Les chambres baroques, Madama Palace

Au premier étage, à l’intérieur des pièces baroques où vivait Madame Reali, les arts des XVIIe et XVIIIe siècles, avec la galerie de tableaux, le mobilier de Piffetti et Prinotto et les somptueuses décorations des pièces.

L’escalier monumental de la Juvarra, le parcours archéologique de la Cour médiévale, les somptueuses pièces baroques du rez-de-chaussée où se trouvaient les appartements des deux Madames royales (Cristina de France et Maria Giovanna Battista Savoia de Nemours), et le Salone del Sénat qui a accueilli les œuvres des chambres au lendemain de l’unification de l’Italie, entièrement restaurées et améliorées sur le plan historique-artistique et fonctionnel et avec une nouvelle présentation des collections du musée, vastes et hétérogènes, que le Palazzo Madama accueille depuis 1934 .

L’enquête architecturale du bâtiment, réalisée avec les technologies de l’information modernes, et l’enquête archéologique ont suivi. une intense campagne d’essais stratigraphiques sur les surfaces décorées et les stucs; l’étude des artefacts du bâtiment et de multiples enquêtes historiques et archivistiques, qui ont impliqué plus de 40 collaborateurs scientifiques et qui ont clarifié, en partie, l’évolution de la construction et de l’utilisation du Palais et les fonctions des salles à différentes époques.

Les murs, les voûtes et les structures décoratives du bâtiment ont été restaurés, en particulier ceux qui contribuent à définir sa face baroque (du plâtre aux décorations en stuc, des boiseries aux objets en pierre et en verre, de la porte d’entrée aux sols). , des miroirs aux fresques), mettant en lumière des couleurs et des décors originaux, parfois complètement cachés: comme dans le cas de la façade et de l’escalier juvarrien, où la décoration scénographique voulue par le grand architecte est apparue, ou quant à la récupération décor du XIXe siècle dans les registres supérieurs des murs et dans la voûte de la salle du Sénat.

Parallèlement à tout cela, l’adaptation fonctionnelle des espaces et une restauration globale et systématique des collections en vue de la nouvelle implantation ont été réalisées.

Des collections qui, par leur hétérogénéité – peintures, sculptures, manuscrits enluminés, majolique et porcelaine, or et argent, mobilier et tissus – témoignent de la richesse et de la complexité de dix siècles de production artistique italienne et européenne.

Au rez-de-chaussée du bâtiment, une galerie de tableaux modernes est installée, avec des œuvres issues des collections savoyardes (Assunta et San Gerolamo d’Orazio Gentileschi, les paysages de Vittorio Amedeo Cignaroli, les œuvres de Jean Miel et Bartolomeo Guidobono, par exemple) et une importante sélection de mobilier issue du savoir-faire des artisans piémontais, italiens et français.

Suivi des suggestions historiques dans le bâtiment, le cadre a également mis l’accent sur l’idée du dialogue entre l’ancien et le moderne. Ainsi à côté de la conception de nouvelles structures propres à augmenter la valeur des collections, la Vente d’Arts Décoratifs dans les 73 fenêtres des années 30 réalisée par la société Fontana Arte à Milan – alors dirigée par Gio Ponti – restaure la structure en bois et fonctionnaliser les lumières, le grand verre bombé, le jeu des miroirs sur les étagères et les fonds.

Résidences royales
Un nouvel escalier et un nouvel ascenseur dans la tour nord mènent au Noble Floor, où les appartements de Madame Reale Maria Giovanna Battista di Savoia-Nemours serpentent. Les pièces, transformées et redécorées entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, ont retrouvé leur éclat grâce à la précieuse texture des stucs, des fresques et des meubles sculptés et dorés issus d’un long et patient travail de restauration.

Dans les salles des résidences royales: chambre de Madama Reale, Four Seasons, salle de fête et salle Guidobono, une partie de la galerie de photos du Musée civique d’art ancien est installée, avec une cinquantaine d’œuvres d’artistes importants piémontais et italiens, dont Jan Miel , Giovanni Battista Crosato, Giacomo Ceruti, Agostino Masucci, Giovanni Paolo Pannini, Sebastiano Conca et Vittorio Amedeo Cignaroli.

Chambre de Madama Reale:
Entre 1708 et 1715, la nouvelle chambre de Maria Giovanna Battista a été installée. Le programme décoratif comprend les quatre portes avec des allégories d’autorité, de gentillesse, de fidélité et, peut-être, de charité. La cheminée en bois sculpté avec le portrait de Carlo Emanuele II, réalisée en 1688-1889 par Cesare Neurone, provient de l’ancien appartement de la duchesse.

Une atmosphère très suggestive est celle de la chambre de Madama Reale. La chambre, choisie en 1708-1709 par Maria Giovanna Battista di Savoia-Nemours, deuxième Madame Reale, car sa chambre et son cadre privé ont un style riche et excentrique. La salle est meublée de peintures et de meubles qui suggèrent, sur la base des documents, l’ancien appareil de la pièce, aujourd’hui perdu.

Chambre Four Seasons:
Un environnement raffiné et raffiné est celui de la Sala Quattro Stagioni. La salle tire son nom de la riche décoration de la voûte et du dôme qui abrite les allégories des saisons, la décoration élaborée, réalisée en stuc et fresque, a été réalisée entre 1708 et 1715 en s’inspirant des modèles décoratifs, inspirés des modèles décoratifs de Jean Bérain, architecte et designer ornemental français à la cour de Louis XIV.

Tour du trésor:
Dans les vitrines, il est suggéré, à travers les œuvres qui proviennent en grande partie des collections de Savoie, l’idée d’un Wunderkammer, les collections, c’est-à-dire que les grands principes du XVIIIe siècle créés en rassemblant des objets rares et précieux, avec des formes imaginatives, construit avec des matériaux inhabituels, des instruments scientifiques, des fossiles et des découvertes archéologiques, pour créer un effet spectaculaire et étonnant.

Salle de fête:
Construit en 1927-1928 pour équiper le bâtiment d’une grande salle de réception, il a été créé en démolissant deux salles du XVIIIe siècle. Il abrite de beaux objets d’art décoratif qui évoquent le goût et le style de la cour royale de Madame à travers les meubles, les meubles, les sculptures et la céramique.

Chambre des gardes:
Caractérisée par une somptueuse décoration en stuc de la voûte réalisée au XVIIIe siècle, la Chambre des Gardes est austère et composée dans son élégance. Sur les murs, il y a des peintures inspirées du travail de Michel-Ange Merisi, connu sous le nom de Caravage et deux peintures d’Orazio Gentileschi.

Cabinet rond:
Le petit et précieux espace, logé à l’intérieur de la tour romaine nord-ouest, est un point clé de l’appartement mis en place au milieu du siècle pour la première madame royale de Savoie, Maria Cristina di France. La sélection dense de portraits de Savoie et des personnages les plus importants de la cour est exposée sur les murs, qui nous parlent des modes et des visages du passé.

La chambre des fleurs
Le nom de cette pièce du palais dérive des décorations réalisées en 1688-1689 par les peintres en fleurs Agostino Belleudi et Salvatore Bianco, aujourd’hui perdues mais rappelées dans les documents. Les interventions ultérieures ont également dissimulé la frise peinte de chérubins, cartouches, rouleaux et rouleaux de légumes, réapparue lors des rénovations de 2005. La salle est désormais aménagée avec des fenêtres modernes qui abritent une sélection d’œuvres de micro-sculpture et une collection de portraits miniatures donné au musée par la famille Bruni Tedeschi.

Histoire de la collection

La galerie des collections princières
1595
Le tableau représentant l’Infante d’Espagne Caterina Micaela, mariée à Carlo Emanuele I en 1585, offre une vue intéressante en arrière-plan: la fenêtre s’ouvre sur un aperçu de la façade est du château et de la galerie qui la relie au palais ducal, utilisé pour collecter les collections princières. L’œuvre a longtemps été présentée comme le portrait de Maria di Savoia, fille naturelle d’Emanuele Filiberto, et l’identification correcte est due à la comparaison avec d’autres portraits, dans lesquels les traits de la duchesse ont une similitude incontestable.

Décorations de Federico Zuccari dans la grande galerie de Carlo Emanuele I
1605-07
Le passage construit pour relier le château au nouveau siège ducal devient un lieu privilégié pour abriter les images picturales de la dynastie savoyarde. Son embellissement interne est confié à l’artiste des Marches Federico Zuccari, arrivé à Turin en tant que portraitiste des princesses de Savoie pour le duc de Mantoue, et à un large groupe de collaborateurs. Au cours des travaux de restauration, peu de survivants des décorations de la salle des fleurs sont apparus. La cafétéria occupe maintenant la pièce où l’ancien bras du bâtiment a été inséré.

Réouverture du chantier Giovanna Battista.
1708-15
La campagne de modernisation et de décoration de l’appartement royal est confiée à la direction de l’ingénieur Michelangelo Govone et couvre tout l’étage principal. La séquence des environnements cérémoniels s’articule autour de la nouvelle salle, qui joue plus que jamais un rôle central. Parmi les interventions les plus précieuses, nous pouvons nous rappeler les stucs de Pietro Somasso, les motifs ornementaux de Giovanni Battista Lanfranchi et Carlo Pozzo, les voûtes décorées de fresques de Domenico Guidobono. En 1713, un jardin a également été construit, dont nous avons une mémoire en vue de Giovanni Battista Borra de 1749.

La dispersion des trésors de Maria Giovanna Battista
1728
Madama Reale s’avère s’entourer d’une grande quantité de meubles argentés et somptueux, avec un goût orienté vers les cours de la zone germanique et du nord de l’Europe, mais de ses trésors luxueux aujourd’hui il ne reste rien. au Palais. Bien que le bâtiment soit toujours utilisé comme résidence même après la disparition de la duchesse, la dispersion des objets inventoriés est quasi totale, comme en témoignent les devis et les documents de vente. Aux yeux des voyageurs de l’époque, comme l’Allemand Johann Georg Keyssler ou l’Ecossais Andrew Mitchell, les appartements apparaissent nus et sans mobilier. Plus tard encore, en 1740, Charles De Brosses ne trouve plus qu’un “escalier sans bâtiment”.

Le gala peota de Carlo Emanuele III
1729-31
Le bateau, commandé à Venise par les constructeurs Matteo Calderoni et Monsieur Egidio, a été construit en gardant à l’esprit le dernier bucintoro de la lagune, dont il répète la pompe d’un petit palais flottant. Les thèmes choisis pour les décorations rappellent les sujets de la maison savoyarde de ces années et le mobilier comprend deux petits trônes et bancs pour accueillir la cour, qui y navigue lors des cérémonies et des célébrations dynastiques. En 1869, la Real Casa a vendu le peota à la municipalité qui, en 1873, l’a attribuée au Musée civique d’art ancien. Depuis 2002, il est prêté à la Reggia di Venaria.

La “Description des peintures, sculptures et autres choses plus remarquables du Palais Royal et du Château de Turin”
1754
Après la suppression des actifs de Maria Giovanna Battista, le palais est restauré après quelques décennies et le bâtiment revient pour recevoir l’appréciation des visiteurs du XVIIIe siècle. Le dessinateur anonyme du document présente une sorte de guide de la résidence royale pour satisfaire la curiosité de “tant d’étrangers intelligents qui viennent dans ce palais … au dessin d’amateurs et de connaisseurs des Peintures”, et après la galerie menant de Palazzo Reale au château, continuez à décrire la façade, l’escalier du Palazzo Madama et la salle, en les louant pour leur magnificence.

Thème et style des arts décoratifs
La mode et le costume vont de pair avec l’histoire de l’humanité depuis des siècles. L’acte de s’habiller peut provenir d’un besoin pratique mais, au cours des siècles, son évolution a été liée à l’apparence, au déguisement et à la représentation de soi et du pouvoir. Le Palazzo Madama abrite des peintures, des tissus, des accessoires et même des pièces entières dédiées à ce concept, racontant l’histoire de ce fascinant voyage entre l’être et l’apparence de l’être.

Les miroirs
La passion que la culture baroque a développée pour le miroir et l’image réfléchie, symbole du désir d’introspection et de découverte de soi. Les visiteurs du musée seront invités à découvrir comment Madame Reale, en parfaite harmonie avec l’esthétique de l’époque, a choisi de décorer leurs appartements avec des dizaines de miroirs qui ont créé des jeux de perspective animés et déformé les pièces, les agrandissant et modifiant leur profondeur. Il sera également plus facile de comprendre à quel point les invités de la cour ont été attirés et amusés par ces installations, qui sont même venues s’appliquer devant les fenêtres du hall d’accueil de Madame elle-même, en remplaçant leur lumière naturelle.

Partout en Europe, au XVIIe et au début du XVIIIe siècle, souverains et riches aristocrates ont suivi la mode galopante qui voulait que le miroir soit le principal élément décoratif des pièces de leurs résidences, dans un contexte culturel très proche du contemporain. La société baroque est en effet centrée sur le désir de susciter l’émerveillement, l’apparence et le plaisir des sens; en particulier, la vue, stimulée par le jeu de lumière et de profondeur donné par la multitude de miroirs créés et disposés sur mesure, est capable de générer ces sensations.

Les premiers miroirs étaient des plaques métalliques polies, insérées dans des cadres précieux pour maintenir la surface réfléchissante. L’évolution technique du traitement du verre et du métal a permis la production de grands miroirs au cours des siècles. Bien que le miroir le plus utilisé aujourd’hui soit la caméra frontale d’un téléphone portable, personne ne peut résister aux surfaces réfléchissantes trouvées dans les couloirs du Palazzo Madama.

Aile d’une boîte à miroir avec des scènes amoureuses
Première moitié du 14e siècle
Les étuis à miroir en ivoire étaient très populaires à l’époque gothique et se composaient de deux panneaux enfermant une mince feuille de métal poli. Les sculptures représentaient souvent des scènes profanes de la vie courtoise, des épisodes chevaleresques ou des moments de parade nuptiale. Dans ce cas, nous voyons la rencontre de deux amants, cachés à la vue par la grande couronne d’un arbre. La scène est rendue dans le style dynamique et élégant des ateliers parisiens, qui ont pris plaisir à des détails réalistes dans leur description des vêtements, comme on le voit dans la manche du premier personnage à gauche, qui offre son cœur à la fille. Cette sensibilité naturaliste pour les décors et les costumes s’inspire des décorations de livres contemporaines.

Miroir avec deux figures orientales, orné de «Laub und Bandelwerk
1730-1740
Fondée à Vienne en 1717 par le Néerlandais Claudius Innocentius Du Paquier, l’usine qui porte son nom est la deuxième en Europe, après Meissen, à produire de la porcelaine dure. Le reper-toire décoratif de la porcelaine Du Paquier s’inspire de l’argenterie contemporaine et l’un de ses motifs les plus caractéristiques et originaux est la Laub und Bandelwerk (feuillage et volutes) et la décoration monochrome. La collection Du Paquier du Musée, offerte par Emanuele Tapparelli d’Azeglio en 1874 et agrandie par des achats en 1880-1881, est exposée à la galerie de la céramique au deuxième étage.

Les peintures

La mode des femmes
Un aperçu de la mode féminine du 17e au 20e siècle, à travers la décoration, la texture, la forme et le volume.

Le jeu d’échecs par Giulio Campi
1530 – 1532
Cette peinture peut cacher des thèmes allégoriques et des portraits de personnes réelles (la figure de la femme plantureuse pourrait faire allusion à Vénus, et celle de l’homme d’armes à Mars) et donc à un événement de mariage, mais l’interaction des regards, des gestes, et les allusions pourraient suggérer un portrait de groupe: le jeune homme mélancolique regardant vers le spectateur pourrait être Giulio Campi lui-même, comme nous le voyons dans l’autoportrait qui lui est certainement attribuable dans l’allégorie du Museo Poldi Pezzoli (Milan). L’homme appuyé sur la table pourrait être son père Galeazzo.

Catherine Michelle d’Autriche, duchesse de Savoie
1595
L’Infante d’Espagne, Catherine Michelle, qui a épousé Charles Emmanuel I de Savoie en 1585, est représentée portant une haute coiffure ornée de perles, et une robe qui est inhabituellement lumineuse, étant donné qu’elle se faisait normalement représenter dans des vêtements noirs ou sombres embellis, comme dans ce cas, avec des perles et des bijoux. L’arrière-plan à gauche du tableau est très intéressant, car il montre l’ancienne galerie qui joignait le Palazzo Madama (au loin, vue du côté du Pô) et le Palazzo Ducale (aujourd’hui Palazzo Reale). Le vase au premier plan est une citation précise d’une gravure de Johan Sadeler I (un graveur flamand aux goûts maniéristes); et cela nous permet de dater le tableau des dernières années de la vie de la duchesse. Elle est décédée en donnant naissance à l’âge de trente ans en 1597.
Catalina Micaela porte la robe représentative classique, une robe en soie noire à manches rondes brodée de fils d’or et d’argent avec des applications de perles. Des manches coupées sous le coude émergent des bijoux couleur feu, également entièrement brodés d’or. Autour du cou, larges cols réalisés selon la technique du lacis et finition en dentelle. L’image publique de l ‘«Infanta» appelait à des bijoux couvrant tout le corps. Les pièces les plus précieuses et représentatives étaient le tour de cou et la ceinture dorée assortie, agrémentée de pierres précieuses et souvent décorée de vernis. Avec le tour de cou et la ceinture, Catalina portait des perles ou des chaînes, enroulées deux fois autour de son cou et portées aussi bas que sa taille. Elle portait des boutons de bijoux sur ses vêtements, qui pouvaient être transférés d’un vêtement à l’autre.

La découverte de Moïse
1733
Le peintre est venu à Turin comme scénographe pour la saison 1730-1731 au Teatro Regio, puis a été embauché par Filippo Juvarra pour la décoration des résidences savoyardes. La palette de couleurs vives et la luminosité des gros plans sont proches des fresques du pavillon de chasse royal de Stupinigi, tandis que le corselet porté par la fille du Pharaon, qui reprend Moïse, le décolleté garni d’une chaîne de perles, et les coiffures inspirées de l’exotisme fantaisiste rappellent toutes des costumes de théâtre Le sujet biblique avait déjà été choisi par Christine de France comme métaphore du souverain comme gardien des générations futures. De même, nous pouvons voir comment, à l’époque de Charles Emmanuel III, le sujet avait la même fonction emblématique, bien que sous une forme nouvelle et plus légère.

Portrait de Vittorio Alfieri et Louise Stolberg d’Albany
1796
Vers la fin du XVIIIe siècle, les vêtements pour femmes adoptent des formes simples et des couleurs claires, inspirées des modes britanniques actuelles et des modèles romains de l’antiquité. La comtesse d’Albany, représentée en 1796, porte une chemise blanche et une chanterelle raffinée garnie d’une manchette en dentelle de soie noire, avec un motif floral léger. Même sa coiffure est parfaitement à la mode, avec des cheveux lâches relevés dans le dos par un mouchoir noué au front.

La mode masculine
La représentation du pouvoir, en quête de charme et de praticité. La mode masculine à travers les siècles dans les collections du Palazzo Madama.

Potrait d’un homme
1476
Datée et signée «Antonellus messaneus pinxit», cette œuvre est venue au Musée de la ville de Milan en compensation de l’annulation des négociations de Vittorio Viale pour l’achat de la collection Trivulzio. Cette peinture est l’une des plus belles créées par Antonello, qui cherchait à atteindre un équilibre parfait entre la forme analytique de représentation qu’il avait prise du flamand et l’approche rationnelle et perspective de la Renaissance italienne. La sensibilité psychologique des yeux, la boucle ironique du sourire et le réalisme étonnant des détails anatomiques font de cette peinture l’un des portraits les plus célèbres de tout l’art européen. La figure inconnue de ce portrait d’Antonello porte un chapeau appelé “Capperone” (Chaperon). Son long rabat (“emmailloter”

Charles Emmanuel III de Savoie par Maria Giovanna Clementi, appelée La Clementina
Milieu du XVIIIe siècle
Au XVIIIe siècle, Clementina était la principale portraitiste de la dynastie savoyarde et de l’aristocratie piémontaise, qu’elle représentait avec une grande emphase sur les effets des matériaux et avec des touches habiles de son pinceau pour faire la lumière sur les détails. Ses portraits de membres de la famille royale ont été envoyés aux principaux tribunaux d’Europe et remis à des nobles, des fonctionnaires, des églises et des communautés du Royaume.

Charles Emmanuel III (1701-1773) est représenté ici en tenue complète, avec le collier de l’Ordre équestre de l’Annunziata et l’insigne du pouvoir sur un coussin. Les symboles de la dynastie – le nœud, la croix d’argent et l’aigle noir – apparaissent sur le manteau de velours rouge et d’hermine. Le Palazzo Madama possède également l’un des premiers tableaux de Clementina, un portrait de Christine Louise de Bavière (1722), l’épouse de Charles Em-manuel III.

Madama Palace
Le Palazzo Madama et le Casaforte degli Acaja est un complexe architectural et historique situé sur la Piazza Castello centrale à Turin. Ayant joué un rôle de premier plan dans son histoire de l’époque romaine à nos jours, il a été déclaré site du patrimoine mondial avec les autres résidences de la Maison de Savoie en 1997. Palazzo Madama, dans le cadre du site en série des résidences Savoy. Le bâtiment abrite le Musée civique d’art ancien.

C’est une combinaison de deux mille ans d’histoire de Turin, de l’ancienne porte orientale de la colonie romaine de Julia Augusta Taurinorum à un bastion défensif, puis à un véritable château, symbole de la puissance savoyarde jusqu’au moins au XVIe siècle, lorsque l’actuel Palais Royal, en tant que siège du duc de Savoie.

La partie ouest du premier complexe médiéval fut appelée plus tard Palazzo Madama car elle fut d’abord habitée par Madama Cristina de Bourbon-France, appelée la “première Royal Madama”, vers 1620 – 1663, puis de Maria Giovanna Battista di Savoia-Nemours , appelée «deuxième Madama royale», dans la période 1666 – 1724. C’est pour cette dernière que la façade actuelle a été conçue, en 1716 – 1718, par l’architecte de la cour Filippo Juvarra.

La visite couvre quatre étages, où l’histoire séculaire de sa construction interagit avec les collections du Museo Civico d’Arte Antica, qui sont ici depuis 1934.

Les premiers siècles du Moyen Âge sont illustrés dans la collection médiévale en pierre au niveau des douves, avec ses sculptures, mosaïques et bijoux datant de la période de l’Antiquité tardive au roman. Les salles du XVe siècle au rez-de-chaussée contiennent des peintures, des sculptures, des miniatures et des objets précieux du XIIIe au XVIe siècle, principalement du Piémont. Dans la salle circulaire de la Tour du Trésor, vous trouverez une sélection de chefs-d’œuvre, dont le célèbre Portrait d’un homme d’Antonello da Messina. Sur le piano nobile, avec sa magnifique gamme de stucs et de fresques baroques, il y a la galerie de photos moderne avec des œuvres des collections de Savoie et une importante sélection de meubles fabriqués par des maîtres ébénistes piémontais, italiens et français. Enfin, le dernier étage abrite les collections d’arts décoratifs,