Beaulieu-sur-Mer, Côte d’Azur

Beaulieu-sur-Mer est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ses habitants sont appelés les Berlugan.

Beaulieu-sur-Mer est située sur la Côte d’Azur, entre Nice et Monaco, au bord de la mer Méditerranée sur la route du bord de mer (Basse corniche, route M6098). La ville est située à l’est du Cap Ferrat. Il jouxte les villes de Villefranche-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat et Èze. Beaulieu-sur-Mer faisait administrativement partie de la ville de Villefranche-sur-Mer jusqu’en 1891.

Géologie et relief
La commune de Beaulieu-sur-Mer est classée en droit côtier, catégorie Mer. Collines environnantes: Mont Leuze, Mont Leuza, Plateau St-Michel, Plateau de la Justice, parc départemental de la Grande Corniche, Mont Alban et Mont Boron sur la commune de Villefranche-sur-Mer.

L’histoire
Moyen Âge
Il n’y a pas de site connu de l’âge du fer sur le territoire de la commune, mais d’importantes traces d’occupation de l’époque romaine ont été découvertes dans le quartier de la station et au bord de la mer, autour de la chapelle Notre-Dame d’Olivo qui ont été découvertes sur une cent tombes anciennes au xix e siècle. Ces derniers suggèrent une importante voie de circulation ancienne le long du bord de mer à la hauteur de Beaulieu.

Lors de la construction de l’église paroissiale et de la destruction de la batterie côtière, à quelques mètres de la chapelle Notre-Dame d’Olivo, Johnston-Lavis a entrepris des fouilles et mis au jour un important dépôt de céramique ancien entre la fin du 1er siècle de notre ère. Ils semblent indiquer la présence d’une station portuaire relativement importante à Beaulieu pendant l’Antiquité. Ses fouilles dans le quartier de la gare lui ont permis d’observer les vestiges d’habitats riches de l’époque romaine, qui semblent appartenir à une petite ville côtière.

Dans les années 1950, le colonel Cheneveau, président de l’Institut de préhistoire et d’archéologie des Alpes méditerranéennes (IPAAM)], entreprend des fouilles dans le jardin attenant à la chapelle Notre-Dame et découvre une nécropole de la fin de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge, qui, contrairement à ce que dit la tradition locale, semble montrer que la côte n’est pas abandonnée à cette époque.

Époque contemporaine
Au XIXe siècle, Beaulieu-sur-Mer, reliée à Nice par la route et le rail, devient un lieu de villégiature populaire. De nombreuses têtes couronnées et autres célébrités aiment particulièrement cette station d’hiver. Parmi eux la plupart des grandes figures de la royauté européenne: le premier prince de Galles, Léopold II, les reines d’Italie et du Portugal, Guillaume II, l’impératrice Eugénie… sans oublier les autres célébrités de l’époque comme Gustave Eiffel, Léon Tolstoï, le archéologue Théodore Reinach à qui l’on doit la villa Kérylos

La Première Guerre mondiale prend fin, mais la vocation touristique de Beaulieu-sur-Mer est désormais établie.

A partir de la seconde moitié des années 1990, le déclin touristique et économique a commencé. Plusieurs hôtels sont transformés en copropriétés ou simplement démolis pour faire place à des immeubles d’habitation. Ce mouvement, principalement lié à la hausse des prix de l’immobilier, n’a pas été ralenti par la commune.

A partir de 2005, le célèbre Hôtel Métropole et la Villa Eiffel bordant la côte ont été achetés par des hommes d’affaires souhaitant relancer l’activité touristique en déclin à Beaulieu.

Par la suite, des projets de démolition / reconstruction de Métropole et de la Résidence Eiffel sont nés mais ont été combattus par plusieurs associations qui protestaient contre la spéculation foncière et immobilière dans le triangle d’or (Villefranche-sur-Mer / Saint-Jean-Cap-Ferrat / Beaulieu-sur- Mer).

En 2010, le casino, dont les murs sont la propriété de la municipalité, a été mis en liquidation judiciaire. Après d’importantes rénovations, il a rouvert ses portes le 17 décembre 2014, abritant désormais un casino de jeux, un auditorium, un restaurant et un cinéma.

Culture et patrimoine

Villa Kérylos
Villa Kérylos: construite par l’architecte Emmanuel Pontremoli entre 1902 et 1908 sur un promontoire rocheux dominant la Méditerranée, sur la route du bord de mer, la Villa Kérylos est une maison construite et meublée sur le modèle des villas de la Grèce antique du ii e et 1er siècle AVANT JC. UN D. Il est entièrement décoré de fresques évoquant la mythologie grecque, des œuvres d’Adrien Karbowsky et Gustave-Louis Jaulmes. Propriété de l’expert hellénistique Théodore Reinach (1860 – 1928), la villa a été léguée à l’Institut de France en 1928. Elle est aujourd’hui classée monument historique par décret du 15 septembre 1966 et ouverte à la visite.

L’ancien hôtel Bristol
L’ancien Bristol Hotel, un bâtiment de six étages, a été construit en 1898 par l’architecte danois Hans-Georg Tersling, occupant tout l’espace entre la gare et la mer à l’époque. Ce palais est né de la volonté d’un fabricant de meubles londonien Sir Blundell Maple et accueille depuis son ouverture le 1er janvier 1899 des personnalités telles que le prince Louis Napoléon, la duchesse d’Aoste. Pendant longtemps, il a été l’un des palais les plus grands et les plus luxueux de la Côte d’Azur: 150 employés, 300 chambres, salons privés, plusieurs bibliothèques et d’immenses pavillons situés aux deux extrémités pour accueillir des concerts ou des pièces de théâtre. L’immeuble occupe 2000 m2, avec côté sud, un grand jardin planté de fleurs, orangers, palmiers. Côté nord, les dépendances, cuisines, argenterie, lingerie.

Le hall d’entrée principal, haut de huit mètres, mène à un double escalier monumental qui relie les étages supérieurs; 60 chambres réparties le long d’un couloir de 150 mètres dans chacun des cinq premiers étages, au sixième étage, logement du personnel. Cette renommée a été quelque peu ébranlée suite à un incendie en avril 1911 qui a détruit le toit. Puis en 1954, les contraintes économiques et la disparition des grandes familles européennes entraînent la vente du Bristol par appartements. L’hôtel est aujourd’hui une copropriété de luxe, conservant le hall d’entrée. Inaugurée en 1904, la Rotonde est adjacente à l’hôtel Bristol.

Pour répondre à la demande d’une salle à manger supplémentaire servant du thé dansant l’après-midi, l’architecte a créé un espace rayonnant particulièrement pittoresque. Les hivernants de la bonne société, qui se mêlaient aux familles régnantes de l’Europe en séjour d’hiver sur la côte, se rendaient fréquemment à la Rotonde pour passer un moment privilégié. Ce bâtiment se présente sous la forme d’une grande salle circulaire à absides en verre, surmontée d’une coupole à pans coupés. Des colonnes corinthiennes structurent les saillies arrondies des absides, définissant un volume intérieur lumineux. Sa terrasse donne sur le jardin du Casino de Beaulieu, qui s’annonce le long de la route du bord de mer par une rangée de washingtonia filifera, palmier originaire de californie. La Rotonde, lot de copropriété appartenant à la commune, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques du 23 juin 1978.

La villa de mai
La villa de May située avenue Charles II comte de Provence, à côté du collège Jean-Cocteau, a été construite en 1826 par Gaétan de May, puis achetée par la ville en 1967 pour abriter le Musée d’Histoire et d’Archéologie. Les deux salons du rez-de-chaussée, le salon Diane, le salon du jugement Pâris et le petit salon de l’amour au premier étage avec leur décoration sont classés monuments historiques le 25 janvier 1980. La villa a été entièrement restaurée entre 2013-2014 et elle abrite aujourd’hui le conservatoire de musique intercommunal.

Le Palais des Anglais situé avenue Maréchal Foch
Le Palais des Anglais situé avenue Maréchal Foch a été construit en 1885 sous le nom d’Hôtel des Anglais et fait face à la gare. Il est l’un des premiers hôtels de la ville à accueillir l’aristocratie européenne pendant la saison hivernale. La conception du bâtiment de quatre étages est riche. Chaque étage a une frise de style différent. Le dôme central est soutenu sur la façade principale par quatre cariatides. Toujours au dôme, on retrouve les armoiries royales du Royaume-Uni avec la représentation du lion et de la licorne ainsi que la devise en français Honni be qui en pense mal l’Ordre de la Jarretière.

Il est à noter que la devise est inscrite sur le bâtiment avec deux “n” contrairement à l’utilisation outre-Manche qui ne comprend qu’un “n”. Les aménagements des balcons sont d’inspiration art nouveau. L’hôtel était fréquenté, entre autres, par l’un des fils de la reine Victoria du Royaume-Uni et frère du roi Édouard VII du Royaume-Uni, Arthur du Royaume-Uni, duc de Connaught et Strathearn. Le bâtiment a servi d’hôpital militaire pendant le conflit de la Première Guerre mondiale. Le bâtiment a été transformé en immeuble à appartements en 1939.

La promenade Paul Rouvier
La promenade Paul Rouvier, un itinéraire pédestre longeant le bord de mer, vous permet de rejoindre St-Jean Cap-Ferrat depuis Beaulieu en quelques minutes le long de la Baie des Fourmis.

Édifices religieux
Église du Sacré-Cœur, construite en 1899
Chapelle Sancta Maria de Olivo, 11e siècle
Église anglicane Saint-Michel, construite en 1893
Mémoriaux: monument aux morts et plaque commémorative à l’église

Ports
La marina,
Port des Fourmis (à Ant Bay),

Côte d’Azur
La Côte d’Azur est la côte méditerranéenne du coin sud-est de la France. Il n’y a pas de frontière officielle, mais elle est généralement considérée comme s’étendant de Cassis, Toulon ou Saint-Tropez à l’ouest jusqu’à Menton à la frontière France-Italie à l’est, où la Riviera italienne rejoint. La côte est entièrement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en France. La Principauté de Monaco est une semi-enclave de la région, entourée sur trois côtés par la France et faisant face à la Méditerranée. Riviera est un mot italien qui correspond à l’ancien territoire ligure, coincé entre le Var et le Magra.

Le climat de la Côte d’Azur est méditerranéen tempéré avec des influences montagnardes sur les parties nord des départements du Var et des Alpes-Maritimes. Il se caractérise par des étés secs et des hivers doux qui contribuent à réduire la probabilité de gel. La Côte d’Azur bénéficie d’un ensoleillement important en France métropolitaine 300 jours par an.

Cette côte a été l’une des premières stations balnéaires modernes. Il a commencé comme une station thermale d’hiver pour la classe supérieure britannique à la fin du XVIIIe siècle. Avec l’arrivée du chemin de fer au milieu du 19e siècle, il est devenu le terrain de jeu et de vacances des aristocrates britanniques, russes et autres, tels que la reine Victoria, le tsar Alexandre II et le roi Édouard VII, lorsqu’il était prince de Galles. En été, il a également accueilli de nombreux membres de la famille Rothschild. Dans la première moitié du 20e siècle, il était fréquenté par des artistes et des écrivains, dont Pablo Picasso, Henri Matisse, Francis Bacon, Edith Wharton, Somerset Maugham et Aldous Huxley, ainsi que par de riches Américains et Européens. Après la Seconde Guerre mondiale, il est devenu une destination touristique populaire et un site de congrès. De nombreuses célébrités, comme Elton John et Brigitte Bardot,

La partie orientale (maralpine) de la Côte d’Azur a été largement transformée par le bétonnage de la côte lié au développement touristique des étrangers d’Europe du Nord et des Français. La partie varoise est mieux préservée de l’urbanisation à l’exception de l’agglomération de Fréjus-Saint-Raphaël affectée par la croissance démographique de la côte maralpin et de l’agglomération de Toulon qui a été marquée par l’étalement urbain de sa partie ouest et par une diffusion de zones industrielles et commerciales (Grand Var).

Tags: