Les étapes, Teatro alla Scala

Piermarini, en concevant la Scala, s’est inspiré du théâtre de la cour du Palais Royal de Caserte de Vanvitelli et du Théâtre San Carlo de Naples. La pièce a la forme d’un fer à cheval orné de décorations néoclassiques. .

Jusqu’au bombardement de 1943, la structure d’origine de la voûte avait été préservée, consistant en une épaisse couche de plâtre pressée sur des “tiges”, des bandes d’environ cinq centimètres de large obtenues à partir de ronds de châtaigniers pas complètement séchés et laissées à macérer dans l’eau, clouées à nervures en bois de peuplier. Ceux-ci étaient à leur tour suspendus par de minces tirants en bois sur les chevrons reposant sur les grandes fermes placées à l’appui des pentes du toit. Ce système, presque un faux plafond, a en quelque sorte été repris dans le Teatro degli Arcimboldi, où le plafond que le spectateur voit est en fait composé de panneaux réfléchissants face au public et d’insonorisation face à l’orchestre.

La simple voûte de la salle était plâtrée, ainsi que les murs des quatre niveaux de caissons et des quatre grandes colonnes qui renferment les caissons de l’avant-scène. La salle est apparue à l’origine d’une manière très différente de ce que nous voyons aujourd’hui: il y a eu de nombreuses interventions, dont celle organisée par Luigi Canonica (1808) et celle du scénographe Alessandro Sanquirico (1830), toujours admirable dans son ensemble aujourd’hui.

L’avant-scène mesure 16 x 12 mètres (identique à celle du théâtre Arcimboldi, qui a en fait été construit de telle manière que les scènes puissent passer d’un théâtre à l’autre). Le rideau en toile peinte d’origine qui s’ouvrait à la goutte a été remplacé par celui actuel en velours cramoisi, avec une ouverture impériale, richement décorée de broderies dorées. Dans la partie supérieure se trouve les armoiries de la municipalité de Milan. Au-dessus de la scène, une horloge indiquant l’heure (chiffre romain) et les minutes (chiffres arabes, marqués à cinq minutes d’intervalle) est soutenue par deux grandes figures féminines en bas-relief.

La scène, à l’origine en planches de peuplier sillonnée par les guides pour les panneaux mobiles des scènes, avait des dimensions considérables (plus de trente mètres de long et presque vingt-six de large) et une fois prolongée dans la salle au-delà de la scène, dans l’espace maintenant occupé par la fosse d’orchestre. Selon le projet initial, il aurait dû avoir non pas six mais sept travées, réduites lors de la construction en raison des difficultés à acquérir les terrains nécessaires. De longs balcons permettaient aux conducteurs de train de manœuvrer les scènes.

L’orchestre a joué jusqu’au début du XXe siècle au même niveau que les stalles, dont il a été séparé grâce à une “pente assata” qui a pu être enlevée à l’occasion des soirées dansantes. La fosse actuelle a été construite au début du XXe siècle.

Les couleurs dominantes de la décoration actuelle sont l’or et l’ivoire. Les décorations, médaillons et motifs floraux et zoomorphes sont en papier mâché doré appliqué sur le bois laqué ivoire des parapets. Les colonnes qui séparent un étage de l’autre sont légèrement en arrière et les murs eux-mêmes des étages individuels sont orientés de manière à permettre une meilleure vue même des étages plus latéraux. Les tapisseries sur les murs ont été uniformisées en damassé cramoisi. L’aspect des stalles des deux galeries est complètement similaire. Même la deuxième galerie actuelle, dans le projet de Piermarini conçu comme la seule galerie, offrait la vue d’une manière identique aux cinq ordres de boîtes sous-jacentes, mais en réalité elle avait un plafond voûté.

De la voûte, décorée en grisaille, pend le grand lustre offert par les maîtres verriers de Murano après la Seconde Guerre mondiale.

Scènes et galeries
Les six niveaux sont désormais organisés en quatre niveaux de boîtes et deux galeries. Les trois premiers ordres ont trente-six cases, dix-huit à droite et dix-huit à gauche, numérotées par ordre croissant à partir de la scène; la quatrième commande en compte au contraire trente-neuf, puisque trois cases occupent l’espace qui dans les commandes ci-dessous est réservé à la scène royale. Des deux côtés du proscenium, il y a quatre autres boîtes de proscenium, correspondant aux quatre premiers ordres.

Les scènes et les coulisses étaient autrefois décorées par les propriétaires individuels avec des tapisseries de différentes couleurs, des tapis, des meubles, des miroirs et des chaises de leur choix. Sur la base d’un inventaire de 1790, nous connaissons le tissu principalement choisi pour les murs des boîtes, une «toile de Vienne, avec un fond rayé blanc, rouge, bleu clair, sur lequel des branches sont éparpillées ou entrelacées ou enveloppées d’imagination Compositions chinoises; la tendance classique est représentée par des tapisseries “mosaïques” ». Il a été décidé que seules les couleurs et la tendance des cantonnières devraient être uniformes, de couleur rouge et, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, de manière à isoler complètement la scène de la salle.

A l’occasion des rénovations de 1830, il fut décidé, sur les conseils de Sanquirico, d’adopter une nouvelle couleur et un nouveau style, comme décrit dans une lettre du 6 août de cette même année: «un seul pli au milieu et deux côté queue, d’une seule couleur, le bleu ». Le modèle des nouveaux rideaux, à reproduire par les propriétaires des scènes individuelles, a été installé sur la scène utilisée par le commandement militaire de l’IR (numéro 16 du premier ordre) et, pour les scènes du proscenium, dans celle du gouverneur, Comte François de Hartin. En 1838, la dorure, la draperie et la restauration des décorations ont été renouvelées, mais, comme on peut le déduire d’une lettre de Franz Liszt (qui a tenu deux concerts de piano en février 1838 et un en septembre), les rideaux n’ont pas changé de couleur.

En 1844, toutes les tentures du théâtre devinrent “cédrone”, d’un vert éclatant, à l’exception de la scène royale, dont la couleur rouge cramoisie prédominante fut choisie comme signe traditionnel du pouvoir.

L’une des transformations importantes qui ont suivi l’institution du corps autonome a été l’uniformisation de la décoration des boîtes. La tâche a été confiée en 1928 à l’architecte Giordani, qui a décidé de les recouvrir uniformément d’un damassé de soie rouge à décor de style empire. Les rideaux redeviennent cramoisis, finis de gouttes dorées et de pommes de pin. En 1988, les damas de soie ont été remplacés par un tissu de conception assez similaire, mais en fibre synthétique ignifuge. Lors des derniers travaux de restauration, du damassé de soie, toujours de couleur rouge, a de nouveau été posé entre le rubis et l’ancien grenat.

Escaliers et couloirs
Un système complexe d’escaliers à plusieurs volées (appelés “tenailles”) relie le foyer aux couloirs d’accès aux scènes. Dans les trois premiers ordres, les couloirs des étages droit et gauche ne communiquent pas en raison du volume de l’étage royal, auquel on accède depuis le second ordre par un grand vestibule. Dans les couloirs ouvrent à la fois les portes des vestiaires, désormais utilisés comme garde-robe pour les spectateurs des scènes individuelles, et celles pour accéder aux scènes. Une fois franchie cette première porte en bois laqué, pour accéder à la pièce il faut ouvrir une seconde porte recouverte de velours.

La couleur dominante des murs des couloirs et des escaliers est jaune / orange, tandis que les plinthes sont noires. Sur les murs de l’escalier au premier ordre, cependant, le marmorino est gris-vert avec la bande verticale près du couloir jaune, en continuité avec la couleur des murs de cet étage. Les sols des scènes sont désormais en terre cuite, le même matériau que Piermarini envisagé, les couloirs et les paliers des escaliers sont plutôt en terrasse vénitienne.

La galerie unique d’origine était reliée au vestibule des domestiques par deux escaliers en colimaçon. Les spectateurs avec des billets de galerie entrent aujourd’hui par l’entrée du Musée du Théâtre, à Largo Ghiringhelli. Dans l’espace occupé aux étages inférieurs par les vestiaires, les armoires sont situées en correspondance des deux galeries, un peu à la différence de celles des stalles. La conception des rampes reliant les deux étages supérieurs, qui ont été repensées au cours du XXe siècle, est différente.

Réduit
Il y a aujourd’hui deux réductions. Le premier, correspondant au troisième niveau de loges, est destiné aux spectateurs des loges. La seconde, ouverte en 1958 à l’endroit autrefois utilisé comme “salle des poêles”, est destinée à celles des deux galeries. L’apparence de ces deux environnements a été modifiée plusieurs fois au fil des ans. A l’origine, les braises étaient produites dans la salle qui abrite actuellement la galerie réduite à placer dans des braseros spéciaux situés dans les différentes salles du théâtre.

La décoration actuelle du premier réduit, du nom d’Arturo Toscanini, remonte à l’intervention de Luigi Lorenzo Secchi (1936). La première pièce accessible depuis le couloir du troisième ordre, étroite et très allongée, agit presque comme une antichambre du plus grand hall, correspondant à la zone corporelle en saillie. Pour les diviser un mur dans lequel se trouve un grand passage soutenu par quatre colonnes de marbre et deux passages mineurs, à droite et à gauche, qui donnent accès à autant de salles plus petites, abritant les buffets. Les murs des quatre chambres sont décorés de miroirs, de frises et de pilastres avec des chapiteaux corinthiens dorés en stuc. Au-dessus de celui-ci se trouve l’entablement, très important dans les deux pièces principales, moins visible dans les deux buffets. Trois portes-fenêtres et deux fenêtres s’ouvrent du salon vers la Piazza della Scala, une fenêtre lumineuse pour chacune des deux petites pièces. Trois grands lustres en cristal pendent de la voûte de la salle et autant, plus petits, illuminent le couloir. La salle est décorée de bustes de compositeurs (Giacomo Puccini, Pietro Mascagni, Umberto Giordano), de musiciens (Arturo Toscanini, l’œuvre d’Adolfo Wildt) et de chefs de théâtre, en marbre ou en bronze de l’après-guerre. La tapisserie d’ameublement des fauteuils et des canapés est faite avec la même soie jaune utilisée pour les rideaux. en marbre ou en bronze de l’après-guerre. La tapisserie d’ameublement des fauteuils et des canapés est faite avec la même soie jaune utilisée pour les rideaux. en marbre ou en bronze de l’après-guerre. La tapisserie d’ameublement des fauteuils et des canapés est faite avec la même soie jaune utilisée pour les rideaux.

La disposition des pièces est la même dans la partie supérieure inférieure, accessible depuis la deuxième galerie. Seule la hauteur des voûtes est plus basse et la décoration est plus discrète.

Restauration
L’intervention conservatrice qui concernait la partie monumentale était tout aussi importante. Une fois le nettoyage de la façade du théâtre achevé à la fin des années 1990, les travaux de rénovation ont été réalisés de 2002 à 2004 en même temps que la restauration de la zone monumentale, organisée par Elisabetta Fabbri.

La première étape a été l’acquisition de toutes les informations historiques, matérielles et dimensionnelles nécessaires. Trois axes d’intervention ont été reconnus: la salle de théâtre (comprenant, outre les stalles et les scènes, les couloirs, les escaliers et les vestiaires des coulisses), le foyer et les foyers, et enfin les salles accueillant le Théâtre Musée. Alors que pour ces derniers domaines, nous pouvons parler d ‘”entretien extraordinaire”, plutôt que de “restauration conservatrice” (les plantes déjà construites au XXe siècle ont été exploitées, convenablement révisées et les matériaux remplacés, tels que les planchers en bois et les tapisseries, maintenant usés) , l’intervention dans la salle de théâtre était plus complexe.

En particulier, un nouveau câblage des étages a été réalisé, avec la révision des systèmes électriques et de la climatisation. En ce qui concerne l’ajustement structurel, des mesures ont été prises pour lier les poutres en bois des caissons et les renforts avec des injections de résines spéciales dans les voûtes de maçonnerie. L’intervention sur les revêtements muraux a également été complexe. Grâce à des enquêtes minutieuses, il a été partiellement possible de mettre en évidence le plâtre d’imitation marbre d’origine, bien conservé sur les murs des deux premiers ordres. Aux étages supérieurs et dans la sous-plaque, un nouveau marmorino a été créé.

Jusqu’à la récente restauration, le sol des stalles, en plus de celui des escaliers et des couloirs, était recouvert de moquette. Au lieu de cela, une couche de linoléum avait été posée sur les scènes. Les stalles ont maintenant été pavées de bois apparent, disposées en couches spéciales afin d’améliorer l’acoustique. Le revêtement de sol en carreaux de terre cuite, déjà prévu par Piermarini, a été récupéré dans les loges et les dressings, tandis que dans les couloirs le semis de marbre ou terrazzo vénitien a été restauré.

Teatro alla Scala
La Scala est un opéra à Milan, en Italie. Le théâtre a été inauguré le 3 août 1778 et était à l’origine connu sous le nom de Nuovo Regio Ducale Teatro alla Scala (nouveau théâtre royal-ducal alla Scala). La première représentation était Europa riconosciuta d’Antonio Salieri.

La Scala a accueilli la plupart des plus grands artistes lyriques italiens et bon nombre des meilleurs chanteurs du monde. Le théâtre est considéré comme l’un des principaux théâtres d’opéra et de ballet au monde et abrite le choeur du théâtre La Scala, le ballet du théâtre La Scala et l’orchestre de la Scala. Le théâtre a également une école associée, connue sous le nom de La Scala Theatre Academy (italien: Accademia Teatro alla Scala), qui offre une formation professionnelle en musique, danse, artisanat et gestion de scène.

Le théâtre La Scala a été fondé en 1778 et est rapidement devenu la maison des grands compositeurs italiens: Rossini, Bellini, Donizetti, Verdi et Puccini ne sont que quelques-uns des musiciens qui ont présenté les premières de leurs opéras ici.

Au XXe siècle, le prestige de La Scala était assuré par de grands chefs d’orchestre. Après Toscanini, des maîtres comme Victor de Sabata, Gianandrea Gavazzeni, Claudio Abbado, Riccardo Muti, Daniel Barenboim et aujourd’hui Riccardo Chailly préservent et enrichissent la tradition. La scène Scala a vu briller les stars de Maria Callas et Renata Tebaldi, Luciano Pavarotti et Placido Domingo, suivies aujourd’hui par Anna Netrebko, Diana Damrau, Juan Diego Florez et Francesco Meli.

À La Scala, Carla Fracci et Rudolf Noureev, Alessandra Ferri et Roberto Bolle ont dansé. Les productions de La Scala ont été conçues par des metteurs en scène tels que Giorgio Strehler et Luca Ronconi, Bob Wilson et Robert Carsen, tandis que des designers tels que Yves Saint Laurent, Gianni Versace, Karl Lagerfeld et Giorgio Armani ont conçu les costumes.

La saison d’ouverture de La Scala est la soirée d’opéra la plus célèbre au monde, diffusée sur tous les continents et célébrée par un festival qui remplit les rues de Milan pendant des semaines. Les tournées de La Scala ont touché les cinq continents et sont l’ambassadeur le plus efficace de la culture italienne dans le monde. La Scala attend aujourd’hui la reprise de ses activités: en 2019, elle a accueilli un public de plus de 400 000 personnes.