Yvoire, Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Yvoire est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, dans le canton de Sciez en région Auvergne-Rhône-Alpes. Yvoire, ville médiévale du 14ème siècle est située sur la rive française du lac Léman. Fleuriste nationale, membre de la prestigieuse Association des Plus Beaux Villages de France, cette ville touristique de 833 habitants, baignée par les eaux du plus grand lac d’Europe de l’Ouest, près d’un million de visiteurs par an. Plus de 150 000 d’entre eux débarquent chaque année des bateaux de la Compagnie Générale de Navigation sur le lac Léman. Ce chiffre en fait le troisième port du Léman et le place dans le top 15 de France en termes de trafic passagers.

Yvoire est une belle ville toute l’année mais particulièrement attrayante au printemps et en été lorsqu’elle est remplie de fleurs apparemment en fleurs sur tous les balcons et rebords de fenêtres. Ce village sans circulation a réussi à préserver une grande partie de son aspect médiéval avec des murs et des portes de la ville, un château historique et des rues pavées étroites.

Yvoire est extrêmement populaire auprès des excursionnistes et possède donc un grand nombre de restaurants, cafés, boutiques, galeries d’art, studios et boutiques de souvenirs. Avec quelques sites officiels, visiter Yvoire est relaxant et la ville est facile à apprécier. Yvoire est à une courte distance en voiture de Genève et Evian ou d’un ferry rapide de Nyon en Suisse.

Yvoire est située en Haute-Savoie dans le quartier de Thonon-les-Bains, au bord du lac Léman, à 30 minutes d’Annemasse et de la sortie d’autoroute. Yvoire est limitrophe d’Excenevex (à l’est) et de Nernier et Messery à l’ouest. La commune appartient à la communauté d’agglomération de Thonon les Bains. Il a obtenu plusieurs distinctions: plus beaux villages de France, label “ville fleurie” aux “4 fleurs” dans le cadre du concours des villes et villages fleuris, “Grand prix national du fleurissement” et médaille d’argent au concours européen des fleurs.

Histoire
L’histoire écrite d’Yvoire remonte à 1306 et à une époque où les châteaux du Léman jouaient un rôle important dans la protection des routes commerciales stratégiques à travers les Alpes et le long du lac. Cependant, l’évolution des routes commerciales a poussé Yvoire au déclin et à une relative obscurité depuis le XVIe siècle. Ce n’est que l’attaque du tourisme de masse au cours du XXe siècle qui a remis Yvoire sur la carte en tant que destination d’excursion d’une journée populaire pour les voyageurs de la région du Léman.

Antiquité
La rive gauche du lac Léman est en territoire allobroge. Celles-ci contrôlent l’avant-pays plat, entre Rhône et Alpes. Les Romains interviennent dans la région à partir du IIe siècle avant JC. UN D. Des traces – tegulæ – d’une présence romaine ont été retrouvées à Yvoire et ses environs sans pour autant indiquer une implantation importante contrairement aux anciens sites voisins (Nernier ou Messery). Des auteurs ont tenté de voir la mention du port militaire Ebrudunum Sapaudiæ dans un texte romain de la fin de l’Empire comme le site d’Yvoire. Les différentes personnes ont tendance à préférer la ville suisse d’Yverdon.

A 60 m du château, présence du “Pierre de l’Equarroz” (1,1 m de haut et 2,5 × 2,5 m), “situé sur le promontoire dominant le confluent du Foron et du ruisseau de Chavannex”. C’est le versant est du Mont de Boisy, près du hameau de Chavannex. Selon la tradition, l’endroit attirait les habitants pour faire des sacrifices à Neptune, Neith ou Niton (voir aussi Pierres du Niton). La Chronica Gallica (452) décrit l’installation des Bourguignons dans la province de Sapaudia. La présence bourguignonne est prouvée sur le territoire de la commune par la découverte de tombes, sur le site appelé la nécropole des Combes.

Période médiévale
L’emplacement stratégique du promontoire avancé dans les eaux entre le petit et le grand lac, favorise la construction d’un château du XII e siècle, au centre d’une seigneurie. Aux nobles d’Yvoire, succède la grande famille seigneuriale de Compey, vassale des comtes de Genève. En 1289, un Anthelme de Compey, présent au traité de Sciez, est seigneur d’Yvoire et se déclare vassal de la baronne Béatrice de Faucigny. L’Ecclesia de Evyre dépend de l’abbaye de Filly, comme indiqué par une bulle papale d’Innocent IV, du 9 septembre 1250.

En 1306, le comte Amédée V de Savoie acquiert le château des héritiers d’Anthelme de Compey et le fait «réaménager, reconstruire et fortifier». Le bâtiment devient une véritable forteresse suite aux modifications de 1307-1308, puis de 1325-1326. Les fortifications de la ville, commencées peu avant, se poursuivent. L’endroit devient un point stratégique pour le comte face à ses voisins le comte de Genève et son allié le baron de Faucigny. L’année suivante, il prit également le château voisin de Rovorée et le fit raser. La ville fortifiée est accessible par deux portes créées en 1318. Il s’agit de “tours quadrangulaires de 5 m sur 6”, dites “tour de Nernier” orientées vers l’ouest et “tour de Rovorée”, à l’est. Le port de la ville est également défendu par des améliorations.

Le comte Édouard de Savoie a accordé une charte de franchise à la ville en 1324, incorporant le contenu de la charte de la ville d’Aigle, dans le canton de Vaud. En 1339, la seigneurie est rattachée au bailliage du Chablais et du Genevois. Le manoir est subordonné dans la seconde moitié du xive siècle à Antoine Miolans d’Urtières. Une dizaine d’autres familles suivront à la tête de la seigneurie au cours des trois siècles suivants. Malgré l’annexion de Faucigny par la Maison de Savoie, le château et la ville fortifiée conservent une importance stratégique dans le conflit qui continue d’opposer les Savoie à la Genève. En 1536, la partie nord du duché de Savoie est annexée par les troupes protestantes bernoises. Yvoire est intégré au nouveau bailliage de Thonon. Le culte protestant se développe dans la ville en raison de la conversion du seigneur, François de Saint-Jeoire-d’Antioche. Le vieux château est brûlé.

Période moderne
En 1615, la seigneurie passe la famille Bouvier, originaire du Bugey, est toujours propriétaire du château aujourd’hui. En 1772, la seigneurie est érigée en baronnie.

Époque contemporaine
A partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’agriculture et la pêche ont progressivement cédé la place au tourisme. En 2002, le village a représenté la France au Concours Européen Bloom et a obtenu le Trophée International des Paysagistes et horticulteurs. Le village d’Yvoire a fêté ses 700 ans en 2006. La principale activité économique de la commune est liée à l’artisanat local et aux activités touristiques: croisière à bord de la navette solaire, traversées et croisières avec la CGN (ligne entre Nyon et Yvoire), Chemin des Vaudois (à découvrir Nernier, petit village de pêcheurs).

Tourisme
Yvoire fait partie des 48 communes classées «ville touristique» du département. Elle est membre de l’association “Les Plus Beaux Villages de France”, depuis 1982.

En 2014, la capacité d’accueil de la commune, estimée par l’organisme Savoie Mont Blanc, était de 990 lits touristiques dans 92 établissements. Les logements sont répartis comme suit: 3 meublés; 5 hôtels et 2 établissements d’hébergement de plein air.

Village médiéval fortifié situé au bord du lac Léman, membre de l’association des plus beaux villages de France, c’est l’une des destinations touristiques les plus prisées du Chablais français.

Le village est récompensé chaque année depuis 1959 dans le cadre du concours des villes et villages fleuris. En 2014, elle bénéficie du label «ville fleurie» aux «4 fleurs» depuis 1959.

Au fil des ans, il a été l’un des lauréats des concours nationaux de floraison (1992, 1995, 1998, 2001, 2007). Yvoire est également classée au Grand prix national du fleurissement depuis 1995 et a reçu la médaille d’argent lors de l’édition 2002 du concours européen des fleurs.

Héritage historique
La commune possède deux monuments inscrits à l’inventaire des monuments historiques et un lieu inscrit à l’inventaire général du patrimoine culturel. En outre, il ne comprend aucun objet inscrit à l’inventaire des monuments historiques ou à l’inventaire général du patrimoine culturel. La porte Genève aussi appelée “porte Nernier” est datée des xiv e et xvi e siècles. Elle est “classée” depuis le 24 août 1943. La porte Thonon aussi appelée “porte Rovorée” est datée du 14ème siècle. Il est «classé» depuis le 19 juin 1981. Le labyrinthe du Jardin des Cinq Sens est situé au cœur du village. Créé en 1988 à la place de l’ancien jardin du château, il a été restauré selon l’art des jardins clos du château du Moyen Âge. Le jardin est classé Jardin remarquable de France.

Village médiéval:
Village médiéval au bord du lac Léman, Yvoire est déjà une seigneurie quand Amédée V, comte de Savoie, décide au début du XIVe siècle de faire une forteresse imprenable. De cette époque subsistent des vestiges incontournables: le château, les fortifications, les portes fortifiées, les fossés et maisons anciennes … Yvoire a conservé son caractère médiéval avec ses maisons en pierre et ses balcons en bois décorés de fleurs du printemps à l’automne. Bien que les guerres du XVIe siècle aient détruit une grande partie du village, il existe encore aujourd’hui de nombreuses reliques du passé médiéval. Ce village, désormais membre de l’Association des Plus Beaux Villages de France, a fêté ses 700 ans en 2006.

Les portes d’entrée
Depuis n’importe quel parking de votre choix, vous entrerez dans le village par l’une des deux portes médiévales. Au Moyen-Âge, la route principale de Genève à Thonon traversait le village par les deux portes d’entrée fortifiées: la porte de Rovorée et la porte de Nernier. Ils contrôlaient les allées et venues et les activités commerciales.

Porte de Rovorée
Ce passage voûté fait face à la mairie et à l’office de tourisme. Elle est souvent connue sous le nom de Porte de Thonon (Porte de Thonon).

Porte de Nernier
La porte Nernier donne accès au village par l’ouest. Elle est souvent connue sous le nom de Porte de Genève (Porte de Genève). Il est surmonté d’une tour de guet de 10 m de haut.

Les rues étroites
Entre les deux portes d’entrée se trouvent un petit nombre de vieilles rues bordées de restaurants servant du poisson frais du lac, de boutiques d’art et d’ateliers. Les plus pittoresques sont la Grande Rue Paul Jacquier, la rue des boulangers et la rue de l’église. Les rues pavées étroites sont joliment ornées de géraniums et de glycines en été et en automne. Yvoire est bien connue pour son exposition florale et a été récompensée au rang «Quatre Fleurs» au cours des dernières décennies. Ils mènent à la place centrale du village, place du Thay, où se trouve l’église paroissiale.

Place du Thay
La ravissante place du Thay est la place centrale du village. A l’ombre des arbres, il dégage une certaine ambiance provençale. Il connecte

Château d’Yvoire
Le château d’Yvoire est un château savoyard. La situation stratégique d’Yvoire, sentinelle du lac Léman, n’avait pas échappé au comte Amédée V Le Grand (1249-1323) qui entreprit d’importants travaux de fortifications à partir de 1306, en pleine guerre Delphino-Savoyarde. Pendant un demi-siècle, le village a joué un rôle militaire très important qui a valu à ses habitants l’obtention de «franchises» en 1324. Le village sortira indemne des guerres du Moyen Âge, il subira en revanche un dur assaut de les Genevois et les Français à la fin du XVIe siècle et le château sera incendié. Il restera sans abri pendant 350 ans et le village perdra son importance militaire. Miraculeusement, de précieux témoignages du passé existent: remparts, portes, fossés,

Château d’Yvoire domine encore aujourd’hui la petite ville, comme elle a dû le faire au Moyen Âge. Le château est d’une conception typiquement savoyarde et rappelle de nombreux autres châteaux médiévaux de la région du lac Léman. Le château d’Yvoire a l’air de la partie avec des tourelles, des tours, quelques fenêtres et des murs épais. Il occupe une position dominante sur les rives du lac Léman d’où il garde le petit bateau de pêche et les grands ports de plaisance modernes. Même par temps moyennement clair, le château d’Yvoire peut être vu depuis des villes telles que Nyon, Prangins et Gland, du côté suisse du lac Léman. Le Château d’Yvoire est entre des mains privées et n’est pas ouvert aux visiteurs.

Église du clocher
L’église d’Yvoire, dédiée à Saint Pancrace, date du XIe siècle. Il a été transformé plusieurs fois. Le clocher actuel construit entre 1856 et 1858 appartient à la lignée des clochers bulbeux qui caractérisent l’architecture religieuse savoyarde de la fin du XIXe siècle. Initialement recouverte de fer étamé, la commune envisageait sa restauration en 1983 pour lutter contre la rouille. En 1989, les travaux débutent, le clocher est alors recouvert d’acier inoxydable de type F17. Le coq et la boule à son sommet sont recouverts de feuilles d’or. L’église paroissiale est dédiée à Saint Pancrace et porte un passé chargé d’histoire. Elle a été transformée plusieurs fois. Le clocher actuel est un clocher bulbeux, typique de l’architecture religieuse savoyarde et piémontaise. Il a été construit entre 1856. Initialement, il était recouvert d’écailles de fer étamé. Au fil du temps, le clocher a rouillé; il est maintenant recouvert d’acier inoxydable; la flèche et le coq à son sommet sont recouverts d’or.

Autres lieux et monuments
Au début du XIVe siècle, le château d’Yvoire est construit sur un piton dominant le lac Léman, par le comte Amadeus V de Savoie, à l’emplacement d’une ancienne place forte. Il est entouré d’une ville fortifiée destinée à contrôler le passage entre Genève et l’Italie à travers la haute vallée du Rhône. Sa position stratégique permet de surveiller la navigation entre le petit lac et le grand lac du Léman. Au xvi e siècle, le château est incendié et les murs dévastés lors du conflit entre les Bernois, les Genevois français et le duc de Savoie. Le château n’est que partiellement récupéré de ses ruines. Au début du XXème siècle, le château d’Yvoire est restauré par la famille savoyarde Bouvier Yvoire qui l’occupe depuis le milieu du XVIIIème siècle (le château n’est pas ouvert).

La Châtaignière-Rovorée, domaine départemental d’art et de culture, est une maison de maître construite au début du XX e siècle par la soie lyonnaise. Il est situé au cœur du territoire de la Rovorée, espace naturel sensible cogéré par le Conservatoire du littoral et le conseil départemental de la Haute-Savoie. Chaque année, de juin à octobre, une exposition temporaire sur le patrimoine alpin y est présentée. En 2015, “Pourpoint, manteau et chaperon… S’habiller à la cour de Savoie (1300-1450)”.

Les ports
Le village possède deux ports: un petit port de pêche d’un côté et la marina bordée d’une promenade de l’autre.

Le Port des Pêcheurs
Le petit port des pêcheurs est le plus ancien d’Yvoire. Marchez jusqu’au bout de la jetée pour profiter de superbes vues sur le vieux village et le château avec le clapotis des vagues sur le rivage.

Le Grand Port
C’est là que se trouve le terminal des ferries. Son port de plaisance est occupé en été par des plaisanciers venus de Suisse et de Haute-Savoie. Marchez jusqu’au bout de l’embarcadère pour admirer la vue sur le château, les Alpes du Chablais et le rivage suisse adossé aux montagnes du Jura. Vous pouvez même apercevoir la ville suisse de Lausanne au loin.

Événements culturels et festivités
Plusieurs activités ponctuelles ainsi que des artistes de rue s’installent dans le village pour la période estivale:

Avril: fête de la cuisine (avec l’arrivée du printemps, les chefs partenaires concoctent des menus surprises sur un thème);
Mai: défilé vénitien (l’association Rêveries Vénitiennes propose un spectacle d’élégance et de magie au cœur du village médiéval pendant tout un week-end);
Juin: festival de musique;
Juillet: Yvoire Jazz Festival; Harley Days;
14 juillet: équipe de sauvetage;
fin août: prise de Rovorée (course pédestre réunissant plus de 150 coureurs;
Septembre: fête des peintres (installation de peintres amateurs locaux dans les rues du village médiéval, qui, le temps d’une journée, produisent une vue d’Yvoire);
Octobre: ​​fête de l’âne et marché bio (pour terminer la saison, l’office de tourisme en collaboration avec les associations locales, organise la fête de l’âne.

Espace naturel

Jardin des cinq sens
Au cœur du village, ne manquez pas l’occasion de visiter le Jardin des Cinq Sens classé “Jardin Remarquable” par le Ministère de la Culture. Ce petit coin de paradis vert vous invite à une découverte poétique des plantes avec vos cinq sens. Tout est fait pour votre plaisir: le plaisir de vos yeux avec le paysage coloré fourni par l’arrangement des fleurs, le plaisir de caresser la douceur du feuillage, le plaisir de sentir les roses, le plaisir d’écouter les oiseaux et le chuchotement de l’eau, le plaisir de retrouver enfin les vrais goûts de votre enfance…

Le Jardin des Cinq Sens, ancien labyrinthe du Jardin des Cinq Sens, est situé au cœur d’Yvoire (Haute-Savoie), à ​​l’emplacement de l’ancien potager du château d’Yvoire et a été restauré en 1986 selon l’art et le symbolisme du paradis perdu dans les jardins médiévaux. Il est classé jardin remarquable par le ministère de la Culture. Le labyrinthe végétal qui se décline selon les cinq sens est une véritable curiosité. Les plantes et les fleurs correspondent à la vue, au toucher, au goût et à l’odorat; le cinquième sens, l’ouïe, est représenté par le chant de l’eau et des oiseaux.

Plus loin, les visiteurs découvriront un cloître végétal avec des plantes médicinales et aromatiques, un damier de roses anciennes, de vieux arbres fruitiers à treillis et quelques volières et fontaines. Village médiéval fleuri, Yvoire a été récompensé à plusieurs reprises et est classé parmi les Plus Beaux Villages de France pour le charme de ses ruelles qui mènent au lac Léman et ses vieux rochers qui invitent le visiteur à se plonger dans l’histoire de la Savoie. Dans le centre fortifié, vous remonterez au Moyen-Âge en découvrant les portes et remparts qui protégeaient le village et le château de l’époque moderne pour découvrir un site pittoresque parfaitement préservé.

Le jardin est ouvert aux visiteurs de mi-avril à mi-octobre. Il détient une collection de plus de 1000 variétés de plantes.

Sentier Vegetti
D’Yvoire à Nernier: Surplombant le lac Léman pour rejoindre le pittoresque village de Nernier depuis Yvoire.

Domaine de Rovorée la Châtaignière
La résidence de La Châtaignière, se dresse sur un domaine de 24 hectares de prairies, de châtaigniers séculaires, vestiges de la place forte médiévale de Rovorée, et d’espaces boisés bordant les rives du lac sur plus d’1 km permettant des points de vues variées sur le lac Léman.

Croisière en bateau:
Grâce à sa propulsion électro-solaire, la Foué vous permettra de naviguer dans le plus calme et le plus doux tout en profitant du charme de la presqu’île du Léman. Depuis la mer, les passagers apprécieront la vue imprenable sur le village médiéval, ses maisons en pierre, ses fleurs colorées (site classé “Plus Beaux Villages de France”, avec en toile de fond, des chaînes de montagnes, de la mythique Dent d’Oche aux Cimes des Voirons ). Un commentaire permettra de découvrir l’histoire du village, son port de pêcheurs, son église … mais aussi de connaître la légende de la “Pierre d’Equarre”. Grâce à la ligne N3 Navimobility entre Nyon et Yvoire, la cité médiévale d’Yvoire n’est qu’à 20 minutes de la côte suisse. Amateurs de croisière et de détente,

Tags: