Musée Teatro alla Scala, Milan, Italie

Le Scala Theatre Museum est une institution muséale privée située dans le Casino Ricordi, à côté du Teatro alla Scala. Il conserve une riche collection de peintures liées au monde de l’opéra et du théâtre en général, des croquis scénographiques, des lettres, des portraits, des autographes et des instruments de musique anciens.

Le musée, qui est adjacent à l’opéra de la Piazza della Scala, a été ouvert le 8 mars 1913 et était basé sur une grande collection privée qui avait été achetée aux enchères deux ans plus tôt, avec des fonds collectés à la fois auprès de sources gouvernementales et privées. Les expositions comprennent des costumes, des décors, des partitions d’autographes et des instruments de musique d’intérêt historique ainsi que des peintures de musiciens et d’acteurs, et une gamme d’accessoires connexes, y compris de précieuses figures en céramique représentant des personnages de la commedia dell’arte, et des jeux de société qui utilisaient à jouer dans le foyer du théâtre.

La Biblioteca Livia Simoni, la bibliothèque du musée, est située au deuxième étage du musée. Il a été formé en 1952 avec 40 000 volumes donnés par l’auteur et critique du Corriere della Sera Renato Simoni; il est nommé en l’honneur de sa mère. Il abrite aujourd’hui quelque 140 000 œuvres liées à l’histoire du théâtre, à l’opéra et au ballet, notamment des livrets, des périodiques et la correspondance de musiciens, comédiens et danseurs, ainsi que des livres.

Histoire
L’histoire extraordinaire du Teatro alla Scala, plus de deux cents ans de triomphes immortels et de chutes parfois épiques, a été faite par des femmes et des hommes tout aussi extraordinaires. Compositeurs, chanteurs, chefs d’orchestre, danseurs, librettistes, imprésarios ont vécu à l’intérieur de ces murs des moments importants de leur vie souvent aventureuse, toujours pleins de travail, d’engagement, de passion.

Dans ce musée, les événements incroyables sont racontés.

Le premier noyau du musée a été créé en 1911 avec l’achat lors d’une vente aux enchères parisienne de la collection privée de l’antiquaire parisien Giulio Sambon, grand amateur de théâtre. L’achat a été rendu possible grâce à un abonnement public et une allocation gouvernementale. La cotisation s’élevait alors à 5 000 lires, un chiffre considérable, qui avoisine aujourd’hui les 15 000 euros. La collection était destinée à documenter l’histoire du spectacle de l’Antiquité à la modernité, initialement sans relation avec l’activité spécifique du Teatro alla Scala. Le musée a été officiellement inauguré le 8 mars 1913.

Au cours des années suivantes, de nombreux dons et acquisitions ont été ajoutés au noyau initial de la collection. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections ont été déplacées vers des lieux sûrs pour être conservées et à la fin de la guerre, après la reconstruction, le musée a été réaménagé par Fernanda Wittgens. La zone d’exposition du musée se compose de quatorze salles et expose des bustes en marbre et des portraits de nombreux compositeurs, chefs d’orchestre et artistes du domaine musical européen des deux derniers siècles, des instruments de musique anciens. Certaines peintures représentent le Teatro alla Scala. Une peinture d’Angelo Inganni représente la façade de la Scala en 1852, lorsque l’entrée du théâtre était encore proche des bâtiments et que la place devant elle n’avait pas été ouverte.

Parmi les œuvres précieuses exposées au musée figurent des instruments de musique, des peintures et des bustes en marbre et en bronze d’artistes célèbres:

une vierge entièrement décorée du XVIIe siècle, réalisée par Francesco Guaracino;
une collection de porcelaine (provenant des manufactures artistiques de Capodimonte, Doccia et Meissen) représentant des masques de la commedia dell’arte, des musiciens, des instruments de musique et des danseurs;
Angelo Monticelli, croquis pour le deuxième rideau de la Scala
Evaristo Baschenis, instruments de musique
Luigi Pedrazzi, portrait de Maria Malibran
Gioacchino Serangeli, portrait de Giuditta Pasta
Antonio Canova, buste de Nicola Tacchinardi
Steinway & Sons, le piano appartenait à Franz Liszt
Achille Scalese, portrait de Giuseppe Verdi
Adolfo Wildt, buste en marbre d’Arturo Toscanini
Anonyme, plateaux de jeu, Torre et Lotto Reale

Le Buliding
Le musée est en fait situé entre la via Filodrammatici et la Piazza della Scala, dans une aile latérale du bâtiment historique conçu par Giuseppe Piermarini. La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était implantée depuis de nombreuses années.

La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était implantée depuis de nombreuses années.

Sans les efforts d’un petit groupe de mélomanes, ce musée n’aurait peut-être jamais existé. Le 1er mai 1911, l’antiquaire Jules Sambon met aux enchères sa prestigieuse collection de souvenirs liés au monde du théâtre. Un an plus tôt, certaines des personnalités les plus importantes de Milan se sont rencontrées au Teatro alla Scala: parmi ces hommes se trouvaient le librettiste et compositeur Arrigo Boito, l’artiste Lodovico Pogliaghi et le directeur de la Pinacothèque de Brera, Ettore Modigliani. Leur but était d’ouvrir un musée et la collection Sambon semblait être le point de départ idéal. Mais comment allaient-ils trouver l’énorme somme de 450 000 lires que demandait l’antiquaire?

La somme a été collectée grâce à l’aide de l’État italien et à l’initiative de 50 citoyens qui ont organisé une collecte. Il semblait que tout était prêt, mais Sambon a rejeté l’offre: «une personne très puissante que je ne peux pas nommer» voulait la collection. Il a été découvert que cette personne mystérieuse était JP Morgan, l’un des hommes les plus riches et les plus puissants du monde. Contre toute attente, les hommes de Milan, soutenus par la réputation du Teatro alla Scala, ont réussi à convaincre le magnat d’abandonner la compétition. Le 8 mars 1913, grâce à l’acquisition de la collection, le Museo Teatrale alla Scala a ouvert ses portes dans ce qui était autrefois le Casinò Ricordi.

Le premier noyau du musée a été créé en 1911 avec l’achat lors d’une vente aux enchères parisienne de la collection privée de l’antiquaire parisien Giulio Sambon, grand amateur de théâtre. L’achat a été rendu possible grâce à un abonnement public et une allocation gouvernementale. La cotisation s’élevait alors à 5 000 lires, un chiffre considérable, qui avoisine aujourd’hui les 15 000 euros. La collection était destinée à documenter l’histoire du spectacle de l’Antiquité à la modernité, initialement sans relation avec l’activité spécifique du Teatro alla Scala. Le musée a été officiellement inauguré le 8 mars 1913.

Au cours des années suivantes, de nombreux dons et acquisitions ont été ajoutés au noyau initial de la collection. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections ont été déplacées vers des lieux sûrs pour être conservées et à la fin de la guerre, après la reconstruction, le musée a été réaménagé par Fernanda Wittgens. La zone d’exposition du musée se compose de quatorze salles et expose des bustes en marbre et des portraits de nombreux compositeurs, chefs d’orchestre et artistes du domaine musical européen des deux derniers siècles, des instruments de musique anciens. Certaines peintures représentent le Teatro alla Scala.

Le Ridotto dei Palchi
Le “Ridotto dei Palchi” est la première salle visible, une fois que vous entrez dans le musée. Ici vous pouvez trouver des bustes en marbre et en bronze des principaux compositeurs et chefs d’orchestre de la période qui a suivi Verdi, de Toscanini à Puccini. La majestueuse salle ornée de colonnes en marbre est souvent utilisée pour des expositions, des conférences et des ateliers.

La première chambre:
Piermarini et Paisiello

Le bâtiment du musée nous accueille et la musique nous submerge. La première salle abrite une huile sur toile intitulée “Instruments de musique” d’Evaristo Baschenis de Bergame. Baschenis était célèbre pour ses natures mortes représentant des instruments de musique au lieu du fruit ou du jeu habituel. Il y a cinq instruments: un luth, une guitare, un violon et un archet, une mandola et une épinette. Un livre est placé sur la guitare: The Island, ou fabuleuses aventures de Maiolino Bisaccioni, imprimé à Venise en 1648. C’est l’un des tableaux les plus précieux de notre collection et délibérément acquis en 1912 par Ettore Modigliani qui fut parmi les fondateurs de la Musée et le directeur de la Pinacothèque de Brera.

La fenêtre d’instruments de musique anciens originaux a été arrangée par Pier Luigi Pizzi. À côté du mur, il y a la harpe Erard, une vierge peinte par Honofrio Guaracino (1667) ainsi que des pianoforte austères, dont un de Mathias Sommer qui appartenait à Verdi.

Le buste en bronze de Giuseppe Verdi a été réalisé à l’occasion du centenaire de sa mort. Il s’agit d’une réplique, avec des variations, d’un original en terre cuite aujourd’hui à Villa Verdi, exécuté en 1872-73, lorsque Verdi était à Naples pour diriger les répétitions et l’exécution de Don Carlo et Aida au Théâtre San Carlo. Au-dessus du buste de Verdi, un tableau de l’artiste autrichien Martin Knoller, représente l’architecte de La Scala, Giuseppe Piermarini, tenant l’un des outils de son métier: la boussole. De son temps (1775-1779), Piermarini était très actif à Milan: il travaillait sur le Palais Royal Ducal et la cour du Palais Brera; il a conçu le Teatro alla Scala; il a construit ce qui fut plus tard connu sous le nom de Teatro Lirico, du Palais Belgioioso et de la Villa Reale à Monza. Lors de la conception du nouveau théâtre,

Et pourtant, tout le monde n’a pas aimé la façade de La Scala. Pietro Verri a écrit dans une lettre: “La façade du nouveau théâtre est la plus belle sur papier et cela m’a surpris quand je l’ai vue avant le début de la construction, mais maintenant je suis presque désolé”. Mais, quelques années plus tard, en 1816, Stendhal écrivait: “J’arrive épuisé à sept heures du soir. Je cours à La Scala. Mon voyage était justifié” Il poursuit en décrivant la beauté de l’architecture, la des rideaux éblouissants et le spectacle sur scène où non seulement “les costumes, mais même les visages et les gestes parlent des pays dans lesquels l’action se déroule. J’ai tout vu ce soir”. La légende de La Scala était née.

Représenté assis devant son instrument, Giovanni Paisiello (1740-1816) a été l’un des premiers compositeurs à se produire à La Scala, a travaillé pendant des années à Saint-Pétersbourg et a été le compositeur préféré de Napoléon.

Ce portrait du compositeur de 1791 est de la célèbre peintre Marie Louise Elisabeth Vigée Lebrun. La partition porte l’inscription: “Rond. Di piano / Quand vient mon bien-aimé / Musique du Signor Giovanni Paisiello”. Il s’agit d’une référence à un air de Nina, o sia la pazza per amore, très connu à l’époque.

La même salle abrite une épinette rectangulaire, avec l’inscription suivante gravée sur la note la plus basse: “frio Guaracino fecit 1667”. Le tableau, qui représente Judith montrant la tête d’Holopherne aux Juifs, est signé “AS 1669”

Angelo Monticelli (1778-1837) dessine une esquisse à la détrempe sur toile du deuxième rideau de La Scala. Il a été créé pour remplacer le premier qui était l’œuvre de Donnino Riccardi et était alors complètement usé. Le thème est mythologique et présente Apollon et les muses.

Oeuvres

Giovanni Francesco Antegnati, épinette pentagonale
Honofrio Guaracino, épinette rectangulaire
Steinway & Sons, piano appartenait au compositeur Franz Liszt

La deuxième chambre:
la Commedia dell’Arte

La deuxième salle est dédiée à la Commedia dell’Arte, qui est la forme populaire de théâtre de masques qui s’est établie en Italie entre le XVIe et le XVIIIe siècle. A l’époque, les comédiens improvisaient et mixaient le jeu avec l’acrobatie et le chant.

Deux vitrines accrochées au mur abritent une admirable collection de porcelaines fines de Chine dont l’histoire est intimement liée à La Scala.

En Europe, la production de porcelaine a commencé en 1710 en Saxe en imitant les marchandises importées de Chine et du Japon par les différentes sociétés des Indes orientales. Presque toutes les pièces exposées proviennent de la collection Sambon. Le principal sujet d’inspiration est la Commedia dell’Arte, avec des masques, des troupes de spectacle ou des musiciens représentés avec des détails d’instruments rares ou des masques de danse.

Pendant la Renaissance, un genre destiné à révolutionner le divertissement des gens puissants et ordinaires a fait son chemin dans les places italiennes: la Commedia dell’Arte. Cela tire sa force de la physicalité des acteurs, de leur capacité multiforme à danser, à agir et à chanter.

Les œuvres du graveur Jacques Callot nous font revivre cette atmosphère grotesque et irrévérencieuse. Dans la salle 2, vous pourrez admirer des reproductions picturales de ses gravures, ainsi que des céramiques et des porcelaines représentant Harlequin et d’autres masques célèbres.

Oeuvres

Joueur de vielle à roue, joueur de serpent, danseur, Frankenthal
Paire d’arlequins dansants, Chelsea
Anonyme, Lucia et Trastullo, scène de la Commedia dell’Arte
Anonyme, capitaine Babbeo et Cucuba, scène de la Commedia dell’Arte

La troisième chambre:
les divas belcanto.

La troisième salle du musée est la salle belcanto du début du XIXe siècle. Sur les murs, les portraits de la primedonne qui a chanté à l’âge d’or de Milan et de La Scala.

Entre les deux fenêtres, un portrait d’Isabella Cobran, la première femme de Rossini, qu’il a épousée en 1822; elle est représentée dans le rôle-titre de “Saffo” de Giovanni Simone Mayr. Sur le mur opposé se trouve Maria Malibran, décédée prématurément d’une chute de cheval; ici, elle est décrite comme “Desdemona” dans Otello de Rossini.

Parmi les compositeurs représentés dans la collection du Musée, le sicilien Vincenzo Bellini est représenté dans un portrait anonyme. Il doit sa renommée européenne à Milan même si son opéra le plus célèbre, Norma, a été hué à La Scala lors d’une manifestation provoquée par des rivalités artistiques.

Au centre de la lunette se trouve le piano de Franz Liszt. Le compositeur hongrois a reçu cet instrument en cadeau de Steinway & Sons. Dans une lettre qu’il écrivit aux fabricants en 1883, il exprima son enthousiasme: “un chef-d’œuvre glorieux en puissance, en sonorité, en qualité de chant et en effets harmoniques parfaits”. Le piano a ensuite été donné à sa petite-fille, Daniela von Bülow, qui l’a apporté à la Villa Cargnacco sur le lac de Garde.

Lorsque l’État italien a saisi la villa et l’a présentée à Gabriele D’Annunzio avec le nouveau nom de Vittoriale, l’instrument l’a accompagnée. Ce n’est qu’après une longue dispute juridique et la mort de D’Annunzio, Daniela von Bülow a repris possession du piano. Elle l’a présenté au musée où il est toujours exposé, splendide après sa récente restauration.

La salle 3, également appelée salle Esedra, est l’empyrée de belcanto. Des peintures sur les murs apparaissent les premières femmes de la saison de La Scala au XIXe siècle. Enveloppées dans des costumes d’héroïne classiques, Giuditta Pasta, Isabella Colbran, Maria Malibran regardent le visiteur: rigide ou rêveur, sombre ou sensuel.

A leurs côtés, on retrouve les compositeurs Rossini, Bellini, Donizetti, ainsi que les grands protagonistes masculins du chant, comme Nicola Tacchinardi, immortalisés par Antonio Canova.

Oeuvres

Antonio Canova, buste de Nicola Tacchinardi
Vincenzo Camuccini, portrait de Gioachino Rossini
Luigi Pedrazzi, portrait de Maria Malibran
Jean-François Millet, portrait de Vincenzo Bellini
Heinrich Schmidt, portrait d’Isabella Angela Colbran
Gioacchino Serangeli, portrait de Giuditta Pasta
Anonyme, portrait de Giuseppina Ronzi de Begnis
Anonyme, portrait de Domenico Barbaja

La quatrième salle:
Verdi et la Scala au XIXe siècle

Dans la quatrième salle du Musée, il y a des peintures d’artistes du XIXe siècle, toutes en relation avec La Scala. Au centre se trouve la célèbre œuvre d’Angelo Inganni avec le théâtre ensoleillé donnant sur une rue étroite. En fait, il a été peint en 1852 et la place devant la Scala n’a été aménagée qu’en 1858 lorsque les modestes maisons bondées autour du Théâtre ont été démolies. Initialement appelée “Piazza del Teatro”, elle est devenue au fil du temps “Piazza della Scala”.

La peinture d’Inganni montre, plus que toute autre La Scala telle qu’elle a été vue par les grands compositeurs d’opéra du XIXe siècle: Rossini, Donizetti (un autre portrait de lui est accroché dans la cinquième salle), Bellini et un jeune Verdi. Le tableau, donné au musée par Lorenzo Lorenzetti, est en fait la deuxième version d’une précédente, exposée à Brera en 1851, qui a ensuite été perdue.

Le mur de droite est entièrement dédié à Verdi. Un portrait du compositeur peint par Achille Scalese en binôme avec l’un de Giuseppina Strepponi; Bartolomeo Merelli, également interprété ici, était l’impresario qui a offert à Verdi le livret de Nabucco, et lui a donné la chance de le mettre en scène à La Scala. Merelli a pris toutes les précautions pour éviter qu’un éventuel échec n’ait des répercussions sur son entreprise.

Par conséquent, le décor a été recyclé à partir des productions précédentes et surtout que l’opéra a été le dernier à être joué pendant le carnaval. Cependant, l’opéra a été un succès immédiat, extraordinaire et incontesté, bien que la pensée critique la plus récente affirme qu’une prétendue signification spéciale liée au Risorgimento est complètement fausse.

La vitrine centrale contient des bijoux et des accessoires de scène, ainsi que des cadeaux princiers, tels que l’épée de robe de Napoléon, donnée à Giuditta Pasta à Paris en 1823. Le chanteur était bien sûr le protagoniste immortel de Tancredi et la partition autographiée de cet opéra est conservé dans la voûte du musée.

La longue carrière de Giuseppe Verdi a commencé au Teatro alla Scala. Ici, il a fait ses débuts avec Oberto, comte de San Bonifacio, en 1839. Il a également révélé sa grandeur de composition au monde avec Nabucco, à partir de 1842.

La relation entre Verdi et La Scala est attestée par les nombreux portraits présents dans le musée, notamment dans la salle 4. Parmi ceux-ci, se distingue le sévère Verdi dépeint par Achille Scalese. Des deux côtés les grandes figures féminines qui ont été à ses côtés: Margherita Barezzi et Giuseppina Strepponi.

Oeuvres

Achille Scalese, portrait de Giuseppe Verdi
Anonyme, portrait de Bartolomeo Merelli
Anonyme, portrait de Giuseppina Strepponi
Federico Gariboldi, Portrait de Teresa Stolz
Version pour chœur de pensée solo de Nabucco, autographe

La cinquième chambre:
Pâtes, Patti, Rossini et Wagner

Dans la cinquième salle du musée, vous trouverez deux portraits d’Adelina Patti, une chanteuse et actrice qui a prospéré dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a été la prima donna à La Scala au cours des saisons 1877 et 1878. Dans cette salle, vous trouverez également le célèbre buste en bronze de Rossini de Marocchetti, un portrait de Gaetano Donizetti et un autre de Giuditta Pasta, le premier interprète de Norma.

Dans son portrait de Gioacchino Giuseppe Serangeli. on la voit tenir la partition du Tancredi de Rossini ouverte sur la page de la célèbre aria «Di tanti palpiti», tandis que dans la peinture de Gérard, elle est représentée dans son costume de Norma. Un autre buste en bronze, une copie de Lorenz Von Gedon (conservé à Monaco), représente Richard Wagner.

Une de ses lettres à Arrigo Boito est conservée dans les archives et date de la première italienne de Lohengrin à Bologne. Le compositeur révèle un détail caché très important: «Je ne sais pas si c’était un démon ou un génie du genre qui nous prend dans ces moments décisifs, cependant, j’étais allongé sans sommeil dans un hôtel de La Spezia lorsque le l’inspiration pour la musique de Das Rheingold m’est venue ».

La salle est complétée par deux vitrines contenant quelques petits instruments de musique, dont une curieuse flûte de cristal, et quelques médailles appartenant à des artistes et compositeurs.

La sixième salle:
Souvenirs de Verdis

La sixième salle du musée contient des objets qui faisaient à l’origine partie de la collection Sambon. Bustes et statuettes en porcelaine bisque représentent des musiciens célèbres ou des personnages de théâtre.

Dans la salle sont également conservés des souvenirs quelques morceaux de souvenirs liés à Verdi: son masque de mort; une mèche de cheveux; un plâtre de sa main droite; son bureau portable avec un encrier, des stylos, un porte-lettres, un jeu de cartes et un dictionnaire français-italien. Ces objets ont tous été retrouvés dans la chambre de Verdi au Grand Hôtel et de Milan à sa mort.

La septième chambre:
théâtre au début du XXe siècle

Entre les années 1800 et 1900, l’Europe a connu une période de profonds changements. Même le Teatro alla Scala ne peut échapper à cette ère de bouleversements. Les salles 7 et 8 sont dédiées précisément aux protagonistes de cette période turbulente.

Arturo Toscanini, le chef réformateur de la Scala moderne. Eleonora Duse, protagoniste agitée du théâtre italien. Giacomo Puccini, le nouvel homme de l’opéra italien, qui pour La Scala écrit Edgar, Madama Butterfly, Turandot. Pour enfin rejoindre Maria Callas, une voix inoubliable des années 1900.

Dans la septième salle, il y a un buste de l’actrice Eleonora Duse. Elle est née à Vigevano, près de Pavie, fille d’un couple d’acteurs originaires de ce qui est aujourd’hui la région de la Vénétie. Elle a débuté à l’âge de cinq ans en tant que Cosette dans Les Misérables de Victor Hugo.

Elle a passé sa vie à voyager avec les grandes compagnies d’acteurs d’Italie, d’Europe et d’Amérique. Elle est peu à peu attirée par le théâtre naturaliste de D’Annunzio et Ibsen. Admirée par les auteurs pour l’intensité de sa performance, elle entretient des relations longues et tourmentées avec Arrigo Boito et Gabriele D’Annunzio. Dans la même salle, vous trouverez un portrait d’Amilcare Ponchielli, l’auteur de La Gioconda, et les croquis de quelques rideaux de scène.

Les huit chambres:
Verdi, Boito et les stars du XXe siècle

La huitième salle du musée est dédiée à la fin du XIXe et au XXe siècle. Lodovico Pogliaghi et Adolf Hohenstein ont représenté les dernières heures de Verdi, décédé le 27 janvier 1901. Trois générations de la famille Ricordi qui avait publié l’œuvre du compositeur sont également représentées ici: Giovanni, Tito et son fils Giulio.

Un grand espace est consacré à une longue lignée d’étoiles: Rosina Storchio, Claudia Muzio, Francesco Tamagno, Enrico Caruso, Aureliano Pertile, Tancredi Pasero, Maria Callas, Renata Tebaldi, Giuseppe Di Stefano, Mario Del Monaco, Franco Corelli et Leyla Gencer. Il y a ensuite un hommage à Rudolf Noureev et un à Giorgio Strehler.

La grande vitrine au centre de la salle contient de nombreux souvenirs et matraques appartenant aux chefs d’orchestre, ainsi que la copie anastatique de la partition du Requiem de Verdi

La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était implantée depuis de nombreuses années.

Arrigo Boito, ici interprété par Arturo Rietti, a été l’un des leaders incontestés de la vie musicale dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il était une figure littéraire et membre du mouvement italien “scapigliatura”. Il avait étudié à Paris et avait acquis une culture raffinée et internationale. On se souvient surtout de lui comme librettiste. Pourtant, il était également un important musicien et compositeur de Mefistofele et Nerone.

Boito a également été l’un des fondateurs de ce musée et a mis ses talents exceptionnels au service de sa réalisation. Son frère, Camillo, était l’architecte qui a conçu la maison de retraite pour musiciens de Milan, subventionnée et entretenue pendant des années par Giuseppe Verdi

Oeuvres

Arturo Rietti, portrait d’Arturo Toscanini
Arturo Rietti, portrait de Giacomo Puccini
Eduard Kaulbach, portrait d’Eleonora Duse
Filippo Cifariello, buste d’Enrico Caruso
Ulisse Sartini, portrait de Maria Callas
Ulisse Sartini, portrait de Renata Tebaldi
Un buste Troubridge de Vaslav Nijinsky

Bibliothèque
La bibliothèque “Livia Simoni” est annexée au musée, installée en même temps que le musée avec un noyau d’environ 10 000 volumes d’histoire et de critique théâtrale et de partitions musicales. En 1954, avec le legs testamentaire du critique de théâtre et dramaturge Renato Simoni, la bibliothèque a augmenté sa collection entière de 40 000 volumes; à la mémoire de la mère du critique, la bibliothèque porte le nom de Livia Simoni. Deux autres grandes collections ont ensuite coulé dans la bibliothèque, celle de l’acteur Ruggero Ruggeri (acquise par la Cassa di Risparmio des provinces lombardes et donnée au musée) et celle de l’écrivain Arnaldo Fraccaroli, donnée par son fils.

Aujourd’hui, le patrimoine de la bibliothèque comprend plus de 150 000 bibliothèques, ce qui en fait l’une des bibliothèques les plus importantes pour la richesse et l’exhaustivité des collections dans les domaines du théâtre, de l’opéra, de la musique et de la danse. De rares volumes du XVIe siècle relatifs aux représentations de thèmes sacrés et profanes et de contes pastoraux, des éditions illustrées de valeur du XVIIe siècle et un grand nombre de spécimens autographiés et annotés font partie du patrimoine bibliographique.

Archiver
La section des archives de la bibliothèque conserve de grandes collections de croquis d’ensembles, de figures théâtrales, de photographies, d’affiches et d’affiches, de livrets d’opéra, de lettres d’acteurs, de metteurs en scène, de compositeurs et de chanteurs qui, au fil du temps, collaborent avec le Teatro alla Scala depuis le siècle. XVII à nos jours. Il existe également de nombreuses partitions musicales manuscrites de Giuseppe Verdi, Gioachino Rossini, Giacomo Puccini et Gaetano Donizetti. Il y a aussi quelques manuscrits musicaux d’œuvres complètes, y compris: Requiem Mass de Giuseppe Verdi et Tancredi de Gioachino Rossini, ainsi que des pages et des croquis épars de Mozart, Beethoven, Puccini, Donizetti, Bellini.