L’espace principal, Palau de Maricel

Le rez-de-chaussée de Maricel de Terra abrite la zone de service, avec un accès direct depuis Carrer de Fonollar. Jusqu’à onze portes s’ouvraient sur cette rue et donnaient accès aux dépendances du palais. Aujourd’hui, il est prévu de consacrer une partie de ces zones de service au centre d’interprétation du Modernisme.

Au premier étage, une petite porte mène directement au patio de la maison de Miquel Utrillo. De cette façon, le contrôle a été assuré sur le bâtiment Maricel de Terra. Cette porte provenait du sanctuaire d’El Tallat, situé dans les montagnes du même nom, qui appartenait au monastère cistercien de Santa Maria de Poblet et se tenait près du couvent de Vallbona de les Monges.

Le hall d’entrée
La première salle que nous trouvons avant d’entrer dans le Golden Hall est connue sous le nom d’avantsala et sert de réception aux visiteurs. Il expose une collection de pièces en émail très intéressantes. En fait, ce que nous voyons sont des reproductions que le Conseil des musées de Barcelone a commandées pour leur musée des reproductions artistiques. Au XIXe siècle, à la suite des expositions des industries artistiques, un grand intérêt est suscité par les arts somptueux ou les arts de l’objet. Partout en Europe, des musées de reproduction ont été créés pour présenter au public des chefs-d’œuvre du passé.

En juin 1936, le Conseil décide d’apporter les collections de porcelaine, céramique, émail et verre au Palau Maricel (aujourd’hui au Maricel de Mar) pour y être exposé.

Certaines œuvres sont signées par certains des plus grands artistes de l’époque, comme Théophile Soyer (Paris et Genève) avec Afrodita amb amorets (Aphrodite aux cupidons) et Ernest Blancher. Tous ne sont pas des copies, car on trouve également des originaux réalisés à partir d’œuvres d’autres disciplines artistiques, comme les portraits de Rafael. Les autres coffres viennois à tiroirs qui datent du 19e siècle sont d’autres pièces particulièrement intéressantes. Parmi les pièces en émail, les plus importantes sont celles de la néo-renaissance, apparemment de Pierre Gobert, bien que cette mission reste à confirmer.

La salle dorée
Le 18 octobre 1915, quatre ans après l’ouverture de la salle gothique du Maricel de Terra, la grande salle de banquet, connue sous le nom de salle dorée en raison de sa décoration exubérante, a été inaugurée.

Le menuisier Joan Marsal était responsable de la décoration néo-baroque de ces pièces. Utrillo lui-même a déclaré que Marsal avait parfaitement compris qu’il ne fallait jamais copier, mais plutôt créer de nouvelles œuvres inspirées des styles choisis.

Au moment de l’inauguration, en mettant l’accent sur la décoration de la salle, nous pourrions mettre en évidence la riche façade de Tolède, le drapeau de la Guilde des forgerons et serruriers de Barcelone, la grande cheminée de Jaca, les retables gothiques et les pièces chinoises.

Aujourd’hui, maintenant que la collection Deering a été supprimée, nous pouvons envisager d’autres œuvres d’art, dont beaucoup sont des reproductions. Le David de Donatello et des fragments de mosaïques byzantines de Ravenne qui représentent l’empereur Justinien et son épouse Theodora sont tous des copies de haute qualité.

En revanche, les meubles, contrairement aux copies d’art, sont des versions très libres qui constituent probablement le fruit de l’imagination de leurs créateurs plutôt que des copies archéologiques. Ici, nous trouvons une stalle de choeur, des lavabos, des bureaux, des tables, etc.

La salle de la chapelle
La salle de la Chapelle présente la collection de céramiques, également du Musée des reproductions artistiques. Ici, nous pouvons envisager des reproductions en céramique de Manises, Paterna et Talavera, entre autres.

Au centre de la salle se trouve la reproduction gratuite d’un retable baroque dont la niche centrale présente une sculpture de Notre-Dame du Cœur. L’original est le seul vestige conservé du retable gothique tardif de l’église de Santa Maria de Montblanc.

Le fait que la pièce figurait parmi les œuvres présentées à l’Exposition universelle de 1929 et que dans les anciennes photographies de la chapelle nous manquons l’image de la Vierge Marie suggère que l’exemplaire de Maricel pourrait provenir du Musée des reproductions artistiques plutôt que de la collection Charles Deering, comme on le pensait précédemment.

La salle bleue
Il était orné de peintures chinoises anciennes, d’une statue bouddhiste cinghalaise Wei To et d’une abondance de tissus impériaux du XIXe siècle, de pièces centrales en jade et de séparateurs de pièce laqués, dont l’un comporte douze panneaux.

Pendant longtemps, elle était connue sous le nom de salle du retable en raison de la collection Charles Deering qui y était hébergée.

Maintenant, nous pouvons contempler toute une série de reproductions photographiques du Palais Maricel, grâce auxquelles nous pouvons rappeler la splendeur de ce bâtiment à l’époque de Charles Deering. On peut également admirer un petit orgue qui a été ramené du Palau Güell de Barcelone, celui-ci ayant été son emplacement d’origine.

Aujourd’hui, la salle sert de lieu de cours, conférences, séminaires, réunions, expositions, ateliers et autres événements.

Collection des reproductions du musée
Après l’ouverture du Palais Maricel en tant que musée en tant que section du Musée Cau Ferrat, le Conseil du Musée contribue, en plus de sa propre collection de fer forgé, une partie des Reproductions du Musée, inaugurées dans l’ancien Palais de l’Industrie de Barcelone en 1891 et plus tard fusionné avec le Musée d’art décoratif et d’archéologie de Barcelone. Ces reproductions d’œuvres d’art de qualité sont destinées à l’éducation artistique universelle.

En juin 1936, le Conseil a décidé de prendre des collections de porcelaine, céramique, émaux, verre, sculpture, mobilier et mosaïque au Palais Maricel. Certaines œuvres sont signées par certains des meilleurs artistes tels que Teòfil Soyer (Paris et Genève) avec “Aphrodite aux cupidons” et par Ernest Blancher. Il met également en valeur les cofrets à tiroirs qui viennent de Vienne et datent du XIXe siècle. Ce ne sont pas tous des copies, il y a aussi des originaux réalisés dans d’autres disciplines artistiques, comme les portraits de Rafael, signés par ces artistes.

Ce qui suit pour une partie des reproductions du musée, entre autres, la Vierge dans la chapelle du palais Maricel, la statue de Peter el Ceremoniós, également appelé Saint. Charlemagne, dont l’original se trouve au Musée de la cathédrale de Gérone; des fragments de mosaïques byzantines de Ravenne représentant l’empereur Justinien et son épouse Théodora; Buste de Sénèque, dont une copie est conservée au musée archéologique de Naples, ainsi que des copies d’autres portraits sculpturaux romains, comme l’empereur Tibère; des copies d’artistes italiens tels que Lorenzetti, Giotto, Luca della Robbia ou David de Donatello. Il convient de noter la présence d’objets en verre qui décrivent l’histoire du verre, avec des objets soufflés à Murano et les meilleurs ateliers verriers allemands au début des années quatre-vingt du XIXe siècle.

Palau de Maricel, Sitges, Espagne
Le Palais Maricel est l’un des bâtiments les plus emblématiques de Sitges. Faisant partie de l’ensemble artistique de Maricel, reçoit également le nom de Maricel de Terra en tant que différenciation du musée également connu sous le nom de Maricel de Mar.

La salle d’or, la salle bleue, la salle de la chapelle, la salle du navire, les terrasses ou le cloître, bénéficiant d’une vue splendide sur la Méditerranée, sont les principaux espaces qui composent le palais. Avec un style nettement “Noucentista”, les différentes chambres se distinguent par un décor unique soulignant son caractère.

Les Palaos ont actuellement une triple fonction: premièrement, en tant que lieu qui accueille des événements institutionnels et culturels très importants de la plus haute importance dans la vie civique et culturelle de Sitges, tels que des concerts, des conférences ou des présentations. Deuxièmement, certaines zones accueillent des événements d’organisations et d’entreprises qui louent son usage, ainsi que des mariages civils. Enfin, les salles, la terrasse et le cloître sont accessibles par des visites guidées que les musées de Sitges organisent tous les dimanches. Pendant les mois d’été, le programme des visites s’étend pour inclure des concerts et dîners castanet sous la pleine lune sur leurs magnifiques terrasses.

La majestueuse salle d’or est l’espace utilisé par les musées de Sitges pour organiser différentes sessions académiques, telles que le séminaire sur le marché de l’art, les collections et les musées, la journée d’archéologie de Sitges et le symposium international sur le noucentisme. Ce même domaine a connu une longue liste d’événements sociaux et culturels importants, tels que la réunion des intellectuels catalans et espagnols promue par le gouvernement catalan en 1981 et divers cours de l’Université Menéndez Pelayo, entre autres.