Muséum des sciences naturelles de Belgique, Bruxelles, Belgique

Le Musée des sciences naturelles de Belgique (Royal Belgian Institute of Natural Sciences, Dutch: Museum voor Natuurwetenschappen) est un musée de la capitale belge de Bruxelles consacré à l’histoire naturelle. Le musée fait partie de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique. Ses pièces les plus importantes sont 30 squelettes d’Iguanodon fossilisés, qui ont été découverts en 1878 à Bernissart. La salle des dinosaures du musée est la plus grande salle de musée au monde entièrement dédiée aux dinosaures. Une autre pièce célèbre est l’os Ishango, qui a été découvert en 1960 par Jean de Heinzelin de Braucourt.

Histoire:
Le musée a été fondé le 31 mars 1846 en tant que descendant du Musée de Bruxelles de 1802. Il était basé sur la collection établie par le prince Charles Alexandre de Lorraine, qui datait du 18ème siècle. Bernard du Bus de Gisignies devient le premier directeur du musée en 1846. A cette occasion, il fait don de 2474 oiseaux de sa propre collection au musée. En 1860, lors de la construction de nouvelles fortifications autour d’Anvers, plusieurs fossiles ont été trouvés qui provenaient principalement de baleines. Le musée a également obtenu les squelettes d’une baleine boréale (Balaena mysticetus) et d’une jeune baleine bleue (Balaenoptera musculus), qui sont toujours exposées dans le musée. En 1860, le squelette d’un mammouth a été trouvé près de Lier et grâce à l’action rapide de François-Joseph Scohy, il a été conservé et apporté au musée, où il a été exposé depuis 1869. A cette époque, le seul autre squelette d’un mammouth sur l’affichage était dans le musée de Saint-Pétersbourg (Russie). En 1878, la plus grande découverte de fossiles d’Iguanodon à ce jour a eu lieu dans une mine de charbon à Bernissart en Belgique. Au moins 38 individus d’Iguanodon ont été découverts, dont 30 ont été exposés depuis qu’ils ont été déplacés ici de leur maison originale au Palais de Charles de Lorraine en 1891.

Le Musée Royal d’Histoire Naturelle de Belgique, créé par un arrêté royal du 31 mars 1846, n’était à l’origine que l’acquisition par l’Etat belge du Musée de la Ville de Bruxelles en 1802, lui-même dérivé indirectement de La collection réunie à la fin de le dix-huitième siècle par le prince Charles-Alexandre de Lorraine. Bernard du Bus de Gisignies est devenu le premier directeur du musée depuis sa fondation.

Entre 1889 et 1891, le Musée s’installe dans un ancien couvent situé sur les hauteurs du parc. Comme le bâtiment devient rapidement trop étroit, le directeur de l’époque, Édouard Dupont, confie à l’architecte Charles-Émile Janlet la construction d’une nouvelle aile sud. Le travail a commencé en 1898 et s’est terminé en octobre 1905.

Les nouvelles salles sont spécialement conçues pour accueillir la découverte paléontologique la plus extraordinaire de l’époque: les iguanodons de Bernissart, qui deviendront l’attraction principale. En 1878, dans les galeries des mines de charbon de Bernissart dans le Hainaut, plus de 300 mètres de profondeur, on découvre une trentaine de squelettes presque entiers d’une espèce inconnue de dinosaures, Iguanodon bernissartensis, datant d’environ 135 Ma. Y sont également ramenés au jour de nombreux fossiles de plantes et d’animaux de la même période: crocodiles, tortues, poissons et insectes.

Exposition:

Galerie des dinosaures
Avec une surface de plus de 3000 m2 et des dizaines de spécimens, la Galerie des Dinosaures est la plus grande salle d’Europe entièrement consacrée aux dinosaures, à leur découverte, à leur vie et à leur évolution.

Les dinosaures sont apparus pour la première fois il y a près de 230 millions d’années, à la fin du Trias. Au cours de la période jurassique, ils se sont multipliés et diversifiés, colonisant tous les continents. Ils ont disparu à la fin du Crétacé il y a 65 millions d’années. Mais ont-ils vraiment disparaître? Nous ne sommes pas si sûrs!

Dans la galerie, vous pouvez voir comment l’Olorotitan est mort, apprendre comment se forment les fossiles et défier un Pachycephalosaurus virtuel. Écoutez le cri du Parasaurolophus, apprenez-en plus sur les cladistiques et donnez à chaque hadrosaure sa propre collerette du cou.

Rénovation du musée
Les halls Insect and Shell ont définitivement fermé leurs portes le 18 avril 2017. Vous pouvez toujours jeter un coup d’œil virtuel dans les halls grâce à Google Street View (cliquez sur le personnage jaune sur la droite, puis sélectionnez le troisième étage dans la bannière supérieure) . Vous pouvez également vous connecter avec Google Maps (faites glisser le gars jaune sur l’Institut, puis sélectionnez le troisième étage dans la colonne de droite).

L’hiver dernier, nous avons commencé à creuser un tunnel entre le «Couvent» et la Galerie de l’humanité – Notre évolution, notre corps. Malheureusement, les nuisances sonores seront inévitables.

L’ancienne halle aux baleines, la halle des pôles nord et sud et le hall des mammifères font place à une nouvelle galerie sur la biodiversité et l’écologie sur terre, dans la mer et partout dans le monde. Ouverture en 2018

Galerie de l’humanité
Du Sahelanthropus à l’Homo sapiens, de l’embryon à l’adulte: explorez l’évolution humaine et le corps dans la toute nouvelle «Galerie de l’Homme – Notre évolution, notre corps».

Pour commencer, les fossiles et les reconstructions en 3D vous emmèneront sur les sentiers branchés de 7 millions d’années d’évolution. Ensuite, des outils interactifs révéleront les adaptations qui nous distinguent de nos prédécesseurs (y compris un cerveau plus gros et des dents plus petites). Ensuite, en utilisant des simulations, vous explorerez la machine merveilleuse et complexe qu’est notre corps, son développement, son fonctionnement et ce dont il a besoin pour survivre et se reproduire (cela devrait intéresser vos adolescents!).

Galerie d’Évolution
Dans cette galerie, vous parcourrez des milliards d’années d’histoire de la Terre, en vous arrêtant à six moments clés de l’évolution de la vie terrestre: l’explosion cambrienne, la prolifération de la vie aquatique au Dévonien, la conquête de la terre pendant la La période carbonifère, les mers grouillantes de l’ère jurassique, l’apparition des mammifères à l’époque éocène et l’impact de l’homme de nos jours.

Suivez l’aventure de la vie sur terre, des toutes premières formes de vie primitive, aux poissons géants aux mâchoires impressionnantes, aux oiseaux prédateurs géants, aux baleines à pieds, jusqu’aux êtres humains. Nous faisons même un petit voyage dans le futur!

Biodiver CITY
La ville n’est pas juste des trottoirs, des murs et du béton. Il est souvent étonnamment plein de vie animale et de végétation!

Qui aurait cru qu’un ver lent pourrait se cacher dans un coin de votre jardin? Avez-vous déjà essayé de suivre une sauterelle aux ailes bleues le long de la voie ferrée? Ou avez-vous vécu une journée dans la vie d’un hérisson? Même si la ville peut parfois paraître sombre et grise, elle est pleine de surprises!

Partout dans BiodiverCITY, il y a des spécimens, des photos, des films et des installations interactives qui aident à expliquer ce que la biodiversité de la ville implique. De plus, vous pouvez jouer un rôle actif à l’aide de simulations informatiques et apprendre ce que vous pouvez faire pour protéger la biodiversité de la ville.

250 ans de sciences naturelles
Dans cette salle sont les résultats fantastiques des expéditions scientifiques mémorables, des fouilles inhabituelles, des événements en mouvement et des spécimens remarquables qui retracent l’évolution de notre musée. Avec ses 37 millions de spécimens (minéraux, dinosaures, insectes, coquillages et mammifères terrestres et marins), la collection du musée est aujourd’hui la troisième plus grande collection de sciences naturelles en Europe, seulement dépassée par Paris et Londres! Charles de Lorraine n’aurait jamais imaginé cet établissement impressionnant quand il a commencé son cabinet de curiosité en 1751!

Mosasaur Hall
A l’époque où les tyrannosaures régnaient sur les continents, de gigantesques lézards prédateurs parcouraient les mers. Ce sont les mosasaures.

Curieusement, peu de gens ont jamais entendu parler d’eux. C’est pourquoi nous avons décidé de présenter quelques-uns des spécimens de notre collection de mosasaures, l’une des plus grandes du monde. Ceux-ci sont maintenant exposés dans une galerie confortable et bien éclairée à côté de notre exposition d’iguanodon au sous-sol.

Ici, vous pouvez admirer un spécimen belge de 12,5 mètres de long, Hainosaurus bernardi, comparer l’anatomie des mosasaures avec celle des reptiles et autres animaux modernes, comprendre la mécanique de leur nage, et bien plus encore.

Salle des minéraux
En 1828, le prince héritier Guillaume II des Pays-Bas et sa femme, la sœur du tsar Alexandre 1er, ont fait don de 808 roches et minéraux russes au Musée de Bruxelles, précurseur de l’actuel Musée des sciences naturelles.

Ce sont les premières pièces de notre collection géologique, qui compte aujourd’hui plus de 5 000 pièces belges et 25 000 pièces étrangères (soit 80% des pièces connues dans le monde). Il comprend des dizaines de milliers de cristaux jumelés, 500 pierres taillées, près de 140 météorites (dont quatre sont tombées en Belgique), de merveilleux minéraux fluorescents et même un très rare échantillon de roche lunaire.

Permettez-vous de profiter des couleurs splendides et des formes magnifiques de certaines des plus belles pièces de notre collection.

Salle Shell virtuelle
Cette salle contient plus d’un millier d’espèces de coquillages et de mollusques! Et cela ne représente qu’une fraction de notre collection qui, avec près de neuf millions d’exemplaires, est l’une des plus grandes collections de mollusques au monde!

Aménagé avec des modèles impressionnants et des illustrations instructives, le Shell Hall abrite également un aquarium tropical chauffé à 26 ° C toute l’année, ainsi que des éponges, coraux, étoiles de mer, oursins et autres invertébrés, dont on peut voir quelques spécimens vivants dans l’aquarium.

Salle des insectes virtuels
La salle des insectes est en réalité dédiée à tous les arthropodes. En plus des insectes, il comprend aussi des crustacés (comme les crabes, les crevettes et les homards), des chélicérates (comme les araignées, les scorpions et les acariens) et des myriapodes (comme les mille-pattes et les mille-pattes).

Saviez-vous que les arthropodes représentent près de 80% des espèces animales connues? Et les entomologistes en découvrent de nouveaux chaque jour. Il devrait y avoir un musée entier consacré à eux!

Dans cette salle, vous pouvez étudier l’anatomie de différents arthropodes grâce aux reproductions géantes de mouches, d’amphipodes et de scorpions. Vous pouvez également admirer le camouflage des coléoptères, des phasmes et des faucons, ainsi que la variété des tailles, des formes et des couleurs des coléoptères, des papillons et des crabes. Les plus courageux parmi vous peuvent même observer de près des tarentules vivantes!

Vision:
Le musée des sciences naturelles fait partie de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB). Comme dans la plupart des musées, il y a un département de recherche et un service d’exposition publique.

L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique est l’un des dix établissements scientifiques fédéraux régis par le Bureau de la politique scientifique de Belgique (Belspo). Il participe à d’importantes activités de recherche scientifique et réalise des missions de service public. Il est ouvert à tous par le biais du Musée des sciences naturelles.

Une personne sur trois à l’IRSNB est un scientifique. Le personnel scientifique comprend principalement des biologistes, des paléontologues et des géologues, mais aussi des océanographes, des anthropologues et des archéologues, ainsi que des géographes, des physiciens, des bioingénieurs et des mathématiciens, ce qui nous permet de mener des recherches multidisciplinaires. La recherche est axée sur les domaines suivants:

L’IRSNB apporte une expertise scientifique dans le cadre des engagements internationaux de la Belgique en matière de protection de l’environnement. Il développe des outils et des méthodes de surveillance des milieux terrestres ou marins naturels. Il offre également des conseils utiles pour le développement de politiques nationales et européennes pour la protection et la conservation des biotopes et de la biodiversité.

Avec 37 millions de spécimens conservés comme patrimoine belge d’importance universelle, les collections de l’IRNB servent avant tout d’outils de référence et de recherche. Juste derrière Londres et Paris dans la classification européenne, les collections à Bruxelles ont reçu le label européen de «grande infrastructure de recherche» et à cet égard sont constamment visitées et étudiées par des chercheurs du monde entier.

Pour le grand public, le musée des sciences naturelles est la partie visible de l’IRSNB. Il dispose de 16 000 m² de galeries permanentes, de salles d’expositions temporaires et d’ateliers pédagogiques, ce qui nous permet d’accueillir environ 300 000 visiteurs chaque année, dont environ 30% de groupes scolaires.

La galerie des dinosaures est mondialement connue et la plus grande d’Europe. Le musée joue un rôle de premier plan dans la promotion et la diffusion de la culture scientifique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses murs, notamment au travers d’expositions et d’événements itinérants. Nous poursuivons nos efforts ambitieux pour rénover progressivement les locaux, rendant le musée plus accueillant et répondant et dépassant les attentes de nos visiteurs. Nous cherchons également à promouvoir une approche plus respectueuse de la nature.

Au Musée des sciences naturelles de Bruxelles, vous pouvez apprendre le corps humain et comment nous avons évolué dans la Galerie de l’humanité et remonter dans le temps dans la Galerie de l’évolution. Vous pouvez également découvrir des espèces urbaines dans BiodiverCITY, découvrir des spécimens qui illustrent l’histoire du Musée dans les 250 ans de la Salle des Sciences Naturelles, admirer les magnifiques cristaux dans la Salle Minérale et expérimenter quelque chose de nouveau chaque année en visitant nos expositions temporaires. participer à l’une des activités interactives de notre service éducatif.

Tags: