Le foyer et la terrasse Toscanini, Teatro alla Scala

La décoration néoclassique et la même disposition des pièces du rez-de-chaussée ne sont pas celles prévues par Piermarini. A l’origine, après avoir franchi un étroit couloir parallèle à la façade, semblable à l’actuel, on avait accès à deux pièces oblongues. Du côté extérieur de celui de gauche se trouvait la “salle des billets”, la “salle des hommes d’affaires” avec la “salle des accords” attenante, la chambre du gardien. Du côté extérieur de celui de droite, la salle du corps de garde avec le “dressing pour l’officier” et le “café” pour les stalles. Au centre, une salle de transit où le public attendait l’arrivée des voitures. Après avoir parcouru les deux couloirs jusqu’au bout, l’un est entré dans l’atrium, ou “vestibule pour les domestiques”, oblong et peu large, et enfin,

Entre 1881 et 1884, les décorations de ces pièces ont été renouvelées suivant les conceptions ornées envisagées dans un projet de 1862 par les architectes Savoia et Pirola. Aujourd’hui, après avoir franchi le seuil de l’une des cinq portes centrales (les deux latérales donnent accès à autant de pièces plus petites obtenues dans les corps ajoutés en 1835), vous entrez dans une pièce, couverte par une voûte en berceau, tant que l’original corps saillant de la façade, très étroit et bas. De là, autant de portes mènent au foyer des stalles et des scènes. L’environnement est divisé, parallèlement à la façade, par une rangée de six hautes colonnes de marbre. Les murs sont décorés de stuc avec des pilastres qui soutiennent des frises et un entablement riche et partiellement doré. Plusieurs miroirs reflètent la lumière des lustres en cristal suspendus aux voûtes.

En bas, le grand passage central donne accès, via une courte rampe divisée en deux colonnes, aux stalles. A droite et à gauche, deux paires d’ouvertures plus petites mènent par quelques marches aux couloirs des caisses (les centrales) et aux armoires des stalles (les latérales). Dans les parois latérales de l’atrium, quatre portes s’ouvrent: la première communique respectivement à droite et à gauche avec le buffet des spectateurs du public et avec la librairie, tandis que la seconde avec les «escaliers miroirs» qui donnent un accès direct aux la réduction des scènes et des galeries.

La façade
Les éléments architecturaux caractéristiques sont le tympan, les pilastres et les demi-colonnes visibles lorsque le théâtre se tenait sur une rue longue et étroite, puis, après la construction de la place en face, ils deviennent moins évidents, car la perspective angulaire cède la place à le point de vue central. Avec porche et terrasse en saillie, le théâtre est une construction fonctionnelle avec un hémicycle interne pour la diffusion des sons. Les caractéristiques stylistiques de Piermarini peuvent être résumées dans la sobriété de la structure et des éléments décoratifs utilisés avec des relations modulaires.

La façade principale est la partie du théâtre qui a subi le moins de changements par rapport au projet d’origine. Le seul ajout est celui des deux petits corps latéraux surmontés de terrasses (1835) qui, s’ils altèrent légèrement la vision latérale en cassant le scan des trois volumes différents de la façade, sauvent la perception frontale. L’aspect le plus innovant du projet est certainement la galerie que l’architecte place devant les entrées du théâtre. Une fois il fut possible, grâce à cette disposition, d’arriver à quelques mètres de l’entrée, et à l’abri, avec la calèche. Les sols sont marqués par des corniches et par les différents revêtements muraux. Au rez-de-chaussée et mezzanine, sur une base rustiquée, même des arceaux aveugles s’ouvrent, plâtrés aussi légers que les surfaces des étages supérieurs. À l’origine, il n’y avait que deux portes d’accès au théâtre, en correspondance avec les arcs latéraux de la galerie. Dans les cinq autres ouvertures, cependant, autant de fenêtres se sont ouvertes. Aujourd’hui, chaque arc a une porte surmontée des fenêtres cintrées de la mezzanine. En correspondance des piliers des arcs coule un parcours de blocs plus saillants. La saillie est également la pierre de taille.

Au-dessus de la galerie et des corps ajoutés par Pestagalli, un parapet de balustrade, dont le dessin est également repris comme base pour les demi-colonnes et les pilastres corinthiens qui rythment les différents volumes du premier étage. Sur la terrasse, au milieu des quatre paires de demi-colonnes, trois portes à pignon s’ouvrent. Sur le mur du volume intermédiaire et sur les terrasses latérales, il y a quatre autres lumières, toujours décorées de pignons triangulaires, deux à droite et deux à gauche. Dans les capitales, une frise cassée en festons de stuc. Au-dessus est un entablement important sur lequel reposent les bases des bas pilastres et les cadres des ouvertures des galeries réduites d’aujourd’hui.

La perspective, en correspondance avec la galerie de voitures, est couronnée par un tympan décoré, toujours sur un dessin de Piermarini, en bas-relief en stuc de Giuseppe Franchi. Le sujet est l’allégorie du char du Soleil chassé par la nuit (dit ailleurs le char d’Apollon ou de Phaéton). Des deux côtés une balustrade interrompue, en correspondance avec les pilastres sous-jacents, par des parapets aveugles ornés de vases flammés.

Le granit bavarois, de couleur gris-rose, a été choisi pour la pierre de taille; pour les parapets, le socle du premier étage, les pilastres, les colonnes, l’entablement qui les traverse, les pignons de toutes les fenêtres et la charpente du grand pignon triangulaire, la pierre Viggiù, un grès couleur paille, et la pierre de poule.

L’architecte a conçu la façade principale pour une vue raccourcie, car le théâtre était à l’origine situé dans un quartier relativement étroit. La vue frontale et l’effet curieux du tympan surmonté de tuiles ont été rendus possibles après l’ouverture de la Piazza della Scala en 1857.

Terrasse et restauration
En mai 2002, le projet de rénovation a été présenté, désormais non ajournable: même sans tenir compte des difficultés logistiques des coulisses, le théâtre fonctionnait depuis près de dix ans en dérogation aux règles de sécurité en matière de prévention des incendies et des accidents. Le projet est en fait déjà annoncé dans les années 90, mais ne se concrétise qu’au début de la décennie suivante. Deux voies étaient possibles: la simple mise en œuvre de la structure et l’entretien de la structure restituée par la restauration de 1947, ou la reconstruction plus ambitieuse de la scène et des autres salles utilisées par les artistes, afin de garantir une mise en valeur de la machine de scène. La seconde a été choisie et la décision n’a pas été sans critique:

La machine scénique et le projet architectural
Le projet de machine scénique a été confié à Franco Malgrande, l’architecte Mario Botta, qui a succédé à Giuliano Parmegiani, a plutôt signé le projet de la tour panoramique, de la tour elliptique et des aires de service logées dans les bâtiments derrière le Casino Ricordi, via Filodrammatici .

Dès le début des travaux, des difficultés sont apparues: la position centrale du théâtre a empêché toute dépendance vis-à-vis de l’espace qui l’entoure et a nécessité une planification minutieuse, une coordination particulière et un suivi de la sécurité. Les quatre cents travailleurs et divers techniciens ont donc opéré dans l’enceinte de travail limitée, dont 120 000 m³ de gravats ont été évacués en au moins 10 000 déplacements des véhicules de travail.

Les choix de Botta ont également fait l’objet de vifs débats, notamment en ce qui concerne l’impact esthétique des deux nouveaux volumes massifs (les tours scéniques et elliptiques).

La tour panoramique s’élève derrière les tourelles de l’ancien système anti-incendie, en ligne avec l’axe de la façade. Le revêtement est en dalles de marbre Botticino disposées en triples rangées de plus grands cours entrecoupés de listes plus minces. Parmi ces derniers, différentes LED évoquent la présence de la tour la nuit. La hauteur de la nouvelle tour de scène coïncide avec la précédente et, comme l’a dit l’architecte, les nouveaux volumes sont en retrait “avec la double intention de mettre en valeur les façades historiques dans la relation” figurative “avec le tissu urbain et d’offrir, au-dessus de toitures existantes, un langage abstrait pour les nouveaux bâtiments afin de séparer et mettre en valeur les différentes périodes historiques ».

En fait, il a été décidé de retirer la façade est de la tour de quelques mètres, afin de pouvoir rouvrir les lumières obscurcies avec la construction de l’ancien mur contre la tour de scène et le système de tirs et contrepoids qui y sont attachés . Dans cet espace, une série de sentiers ont maintenant été créés derrière la façade de la Via Verdi, qui vous permettent de rouvrir les fenêtres et de donner vie à la façade historique. La façade nord, en face de la Piazza della Scala, est plutôt sillonnée de profondes gravures de fenêtres, ouvertes pour éclairer les quatre salles de répétition situées au-dessus des coulisses. Cette façade est complétée par deux évidements plus profonds et plus larges, en correspondance des deux corps d’escalier, et par le système d’ouvertures du corps de cabine d’essayage qui relie la tour elliptique à la tour arrière.

L’intervention avait également pour objet l’intérieur des bâtiments du XIXe siècle de la via dei Filodrammatici, l’ancien casino royal, reconstruit à partir des fondations, en ne gardant que les façades et en uniformisant les toits en pente. A la place des deux cours précédentes, un seul espace s’ouvre aujourd’hui entre le côté de l’immeuble Piermarin et le côté rue, dominé par les salles de la surintendance et la direction artistique. La petite cour, qui se développe parallèlement au portique de la via Filodrammatici, est dominée par le surplomb du corps elliptique qui s’élève de cinq étages plus haut. Une seule ouverture verticale s’ouvre sous le surplomb, éclairant le palier des escaliers et des ascenseurs qui désengagent les bureaux des étages inférieurs des vestiaires des artistes et du personnel.

Parallèlement à l’axe du projet Piermarinien, en effet, il y a un nouveau volume plan elliptique accueillant les loges des artistes. Le revers important et l’absence d’un vrai front visent précisément à souligner le détachement des façades historiques du Casino Ricordi et des autres bâtiments. La présence de la tour elliptique apparaît encore plus discrète grâce aux éléments verticaux en botticino, qui “la font vibrer dans le jeu de lumière et d’ombre créé par le soleil, dématérialisant ses surfaces”.

Botta a voulu souligner qu’à l’époque de Piermarini, le bloc était enfermé entre des rues étroites. La profondeur offerte à nos yeux est due à la démolition, en 1858, des bâtiments donnant sur via Manzoni, une condition urbaine inconnue de l’architecte de Foligno et qui justifie la construction des nouveaux volumes. Cette profondeur permet, selon l’architecte suisse, de comprendre les différentes langues qui vont du XVIIIe siècle à nos jours au sein du plus grand complexe architectural.

Les œuvres ont donc optimisé les environnements de service et conféré au théâtre l’une des machines scéniques les plus complexes et les plus polyvalentes jamais conçues, malgré des interventions résolument invasives contre les anciennes structures scéniques et la petite échelle, qui ont été perdues à jamais.

Teatro alla Scala
La Scala est un opéra à Milan, en Italie. Le théâtre a été inauguré le 3 août 1778 et était à l’origine connu sous le nom de Nuovo Regio Ducale Teatro alla Scala (nouveau théâtre royal-ducal alla Scala). La première représentation était Europa riconosciuta d’Antonio Salieri.

La Scala a accueilli la plupart des plus grands artistes lyriques italiens et bon nombre des meilleurs chanteurs du monde. Le théâtre est considéré comme l’un des principaux théâtres d’opéra et de ballet au monde et abrite le choeur du théâtre La Scala, le ballet du théâtre La Scala et l’orchestre de la Scala. Le théâtre a également une école associée, connue sous le nom de La Scala Theatre Academy (italien: Accademia Teatro alla Scala), qui offre une formation professionnelle en musique, danse, artisanat et gestion de scène.

Le théâtre La Scala a été fondé en 1778 et est rapidement devenu la maison des grands compositeurs italiens: Rossini, Bellini, Donizetti, Verdi et Puccini ne sont que quelques-uns des musiciens qui ont présenté les premières de leurs opéras ici.

Au XXe siècle, le prestige de La Scala était assuré par de grands chefs d’orchestre. Après Toscanini, des maîtres comme Victor de Sabata, Gianandrea Gavazzeni, Claudio Abbado, Riccardo Muti, Daniel Barenboim et aujourd’hui Riccardo Chailly préservent et enrichissent la tradition. La scène Scala a vu briller les stars de Maria Callas et Renata Tebaldi, Luciano Pavarotti et Placido Domingo, suivies aujourd’hui par Anna Netrebko, Diana Damrau, Juan Diego Florez et Francesco Meli.

À La Scala, Carla Fracci et Rudolf Noureev, Alessandra Ferri et Roberto Bolle ont dansé. Les productions de La Scala ont été conçues par des metteurs en scène tels que Giorgio Strehler et Luca Ronconi, Bob Wilson et Robert Carsen, tandis que des designers tels que Yves Saint Laurent, Gianni Versace, Karl Lagerfeld et Giorgio Armani ont conçu les costumes.

La saison d’ouverture de La Scala est la soirée d’opéra la plus célèbre au monde, diffusée sur tous les continents et célébrée par un festival qui remplit les rues de Milan pendant des semaines. Les tournées de La Scala ont touché les cinq continents et sont l’ambassadeur le plus efficace de la culture italienne au monde. La Scala attend aujourd’hui la reprise de ses activités: en 2019, elle a accueilli un public de plus de 400 000 personnes.