Musée national de l’unification italienne, Palais de Carignano, Turin, Italie

Le palais de Carignano, nom complet Palazzo dei Principi di Carignano, est un bâtiment historique du centre-ville de Turin, un bel exemple de l’architecture baroque piémontaise. Le Palazzo Carignano, qui abrite le Musée du Risorgimento, était une résidence privée des princes de Carignano, qui lui a donné son nom. Sa façade arrondie est différente des autres façades de la même structure.

Avec le Palazzo Reale et le Palazzo Madama, il fait partie des bâtiments historiques les plus importants de la ville et, comme ceux-ci, fait partie du site en série de l’UNESCO Residenze Sabaude. C’était le siège historique du Parlement subalpin (1848 – 1861) et du premier Parlement du Royaume d’Italie (1861 – 1864).

Il abrite actuellement les appartements du XVIIe-XVIIIe siècle de la Mezzanotte et du Mezzogiorno au rez-de-chaussée (connu sous le nom d’Appartement des Principi), tandis qu’au rez-de-chaussée le Musée national de l’unification italienne, fermé pour une période d’environ trois ans une restauration et une réorganisation exigeantes et rouverte le 18 mars 2011, à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire de l’unification de l’Italie, « .

Histoire
Le complexe a été construit par ordre d’Emanuele Filiberto di Savoia-Carignano, connu sous le nom de « il Muto », qui a commandé les travaux à l’architecte Guarino Guarini. Les travaux ont commencé en 1679, sous la direction du collaborateur Gian Francesco Baroncelli. Première résidence provisoire et, depuis 1694, stable des Princes de Carignano, les futurs rois Carlo Alberto et Vittorio Emanuele II de Savoie sont nés dans ce palais.

La construction du Palazzo Carignano a été commandée par le prince Emmanuel Philibert, fils de Thomas Francis, prince de Carignano et de son épouse française Marie de Bourbon. Le prince a chargé l’architecte Guarino Guarini de concevoir une résidence appropriée pour sa maison et la maison des cadets de la maison régnante de Savoie.

Guarini a conçu la structure en forme de carré, avec une façade est droite et sobre et une façade elliptique à l’ouest. Guarini a également ajouté un parvis au centre du palais. La construction a commencé en 1679, lorsque le prince avait 51 ans.

Les décorations au-dessus des fenêtres du piano nobile rappellent la campagne de la famille Carignano avec le régiment de Carignan-Salières contre les Iroquois en 1667. L’intérieur a toujours été décrit comme somptueux et présente de splendides fresques et décorations en stuc.

Parmi les fresques, certaines de Stefano Legnani, appelées il Legnanino. La cage d’escalier principale est décorée de bustes de Pietro Somazzi.

Le bâtiment, construit en brique dans un style baroque typique, a une façade principale elliptique. Cette façade représente le seul exemple d’architecture civique utilisant le rythme ondulant «concave – convexe – concave» établi par Francesco Borromini dans l’église de S. Carlo alle Quattro Fontane à Rome.

Le Palazzo fut le lieu de naissance de Marie-Louise, princesse de Lamballe en 1749 – confidente de Marie Antoinette et pour qui elle mourut en 1792. Charles Emmanuel, prince de Carignano y est né en 1770. C’est aussi le lieu de naissance du premier roi de Italie, Victor Emmanuel II en 1820.

En 1831, avec l’accession au trône de Carlo Alberto, le bâtiment est cédé à la propriété de l’Etat, qui abritait le Conseil d’État et la Poste.

Lorsque, en 1848, le bâtiment fut utilisé comme siège de la Chambre des députés du Parlement subalpin, l’architecte Carlo Sada modifia la splendide salle de bal à l’intérieur du corps elliptique.

En 1861, avec l’ouverture du premier Parlement italien, la salle était trop petite et pour cette raison, des travaux ont été commencés pour en construire une plus grande avec l’agrandissement du bâtiment vers la Piazza Carlo Alberto, dont le projet a été confié à l’architecte Domenico Ferri et Giuseppe Bollati: les travaux ont commencé en 1863 et se sont terminés en 1871, tandis que les députés se sont entre-temps réunis dans une salle de classe plus grande et plus provisoire construite dans la cour sur une conception de l’architecte Amedeo Peyron, jusqu’au transfert de la capitale à Florence en 1864 La grande salle, destinée à abriter le nouveau Parlement italien, n’a donc jamais été utilisée aux fins pour lesquelles elle a été construite.

En 1898, la salle du Parlement subalpin a été déclarée monument national.
C’est dans ce palais que se sont déroulés deux événements mémorables:
la lecture de la proclamation par laquelle le prince régent au nom de Carlo Felice, Carlo Alberto di Savoia-Carignano, a accordé le statut
la séance au cours de laquelle le roi de Sardaigne et duc de Savoie, Vittorio Emanuele II, proclama la naissance du royaume d’Italie.

Par la suite, le palais abrita de nombreux instituts et associations culturelles. Après une longue restauration, entre 1988 et 2011, le bâtiment abrite la Direction Régionale des Musées du Piémont, les Appartements de Mezzanotte et Mezzogiono et le Musée National de l’Unification Italienne.

Architecture
Le bâtiment donne sur la place du même nom et avec la façade latérale du Palazzo dell’Accademia delle Scienze et l’arrière imposant de l’église de San Filippo Neri crée un unicum architectural d’une valeur extraordinaire.

Guarini a conçu un magnifique bâtiment qui représente l’une des œuvres les plus importantes du baroque piémontais, avec un plan en forme de U et une structure architecturale singulière: une tour elliptique est légèrement en retrait dans la façade et deux ailes latérales se déplient pour former une cour carrée complètement entouré par l’usine de carrosserie.

Dans la façade principale monumentale, l’ellipse se distingue car elle rend l’espace sinueux, faisant un effet magnifique, puisque la façade alterne des sections concaves avec des parties convexes, dans une configuration peut-être attribuable aux projets de Gian Lorenzo Bernini pour le palais du Louvre et le château de Vaux -le-Vicomte. De la cour intérieure, cependant, le corps elliptique se détache entre les ailes latérales, les dépassant en hauteur.

Le modèle du bâtiment se trouve également dans l’Oratorio dei Filippini de Borromini, également mentionné dans l’utilisation de la brique apparente. Les briques parfaitement lissées et jointoyées avec du mortier de poussière de terre cuite deviennent comme un matériau plastique et moulable. Les décorations de la façade du rez-de-chaussée, également en terre cuite, font référence aux aventures et aux exploits de la famille Carignano, dont la victoire au Canada accomplie aux côtés des Français en 1667 contre l’Iroquois indigène, avec le régiment de Carignan-Salières. La grande frise décorative de la façade principale portant l’inscription QVI NACQVE VITTORIO EMANVELE II a été ajoutée en 1884parCarlo Ceppi, respectant le style baroque avec des briques apparentes.

De nombreux intérieurs sont joliment décorés de fresques et décorés de stuc. Certaines fresques sont de Stefano Legnani connu sous le nom de « il Legnanino ».

Façade arrière
Au cours des travaux d’agrandissement réalisés entre 1864 et 1871, la façade arrière a été construite, sur la base d’un projet de Domenico Ferri, Giuseppe Bollati et dans un style éclectique pseudo-Renaissance, avec de la pierre blanche et du stuc rose enrichi de somptueux pilastres et colonnes, portique sur au rez-de-chaussée et surmonté d’une balustrade sur le dessus surélevée au centre. C’était la façade intérieure du bâtiment à l’époque où c’était la résidence savoyarde. Surplombant le jardin intérieur, qui est aujourd’hui la Piazza Carlo Alberto, le palais était relié par des murs d’enceinte à la structure opposée des écuries, qui abrite aujourd’hui la Bibliothèque nationale.

Musée national de l’unification italienne
Le Musée national de l’unification italienne est le plus grand espace d’exposition de l’histoire de la patrie italienne, le plus ancien et le plus important musée dédié à l’unification italienne en raison de la richesse et de la représentativité de ses collections et le seul qui porte officiellement le titre de « national « , reconnaissance obtenue grâce au décret royal n ° 360 du 8 décembre 1901. Fondé en 1878, il est situé à Turin dans le palais historique de Carignano.

Il est dédié à la période d’unification, au cours de laquelle a eu lieu l’unification politique de l’Italie. Les découvertes exposées dans le musée, qui sont attribuables à une période historique plus large, peuvent être datées entre 1706 (année du siège de Turin) et 1946 (naissance de la République italienne) avec une attention particulière, comme déjà mentionné, aux reliques du Unification, qui sont plutôt liées à une période comprise entre la fin du XVIIIe siècle et le début de la Première Guerre mondiale. Les collections sont conservées à l’intérieur du noble étage du bâtiment.

Le Musée national de l’unification italienne a été profondément rénové et se présente aux visiteurs avec des installations et des services de pointe, du Palazzo Carignano qui l’abrite aux salles qui abritent les collections. L’éclairage, les couleurs des salles, dont le choix s’est fait sur la base de codes chromatiques qui remontent toujours aux thèmes abordés, et l’utilisation de contributions multimédias assurent au visiteur une expérience unique en son genre.

La période d’unification est maintenant racontée dans une clé européenne ainsi qu’à Turin, dans le Piémont et en Italie. Les salles sont enrichies par des films réalisés avec des images des plus importantes collections européennes et visibles sur de grands écrans, ainsi que de grandes tables interactives permettant aux visiteurs d’approfondir les thèmes développés par les films.

Histoire
Le musée, fondé en 1878 pour célébrer la mort du premier roi d’Italie unie, est né sous le nom de « Souvenir national de Vittorio Emanuele II ». Après quelques installations provisoires et temporaires, dont celle de 1884 au sein de l’Exposition Générale Italienne de Turin et celle de 1899 au sein du Musée Civique de Turin, elle eut son premier siège permanent en 1908 dans la Mole Antonelliana, où le 18 octobre de l’année était mentionné .

Après avoir subi un nouveau transfert temporaire en 1930 à l’intérieur du Palazzo del Giornale, qui est situé dans le parc Valentino, il est finalement arrivé en 1938 au Palazzo Carignano, le bâtiment baroque de Guarino Guarini où il était auparavant basé, de 1848 à 1860, la Chambre des Députés du Parlement du Royaume de Sardaigne (également connu sous le nom de « Parlement Subalpin ») et de 1861 à 1865 la Chambre des Députés du Parlement du Royaume d’Italie.

Ce dernier a été logé dans une salle de classe provisoire dans la cour, qui a ensuite été démantelée, en attendant la fin des travaux pour le doublement du bâtiment et pour la construction d’une grande salle de classe qui devait abriter les députés du nouveau royaume d’Italie. . Une fois les travaux réalisés entre 1864 et 1871, la salle de classe grandiose, dernière de l’itinéraire de visite du musée, n’a plus rempli sa fonction et n’a donc jamais été utilisée, étant donné que la capitale et le parlement avaient déjà quitté Turin pour être transférés à Florence.

À l’intérieur du musée, il est donc possible de visiter deux salles parlementaires: celle de la Chambre des députés du Parlement subalpin, active de 1848 à 1860, encore intacte aujourd’hui et avec le mobilier d’origine tel qu’il était en 1860 lorsqu’elle a cessé de fonctionner, y compris les bancs d’origine occupés à l’époque par les parlementaires les plus importants (Cavour, Massimo d’Azeglio, Cesare Balbo, Vincenzo Gioberti et Giuseppe Garibaldi) qui se distinguent désormais par des cocardes tricolores, et celui de la Chambre des députés du Parlement italien, jamais utilisé pour cette fonction mais aujourd’hui un lieu idéal pour accueillir les expositions temporaires et les événements culturels du musée.

Les expositions ont été actualisées en 1948 à l’occasion du centenaire de la première guerre d’indépendance et en 1961 lors des célébrations du centenaire de l’unification de l’Italie. Cette dernière extension des collections a ensuite été réduite en 1965.

Immédiatement après les Jeux olympiques de Turin en 2006, le musée a été fermé pour permettre la restauration et le réaménagement de la partie de l’exposition. La réouverture a eu lieu solennellement le 18 mars 2011 à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire de l’unification de l’Italie en présence du président de la République Giorgio Napolitano.

Les expositions
La typologie des objets exposés est très variée: armes, banderoles, uniformes, documents imprimés et manuscrits, œuvres figuratives. La place d’honneur est certainement représentée par la Chambre des députés du Parlement subalpin, monument national depuis 1898 et seul exemple original au monde des salles parlementaires établies après les révolutions de 1848.

Les 2 579 objets exposés au public, sélectionnés parmi les 53 011 appartenant au musée, décrivent le chemin qui a conduit à l’unification de l’Italie. Il y a aussi des références à d’autres nations européennes qui ont acquis leur indépendance au XIXe siècle en vivant une saison comparable à celle de l’unification italienne. Des expositions pour les personnes handicapées sont prévues pour les aveugles, les malvoyants et les malentendants.

L’exposition occupe environ 3500 m² répartis sur 30 salles: les trois premières racontent les expositions du passé dans une clé nationale (1878, 1961), d’un point de vue piémontais et turinois (1898, 1908, 1911) et dans une clé fasciste (1935), 1938), pour illustrer les différentes interprétations qu’eut l’unification aux XIXe et XXe siècles.

A partir de la quatrième salle commence l’exposition proprement dite: elle part de la Révolution française (1789) en passant par l’époque napoléonienne (1796-1815), la Restauration (1814), les soulèvements de 1820-1821, les révoltes de 1830-1831, les révolutions de 1848, les guerres d’indépendance italiennes (1848, 1859 et 1866), l’expédition des Mille (1860), jusqu’à l’exposition des trouvailles liées à la proclamation du royaume d’Italie (1861) et à la prise de Rome (1870), qui sont traités dans la salle 24, la dernière de cet itinéraire. La salle 25 reconstitue l’étude ministérielle originale de Cavour.

Les salles 26, 27 et 28 sont dédiées à divers aspects (politique, culture, société, religiosité, éducation, droits des travailleurs et luttes syndicales, forces armées) des cinquante premières années du Royaume d’Italie, vues à travers les yeux du bourgeoisie et classes populaires. La salle 29, quant à elle, raconte l’histoire des premières années du XXe siècle jusqu’au seuil de la Première Guerre mondiale, conflit qui a ensuite conduit à l’achèvement de l’unité nationale avec l’annexion du Trentin, du Haut-Adige et de Venise. Giulia en Italie.

La salle 30 est obtenue à partir de la grande salle qui aurait dû abriter la Chambre des Députés du Parlement du Royaume d’Italie, jamais utilisée. Dans cette salle, qui est utilisée pour les expositions temporaires du musée et les événements culturels, de grandes peintures sont exposées représentant l’histoire militaire italienne de 1848 à 1860, qui est racontée à la fois par les événements liés à l’armée officielle et par les événements liés à l’épopée. des volontaires garibaldiens. La collection du musée est complétée par les 167 750 volumes de la bibliothèque, située au quatrième étage du bâtiment. Les archives de la bibliothèque comprennent également 1 916 périodiques de l’époque, 15 000 affiches et estampes originales, 120 000 documents et une importante collection de photographies.

Bibliothèque
L’idée d’une Bibliothèque, spécialisée dans l’histoire de la période de l’Unification, est née avec l’acte de fondation du Musée en 1878. La collection d’œuvres, qui a commencé avec sa création, s’est progressivement agrandie au cours de près de cent quarante ans, grâce à des achats ciblés et un grand nombre de dons. La bibliothèque de journaux est d’un intérêt exceptionnel, l’un des plus importants d’Italie pour les périodiques, les journaux, les numéros uniques du XIXe siècle.

Archives historiques
Les Archives historiques représentent un complexe documentaire d’un intérêt important, dont le corpus principal se situe entre les XVIIIe et XIXe siècles, avec des documents datant des XIIIe-XVe siècles et s’étendant jusqu’à la période des Première et Seconde Guerres mondiales et de la Résistance. A côté de véritables collections d’hommes politiques, de soldats, de patriotes, de familles et d’institutions, des collections de manuscrits, de correspondance, de mémoires, de documents de souverains, de chefs d’État, de membres de l’aristocratie et de la bourgeoisie européenne sont conservées.

Cabinet iconographique
L’immense patrimoine du Musée est conservé dans le Cabinet Iconographique. Parmi les matériaux, de types différents, dont le noyau principal se situe entre le XVIIIe et le XIXe siècle, il y a ceux qui remontent au XVIe et s’étendent jusqu’au XXe. En particulier, les collections d’estampes iconographiques, de cartes géographiques et de cartes postales sont incluses; collections de photographies et d’affiches historiques.

Exposition du 150 anniversaire de l’Unification italienne: L’unification est là!
C’est une exposition divisée en 5 itinéraires, pour découvrir Turin dans les 50 ans décisifs de l’histoire de notre pays: à partir de 1814, avec le retour de Vittorio Emanuele I sur le trône du royaume de Savoie, jusqu’en 1861 avec la proclamation du Royaume d’Italie, et le transfert de la capitale de Turin à Florence en 1864. Lieux, événements et personnages sont illustrés avec des images d’époque et actuelles, pour reconstruire le tissu historique et les épisodes saillants qui ont affecté les centres du pouvoir politique et religieux en la ville.

Les bâtiments historiques racontent leur propre histoire et les événements dont ils ont été le théâtre; les monuments et plaques commémoratives font connaître les protagonistes de la restauration, des sociétés secrètes, des émeutes de 1821, des révolutions de 48 et des innovations technologiques qui ont conduit à la création d’un État unitaire moderne.

Les postes de commandement
Dans la zone centrale de la ville – piazza Castello et piazza Carignano – le cœur historique de Turin, les bâtiments gouvernementaux sont fermés (Palazzo Reale, Palazzo Madama avec la salle du Sénat et Palazzo Carignano avec le Parlement, le siège des secrétariats royaux des ministères et du gouvernement bureaux), les monuments représentant le porte-étendard de l’armée sarde et le chevalier d’Italie, les pierres tombales qui rappellent des moments cruciaux de l’histoire de notre pays, comme la Première Guerre d’indépendance ou des personnages emblématiques comme Federico Sclopis, Luigi Des Ambrois et Antonio Benedetto Carpano. C’est un itinéraire de suggestions court mais très intense, qui plonge le visiteur dans les environnements de la cour de Savoie et dans les souvenirs qu’elle renferme.

Émeutes et complots
Les arcades de l’ancienne Via Po conservent encore les lieux des conspirations et des soulèvements révolutionnaires de l’Unification: les émeutes de 1821 dans la cour du rectorat universitaire, les conspirations dans les salles feutrées du café Fiorio, aussi appelé « dei codini » , autant de nobles conservateurs qui portaient la perruque typique avec la «queue». L’itinéraire atteint également la plaque commémorative où Goffredo Mameli a joué pour la première fois l’hymne des Italiens ou le symbole de Turin: la Mole Antonelliana, conçue comme une synagogue et utilisée à la place comme premier siège du musée de l’Unification, atteignant – après avoir traversé la piazza Vittorio et le pont de pierre – à la Gran Madre di Dio et à la Villa della Regina, alors siège de l’Institut national des filles de l’armée italienne.

Modernisation
L’esprit de la modernisation de l’État unitaire peut être identifié dans l’itinéraire qui relie les monuments des personnages de l’unification italienne, tels que Giuseppe Garibaldi et Massimo d’Azeglio, à l’obélisque en mémoire de l’expédition de 1855 en Crimée – un épisode stratégique de la politique étrangère de Cavour – aux lieux symboliques de l’émancipation religieuse carmélite de 1848, comme le temple vaudois, à la gare de Porta Nuova – l’ancien débarcadère de Gênes – qui a fait du Piémont le royaume de pré-unification avec les plus grands extension ferroviaire. La mémoire donnée par le Parc d’Italie 61 au centenaire de l’unification de l’Italie et la colonne qui commémore l’anniversaire, symbolisent un passage fondamental dans l’histoire de la première capitale du Royaume d’Italie.

Les Pères de la Patrie
Un chemin dans la zone centrale de la ville – construit sur les vestiges des anciens remparts et bastions détruits par Napoléon au début du XIXe siècle et aujourd’hui d’agréables jardins et places bordées d’arbres – qui touche les palais et monuments des grands hommes d’État , Pères de la patrie, tels que Gioberti, Cavour, Mazzini et Manin, ainsi que des pierres tombales commémorant des héros et des intellectuels tels que Pietro Fortunato Calvi et Lajos Kossuth, Giuditta Sidoli et Roberto d’Azeglio, et des événements tels que les émeutes de la Piazza San Carlo pour le transfert de la capitale de Turin à Florence en 1864. La ville du XIXe siècle se lit en une succession d’étapes innombrables, qui alternent des palais nobles austères – le Collegio dei Nobili, le Palazzo Cavour, le Palazzo d’Azeglio,et l’Académie des Beaux-Arts – avec des monuments et des pierres tombales à la mémoire de ceux qui ont consacré leur vie à la réalisation de l’unification de l’Italie.

Vittorio Emanuele II
Depuis le cœur historique de Turin, siège du commandement du royaume de Savoie, puis d’Italie, vous pouvez « visiter » la plaque commémorative où Michele Novaro a mis en musique la chanson composée par Goffredo Mameli et qui est devenue l’hymne national en 1946, le Palais de Città siège de la mairie, la place qui rappelle le nom du Statut de 1848 accordé par Carlo Alberto avec le monument qui célèbre le tunnel ferroviaire de Fréjus inauguré en 1871 et la gare contiguë Porta Susa, terminus du chemin de fer de Novara. L’ancien donjon de la citadelle, qui rappelle les Carbonari Moti de 1821, surplombe l’avenue menant au plus haut monument de la ville, celui dédié au premier roi d’Italie. Placé sur quatre imposantes colonnes doriques,

Tags: