300e anniversaire, 11 septembre 1714-2014, Musée d’histoire de la Catalogne

La Fête nationale de la Catalogne est un festival d’une journée en Catalogne et l’un de ses symboles nationaux officiels, célébré chaque année le 11 septembre. Il commémore la chute de Barcelone pendant la guerre de succession d’Espagne en 1714 et la perte subséquente des institutions et des lois catalanes.

En mars 2014, le Musée d’Histoire de la Catalogne a inauguré l’exposition 300 onz septembre, une exposition sur le 300e anniversaire du 11 septembre 1714, dans le cadre du Tricentenaire promu par la Generalitat de Catalunya, à travers ‘une exposition qui occupait 1000 m2 mètres où se dévoilent les clés du processus historique qui ont conduit à la consolidation du 11 septembre comme fête nationale de la Catalogne. Selon le directeur du Musée, Agustí Alcoberro, il représentait «beaucoup d’efforts de documentation sur un sujet historiquement peu abordé. Le décret sur la nouvelle plante se trouve dans sa version originale, signée par le roi Philippe V, ou une statue originale, signée par Rossend Nobas, par Rafael de Casanova. ”

Le Musée d’Histoire de la Catalogne et le conservateur du Tricentenaire commémorent le trois centième anniversaire du 11 septembre 1714. Le souvenir des événements survenus ce jour-là en 1714, aujourd’hui, après trois cents ans, est plus vivant que jamais. Ceux qui ont vécu ce moment historique ont réussi à en transmettre l’importance et la signification.

Histoire
L’armée de Catalogne qui combattit initialement pour soutenir la revendication de la dynastie des Habsbourg sur le trône d’Espagne fut finalement vaincue au siège de Barcelone par l’armée du roi d’Espagne Philippe V Bourbon le 11 septembre 1714 après 14 mois de siège. Cela signifiait la perte des constitutions catalanes et du système institutionnel de la Principauté de Catalogne sous l’égide des décrets Nueva Planta, et l’instauration de l’absolutisme.

La fête a été célébrée pour la première fois le 11 septembre 1886. En 1888, coïncidant avec l’inauguration de l’Exposition universelle de Barcelone, une statue en l’honneur de Rafael Casanova a été érigée, qui allait devenir le point de référence des événements de la Diada. La célébration a gagné en popularité au cours des années suivantes; la Diada de 1923 fut un grand événement de masse, avec plus de mille offrandes florales, des actes dans toute la Catalogne et une certaine participation institutionnelle. Mais les manifestations ont fait 17 blessés, cinq policiers et 12 manifestants et plusieurs arrestations. La dictature de Primo de Rivera a interdit la célébration. Pendant la Seconde République espagnole (1931-1939), la Generalitat de Catalunya (le gouvernement autonome de Catalogne) a institutionnalisé la célébration.

Elle a été supprimée par l’Espagne franquiste en 1939, et reléguée à la sphère familiale et privée, mais a continué d’être célébrée clandestinement. Le monument de Rafael Casanova a été supprimé. Depuis 1940, le Front national de Catalogne a profité de la journée pour mener des actions de propagande: distribution de tracts antifascistes, pendaison clandestine de senyeres, etc. Elle a été célébrée publiquement pour la première fois le 11 septembre 1976, suivie d’une grande manifestation exigeant l’autonomie catalane à Barcelone l’année suivante, le 11 septembre 1977, dans laquelle la statue de Casanova a été repositionnée à sa place, et la célébration a été officiellement rétablie en 1980 par la Generalitat de Catalunya, lors de sa restauration après l’État franquiste, devenant la première loi approuvée par le Parlement restauré de la Catalogne.

La guerre de succession d’Espagne et l’établissement de l’absolutisme de Bourbon
Le 11 septembre 1714 la dernière défense de Barcelone a eu lieu après 14 mois de siège devant le duc de Berwick pendant la guerre de succession au cours de laquelle les Bourbons (Philippe V) et les Autrichiens (avec l’archiduc Charles) sont venus se battre dans toute l’Europe pour la couronne d’Espagne, où il a acquis un caractère de guerre civile, car les partisans des deux candidats étaient dispersés sur tout le territoire, les filipistes se concentrant sur la couronne de Castille (Castille, Andalousie et nord-ouest de la péninsule), et les Autrichiens dans la couronne d’Aragon (Royaume d’Aragon, Principauté de Catalogne, Royaume de Valence et Royaume de Majorque). Avec la victoire de Philippe V, un système politique uniforme a été introduit dans presque tous ses domaines, qui comprenait à partir de ce moment, outre la couronne de Castille, celui d’Aragon. Les privilèges de noblesse, les autorités locales et les institutions d’autonomie auparavant respectées par la Chambre d’Autriche ont été abrogés dans tous les royaumes déclarés autrichiens (Minorque, alors sous domination anglaise, temporairement échappée). Pour cette raison, le 11/11 nous rappelle également l’abolition ultérieure des institutions civiles et des libertés catalanes.

La justification du modèle constitutionnel aboli en 1714
La première justification des états éteints de la Couronne d’Aragon dénonçant le régime absolutiste résultant de la nouvelle usine fut le mémorial du grief appelé Representación (1760); Le document contenait une dénonciation par plusieurs critiques de la politique bourbonienne, en particulier le monopole du pouvoir par le Conseil de Castille et les Castillans dans la Couronne d’Aragon, et l’incapacité de ses sujets d’accéder aux positions de Castille. Pour cette raison, ils ont défendu et exalté les aspects positifs du système devant la Nouvelle Plante et sa justice, et ont appelé à une représentation égale entre les royaumes, contre la discrimination de la Couronne d’Aragon. Les nouveaux décrets d’usine qui ont implanté l’absolutisme dans la monarchie espagnole, ils ont été abrogés, éphémères, avec la Constitution espagnole de 1812.

Les décrets sur les nouvelles plantes ont été définitivement abolis lorsque le vieux régime absolutiste s’est effondré, mettant fin à la monarchie absolue de Bourbon en 1833, un siècle après son imposition d’armes, et au Royaume constitutionnel d’Espagne. Cependant, la création d’un État libéral n’a pas entraîné le rétablissement du système constitutionnel propre aux autres États de la Couronne d’Aragon, mais a consacré le Royaume constitutionnel d’Espagne comme un régime politique unique, uniforme et centralisé – une exception faite de territoires avec des droits historiques et un régime à bail -, qui était l’héritage direct de l’ancienne monarchie absolutiste des Bourbons, et qui ne reconnaît qu’une seule nation, la nation espagnole. L’abrogation des décrets Nova Planta et le régime absolutiste ont été légalement ratifiés par la Constitution espagnole de 1837; Peu de temps après, en 1839, Pau Piferrer consacrerait des pages du deuxième volume Recuerdos y bellezas de España, de nouvelles considérations sur l’administration municipale propre aux États de la Couronne d’Aragon abolie par Philippe V en 1714.

L’incapacité du royaume constitutionnel espagnol naissant à accueillir les remises en cause de la Catalogne dans le régime libéral espagnol a donné la naturalisation carlismo catalane, qui tout au long du XIXe siècle a défendu les soulèvements et trois guerres civiles: la régence d’Urgell, la guerre des mécontents (1827) , la première guerre carliste (1833-1840), la seconde guerre carliste (1846-1849) et la troisième guerre carliste (1872-1876).

Lutte pour la restauration des constitutions catalanes
En 1841, Antoni Llinàs a commencé la démolition de la citadelle militaire de Barcelone au cri de “Victoire sur la Catalogne et Barcelone!”, Bien que peu de temps après, Espartero a ordonné son arrestation et l’a rétabli; en 1863, l’historien Víctor Balaguer a écrit Histoire de la Catalogne et de la Couronne d’Aragon, et deux rues de l’Eixample de Barcelone ont été dédiées à Rafael Casanova et Antonio de Villarroel. Avec la Révolution de septembre 1868, le nouveau chef du gouvernement espagnol était le général catalan Joan Prim, qui, connaissant les souhaits du peuple de Barcelone, décréta la cession de la forteresse à la ville et ordonna immédiatement sa démolition avec l’installation de une plaque qui disait: “La tyrannie de Philippe V, le premier Bourbon, a élevé la Citadelle. La liberté, jetée d’Espagne au dernier Bourbon, la fait tomber.” En 1871, l’historien Mateu Bruguera a publié l’Histoire du site mémorable de Barcelone et en 1874, dans le cadre de la troisième guerre carliste, la Diputació General de Catalunya ou Generalitat Carlina a été restaurée, qui a restauré la Diputació de General de Catalunya.abolie par Philippe V en 1714, en vertu d’un décret signé à Estella- Lizarra par le prétendant Carlos VII et par lequel il s’est engagé à restaurer les fourrures catalanes; le décret de restauration de la Generalitat de Catalogne comprenait vingt articles qui ont forgé les piliers du rétablissement des libertés catalanes et ont rendu à la Catalogne les pouvoirs en matière d’impôts, de justice, de municipalités, de police, d’armée, d’éducation et de fonctionnaires, entre autres.

En 1886, le conseil municipal de Barcelone a approuvé la construction de deux statues pour embellir le Paseo de San Juan, l’une dédiée à Bernat Desclot et l’autre à Rafael Casanova. En 1889, moins d’un an après son inauguration, la statue dédiée à Rafael Casanova est devenue un symbole de la défense des institutions catalanes lorsqu’elle a été le point focal de la manifestation organisée pour protester contre la promulgation à Madrid de la réforme de la justice civile espagnole code, qui accaparait la pratique du droit civil catalan, qui avait survécu à l’abolition du droit public catalan en 1714.

Accueil de la commémoration annuelle
Le premier événement pour commémorer le 11 septembre a été la messe célébrée dans la paroisse de Santa Maria del Mar, à côté du Fossar de les Moreres, en l’honneur des martyrs morts, qui a eu lieu le 11 septembre 1886. La cérémonie était entravé par une interdiction du sermon devant être tenu par le chanoine du siège de Vic Jaume Collell. L’acte a également été critiqué par les républicains pour son caractère religieux, et ont été critiqués par Jaume Collel pour ses opinions catalanistes et catholiques; malgré les critiques des républicains radicaux, la messe de 1886 était la première commémoration du 11 septembre en l’honneur des martyrs morts en défendant les libertés catalanes. La messe, sans sermon, a été célébrée par Jaume Collel, à laquelle ont assisté Àngel Guimerà et Valentí Almirall. La messe traditionnelle en l’honneur des morts en 1714 était, à partir de 1900, célébrée par la Ligue spirituelle de la Vierge de Montserrat, l’association laïque fondée par Josep Torras i Bages, dans la paroisse de Sant Just et Sant Pastor.

En 1888, pour coïncider avec l’ouverture de l’Exposition universelle, la statue a été installée en l’honneur de Rafael Casanova, qui allait devenir le point de référence pour les actes de protestation. À partir de 1891, l’entité Foment Catalanista, une entité affiliée à l’Union catalaniste, était chargée d’organiser la traditionnelle veillée nécrologique en l’honneur des martyrs de 1714 à Barcelone, événements qui s’étendaient à d’autres villes. La structure des événements commémorant le 11 septembre était similaire partout: messes pour les morts, conférences historiques, dissertations savantes, discours, chants, représentations de pièces évoquant les événements de 1714 et lectures littéraires de poèmes; les textes les plus lus sont ceux d’Aulestia et de Pijoan sur la chute de Barcelone, ainsi que ceux de Víctor Balaguer, ceux de Mateu Bruguera, et ceux de Sanpere et Miquel.

Une fois les événements terminés, et à partir de 1894, les participants ont quitté les lieux et se sont rendus en procession à la statue en l’honneur de Rafael Casanova pour leur rendre hommage avec des offrandes florales. Cela a incité les autorités à surveiller de près les activités et, en 1896, le numéro spécial du journal Lo Regionalista a été détourné et dédié à la dyade. Publications catalanes émulées et publications républicaines et ouvrières, qui avaient pour journées spéciales le 11 février, le 1er mai et le 14 juillet, tandis que l’Espanyol commémore les 2 et 12 mai.

Lors de la commémoration de 1901 devant le monument à Rafael Casanova et convoqué par Lluís Marsans i Sola avec les associations Catalogne et Avant, Lo Sometent, Lo Renaixement, Los Montanyenchs, La Falç et Lo Tràngul, les premières arrestations ont eu lieu à la suite de la affrontements avec les lerrouxistes qui voulaient boycotter et casser l’acte. Après la remise de la couronne, des affrontements ont eu lieu avec la police, avec 30 détenus (dont le futur écrivain Josep Maria Folch i Torres). Deux autres détenus ce jour-là, Lluís Manau et Josep Soronelles, établiraient La Reixa, une société qui aide les prisonniers catalans et rejoint l’Union catalaniste. Le 15, le président de l’Union, Manuel Folguera i Duran, a appelé à une manifestation de protestation contre les arrestations qui ont rassemblé environ 12 000 personnes. Ces arrestations ont transformé un acte, jusque-là culturel et élégiaque, en un acte de revendication politique.

Le jour de 1905, la CADCI et la Ligue régionaliste se joignirent à la Commission d’organisation du jour et appelèrent à apporter des fleurs et à décorer les balcons. Le gouvernement l’a interdit et a infligé des amendes aux organisateurs, ainsi que certaines attaques contre le siège de diverses publications catalanes et populaires. Cette année-là, le corpus de sang, qui a également eu lieu en même temps que le jour du 11 septembre, était sur les protestations populaires, le gouvernement espagnol a répondu par la loi sur les juridictions en défense de l’honneur de l’armée et l’unité de la patrie.

Les commémorations des dernières années ont été marquées par la légalisation de la Ligue régionaliste et sa confrontation avec les secteurs les plus radicaux, ce qui a conduit au rejet de la commémoration entre républicains et socialistes. Enric Prat de la Riba s’est opposé à la commémoration de son contenu romantique et sans compromis, tandis que Lluís Marsans i Sola a affirmé son besoin en tant qu’affirmation de la lutte pour la liberté. Dans les jours de 1912 et 1913, la Mairie de Barcelone, dominée par les Lerroux, refusa de faire une offrande florale au monument de Rafael Casanova. En 1913, les premières offrandes au Fossar de les Moreres ont été lancées par la Maison nationaliste martiniste. En 1916, de nouveaux incidents ont entraîné trois arrestations.

Les commémorations de 1917 à 1920 ont été marquées par la grève générale de 1917, l’Assemblée parlementaire et la grève canadienne, et le rôle de la Ligue régionaliste dans tous ces mouvements. La journée de 1923 a été un grand événement de masse, avec plus de mille offrandes florales, des événements dans toute la Principauté de Catalogne et une certaine participation institutionnelle. Mais les manifestations ont tué 17 personnes, cinq policiers et douze manifestants et plusieurs arrestations. Le président du Commonwealth de Catalogne a fait part de sa plainte au gouverneur civil en personne. Mais le coup d’État qui allait installer la dictature de Miguel Primo de Rivera a de nouveau supprimé la commémoration pendant sept ans.

Institutionnalisation républicaine en autonomie (1931-1939)
La chute de la dictature et la proclamation de la deuxième République espagnole se sont terminées par une interdiction de commémoration. Le jour de 1931 a été marqué par le plébiscite du Statut de Núria et le jour de 1932 par l’approbation du statut (deux jours avant la veille). Des milliers de mairies catalanes se sont jointes et la participation populaire a été nombreuse. Celui de 1934 a été marqué par les conflits générés par la loi sur les contrats cultivés, et les événements ultérieurs du 6 octobre.

Lors de la commémoration de 1935, les représentants municipaux de la Ligue catalane ont rencontré l’hostilité lorsqu’ils ont apporté leur offrande à Rafael Casanova, et une émeute avec la police a provoqué seize détenus. Malgré le déploiement et l’interdiction de la police, une foule a appelé au rétablissement des libertés, de l’autonomie et de l’amnistie des membres du gouvernement emprisonné. Les commémorations de 1936, 1937 et 1938, au milieu de la guerre civile espagnole, ont été caractérisées par leur signification antifasciste, même le jour de 1937, le syndicat anarchiste CNT a participé.

Sous Franco (1939-1975)
Pendant la dictature de Franco, la commémoration a de nouveau été interdite et reléguée à la sphère familiale et privée, mais elle est restée secrète. Le monument à Rafael Casanova a été supprimé. À partir de 1940, le Front national de Catalogne a profité de la journée pour mener des actions de propagande: lancement d’octaves, pendaison de drapeaux, etc. Le jour de 1946, le jeune homme du FNC Josep Corbella a été abattu par la police alors qu’il accrochait des béliers. Cependant, à partir de 1947, commémoration du déclin du FNC par l’emprisonnement de la plupart de ses membres.

Ce n’est qu’en 1964 qu’une commission s’est réunie pour commémorer le 11 septembre (Comité du 11 septembre), marquant le 250e anniversaire et coïncidant avec la célébration franquiste de 25 ans de paix, composée par Joan Reventós, Josep Benet, Jordi Carbonell, Joan Colomines, Heribert Barrera, Joan Cornudella, Joan Ballester et Santiago Albertí. Huit dépliants ont été imprimés et quelque 3 000 personnes se sont rassemblées à Barcelone. À Sabadella, une bannière était accrochée au Monument aux morts. Le gouverneur civil, Antonio Ibáñez Freire, a arrêté 7 personnes et infligé de lourdes amendes.

Le jour de 1967, un représentant des commissions ouvrières et du parti socialiste unifié de Catalogne faisait partie du comité, qui a donné une attitude plus populaire et exigeante à la commémoration. Les commémorations suivantes seraient à l’arrière-plan en raison de la formation du Coordonnateur des forces politiques de Catalogne et de l’Assemblée de Catalogne. Le plus fort a été le jour de 1971, lorsqu’un groupe de militants du FNC (Robert Surroca, Álvar Valls, Joan Colomines et Ton Ribas), dans une chambre de l’hôtel Duval à Barcelone, ont placé deux haut-parleurs qui diffusaient un message du Front avec la musique d’Els Segadors. En 1973, ils ont tenté de répéter cette étape par une émission piratée par la TVE du secteur Tarragone – Reus, mais l’opération n’a pas réussi à faire échouer l’opération.

Reprise de la démocratie (depuis 1976)
L’Assemblée de Catalogne a organisé un rassemblement de masse à Sant Boi de Llobregat le 11 septembre 1976, qui était la première commémoration légale de la Journée de l’occupation franquiste de la Catalogne.

L’année suivante, 1977, elle a été jouée pour la première fois à Barcelone, avec une grande manifestation d’un million de personnes sous le slogan “Liberté, amnistie et statut d’autonomie”. Les conséquences politiques de cette manifestation ne se sont pas fait attendre: le 29 septembre, la Generalitat de Catalogne a été rétablie et le 15 octobre la loi d’amnistie politique a été votée. Le statut d’autonomie a été adopté en 1979 et la liberté a été progressivement acquise au cours de la transition.

Depuis la proclamation officielle de la fête nationale de la Catalogne en 1980, les actes de la journée sont présidés par des institutions nationales, et les entités et les partis politiques font traditionnellement des offrandes florales très généreuses, à Barcelone et dans le reste de la Principauté, aux monuments de Rafael Casanova et Josep Moragues. Des organisations et des groupes d’indépendance proposent également des offrandes dans le Fossar de les Moreres, où de nombreux défenseurs tués pendant le siège de la ville ont été enterrés.

Tout au long de la journée, il y a des manifestations, des concerts et des arrêts informatifs à caractère protestant ou festif qui ont attiré dans les années 80 quelques milliers de participants. Beaucoup de gens accrochent le drapeau ou les balcons étoilés. Ces dernières années, le pain Sant Jordi est devenu plus populaire à Barcelone pour ce jour.

En raison de la nature institutionnelle et exigeante de la journée, dans la plupart des événements publics, Els Segadors, l’hymne de la Catalogne, est joué. Depuis 2004, l’événement institutionnel de la Fête nationale de la Catalogne a eu lieu, organisé conjointement par le gouvernement de la Generalitat et le Parlement de la Catalogne dans le Parc de la Ciutadella à Barcelone. L’événement veut se souvenir de différents événements autour d’événements importants et de personnalités de la culture catalane.

Célébrations
Les organisations nationalistes, les partis politiques et les institutions déposent traditionnellement des offrandes florales sur les monuments de ceux qui ont dirigé la défense de la ville tels que Rafael Casanova et le général Moragues, marquant ainsi leur position contre le roi Philippe V d’Espagne. Typiquement, les nationalistes catalans organisent des manifestations et se réunissent au Fossar de les Moreres à Barcelone, où ils rendent hommage aux défenseurs de la ville qui sont morts pendant le siège et y ont été enterrés. Tout au long de la journée, il y a des manifestations patriotiques et des événements culturels dans de nombreux villages catalans et de nombreux citoyens saluent senyeres et estelades. L’événement est devenu plus explicitement politique et s’est particulièrement concentré sur les rassemblements pour l’indépendance dans les années 2010.

Le Parti pour la liberté
Le Festival de la liberté est un acte politique de la société civile catalane, pour commémorer la Journée de manière festive et en même temps exigeante. Cet événement, organisé par Òmnium Cultural et avec le soutien de la Commission le 11 septembre, est un acte politique d’affirmation et de revendication nationale, de manière ouverte et participative. Pour cette raison, depuis 2000, environ 200 entités de la société civile catalane ont organisé un événement qui comprend un échantillon d’entités, la lecture d’un manifeste soutenu par les entités et un concert de musique. qui clôt l’événement.

Les expositions
300 anniversaire du 11 septembre. 1714-2014 révèle, à travers un voyage de trois cents ans d’histoire, les clés du processus historique qui a conduit à la consolidation du 11 septembre comme la Fête nationale de la Catalogne, depuis le lendemain après le défaire à la aujourd’hui.

Vaincre et réprimer
La chute de Barcelone le 11 septembre 1714 marque, en Principauté de Catalogne, la fin de la guerre de succession (1702-1715). La répression déclenchée par Philippe V de Bourbon a été terrible. Des milliers ont été emprisonnés, exécutés et exilés. Des biens ont été confisqués, des forteresses ont été démolies et toute la population a été désarmée. L’État catalan (Cort General, Generalitat de Catalunya, Consell de Cent …) a été aboli et le 16 janvier 1716, le décret sur la nouvelle usine a été établi, établissant un pouvoir absolutiste. Le droit privé catalan a cependant été sauvé. Le capitaine général est devenu la première autorité politique.

À Barcelone, la Citadelle a été construite pour contrôler la ville par des armes. Les droits d’accise, comme le cadastre, étaient un véritable impôt de guerre. Les gouvernements municipaux ont été dissous et le modèle espagnol de conseils municipaux a été appliqué. La langue espagnole a été introduite progressivement et systématiquement dans toute l’administration. L’Université de Barcelone et le reste des centres de la Principauté ont été supprimés au profit d’une seule université à Cervera (1717). Les plaintes et les supplications pour restreindre ces impositions (parfois également souscrites par d’anciens partisans du parti felipiste) sont restées sans réponse, car les Catalans étaient considérés comme des rebelles auxquels une punition exemplaire devait être infligée.

La persistance de la Mémoire
La mémoire des événements a commencé à se construire dès le moment même de la guerre. Ceux qui ont participé ont voulu laisser leur témoignage. Ceux qui faisaient partie des élites cultes ont pu le recueillir par écrit, comme c’est le cas avec les narrations historiques de Francesc de Castellví, écrites à Vienne. Ceux qui appartenaient aux secteurs populaires sont passés de génération en génération. La répression subie plus tard, en raison de son caractère traumatisant, a alimenté la mémoire des événements.

Les protestations et les tentatives de renverser la situation avec des armes et de retrouver leurs propres institutions politiques ont duré jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle. En 1719, il y a eu un soulèvement armé dirigé par le père Joan Barceló (Carrasclet). En 1725, la paix de Vienne signée entre l’empereur Charles VI et Philippe V marque un tournant, mais la résistance armée se poursuit jusqu’en 1736. Des protestations apparaissent également, comme Via out the endormed (1734) ou Record of the ‘Alliance (…) à Serm. George-Augustus, roi d’Angleterre … (1736). En 1760, déjà au sein de l’ordre des Bourbons, une nouvelle stratégie exigeante se met en place, qui est précisée dans la présentation du Mémorial de Greuges (1760).

La dimension internationale
Étant donné le caractère international de la guerre de succession, il ne faut pas s’étonner que la résistance finale de Barcelone ait eu un grand impact dans toute l’Europe de l’époque. Voltaire lui-même admirera la résistance catalane dans une œuvre centrée sur l’époque de Louis XIV de France. Le cas des Catalans a parcouru les chanceliers européens pendant de nombreuses années, en particulier avec le déclenchement de nouveaux conflits guerriers sur le continent.

L’éveil de la conscience nationale
La vulgarisation du 11 septembre, comme revendication, était l’œuvre de la Renaixença. Ce mouvement littéraire à caractère romantique, commencé dans le premier tiers du XIXe siècle, a précédé et prépare l’émergence ultérieure du catalanisme politique à la fin du siècle. Environ quatre-vingts poèmes, neuf pièces de théâtre et cinq romans sur le sujet ont été publiés, sous les auspices des Jeux floraux de Barcelone, dans les années 50 et 90. Certains ont été signés par de grands noms tels que Jacint Verdaguer, Àngel Guimerà ou Serafí Pitarra. Les historiens ont également joué un rôle de premier plan, car ils ont eu plus de répercussions publiques que celles du siècle précédent. Víctor Balaguer était la grande figure, mais Mateu Bruguera et Antoni de Bofarull ont également apporté une contribution substantielle. Une caractéristique commune des lettrés et des érudits de cette époque était la revendication des anciennes libertés et institutions catalanes détruites par les armes. La démolition de la Citadelle de Barcelone tant recherchée (1868-1878) était considérée par les citoyens comme la destruction d’un symbole d’oppression.

La commémoration d’une journée
La première commémoration du 11 septembre 1714 a eu lieu à la fin du XIXe siècle. En 1886, un premier enterrement a eu lieu à Santa Maria del Mar, à côté du Fossar de les Moreres, où les anciens défenseurs de la ville ont été enterrés. Et aussi, à cette époque, les soirées patriotiques d’hommage ont commencé. Bientôt, en 1888, la statue dédiée au conseiller en chef Rafael Casanova a été érigée. Cela a permis, en 1894, au culte civique de faire des offrandes florales au pied du monument, faites de noyaux assez petits, liés au catalanisme progressiste.

À partir de 1901, la célébration prend de l’ampleur grâce au protagonisme qui, principalement de la Solidarité catalane (1906), prend le catalanisme politique. La conquête par le mouvement d’exemples de pouvoir politique a permis à la commémoration de recevoir un soutien institutionnel (qu’elle n’avait pas auparavant) et de s’étendre. Cependant, la société civile a continué de jouer un rôle de premier plan. Ainsi, l’Union catalaniste (fédération des associations catalanes qui n’ont pas participé au jeu électoral) a fait une grande promotion de l’époque pour les deux premières décennies du XXe siècle. La croissance de la célébration a été interrompue par la dictature du général Primo de Rivera (1923-1931).

Les espaces mémoire
Outre la statue de Casanova, d’autres espaces de mémoire ont rapidement émergé. Les concentrations au Fossar de les Moreres ont commencé en 1913 et, la même année, le premier hommage au tombeau de Rafael Casanova a été rendu dans l’église paroissiale de Sant Boi de Llobregat. Le bicentenaire des événements de 1714 fut décisif: en juillet 1914, une pierre tombale fut ouverte à Vic de Bac de Roda, et en septembre la statue de Casanova fut déplacée à son emplacement actuel, et de nouveaux monuments furent érigés à Cardona, à Moià et à d’autres villes du pays.

L’impulsion institutionnelle
Le début du culte civique a été une initiative de la société civile catalane elle-même, compte tenu de l’absence de ses propres organes politiques. Le puissant catalanisme politique, qui a organisé en 1906-1909 le mouvement unitaire Solidaritat Catalana, a permis au peuple catalan d’entrer dans différents conseils et, en particulier, à la Diputació de Barcelona. Elle a également permis la création d’une première autonomie gouvernementale, le Commonwealth de Catalogne (1914-1923). De cette façon, toutes ces institutions politiques ont approuvé la revendication populaire et contribué à son élan spectaculaire.

La première interdiction
Le régime du général Primo de Rivera (1923-1930) était caractérisé par des anti-ouvriers et anti-catalanisme. Pour cette raison, il a suspendu la Mancomunitat de Catalunya, le premier gouvernement autonome catalan dans la modernité, et, dès le début, a interdit la célébration de la journée. En 1924, on a tenté de faire une messe non autorisée. L’architecte Antoni Gaudí, qui voulait y assister, a été arrêté et condamné à une amende. Cette même année, un drapeau étoilé est apparu à Lleida.

Une splendide reprise
L’inauguration de la Generalitat républicaine, trois jours après la proclamation de la République catalane par Francesc Macià le 14 avril 1931, signifiait beaucoup de commémoration. Les républicains catalans disposaient d’instruments d’État pour renforcer le 11 septembre et disposaient de nouveaux moyens de communication, comme la radio, pour diffuser leur sens. La fête de 1931 a été célébrée dans une atmosphère d’euphorie, car le statut de Nuria (qui prévoyait le droit à l’autodétermination et l’attribution d’un État) a été massivement approuvé. L’année suivante, 1932, fut la plus peuplée, joyeuse et festive de toutes, comme cela fut fait après l’approbation définitive du statut (mais très raccourci). L’historien et journaliste Antoni Rovira i Virgili a déclaré que le 11 septembre avait cessé d’être un “gémissement de douleur” et était devenu “un cri de victoire”. Le déclenchement de la guerre civile de 1936-1939 a fait prendre à la dyade une nature martiale qu’elle n’avait jamais connue auparavant. Au pied du monument Casanova, des unités de l’armée républicaine ont défilé et, comme jamais, ne sont devenues une célébration d’hommage aux morts.

Les vacances de guerre
Pendant la guerre, les offrandes florales traditionnelles ont été remplacées par des badges que les gens portaient sur des oreillers près de la statue de Casanova. C’était un moyen de collecter des fonds pour les combattants. À cette époque, la base sociale et politique des participants s’est également élargie, car pour la première fois les anarcho-syndicalistes de la CNT ont joué un rôle clé. Le jour de 1938 fut le plus émouvant et le plus triste, car c’était le dernier que la Catalogne républicaine pouvait célébrer.

Le moment le plus difficile
La répression déclenchée sous la dictature du général Franco (1936-1975) ne s’est pas terminée par la destitution des opposants politiques (exécutions, emprisonnements, exilés …), mais en Catalogne, il s’agissait d’une tentative de génocide identitaire. Le 11 septembre, toutes les manifestations du catalan ont été interdites. La sculpture de Casanova, ainsi que d’autres, a été retirée de la rue en 1939. Cette même année, une réplique miniature est apparue sur le site où se trouvait la statue, avec une pancarte disant: “Tu vas grandir”. Et en effet les pamphlets et les actions commémoratives clandestines se sont succédé, malgré la répression. En 1944, un piéton est décédé lorsque la police franquiste a tiré sur un membre du Front national de Catalogne qui a distribué des tracts du souvenir. En 1964, à l’occasion du 250e anniversaire, les actions commémoratives se sont intensifiées. Au cours des années 60 et au début des années 70, les partis ouvriers et les syndicats se sont pleinement impliqués dans les célébrations clandestines, ce qui reflétait les revendications catalanes prises par un secteur très important de la grande immigration qui a été vécue. à ce moment-là.

fête nationale
Dans la phase finale du régime de Franco, l’Assemblée de Catalogne a lié la commémoration à la demande d’autonomie gouvernementale. En 1976, un grand rassemblement a été organisé, dont les autorités ont interdit la tenue à Barcelone et à Sant Boi de Llobregat. L’année suivante, en 1977, la transition politique qui avait déjà commencé, la plus grande manifestation jamais vue a eu lieu pendant la journée. Une fois le Parlement de Catalogne élu démocratiquement, le 11 septembre 1980, il a été officialisé comme fête nationale et célébré dans tout le pays. Les symboles démantelés ont été restaurés, des espaces comme le Fossar de les Moreres ont été dignes et de nouveaux monuments et mémoriaux ont été érigés sur tout le territoire (Général Moragues, à Carrasclet, etc.). Progressivement, l’offrande florale à Casanova est devenue de nature institutionnelle, et les manifestations populaires de l’après-midi n’étaient plus unitaires et massives. Ce sont les noyaux d’indépendance qui ont persisté dans la mobilisation de protestation dans tout le pays, et à Barcelone, ils ont maintenu la concentration et la manifestation de Fossar de les Moreres. Depuis 2004, un événement institutionnel a lieu dans le parc de la Ciutadella.

Un nouveau cri
Les journées de 2012 et 2013 ont été les plus importantes de l’histoire de la Catalogne. La Via Catalana, la chaîne humaine indépendantiste qui a parcouru la Catalogne, n’a jamais été sans précédent. La participation de masse est en grande partie due à l’échec d’une tentative de réforme du statut d’autonomie poussée par le Parlement de la Catalogne en 2005. Le texte approuvé par référendum par le peuple de la Catalogne en 2006, a été déformé par la Cour constitutionnelle, ce qui a provoqué une forte réaction populaire contre laquelle il a favorisé une grande manifestation le 10 juillet 2012. De très larges pans de la société catalane ont commencé à revendiquer le droit de décider du peuple catalan. Comme à ses origines, c’est la société civile catalane elle-même qui a insufflé une nouvelle vitalité à la commémoration.

Musée d’histoire de la Catalogne
Le Musée de l’histoire de la Catalogne (MHC) est un musée situé dans le Palau de Mar à Barcelone, créé avec la mission de raconter à ses visiteurs l’histoire de la Catalogne, au moyen d’une collection d’objets et de documents qui sont Ils se rapportent, en des récréations et des décors historiques, ainsi que des équipements audiovisuels et informatiques, qui abordent de manière ludique l’histoire de cette nation, dans le but de stimuler et d’informer l’intérêt pour l’évolution de la culture catalane. Il a été créé en 1996 par le gouvernement de la Generalitat. Il est également responsable de la gestion des monuments appartenant au gouvernement de la Catalogne, dans le but d’améliorer leurs conditions d’entretien, de visite et de diffusion culturelle. Le musée dépend du ministère de la Culture de la Generalitat de Catalunya, qui le gère par le biais de son Agence catalane du patrimoine culturel.

Le Musée d’histoire de la Catalogne est un espace ouvert à tous pour que les gens puissent se rencontrer, débattre et réfléchir. C’est également un outil permettant de fournir des informations, de l’éducation et du divertissement, tout en sensibilisant. L’exposition permanente propose une histoire interactive de l’histoire de la Catalogne des temps anciens à nos jours, complétée par des activités éducatives et de loisirs, des ateliers et des expositions temporaires.

Le Musée d’histoire de Catalogne est devenu un chef de file dans la préservation, la recherche et la vulgarisation de l’histoire et du patrimoine culturel du pays. Le décret fondateur de 1996 établit que la mission de l’institution est précisément de “préserver, expliquer et vulgariser l’histoire de la Catalogne en tant que patrimoine collectif et renforcer l’identification des citoyens à l’histoire de la nation”.