Le collectionneur et sa collection, Musée Lázaro Galdiano

Le collectionneur et la collection au rez-de-chaussée. Une partie des collections que Don José Lázaro Galdiano a données à l’État est exposée au musée. Le rez-de-chaussée du musée était à l’origine utilisé comme entrepôt, ayant été réformé pour recevoir aujourd’hui une partie de l’exposition.

Les salles qui composent le rez-de-chaussée, un tour de sa vie à travers quelques-unes des différentes œuvres d’art et différents objets qu’il chérissait et que nous pouvons voir ici aujourd’hui exposés; Tout cela nous rapprochera du profil de Lázaro Galdiano en tant que collectionneur et de sa contribution au monde de l’art et de la culture européens.

La figure de José Lázaro Galdiano est découverte, mettant en évidence son côté bibliophile. Une série de vitrines présente des œuvres aussi importantes qu’une édition manuscrite du XVIIe siècle de La vida del Buscón de Quevedo ou un livre d’heures appartenant aux Médicis.

La salle 4 du rez-de-chaussée est connue sous le nom de Chambre au trésor. C’est le lieu réservé à l’exposition de bijoux précieux qui vous permettent d’explorer les différentes étapes de l’histoire, avec des pièces allant de la période préhistorique à l’actualité. L’épée d’El Cid se distingue, qui occupe une place prééminente, la bague commémorative du jura d’Isabelle II en tant que princesse des Asturies ou le bijoutier personnel de Paula Florido.

Chambre 1:
Le collecteur
Après avoir étudié le droit et passé du temps à Barcelone, Lázaro Galdiano revient à Madrid en 1888 et fonde sa maison d’édition, qui s’appellera “L’Espagne moderne”. Ce sera également à cette époque où il commencera à constituer sa collection d’art. Après son mariage avec l’Argentine Paula Florido et Toledo en 1903, un an plus tard, la construction a commencé sur le Palais “Parque Florido”, où il a gardé ses trésors. Pendant la guerre civile espagnole (1936-1939), il se rend à Paris, où il forme une nouvelle collection, ce qu’il fera également plus tard, en 1940, lorsqu’il s’installe aux États-Unis. Ces deux collections seront installées au palais en 1945, année de son retour à Madrid.

De toutes les œuvres et objets que Don José a rassemblés tout au long de sa vie, l’une des parties les plus importantes est la galerie d’art, particulièrement importante lors des études de peinture en Espagne. L’admiration qu’il a toujours ressentie pour Francisco de Goya, qui a déclaré que son nom «est écrit avec des caractères indélébiles dans le ciel de l’art», est remarquable. Il a acquis auprès du peintre non seulement des toiles et des dessins, mais aussi des œuvres graphiques et cinq lettres autographes. , dont deux sont illustrés. Mais nous en parlerons davantage lorsque nous verrons la salle 13, au premier étage; Pendant ce temps, nous allons ici donner quelques coups de cette “union” Lázaro Galdiano – Goya à travers les panneaux d’exposition.

Une autre de ses facettes à connaître sera celle d’éditeur. “L’Espagne moderne” était, en plus de l’éditorial, un magazine de grande acceptation entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. À cela, de 1889 à 1914, d’autres ouvrages périodiques et plus de 600 monographies y ont été ajoutés. La ligne éditoriale, si l’on peut l’appeler ainsi, serait toujours de moderniser l’Espagne à travers une série de publications écrites et approuvées par des écrivains prestigieux du moment, tels que Leopoldo Alas “Clarín”, ou Emilia Pardo Bazán, entre autres.

Nous connaîtrons également son goût pour les livres. Grand bibliophile, a acquis un bon jeu d’exemplaires, parmi lesquels quelques rares, d’autres de belles reliures se démarquaient … Bref, sa passion lui a fait savoir sélectionner ce qui valait la peine d’être conservé et soigné. Et non seulement cela, mais il a lui-même décidé que sa bibliothèque devrait toujours rester unie et être à la portée des chercheurs.

Ainsi, dans cette salle, nous verrons un exemple de ce que fut le travail de collectionneur de Lázaro Galdiano, une sorte d’anticipation de ce qui nous attend tout au long du musée.

Quatre tableaux d’une importance particulière: “L’apparition de la Vierge à San Francisco”, par Mateo Cerezo, qui nous montre la passion de Don José pour la peinture de l’âge d’or, quelque chose que nous vérifierons dans les salles ultérieures; une toile qui représente “Saint-Sébastien”, œuvre anonyme qui appartenait autrefois au marquis de Salamanque et que Lazaro a réussi à récupérer alors qu’il était en dehors de l’Espagne; “Paysage avec des contrebandiers”, peint par Eugenio Lucas Velázquez en 1861, artiste très apprécié du collectionneur et dont le fils, Eugenio Lucas Villamil, a commandé les peintures des plafonds du palais; et le tableau “L’Archiduc Leopoldo Guillermo visitant sa collection à Bruxelles”, par David Teniers, fidèle représentation des armoires des collections européennes.

La salle est complétée par d’autres objets importants, comme la “Coupe Julio César”, une œuvre en argent du dernier tiers du XVIe siècle qui appartenait au cardinal Ippolito Aldobrandini, qui serait plus tard pape avec le nom de Clément VIII. Il s’agit du premier d’une série de 12 pièces dédiées aux douze Césars, ou empereurs. Le reste se trouve dans différentes collections et musées à travers le monde, ou un lieu inconnu.

Chambre 2:
Contribution à l’histoire de l’art espagnol
Dans une Espagne qui, à la fin du XIXe siècle, venait de perdre ses dernières colonies, les intellectuels se tournent vers le passé pour tenter de retrouver ces modèles qui ont donné l’intégrité à ce qui était le grand empire. Pour Lázaro Galdiano, il a trouvé cela dans la ferme défense du patrimoine artistique et des idées régénératrices incarnées dans certaines des œuvres qu’il a acquises. Un exemple de ceci sera les différentes images de rois, d’écrivains et d’autres figures importantes de l’Espagne, ainsi que quelques pièces qui représentent les civilisations qui ont habité la péninsule. C’était sa façon de revendiquer l’importance de l’art dans l’histoire de notre pays, y compris les œuvres étrangères afin d’élargir la connaissance de l’espagnol.

Ainsi, dans cette salle, nous pouvons voir plusieurs pièces, chacune représentant une idée différente. Certains se distinguent pour être de grandes œuvres en eux-mêmes, tandis que d’autres le font pour leur signification historique ou pour représenter des personnages pertinents.

Au centre de la salle, il y a trois exposants montrant une cruche en bronze appartenant à la culture tartessienne, des grottes d’ivoire entre le XIIe et le XIVe siècle, et deux des capitales hispano-musulmanes que possède le musée, celles-ci spécifiquement de Tolède et de Cordoue .

Il convient de rappeler que la Fondation Lázaro Galdiano a participé à la reconstruction d’une partie du palais Medina Azahara. Dans la vitrine du mur, il y a des pièces de différentes époques: épées, vœux ibériques, verres et bronzes romains, patènes 6 wisigoths, un brasero à main islamique … Et même celui qui serait la clé du château moral ( Lucena, Córdoba), une prison qui était “el Chico” de Boabdil.

Quant aux tableaux, de vrais bijoux picturaux pendent aux murs. Le plus ancien est le “Triptyque de la Vierge à l’Enfant et aux anges musicaux”, œuvre du début du XVe siècle de Johannes Hispalensis, ou Juan de Sevilla, qui se distingue également par sa signature. À côté se trouve “San Lázaro avec ses sœurs Marta et María”, peint au début du XVI par le Maestro de Perea.

À titre d’exemple de patronage royal et noble, deux tableaux qui faisaient autrefois partie d’un retable, “La messe de sainte Grégoire” et “Les monarques catholiques avec sainte Hélène et sainte Barbara”, tous deux attribués au maître de Manzanillo. Du peintre lituanien Michel Sittow, nous verrons une petite peinture de la Vierge à l’enfant, tandis que d’autres peintures que nous contemplerons sont pertinentes par ceux qui y sont représentés: “Góngora”, une réplique de celle que Velázquez peint et qui est au Musée de Boston; “Lope de Vega”, d’Eugenio Cajés; “Carlos III”, par Antón Rafael Mengs; et “Carlos II”, du cercle de Sebastián Herrera Barnuevo.

Mais sans aucun doute, trois grandes œuvres seront celles qui focaliseront notre attention non seulement sur le sujet, mais aussi sur leurs auteurs: “l’Epiphanie” d’El Greco; un “San Diego de Alcalá”, par Zurbarán; et une toile de la “Communion de Santa Teresa”, de Juan Martín Cabezalero, que Lázaro Galdiano a récupérée à Paris, car elle y avait été vendue par le marquis de Salamanque.

Chambre 3:
La beauté comme prétexte
La beauté était l’un des piliers sur lesquels Lazare était basé lors de l’acquisition de certaines œuvres ou objets. Pour le montrer, les pièces présentées ici se distinguent non seulement par leur valeur artistique et historique, mais reflètent également la vision esthétique de l’époque.

Un bon exemple de cela est la lampe de la mosquée au centre de la pièce. Venant de Syrie ou d’Egypte, il était en verre émaillé et doré à l’époque du sultan mamelouk 7Muhammad Ibn Qalawun et est daté entre 1294 et 1341, environ. Il convient également de souligner un haut-relief connu sous le nom de “Madonna Cernazai”, l’œuvre du sculpteur et architecte Niccolò di Giovanni Florentino de la fin du XVe siècle et que Lázaro Galdiano a acquis lors de la vente aux enchères de la collection Hearst tenue en 1941 à New York. . Tout aussi intéressant est le bas-relief du «Christ avec la croix en remorque», réalisé en marbre au début du XVIe siècle par un auteur anonyme.

Quant aux peintures, le portrait d ‘”Ana de Austria”, par Alonso Sánchez Coello, peint vers 1571, est particulièrement pertinent. D’autres portraits sont achevés, comme “María Luisa Gabriela de Saboya”, réalisée vers 1712-1714 par Miguel Jacinto Meléndez; et deux peintures de l’école flamande datées de la fin du XVIe siècle et attribuées à Maerten de Vos, peintures à l’huile représentant “Don Martín Hurtado de Arbieto présenté par San Martín” et “Doña Catalina, épouse de Don Martín Hurtado de Arbieto, présenté par Santa Catalina “.

Chambre 4:
La chambre au trésor
Un ensemble de pièces précieuses est rassemblé, un véritable trésor aux yeux des visiteurs comme vous pouvez l’imaginer, où ils verront une lueur constante au milieu de l’obscurité de la pièce des pierres précieuses et des métaux nobles des près de cinq cents objets exposé ici parmi les bijoux, l’argenterie et d’autres éléments qui vont du IVe siècle avant JC. jusqu’à la première moitié du XXe siècle.

En entrant, la salle préside «l’épée du comte de Tendilla», qui se dresse au centre de la salle; réalisé en 1486 par Giacomo Magnolino en argent doré et émail, c’était un cadeau du pape Innocent VIII à Don Íñigo López de Mendoza, II comte de Tendilla, ayant été acquis par Don José à Munich au début du XXe siècle.

Il y a également plusieurs pièces archéologiques en or, parmi lesquelles on peut souligner le “Diadème de Ribadeo”, daté entre le 3ème et le 1er siècle avant JC, ainsi qu’une collection de boucles d’oreilles ou bagues hellénistiques, phéniciennes et romaines, entre autres. Il existe également un échantillon de la période wisigoth, présent ici dans certaines fibules 11 et plaques de ceinture du VIe siècle après JC; un anneau wisigothique et deux Byzantins sont également importants, l’un d’eux ayant une émeraude avec les saints Pierre et Paul gravés. L’Europe de l’Est est représentée par une série de bijoux médiévaux, comme la “Gold Plate with Enamel”, acquise à New York par Lázaro Galdiano ainsi que d’autres pièces de la collection Botkin Prince. Complétez l’ensemble quelques objets religieux entre les XIIIe et XVe siècles.

Dans les vitrines, une autre section est appelée “Or et argent pour le temple”, qui comprend un ensemble d’argent des XVe, XVIe et XVIIe siècles pour la liturgie religieuse espagnole, comme le “Calice avec le bouclier du grand capitaine” (Gonzalo Fernández de Córdoba).

“Le cristal de roche” et les “Gemmes colorées” sont d’autres sections des exposants, dans lesquelles nous pouvons contempler un groupe de pièces que certains ont voulu comparer avec le soi-disant “Trésor du dauphin” exposé au Musée du Prado et dont les couvertures sont visibles au Musée national des arts décoratifs.

Les cristaux sont disposés sous la forme de l’ancien “Wunderkammern”, ou caméras de merveilles, pouvant admirer également de beaux bijoux sculptés du XVe au XVIIIe siècles; il y a aussi des exemples de professeurs historicistes, comme certains verres et reliquaires, qui reproduisent presque parfaitement certains spécimens inspirés d’anciens modèles. Entre l’ensemble de pierres dures, verres, chapelets, couverts de luxe, coffrets, toilettes, etc. sont exposés. Quant à la section “Civil Silver”, elle dépeint l’image que les commodes pouvaient avoir dans le passé, avec des fontaines, des couverts, des verres, etc.

Les bijoux personnels de Doña Paula Florido, épouse de Lázaro Galdiano, réalisés au début du XXe siècle et qui, bien que n’étant pas une acquisition en tant que collection, ne pouvaient pas manquer dans cet espace.

Chambre 5:
L’art européen amené en Espagne
Une sélection sélective des différentes collections d’art européennes que Don José Lázaro Galdiano a pu acquérir et rassembler dans les différents pays d’Europe où il se trouvait, ainsi qu’aux États-Unis. Il est composé de différents objets, tels que de petits bronzes à des fins ornementales des XVIIe et XVIIIe siècles; bijoux de France et d’Italie; émaux de Limoges (France) des XVI et XVII de Pierre Reymond et des familles Penicaud, Limousin et Noylier; objets civils en argent en Hollande et en Allemagne; et quelques exemples de peinture hollandaise, allemande, flamande et anglaise. N’oublions pas ce que nous avons déjà mentionné ci-dessus que Lázaro Galdiano était convaincu que l’introduction d’oeuvres étrangères en Espagne pourrait augmenter le niveau culturel du pays.

De l’école flamande, nous avons un triptyque de la “Descente”, œuvre du maître du Santa Segre, tandis que l’allemand est représenté par la “Crucifixion avec les saints”, du maître des Nimbos peints, œuvre de la fin de le coloriste du 15ème siècle et lumineux, typique du gothique. De cette période également, un vitrail d’origine italienne réalisé par Antonio da Pandino dans lequel apparaît la figure de “San Miguel pesant les âmes”. Pour sa part, l’école anglaise est le portrait de “Lady Sondes”, œuvre de Sir Joshua Reynolds. La partie picturale de cette salle est complétée par la “Nature morte aux fruits et aux huîtres”, de l’artiste néerlandais Jacob van Walscapelle, et la “, également appelée” Allégorie des Arts “, du flamenco Thomas Willeboirts Bosschaert.

Avant de partir, nous nous arrêterons au “Christ attaché à la colonne” que nous verrons debout au fond de la salle, une magnifique œuvre réalisée en marbre par Michel-Ange Naccherino pour le retable de l’église de la Trinité de Naples, où il était associé à une image de la Vierge qui, à l’heure actuelle, fait partie de la Fondation Selgas de Cudillero (Asturies). Donné au roi Felipe III par Don Pedro Fernández de Castro, comte de Lemos, il sera ensuite donné par le monarque au couvent disparu des Trinitaires de Madrid.

Celui-ci a été confisqué et, plus tard, démoli, moment où le Christ se trouvait être plusieurs jours sur le trottoir de la rue Atocha. Ainsi, il atteindrait le marché de l’art à Paris, où il était vu par le comte des Remparts, bien qu’il soit acquis plus tard par Lázaro Galdiano. Comme ce travail, Naccherino en effectuerait un autre sur le même sujet pour Cosimo II de Medicis.

Chambre 6:
Bijoux bibliographiques
Une visite de l’intérêt de Lázaro Galdiano pour les livres et comment cela l’a amené à créer une merveilleuse bibliothèque avec des copies, des manuscrits, des reliures artistiques et d’autres formes de grand intérêt. Cependant, pour des raisons de conservation, ils ne peuvent pas rester exposés en permanence. Ainsi, cette salle est destinée à montrer temporairement ces fonds afin de les faire connaître aux visiteurs, en changeant de temps en temps le thème de l’exposition.

Musée Lázaro Galdiano
Le musée Lázaro Galdiano, à Madrid (Espagne), est un musée d’État d’origine privée, qui abrite une vaste collection hétérogène, formée avec un intérêt encyclopédique pour tous les arts et techniques. Cet ensemble exceptionnel, composé de plus de 12 600 pièces, a été réuni par le collectionneur et éditeur José Lázaro Galdiano, qui, à sa mort en 1947, l’a légué à l’État espagnol avec sa résidence de Madrid, le siège de sa maison d’édition Modern Spain et un bibliothèque de 20 000 volumes

Au musée Lázaro Galdiano est exposée une grande partie de la collection privée de José Lázaro Galdiano léguée à l’État espagnol. La Fondation Lázaro Galdiano a été créée par le gouvernement en 1948. En plus d’administrer la direction du musée lui-même, la Fondation gère une importante bibliothèque, des archives, une salle d’étude contenant des gravures et des dessins et édite également le prestigieux magazine artistique «Goya».

La collection d’art comprend une excellente galerie de photos, qui est essentielle à l’histoire de l’art espagnol et au sein de laquelle l’œuvre de Francisco de Goya se démarque. D’importantes peintures européennes sont également incluses et complétées par des sculptures et des arts décoratifs, datant du 6ème siècle avant JC à la première moitié du 20ème siècle.

L’affichage conceptuel au rez-de-chaussée offre la clé pour comprendre la collection, ses origines et son importance dans l’histoire de l’art, et de plus, pour faire une promenade esthétique parmi ses pièces les plus attrayantes. Le premier étage est dédié à l’art espagnol, le deuxième étage aux écoles européennes. Au troisième étage, une galerie d’étude a été aménagée, contenant la majorité des pièces de la collection, composée de quelque 13 000 objets.