Histoires d’argent, British Museum

Le département des monnaies et des médailles abrite l’une des plus belles collections numismatiques au monde, comprenant environ un million d’objets. La collection couvre l’histoire de la monnaie depuis ses origines au VIIe siècle avant notre ère jusqu’à nos jours, ainsi que des documents connexes tels que des pièces de monnaie, des jetons et des tirelires.

Le département détient également la collection nationale de billets de banque, allant de l’un des plus anciens billets de banque chinois du XIVe siècle à l’euro, ainsi qu’une magnifique sélection de médailles commémoratives et artistiques de la Renaissance italienne à nos jours.

La plus vaste bibliothèque numismatique du pays est également hébergée au sein du département et, à l’instar de la collection elle-même, elle profite à la fois aux chercheurs et au grand public. Ce matériel est présenté à un large public par le biais d’expositions, de publications, d’un vaste programme d’événements éducatifs et de nos salles de cours.

Des expositions temporaires sont montées par le département sur différents thèmes, mettant en vedette différentes parties de la collection. La galerie la plus récente du département, la Citi Money Gallery, raconte le développement et l’utilisation de l’argent dans le monde entier.

Argent (salle 68)
De la préhistoire à nos jours

L’histoire de l’argent remonte à plus de 4 000 ans. Pendant ce temps, la monnaie a pris de nombreuses formes différentes, des pièces de monnaie aux billets de banque, en passant par les obus et les téléphones portables.

Cette galerie affiche l’histoire de l’argent dans le monde entier. De la plus ancienne évidence aux derniers développements de la technologie numérique, l’argent a été une partie importante des sociétés humaines. L’histoire de l’argent nous permet de comprendre l’histoire du monde.

Histoires d’argent

Une norme d’or (et d’argent)
Les villes et les empires ont échangé sans utiliser de pièces pendant plus de 2000 ans. Mais lorsque d’anciens royaumes méditerranéens comme Lydia (dans la Turquie moderne) ont commencé à émettre des morceaux d’électrum (un mélange d’or et d’argent) comme celui-ci, d’un poids et d’une pureté constants, l’idée a rapidement pris son envol. Il s’agit de l’une des premières pièces de monnaie au monde, et aujourd’hui, le changement dans nos poches repose sur la même idée inspirante qui l’a créée.

L’argent parle
En plus d’avoir un pouvoir d’achat, les pièces ont également le pouvoir d’envoyer des messages à travers les images ou d’écrire dessus. Les empereurs romains, tels que Néron, utilisaient souvent l’argent pour présenter une image particulière d’eux-mêmes sur des pièces qui circulaient dans les nombreuses provinces de l’empire.

Changement de la mer
Pendant des milliers d’années, les cauris ont été utilisés comme monnaie dans le monde entier, de la Chine à l’Arabie et en Afrique. Leur utilisation généralisée montre que les individus confient à de tels objets une valeur indépendante de leur valeur intrinsèque, permettant leur commerce quotidien.

Les moyens et les méthodes
En plus d’être utilisées comme monnaie, les pièces peuvent symboliser le bien-être spirituel, la fertilité ou d’autres types de richesses. Dans les cultures bouddhistes, on pensait que les offres d’argent apportaient un bénéfice spirituel au donneur. Ce vase et ses 66 pièces de bronze faisaient partie d’un groupe d’offrandes dédiées au Bouddha par un homme appelé Vagramarega, pour le bénéfice de lui-même et de sa famille.

Voir c’est croire
L’islam est devenu la religion dominante du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à partir des années 650 environ. Le calife omeyyade Abd al-Malik de l’Empire islamique est montré sur ses premières pièces de monnaie comme un puissant dirigeant. En 696-7, sa monnaie fut réformée. Son image a été supprimée, remplacée par des inscriptions coraniques en arabe. Cela est devenu la norme dans le monde islamique pendant des centaines d’années.

Quelque chose de remarquable
Le billet de banque du 14ème siècle porte le nom de «Great Ming Circulating Treasure Certificate». Ce sont les Chinois qui ont d’abord imprimé une valeur sur une feuille de papier et ont persuadé tout le monde que cela valait la peine. Tout le système bancaire moderne du papier et du crédit repose sur ce simple acte de foi.

Juste donner
Dans l’Europe du Moyen Age et de la Renaissance, les chrétiens soutenaient le clergé, entretenaient les églises et aidaient les pauvres par le paiement des dîmes. Ils ont également fait un large éventail de dons volontaires et de dispositions caritatives. Cette boîte est un survivant rare d’un type qui devait être commun à l’entrée d’une chapelle ou près d’un autel ou d’une image de dévotion.

Des places boursières
Pendant des siècles, les habitants de l’Afrique de l’Ouest ont échangé de l’or trouvé sur les routes historiques des caravanes à travers le Sahara. Les habitants du royaume Asante utilisaient des poussières d’or mesurées avec des poids et des échelles spéciaux pour effectuer des paiements et payer des taxes. Dans les années 1400, les commerçants portugais ont atteint la côte ouest africaine en établissant des liens commerciaux entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest.

Faire le point
Une augmentation rapide de la quantité de monnaie en circulation, ou une «bulle», lorsque les prix augmentent de manière spectaculaire, peut entraîner une crise financière. Cette médaille marque l’arrêt en 1720 d’une banque française fondée par l’économiste écossais John Law. Law a surestimé les actifs de sa société Mississippi, provoquant une ruée sur l’achat d’actions. Lorsque les actionnaires ont exigé un paiement en espèces, une course au chaos bancaire et financier a suivi.

Le changement est bon
Au début des années 1900, ce sou britannique fut défiguré pour promouvoir la cause des suffragettes. Cet acte criminel audacieux a été l’un des nombreux actes qui ont propulsé le mouvement pour le droit des femmes à voter dans la scène politique. Le penny représente tous ceux qui se sont battus pour ce changement monumental.

Shell pour la monnaie
Les monnaies faites de pierre, de plumes ou de coquillages, comme cette coquille Kina de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ont joué un rôle social et culturel important, aux côtés de leur valeur économique dans de nombreuses régions du monde. Aujourd’hui, ce patrimoine est une source de fierté pour certains pays et les monnaies traditionnelles figurent souvent dans la conception de leurs pièces et de leurs billets de banque nationaux.

Sonner les changements
L’infrastructure ayant été pratiquement détruite par le séisme dévastateur de 2010, la population haïtienne a rapidement adopté les paiements par téléphone portable. Lorsqu’il s’agit de transformer le téléphone en portefeuille, le Royaume-Uni et une grande partie de l’Europe se situent loin derrière des pays comme Haïti, où les technologies sans fil et mobiles changent la vie des gens.

Département des monnaies et médailles du British Museum
Le Département des pièces et médailles du British Museum est un département du British Museum qui comprend la collection, la recherche et l’exposition de la numismatique. Il comprend la plus grande bibliothèque d’artéfacts numismatiques du Royaume-Uni. objets. La collection couvre l’histoire de la monnaie depuis ses origines au 7ème siècle avant JC jusqu’à nos jours, et est représentative des traditions numismatiques orientales et occidentales.

Histoire
La numismatique constituait une partie importante du legs de Sir Hans Sloane en 1753, qui constituait la collection originale du British Museum, comprenant quelque 20 000 objets. La collection a été incorporée au Département des antiquités en 1807, avant la création d’un département distinct des pièces et des médailles en 1860-1.

Comme dans d’autres parties du musée, le département a pu élargir sa collection par achat, don et legs. Le département a bénéficié de la munificence de collectionneurs tels que Clayton Mordaunt Cracherode, Sarah Banks, Edward Hawkins, Sir Alexander Cunningham et George Bleazby. Les pièces britanniques de tous les âges, qui ont bénéficié de l’ancienne loi de Treasure Trove, constituent une force importante de la collection. Cela a permis au musée d’acheter d’importantes réserves de pièces d’or et d’argent, dont beaucoup ont été enterrées pendant des périodes de crise ou de bouleversement. Environ 9 000 pièces, médailles et billets sont exposés autour du British Museum. Plus de la moitié d’entre elles se trouvent dans la Galerie Citi Money (Galerie 68), tandis que le reste fait partie des expositions permanentes du musée. Les articles de la collection complète peuvent être vus par le grand public dans la salle d’étude sur rendez-vous.

Le département a célébré son 150e anniversaire en 2011.

Recherche, publications et expositions
Le Département a une solide histoire de recherche qui sous-tend les publications (voir, par exemple, les catalogues de pièces de monnaie du British Museum, les expositions et d’autres activités).

Publications associées aux expositions

1881 Un guide des médailles anglaises exposées dans la bibliothèque du roi, par Herbert A. Grueber
1881 Un guide des médailles italiennes exposées dans la bibliothèque du roi, par CE Keary
1883 L’exposition British Museum [Martin] Luther, 1883, dans la bibliothèque de Grenville, par George Bullen
1924 Guide de l’exposition des médailles historiques au British Museum
1924 Un guide de l’exposition des médailles de la Renaissance au British Museum, par GF Hill
1975 2000 ans de pièces et de médailles, par JPC Kent (
1979 Art de la médaille, par Mark Jones
1986 Argent: des coquilles de Cowrie aux cartes de crédit, par Joe Cribb
1987 Médailles britanniques contemporaines, par Mark Jones
1987 Aussi bon que l’or: 300 ans de conception de billets de banque britanniques, par Virginia Hewitt et John Keyworth
1990 Faux? L’art de la tromperie, par Mark Jones
1992 FIDEM XXIII: Dans la ronde: médailles d’art contemporain du monde, éd. Philip Attwood
1993 Les pièces de la route de la soie: la collection Hirayama. Une exposition de prêt au British Museum, par Katsumi Tanabe
1993 The Hoxne Treasure: un manuel illustré, par Roger Bland et Catherine Johns
1994 Beauty and the Banknote: images de femmes sur papier-monnaie, par Virginia Hewitt
1995 The Banker’s Art, éd. Virginia Hewitt
1996 Après Marathon: la guerre, la société et l’argent au Ve siècle en Grèce, par Ute Wartenberg
1998 Humphrey Cole: Mint, mesures et cartes dans Elizabethan England, éd. Silke Ackernann
1998 Les jetons d’amour des condamnés: les cœurs de plomb laissés par les condamnés, par Michele Field et Timothy Millet
1999 Pièces de monnaie magiques de Java, Bali et la péninsule malaise, du XIIIe au XXe siècle, par Joe Cribb
1999 Metal Mirror: Photographies de pièces, par Stephen Sack
1999 Taille immatérielle: sculpture à main levée des années 1990, par Luke Syson
2000 Rebelles, prétendants et imposteurs, par Clive Cheesman et Jonathan Williams
2003 Médailles d’Italie c. 1520-1600 dans les collections publiques britanniques, par Philip Attwood
2004 Badges, par Philip Attwood
2008 Badges du président Mao: symboles et slogans de la révolution culturelle, par Helen Wang
2009 Médailles de déshonneur, par Philip Attwood et Felicity Powell
2010 Money in Africa, éd. par Catherine Eagleton, Harcourt Fuller et John Perkins
2011 Eric Gill: Lust for Letter & Line, de Ruth Cribb et Joe Cribb
2013 Pièces de monnaie et la Bible, par Richard Abdy et Amelia Dowler
2014 Hard at Work: Le journal de Leonard Wyon 1853-1867, par Philip Attwood
2015 Hoards: Hidden History, par Eleanor Ghey
2016 Defacing the Past, de Dario Calomino

British Museum, Londres, Royaume-Uni

Le British Museum, situé dans le quartier de Bloomsbury à Londres, au Royaume-Uni, est une institution publique consacrée à l’histoire de l’humanité, à l’art et à la culture. Sa collection permanente compte environ 8 millions d’œuvres et figure parmi les plus vastes et les plus complètes ayant existé à l’époque de l’Empire britannique et documentant l’histoire de la culture humaine depuis ses débuts jusqu’à nos jours. C’est le premier musée public national au monde.

Le British Museum a été créé en 1753, en grande partie sur la base des collections du médecin et scientifique Sir Hans Sloane. Le musée a ouvert ses portes au public le 15 janvier 1759, à Montagu House, sur le site du bâtiment actuel. Son expansion au cours des deux siècles et demi qui suivirent fut en grande partie due à l’expansion de la colonisation britannique et a abouti à la création de plusieurs institutions, la première étant le British Museum of Natural History à South Kensington en 1881 Musée d’histoire naturelle).

En 1973, le British Library Act 1972 a détaché le département des bibliothèques du British Museum, mais il a continué à accueillir la British Library maintenant séparée dans la même salle de lecture et le même bâtiment que le musée jusqu’en 1997. Le musée est un organisme public non ministériel par le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports et, comme pour tous les autres musées nationaux du Royaume-Uni, il ne facture aucun droit d’entrée, sauf pour les expositions de prêt.

En 2013, le musée a reçu un record de 6,7 millions de visiteurs, soit une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente. Les expositions populaires telles que “La vie et la mort à Pompéi et Herculanum” et “Art de l’âge de glace” sont créditées pour avoir contribué à alimenter l’augmentation du nombre de visiteurs. Des plans ont été annoncés en septembre 2014 pour recréer l’ensemble du bâtiment ainsi que toutes les expositions du jeu vidéo Minecraft en collaboration avec des membres du public.