Revue du Carnaval de Venise 2014, Italie

Le Carnaval de Venise 2014 dure du 15 février au 4 mars. La ville d’eau romantique parfois recouverte d’un épais brouillard, pleine d’histoires et de mystères. Cette ville des plus magiques se remplit d’une masse de fêtards masqués, posant et se lissant, dansant et flânant, dans une réinvention légèrement surréaliste d’une grande tradition de la ville. De nombreux événements qui ont eu lieu pendant le carnaval, de grands bals costumés, des concours de masques féroces, des perruques imposantes et un défilé de lissage, enrichi de somptueux costumes et de masques fascinants.

L’édition 2014 du Carnaval de Venise s’articule autour du thème « Nature fantastique », un carnaval de conte de fées, le merveilleux et le fantastique lié à la nature animale et végétale. Le but était de stimuler le public de la fête à redécouvrir, avec des mascarades individuelles et urbaines, l’importance du fantastique, populaire et cultivé, ésotérique et didactique, dans sa relation entre l’homme et l’environnement.

Orient et Occident, Asie et Océanie, Amériques et Europe, Afrique : dans le Carnaval du conte de fées, nous recherchons la mascarade inspirée des contes de fées historiques de la tradition européenne, les histoires arabes et moyen-orientales, les symboles votifs de l’Afrique et de la Mésoaméricaine cultures, jusqu’aux allégories indiennes, mongoles et antiques Catay.

Carnaval mondial car chaque culture a, depuis ses origines, puisé dans l’héritage du fantastique et du conte de fées comme métaphore narrative de la vie. Carnaval d’aujourd’hui parce que le conte de fées naturaliste est la manière d’affronter, dans la célébration, les thèmes profonds de la relation entre l’homme et l’environnement : les bois, les vallées, les mers, les montagnes, les lagunes et les créatures animales et végétales mystérieuses qui les habitent.

Tout le monde connaît le besoin de l’homme de raconter le mystérieux naturaliste à travers la fable. Les cultures planétaires, d’abord sous la forme des mythes, puis sous celle de la nature artificielle dont tant se trouve dans la fabuleuse tradition mondiale, déploient un dépôt infini de symboles et de personnages autour de la création et de l’origine de la vie, des éléments atmosphériques, pour êtres végétaux et créatures animales.

On redécouvre au Carnaval les mascarades individuelles et urbaines, le relief du fantastique, populaire et cultivé, ésotérique et didactique, sa relation entre l’homme et l’environnement. Venise est un miracle de l’imagination. Ville interface de l’Est et de l’Ouest, où mythes et peurs de créatures monstrueuses et étonnantes venues d’outre-mer se sont traduites en narration, peinture, ornementation architecturale, pour ensuite s’exporter en Europe le long des canaux et des rues battues par les marchands.

Un monde de conte de fées alimenté par les parfums et les saveurs des étrangers, cultivés dans les sons secrets des langues que les marchands ont apportés d’Europe de l’Est et du Nord, documentés dans les idiomes des princes et des voyageurs qui ont fait face au long voyage vers Venise.

Venise pendant le Carnaval est envoûtante, avec un mélange historiquement riche de performances et de repas, et, bien sûr, les magnifiques costumes, y compris les masques extravagants pour lesquels Venise est si célèbre. Si vous n’avez jamais eu de rencontre amoureuse à Venise, vous avez peut-être l’occasion d’apprendre pourquoi d’innombrables générations d’amoureux passionnés se sont exclamés que la romance à Venise est la meilleure romance qui soit. Comme chaque année, l’attente est grande pour le festival vénitien, qui attire toujours un grand nombre de touristes de toute l’Italie et du monde pour l’occasion.

Au Carnaval, les rues sont remplies de célébrants vêtus d’habits luxueux et festifs; vivre Venise pendant le Carnaval, c’est comme remonter dans le temps, sans bâtiments modernes pour gâcher l’illusion. On peut flâner dans les rues, admirer les costumes et les spectacles de rue, ou assister à une soirée, un opéra ou un concert, dans l’un des palais ou hôtels habitués à accueillir la royauté.

Populaires et passionnantes sont aussi le Corteo delle Marie et le Vol de l’Ange qui célèbrent le deuxième week-end du Carnaval, comme le Concours du plus beau masque auquel participent des groupes costumés du monde entier, le Vol de l’Aigle, le couronnement du Carnaval Marie et les spectacles qui clôturent la fête le mardi gras, dans une débauche de couleurs, d’applaudissements, de confettis et de la grâce et de la beauté des protagonistes filles.

Le côté glamour du Carnaval est celui des fêtes de palais : stucs, ors, velours et bougies, l’expérience est bouleversante et immersive : entre mets et parfums couples de fées et admiratrice, reines et courtisans, grands chefs, doges, cardinaux, comédiens et des danseurs accueillent des invités qui oublient en quelques minutes l’époque à laquelle ils appartiennent.

Toute la soirée, vous pourriez monter les escaliers d’un palais aux chandelles, en attendant que Casanova fasse ses avances ; siroter des cocktails sur le scintillant Grand Canal, en abandonnant vos sens au plaisir ; tout en ne révélant votre véritable identité qu’à des intimes soigneusement choisis. Après toute cette extravagance, votre nuit est peut-être complétée par un rendez-vous mystérieux et romantique au clair de lune, vous laissant envoûté et à bout de souffle, prêt à revivre toute l’expérience le lendemain.

Mettre en évidence les événements
Le Carnaval de Venise est une tradition avec une base solide dans la culture avec l’importance et la beauté. Le monde entier se rassemble également chaque année à cette époque pour contempler sa grandeur. Chaque année, le Carnaval de Venise transforme la ville en une émeute spectaculaire d’apparat, de couleurs, de spectacles musicaux, de feux d’artifice et de bals vénitiens glamour. Si vous voulez découvrir l’atmosphère exotique de Venise à son meilleur, le carnaval est le moment d’y aller.

Un Carnaval qui vous ramène aux origines, au dessin continu du mythe, de la fantaisie, du conte de fées comme métaphore de la vie. Un Carnaval qui, en même temps, veut souligner la relation entre l’Homme et l’Environnement, la Nature dans son ensemble, protagoniste actif du conte de fées et du mythe. Montagnes, forêts, mers, lacs, lagunes, étranges créatures animales et végétales ont toujours peuplé l’imaginaire et peuplent cette fantastique Edition du plus célèbre des Carnavals : celui de Venise.

La nature est un écrin infini de symboles et d’images à puiser et les contes de fées de tous les continents ont été la source d’inspiration du Carnaval de la Lagune. Des contes historiques de la tradition européenne aux histoires arabes et moyen-orientales, des symboles votifs des cultures africaines et mésoaméricaines aux allégories indiennes, mongoles et antiques du Cathay : une région légendaire et fabuleuse où un seul Vénitien était doucement « harnaché ».

La toile de fond de l’imaginaire, du mythe, de la relation entre l’homme et la Nature, c’est Venise, elle-même spectacle de la Nature et miracle de l’imagination. Venise comme une Vénus sortant de l’eau, comme un pont entre deux cultures, l’occidentale et la levantine, Venise comme une créature aquatique magique, mystérieuse, inquiétante, magnétique. Villes d’Orient et d’Occident où les mythes, voire les peurs, de créatures monstrueuses se sont transformés en peinture, ornementation architecturale, narration.

A partir du 14 février, jour de la Saint-Valentin, chaque jour des groupes d’acteurs comiques animent, en plusieurs langues, les deux défilés quotidiens au cours desquels les plus beaux costumes s’affrontent au rendez-vous habituel avec le plus beau masque du Carnaval de Venise. Les Campi et Fondaci de la ville ont été transformés grâce à de véritables aménagements végétaux, suivant le concept de Fantastic Nature. Pour accompagner l’immersion dans une forêt végétale et pierreuse, il y avait de la musique avec un programme dédié avant tout aux plus jeunes. Chaque Camp porte le nom d’un animal dont les visiteurs peuvent s’inspirer pour se maquiller ou se déguiser. A l’occasion de la fête des amoureux, le 14 février au Théâtre Fondamenta Nuove une version revisitée du chef-d’œuvre shakespearien Roméo et Juliette a été mise en scène.Certainement une idée romantique pour passer une journée avec votre bien-aimé dans une ville spéciale.

Le 15 février, le vrai carnaval a commencé, à partir de ce jour, la patinoire moderne a été ouverte au cœur du centre historique vénitien, à Campo San Polo. De plus, cette année arrive à Venise le Carnaval Nordic Walkin, qui voit des équipes masquées participer à une chasse au Carnaval à travers 4 itinéraires inspirés du thème “Nature Fantastique”. Le 15 février également, au Palazzo Grimani, il y a eu un spectacle qui a diverti tous les enfants. Au sein du projet Perdifiaba, le Château des Fleurs était représenté, un ancien conte de fées japonais animé par la Pantakin Theatre Company. Pendant les représentations on entend des sons mais aussi des voix venant des pays d’origine du conte de fées, et au moment du goûter, même sur la table les enfants trouvent un cadeau du pays qu’ils viennent de visiter.

La journée du 15 se termine par l’un des spectacles traditionnels du Carnaval : la Fête Vénitienne sur l’eau. A partir de 18h00: 00 du 15 les bateaux ont commencé à se déplacer dans le Grand Canal de Venise dans un grand spectacle de sons et lumières. Une deuxième partie qui a été mise en scène le lendemain pour atteindre le populaire Rio di Canneregio. À l’arrivée des bateaux, les stands de nourriture et de vin s’ouvrent et proposent des spécialités vénitiennes et surtout les friandises caractéristiques du Carnaval, fritole et galani.

Le 18 février, dans le cadre du festival du film “Microcosmes et micromondes”, le film “L’homme qui plantait des arbres” de Frédéric Back était projeté à l’intérieur de la Casa del Cinema, une parabole sur la relation entre l’homme et la nature qui fait réfléchir sur la non-destruction de ce qui nous entoure. Le même jour, à l’intérieur de l’Université, il a été possible de suivre une conférence sur la zoologie fantastique, qui sera également répétée le jeudi 20 février.

Samedi 22 février, commençait le concours qui élisait le plus beau masque. Les concurrents costumés défilent sur la scène de la Piazza San Marco, avec deux rendez-vous quotidiens, le premier à 11h00 et le second à 15h00. Deux lauréats ont été récompensés chaque jour, qui participent directement à la finale qui se tiendra le dernier dimanche de la fête.

Cette journée a été riche en événements, en plus du concours vous pourrez assister au Théâtre Itinérant “Les secrets de Venise”. Les visiteurs ont pu suivre une troupe de comédiens à travers la ville, ce qui les a amenés à découvrir les lieux d’une Venise insolite et mystérieuse. Vous découvrez un trou dans le mur d’un immeuble d’où serait sorti un diable, vous pouvez prendre un café avec Casanova, vous permettant de révéler quelques secrets ou de discuter avec le fantôme levantin. Pendant ce temps, les rendez-vous des plus petits se poursuivent avec Perdifiaba, qui doit affronter samedi le froid et le gel de la steppe russe avec “le conte du prince Ivan, l’oiseau de feu et le loup gris”.

Le dimanche 23, traditionnellement, un acrobate partant d’un bateau montait jusqu’au beffroi du Campanile di San Marco, et descendait sur la Loggia Foscara du Palais des Doges où il offrait un hommage floral au Doge de Venise. Chaque année, cet événement se répète, évidemment dans un trajet plus court et plus sûr. Il y a encore des doutes sur qui était l’invité secret qui, dans le rôle de l’ange, vole du haut du clocher de San Marco au centre de la place. Ce jour-là également, les spectacles itinérants de “Les secrets de Venise” et le concours du plus beau masque se poursuivent.

Les rendez-vous traditionnels se poursuivent tout au long de la semaine suivante, enrichis d’expositions, de nouvelles représentations théâtrales et de contes de fées pour les enfants qui amènent les plus petits à découvrir l’atmosphère magique de l’Irlande. De plus, le samedi 1er mars, il y avait une mascarade réservée aux enfants, au cours de laquelle des galanis et des crêpes étaient distribués, ainsi que de nombreux jeux et animations.

Dimanche 2 mars, à 12h00 sur la Piazza Ferretto, à Mestre a eu lieu le Vol de l’âne, une parodie du traditionnel vol de l’ange. Un invité déguisé en âne s’envole de la Tour et atterrit sur la patinoire de la place. Le même jour, à la même heure, mais sur la place Saint-Marc, il y a eu le vol de l’aigle, où un invité porte cette fois le costume de l’aigle et descend du Campanile de Saint-Marc.

Après ce vol de l’aigle toujours sur la Piazza San Marco, il y a eu la Grande Finale du plus beau masque, où les finalistes rivalisent avec des costumes originaux et bizarres pour remporter les prix prestigieux à gagner. qui a le mieux interprété le thème du Carnaval de cette année “La Nature Fantastique”.

Le mardi 4 mars est le jour de clôture du grand carnaval de Venise. Ce jour-là a eu lieu la cérémonie de remise des prix du Concours du plus beau masque et de la Maria du Carnaval 2014. L’heureux gagnant arrive sur la place à la fin de la procession de l’eau qui part de San Giacomo dell’Orio et a été couronné par le doge.

A 18h00, le lion ailé, symbole de Venise, a été célébré avec le Svolo del Leon. Le symbole, représenté sur un grand tissu, a été placé au sommet du clocher de la place Saint-Marc et envoyé survoler la foule présente. Le Carnaval se termine ensuite symboliquement par la Rangée du Silence, une procession de gondoles silencieuses qui, depuis le pont du Rialto, atteignent le bassin de San Marco en longeant un Grand Canal illuminé à la lueur des bougies.

Programme culturel
Événements culturels qui ont lieu dans les théâtres, les musées et les instituts de la ville. Le programme, organisé par Stefano Karadjov, est le résultat de l’action de nombreuses réalités culturelles prestigieuses qui ont pu se mettre en ligne. Sur les traces de l’Expo, le thème de cette année est la nourriture, en relation avec la civilisation vénitienne et l’art, la musique et le théâtre dans la lagune. La revue culturelle du Carnaval de Venise 2014 met la ville en scène en ouvrant les portes des palais, bibliothèques et archives, musées et music-halls à des projets hybrides, improvisés, adaptés au contexte plus brillant et festif que l’atmosphère du Carnaval induit. Une programmation largement gratuite ou très populaire avec des dizaines d’événements quotidiens qui décrivent une ville artistiquement vitale et exubérante.

Un programme qui s’organise pendant toute la durée de l’événement en connectant les réalités culturelles de la ville, des Musées Civiques au Centre des Musées d’État, en passant par les fondations privées indépendantes dans un précieux calendrier d’événements (concerts, conférences, expositions, théâtre et critiques de films) sur le thème du Carnaval, des œuvres qui témoignent de la culture de l’art et de l’artisanat à Venise ; itinéraires iconographiques axés sur les arts également dans les lieux du sacré ; représentations théâtrales et comiques; contes de fées pour enfants et théâtres, ainsi que des ateliers d’art de l’artisanat.

Histoire
Le Carnaval de Venise est un festival annuel qui se tient à Venise, en Italie. C’est l’un des carnavals les plus connus et les plus populaires au monde. Le festival est mondialement connu pour ses masques élaborés. Ses origines sont très anciennes : la première preuve remonte à un document du Doge Vitale Falier de 1094, où il est question de divertissement public et dans lequel le mot Carnaval est mentionné pour la première fois.

L’institution du Carnaval par les oligarchies vénitiennes est généralement attribuée au besoin de la Sérénissime, comme ce qui s’est déjà passé dans la Rome antique (voir panem et circenses), d’accorder à la population, en particulier aux classes sociales les plus modestes, une période entièrement dédiée au divertissement. et des célébrations, au cours desquelles Vénitiens et étrangers ont afflué dans toute la ville pour faire la fête avec de la musique et des danses endiablées.

Par l’anonymat que garantissaient les masques et les costumes, une sorte de nivellement de toutes les divisions sociales s’opérait et même la dérision publique des autorités et de l’aristocratie était autorisée. Ces concessions étaient largement tolérées et considérées comme une issue providentielle aux tensions et au mécontentement qui survenaient inévitablement au sein de la République de Venise, qui imposait des limites strictes à ses citoyens sur des questions telles que la morale commune et l’ordre public.

Le carnaval moderne
Ce n’est qu’en 1979 que la tradition séculaire du Carnaval de Venise renaît officiellement de ses cendres, grâce à l’initiative et à l’engagement de certaines associations de citoyens et à la contribution logistique et économique de la municipalité de Venise, du Teatro la Fenice., de la Biennale de Venise et les offices de tourisme.

En quelques éditions, grâce également à la visibilité médiatique réservée à l’événement et à la ville, le Carnaval de Venise est revenu sur les traces de l’événement antique avec un grand succès, bien que de différentes manières et atmosphères.

Les éditions annuelles individuelles de ce nouveau Carnaval ont souvent été distinguées et consacrées à un thème de base, qui les inspire pour les fêtes et les événements culturels environnants. Certaines éditions ont également été caractérisées par des combinaisons et des jumelages avec d’autres villes italiennes et européennes, offrant ainsi une implication plus poussée de l’événement au niveau international.

L’actuel Carnaval de Venise est devenu un grand et spectaculaire événement touristique, qui attire des milliers de visiteurs du monde entier qui affluent vers la ville pour participer à ce festival considéré comme unique pour son histoire, son atmosphère et ses masques.

Les jours traditionnellement les plus importants du carnaval vénitien sont le jeudi gras et le mardi gras, même si les plus grands afflux sont certainement enregistrés pendant les week-ends de l’événement.

Les vacances
Avec la première édition du récent Carnaval, un programme d’animations et un calendrier détaillé de la nouvelle grande manifestation sont simultanément établis. La date du début des célébrations officielles est fixée pour coïncider avec le samedi précédant le jeudi gras et se terminer avec le mardi gras, pour une durée totale de onze jours seulement. Contrairement au Carnaval d’autrefois, qui a longtemps eu une durée officielle de six semaines, le carnaval moderne se déroule avec un programme concentré, mais riche en événements individuels.

Comme par le passé, le Carnaval de Venise représente toujours une grande fête populaire pour un large public de tous âges. Fêtes de rue et événements en tous genres animent les journées des groupes de masques et de touristes, qui se dispersent allègrement dans la ville. En plus des fêtes officielles sur la place entre campi et campielli, encore aujourd’hui comme autrefois, diverses fêtes privées et bals masqués sont organisés dans les grands palais vénitiens. Dans ces lieux, riches en mobilier et atmosphères presque inchangées au fil du temps, il est possible de revivre les anciennes splendeurs et la tradition du Carnaval d’autrefois.

La fête des Maries
Ce n’est qu’en 1999 que l’ancienne Festa delle Marie a finalement été restaurée, avec une atmosphère qui combine la reconstitution historique de l’ancienne procession avec les filles avec un concours de beauté plus moderne en costume. Il a été officiellement relancé environ six cents ans plus tard, par Bruno Tosi

Dans les semaines qui précèdent le Carnaval, une sorte de sélection a lieu parmi les jeunes beautés locales pour choisir les douze Maries destinées à défiler comme protagonistes de la procession, pendant la célébration. La fête a généralement lieu l’après-midi du premier samedi du Carnaval, lorsque les douze Maries, accompagnées d’un long cortège composé d’un cortège de demoiselles d’honneur, de porteurs de drapeaux, de musiciens et de centaines d’autres personnages en costume d’époque, commencent sa marche lente au départ de l’église de San Pietro di Castello et en direction de la place Saint-Marc, entre les ailes d’une foule de masques et de touristes.

Sur la place Saint-Marc, le lendemain, les demoiselles d’honneur défilent à nouveau en attendant la proclamation officielle de la gagnante de l’édition, la plus belle des douze (la soi-disant Marie de l’année), à ​​laquelle un prix substantiel est décerné.

Le vol de l’ange
Dans le Carnaval moderne, il a été décidé de re-présenter au public, sous une forme similaire à celle d’origine de l’ancien Carnaval, l’anniversaire du Vol de l’Ange, dans sa variante de Volo della Colombina. Alors que dans le passé, ce spectacle était célébré le jeudi gras, dans les éditions modernes, il a généralement lieu à midi le premier dimanche de célébration, comme l’un des événements d’ouverture qui décrètent officiellement le début du carnaval lui-même. Jusqu’à l’édition 2000, au-dessus d’une foule en liesse, le regard tourné vers le Campanile de San Marco, un oiseau mécanique en forme de colombe effectuait, comme autrefois, sa descente en corde vers le Palais des Doges. A mi-parcours environ, une trappe s’est ouverte dans sa partie basse,

Depuis l’édition 2001, la première du millénaire, l’ancienne formule du Vol de l’Ange a été adoptée à nouveau, remplaçant la Colombina par un véritable artiste et mettant fin à la descente sur la Piazza San Marco. Le vol 2001 a été confié à la Compagnia dei Folli, qui a prêté son propre artiste pour l’événement. A chaque édition, l’Ange du Carnaval, attaché à un câble métallique, effectue sa seule descente du beffroi du clocher, glissant lentement vers le sol, suspendu dans le vide, au-dessus de la multitude qui remplit l’espace en contrebas.

Tags: