Guide de voyage de Mantoue, Lombardie, Italie

Mantoue est une ville classée au patrimoine mondial de la Lombardie, en Italie. En raison du pouvoir et de l’influence de la famille Gonzague, qui possédait la ville pendant plus de 400 ans, Mantoue était considérée comme l’une des villes culturelles les plus importantes de la Renaissance et conserve encore de nombreux bâtiments qui l’ont rendue célèbre pendant cette période. période. En 2008, le centro storico (vieille ville) de Mantoue et Sabbioneta ont été déclarés par l’UNESCO comme site du patrimoine mondial.

Le pouvoir historique et l’influence de Mantoue sous la famille Gonzague en ont fait l’un des principaux centres artistiques, culturels et surtout musicaux du nord de l’Italie et du pays dans son ensemble. Possédant l’une des plus belles cours d’Europe des XVe, XVIe et début du XVIIe siècles. Mantoue est connue pour son rôle important dans l’histoire de l’opéra ; la ville est également connue pour ses trésors architecturaux et ses artefacts, ses palais élégants et son paysage urbain médiéval et de la Renaissance.

C’est la ville où le compositeur Monteverdi a créé son opéra L’Orfeo, le premier opéra encore régulièrement joué aujourd’hui. C’est aussi là que Roméo a été banni dans la pièce de Shakespeare Roméo et Juliette. C’est la ville la plus proche du lieu de naissance du poète romain Virgile, qui est commémoré par une statue dans le parc au bord du lac « Piazza Virgiliana ».

Mantoue, l’une des plus belles villes de Lombardie, riche en art et en culture. Riche en trésors d’art inestimables, Mantoue, patrie du poète Virgile, conquiert par son charme aristocratique. Observant chaque rue où se trouvent les traces de ces puissants Gonzague qui l’aimaient tant, et qui lui donnèrent des palais magnifiquement décorés.

Parmi les premières choses à voir, le Palazzo Ducale et ses 500 chambres décorées de fresques et décorées par des artistes tels que Giulio Romano, Raffaello et Mantegna. Avec de nombreux bâtiments reliés par des couloirs et des galeries, des cours et des jardins, ce bel endroit ressemble à une véritable ville-palais de 35 000 mètres carrés.

Près de Piazza delle Erbe, il y a deux autres bâtiments splendides: Palazzo della Ragione et Palazzo del Podest à (1227), l’un des plus anciens bâtiments publics de l’époque médiévale de la ville. A côté des deux bâtiments, la caractéristique Tour de l’Horloge du XVe siècle est à ne pas manquer.

Dans la zone orientale se dresse le grandiose Palazzo Te, parmi les plus beaux endroits de Mantoue, entouré de verdure et conçu comme un lieu de farniente et de mondanité pour le prince Federico II Gonzaga. Parmi les lieux religieux, à visiter le Duomo (ou cathédrale de San Pietro), avec le clocher roman, le côté droit gothique et la façade néoclassique, et la basilique de Sant’Andrea conçue par Leon Battista Alberti, qui abrite des œuvres de Mantegna , par Correggio et Giulio Romano.

Mantoue est entourée sur trois côtés de lacs artificiels, créés au XIIe siècle comme système de défense de la ville. Ces lacs reçoivent l’eau du fleuve Mincio, un affluent du fleuve Pô qui descend du lac de Garde. Les trois lacs sont appelés Lago Superiore, Lago di Mezzo et Lago Inferiore (respectivement les lacs « supérieur », « moyen » et « inférieur »). Un quatrième lac, le lac Pajolo, qui servait autrefois d’anneau d’eau défensif autour de la ville, s’est asséché à la fin du XVIIIe siècle.

La région et ses environs sont importants non seulement en termes naturalistes, mais aussi anthropologiquement et historiquement ; la recherche a mis en évidence un certain nombre d’établissements humains dispersés entre Barche di Solferino et Bande di Cavriana, Castellaro et Isolone del Mincio. Celles-ci dataient, sans interruption, du néolithique (Ve-IVe millénaire avant J.-C.) à l’âge du bronze (IIe-Ier millénaire avant J. au IIIe siècle après JC.

En 2016, Mantoue a été désignée capitale italienne de la culture. En 2017, elle a été nommée capitale européenne de la gastronomie, incluse dans le district de la Lombardie orientale (avec les villes de Bergame, Brescia et Crémone). Toujours en 2017, Legambiente a classé Mantoue comme la meilleure ville italienne pour la qualité de vie et l’environnement.

Histoire
Mantoue était une colonie insulaire qui a été établie pour la première fois vers l’an 2000 avant JC sur les rives du fleuve Mincio, qui coule du lac de Garde à la mer Adriatique. Au 6ème siècle avant JC, Mantoue était un village étrusque qui, dans la tradition étrusque, fut refondé par Ocnus. Après la chute de l’Empire romain d’Occident aux mains d’Odoacre en 476 après JC, Mantoue fut, avec le reste de l’Italie, conquise par les Ostrogoths. En 962, l’Italie fut envahie par le roi Otton Ier d’Allemagne, et Mantoue devint ainsi vassale du Saint Empire romain germanique nouvellement formé.

Au XIe siècle, Mantoue devint possession de Boniface de Canossa, marquis de Toscane. Le dernier souverain de cette famille était la comtesse Mathilde de Canossa (d. 1115), qui, selon la légende, a ordonné la construction de la précieuse Rotonda di San Lorenzo (ou St. Lawrence’s Roundchurch) en 1082. La Rotonda existe toujours aujourd’hui et a été rénové en 2013.

Après la mort de Mathilde de Canossa, Mantoue est devenue une commune libre et s’est vigoureusement défendue contre l’influence du Saint Empire romain germanique au cours des XIIe et XIIIe siècles. En 1198, Alberto Pitentino modifia le cours du fleuve Mincio, créant ce que les Mantouans appellent « les quatre lacs » pour renforcer la protection naturelle de la ville. Trois de ces lacs subsistent encore aujourd’hui et le quatrième, qui traversait le centre-ville, a été récupéré au XVIIIe siècle.

À partir de 1215, la ville fut dirigée par la podesteria du poète et homme d’État guelfe Rambertino Buvalelli. Ludovico Gonzaga, qui était Podestà de Mantoue depuis 1318, a été dûment élu Capitano del popolo. Les Gonzague construisirent de nouvelles murailles avec cinq portes et rénovèrent la ville au 14ème siècle.

Au cours de la Renaissance italienne, la famille Gonzague a assoupli son règne despotique et a encore élevé le niveau de culture et de raffinement à Mantoue. Mantoue est devenue un centre important de l’art et de l’humanisme de la Renaissance. Le marquis Gianfrancesco Gonzaga avait amené Vittorino da Feltre à Mantoue en 1423 pour ouvrir sa célèbre école humaniste, la Casa Giocosa.

En 1627, la lignée directe de la famille Gonzague prend fin. A la mort de Ferdinand Carlo IV en 1708, le duc de Mantoue fut déclaré destitué et sa famille de Gonzague perdit Mantoue à jamais au profit des Habsbourg d’Autriche. Sous la domination autrichienne, Mantoue a connu un renouveau et pendant cette période, l’Académie royale des sciences, des lettres et des arts, le théâtre scientifique et de nombreux palais ont été construits. Le 4 juin 1796, Mantoue fut assiégée par l’armée de Napoléon, la ville passa sous le contrôle de Napoléon et devint une partie du royaume d’Italie de Napoléon.

Après la brève période de domination française, Mantoue retourna en Autriche en 1814, devenant l’une des villes forteresses Quadrilatero dans le nord de l’Italie. Lors de la bataille de Solferino (deuxième guerre d’indépendance italienne) en 1859, la Maison de Savoie Piémont-Sardaigne s’est rangée du côté de l’empereur français Napoléon III contre l’empire d’Autriche. Après la défaite de l’Autriche, la Lombardie a été cédée à la France, qui a transféré la Lombardie au Piémont-Sardaigne en échange de Nice et de la Savoie.

Mantoue, bien qu’étant une province constitutive de la Lombardie, restait encore sous l’empire autrichien avec la Vénétie. En 1866, la Confédération de l’Allemagne du Nord dirigée par la Prusse s’est rangée du côté du royaume d’Italie nouvellement créé et dirigé par le Piémont contre l’Empire autrichien lors de la troisième guerre d’indépendance italienne. La défaite rapide de l’Autriche a conduit à son retrait du royaume de Vénétie (y compris la capitale, Venise). Mantoue renoue avec la région de Lombardie et est incorporée au royaume d’Italie.

Aujourd’hui, le commerce de détail et les services tertiaires jouent un rôle important dans l’économie de la ville. Le secteur de l’habillement est également très actif, avec des implantations importantes dans la commune de la ville, Lubiam, Valstar et Corneliani, spécialisées notamment dans la mode masculine, et le secteur mécanique. Dans le secteur de l’artisanat, les travaux anciens de la céramique et de la porcelaine sont encore répandus et renommés.

Attractions principales
Mantoue est avant tout un mélange original d’histoire et d’art, venez à Mantoue et vivez-la, entrez dans ses palais et perdez-vous dans ses ruelles et ruelles, arrêtez-vous dans une taverne et savourez la cuisine raffinée de son riche passé. Des Étrusques à une somptueuse Renaissance écoutez son histoire riche de mysticisme et de magie, petite et bien conçue.

La ville atteignit sa splendeur non seulement au Moyen Âge mais surtout pendant la longue domination des seigneurs Gonzague, collectionneurs d’art raffinés, qui donnèrent l’hospitalité à des architectes, peintres, poètes, philosophes, musiciens et scientifiques célèbres. La « Ville des Trois Lacs » est comme un coffre plein de trésors, réalisés par des artistes tels que Mantegna, Pisanello, Giulio Romano, Rubens, Leon Battista Alberti et bien d’autres.

Détendez-vous parmi les festivals d’histoire, d’art, de traditions, de nature, de culture, de musique et de littérature. Il existe de nombreux palais, musées, églises et lieux d’intérêt à visiter à Mantoue. Mantoue a été déclarée site du patrimoine mondial de l’Unesco le 7 juillet 2008 en tant que témoignage exceptionnel des réalisations urbaines, architecturales et artistiques de la Renaissance.

La ville s’impose comme un trésor d’art que de grands noms du monde ont su combler d’œuvres très précieuses ; Mantegna, Pisanello, Giulio Romano, Leon Battista Alberti, Fancelli, Leonardo da Vinci, Titien, Arioste le Tasse, Aretino… Bien que de nombreux chefs-d’œuvre aient été dispersés, la valeur culturelle de Mantoue est néanmoins exceptionnelle, avec de nombreux patriciens de Mantoue et les bâtiments ecclésiastiques étant des exemples particulièrement importants de l’architecture italienne.

Mantoue est une ville à taille humaine où l’on peut se promener dans les rues pavées et les ruelles isolées tandis que les places animées ou silencieuses se succèdent ; assis sur les tables en plein air des bars et des restaurants, vous pourrez déguster la cuisine locale qui trouve ses racines dans les somptueux banquets de la cour des Gonzague ou dans les simples cuisines populaires.

Itinéraire
Un bon itinéraire pour visiter Mantoue est celui qui commence par entrer dans le centre historique de Mantoue depuis le pont San Giorgio, d’où vous pourrez admirer la célèbre ligne d’horizon de Mantoue, très suggestive au coucher du soleil. En traversant le pont, vous trouverez le château de San Giorgio, point de confluence des routes qui longent les trois lacs de Mantoue (Lago Superiore, Lago Inferiore et Lago di Mezzo).

Construit entre 1395 et 1400, le Château de San Giorgio est reconnaissable à ses 4 tours (la Tour Nord-Est abrite la célèbre Camera degli Sposi décorée de fresques d’Andrea Mantegna).

En longeant le côté droit du château de San Giorgio, vous entrez sur la Piazza Sordello, le véritable cœur de la Renaissance Mantoue. Sur le côté gauche de la Piazza Sordello se trouve le Palazzo Ducale, résidence des Gonzague au XIVe siècle, où sont conservés de nombreux trésors, notamment des peintures, des statues, des tapisseries.

Sur le côté droit de la Piazza Sordello se trouve la cathédrale de Mantoue (cathédrale de San Pietro), construite au XIIIe siècle et rénovée par Giulio Romano en 1545. Également sur la Piazza Sordello à Mantoue se trouvent également le palais épiscopal, siège épiscopal depuis 1823 et le palais Bonacolsi (également appelé Palazzo Castiglioni).

Au-delà de la voûte de la Piazza Sordello, vous êtes dans le centre historique de Mantoue. En continuant vers la gauche dans la Via Accademia, il est possible de visiter le Théâtre Bibiena, un petit bijou du XVIIIe siècle conçu par Antonio Bibiena à la demande de Marie-Thérèse d’Autriche et inauguré par Wolfgang Amadeus Mozart à l’âge de seulement 14 ans.

De là, en traversant la place où se trouve le monument de Dante Alighieri, en continuant le long de la Via Adigò, vous atteignez la Piazza Broletto, qui abrite le Palazzo del Podestà, l’Arengario et le suggestif Sottoportico dei Lattonai, qui relie Piazza Broletto à Piazza Erbe. Le Palazzo del Podestà de Mantoue, construit en 1227, est relié au Palazzo del Massaro par l’Arengario. Sur la façade du Palazzo del Podestà se trouve l’Édicule de Virgile, une statue en marbre représentant le grand poète.

En continuant, nous arrivons à Piazza Erbe, où vous pourrez admirer le Palazzo della Ragione, construit en 1250, la Tour de l’Horloge (avec un exemple d’horloge astronomique), la Rotonda di San Lorenzo, la plus ancienne église de Mantoue (datant de 1082) , à base circulaire, construit sur le modèle du Saint-Sépulcre de Jérusalem. La Piazza delle Erbe à Mantoue est bordée par les arcades des maisons du gothique tardif et de la Renaissance, dont la Casa del Mercante, construite en 1455 pour le marchand Boniforte da Concorezzo.

En continuant le long du Corso Umberto I, vous arrivez au Théâtre Social de Mantoue, construit entre 1818 et 1822 par Luigi Canonica. Ensuite, le long de la Via Nievo, vous pouvez rejoindre la Via Verdi centrale et la Piazza Canossa, avec une empreinte du XVIIIe siècle.

De là, vous pouvez rejoindre en quelques minutes la Piazza Virgiliana, où se trouve une statue dédiée à Virgile et le musée diocésain. Arrivez ensuite à Piazza d’Arco, où se trouve le Palazzo d’Arco. En continuant le long de la via Scarsellini, vous pourrez admirer le siège de l’Université de Mantoue et l’église de San Francesco. En continuant le long de Via Solferino, Via Bonomi, Via Tito Speri, vous arrivez dans via Chiassi, où se trouve l’église de San Barnaba. En continuant tout droit via Poma, sur la gauche, vous pouvez voir la maison de Giulio Romano, construite entre 1538 et 1544.

Au bout de la Via Roma, en tournant à droite dans la Via Acerbi, vous pouvez rejoindre la Casa del Mantegna, un bâtiment que l’artiste de Padoue avait construit en 1476. En face, vous pourrez admirer l’église de San Sebastiano (Famedio), conçue par Leon Battista Alberti en 1460, qui abrite aujourd’hui le monument aux partisans tombés au combat de la Première Guerre mondiale.

Et en continuant, vous arrivez au Palazzo San Sebastiano, la résidence de Francesco II Gonzaga, et aujourd’hui le siège du musée de la ville. Palazzo Te À moins d’une centaine de mètres se trouve le Palazzo Te, construit entre 1525 et 1534 par Giulio Romano sur la commission de Federico II Gonzaga. Ne manquez pas les différentes tours dans les rues du centre de Mantoue.

Palais:

Palais Ducal
Le palais ducal est peut-être plus correct de parler de « ville-palais », car l’ensemble architectural est composé de nombreux bâtiments reliés entre eux par des couloirs et des galeries, et enrichis de cours intérieures, certaines suspendues, et de vastes jardins. Le palais des Gonzague, par extension des toits, est le deuxième en Europe dépassé seulement par le Vatican. Il ne semble pas inapproprié de définir le palais des Gonzague comme les palais ducaux, étant donné l’habitude de presque chaque duc de construire sa propre habitation qui rejoignait ce qui avait été construit auparavant. Avant même l’arrivée au pouvoir des Gonzague, les premiers noyaux du Palais avaient été construits.

L’histoire du complexe s’identifie avant tout à celle de la famille qui a régné sur la ville jusqu’en 1707. Entre autres, la soi-disant Camera degli Sposi (Camera picta) dans le château de San Giorgio, qui fait partie de la « ville-palais » , décorée de fresques par Andrea Mantegna et dédiée à Ludovico III Gonzaga et son épouse Barbara de Brandebourg. Une fois Mantoue devenue autrichienne, les rénovations se sont poursuivies jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle par les gouverneurs envoyés par l’Empereur.

Palais Te
Le Palazzo Te est l’œuvre de Giulio Romano qui l’a conçu en 1525 sur commande du marquis Federico II Gonzaga qui l’a utilisé pour ses loisirs. Il y fit vivre son amante « officielle » Isabella Boschetti. Le « Palazzo dei lucidi inganni » se dressait au centre d’une île riche en bois et entouré par les eaux d’un lac, aujourd’hui asséché : mystérieux, plein de symboles et de mythes qui ressortent dans les salles magnifiquement décorées par Giulio Romano lui-même, comme la fameuse Salle des Géants et celle de Cupidon et Psyché et, last but not least, la Salle des Chevaux qui célèbre les écuries Gonzague à l’époque célèbres dans toute l’Europe.

Palais de la Raison
Le Palazzo della Ragione a été construit lorsque Guido da Correggio était podestà (1242), à l’époque communale, avec des fonctions publiques et afin de permettre les assemblées et les réunions de la ville. Au rez-de-chaussée le bâtiment abritait, comme aujourd’hui, de nombreuses boutiques, tandis que dans la grande salle à l’étage, la justice était rendue. Sur les murs de cette salle on peut voir des vestiges de fresques médiévales de la fin des XIIe et XIIIe siècles récemment restaurées. Ce hall est accessible par un escalier raide situé sous la Tour de l’Horloge construite au XVe siècle, époque à laquelle remontent également les arcades donnant sur la Piazza Erbe. Le palais est maintenant utilisé comme un lieu d’exposition accueillant des expositions d’art organisées par la municipalité de Mantoue.

Palais Bonacolsi (Castiglioni)
Le palais Bonacolsi est situé sur la Piazza Sordello, a été construit par Pinamonte dei Bonacolsi vers 1272 et adapté par Luigi Gonzaga après la conquête du pouvoir en 1328. C’était l’ancienne demeure de la famille Bonacolsi, qui a régné sur la ville de 1272 à 1328. Le palais abrite actuellement la famille des comtes Castiglioni, descendant de Baldassarre Castiglione, homme politique et érudit du XVIe siècle, auteur de Il Cortegiano. Au rez-de-chaussée, la porte d’entrée d’origine avec un grand arc brisé bicolore décoré de boucliers avec les armoiries de Bonacolsi.

Palais du Podestat
Palazzo del Podestà également connu sous le nom de « Palazzo del Broletto », il a été construit en 1227, commandé par le Brescien Laudarengo Martinengo nommé maire de Mantoue. À partir de 1462, il subit une restructuration majeure par Giovanni da Arezzo au nom de Ludovico III Gonzaga.

Palais de San Sebastiano
Le palais de San Sebastiano a été construit entre 1506 et 1508 à la demande du marquis Francesco II qui y a vécu et y est mort en 1519. Il a été utilisé par les Gonzague pendant trente ans et déjà en 1536 abandonné et dépouillé par les ducs suivants. Dans le hall principal du palais se trouvaient les neuf toiles de Mantegna représentant Les Triomphes de César qui ont été vendues à la couronne anglaise et sont maintenant conservées à Hampton Court. Il a subi de multiples transformations jusqu’en 1998 lorsque les restaurations ont commencé. Depuis 2005, il est utilisé comme musée de la ville. Dans les salles qui conservent encore des traces de fresques du passé glorieux telles que la Camera del Crgiuolo, la Camera delle Frecce, la Camera del Sole et dans la Loggia dei Marmi, des peintures, des statues, des bustes, des frises et d’autres trouvailles architecturales sont exposés.

Palais Arco
il a été construit en 1784 sur un palais préexistant du XVe siècle par l’architecte Antonio Colonna pour la famille d’origine trentenaire D’Arco. Caractérisé par la grande façade néoclassique inspirée de l’art de Palladio, le bâtiment est un musée pour les trésors d’art qu’il contient : encore meublé avec les meubles de la famille, il abrite d’importantes collections artistiques dont les peintures du XVIIIe siècle de Giuseppe Bazzani, un bibliothèque de plus de six mille volumes et une collection d’instruments scientifiques. Dans la Sala dello Zodiaco, il y a des fresques (1520) attribuées à Giovanni Maria Falconetto. Au Palais fut célébré en 1810 le procès d’Andreas Hofer, héros de l’indépendance du Tyrol contre la domination française.

Architectures religieuses :

Cathédrale de San Pietro (Duomo)
Dédiée à Saint-Pierre, l’actuelle cathédrale de style roman avec des ajouts gothiques, a été construite entre 1395 et 1401 après qu’un incendie, des siècles plus tôt, avait détruit un ancien temple paléochrétien. Elle fut rénovée en 1545 par Giulio Romano, qui laissa la façade intacte mais en modifia les formes, inspirées des basiliques paléochrétiennes. La façade actuelle, en marbre de Carrare, date de 1761. Le côté présente des inserts gothiques tels que rosaces, cuspides et pinacles, vestiges de l’ancienne façade. A l’intérieur, vous pourrez admirer le plafond à caissons surplombant les trois nefs : la principale est ornée de statues de sibylles et de prophètes datant du XVIe siècle. Sous le maître-autel se trouve le corps intact de Sant’Anselmo da Baggio, saint patron de la ville. La cathédrale, située sur la monumentale Piazza Sordello,est l’évêché de Mantoue.

Basilique de Sant’Andrea
Conçu par Leon Battista Alberti, il a été construit à partir de 1472 et achevé 328 ans plus tard avec la construction du dôme sur les plans de Filippo Juvarra. Dans la crypte, la relique du Précieux Sang du Christ apportée à Mantoue par le centurion romain Longinus est conservée à l’intérieur des vases sacrés. Dans l’une des chapelles se trouve le monument funéraire d’Andrea Mantegna, surmonté de l’effigie en bronze du peintre de la cour des Gonzague.

Basilique Palatine de Santa Barbara
L’église de la cour des Gonzague a été commandée par le duc Guglielmo qui a chargé l’architecte mantouan Giovan Battista Bertani du projet. Partie intégrante du Palais des Doges, la construction de l’église s’achève en 1572.

Rotonde de San Lorenzo
La Rotonde de San Lorenzo est la plus ancienne église de la ville, construite au XIe siècle pendant la domination de Canossa. Avec un plan central rond, la Rotonda di San Lorenzo est située à un niveau inférieur à la Piazza delle Erbe et conserve une galerie de femmes et des traces de fresques de l’école byzantine datant des XIe-XIIe siècles. Au cours des siècles, il a subi des transformations radicales ; désacralisé, il est devenu un entrepôt pour qu’au début du XXe siècle il soit intégré aux bâtiments suite à sa construction. Expropriée en 1908, la rotonde de San Lorenzo a été restaurée et rouverte en 1911 et a finalement retrouvé sa destination religieuse d’origine en 1926.

Église de San Sebastiano
Église de San Sebastiano commencée en 1460 par Luca Fancelli sur un projet de Leon Battista Alberti, elle a été achevée en 1529. Désacralisée au XVIIIe siècle, elle a été utilisée à diverses fins jusqu’en 1925 lorsque, après une restauration douteuse qui a ajouté les deux escaliers d’entrée , elle se transforma en une famine des Mantouan tombés de toutes les guerres.

Synagogue Norsa Torrazzo
La synagogue Norsa Torrazzo a été déplacée et fidèlement reconstruite à son emplacement actuel, lorsque la démolition du quartier juif a été décidée, entre 1899 et 1902.

Séminaire épiscopal
Le séminaire épiscopal situé à côté du Duomo dans la Via Fratelli Cairoli, a été rénové en 1825 dans un style néoclassique comme on peut le voir notamment dans la façade et dans la cour intérieure.

Architectures civiles :

Casa del Mantegna
Demeure du peintre Andrea Mantegna, il a été construit sur un terrain offert par le marquis Ludovico Gonzaga qui le nomma peintre de cour en 1457. C’est un bâtiment carré en briques rouges avec une cour cylindrique au centre ouverte sur un cercle de ciel, re-proposé dans la célèbre Camera degli Sposi du Palais des Doges.

La maison de Rigoletto
Giuseppe Verdi a mis l’histoire en musique et le peuple de Mantoue lui a donné la résidence ; vers la fin de Piazza Sordello se trouve la maison du  » Rigoletto « , le bouffon de la cour de Gonzague. Le personnage a en réalité peu de Mantoue, l’opéra homonyme de Verdi a en fait été tiré d’une pièce de Victor Hugo et adapté dans le territoire de Mantoue, transformant le roi de France en duc de Mantoue, et changeant le nom du protagoniste de Triboulet à Rigoletto. La structure du XVe siècle abrite la sculpture de Rigoletto, œuvre d’Aldo Falchi, placée dans la petite cour intérieure.

Maison de la Bienheureuse Osanna Andreasi
La maison de la bienheureuse Osanna Andreasi est un exemple unique d’une résidence mantoue construite au XVe siècle, dans le style fancellien, où y vécut la bienheureuse Osanna Andrea, membre d’une illustre famille qui faisait partie de la classe dirigeante et culturelle des Gonzague Etat.

La maison de Bertani
La maison de Bertani était la demeure de Giovan Battista Bertani, un architecte au service des ducs de Gonzague, qui entre 1554 et 1556 transforma le bâtiment 1300 préexistant appartenant au marquis Striggi. L’idée d’insérer deux pierres tombales avec des textes gravés de Vitruve et deux colonnes ioniques, dont l’une sciée en deux avec des gravures et des décorations qui montrent didactiquement les règles inférables du traité de Vitruve, De architectura, était singulière. Par la suite, la propriété de la maison Bertani a changé à plusieurs reprises, revivant une nouvelle courte saison artistique lorsque, dans les années cinquante du XXe siècle, elle a été achetée par le peintre mantouan Vindizio Nodari Pesenti.

Maison de Giulio Romano
La maison de Giulio Romano était Federico Gonzaga qui a convaincu Giulio Pippi dit Giulio Romano de venir à Mantoue. Ayant besoin d’une maison Giulio Romano, en 1544, dans la Contrada Larga d’alors, la résidence a été construite qui, malgré une intervention au XIXe siècle de l’architecte Paolo Pozzo, maintient le style architectural romain inchangé.

Maison de marchand
La Maison du Marchand est également connue sous le nom de « Maison de Boniforte da Concorezzo », l’ancien propriétaire qui la fit construire en 1455. Le bâtiment se caractérise par une surprenante façade entièrement en terre cuite avec des décorations de style vénitien.

Maison du marché
La maison du marché correspondant vraisemblablement à la Domus Mercati, a été reconstruite en 1462 par l’architecte Luca Fancelli sur commande du marquis Ludovico Gonzaga. Lors des travaux de restauration (1997-2001), d’importantes fresques attribuées à l’école d’Andrea Mantegna ont été mises au jour.

Maison du Rabbin
La Maison du Rabbin a été construite dans les années 1680 par l’architecte flamand Frans Geffels, à Mantoue en tant que préfet des usines Gonzaghesche. Bâtiment de quatre étages, la façade est caractérisée par des panneaux en stuc représentant des lieux et des épisodes bibliques. Il a été construit à l’intérieur du ghetto établi quelques décennies plus tôt, accueillant, selon la tradition, les familles des chefs religieux de la grande communauté juive de Mantoue.

Grand Hôpital de San Leonardo
Commandé par Ludovico III Gonzaga pour l’assistance publique et achevé vers 1470 par l’architecte Luca Fancelli, il fut transformé en 1797 en prison puis en caserne. Il abrite actuellement les bureaux de la police d’État.

Palais de l’Académie
Sur la base d’un projet de Giuseppe Piermarini de 1770, c’est l’architecte Paolo Pozzo qui s’occupa, entre 1773 et 1775, des travaux de reconstruction de l’édifice médiéval qui était d’abord devenu le siège de l’Accademia degli Invaghiti puis de l’Académie royale. des Sciences et des Fines Lettres, actuelle Académie Nationale Virgilienne. Le bâtiment de style néoclassique comprend un exemple typique du baroque représenté par le théâtre scientifique de l’Académie appelé Bibiena, du nom de l’architecte Antonio Bibiena qui l’a construit entre 1767 et 1769

Palais de l’agriculture
Le palais de l’agriculture a été construit en 1926 – 27 sous le nom de Palazzo dei Sindacati sur un projet de l’Ing. Carlo Finzi. Il prit son nom actuel, devenant le siège des principales organisations provinciales liées à l’agriculture telles que le Consortium agricole, la Fédération des cultivateurs directs, la Fédération des agriculteurs et l’Inspection agricole.

Bâtiment de la Banque d’Italie
Le bâtiment de la Banque d’Italie a été construit entre 1914 et 1923 sur un projet de l’architecte Gaetano Moretti, représentant de la liberté et de l’éclectisme. Ce dernier style est évident dans les finitions et les décorations des façades qui rappellent l’architecture gothique, baroque, Renaissance et exotique. Construite pour abriter le siège provincial de la Banque d’Italie, cette fonction a cessé fin 2008 avec la fermeture de la succursale de Mantoue de l’institut émetteur. Entre-temps, le 29 janvier 2007, le bâtiment a été classé d’intérêt historique et artistique par la Direction régionale du patrimoine culturel et paysager de Lombardie.

Palais de Canossa
Le palais de Canossa a été construit au XVIIe siècle sur commande du marquis Canossa, une famille d’ancienne lignée de Vérone. La façade rustiquée rappelle les solutions du XVIe siècle de Giulio Romano et se caractérise par un portail en marbre surveillé par deux chiens du blason familial. Un autre détail d’une valeur architecturale particulière est un escalier baroque monumental qui mène à l’étage noble du bâtiment.

Palais Capilupi
Palazzo Capilupi est devenu la maison de la noble famille Capilupi en 1414. Le portail d’entrée a été conçu par Giulio Romano.

Palais Cavriani
Le palais Cavriani était la demeure de la noble famille Cavriani depuis le XVe siècle. Il a été reconstruit en 1756 par l’architecte Alfonso Torreggiani. L’extérieur a une série de fenêtres avec des balustrades robustes, tandis que celles de l’étage supérieur ont des toits triangulaires et en demi-lune. L’intérieur s’ouvre sur une grande salle pleine de stucs et de fresques de peintres de Mantoue, dont Giuseppe Bazzani et Francesco Maria Raineri.

Palais de Colloredo
Le palais de Colloredo, également connu sous le nom de « Palazzo Guerrieri-Gonzaga », a été acheté par Giovanni Battista Guerrieri en 1599 qui en a confié la rénovation à l’architecte Antonio Maria Viani. La façade prébaroque est caractérisée et décorée par douze hermes en mortier de chaux avec une finition de surface en marmorino alternant figures masculines et féminines. Il est devenu la propriété des comtes Colloredo avec Carlo Ludovico Colloredo époux d’Eleonora Gonzaga (1699-1779) de la lignée Vescovato, le 30 mars 1872, il a été acheté par la municipalité et destiné à être le siège des bureaux judiciaires de la Cour. Depuis, il est devenu le « Palais de Justice » de la ville.

Palais de Bath
Palais des bains, palais du XVIIIe siècle a subi une intervention du XIXe siècle sur les façades de l’architecte Giovanni Cherubini. Les intérieurs ont été décorés par de précieux peintres tels que Giuseppe Bazzani et Giovanni Cadioli. Elle est actuellement le siège de la préfecture et de l’administration provinciale.

Bâtiment municipal
Le bâtiment municipal est le siège des bureaux et de la salle du conseil de la municipalité de Mantoue. Le bâtiment qui appartenait à la succursale Gonzaga di Bozzolo du XVe siècle, après de nombreux changements de propriété, a été acheté par l’administration municipale en 1819, qui a organisé sa restructuration interne et externe entre 1825 et 1832, avec l’attribution de la tâche à l’architecte néoclassique Gian Battista Vergani.

Palais Sordi
Palazzo Sordi fut le premier marquis de la famille Sordi, Benedetto, qui souhaita la construction du bâtiment du même nom. Il confia le projet et le suivi des travaux, commencés en 1680, à l’architecte flamand Frans Geffels, préfet des usines Gonzague. L’un des rares exemples de baroque dans la cité virgilienne est né. D’une valeur particulière au-dessus du portail d’entrée, un tondo avec la Vierge à l’Enfant, un haut-relief de Giovanni Battista Barberini, une œuvre insérée dans une façade dorique et en plâtre et partiellement en pierre de taille riche en autres décorations et bas-reliefs en marbre et stuc. Le palais est privé et donc fermé au public.

Palais Valenti Gonzague
Palais Valenti Gonzaga, résidence des marquis Valenti Gonzaga depuis 1500, le palais a subi une transformation radicale au XVIIe siècle, constituant une structure architecturale gigantesque, somptueuse à l’extérieur, une étonnante cour intérieure richement décorée de stucs, et riche en ‘fresques et statues de l’auteur à l’intérieur. Depuis lors, il a représenté l’un des exemples les plus importants de l’architecture et des décorations de la période baroque à Mantoue. Comme pour d’autres œuvres de ce style, l’auteur était l’architecte Frans Geffels (1625 – 1694). Récemment restaurée, elle sert de bureaux.

Poissonniers
Poissonniers, également appelés Loggia di Giulio Romano, ils ont été précisément conçus par le grand architecte du maniérisme. Les travaux, réalisés en 1536, consistaient en la transformation du pont médiéval qui traversait le Rio avec la construction de deux arcades parallèles destinées au commerce du poisson.

Villa Nuvolari
Villa Nuvolari, à l’origine appelée Villa Rossini; il fut en fait commandé par le champion de tir Romolo Rossini, à l’architecte Luigi Corsini, en 1926. Sa construction commença en 1929, tandis que dans les années quarante il fut acheté par Tazio Nuvolari, qui n’y habita jamais, se limitant à utiliser le jardin comme un garage. A la mort du champion automobile, la veuve Carolina Nuvolari a cédé la villa à l’hôpital municipal Carlo Poma en échange d’une rente. Depuis 2005, le bâtiment est devenu le siège d’institutions bancaires.

Architectures militaires :

Murailles de Mantoue
Les murs de Mantoue formaient le système défensif de la ville de Mantoue, dans l’actuelle Lombardie. Le premier cercle de murs a été construit pour protéger le noyau le plus ancien de la vieille ville (civitas vetus, vers 800-1115) et s’étendait de l’actuelle via Montanari, via Sant’Agnese, via Cavour jusqu’à via Tazzoli et le largo Vigili del Fuoco. La partie nord-est de la ville était naturellement protégée par le lac Mezzo et le lac Inferiore. Les murs étaient protégés par un fossé (« fossé des bœufs »), enterré au XVIe siècle, qui occupait le domaine de la Via Accademie et pénétrait dans le lac inférieur. Ils ont ensuite été partiellement détruits et intégrés à la construction des maisons.

Avec l’expansion de la ville, au début du XIIIe siècle, la ville fut habitée et fortifiée par une seconde muraille jusqu’au Rio, le canal commandé par l’ingénieur Alberto Pitentino, qui reliait les lacs supérieur et inférieur en régulant les crues. du Mincio. Un troisième mur, suite à l’expansion de la ville vers le sud, a été créé au début du XVe siècle par Francesco I Gonzaga, quatrième capitaine du Peuple de Mantoue, en direction de l’actuelle via Piave, viale della Repubblica, via Allende . Le système défensif est resté presque inchangé jusqu’au début du XVIe siècle, lorsque Francesco II Gonzaga, quatrième marquis de Mantoue, a décidé d’une profonde restructuration, poursuivie par son fils Federico II.La surveillance des travaux a été confiée à l’ingénieur militaire du tribunal Alessio Beccaguto, qui a également inclus la construction de nouveaux bastions.

A la chute des Gonzague (1708), Mantoue passe sous la domination des Autrichiens, qui la transforment en l’un des bastions les plus importants de l’Italie du Nord. De nouveaux bastions, remblais et remparts de défense sont érigés. Entre 1815 et 1866, Mantoue appartenait, avec Vérone, Peschiera et Legnago, au système défensif autrichien appelé Forteresses du Quadrilatero. Avec l’annexion au royaume d’Italie, la ville perd progressivement son rôle stratégique et le système défensif est progressivement démantelé.

Fort de Pietole
Le fort de Pietole faisait partie du système défensif de Mantoue. Le fort fut construit par les Français en 1808, mais passa ensuite aux Autrichiens après 1814, qui l’achevèrent et l’améliorèrent pour en faire une poudrière. Au début de la Première Guerre mondiale, le fort servait également de dépôt d’armes. Le 28 avril 1917, un incendie se déclare, qui détruit une grande partie de la poudrière. Plus tard, le fort fut arrêté et les militaires l’abandonnèrent définitivement en 1983. Depuis, le fort est resté ainsi sans usage, abandonné au milieu des bois. Ce n’est qu’en mai 2011, qu’un groupe de volontaires a entrepris de nettoyer partiellement la forteresse. Le fort bénéficiait d’une structure fortifiée massive, défendue sur trois des quatre côtés par de grands remblais et quatre bastions. Une route couverte longe son périmètre,qui communique avec l’intérieur de la forteresse en deux points. Les tunnels de contre-mine qui passent sous la fortification, qui pourraient être minés et détruits si nécessaire, détruisant les forces ennemies sous lesquelles ils passaient.

Forteresse de Sparafucile
Érigée à l’époque médiévale, la forteresse de Sparafucile faisait partie des fortifications orientales de Mantoue, notamment utilisées pour la défense du pont de San Giorgio, à tel point qu’elle fut longtemps exclusivement appelée « Rocchetta di San Giorgio ». Son nom actuel a été établi après l’implantation sur la « rive déserte du Mincio », de la taverne de l’assassin Sparafucile, lieu de l’épilogue tragique de Rigoletto, l’une des œuvres les plus célèbres de Giuseppe Verdi. Le bâtiment est immortalisé dans le tableau Mort de la Vierge d’Andrea Mantegna, de 1461-65 (Madrid, Museo del Prado).

Château de San Giorgio
Château de San Giorgio, manoir pour défendre la ville-forteresse de Mantoue, il a été construit de 1395 à 1406 par Bartolino da Novara commandé par Francesco I Gonzaga sur les ruines de l’église de Santa Maria di Capo di Bove.

Tours :

Tours défensives :
Tour de la Cage : la tour a été élevée par les Bonacolsi dans les dernières décennies du XIIIe siècle et a acquis son nom actuel en 1576 lorsque le duc Guglielmo Gonzaga a fait construire la grande cage en fer comme une « prison à ciel ouvert » où les condamnés étaient exposés à la moquerie publique.
Torre di Sant’Alò ou Tour Nouvelle : la tour est une construction de 1370 située sur la Piazza Arche, qui faisait partie du système défensif de la ville.
Maison-tour des Bonacolsi : la tour, qui se dresse au bout de Vicolo Bonacolsi, fait partie du Palazzo Bonacolsi du XIIIe siècle.

Tours civiles :
Tour de l’horloge : la tour, de plan rectangulaire, a été érigée en 1472 sur un dessin de Luca Fancelli et l’horloge mécanique conçue par Bartolomeo Manfredi y a été placée l’année suivante. Dans la niche en contrebas, créée en 1639, une statue de la Vierge Immaculée a été placée.
Tour du Podestà : la « Tour civique » de Broletto (autre nom de la tour), qui s’appuie sur la Casa Tortelli, se dresse sur la place du même nom, a une hauteur de près de 47 mètres et depuis 1227 à l’initiative du maire Laudarengo Martinengo, fait partie intégrante du majestueux Palazzo del Podestà. Sur le côté faisant face à la Piazza Broletto se trouve l’arme du podestà Gabriello Ginori, de 1494.
Tour du Zuccaro : la tour, haute de 42 mètres, a été construite dans la première moitié du XIIe siècle. Les premières traces écrites remontent à 1143. Il est situé via Enrico Tazzoli. Le nom dérive de la famille qui l’aurait possédé, même si l’imagination populaire a alimenté l’idée que le nom est né de la présence de sucre stocké à proximité, en fait il s’appelle « Tor dal Sücar » dans le dialecte local. Il a été acheté par Pinamonte dei Bonacolsi en 1273 à la famille Ripalta.
Torre dei Gambulini : la tour, haute de 37 mètres, se dresse via Ardigò. De la documentation de l’époque, il existait déjà en 1200, dérivant le nom de la famille qui le possédait. De ceux-ci cédés à la famille Ripalta puis au da Oculo, il devint en 1289 la propriété des Gonzague, pas encore souverains de Mantoue. Le bâtiment attaché à la tour devint la résidence occasionnelle d’Aloisio Gonzaga, seigneur de Castel Goffredo. Le chef Giovanni dalle Bande Nere est décédé ici le 30 novembre 1526. Il a ensuite été fusionné avec le Collège et le couvent des Jésuites et depuis 1883, il fait partie du complexe des Archives de l’État de Mantoue. Ces derniers temps, le projet a été lancé pour transformer la tour en une terrasse panoramique qui permet une vue à 360 degrés sur le centre historique de Mantoue.
Tour Salaro : à partir du XIIIe siècle, elle servait de dépôt de sel.
Tour d’Arrivabene : la tour d’angle s’élève via Arrivabene et a été érigée avec le palais familial homonyme, attribué à Luca Fancelli, en 1481.
Tour de San Domenico : Elle se dresse à côté de la Pescherie de Giulio Romano et est ce qui reste de l’église et du couvent de San Domenico érigés dans le style gothique en 1466.
Moulin à papier de Burgo : Le bâtiment a été conçu par Pier Luigi Nervi commandé par Cartiere Burgo et construit entre 1961 et 1964. L’objectif principal était de placer une seule machine à cycle continu dans une seule pièce de 250 mètres de long pour transformer la pâte de bois en papier journal. La solution trouvée par Nervi pour la toiture fait que le bâtiment est qualifié d’« usine suspendue » notamment pour les quatre câbles d’acier suspendus à deux charpentes en béton armé de 50 mètres de haut.

Musées :

Musée municipal du Palazzo San Sebastiano
Le musée de la ville du Palazzo San Sebastiano est un musée de Mantoue situé dans le palais du même nom du XVIe siècle appartenant à la municipalité. Le palais a été construit entre 1506 et 1508 pour être la résidence préférée du marquis Francesco II Gonzaga, qui y est mort en 1519. Gerolamo Arcari et Bernardino Ghisolfo ont dirigé les travaux et étaient en charge de la décoration intérieure étaient des peintres tels que Lorenzo Leonbruno, Matteo , Lorenzo Costa l’Ancien et Carlo del Mantegna. Dans la salle supérieure se trouvaient les neuf toiles de Mantegna représentant les Triomphes de César. La récupération a commencé en 1999 dans le but de restaurer autant que possible le projet d’origine et de récupérer au moins une partie des décorations murales intérieures et extérieures.La restauration a permis de récupérer des fragments précieux des fresques qui décoraient extérieurement le Palais, en suivant le goût typique des édifices mantouans de la seconde moitié du XVe siècle.

Le musée a été inauguré le 19 mars 2005. Une partie des œuvres appartenant aux Collections civiques qui constituaient déjà le Museo Patrio au XIXe siècle sont exposées au Musée municipal. Ce qui est proposé a l’ambition de raconter les moments les plus emblématiques de l’histoire de Mantoue et de représenter sa grande civilisation artistique. Le Musée du Risorgimento de Mantoue a été inauguré le 3 mars 1903 à l’occasion du 50e anniversaire du martyre de Belfiore. Après divers lieux et vicissitudes, en 2005, les collections du Musée du Risorgimento, sans siège, ont été formellement fusionnées avec le nouveau Musée municipal du Palazzo San Sebastiano.

Casa del Mantegna
La conception architecturale du bâtiment est caractérisée par une plante à la géométrie parfaite : le cercle de la cour est inclus dans le carré du bâtiment. Reliées par un chemin circulaire, les chambres donnent sur l’espace cylindrique de la cour avec des portes ou des fenêtres cintrées, une re-proposition évidente de la Renaissance de l’atrium d’une domus romaine. Il n’y a rien d’accidentel dans ces deux manières différentes d’aborder l’ensemble architectural qu’Andrea Mantegna a voulu concevoir pour être à la fois sa maison et son atelier.

Ils expriment l’impression complexe qui se dégage de l’analyse du bâtiment architectural qui, dans sa simplicité générale, propose plutôt un système volumétrique certainement inhabituel. En effet, à l’intérieur du bloc parallélépipédique que l’on perçoit de l’extérieur, un corps cylindrique est inséré au fond, inscrit dans un cube qui le surplombe. Aujourd’hui, le bâtiment est utilisé comme lieu d’expositions temporaires et est le siège officiel du secteur culturel de la Province de Mantoue.

Galerie historique de la brigade nationale des pompiers
La galerie historique des pompiers de Mantoue, est la plus grande exposition en Italie, des véhicules et des reliques historiques des pompiers. La galerie est logée dans un bâtiment près de la tour des pompiers de Sant’Alò in Largo à Mantoue. Les espaces et salles occupés par la galerie font partie de l’ensemble monumental du Palais des Doges dont ils étaient les écuries. Créé dans les années 90 du siècle dernier, par la volonté de Nicola Colangelo, ancien commandant de la brigade de Mantoue, il est géré et entretenu par le commandement provincial des pompiers de Mantoue en collaboration avec la Surintendance.

Le matériel exposé est abondant et varié ; passer des reliques historiques statiques telles que les uniformes, casques et autres outils, aux véhicules à moteur (véhicules, bateaux et même un hélicoptère) de tout le territoire national. Les moyens de transport sont ceux de la production nationale et aussi étrangère tant qu’ils sont utilisés par les pompiers italiens. Les témoignages historiques des objets exposés remontent au début du XVIIIe siècle, on y trouve des calèches et même une pompe à vapeur. Ce sont de véritables chefs-d’œuvre mécaniques de l’époque pour la plupart restaurés et toujours en état de fonctionnement.

Musée Tazio Nuvolari et Learco Guerra
Le musée Tazio Nuvolari et Learco Guerra est un musée situé à Mantoue, installé dans l’ancienne église Carmelino. Il est dédié à deux sportifs mantouans bien connus du passé : Tazio Nuvolari (1892-1953), universellement reconnu comme l’un des plus grands pilotes de l’histoire de l’automobile mondiale ; Learco Guerra (1902-1963), cycliste sur route, champion du monde en 1931. Le musée abrite coupes, trophées, médailles, distinctions, lettres, photographies, affiches, journaux et revues d’époque.

Musée Archéologique National de Mantoue
Le musée archéologique national de Mantoue est un musée archéologique situé à Mantoue, dans lequel sont rassemblés des matériaux récupérés de diverses fouilles et recherches sur le territoire de la province du même nom. La zone où se trouve aujourd’hui le musée, dans le périmètre du Palazzo Ducale de Mantoue, abritait le théâtre de Corte dei Gonzaga du milieu du XVIe à la fin du XIXe siècle. Devenu propriété communale en 1896, le « marché cocon » des vers à soie y fut construit,alors destiné au commerce des fruits et légumes et enfin offert par la municipalité de Mantoue au Ministère du patrimoine et des activités culturelles et du tourisme afin qu’il puisse entamer la restructuration et la transformation en un musée archéologique destiné à recueillir les nombreuses trouvailles des fouilles dans le province de Mantoue.

Le projet de restauration s’est fixé pour objectif de préserver les caractéristiques environnementales et architecturales d’un exemple notable de l’architecture paléo-industrielle de la fin du XIXe siècle, en conservant son aspect extérieur d’origine, la structure interne du toit en treillis soutenu par des piliers disposés en deux rangées.. L’immense bâtiment d’origine est maintenant coupé de trois étages afin d’utiliser rationnellement l’espace intérieur. Bien qu’il n’utilise que partiellement le bâtiment restauré, le musée propose déjà une exposition de collections d’artefacts allant du néolithique et de l’âge du bronze aux périodes étrusque, celtique, romaine, médiévale et Renaissance, tous les matériaux trouvés dans la région de Mantoue. Depuis le 11 avril 2014, les Amoureux de Valdaro sont exposés en permanence dans une vitrine,deux squelettes néolithiques trouvés à Valdaro près de Mantoue en 2007, ainsi nommés parce que les deux squelettes, un homme et une femme, ont été retrouvés embrassés.

Église-musée de Santa Maria della Vittoria
Commandé par Francesco II Gonzaga en 1496 en souvenir de la victoire obtenue contre l’armée française commandée par Charles VIII à la bataille de Fornovo en 1495.

Espace public:

Places et rues

Place Sordello
La place Sordello est l’ancien pivot de la vie artistique et politique de Mantoue, de taille modeste (150 × 60 m) elle accueille parmi les principaux édifices monumentaux de la ville, comme le Palazzo Ducale (Palazzo del Capitano et Domus Magna), le Palais Acerbi, auquel se trouve à l’intérieur la chapelle Bonacolsi, dominée par la Torre della Gabbia, le palais Bonacolsi (aujourd’hui Castiglioni), l’évêché du palais Bianchi (du nom de la famille qui l’a construit au XVIIIe siècle) et le Cathédrale. Une récente découverte archéologique accidentelle (décembre 2006) a mis au jour les sols en mosaïque et les vestiges d’une domus romaine d’époque impériale actuellement ouverte aux visiteurs à l’intérieur d’une structure temporaire.

rue Broletto
Rue Broletto, artère routière importante qui relie Piazza delle Erbe à Piazza Sordello, en passant sous le Voltone di San Pietro.

Carré Broletto
avec l’expansion de la ville au-delà du noyau historique primitif, vers l’an 1190, la Piazza Broletto a été créée, qui est encore aujourd’hui entourée de bâtiments de l’époque municipale tels que le Palazzo del Massaro, l’Arengario et le Palazzo del Podestà, appelé aussi Palazzo del Broletto, avec la Tour Municipale. Sur la façade de ce dernier édifice, se dresse une statue du XIIIe siècle de l’école véronaise représentant « Virgilio in cathedra », traditionnellement appelée « La Vecia » (l’ancienne) dans le dialecte local. Une fontaine avec un bassin en marbre de Véronèse et trois dauphins placés verticalement est placée au centre de la place depuis 1894.

Piazza delle Erbe
Piazza delle Erbe est un lieu de commerce, s’ouvre au sud avec la « Maison de Giovan Boniforte da Concorezzo » (ou « Maison du Marchand ») de 1455, se poursuit avec la Rotonde romane de San Lorenzo, la Tour de l’Horloge, le Palais della Reason et se termine par le Palazzo Broletto (ou del Podestà) construit au XIIe siècle, qui le sépare et donne son nom à la place adjacente.

Piazza Canossa
Le Palazzo Canossa du XVIIe siècle, l’église de la Madonna del Terremoto et, du troisième côté, un palais à portiques de 1720 surplombent la place. Du XVIe siècle à nos jours, la place changea plusieurs fois de nom, prenant successivement les noms de Plateola cum uno puteo (place avec le puits), « piazza alberriggia » et, au XVIIe siècle, « piazza del haeno » lorsque la construction du Palazzo Canossa a été transformée de manière définitive. Sur la place se trouve également un ancien kiosque à journaux Liberty, datant de 1882 et restauré par le Fonds italien pour l’environnement FAI.

Place Virgiliana
Piazza Virgiliana a été commandée par le général Sextius Alexandre François de Miollis, gouverneur pendant l’occupation française, qui a conduit les autorités de la ville à transformer l’espace informe, souvent partiellement submergé par les crues du lac Mezzo, en une place utilisée pour des exercices militaires et pour accueillir un monument qui rappelait Mantoue la patrie de Virgile. La tâche a été confiée à l’architecte Paolo Pozzo. Les creux ont été comblés et les bâtiments de faible valeur qui entouraient la clairière ont été démolis pour permettre l’insertion d’arbres, de plantes et d’arbustes., a été détruit en 1919 pour être remplacé par l’ouvrage actuel en marbre de Carrare, dont le projet a été confié à l’architecte Luca Beltrami. L’inauguration a eu lieu en 1927.

Des ponts:

Pont des Moulins
Le Pont des Moulins a été conçu par l’ingénieur Alberto Pitentino, construit au XIIe siècle afin de réguler les eaux du fleuve Mincio et d’éviter son engorgement. Un dénivelé de quelques mètres fut alors créé artificiellement entre le lac Supérieur et le lac Mezzo, qui alimentèrent à partir de l’année 1229 12 moulins. L’ancien bâtiment médiéval a été détruit par les raids aériens de la Seconde Guerre mondiale.

Pont de San Giorgio
Le pont de San Giorgio faisait partie du système militaire défensif reliant le village fortifié de San Giorgio à la cour de Gonzague. Initialement en bois, il a été construit en maçonnerie par Ludovico Gonzaga à la fin du XIVe siècle, divisant ainsi le lac Mezzo du lac Inferiore. En 1922, les arches ont été enterrées et le pont a pris sa forme actuelle.

Cuisine
Mantoue a été élue capitale de la culture italienne pour 2016, et sa gastronomie est une partie importante de ce patrimoine historique et artistique. La cuisine de Mantoue est l’ensemble des plats de la tradition culinaire de la province italienne de Mantoue, dont certains remontent à l’époque des Gonzague. C’est une gastronomie forte de plats appréciés en dehors du territoire même dans les siècles passés. C’est une cuisine liée au terroir par les traditions paysannes, mais elle est très riche et variée. Il peut y avoir plusieurs variantes locales d’un même plat.

La cuisine traditionnelle de la province peut être définie comme basée sur des recettes populaires utilisant des produits locaux, des goûts copieux qui ont ensuite été affinés à la cour de la famille Gonzague. Compte tenu de la position géographique occupée par la province de Mantoue, la tradition culinaire de Mantoue est similaire à la cuisine émilienne de salami et de pâtes et à la cuisine lombarde du riz. Balade sur la Route des Vins et des Saveurs de Mantoue.

Les herbes sauvages sont souvent utilisées pour assaisonner les boulettes de pain appelées capunsei ou pour aromatiser les frittatas aux œufs et les crêpes savoureuses. Parmi les plats de pâtes les plus appréciés à Mantoue, citons les Tortelli à la citrouille, généralement accompagnées de mostarda. En revanche, la garniture des Agnolini est toujours différente selon la zone dans laquelle ils sont élaborés. Pensez à déguster des charcuteries locales de Mantoue telles que la Coppa Dop, la Vaniglia Cotechino et le salami de Mantoue, parfaites pour accompagner un verre de bon vin rouge. Les desserts locaux incluent le sugolo, une sorte de pudding à base de raisin, la sbrisolona aux almods et la tarte aux tagliatelles, généralement préparées pour célébrer Santa Lucia.

Alentours
Mantoue est une province typiquement agricole. Les itinéraires touristiques qu’offre la province sont variés et peuvent combiner l’élément naturaliste, l’élément historique/artistique – vraiment unique – et pourquoi pas, la gastronomie et le vin, donnant à un public « gourmet » de grands plaisirs gustatifs.

Au milieu de paysages de carte postale, de bâtiments historiques fascinants et de jardins enchantés. Découvrez les merveilles d’un trésor du patrimoine mondial de l’UNESCO, des expériences de première main sur les villes, les montagnes, les lacs, les villages.

Castellaro Lagusello
Castellaro Lagusello semble tout droit sorti d’une carte postale ; vous allez l’adorer quand vous le visitez. Village près de Monzambano, il se trouve parmi les collines morainiques de l’Alto Mantovano au nord-ouest et est l’un des plus beaux villages d’Italie. Un lac en forme de cœur et un magnifique château sont les ingrédients d’une expérience fabuleuse. N’oubliez pas d’essayer les capunsei, des gnocchis à base de pain typique de la région.

Castiglione delle Stiviere et la Croix Rouge
L’idée de la Croix-Rouge est venue ici à Henry Dunant, après avoir constaté la générosité des habitants à venir en aide aux blessés de la bataille de Solférino en 1859. Le Musée international de la Croix-Rouge en témoigne. Voici une recommandation spéciale: montez au château, d’où vous pourrez profiter d’une vue magnifique. Les couleurs de la campagne sont magiques.

Les collines de Cavriana
Faire du vélo dans les collines de Cavriana, l’une des résidences préférées des Gonzague pour se détendre. Idéal pour une promenade à pied ou à vélo à travers les vignes et les collines morainiques, Cavriana, village du nord-ouest de la province, est dominé par le château, autrefois l’une des plus importantes fortifications de la région. Aujourd’hui, malheureusement, il n’y a que des ruines, mais la vue est à couper le souffle.

Sabbioneta, la « ville idéale » de la Renaissance
Une œuvre d’art à ciel ouvert. L’une des plus belles petites villes d’Italie, classée au patrimoine mondial de l’Unesco et arancione de l’ère Bandi du Touring Club Italiano. De hautes murailles et des douves encerclent cette « cité idéale » au cœur de la plaine de Mantoue. Les deux immenses portes d’entrée de la ville (Porta Vittoria et Porta Imperiale), la Galleria degli Antichi, la Piazza et le Palazzo Ducale, le Palazzo del Giardino, le Théâtre Olympique et l’église de Santa Maria Assunta valent le détour. Un véritable joyau architectural du XVIe siècle.

Solférino, sur les traces de l’histoire
L’une des batailles les plus importantes de la Seconde Guerre d’Indépendance s’y est déroulée, le 24 juin 1859. La Piazza Castello mérite une visite et est accessible par un arc entre les murs. Du sommet, par temps clair, vous pouvez voir jusqu’au lac de Garde. Sur la place il y a l’église de San Nicola et la Tour Civique construite par les Gonzague. Visitez également la forteresse médiévale, haute de 23 mètres, qui domine toute la ville et abrite un musée avec des souvenirs de guerre.

Volta Mantovana, le château et les jardins italiens
Le château médiéval domine le centre de ce village de l’Alto Mantovano, au nord-ouest de la ville de Mantoue. Construit autour du XIe siècle, il conserve les murs de la ville d’origine, avec l’élégante « Porta Mantovana ». Une visite au Palazzo Gonzaga-Guerrieri avec ses décorations Renaissance et les quatre jardins à l’italienne enchanteurs qui couvrent toute la colline jusqu’au centre du village.

Tags: