Histoire de la mode occidentale 1775-1795

La mode dans les vingt ans entre 1775-1795 dans la culture occidentale est devenue plus simple et moins élaborée. Ces changements étaient le résultat des idéaux modernes naissants de l’individualité, de la mode déclinante des styles rococo très élaborés et de l’adoption généralisée des idéaux rationalistes ou «classiques» des philosophies des Lumières.

Le concept des Lumières de la “mode”
C’est aussi à ce moment que le concept de mode, comme on le sait aujourd’hui, commence. Avant cela, les vêtements comme moyens d’expression de soi étaient limités. Les systèmes de production et de distribution contrôlés par les guildes et les lois somptuaires rendaient les vêtements à la fois difficiles à trouver et coûteux pour les gens ordinaires. Cependant, en 1750, la révolution de la consommation a donné lieu à des copies moins chères des styles à la mode, permettant aux membres de toutes les classes de participer à la mode vestimentaire. Ainsi, la mode commence à représenter une expression de l’individualité. Le changement constant dans la robe reflétait les idéaux politiques et sociaux de l’époque.

Révolution française
A mesure que les radicaux et les jacobins devenaient plus puissants, il y eut une révolte contre la haute couture à cause de son extravagance et de son association avec la royauté et l’aristocratie. Il a été remplacé par une sorte de “anti-mode” pour les hommes et les femmes qui mettait l’accent sur la simplicité et la modestie. Les hommes portaient des vêtements simples et sombres et de courts cheveux non poudrés. Pendant la Terreur de 1794, les tenues de travail des sans-culottes symbolisaient l’égalitarisme jacobin.

La haute couture et l’extravagance revinrent en France et dans les États satellites sous le Directoire, 1795-1799, avec ses styles de «directoire»; les hommes ne reviennent pas à des coutumes extravagantes. Ces tendances atteindraient leur apogée dans les modes de style classique de la fin des années 1790 et du début du 19ème siècle. Pour les hommes, les manteaux, les gilets et les bas des décennies précédentes ont continué à être à la mode dans le monde occidental, bien qu’ils aient aussi changé de silhouette à cette époque, devenant plus minces et utilisant des couleurs plus sombres et des tissus plus mates.

La mode des femmes

Aperçu
Les styles vestimentaires des femmes ont mis l’accent sur la forme conique du torse tandis que la forme des jupes a changé tout au long de la période. Les larges sacoches (tenant les jupes sur le côté) ont pour la plupart disparu en 1780 pour toutes les fonctions de la cour sauf les plus formelles, et les fausses croupes (tampons ou coussinets de hanches) ont été portés pendant un certain temps.

Marie Antoinette a eu une influence marquée sur la mode française à partir des années 1780. À cette époque, elle avait commencé à se rebeller contre la structure de la vie de cour. Elle abolit sa toilette du matin et s’échappe de plus en plus fréquemment au Petit Trianon, ce qui conduit à la critique de son exclusivité en coupant le droit traditionnel de l’aristocratie à son monarque. Marie-Antoinette trouva refuge dans le stress de la rigidité de la vie de cour et de l’examen public, de la santé malade de ses enfants et de son sentiment d’impuissance dans son mariage en menant une vie pseudo-rurale dans son hameau nouvellement construit. Elle et un cercle d’amis d’élite s’habilleraient dans des vêtements paysans et des chapeaux de paille et se retireraient au hameau.C’était hors de cette pratique que son style de robe a évolué.

Par tradition, une dame de cour était instantanément reconnaissable à ses sacoches, à son corset et à ses lourdes matières en soie qui construisaient sa robe dans le style de la française ou à l’anglaise. En supprimant ces choses, Gaulle ou chemise à la Reine de Marie-Antoinette dépouillait les femmes aristocrates de leur identité traditionnelle; les femmes nobles pouvaient maintenant être confondues avec les paysannes, ce qui confondait les différences vestimentaires de longue date en classe. La chemise était faite d’une mousseline blanche et la reine était accusée d’importer des tissus étrangers et de paralyser l’industrie de la soie française. Le gaulle se composait de fines couches de cette mousseline, drapées autour du corps et ceinturées à la taille, souvent portées avec un tablier et un fichu. Cette tendance a été rapidement adoptée par les femmes à la mode en France et en Angleterre, mais sur les débuts du portrait de Marie-Antoinette par Elisabeth Vigée-Lebrun, le style de vêtements a créé un scandale et a augmenté la haine de la reine. Les vêtements de la reine dans le portrait ressemblaient à une chemise, rien de plus qu’un vêtement que les femmes portaient sous ses autres vêtements ou pour se prélasser dans l’espace intime du boudoir privé. C’était perçu comme indécent, et surtout inconvenant pour la reine. La nature sexuelle du gaulle a miné les notions de statut et l’idéologie qui l’a donnée et l’a gardée au pouvoir. Marie-Antoinette voulait être privée et individuelle, notion inconvenante pour un membre de la monarchie censé agir comme un symbole de l’État.

Quand Marie-Antoinette eut trente ans, elle décida qu’il n’était plus convenable pour elle de s’habiller de cette façon et retourna à des styles courtois plus acceptables, bien qu’elle habillât encore ses enfants dans le style du gaulle, ce qui peut avoir continué à refléter mal le l’opinion de leur mère, même si elle faisait des efforts visibles pour freiner son excès de mode précédent. Cependant, malgré le dégoût avec les modes inappropriées de la reine, et son propre retour à la robe traditionnelle plus tard dans la vie, le gaulle est devenu un vêtement populaire en France et à l’étranger. Malgré ses débuts controversés, la simplicité du style et du matériau est devenue la coutume et a eu une grande influence sur la transition vers les styles néoclassiques de la fin des années 1790.

Les robes
La mode habituelle au début de la période était une robe à col bas (généralement appelée en français une robe), porté sur un jupon. La plupart des robes avaient des jupes qui s’ouvraient devant pour montrer le jupon porté en dessous. Dans le cadre de la simplification générale de la robe, le corsage ouvert avec un stomacher séparé a été remplacé par un corsage avec des bords qui se sont rencontrés devant le centre.

La robe à la française ou la robe dos-nu, avec des plis dans le dos qui pendaient librement à l’encolure, longtemps portée à la mode des cour, a fait sa dernière apparition au début de cette période. Un corsage ajusté tenait le devant de la robe près de la silhouette.

La robe à l’anglaise ou la robe à corps serré présentait des plis de dos cousus en place pour s’ajuster étroitement au corps, puis relâchés dans la jupe qui serait drapée de différentes façons. Le drapage élaboré à la polonaise devint à la mode vers le milieu des années 1770, avec le dos des jupes des robes remontées en guirlandes soit à travers les boucles, soit à travers les fentes de la robe.

Des cuissardes ou des robes de chambre en coton imprimé léger, à l’avant, enveloppées de cuisse, demeuraient à la mode à la maison, portées avec des jupons. Au fil du temps, les robes de chambre sont devenues le vêtement de base supérieur de la rue ouvrière féminine britannique et américaine.Les femmes portent souvent un mouchoir de cou, parfois pour des raisons de modestie. Dans les œuvres d’art qui subsistent, il y a peu de femmes dépeintes portant des robes de chambre sans mouchoir. Ces grands mouchoirs pourraient être en lin, unis, colorés ou en coton imprimé pour le travail. Les femmes riches portaient des mouchoirs de tissus fins et fins, souvent garnis de dentelle ou de broderies avec leurs robes chères.

Vestes et redingotes
Une alternative informelle à la robe était un costume de veste et de jupon, basé sur la mode de la classe ouvrière, mais exécuté dans des tissus plus fins avec une coupe plus serrée.

Le caraco était un corsage en forme de veste porté avec un jupon, avec des manches au coude.Dans les années 1790, les caracos avaient des manches longues et serrées.

Comme lors des périodes précédentes, l’équitation traditionnelle consistait en une veste ajustée, semblable à un manteau d’homme, avec une chemise à col haut, un gilet, un jupon et un chapeau.Alternativement, la veste et un faux-gilet-front pourrait être fait comme un vêtement unique, et plus tard dans la période une veste d’équitation simple et un jupon (sans gilet) pourraient être portés.

Une autre alternative à l’habitude traditionnelle était une robe-manteau appelée joseph ou manteau d’équitation (emprunté en français comme redingote), habituellement du tissu en laine sans fard ou simplement coupé, avec des manches longues et serrées et un col large avec revers ou revers. Le redingote a été porté plus tard comme un manteau avec la robe de chemise légère.

Sous-vêtements
La chemise, en français, ou blouse, avait une encolure basse et des manches au coude qui étaient pleines au début de la période et devenaient de plus en plus étroites à mesure que le siècle avançait. Les tiroirs n’étaient pas portés pendant cette période.

Des bretelles ont été coupées haut à l’aisselle, pour encourager une femme à se tenir avec ses épaules légèrement en arrière, une posture à la mode. La forme à la mode était un torse plutôt conique, avec de grandes hanches. La taille n’était pas particulièrement petite. Les séjours étaient habituellement serrés, mais confortablement; Seuls ceux qui sont intéressés par les modes extrêmes sont étroitement liés. Ils offraient un soutien pour les travaux de levage, et les femmes pauvres et de la classe moyenne pouvaient y travailler confortablement. Alors que la mode country décontractée s’installait en France, les séjours étaient parfois remplacés par un vêtement légèrement désossé appelé «corset», bien que ce style ne connût pas de popularité en Angleterre, où les séjours restèrent les standards jusqu’à la fin de la période.

Les sacoches ou cerceaux restaient une mode essentielle de la cour mais disparaissaient partout ailleurs au profit de quelques jupons. Des poches qui pendaient librement étaient attachées autour de la taille et étaient accessibles par des fentes de poche dans les coutures latérales de la robe ou du jupon. Des gilets en laine ou matelassés étaient portés sur les haubans ou le corset et sous la robe pour la chaleur, tout comme les jupons matelassés avec de la ouate, particulièrement dans les climats froids d’Europe du Nord et d’Amérique.

Chaussures et accessoires
Les chaussures avaient des hauts talons incurvés (origine des «talons de Louis» modernes) et étaient faites de tissu ou de cuir. Les boucles de chaussures sont restées à la mode jusqu’à ce qu’elles soient abandonnées avec des chaussures à talons hauts et d’autres modes aristocratiques dans les années après la Révolution française. La longue tige a également été éliminée, ne laissant que les orteils du pied. Les pantoufles qui étaient habituellement portées avec des chaussures ont été abandonnées parce que les chaussures étaient devenues assez confortables pour être portées sans elles. Les fans ont continué à être populaires dans cette période de temps, cependant, ils ont été de plus en plus remplacés, au moins à l’extérieur, par le parasol. À l’intérieur, le ventilateur était toujours transporté exclusivement. De plus, les femmes ont commencé à utiliser des bâtons de marche.

Coiffures et coiffures
Les années 1770 ont été marquées par des coiffures et des perruques extrêmes qui ont été construites très haut, et souvent incorporé des objets décoratifs (parfois symboliques, comme dans le cas de la célèbre gravure représentant une dame portant un grand navire dans les cheveux avec des mâts et des voiles). “Coiffure à l’Indépendance ou au Triomphe de la Liberté” – pour célébrer la victoire navale dans la guerre d’indépendance américaine. Ces coiffures ont été parodiées dans plusieurs célèbres caricatures satiriques de l’époque.

Dans les années 1780, des chapeaux élaborés ont remplacé les anciennes coiffures élaborées. Des casquettes de foule et d’autres styles de «pays» étaient portés à l’intérieur. Des chapeaux de bergère plats, à large bord et à paille basse, attachés avec des rubans, étaient portés avec les nouveaux styles rustiques.

Les cheveux étaient en poudre au début des années 1780, mais la nouvelle mode nécessitait des cheveux naturels colorés, souvent habillés simplement d’une masse de boucles.

Galerie de style

1-1770

2 – 1780
3 – 1785
4 – 1778

5-1790

1.Marie Antoinette, reine de France, était l’une des figures les plus influentes de la mode dans les années 1770 et 1780, surtout en ce qui concerne les coiffures.
2.Les Ladies Waldegrave portent des styles de transition, 1780-81, dans leur portrait de Reynolds.Leurs cheveux sont poudrés et habillés haut, mais leurs caracos blancs, comme des robes courtes à la polonaise, ont de longues manches serrées.
3.Marie Antoinette porte le turban popularisé, avec une écharpe enroulée autour d’elle. Son col est lourd de dentelle, et son jupon cramoisi est garni de fourrure, 1785.
4.Marie Antoinette porte des sacoches, une exigence de la mode de la cour pour les occasions les plus officielles, 1778
5. Redingote de femme c. 1790, Musée d’art du comté de Los Angeles

La mode masculine

Aperçu
Tout au long de la période, les hommes ont continué à porter le manteau, le gilet et la culotte.Cependant, des changements ont été observés dans le tissu utilisé ainsi que la coupe de ces vêtements. Plus d’attention a été accordée aux pièces individuelles de la combinaison, et chaque élément a subi des changements stylistiques. Sous les nouveaux enthousiasmes des sports de plein air et des activités champêtres, les soies et les velours brodés, caractéristiques du «vêtement complet» ou du vêtement formel au début du siècle, cèdent progressivement la place à des vêtements «déshabillés» en laine pour toutes les occasions.

À Boston et à Philadelphie dans les décennies autour de la Révolution américaine, l’adoption de styles déshabillés était une réaction consciente aux excès de la cour européenne; Benjamin Franklin a fait sensation en se présentant à la cour de France dans ses propres cheveux (plutôt qu’une perruque) et dans le simple costume de Quaker Philadelphia.

À l’autre extrême était le “macaroni”.

Aux États-Unis, seuls les cinq premiers présidents, de George Washington à James Monroe, s’habillaient de cette manière, y compris le port de perruques en poudre, de chapeaux tricorne et de culottes-culottes. Le dernier-né notable à être représenté portant une perruque poudrée liée dans une file d’attente de cette manière était le grand-duc Constantin Pavlovitch de Russie (né en 1779, représenté en 1795).

Manteaux
Dans les années 1770, les manteaux présentaient une coupe plus serrée et plus étroite que celle observée dans les périodes antérieures et étaient parfois croisés. Vers les années 1780, les jupes du manteau ont commencé à être découpées dans une courbe de la taille avant. Gilets raccourcis progressivement jusqu’à ce qu’ils soient à la taille et coupés directement à travers. Les gilets peuvent être faits avec ou sans manches. Comme à la période précédente, une robe de soie, de coton ou de lin en forme de T, appelée banyan, était portée comme une sorte de robe de chambre sur la chemise, le gilet et la culotte. Les hommes d’un penchant intellectuel ou philosophique ont été peints avec des banians, avec leurs propres cheveux ou une casquette molle plutôt qu’une perruque.Cette esthétique se superpose légèrement à la mode féminine de la jupe et prouve la façon dont les modes masculines et féminines se reflètent les uns les autres à mesure que les styles deviennent moins rigides et plus adaptés au mouvement et aux loisirs.

Un manteau avec un col large appelé une redingote, dérivé d’un manteau de classe ouvrière traditionnelle, a été porté pour la chasse et d’autres activités de pays en Grande-Bretagne et en Amérique. Bien que conçus à l’origine comme des vêtements de sport, les redingotes sont progressivement apparues comme des vêtements de tous les jours. La redingote était découpée avec un col rabattu, des plis latéraux réduits et de petites manchettes rondes, parfois coupées avec une fente pour permettre un mouvement supplémentaire. Sobres, les couleurs naturelles ont été portées, et les manteaux ont été fabriqués à partir de tissu de laine, ou un mélange de laine et de soie.

Chemise et stock
Les manches de chemise étaient pleines, rassemblées au poignet et laissaient tomber l’épaule. Les chemises à robe pleine étaient ornées de volants de fine étoffe ou de dentelle, tandis que les chemises déshabillées se terminaient par des bracelets de poignet unis. Un petit collier de chiffre d’affaires remis à la mode, porté avec le stock. En Angleterre, les chemises de lin blanches et propres étaient considérées comme importantes dans la tenue des hommes. La cravat réapparaît à la fin de la période.

Culottes, chaussures et bas
Au fur et à mesure que les manteaux se sont détachés, plus d’attention a été accordée à la coupe et à l’ajustement des culottes. Les culottes étaient bien ajustées et avaient une ouverture à l’avant.

Des chaussures en cuir à talon bas attachées avec des boucles de chaussures étaient portées avec des bas de soie ou de laine. Les bottes étaient portées pour l’équitation. Les boucles étaient soit en métal poli, généralement en argent (parfois avec le métal coupé en fausses pierres dans le style de Paris) ou avec des pierres en pâte, bien qu’il y avait d’autres types. Ces boucles étaient souvent assez grandes et l’une des plus grandes collections du monde peut être vue à Kenwood House;avec la Révolution française, ils ont été abandonnés en France en tant que signifiant de l’aristocratie.

Coiffures et coiffures
Les perruques étaient portées pour les occasions formelles, ou les cheveux étaient portés longs et poudrés, brossés en arrière du front et clubbed (attachés à la nuque) avec un ruban noir.

Les chapeaux tricornes à larges bords relevés sur trois côtés étaient maintenant tournés vers l’avant et l’arrière ou sur les côtés pour former des bicornes. Vers la fin de la période, un grand chapeau légèrement conique avec un bord plus étroit est devenu à la mode (cela deviendrait le haut-de-forme dans la période suivante).

Galerie de style

1-1789.

2-1792.
3 – 1793

4-1785
5 – 1790

1.Elijah Boardman porte un manteau échancré sur un gilet en satin à la taille et une culotte foncée.États-Unis, 1789.
2.Charles Pettit porte un manteau, un gilet et une culotte assortis. Manteau et gilet ont des boutons couverts; ceux sur le manteau sont beaucoup plus grands. Sa chemise a un simple volant sur le devant. États-Unis, 1792.
3. Style révolutionnaire français, 1793: Édouard Jean Baptiste Milhaud, député de la Convention, en uniforme de représentant du Peuple aux Armées, par Jean-François Garneray ou un autre disciple de Jacques-Louis David.
4.Thomas Gainsborough, La promenade du matin (Portrait de M. et Mme William Hallett), 1785
5.Jeune William Fitzherbert porte une culotte d’automne, une chemise pleine, et un étroit stock noir, c. 1790.

Mode enfantine
À la fin du 18ème siècle, de nouvelles philosophies de l’éducation des enfants ont conduit à des vêtements qui ont été pensés spécialement adaptés aux enfants. Les tout-petits portaient des robes lavables appelées robes de lin ou de coton. Les garçons britanniques et américains après peut-être trois ont commencé à porter des pantalons assez courts et des vestes courtes, et pour les très jeunes garçons, le costume de squelette a été introduit. Ceux-ci ont donné la première vraie alternative aux robes des garçons, et sont devenus à la mode à travers l’Europe.

1 – 1775-1778
2 – 1778
3 – 1781-83
4 – 1784
5 – 1784-85

Vêtements de travail
Les gens de la classe ouvrière du XVIIIe siècle en Angleterre et aux États-Unis portaient souvent les mêmes vêtements que les gens à la mode: chemises, gilets, manteaux et culottes pour hommes, tenues, jupons et robes ou vestes pour femmes. Cependant, ils possédaient moins de vêtements, qui étaient faits de tissus moins chers et plus robustes. Les hommes de la classe ouvrière portaient également des vestes courtes, et certains (surtout des marins) portaient des pantalons plutôt que des culottes. Les smocks étaient un style régional pour les hommes, en particulier les bergers. Les femmes de la campagne portaient des capes courtes à capuchon, le plus souvent rouges. Les deux sexes portaient des mouchoirs ou des foulards.

Les chapeaux de feutre des hommes ont été portés avec les bords plats plutôt qu’armés ou retournés. Les hommes et les femmes portaient des chaussures avec des boucles de chaussures (quand ils pouvaient se le permettre). Les hommes qui travaillaient avec les chevaux portaient des bottes.

Pendant la Révolution française, le costume masculin est devenu particulièrement emblématique du mouvement du peuple et du bouleversement de la société aristocratique française. C’était la longue culotte, ourlée près des chevilles, qui déplaçait les jupes culottes des genoux qui marquaient les classes aristocratiques. Les hommes de la classe ouvrière avaient porté des pantalons longs pendant une grande partie de leur histoire, et le rejet des culottes est devenu un symbole de la classe ouvrière, et plus tard de la rancœur française de l’Ancien Régime. Le mouvement se verrait attribuer le titre de sans-culottes, qui porte le même nom que la classe ouvrière. Il n’y avait pas d ‘«uniforme» de culotte en soi, mais comme ils étaient transformés en un plus grand symbole de la société française, ils avaient certains attributs qui leur étaient attribués. Dans l’art contemporain et la description, les culottes s’associent à la casquette phrygienne, un symbole classique. Les citoyens français à tous les niveaux de la société ont été obligés de porter le bleu, blanc et rouge du drapeau français sur leurs vêtements, souvent sous la forme de la cocarde bleue et rouge de Paris sur la cocarde blanche de l’Ancien Régime, produisant ainsi la cocarde Tricolore originale. Plus tard, des couleurs distinctives et des styles de cocarde indiqueraient la faction du porteur, bien que les significations des différents styles ne soient pas entièrement cohérentes et varient quelque peu selon la région et la période.

Au 17ème siècle, une cocarde était épinglée sur le flanc d’un tricorne ou d’un bicorne d’homme, ou sur son revers.

Angleterre, c. 1790
Angleterre, 1792
Angleterre, 1790s
Français, 1790s

Robe 1.Everyday en Angleterre reflète les styles à la mode. L’homme porte un manteau avec de grands boutons élégants sur un gilet à double boutonnage et une culotte. Son chapeau n’est pas armé et il porte un foulard tacheté. La femme porte un tablier vert sur une veste à jupe et un jupon.
2.Deux hommes dans une brasserie portent des chapeaux en feutre. L’homme à droite porte une veste courte plutôt qu’un manteau.
3. Le compatriote anglais porte un chapeau de feutre rond et une blouse. La paysanne porte un court manteau rouge et un chapeau rond sur son bonnet, années 1790.
4.French sans-culotte, idéalisé sans culotte par Louis-Léopold Boilly

Changement de mode
Cette caricature contraste 1778 (à droite) et 1793 (à gauche) les styles pour les hommes et les femmes, montrant les grands changements en seulement 15 ans