Le style viennois,, Vienna 1900, Museum of Applied Arts in Vienna

Le modernisme culturel de Loos était en contraste frappant avec le modernisme formel et stylistique de la Sécession, et avec lui, l’École des Arts et Métiers et la Wiener Werkstätte, à qui cet espace est consacré. Pour Loos, le modernisme est une question d’attitude et ne dépend pas du développement d’un style moderne spécifié par les artistes. Pour lui, l’idée de réunir l’art et la fonctionnalité dans un objet utilitaire était un acte sans culture.

Otto Wagner était le seul individu que Loos considérait capable de la réalisation artistique de la fonctionnalité, car Wagner n’a pas placé l’expression artistique avant l’artisanat traditionnel. Loos réagissait à la conviction des sécessionnistes, adoptée par le mouvement anglais Arts and Crafts, selon laquelle la beauté – véhiculée par la conception artistique – pouvait améliorer la vie quotidienne des gens.

Les objets exposés dans cet espace sont le résultat des efforts intenses des sécessionnistes à partir de 1897 pour créer un style autrichien distinct – qui, en vérité, est un style viennois. Il est basé sur l’art de décoration de surface d’influence japonaise de Moser, l’héritage classique de l’époque Biedermeier et l’art populaire domestique.

Ce nouveau style, présenté pour la première fois au public lors de la 8e exposition de la Sécession en 1900, a été diffusé artistiquement à travers les activités d’enseignement de Hoffmann et Moser à la School of Arts and Crafts et sa mise en œuvre par leurs élèves. La période couverte dans cette salle commence par cette rupture stylistique frappante et se termine par la Première Guerre mondiale. Presque tous les objets exposés sont d’origine artisanale et ont vu le jour sous le patronage d’une riche haute bourgeoisie largement juive, dont le Wiener Werkstätte a recruté ses clients.

Au cours de cette phase, qui a duré un peu plus de dix ans, les arts appliqués viennois ont subi un processus volatil de développement esthétique. Cela allait des premières formes provocantes géométriques et abstraites de la Wiener Werkstätte au langage du design dominé par des éléments classicistes et une culture sophistiquée de l’ornementation végétale qui a vu le jour à partir de 1906/07, et jusqu’aux créations influencées par le rococo, distinctement architectoniques de Dagobert Peche.

La bataille initiale contre l’historicisme étant gagnée, ce fut Peche qui se leva pour contester le credo original de la génération fondatrice de la Sécession concernant l’unité des arts, propageant l’émancipation de l’utilité. Ses créations portent principalement sur l’expression artistique, leur fonctionnalité étant une préoccupation secondaire. À cet égard, ils sont en fait près de rendre justice à la stricte exigence de Loos que l’art et la fonctionnalité soient séparés.

La période commençant en 1910 a vu Peche rejoint par une nouvelle génération d’architectes (Josef Frank, Oskar Wlach et Oskar Strnad), comme lui formé au Collège technique de Vienne (aujourd’hui l’Université de technologie), qui se sont mobilisés pour faire face aux changements dans les exigences de la société qui étaient devenues évidentes depuis 1900, et dont la position à l’égard du concept du Gesamtkunstwerk [œuvre d’art totale], n’était rien sinon critique.

Vienne 1900
VIENNE 1900. Design / Arts and Crafts 1890–1938 adhère à une structure largement chronologique: la première salle est dédiée à la recherche d’un style moderne; la deuxième chambre présente de près le style viennois; et la troisième salle ouvre la voie au style international. Environ 500 objets de collection sont présentés dans diverses combinaisons thématiques qui servent à mettre en lumière les aspects historiques et sociopolitiques de l’art liés au modernisme viennois.

Vibrant et collecteur: Vienne 1900 sous un nouveau jour
L’époque culturelle d’une complexité fascinante désignée par le terme «Vienne 1900» est depuis longtemps une légende. Et la production tout aussi multiforme et capitale des artisans et designers de cette période est désormais au centre d’une section de la collection permanente MAK. Au cœur de cette présentation se trouve la lutte multiforme pour arriver à un style autrichien, moderne, bourgeois et démocratique. Aujourd’hui, ce chapitre de l’histoire du design et des arts et métiers – subsumé sous les termes du sécessionnisme et du Jugendstil – sert comme aucun autre à soutenir l’identité autrichienne. Mais vers 1900, la recherche d’un style adapté traduit une crise identitaire de la classe bourgeoise. Les résultats tout à fait contradictoires de cette recherche sont liés par une caractéristique centrale de l’ère moderne: une volonté pionnière d’individualité expressive.

Le MAK invite les visiteurs à entreprendre un examen multicouche du phénomène «Vienne 1900» qui couvre trois salles. Cette section de la Collection permanente, inchangée depuis 1993, est la première à avoir été repensée. Le contenu de la présentation a été développé par Christian Witt-Dörring en collaboration avec les conservateurs des collections des musées, et le designer viennois Michael Embacher était responsable de la conception des chambres individuelles.

VIENNE 1900. Design / Arts and Crafts 1890–1938 adhère à une structure largement chronologique: la première salle est dédiée à la recherche d’un style moderne; la deuxième chambre présente de près le style viennois; et la troisième salle ouvre la voie au style international. Environ 500 objets de collection sont présentés dans diverses combinaisons thématiques qui servent à mettre en lumière les aspects historiques et sociopolitiques de l’art liés au modernisme viennois.

À plusieurs égards, la section «Vienne 1900» de la collection permanente MAK traite le modernisme viennois différemment des salles précédentes consacrées au sujet. Intégrée chronologiquement entre le dépassement de l’historicisme à la fin du XIXe siècle et la prise du pouvoir par les national-socialistes en 1938, cette nouvelle présentation facilite une compréhension historique plus large de l’époque. Il ouvre une vue sur les relations internationales, illustrant à la fois les influences de l’étranger et les développements ailleurs qui ont émergé simultanément. En outre, la présentation met en évidence les retombées formelles et / ou culturelles ainsi que les continuités: certains objets, par exemple, remontent à l’ère Biedermeier ou utilisent de manière visible des motifs de l’art populaire morave.

“Traces” du modernisme d’Europe centrale
En fait, un grand nombre de designers innovants – en plus des opposants moraves bien connus Josef Hoffmann et Adolf Loos – venaient du territoire de la République tchèque d’aujourd’hui. L’ère du modernisme viennois a donc vu la relation réciproque de longue date entre Vienne, la Bohême et la Moravie demeurer fructueuse: de nombreux architectes et designers venus à Vienne pour leur formation professionnelle ont continué à jouer un rôle important dans la diffusion du design moderne. dans leur région d’origine. Les salles de la Collection permanente sur le thème «Vienne 1900» documentent ces effets mutuels, apportant une contribution importante pour étayer une compréhension plus large du développement du modernisme d’Europe centrale.

Le MAK transmettra également cette approche en dehors de ses propres murs: avec le soutien de l’UE, le musée passera les prochaines années à développer un itinéraire culturel d’Europe centrale entre Vienne et Brno intitulé «Traces». Cet itinéraire reliera les plus bâtiments influents de l’ère moderne et comprennent également des lieux importants pour la vie intellectuelle viennoise vers 1900. Pour ce faire, le MAK utilisera sa relation de coopération avec la galerie morave du musée Josef Hoffmann (géré conjointement depuis 2006) afin de que la région culturelle de Moravie – Basse-Autriche – Vienne soit à nouveau reconnue comme une source influente d’impulsions modernistes.

Musée des arts appliqués, Vienne
Le MAK – Museum of Applied Arts est l’un des musées les plus importants du genre dans le monde. Fondé en 1863 en tant que musée impérial royal autrichien des arts et de l’industrie, le musée d’aujourd’hui, avec sa collection unique d’arts appliqués et en tant qu’adresse de premier ordre pour l’art contemporain, peut se vanter d’une identité incomparable. Créée à l’origine comme une collection source exemplaire, la collection MAK d’aujourd’hui continue de représenter une union extraordinaire d’art appliqué, de design, d’art contemporain et d’architecture.

Le MAK est un musée et laboratoire d’art appliqué à l’interface du design, de l’architecture et de l’art contemporain. Sa compétence principale est de traiter ces domaines de manière contemporaine, afin de créer de nouvelles perspectives basées sur la tradition de la maison et d’explorer les zones frontalières.

Les halls spacieux de la collection permanente dans le magnifique bâtiment Ringstraße par Heinrich von Ferstel ont ensuite été repensés par des artistes contemporains afin de présenter les points forts sélectionnés de la collection MAK. Le MAK DESIGN LAB élargit notre compréhension du design – un terme qui est traditionnellement ancré dans les 20e et 21e siècles – en incluant les siècles précédents, permettant ainsi une meilleure évaluation du concept de design aujourd’hui. Dans des expositions temporaires, le MAK présente diverses positions artistiques dans les domaines des arts appliqués, du design, de l’architecture, de l’art contemporain et des nouveaux médias, les relations mutuelles entre eux étant un thème constamment souligné.

Elle est particulièrement attachée à la reconnaissance et au positionnement correspondants de l’art appliqué. Le MAK développe de nouvelles perspectives sur sa riche collection, qui couvre différentes époques, matériaux et disciplines artistiques, et les développe avec rigueur.