Palais de Pedro I, Alcazar royal de Séville

Le palais de Pedro I, également appelé palais du roi Don Pedro et palais mudéjar, fait partie du complexe monumental de l’Alcazar royal de Séville.

Il a été construit à côté du palais gothique d’Alfonso Xat à l’initiative du roi Pedro I, entre 1356 et 1366, dans ses artisans de la construction de Tolède, Grenade et Séville eux-mêmes ont collaboré, plus tard il a été transformé à l’époque des monarques catholiques et du premier Autriche. Selon des recherches archéologiques, le palais du roi Pedro a constitué un projet de nouveau plan d’étage, qui a été érigé à un endroit où existaient des bâtiments antérieurs.

Ce palais est né pour servir de bâtiment privé au roi Pedro I, devant le personnage le plus formel représenté par le palais gothique, construit au siècle précédent sur ordre d’Alphonse X, en particulier à Tordesillas et Séville, il a utilisé l’épigraphie arabe pour vanter ses vertus. En effet, à partir du XIVe siècle, les monarques castillans ont cessé de copier les tendances européennes pour s’inspirer des modèles andalous. Cela a fait que ce palais de Pedro I héberge divers écrits en arabe vantant sa figure.

L’intérieur est structuré autour de deux unités, l’une dédiée à la vie officielle qui se situe autour de la cour des Doncellas et l’autre à la privée autour de la cour des Dolls. En marchant le long des galeries et des chambres décorées de belles tuiles et en admirant les beaux plafonds mudéjar, depuis le hall, vous atteignez le Patio de las Doncellas, le patio principal, un chef-d’œuvre de l’art mudéjar andalou. De l’entrée à la cour des jeunes filles se trouve à droite l’Alcôve Royale, en face se trouve la salle des Ambassadeurs et à gauche la salle du Plafond de Carlos V. A l’étage supérieur du palais se trouvent les appartements royaux, redécorés au XVIII siècle.

Le bois utilisé dans les plafonds à caissons, les portes à treillis et les cadres de fenêtres sont généralement en pin. Ces lacerías sont dorées ou polychromes. Il a un premier étage qui ne s’étend pas sur tout le rez-de-chaussée, mais seulement pour certaines pièces.

Façade
La façade principale se trouve dans la cour Montería. Au sommet se trouve un grand avant-toit en bois, soutenu par des muqarnas dorés. Vous trouverez ci-dessous une fresque en mosaïque avec une inscription en arabe qui parle de l’année où le bâtiment a été achevé. Cette fresque est bordée d’une inscription en caractères gothiques qui dit: “Le très grand et très noble et très puissant et très conquérant Don Pedro par la grâce de Dieu, roi de Castille et León, a ordonné ces forteresses et ces palais et ces couvertures qui a été datée à l’époque du moulin et quatro cent y dos años. ”

La porte d’entrée est rectangulaire, avec un linteau décoré de fin alaurique. Des deux côtés, il y a des arcs lobés séparés décorés de sebka et abaissés sur des colonnes de marbre. Dans la bande supérieure, il y a des fenêtres, géminées des deux côtés et tripartites dans l’espace central, avec des colonnes de marbre soutenant leurs arches lobées.

Patio des poupées
La couverture donne accès à une salle, à partir de laquelle un couloir mène au patio des poupées. On pense que cette partie du palais était destinée à la reine, ce qui était une cour domestique. Il subit une réforme entre 1847 et 1855. Dans cette réforme, une corniche à muqarnas et une mezzanine néo-mudéjar sont ajoutées entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Cette réforme a été menée par Juan Manuel Caballero et José Gutiérrez. Les dix colonnes de marbre actuelles ont été réalisées par le marbrier José Barradas dans le cadre de cette réforme.

Le nom des “poupées” est ancien. En 1637, l’historien Rodrigo Caro spéculait que cela pouvait être appelé ainsi parce qu’il était là où les enfants étaient élevés ou parce que c’était un très petit patio. Actuellement, on pense que cela peut être dû aux visages de filles ou de poupées au début des arches.

Chambre du Prince
On y accède par la galerie nord du Patio de las Muñecas. Il reçoit ce nom de Juan de Trastámara, fils des monarques catholiques, né dans l’Alcazar en 1478. Sur le toit se trouve l’héraldique des monarques catholiques. La pièce est divisée par des arcades en plâtre en trois pièces. Selon les chroniques de l’époque, c’est dans cette salle que la reine Elizabeth a donné naissance au prince John, son héritier malheureux.

Cour des jeunes filles
Il s’agit d’un patio rectangulaire de 21×15 mètres entouré de quatre galeries; deux des sept et deux des cinq arches. Au centre il y a une piscine avec de grands lits coulés d’un mètre des deux côtés. Les côtés de ces parterres de fleurs sont décorés d’arcs semi-circulaires imbriqués. Les arcades lobées sont décorées de reliefs en sebka et en plâtre. Entre 1580 et 1584, tout cela a été enterré et un pavage en marbre a été posé, pour lequel des artisans de Macael, Espera et Achan ont été amenés. des parterres de fleurs et un bassin ont été découverts lors de certaines études archéologiques en 2002.

Autour du rez-de-chaussée, il y avait des chambres accessibles aux invités, tandis qu’à l’étage supérieur il n’y avait que des chambres privées. L’étage supérieur de cette cour a été rénové entre 1540 et 1572. Les arcs en plein cintre soutenus par des colonnes en marbre à chapiteaux ioniques réalisés à Gênes par Antonio María Aprile da Carona et Bernardino da Bissone datent de cette époque. Les colonnes du rez-de-chaussée ont été remplacées entre 1560 et 1569 par d’autres sculptées dans la même ville italienne par Francisco et Juan Lugano et Francisco da Carona. En 2020, la menuiserie des portes et fenêtres a été restaurée.

Alcoba Real
L’Alcoba Real, qui était aussi appelé la chambre des rois maures, a son accès depuis la cour des Doncellas. L’intérieur est divisé en deux pièces, reliées par une entrée avec trois arcs en fer à cheval. La première salle accessible depuis la cour, connue sous le nom de salle des marches perdues, possède un plafond à caissons datant du règne des monarques catholiques.

Ses murs présentent des frises en plâtre et sont recouverts d’un plafond à caissons du XVe siècle. Les portes menant au patio sont décorées de dentelles, parmi lesquelles se détachent des figures de six bras de forme circulaire. Les deux fenêtres de cette pièce sont décorées d’étoiles et de roues à huit bras.

Salle de toit Carlos V
Du Patio de las Doncellas, vous pouvez également accéder à la salle de toit Carlos V. Il a des portes en bois avec des treillis mudéjar. Au centre des portes se trouvent des figures géométriques à huit bras en forme de roues. Les deux volets de cette pièce sont décorés d’étoiles à quatre, six et huit pointes.

On pense qu’il pourrait s’agir d’une chapelle, en raison de l’inscription du Corpus Christi sur la porte. Si c’est le cas, la chambre royale, située à côté, aurait pu être un presbytère. Cependant, il est possible que l’inscription religieuse à l’extérieur de la porte par simple désir de Pedro I.

Il reçoit ce nom pour son plafond à caissons, réalisé entre 1541 et 1543. Ce plafond à caissons possède 75 caissons octogonaux. Il est attribué à Sebastián de Segovia.

Salle des Ambassadeurs
Les portes d’entrée du patio de las Doncellas datent du 14e siècle. Ils sont en bois avec des treillis géométriques décorés de motifs végétaux. Dans les parties centrales des portes, il y a des figures de huit et douze bras en forme de roues. Ils ont un chemin lefe sur les marges. Ils indiquent la date d’achèvement du palais mudéjar; 1364. À l’extérieur, ils ont des inscriptions en arabe louant le seigneur du palais et, sur le dessus de la face intérieure, il y a des phylactères avec des caractères gothiques en latin avec le Psaume 54 et le début de l’Évangile de Saint Jean.

La salle des ambassadeurs est l’endroit le plus somptueux du palais. Voici la salle Al-Turayya, également appelée les Pléiades du donjon d’Al-Mubarak et la bénédiction d’Al-Motamid. La salle actuelle correspond à la construction de Pedro I. Elle a un plan carré (qubba) et est recouverte d’un dôme hémisphérique doré. Ce type de dôme répond à un modèle appelé “meilleure moitié”. Le dôme a été réalisé par Diego Ruiz en 1427. Sous le dôme se trouve une frise gothique avec des portraits de monarques. Cette frise en bois est médiévale, mais les portraits ont été remplacés dans une réforme qui a eu lieu entre 1599 et 1600. Il y a 56 tableaux peints par Diego de Esquivel par ordre chronologique, de Chindasvinto à Felipe III. Pedro I est situé dans la moitié sud du mur.

En eux, les rois, identifiés par leur nom, apparaissent assis et couronnés; dans la main droite, ils portent une épée et dans la gauche un globe; à un niveau inférieur est son blason et, en dessous, sa période de règne. Au-dessus de la série, il y a une frise continue avec les armoiries de Castilla y León.

Les murs, comme dans d’autres pièces du palais, sont décorés de carreaux et de plâtre. Au sommet du salon, il y a des balcons en bois construits à la fin du XVIe siècle. Sur deux côtés, il y a des entrées avec deux colonnes de marbre qui soutiennent des arcs en fer à cheval triples.

À côté de cette salle, il y a deux salles, l’une au nord et l’autre au sud, dans lesquelles des plaques de plâtre découpées et profilées sont réparties de sorte que les figures représentées se détachent sur le fond ataurique. Dans la pièce nord, ils mesurent environ 50 centimètres et sont un peu plus grands dans la pièce sud. Dans les deux salles, les plaques de plâtre représentent les rois, les princes, les chevaliers, les dames, les tournois et les animaux fantastiques. Ces scènes peuvent être inspirées du Livre de la Montería, écrit par Alphonse XI, et de la Chronique de Troie. Cette chronique a été commandée par Alfonso XI et réalisée par le scribe et miniaturiste Nicolás González. Gonzalez le termina en décembre 1350, quand Alfonso XI avait déjà été remplacé par Peter I.

Salle de toit Philippe II
On y accède par une entrée dans la salle des ambassadeurs. Cette entrée est connue sous le nom d’arche Pavones, pour sa décoration d’oiseaux. C’est une pièce rectangulaire avec un meneau qui donne sur le jardin du Prince.

Deuxième étage
Le deuxième étage du palais mudéjar a été construit au XIVe siècle par Pedro I, bien qu’il ait été rénové par les monarques catholiques et au XIXe siècle.

Elle est connue sous le nom de Royal High room. Il existe différentes salles pour l’utilisation des monarques. Dans la pièce qui servait de salle à manger au XIXe siècle, il y a une peinture de Murillo, El milagro de san Francisco Solano y el toro.

Parmi ces salles situées à l’étage supérieur du palais, se distingue l’Oratoire des Rois Catholiques, où se trouvent l’autel et le retable de tuiles de La Visitation de la Vierge réalisé en 1504 par le céramiste italien Francisco Niculoso Pisano.

Alcazar royal de Séville
Le Real Alcázar de Séville est un complexe de palais fortifié construit en différentes étapes historiques. Bien que le palais d’origine ait été construit au Haut Moyen Âge, certains vestiges de l’art islamique sont préservés et, à partir de la période postérieure à la conquête castillane, un espace paludéen mudéjar et un autre de style gothique. Dans les réformes ultérieures, des éléments Renaissance, maniéristes et baroques ont été ajoutés.

L’Alcázar de Séville est un palais royal de Séville, en Espagne, développé à l’origine par les rois musulmans maures. Le palais est reconnu comme l’un des plus beaux d’Espagne, étant considéré comme l’un des exemples les plus remarquables d’architecture mudéjar de la péninsule ibérique. Les niveaux supérieurs de l’Alcázar sont toujours utilisés par la famille royale comme résidence officielle de Séville et sont administrés par le Patrimonio Nacional.

C’est le plus ancien palais royal encore en usage en Europe, et a été enregistré en 1987 par l’UNESCO comme site du patrimoine mondial, avec la cathédrale de Séville et les archives générales des Indes.