Mode rococo des femmes en 1750-1775

La mode dans les années 1750-1775 dans les pays européens et les Amériques coloniales a été caractérisée par une plus grande abondance, l’élaboration et la complexité dans les conceptions de vêtements, aimé par les tendances artistiques rococo de la période. Les styles français et anglais de la mode étaient très différents les uns des autres. Le style français a été défini par une robe de cour élaborée, colorée et riche en décoration, portée par des figures emblématiques de la mode comme Marie-Antoinette. Après avoir atteint leur taille maximale dans les années 1750, les jupes des cerceaux ont commencé à se réduire en taille, mais sont restées portées avec les robes les plus formelles, et ont parfois été remplacées par des cerceaux ou des sacoches. Les coiffures étaient tout aussi élaborées, avec de hautes coiffures la mode distinctive des années 1770. Le style anglais a été défini par des vêtements pratiques simples, faits de tissus peu coûteux et durables, répondant à un style de vie en plein air. Ces styles de vie ont également été dépeints à travers les différences dans le portrait. Les Français préféraient les scènes d’intérieur où ils pouvaient démontrer leur affinité pour le luxe en matière de robe et de style de vie. Les Anglais, en revanche, étaient plus «égalitaires» dans leurs goûts, ainsi leurs portraits avaient tendance à représenter le modèle dans des scènes de plein air et des vêtements pastoraux.

La mode Rococo était basée sur l’extravagance, l’élégance, le raffinement et la décoration. La mode féminine du dix-septième siècle a été contrastée par la mode du dix-huitième siècle, qui était ornée et sophistiquée, le vrai style de Rococo. Cette époque était connue sous le nom de «Lumières», qui valorisait la raison par rapport à l’autorité. L’influence de l’art, de la culture et de la mode a changé son centre de Versailles à Paris. Le style exubérant, ludique et élégant de la décoration et du design que nous connaissons aujourd’hui comme «Rococo» était alors connu sous le nom de «style rocaille», «le style moderne», «le gout».

Un style apparu au début du XVIIIe siècle était la robe volante, une robe fluide qui devint populaire vers la fin du règne du roi Louis XIV. Cette robe avait les caractéristiques d’un corsage avec de larges plis coulant le long du dos sur un jupon arrondi. La palette de couleurs était riche, les tissus sombres accompagnés par des caractéristiques de conception élaborées et lourdes. Après la mort de Louis XIV, les styles vestimentaires ont commencé à changer. La mode se tourne vers un style plus léger, plus frivole, passant de la période baroque au style bien connu du Rococo. La dernière période était connue pour ses couleurs pastel, ses robes plus révélatrices, et la pléthore de volants, de volants, d’arcs et de dentelles. Peu de temps après l’introduction de la robe rococo typique des femmes, robe à la Françoise, une robe avec un corsage serré qui avait un décolleté bas, généralement avec un grand ruban s’incline le long du centre, larges paniers, et a été richement taillé dans de grandes quantités de dentelle, ruban et fleurs.

Les plis Watteau sont également devenus plus populaires, du nom du peintre Jean-Antoine Watteau, qui peignit avec une immense précision les détails des robes jusqu’aux dentelles et autres garnitures. Plus tard, le «pannier» et le «mantua» sont devenus à la mode autour de 1718, ils étaient de larges cerceaux sous la robe pour étendre les hanches sur le côté et elles sont rapidement devenues une agrafe dans l’usage formel. Cela a donné à la période rococo la robe emblématique des hanches larges combinée avec la grande quantité de décoration sur les vêtements. Des sacoches larges étaient portées pour des occasions spéciales, et pouvaient atteindre jusqu’à 16 pieds (4,8 mètres) de diamètre, et de plus petits cerceaux étaient portés pour les réglages quotidiens. Ces caractéristiques provenaient à l’origine de la mode espagnole du XVIIe siècle, connue sous le nom de «guardainfante», initialement conçue pour cacher l’estomac enceinte, puis réimaginée plus tard comme la sacoche. 1745 est devenu l’âge d’or du Rococo avec l’introduction d’une culture plus exotique, orientale en France appelée «à la turque». Cela a été rendu populaire par la maîtresse de Louis XV, Madame Pompadour, qui a commandé l’artiste, Charles Andre Van Loo, pour la peindre comme une sultane turque. Dans les années 1760, un style de robes moins formelles s’immergea et l’une d’elles fut la «polonaise», inspirée de la Pologne. Il était plus court que la robe française, ce qui permettait de voir le jupon et les chevilles, ce qui facilitait les déplacements. Une autre robe à la mode était la «robe à l’anglais», qui comprenait des éléments inspirés des mâles. mode; une veste courte, de larges revers et des manches longues. Il avait également un corsage ajusté, une jupe ample sans sacoche mais encore un peu long dans le dos pour former un petit train, et souvent un type de mouchoir en dentelle porté autour du cou. Une autre pièce était le «redingote», à mi-chemin entre la cape et le pardessus.

Les accessoires étaient également importants pour toutes les femmes pendant cette période, car ils ajoutaient à l’opulence et à la décoration du corps pour correspondre à leurs robes. Lors de toute cérémonie officielle, les femmes devaient se couvrir les mains et les bras avec des gants si leurs vêtements étaient sans manches.

La mode des femmes

Aperçu
Les styles vestimentaires féminins ont gardé l’accent sur un torse conique étroit et inversé, réalisé avec des haubans, au-dessus des jupes pleines. Les jupes de cerceaux ont continué à être portées, atteignant leur plus grande taille dans les années 1750, et ont été parfois remplacées par des cerceaux latéraux, également appelés «fausses hanches», ou des sacoches. La tenue de cour avait peu ou pas de confort physique avec restriction de mouvement. Des jupes de taille normale empêchaient de s’asseoir et rappelaient à ceux qui les portaient de se tenir en présence du roi. Les séjours ont forcé une position debout appropriée. Les vêtements comme ceux-ci ne pouvaient pas être lavés souvent à cause des tissus à partir de laquelle ils ont été fabriqués. Le siècle des Lumières provoqua une réaction contre les lois somptuaires qui affirmaient une hiérarchie sociale stagnante. Pendant le siècle des Lumières, les vêtements de cour sont restés presque les mêmes à l’extérieur de la tenue de cour, la mode est devenue moins extravagante et a plutôt été déplacée vers le confort plutôt que vers le court.

Le baroque tardif ou rococo, avec sa douceur et son élégance distinctives, se pose dans l’architecture et l’art visuel. Les vêtements ont des tons pastels clairs, et les volants et les accessoires reviennent. Louis ne s’intéresse pas aux affaires de l’État ou aux pauvres. Sa maîtresse, Madame de Pompadour, influence la mode: elle est féminine, enjouée et aérée. Le siècle des Lumières a commencé, caractérisé par un style de vêtements informel avec des accessoires et des motifs de la nature. Il y a des conversations civilisées et les gens lisent beaucoup.

La Robe Volante se met à la mode pour les femmes: une jolie robe informe à jupons et une robe à large pli double (Watteau) sur les épaules. Le décolleté est généralement carré. Les cheveux sont attachés et légèrement décorés. Cela a un corps serré, en forme de V avec des arcs et le décolleté, et des manches avec des poignets. La jupe ou le panier devient plus large et plus pompeux et autour de 1765 a parfois un diamètre de 5 mètres, alors les femmes doivent passer latéralement à travers une porte. Les femmes se poudrent les cheveux avec de la craie ou de la farine. Ils le portent brièvement, avec des boucles autour de la tête, ou mis en place et recouvert d’un chapeau plat avec des rubans suspendus ou un bouquet. Beaucoup de poudre et de rouge sont utilisés.

Pendant le rococo, les vêtements des hommes seront moins substantiels. La veste sur mesure a un panneau arrière évasé; les volants de la chemise sortent. Les bas prennent une couleur plus claire et l’homme porte des chaussures basses noires avec une boucle en argent. Nouveau est le redingote anglais, une longue robe de chambre boutonnée. Les perruques sont moins fortement poudrées et blanches.

La révolution industrielle, qui avait commencé au Royaume-Uni, a complètement révolutionné les moyens de confection. Jusque-là, les tissus et les vêtements étaient fabriqués manuellement, et par des moyens artisanaux. La création de spinning Jenny en 1764 par le britannique James Hargreaves et plus tard la mule tournante.

La mode change de plus en plus fréquemment, mais seules les personnes riches peuvent s’offrir le luxe d’avoir la dernière tendance de la mode. Cependant, beaucoup de gens préféraient toujours porter des vêtements fabriqués par un artisan quand ils pouvaient payer pour cela. D’autres personnes, en particulier celles qui vivaient dans des endroits isolés, continuaient à fabriquer des tissus et des vêtements à la maison.

Années 1750
Femmes: La tenue de cour incluait des styles élaborés et complexes influencés par le rococo; jupes de cerceau; sacoches; corsets; jupons; séjours; forme de torse conique avec de grandes hanches;”corps et visages courtois standardisés” avec peu d’individualité
Français: Robe de cour élaborée, colorée, décorative, portrait à l’intérieur
Anglais: Tissus durables simples et pratiques, bon marché, mode de vie en plein air, portraits à l’extérieur

Années 1760
Femmes: De nouveaux séjours sans bretelles coupés haut à l’aisselle; grande habitude de cour ou robe «à corps raide»; habitude d’équitation

Années 1770
Femmes: robe à la française ou robe dos-à-dos; robe à l’anglaise ou robe mi-longue; le Brunswick;cheveux longs et coiffures

Les robes
La mode habituelle des années 1750-1775 était une robe à col bas (généralement appelée en français une robe), portée sur un jupon. La plupart des robes avaient des jupes qui s’ouvraient devant pour montrer le jupon porté en dessous. Si le corsage de la robe était ouvert devant, l’ouverture était remplie d’un stomacher décoratif, épinglé à la robe par-dessus les lacets ou aux haubans.

Les manches ajustées juste après le coude étaient garnies de volants ou de volants, et des sous-volants séparés, en termes modernes, de dentelle ou de lin fin étaient collés, à l’intérieur des manches de la robe, ou peut-être au manches de chemise. L’encolure était garnie d’un tissu ou d’un volant de dentelle, ou un fichu appelé fichu pouvait être niché dans le décolleté. Les femmes portent parfois aussi un foulard ou une pièce de dentelle plus formelle, en particulier sur les robes décolletées.

La robe à la française ou la robe dos-nu présentait des plis de dos qui pendaient librement à l’encolure. Un corsage ajusté tenait le devant de la robe près de la silhouette.

La robe à l’anglaise ou la robe à corps serré présentait des plis de dos cousus en place pour s’ajuster étroitement au corps, puis relâchés dans la jupe qui serait drapée de différentes façons.

La robe Brunswick était un costume deux pièces d’origine allemande composé d’une veste à manches retroussées (manches froncées au coude et manches longues et serrées) et d’une capuche, portée avec un jupon assorti. C’était populaire pour voyager.

La tenue de cour, la grande habitude de cour ou robe «à corps raide», a conservé les styles des années 1670. Il présentait un décolleté ovale et bas qui dénudait les épaules, et le corsage à gros os fermait le dos, contrairement à la robe à ouverture frontale. Les manches au coude étaient couvertes de volants de dentelle, faisant écho à la chemise à manches longues portée avec le style original.

Les cuissardes ou les robes de chambre en coton imprimé léger qui recouvrent la cuisse sont des vêtements matinaux à la mode, portés avec des jupons. Au fil du temps, les robes de chambre devinrent le vêtement de base des vêtements de rue ouvriers britanniques et américains.

Comme lors des périodes précédentes, l’équitation traditionnelle consistait en une veste ajustée, semblable à un manteau d’homme, avec une chemise à col haut, un gilet, un jupon et un chapeau.Alternativement, la veste et un faux-gilet-front pourrait être fait comme un vêtement unique, et plus tard dans la période une veste d’équitation simple et un jupon (sans gilet) pourraient être portés.

La robe oscillant
La “robe polonaise” dont la jupe a trois volants sur des paniers circulaires;
La robe française (terme universel, mais qui a aussi des équivalents: “contouche” en allemand, “Andrienne” en italien, “sac-robe” en anglais Il a été dit une fois sac en France, mais le terme était perdu) avec ou sans plis Watteau (ou Watteau) et avec un morceau de ventre ou des complices selon l’heure;
La robe anglaise, une robe avec corsage ajusté, manches bouffantes, col et ‘vertugadin’ plus large que les épaules.

Les jupes des robes peuvent être portées avec un pet-in-the-air ou des paniers (il y a un grand nombre de paniers au cours du xvii e siècle, y compris les paniers de cour, les considérations ou les paniers à janséniste). Selon Honore de Balzac, les paniers auraient leur origine en Angleterre. ”

Sous-vêtements
La chemise, en français, ou blouse, avait une encolure basse et des manches au coude qui étaient pleines au début de la période et devenaient de plus en plus étroites à mesure que le siècle avançait. Les tiroirs n’étaient pas portés pendant cette période.

Les longues tailles du début des années 1740 avec leur dos étroit, leur large front et leurs bretelles ont fait place aux années 1760 à des bretelles qui étaient encore taillées à l’aisselle pour encourager une femme à se tenir légèrement avec ses épaules. retour, une posture à la mode. La forme à la mode était un torse plutôt conique, avec de grandes hanches. La taille n’était pas particulièrement petite. Les séjours étaient bien faits, mais confortablement. Ils offraient un soutien pour les travaux de levage, et les femmes pauvres et de la classe moyenne pouvaient y travailler confortablement.

Des poches qui pendaient librement étaient attachées autour de la taille et étaient accessibles par des fentes de poche dans les coutures latérales de la robe ou du jupon.

Des gilets en laine ou matelassés étaient portés sur les haubans et sous la robe pour la chaleur, tout comme les jupons matelassés avec de la ouate, particulièrement dans les climats froids d’Europe du Nord et d’Amérique. Dans les années 1770, des séjours commencèrent à être produits afin qu’ils se terminent plus haut sur le corps d’une femme. Phillip Vicker se plaignait: ” Pour l’importation tardive des Séjours qui sont maintenant les plus à la mode à Londres, sont élevés si haut que nous ne pouvons avoir aucune vue sur les Ladies Snowy Bosoms … ”

Le corsage est ajusté avec un «corps de baleine» ou désossé (ancêtre du corset), dit simplement simplement «le corps» ou un corset blanc.

Le haut des vêtements féminins comprend la camisole, le casaquin, le pierrot, la foire, appelée mantelet au Québec.

Chaussures
Les chaussures avaient des hauts talons incurvés (l’origine des «talons de Louis» modernes) et étaient faites de tissu ou de cuir, avec des boucles de chaussures séparées. Celles-ci étaient soit en métal brillant, généralement en argent (parfois avec le métal coupé en fausses pierres dans le style de Paris), ou avec des pierres en pâte, bien qu’il y avait d’autres types.

Coiffures et coiffures
Dans les années 1770, les coiffures et les perruques extrêmes étaient devenues à la mode. Les femmes portaient leurs cheveux haut sur la tête, en larges panaches. Pour créer de grands cheveux extrêmes, des rouleaux de crin de cheval, de la remorque ou de la laine ont été utilisés pour relever le devant des cheveux. Le front des cheveux était alors frisé, ou arrangé en boucles roulées et mis horizontalement sur la tête. Les femmes retournaient souvent leurs cheveux dans le dos en faisant un nœud. En outre, pommâtre et faux cheveux ont été utilisés pour donner plus de hauteur aux cheveux. Pomatum était une pâte que les femmes utilisaient pour se raidir les cheveux. Pomatum était également utilisé pour contenir de la poudre, que les femmes mettaient dans leurs cheveux. Le Pomatum était composé de nombreux ingrédients, dont de la graisse de porc, du suif ou un mélange de moelle de bœuf et d’huile.

Galerie de style 1750-1775

1 – c. 1750
2 – 1755
3 – 1759
4 – 1760
5 – 1761
6 – 1761
7 – 1763
8 – 1763
9 – 1764
10 – 1771
11 – 1773
12 – 1774

1.Self-portrait d’Anna Bacherini Piattoli portant un Brunswick.
2.1755 portrait de Madame de Pompadour vêtue d’une robe fleurie avec jupon assorti. Ses manches se terminent par des volants usés sur des dentelets engageantes. Son stomacher est décoré d’une rangée verticale d’arcs en ruban.
3.1759 portrait de Madame de Pompadour montre son jupon garni de volants pour correspondre à sa robe. Elle porte une petite collerette de dentelle autour du cou.
4.Elisabeth Freudenrich porte une robe garnie de rubans de soie. Ses cheveux sont habillés haut et deux boucles encadrent son cou, 1760.
Robe de 5.Lady Susan Fox-Strangways est porté avec de larges engageantes à plusieurs niveaux, 1761.
6.Queen Charlotte porte un volant de cou élaboré avec une grande broche en diamant avec sa robe de cour. Sa figure montre le buste plein et arrondi et la petite taille créée par des haubans à dos étroit, 1761.
7. Dans les colonies américaines, Mme John Murray porte une simple robe à manches à revers, 1763.
8.Mrs. Benjamin Pickman, la femme d’un riche marchand de Salem, Massachusetts, porte une robe de soie bleue avec des robes. Elle porte un parasol, 1763.
9.Mrs. Epes Sargent II porte une tenue de cheval bleu foncé et porte un chapeau à plumes, Massachusetts, 1764.
10.Marie Antoinette à l’âge de 15 ans porte une tenue d’équitation avec un gilet rayé. Ses cheveux sont attachés et elle porte un chapeau tricorne, France, 1771.
11.Mme John Winthrop de Boston, Massachusetts, dans la robe à la mode de 1773. Sa casquette intérieure est garnie de rubans rayés et pointillés, et sa robe est garnie de robes de tissu froncé (bandes de tissu rassemblées sur deux côtés). Un fichu de dentelle remplit son décolleté.
Vue 12.Side d’une robe de 1774 montre des robes plissées et des rosettes de ruban rayé.

Mode française

France, 1751
France, 1754
France, 1754
France, 1756
France, 1757
France, 1758
France, 1759
France, 1762
France, 1764
France, 1766
France, 1769
France, 1770
France, 1770
France, 1775