Legs Waddesdon, Collection Rothschild, British Museum

Admirez les trésors de la Renaissance rassemblés par le député Baron Ferdinand Rothschild (1839-1898), exposés dans une nouvelle galerie du British Museum.

Le legs de Waddesdon est une collection de près de 300 objets, laissés au musée en 1898 par le baron Ferdinand Rothschild. Il se compose de pièces médiévales et Renaissance exceptionnellement importantes, ainsi que d’un certain nombre de contrefaçons du XIXe siècle. Ensemble, ils brossent un tableau fascinant de l’évolution du marché de l’art à la fin du XIXe siècle.

La collection tire son nom du manoir du Baron Ferdinand Buckinghamshire, Waddesdon Manor, où elle a été exposée dans un cadre spécialement conçu, le New Smoking Room.

Le legs Waddesdon est maintenant affiché au rez-de-chaussée de la salle 2a, une nouvelle galerie financée par la Fondation Rothschild. Avec les salles 1 et 2, il fait partie d’une suite de galeries documentant l’histoire de la collecte et son rapport avec la connaissance, le goût et l’agrandissement du British Museum.

Un prêt spécial de la compagnie des orfèvres

Le sel d’horloge royal
L’un des plus grands trésors de la collection de la Goldsmiths Company, le Royal Clock Salt, est maintenant exposé dans la salle 2a jusqu’en novembre 2018. Présentant des trésors princiers du legs Waddesdon, il illustre la magnificence de la culture de la cour de la Renaissance.

Probablement un cadeau diplomatique du roi François Ier au roi Henri VIII d’Angleterre ou entre deux de leurs courtisans, le Salt Clock fut fabriqué à Paris vers 1530-1535 par l’orfèvre royal Pierre Mangot. En guise de présentoir, il fonctionnait à la fois comme une horloge de table et une salière.

Parmi les onze sels d’horloge répertoriés dans la collection d’Henri VIII après sa mort, seul celui-ci survit aujourd’hui. Il réapparaît dans les inventaires jusqu’à sa vente de la collection royale après la guerre de Sécession en 1649. Il s’agit de l’une des quatre pièces connues parmi les milliers d’objets d’orfèvrerie ayant appartenu à Henri VIII. siècle Royal Gold Cup, exposée dans la salle 40.

Le prêt voit cette exquise pièce côtoyer d’autres produits de luxe issus du legs Waddesdon, comme le coffret Sibyls, qui a également été fabriqué par Mangot pour le tribunal français. Le prêt a également permis au Département de la recherche scientifique du Musée d’en apprendre davantage sur l’origine, l’histoire et la construction de la pièce remarquable.

Ce prêt coïncide avec l’exposition de l’Aldobrandini Tazze (célèbre ensemble d’argent de la Renaissance) au Waddesdon Manor d’avril à juillet 2018, parrainée par la Fondation Rothschild.

Baron Ferdinand Rothschild (1839-1898)
En tant que collectionneur, esthète, philanthrope et homme politique, le baron Ferdinand Rothschild était un membre éminent de l’établissement victorien, mais aussi un homme très privé. Il a grandi à Vienne avant de déménager en Angleterre, où il a épousé une cousine, Evelina, qui est morte en couches 18 mois plus tard. À l’âge de 34 ans, il a hérité d’une immense fortune, consacrant une grande partie de sa vie à la construction du Waddesdon Manor, son siège à Buckinghamshire, et à le remplir d’œuvres d’art.

La collection d’objets de la Renaissance de Baron Ferdinand, connue aujourd’hui sous le nom de legs de Waddesdon, en est un aspect. Elle était inspirée des trésors européens courtois (Schatzkammern ou Kunstkammern) formés par des dirigeants allemands et autrichiens au XVIe siècle. Aux collectionneurs du 19ème siècle, ces collections princières ont démontré le pouvoir, la richesse, la connaissance et le discernement. S’appuyant sur une collection de curiosités beaucoup moins importante héritée de son père, les achats du baron Ferdinand illustrent le renouveau d’intérêt pour l’art médiéval et de la Renaissance à l’époque victorienne.

La collection se trouvait dans le New Smoking Room de Waddesdon, toile de fond d’une scène sociale sophistiquée. Le baron Ferdinand a accueilli certaines des personnalités les plus influentes et les plus célèbres de la journée.

Mettre en évidence des objets

Le reliquaire de la sainte épine
Ce magnifique reliquaire a été réalisé à Paris vers 1400 pour présenter une épine de la couronne prétendument portée par Jésus-Christ lors de sa crucifixion.

L’épine est affichée derrière une fenêtre en cristal et est identifiée par une inscription latine qui se traduit par «Ceci est une épine de la couronne de Notre Seigneur Jésus-Christ». Il a été conçu à l’origine pour Jean, duc de Berry (1340-1416) et faisait partie du Trésor impérial de l’empereur germanique d’ici 1544. Il a été acquis par le baron Ferdinand Rothschild quelque temps après 1860.

Le bijou de lyte
Le «Lyte Jewel» est en fait un médaillon en or émaillé. La couverture, sertie de diamants, porte le monogramme royal de James VI (d’Écosse) et moi (d’Angleterre).

À l’intérieur du médaillon se trouve le portrait de James sur vélin du grand peintre miniature Nicholas Hilliard. Le bijou a été présenté par James à Thomas Lyte en remerciement de sa généalogie royale retraçant la descendance de James, à travers Banquo, de Brutus, le fondateur de la Grande-Bretagne, un cheval de Troie mythique. C’était un message politique que James utilisait pour établir sa légitimité en tant que roi de Grande-Bretagne. Le baron Ferdinand Rothschild l’a acquis en 1882.

Tabernacle en buis
Ce tabernacle miniature élaboré, sculpté dans les buis aux Pays-Bas vers 1500-1530, a été conçu comme un objet portable de dévotion privée.

D’une hauteur d’un peu plus de 22 cm, le tabernacle se situe dans un cadre architectural gothique. Il se compose de plusieurs sections qui se séparent pour révéler dans des détails étonnants des scènes de la vie et de la passion du Christ. C’est un exemple exceptionnel des œuvres d’art minutieusement détaillées et à petite échelle qui appartenaient à des nobles ou à de riches marchands d’Europe du Nord durant cette période.

La coupe Palmer
La Palmer Cup a environ 800 ans et une qualité exceptionnelle. Il a survécu grâce à sa popularité depuis sa création.

Il est constitué d’un gobelet en verre émaillé de Syrie ou d’Égypte au début des années 1200, monté sur un pied en vermeil fabriqué en France peu après. En 1893, une Mme Palmer-Morewood l’a apportée au British Museum pour identification. La conservatrice AW Franks lui a suggéré de la mettre aux enchères, où elle a été achetée par le baron Ferdinand. Les Francs avaient probablement averti le Baron dans l’espoir que cela finirait au Musée.

Automate Huntsman
Cet automate est sous la forme d’un chasseur. C’est une survivance rare des beuveries allemandes du début du 17ème siècle.

Il a été réalisé par Wolf Christoff Ritter de Nuremberg vers 1617-1620. Il conserve son mécanisme d’origine (maintenant cassé), qui l’aurait propulsé sur une table à manger sur trois roues cachées dans la base. C’est une coupe de vin: selon la coutume contemporaine, la personne devant laquelle elle s’arrêtait devait enlever la tête et boire tout le vin de la silhouette creuse.

Pendentif Hippocamp
Ce magnifique pendentif en or émaillé, émeraudes et perles, se présente sous la forme d’un hippocampe (hippocampe) avec un cavalier amérindien.

Il a probablement été fabriqué à Paris au début du XIXe siècle, mais il est inspiré de bijoux fabriqués au XVIe siècle et destinés à mettre en valeur des émeraudes vertes massives provenant des mines colombiennes du Nouveau Monde. Il est serti de 13 impressionnantes émeraudes cabochon et table et le cavalier est moulé séparément.

Gobelet en verre turquoise
Ce gobelet a été fabriqué à Venise à la fin des années 1490 à partir de verre turquoise extrêmement rare, imitant la pierre turquoise semi-précieuse.

La tige est faite d’un verre bleu plus foncé et imite le lapis-lazuli, une autre pierre prisée. Tout l’extérieur est décoré d’émail et de dorures vives. Sur le bol du verre, deux panneaux ronds présentent des paires d’amoureux richement habillés, l’un au soleil, l’autre au clair de lune. Les figures représentent probablement l’amour ou la chasteté, suggérant que le gobelet était fait pour célébrer un mariage ou des fiançailles.

La coupe Deblín
Cette coupe vénitienne éblouissante et exceptionnellement grande est fabriquée en verre sodé, ce qui la rend légère, tout en lui conférant un grand sens de la clarté.

Pour former le corps, des côtes ont été formées dans un moule avant d’être pincées pour former des pastilles. Celles-ci étaient remplies de gouttes de verre richement coloré, qui étaient ensuite dorées pour un effet de bijou. La forme de la tasse imite le travail des orfèvres de style gothique tardif, bien que sa création en verre nécessite beaucoup plus d’agilité. Son nom provient d’une inscription tchèque sur le socle grillant les seigneurs de Deblín en Moravie, près de Brno dans la République tchèque moderne.

Waddesdon Manor
Construit par le baron Ferdinand Rothschild dans les années 1870 dans le style d’un château français du XVIe siècle, le Waddesdon Manor, dans le Buckinghamshire, est aujourd’hui une propriété du National Trust, ouverte au public et gérée par la Fondation Rothschild. Ses intérieurs abritent une collection de porcelaines et de meubles français du XVIIIe siècle mondialement connus, ainsi qu’une importante collection de peintures européennes. Le nouveau fumoir de style Renaissance, la maison d’origine du legs, peut également être visité avec le reste de l’aile des célibataires.

British Museum, Londres, Royaume-Uni

Le British Museum, situé dans le quartier de Bloomsbury à Londres, au Royaume-Uni, est une institution publique consacrée à l’histoire de l’humanité, à l’art et à la culture. Sa collection permanente compte environ 8 millions d’œuvres et figure parmi les plus vastes et les plus complètes ayant existé à l’époque de l’Empire britannique et documentant l’histoire de la culture humaine depuis ses débuts jusqu’à nos jours. C’est le premier musée public national au monde.

Le British Museum a été créé en 1753, en grande partie sur la base des collections du médecin et scientifique Sir Hans Sloane. Le musée a ouvert ses portes au public le 15 janvier 1759, à Montagu House, sur le site du bâtiment actuel. Son expansion au cours des deux siècles et demi qui suivirent fut en grande partie due à l’expansion de la colonisation britannique et a abouti à la création de plusieurs institutions, la première étant le British Museum of Natural History à South Kensington en 1881 Musée d’histoire naturelle, séparé et indépendant).

En 1973, le British Library Act 1972 a détaché le département des bibliothèques du British Museum, mais il a continué à accueillir la British Library maintenant séparée dans la même salle de lecture et le même bâtiment que le musée jusqu’en 1997. Le musée est un organisme public non ministériel par le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports et, comme pour tous les autres musées nationaux du Royaume-Uni, il ne facture aucun droit d’entrée, sauf pour les expositions de prêt.

En 2013, le musée a reçu un record de 6,7 millions de visiteurs, soit une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente. Les expositions populaires telles que “La vie et la mort à Pompéi et Herculanum” et “Art de l’âge de glace” sont créditées pour avoir contribué à alimenter l’augmentation du nombre de visiteurs. Des plans ont été annoncés en septembre 2014 pour recréer l’ensemble du bâtiment ainsi que toutes les expositions du jeu vidéo Minecraft en collaboration avec des membres du public.