Yi dans le Confucianisme

Yi, (Chinois: 義), littéralement “justice, droiture; signification”, est un concept important du confucianisme. Cela implique une disposition morale à faire le bien, ainsi que l’intuition et la sensibilité nécessaires pour le faire avec compétence.

Yi résonne avec l’orientation de la philosophie confucéenne en faveur de la culture de la bienveillance (ren) et de la pratique habile (li).

Yi représente un sens moral qui va au-delà de la simple règle et implique une compréhension équilibrée de la situation et les “intuitions créatrices” nécessaires pour appliquer les vertus “sans perte de vue du bien total. Yi représente cet idéal de totalité ainsi que une capacité de décision à appliquer une vertu de manière appropriée et appropriée dans une situation. ”

En application, yi est un “principe complexe” qui comprend:

habileté à concevoir des actions ayant une aptitude morale conforme à une situation concrète donnée,
la reconnaissance avisée de cette aptitude est
la satisfaction intrinsèque qui découle de cette reconnaissance.

“Yi” est l’une des cinq vertus confucéennes (bienveillance, droiture, courtoisie, sagesse, foi). Le confucianisme est important pour établir une relation harmonieuse avec votre entourage. L’idée centrale de Confucius est la “bienveillance” et l’idée centrale de Mencius est la “justice”. Dong Zhongshu, dynastie des Han de l’Ouest, estime que «l’équité, la justice, la courtoisie, la sagesse et la confiance» sont au nombre des cinq façons courantes de s’occuper des relations interpersonnelles.

À l’époque de Confucius,
Yì implique qu’il faut toujours agir de façon juste et équitable, comme ce qui convient en fonction de la situation, sans les tracas et en assumant sincèrement la responsabilité que l’on a pour les autres. La situation peut être illustrée par une citation de Conversations, l’un des classiques de Confucius:

Le Maître dit: Lorsque le «chemin» (c’est-à-dire le chemin véritable) caractérise le gouvernement, vous devez parler et agir de manière audacieuse et juste. Lorsque le “chemin” ne le caractérise pas, agissez avec droiture, mais parlez avec humilité.
Yì se situe devant le temps de Confucius (551 – 497 av. J.-C.), mais c’est le travail et l’enseignement de Confucius qui ont permis de mieux cerner le principe. Alors yi est devenu l’une des cinq ordonnances, les cinq vertus confucéennes qui devraient également sous-tendre et infiltrer le bon gouvernement: rén (humanité) yì, (justice), lǐ (rituel / affirmation), zhī (sagesse) et xīn (allégeance).

Les philosophes des siècles après Confucius
Le philosophe Xunzi (ou Xun Qing, 313 – 238 av. J.-C.) développa un modèle dans lequel les yi (et la pureté) étaient fortement réprimés au profit des valeurs de f (loi) et de lǐ. Deux de ses disciples, Han Fei et Li Si, avec ce nouveau paradigme philosophique au bas de la hiérarchie, sont devenus les représentants les plus en vue du légalisme qui, au cours de la dynastie Qin, ont entrepris d’éradiquer les orientations philosophiques alternatives, notamment le Rú (confucianisme). Pour ces raisons, Xunzi est devenu surtout parce que l’époque de la dynastie Tang n’était plus une idée acceptée que Xunzi aurait dû être un véritable représentant du confucianisme.

Le philosophe confucéen Mengzi (372 – 289 av. J.-C.) a enseigné que les valeurs de pur, yì, lǐ et zhī ne sont pas instillées dans l’homme par l’homme; il possède déjà ses débuts (duān) depuis sa naissance.

Néoconfucianisme
Le néokonfucianeren Zhou Dunyi (1017 – 73) a modifié la place de Y dans le système de valeurs. Il a favorisé la compréhension de l’homme en tant qu’être suprême de l’univers et lui-même avait l’intelligence et la conscience pour comprendre les principes universels. Les problèmes qui se posaient sur la scène humaine, comme l’expliquait l’ancien sage après l’explication de Zhu, pourraient être résolus par l’application correcte des mondes zhōng (voie du milieu), cheng (sincérité), rén et yì.

Ce serait Zhu Xi qui aurait développé le néoconfucianisme dans sa forme la plus durable. Dans sa synthèse des anciens néoconfuciens, il décrit les valeurs qui constituent les fondements de la nature humaine: xīao (piété enfantine), xīn (loyauté), rén (humanité), yì (justice), lǐ (plaidoyer) et zhī (sagesse).

Laozi taoïste croit que la “justice” est due au déclin de la “bienveillance”; et la “bienveillance” est due au déclin de “Tao” (et “allemand”).

Ambiguïté
L’ambiguïté (Yiqi est un concept dérivé de la justice, qui est largement utilisé par les Chinois pour exprimer leur amitié et leur préoccupation entre amis. Dans les romans d’arts martiaux et le monde souterrain, il souligne souvent la loyauté entre les gens. En d’autres termes, la signification de “Yiqi” est plus étroite que celle de “Yi” et peut être qualifiée de “petite signification de justice”.