Rez-de-chaussée, Palais São Bento

Commencé pour être érigé en 1598 par l’ordre bénédictin, sous la conception d’Arch. Baltasar Álvares, et utilisé depuis 1615, le bâtiment a fonctionné à l’origine comme monastère de São Bento da Saúde jusqu’en 1833 et, par décret de D. Pedro IV, est devenu le siège du Parlement portugais, accueillant les Cortes à partir de 1834. Il a été désigné palais des cours pendant la monarchie constitutionnelle (1834-1910), plus tard comme Palais du Congrès de la République, après l’implantation du système républicain (1910-1933), plus tard comme Palais de l’Assemblée nationale, à l’époque de l’Estado Novo (1933-1974), et plus tard comme Assemblée de la République ou Palais de São Bento (depuis 1974), avec le régime démocratique en vigueur.

En raison de sa longue histoire, qui comprend différents moments religieux et politiques, ce monument national (classé comme tel par le décret n ° 5/2002, DR, 1ère série-B. N ° 42 du 19 février 2002) comprend un domaine très diversifié, composé d’un patrimoine mobile et fixe, ce qui témoigne de l’utilisation sacrée et profane, cependant, ce dernier étant la plus grande composante.

Outre le noyau monastique et le passé ancien des chambres des députés, des pairs du royaume et des sénateurs, la collection comprend des œuvres acquises dans le cadre d’initiatives successives de requalification et de dignité des espaces, des pièces commandées pour honorer des personnalités parlementaires exceptionnelles, ainsi que des offres institutionnelles aux présidents et secrétaires généraux de l’Assemblée, des offres personnelles d’artistes à l’institution et des dons de butin appartenant à d’anciens parlementaires.

Façade principale
La façade principale, remodelée au cours de la première moitié du XXe siècle, selon la conception néoclassique tardive de Ventura Terra, adaptée par Marques da Silva, se caractérise par un équilibre classique des volumes répartis horizontalement, sur trois étages, dynamisés par des fenêtres rectangulaires surmontées par des frontons alternativement triangulaires et semi-circulaires au Noble Floor, de simples fenêtres carrées au rez-de-chaussée et des fenêtres rectangulaires verticales au rez-de-chaussée.

Un corps avancé s’élève au centre, surmonté d’un fronton triangulaire, construit à partir de l’espace galiléen de l’église du monastère de São Bento da Saúde et reposant sur une volée d’escaliers. Une arcade ronde parfaite s’élève au-dessus de ceux-ci, avec la double inscription du mot latin Lex – une allusion à la fonction législative du Parlement – entre les deux arcs centraux et quatre statues féminines allégoriques, assises et usées, sculptées en lioz, de coupe dure et mise en page formelle, ceux-ci représentent, de gauche à droite, A Prudência, sculpté par Raul Xavier, A Justiça, par Maximiano Alves, A Força, sculpté par Costa Mota, neveu et A Temperança, par Barata Feio.

Le fronton, qui surmonte le balcon, mesure 30 mètres de long et six mètres de haut et le tympan est décoré par le sculpteur Simões de Almeida, neveu, dans une composition symétrique, à caractère académique. L’iconographie utilisée suit le programme idéologique de la politique de l’Estado Novo, représentant, au centre, la patrie, intronisée, identifiée par l’insigne latin OMNIA PRO PATRIA (“Tout pour la Nation”) inscrit sur la plateforme, flanqué de 18 figures représentant , entre autres, l’industrie et le commerce.

La véranda, qui accentue la zone noble du sol, possède 12 colonnes à chapiteaux corinthiens et cinq fenêtres cintrées qui correspondent à celles de la Galilée, avec des corbeaux ornés de lions.

L’escalier extérieur a été construit en 1941, selon un projet de l’architecte Cristino da Silva, flanqué de deux lions, du sculpteur Raul Xavier, sentinelles du symbolisme du pouvoir associé au Parlement.

Cloître
La visite commence dans l’aile sud du palais, où se trouve le cloître. Bien que l’espace appartienne à l’ancien monastère, il a déjà subi quelques rénovations. Au centre se trouve une fontaine avec une figure d’enfant du XVIIIe siècle et une fontaine.

Le cloître, situé dans l’aile sud du palais, est l’un des quatre cloîtres conçus à l’origine pour le monastère, dont deux ont été construits et un non achevé. Il est formé de 12 arches rondes et de huit arcs de linteaux droits basés sur des piliers toscans, selon le design inspiré du traité serlien qui pouvait déjà être vu dans les projets de l’architecte du 17ème siècle Baltasar Álvares.

Il a une galerie de portes et fenêtres avec un étage intermédiaire, un jardin avec quatre lits avec un olivier dans chacun et, au centre, une fontaine placée ici dans la seconde moitié du 19ème siècle. La fontaine est constituée d’un petit lac circulaire où repose le bol, d’où apparaît un putto flanqué de dauphins, tenant une coquille, avec fontaine, appuyée sur la tête.

Dans l’une des galeries du cloître, des bustes de trois personnalités qui ont marqué la politique parlementaire contemporaine ont été placés: Natália Correia, de João Cutileiro (2000), Alda Nogueira, d’António Trindade (2000) et Adelino Amaro da Costa, de Domingos Soares Branco (2000 ).

Lobby principal
L’Atrium, qui est à l’endroit où existait autrefois l’église du monastère de São Bento da Saúde. Les sols en marbre blanc et rose sont des vestiges de l’ancienne chapelle.

Dans cet espace se trouvent deux cloches qui appartenaient au clocher de l’ancien monastère. Il y a également quatre pierres d’armes, deux pierres tombales funéraires de moines et la statue de D. Carlos I, une œuvre de Teixeira Lopes.

Le long de l’atrium, il y a plusieurs bustes de grands parlementaires portugais, ainsi que d’éminents orateurs. En outre, il y a un buste de Luís de Camões qui était un cadeau du gouvernement de Macao à l’Assemblée de la République.

L’atrium principal du palais de São Bento a un porche avancé conçu par Ventura Terra et est l’un des rares espaces originaux de l’ancien monastère de São Bento où se trouvait l’église monastique, à partir de laquelle le sol en marbre blanc et rose d’origine reste, formant une décoration géométrique.

À la place des anciennes chapelles latérales, maintenant fermées formant une arcade aveugle qui fonctionne comme une succession de niches, il y a des bustes de Luís de Camões, écrits par José Aurélio (1999), par quelques illustres parlementaires de la monarchie et de la 1ère République, tels comme Hintze Ribeiro et António Cândido, tous deux par Maximiano Alves (1950), Bernardino Machado, par António Duarte (1979), António José de Almeida, par Joaquim Correia (1980), et Afonso Costa, par dans António Paiva (1980), et également le buste du président de l’Assemblée constituante de 1975-1976, Henrique de Barros, par Lagoa Henriques (2002).

À gauche, une statue du roi D. Carlos, de Teixeira Lopes (1901), commandée pour la niche derrière la table de la présidence de la salle des séances de la Chambre des députés.

Dans les couloirs d’accès à l’escalier noble, il y a l’une des cloches qui appartenaient au clocher du monastère de São Bento et cinq autres bustes de parlementaires distingués: Francisco Margiochi (1812-1879), par Anatole Calmels (1880) , Anselmo Braamcamp Freire (2010), réplique du buste original du sculpteur Teixeira Lopes, José Maria Alpoim, de Costa Mota, neveu (1918), Francisco Salgado Zenha et Francisco Sá Carneiro, tous deux de Carla Gonçalves (1997). Sur le passage vers le cloître, la couronne est exposée, en sculpture monochromatique rouge et or, qui surmontait la verrière de l’ancienne chambre des pairs.

En arrière-plan, dans l’accès au jardin intérieur, se trouve la réplique d’un motif des Découvertes réalisé par le sculpteur João da Silva pour le 5e centenaire de la mort d’Infante D. Henrique en 1960.

Jardin intérieur
Le jardin, situé à l’arrière du palais de São Bento, a été conçu par Cristino da Silva, caractérisé par une symétrie d’inspiration française dans la disposition des lits et des statues, avec quatre petites marches qui créent l’effet de terrasses dans un forme pour surmonter la pente raide du terrain.

Il est séparé de la résidence officielle du Premier ministre par un mur de 50 mètres de long avec 16 niches et fontaines respectives et un double escalier construit dans les années 1940 menant au jardin supérieur, surmonté de deux sphinx aux angles, par Leopoldo de Almeida.

De chaque côté de l’escalier, avancé par rapport à cela, il y a deux statues représentant la Force et la Justice, deux figures allégoriques féminines qui correspondent idéologiquement aux inscriptions latines LEX (loi) et JVS (droite) devant le bâtiment. Taillées dans des lioz identiques et dans la même monumentalité que les statues de la façade, elles présentent cependant des différences par rapport à celles-ci en termes de taille, de plasticité formelle et de richesse des ressources expressives.

Escalier noble
L’escalier noble a été initialement conçu par l’architecte Ventura Terra et reformulé dans sa disposition par l’architecte António Lino, dans les années 1936-1937. Il est venu remplacer l’ancien escalier du monastère, à l’origine garni de cendres de carreaux datant de 1630, et avec une décoration maniériste abondante de ferronneries, brutales, putti et cartes avec des symboles héraldiques de l’Ordre de S. Bento (aujourd’hui dans la tuile nationale Musée).

Les sommets des huit portes auxquelles l’escalier donne accès sont couronnés de frontons triangulaires avec des groupes sculpturaux de Leopoldo de Almeida, représentant les huit provinces du Portugal de l’époque (Estrémadure, Minho, Beira Alta, Trás-os-Montes, Algarve, Alentejo, Douro et Beira Baixa), identifiés par les armoiries des capitales respectives (Lisbonne, Braga, Viseu, Bragança, en remplacement de Vila Real, Faro, Évora, Porto et Castelo Branco) et par les activités économiques qui les ont le mieux caractérisées (Agriculture et pêche).

Les murs de l’étage supérieur de l’escalier sont ornés de six grandes toiles avec des peintures d’un genre historique regroupées en deux triptyques, intégrées dans des arches rondes, par Martins Barata, réalisées entre 1940 et 1943 et intitulées “La défense de la patrie” et “La prospérité de la nation”, telle que déterminée par l’ordonnance. Cependant, par référence directe aux représentations choisies par l’auteur pour traiter les thèmes, elles sont communément appelées «As Cortes de Leiria» et «Allégorie aux forces productives de la nation».

Peint sur le mur de droite, à côté de la Sala das Sessões, le premier triptyque recrée l’épisode historique de Cortes de Leiria (1254) – le premier dans lequel, aux côtés du clergé et de la noblesse, les représentants du peuple, les procureurs des conseils , tous ensemble, pour la consolidation de la souveraineté nationale. Sur le panneau central, dans un arrière-plan somptueux, D. Afonso III peut être vu, intronisé, entouré des fonctionnaires du Paço et des procureurs de district. Dans le panneau de gauche, il y a le clergé quittant la chapelle de São Pedro et dans le panneau de droite, la noblesse avec le château de Leiria en arrière-plan.

Sur le mur de gauche, à côté de la chambre corporative (maintenant la salle du Sénat), une allégorie a été peinte aux forces productives de la Nation au XVe siècle. Les Arts et Métiers étaient représentés dans le panneau central, l’Agriculture et l’élevage dans le panneau de gauche et le Commerce dans le panneau de droite (navires, marins et marchands).

Palais de São Bento
Le palais de São Bento est un palais néoclassique de style palais situé à Lisbonne, siège du Parlement du Portugal depuis 1834. Il a été construit à la fin du XVIe siècle (1598) en tant que monastère bénédictin (monastère de la santé de Saint-Benoît) pour les traces de Baltazar Álvares, au caractère maniériste et baroque. Les archives nationales de Torre do Tombo y ont été installées. Avec l’extinction des ordres religieux au Portugal, il est devenu la propriété de l’État. Au 17ème siècle, les cryptes des marquises de Castelo Rodrigo ont été construites.

Après la mise en place du régime libéral en 1834, après la guerre civile portugaise, il devint le siège des Cortes Gerais da Nação, devenant le Palácio das Cortes. Suite aux changements de nom officiel du Parlement, le Palais a également reçu plusieurs noms officiels: Palácio das Cortes (1834-1911), Palácio do Congresso (1911-1933) et Palácio da Nacional Assembly (1933-1974). Au milieu du XXe siècle, la désignation de Palácio de S. Bento a commencé à être utilisée, en mémoire de l’ancien couvent. Cette dénomination est restée après 1976, lorsqu’elle est devenue le siège de l’Assemblée de la République.

Tout au long des XIXe et XXe siècles, le palais a subi une série de travaux de rénovation majeurs, à la fois intérieurs et extérieurs, ce qui le rendait presque complètement distinct de l’ancien monastère, dont le remodelage par Ventura Terra et en 1936 l’escalier monumental, ajouté par António Lino et complété par Cristino da Silva. Le palais a un corps central avec des arcades au niveau du sol et au-dessus de cette galerie à colonnades, surmontée d’un fronton triangulaire décoré de stucs. L’intérieur est tout aussi grand, plein d’ailes, et la salle des séances de la Chambre des députés, la salle des pas perdus, la salle noble, entre autres, ainsi que des œuvres d’art de différentes périodes de l’histoire du Portugal. Le palais comprend également un musée historique, classé monument national en 2002.

En 1999, le nouveau bâtiment a été inauguré, qui soutient l’Assemblée de la République. Situé sur la place S. Bento, le nouveau bâtiment, un projet de 1996 de l’architecte Fernando Távora, bien que relié au palais par un accès intérieur direct, a été délibérément construit afin d’être une structure autonome afin de ne pas compromettre ou mal caractériser le aménagement du palais.