des Terreaux est ouvert entre la place et la rue de la Lanterne. Le préfet a également prévu de forer une nouvelle rue dans l’axe nord du Palais Saint-Pierre, mais ce projet n’a jamais été réalisé.

Au centre de la place, les élus municipaux inaugurent le 22 septembre 1891 une fontaine allégorique de la Saône, réalisée par Frédéric Auguste Bartholdi. Le groupe sculpté Char triomphant de la Garonne représente la Garonne et ses quatre affluents plongeant dans l’océan, tous symbolisés par une femme à la tête d’un Quadriga. Après l’Exposition Universelle de 1889, le monument devint trop cher pour la ville de Bordeaux et fut acheté en 1890 par le maire de Lyon, Antoine Gailleton. La place a été réaménagée en 1994 par l’architecte et urbaniste Christian Drevet et l’artiste Daniel Buren, avec une rotation orthogonale de 69 jets d’eau bordés de 14 piliers. Pour construire le parking souterrain de la place, la fontaine était à l’origine située en face de la mairie,

Le 29 septembre 1995, la place est classée monument historique. Pendant l’hiver froid de 2012, la fontaine située place des Terreaux a gelé.

Ascension de la Grande-Côte
La montée de la Grande Côte ou de la Grand’Côte est un chemin dans le 1er arrondissement de Lyon qui relie le quartier des Sols au Plateau Croix Rousse, d’où son nom.

L’architecture la plus intéressante de la rue, composée de belles portes et arches, se trouve dans la partie sud de la rue. Au nord de la rue Imbert Colomès, se trouvent des bâtiments de style canut du XIXe siècle et quatre bâtiments des années 1970. Puis, devant la rue des Tables Claudiennes, il y a une école du XXe siècle et deux vieilles maisons. Avant la rue Burdeau, il y a des maisons à deux étages, et avant la rue Leynaud, un logement public de six étages remplaçant les maisons avant 1988, et un parking couvert; au-delà, la rue est plus étroite et bordée d’une grande variété de maisons anciennes. À l’est, se trouvent d’anciennes maisons de deux à quatre étages, la plus ancienne d’entre elles construite au début du XVIe siècle.

Au n ° 2, il y avait une sculpture romaine. Au n ° 89-90, il y avait une statue d’une Vierge à l’Enfant, mais l’enfant a disparu en 1902 et la Vierge cinq ans plus tard. Au n ° 100, les fenêtres à meneaux ont été créées au XIIIe siècle. Des trottoirs ont été ajoutés en 1859. Les maisons sont classées au patrimoine mondial. Le Grand’Côte a donné son nom au Littré de la Grand’Côte, un dictionnaire du parler lyonnais écrit par Nizier de Puitspelu (alias Clair Tisseur).

Place Louis-Pradel
La place Louis Pradel est une place située dans le 1er arrondissement de Lyon. De création récente, il relie le centre-ville, la mairie et la place des Terreaux aux berges du Rhône. Cette place a été percée dans le tissu urbain dense de la Presqu’île lors des travaux du métro, en élargissant la rue Puits-Gaillot. La création de cette place a été rendue nécessaire par la décision de faire passer le métro à travers la structure du nouveau pont Morand. Il a également permis de construire un parking souterrain, le parking Opéra.

Quai Saint-Vincent
Le Quai Saint-Vincent est un chemin sur la rive gauche de la Saône dans le 1er arrondissement de Lyon, en France. Historiquement, il est d’une grande importance en reliant les deux plus anciens pôles lyonnais du centre-ville et le quartier Vaise. C’est le siège de l’immense bâtiment des Subsistances qui fut longtemps utilisé par l’armée avant de devenir un lieu dédié à la culture. Au début des années 30, les berges du quai sont reprises par des nageurs, non sans opposition. A la demande de la section lyonnaise de la Ligue pour le rétablissement de la moralité publique (LRMP), le maire, Édouard Herriot, a ordonné une enquête publique, qui a conclu que les nageurs paraissaient “suffisamment habillés pour leurs exercices pour ne porter aucune attaque sur le public. morale ».

Patrimoine religieux
Église de Saint-Bruno-les-Chartreux
Cette église est certainement l’une des plus belles églises de Lyon, de style baroque elle possède une magnifique verrière de Servandoni.

Église Saint-Polycarpe
Entrepris par les Oratoriens en 1665, fut achevé en 1670, à l’exception de la façade, l’œuvre de l’architecte Toussaint-Noël Loyer, qui ne date que de 1756.

Église du Bon Pasteur
Cette église est dédiée au Bon Pasteur, figure allégorique de Jésus, dans l’Evangile de Saint Jean et l’Evangile de Saint Luc. Il se caractérise par sa porte inaccessible.

Espace culturel

Amphithéâtre des Trois Gaulois
L’Amphithéâtre des Trois Gaulois de Lugdunum (l’actuelle ville de Lyon) fait partie du sanctuaire fédéral des Trois Gaulois dédié au culte de Rome et d’Auguste célébré par les soixante nations gauloises réunies à Lugdunum. Les vestiges de l’amphithéâtre sont classés au titre des monuments historiques depuis le 27 novembre 1961.

Fresque du Lyonnais
La fresque lyonnaise est une peinture murale de 800 m 2, située à Lyon, France. Il représente 24 personnages historiques lyonnais et 6 personnages contemporains. Il a été produit en 1994-1995 par CitéCréation.

Musée des Beaux-Arts de Lyon
Le musée des beaux-arts de Lyon est un musée municipal des beaux-arts de la ville française de Lyon. Situé à proximité de la place des Terreaux, il occupe un ancien couvent bénédictin qui fut actif aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a été restauré entre 1988 et 1998, restant ouvert aux visiteurs pendant toute cette période malgré les travaux de restauration. Ses collections vont des antiquités égyptiennes anciennes à la période de l’art moderne, faisant du musée l’un des plus importants d’Europe. Il accueille également d’importantes expositions d’art, par exemple les expositions d’œuvres de Georges Braque et Henri Laurens au second semestre 2005, et une autre sur l’œuvre de Théodore Géricault d’avril à juillet 2006. C’est l’un des plus grands musées d’art de France.

Situé place des Terreaux, à proximité de cet hôtel de ville de Lyon, le musée des Beaux-Arts possède une très belle collection d’objets anciens et une remarquable collection d’objets égyptiens qui n’ont rien à envier aux musées des grandes capitales. Européen. Les pièces gallo-romaines sont exposées sur la colline de Fourvière, à côté du théâtre antique. Le bâtiment en lui-même est une très belle réalisation architecturale située dans un ancien couvent bénédictin, à ne pas manquer avec son réfectoire et son escalier baroque. Le jardin du musée (cloître), havre de paix au cœur de la ville, est librement accessible depuis la place des Terreaux ou la rue Édouard-Herriot.

Opéra de Lyon
L’objet de l’Opéra national de Lyon est de promouvoir l’art et la danse lyriques à Lyon et dans la région Rhône-Alpes, à rayonnement national et international, au moyen de structures artistiques permanentes composées d’un orchestre, d’un chœur, d’un master, d’un ballet entreprise et un studio d’intégration pour les jeunes professionnels. L’Opéra de Lyon présente plus de 400 spectacles par saison à Lyon et en tournée, atteignant 200 000 spectateurs.

Il est situé place de la Comédie, face à la mairie. Construit en 1831 par Antoine-Marie Chenavard et Jean-Marie Pollet, il a été entièrement restructuré et agrandi entre 1989 et 1993 par Jean Nouvel. Le projet architectural a remporté le Prix de l’Équerre d’argent du Moniteur en 1993. Il abrite une salle de spectacle principalement affectée à l’Opéra national de Lyon, qui propose des opéras, des ballets et des concerts et qui peut accueillir 1 100 spectateurs. C’est la résidence du ballet de l’Opéra de Lyon. L’Opéra de Lyon, subventionné par la ville de Lyon (60%), le département du Rhône (10%), la région Rhône-Alpes (10%) et l’État (20%), dispose d’un budget annuel d’environ 35 millions d’euros . En 2011, l’âge moyen des spectateurs était de 47 ans

Les Subsistances
En 7 ans, Les Subsistances ont inventé un nouveau type de lieu culturel. Pour les artistes, ils offrent un lieu et un temps de résidence, un accompagnement administratif, technique et financier adapté à chaque projet. Les Subsistances développe une relation de camaraderie avec des artistes invités et des compagnies, étendant la collaboration au-delà de la présentation du spectacle en soutien à la distribution. Selon leur démarche artistique, leur présence varie sur le site (deux semaines à un mois ou plus) ou se déroule en plusieurs étapes d’une saison à l’autre.

Les Subsistances développe de nouvelles relations avec le public. Ils favorisent la confrontation, la réflexion, la pratique artistique et le dialogue, inventant de nouvelles formes de rencontres en impliquant le public à chaque étape de la création: chantiers, débats, répétitions publiques, création Week_Ends, ateliers de pratique artistique. Depuis 2007, l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, Le Peuple de l’Herbe, Cap Canal, le Pôle Enfance, Art et Langages de la Ville de Lyon sont installés sur le site. En associant un centre de formation pour arts plastiques et centre professionnel de production des arts du spectacle, Les Subsistances est aujourd’hui un site unique de création artistique en France.

La bibliothèque municipale
La Bibliothèque Municipale de Lyon est constituée d’un réseau de 16 bibliothèques (la Bibliothèque centrale de la Part-Dieu et 14 bibliothèques et 1 médiathèque présents dans tous les quartiers de Lyon) et 3 bibliobus desservant directement les quartiers ou les collectivités pour adultes ou enfants (résidences pour les personnes âgées, les centres sociaux, les PMI, les écoles, les crèches, etc.). Les missions du “BML” sont multiples. Elles vont de la conservation et de la valorisation d’un patrimoine écrit et graphique considérable (le plus important en France après celui de la BnF), à des actions de promotion du livre et de la lecture dans les quartiers «sensibles», en passant par une forte activité de crédit (environ 3,6 millions de prêts) par an), aide à la recherche documentaire, à l’éducation (notamment pour les étudiants et les écoliers) et aux événements culturels (expositions, conférences, ateliers de lecture ou d’écriture, etc.

Tags: