Mode de vie durable

Une vie durable décrit un style de vie qui tente de réduire l’utilisation par un individu ou par la société des ressources naturelles de la Terre et de ses ressources personnelles. Ses praticiens tentent souvent de réduire leur empreinte carbone en modifiant leurs modes de transport, leur consommation d’énergie et / ou leur régime alimentaire. Ses partisans souhaitent mener leur vie de manière compatible avec la durabilité, naturellement équilibrée et dans le respect de la relation symbiotique de l’humanité avec l’écologie naturelle de la Terre. La pratique et la philosophie générale de la vie écologique suivent de près les principes généraux du développement durable.

Une vie durable est fondamentalement l’application de la durabilité au choix et aux décisions de vie. Une conception de la vie durable exprime ce que cela signifie en termes de triple résultat final: répondre aux besoins écologiques, sociétaux et économiques actuels sans compromettre ces facteurs pour les générations futures. Une autre conception plus large décrit la vie durable en termes de quatre domaines sociaux interdépendants: l’économie, l’écologie, la politique et la culture. Dans la première conception, la vie durable peut être décrite comme vivant dans les limites de la capacité de charge innée définie par ces facteurs. Dans la deuxième conception ou cercles de durabilité, la vie durable peut être décrite comme une négociation des relations de besoins dans tous les domaines interdépendants de la vie sociale, y compris les conséquences pour les générations futures et les espèces non humaines.

La conception durable et le développement durable sont des facteurs critiques pour une vie durable. La conception durable englobe le développement de technologies appropriées, qui constituent un élément essentiel des pratiques de vie durable. Le développement durable est à son tour l’utilisation de ces technologies dans les infrastructures. L’architecture durable et l’agriculture sont les exemples les plus courants de cette pratique.

Abri
À l’échelle mondiale, le logement représente environ 25% des émissions de gaz à effet de serre générées par les achats des ménages et 26% de l’utilisation de leurs terres par les ménages.

Les maisons durables sont construites à l’aide de méthodes et de matériaux durables et facilitent les pratiques écologiques, permettant ainsi un mode de vie plus durable. Leur construction et leur maintenance ont des impacts neutres sur la Terre. Souvent, si nécessaire, ils se trouvent à proximité de services essentiels tels que les épiceries, les écoles, les garderies, le travail ou les transports en commun, ce qui permet de s’engager dans des choix de transport durable. Parfois, ce sont des maisons hors réseau qui ne nécessitent aucun service public d’énergie, d’eau ou d’égout.

Si elles ne sont pas hors réseau, les maisons durables peuvent être connectées à un réseau alimenté par une centrale qui utilise des sources d’énergie durables, en achetant de l’électricité comme à l’accoutumée. De plus, les maisons durables peuvent être connectées à un réseau, mais générer leur propre électricité par des moyens renouvelables et vendre tout excédent à un service public. Il existe deux méthodes courantes pour aborder cette option: la facturation nette et la double comptabilisation.

Les maisons conçues de manière durable sont généralement situées de manière à créer le moins possible d’impact négatif sur l’écosystème environnant, orientées vers le soleil afin de créer le meilleur microclimat possible (généralement, le grand axe de la maison ou du bâtiment doit être orienté vers l’est). -ouest) et fournissent une ombrage naturelle ou des barrières anti-vent où et quand cela est nécessaire, parmi beaucoup d’autres considérations. La conception d’un abri durable offre les options dont elle dispose par la suite (utilisation de l’éclairage et du chauffage solaires passifs, création de zones tampons thermiques par l’ajout de porches, de surplombs profonds pour créer un microclimat favorable, etc.). Des maisons construites de manière durable impliquent une gestion des déchets respectueuse de l’environnement. matériaux de construction tels que le recyclage et le compostage, utilisent des matériaux de production non toxiques, renouvelables, recyclés, valorisés ou ayant subi un traitement durable, créés et traités de manière durable (comme l’utilisation de finitions organiques ou à base d’eau), autant matériaux et outils disponibles localement dans la mesure du possible afin de réduire les besoins de transport et d’utiliser des méthodes de production à faible impact (méthodes minimisant les effets sur l’environnement).

De nombreux matériaux peuvent être considérés comme des matériaux «verts» jusqu’à ce que leur arrière-plan soit révélé. Toute matière ayant utilisé des produits chimiques toxiques ou cancérigènes lors de son traitement ou de sa fabrication (comme le formaldéhyde dans des colles utilisées dans le travail du bois), ayant fait de longs voyages depuis sa source ou son fabricant, ayant été cultivée ou récoltée de manière non durable, pourrait ne pas être considérée comme verte. Pour que tout matériau soit considéré comme vert, il doit être économe en ressources, ne pas compromettre la qualité de l’air intérieur ou la conservation de l’eau, et doit être économe en énergie (à la fois pour le traitement et lorsqu’il est utilisé dans l’abri). On peut atteindre l’efficacité des ressources en utilisant autant de contenu recyclé, réutilisable ou recyclable, de matériaux utilisant des emballages recyclés ou recyclables, de matériaux disponibles localement, de matériaux récupérés ou reconstruits, de matériaux qui utilisent une fabrication économe en ressources et de matériaux durables.

Puissance
Comme mentionné sous Shelter, certains ménages durables peuvent choisir de produire leur propre énergie renouvelable, tandis que d’autres peuvent choisir de l’acheter via le réseau d’une compagnie d’électricité qui exploite des sources durables (les méthodes de mesure de la production et de la consommation d’électricité sont également mentionnées précédemment). dans un ménage). Cependant, l’achat d’énergie durable peut tout simplement ne pas être possible dans certains endroits en raison de sa disponibilité limitée. Par exemple, 6 des 50 États américains ne proposent pas d’énergie verte. Pour ceux qui le font, ses consommateurs achètent généralement un montant fixe ou un pourcentage de leur consommation mensuelle à une entreprise de leur choix et l’énergie verte achetée est injectée dans l’ensemble du réseau national. Techniquement, dans ce cas, l’énergie verte n’est pas fournie directement au ménage qui l’achète. Dans ce cas, il est possible que la quantité d’électricité verte que le ménage achetant reçoive ne représente qu’une petite fraction de son électricité totale entrante. Cela peut dépendre ou non du montant acheté. L’achat d’électricité verte a pour but de soutenir les efforts de leur service public en matière de production d’énergie durable. Produire de l’énergie durable sur une base individuelle au niveau du ménage ou de la communauté est beaucoup plus flexible, mais peut toujours être limité par la richesse des sources d’approvisionnement offertes par l’emplacement (certains emplacements peuvent ne pas être riches en sources d’énergie renouvelable alors que d’autres peuvent en avoir une abondance ).

L’énergie solaire exploite l’énergie du soleil pour produire de l’électricité. Les cellules photo-voltaïques organisées en panneaux et l’énergie solaire concentrée sont deux méthodes classiques de conversion de l’énergie solaire en énergie solaire, qui utilisent des miroirs pour concentrer la lumière solaire afin de chauffer un fluide alimentant un générateur électrique via une turbine à vapeur ou un moteur thermique. simplement coulé sur des cellules photo-voltaïques. L’énergie créée par les cellules photovoltaïques est un courant continu et doit être convertie en courant alternatif avant de pouvoir être utilisée dans un foyer. À ce stade, les utilisateurs peuvent choisir de stocker ce courant continu dans des batteries pour une utilisation ultérieure ou d’utiliser un onduleur AC / DC pour une utilisation immédiate. Pour tirer le meilleur parti d’un panneau solaire, l’angle d’incidence du soleil doit être compris entre 20 et 50 degrés. L’énergie solaire via des cellules photovoltaïques est généralement la méthode la plus coûteuse d’exploitation des énergies renouvelables, mais son prix est en train de baisser à mesure que la technologie progresse et que l’intérêt public augmente. Il présente les avantages d’être portable, facile à utiliser sur une base individuelle, facilement disponible pour les subventions et les incitations gouvernementales, et flexible en ce qui concerne l’emplacement (même s’il est plus efficace lorsqu’il est utilisé dans des zones chaudes et arides car elles ont tendance à être les plus ensoleillées. ). Pour ceux qui ont de la chance, des programmes de location abordables peuvent être trouvés. Les centrales solaires concentrées sont généralement utilisées à plus grande échelle au niveau communautaire plutôt qu’à l’échelle des ménages individuels, en raison de la quantité d’énergie qu’elles sont capables de mobiliser mais peuvent être réalisées à l’échelle individuelle avec un réflecteur parabolique.

L’énergie thermique solaire est exploitée en captant la chaleur directe du soleil. Le chauffage à l’eau solaire est l’un des moyens les plus couramment utilisés par les ménages pour utiliser cette méthode. Dans une large perspective, ces systèmes impliquent des réservoirs bien isolés pour le stockage et les collecteurs, qu’ils soient passifs ou actifs (les systèmes actifs disposent de pompes qui font circuler l’eau en continu dans les collecteurs et le réservoir de stockage) et, dans les systèmes actifs, impliquent soit de chauffer directement l’eau qui sera utilisé ou chauffera un fluide caloporteur sans gel qui réchauffera ensuite l’eau qui sera utilisée. Les systèmes passifs sont moins chers que les systèmes actifs car ils ne nécessitent pas de système de pompage (ils tirent plutôt parti du mouvement naturel de l’eau chaude passant au-dessus de l’eau froide pour faire circuler l’eau utilisée dans le collecteur et le réservoir de stockage).

L’énergie éolienne est exploitée par le biais d’éoliennes installées sur de hautes tours (généralement de 20 ou 6 m avec des pales de 10 ou 3 m de diamètre pour les besoins de chaque ménage) qui alimente un générateur qui crée de l’électricité. Ils ont généralement besoin d’une vitesse moyenne du vent de 14 km / h pour rentabiliser leur investissement (comme le prescrit le département de l’Énergie des États-Unis), et sont capables de payer eux-mêmes leur vie durant. Les éoliennes dans les zones urbaines doivent généralement être installées à au moins 10 mètres (30 ‘) dans les airs pour recevoir suffisamment de vent et ne pas obstruer les obstructions proches (tels que les bâtiments voisins). Le montage d’une éolienne peut également nécessiter l’autorisation des autorités. Les éoliennes ont été critiquées pour le bruit qu’elles produisent, leur apparence et l’argument selon lequel elles peuvent affecter les schémas migratoires des oiseaux (leurs pales empêchent le passage dans le ciel). Les éoliennes sont beaucoup plus pratiques pour les habitants des zones rurales et sont l’une des formes les plus rentables d’énergie renouvelable par kilowatt, se rapprochant du coût des combustibles fossiles et sont rapidement rentabilisées.

La production d’énergie géothermique consiste à exploiter l’eau chaude ou la vapeur sous la surface de la Terre, dans des réservoirs, pour produire de l’énergie. Parce que l’eau chaude ou la vapeur utilisée est réinjectée dans le réservoir, cette source est considérée comme durable. Cependant, ceux qui envisagent de tirer leur électricité de cette source doivent être conscients qu’il existe une controverse sur la durée de vie de chaque réservoir géothermique car certains pensent que leur durée de vie est naturellement limitée (ils se refroidissent avec le temps, rendant la production d’énergie géothermique éventuellement impossible). . Cette méthode est souvent à grande échelle car le système requis pour exploiter l’énergie géothermique peut être complexe et nécessite du matériel de forage en profondeur. Cependant, il existe de petites exploitations géothermiques individuelles qui exploitent des réservoirs très proches de la surface de la Terre, évitant ainsi de forer de manière extensive et exploitant parfois même des lacs ou des étangs où il y a déjà une dépression. Dans ce cas, la chaleur est capturée et envoyée à un système de pompe à chaleur géothermique situé dans l’abri ou l’installation qui en a besoin (souvent, cette chaleur est utilisée directement pour chauffer une serre pendant les mois les plus froids). Bien que l’énergie géothermique soit disponible partout sur Terre, son caractère pratique et son rapport coût-efficacité varient, directement en fonction de la profondeur requise pour atteindre les réservoirs. Des régions telles que les Philippines, Hawaii, l’Alaska, l’Islande, la Californie et le Nevada ont des réservoirs géothermiques plus proches de la surface de la Terre, ce qui rend leur production rentable.

La biomasse est créée lorsque toute matière biologique est brûlée comme combustible. Comme dans le cas de l’utilisation de matériaux verts dans un ménage, il est préférable d’utiliser autant de matériaux disponibles localement que possible afin de réduire l’empreinte carbone créée par le transport. Bien que la combustion de biomasse à des fins de combustion libère du dioxyde de carbone, des composés soufrés et des composés azotés dans l’atmosphère, une préoccupation majeure dans un mode de vie durable, les quantités rejetées sont durables (elles ne contribueront pas à une augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère). . En effet, la matière biologique brûlée libère la même quantité de dioxyde de carbone qu’elle a consommée au cours de sa vie. Cependant, la combustion de biodiesel et de bioéthanol à partir de matériaux vierges est de plus en plus controversée et peut être considérée comme durable car elle aggrave par inadvertance la pauvreté dans le monde et le défrichement de terres supplémentaires pour de nouveaux champs agricoles (la source du biocarburant est également la même d’aliments) et peuvent utiliser des méthodes de culture non durables (telles que l’utilisation de pesticides et d’engrais nocifs pour l’environnement).

Aliments
À l’échelle mondiale, les produits alimentaires représentent respectivement 48% et 70% des impacts environnementaux des ménages sur les ressources en terres et en eau, la consommation de viande, de produits laitiers et d’aliments transformés augmentant rapidement avec les revenus.

Impact de l’agriculture industrielle sur l’environnement
La production agricole industrielle est fortement consommatrice de ressources et d’énergie. Les systèmes d’agriculture industrielle nécessitent généralement une irrigation lourde, une application extensive de pesticides et d’engrais, un travail du sol intensif, une production en monoculture concentrée et d’autres intrants continus. En raison de ces conditions d’exploitation industrielle, les contraintes environnementales croissantes actuelles sont encore exacerbées. Ces contraintes comprennent: la dégradation des nappes phréatiques, le lessivage chimique, le ruissellement chimique, l’érosion des sols, la dégradation des sols, la perte de biodiversité et d’autres préoccupations écologiques.

Distribution alimentaire conventionnelle et transport longue distance
La distribution conventionnelle de produits alimentaires et le transport sur de longues distances sont en outre exhaustifs en ressources et en énergie. Les importantes émissions de dioxyde de carbone qui perturbent le climat, stimulées par le transport de denrées alimentaires sur de longues distances, suscitent de plus en plus d’inquiétude alors que le monde est confronté à une crise mondiale telle que l’épuisement des ressources naturelles, le pic pétrolier et les changements climatiques. “Le repas américain moyen coûte actuellement environ 1 500 km et nécessite environ 10 calories d’huile et autres combustibles fossiles pour produire une calorie d’aliments.”

Aliments locaux et de saison
Un moyen plus durable d’acquérir de la nourriture est d’acheter localement et de façon saisonnière. Acheter de la nourriture auprès des agriculteurs locaux réduit la production de carbone, causée par le transport de nourriture sur de longues distances, et stimule l’économie locale. Les exploitations agricoles locales à petite échelle utilisent également généralement des méthodes d’agriculture plus durables que les systèmes d’agriculture industrielle conventionnels, telles que la réduction du travail du sol, le cycle des éléments nutritifs, la promotion de la biodiversité et la réduction des applications de pesticides et d’engrais chimiques. L’adaptation d’une alimentation saisonnière plus régionale et saisonnière est plus durable, car elle implique l’achat de produits moins énergivores et exigeants en ressources, qui poussent naturellement dans une zone locale et ne nécessitent aucun transport sur de longues distances. Ces légumes et fruits sont également cultivés et récoltés au cours de leur saison de croissance appropriée. Ainsi, l’agriculture vivrière saisonnière n’exige pas une production intensive à effet de serre, une irrigation intensive, des emballages en plastique et le transport sur de longues distances depuis l’importation d’aliments non régionaux, ni d’autres facteurs de stress environnementaux. Les produits locaux et de saison sont généralement plus frais, non transformés et plus nutritifs. Les produits locaux contiennent également moins ou pas de résidus de produits chimiques provenant d’applications nécessaires au transport et à la manutention sur de longues distances. Les marchés de producteurs, des événements publics où les petits agriculteurs locaux se rassemblent et vendent leurs produits, sont une bonne source pour obtenir de la nourriture locale et des connaissances sur les productions agricoles locales. En plus de promouvoir la localisation des produits alimentaires, les marchés de producteurs constituent un lieu de rassemblement central pour les interactions communautaires.

Réduire la consommation de viande
La production industrielle de viande entraîne également des coûts environnementaux élevés, tels que la dégradation des sols, l’érosion des sols et l’épuisement des ressources naturelles, notamment en ce qui concerne l’eau et les aliments. La production de masse de viande augmente la quantité de méthane dans l’atmosphère. Pour plus d’informations sur l’impact environnemental de la production et de la consommation de viande, reportez-vous à l’éthique de la consommation de viande. Réduire la consommation de viande, peut-être à quelques repas par semaine, ou adopter un régime végétarien ou végétalien, atténue la demande de production de viande industrielle préjudiciable à l’environnement. Acheter et consommer de la viande élevée en plein air, en plein air ou nourrie à l’herbe est une autre alternative pour une consommation de viande plus durable.

L’agriculture biologique
L’achat et le soutien de produits biologiques constituent une autre contribution fondamentale à la vie durable. L’agriculture biologique est une tendance en rapide émergence dans l’industrie alimentaire et dans la toile de la durabilité. Selon le National Standards Standards Board (NOSB) de l’USDA, l’agriculture biologique est définie comme “un système de gestion de la production écologique qui favorise et améliore la biodiversité, les cycles biologiques et l’activité biologique des sols. Il repose sur une utilisation minimale des intrants extérieurs à la ferme et sur des pratiques de gestion qui rétablissent, maintiennent ou renforcent l’harmonie écologique. L’objectif premier de l’agriculture biologique est d’optimiser la santé et la productivité de communautés interdépendantes comprenant la vie sur le sol, les plantes, les animaux et les humains. ” Pour atteindre ces objectifs, l’agriculture biologique utilise des techniques telles que la rotation des cultures, la permaculture, le compost, l’engrais vert et la lutte biologique contre les ravageurs. En outre, l’agriculture biologique interdit ou limite strictement l’utilisation d’engrais et de pesticides fabriqués, de régulateurs de croissance des plantes tels que les hormones, les antibiotiques pour animaux d’élevage, les additifs alimentaires et les organismes génétiquement modifiés. Les produits issus de l’agriculture biologique comprennent les légumes, les fruits, les céréales, les herbes, la viande, les produits laitiers, les œufs, les fibres et les fleurs. Voir la certification biologique pour plus d’informations.

Jardinage urbain
Outre les petites exploitations locales, l’agriculture urbaine s’est récemment développée, passant de jardins communautaires à des jardins privés. Avec cette tendance, les agriculteurs et les citoyens s’engagent dans la production alimentaire. Un réseau de systèmes agricoles urbains contribue à assurer davantage la sécurité alimentaire régionale et encourage l’autosuffisance et l’interdépendance coopérative au sein des communautés. Avec chaque bouchée de nourriture provenant de jardins urbains, les impacts environnementaux négatifs sont réduits de nombreuses manières. Par exemple, les légumes et les fruits cultivés dans des jardins et des fermes à petite échelle ne sont pas cultivés avec des applications énormes d’engrais azotés nécessaires aux opérations agricoles industrielles. Les engrais azotés entraînent un lessivage chimique toxique et un ruissellement qui pénètre dans nos nappes phréatiques. Les engrais azotés produisent également de l’oxyde nitreux, un gaz à effet de serre plus nocif que le dioxyde de carbone. Les aliments locaux cultivés dans la communauté ne nécessitent également aucun transport importé sur de longues distances, ce qui épuise davantage nos réserves de combustibles fossiles. En développant plus d’efficacité par acre de terre, les jardins urbains peuvent être créés dans une grande variété de domaines: terrains vacants, parcs publics, cours privées, églises et cours d’école, sur les toits (jardins sur les toits) et dans de nombreux autres lieux. Les communautés peuvent travailler ensemble pour modifier les limites de zonage afin que les jardins publics et privés soient autorisés. Des aménagements paysagers comestibles et esthétiques peuvent également être intégrés à l’aménagement urbain tels que les bleuetiers, les vignes formées sous une tonnelle, les arbres de noix de pécan, etc. Aussi petits que l’agriculture domestique ou communautaire, les méthodes d’agriculture durable et biologique peuvent facilement être utilisées. Ces techniques d’agriculture biologique durable comprennent: le compostage, la lutte biologique contre les ravageurs, la rotation des cultures, le paillage, l’irrigation au goutte-à-goutte, le cycle des éléments nutritifs et la permaculture. Pour plus d’informations sur les systèmes agricoles durables, voir Agriculture durable.

Conservation et conservation des aliments
La conservation et le stockage des aliments réduisent la dépendance à l’égard des aliments transportés sur de longues distances et de l’industrie du marché. Les aliments cultivés sur place peuvent être conservés et stockés en dehors de leur saison de croissance et consommés en permanence tout au long de l’année, renforçant ainsi l’autonomie et l’indépendance du supermarché. Les aliments peuvent être conservés et conservés par déshydratation, congélation, conditionnement sous vide, mise en conserve, embouteillage, marinage et gelée. Pour plus d’informations, voir Conservation des aliments.

Transport
Face aux inquiétudes croissantes liées au pic pétrolier, au réchauffement climatique exacerbé par les émissions de dioxyde de carbone et les prix élevés de l’énergie, l’industrie automobile conventionnelle devient de moins en moins faisable pour le débat sur la durabilité. Des révisions des systèmes de transport urbain favorisant la mobilité, des transports à faible coût et des environnements urbains plus sains sont nécessaires. Ces systèmes de transport urbain devraient combiner le transport ferroviaire, le transport par autobus, les pistes cyclables et les allées piétonnes. Les systèmes de transport public, tels que les systèmes de métro et les systèmes de transport en commun par bus, évitent à un grand nombre de personnes de ne plus dépendre de la mobilisation des voitures et réduisent considérablement le taux d’émissions de carbone imputables au transport automobile. Le covoiturage est une autre alternative pour réduire la consommation de pétrole et les émissions de carbone par les transports en commun.

Comparativement aux automobiles, les vélos sont un modèle de transport individuel économe en énergie, le vélo consommant environ 50 fois moins d’énergie que la conduite. Les vélos augmentent la mobilité tout en réduisant la congestion, en réduisant la pollution atmosphérique et sonore et en augmentant l’exercice physique. Plus important encore, ils ne dégagent pas de dioxyde de carbone qui perturbe le climat. Les programmes de partage de vélos commencent à se développer dans le monde entier et sont conçus dans les grandes villes telles que Paris, Amsterdam et Londres. Les programmes de partage de vélos proposent des kiosques et des stations d’accueil permettant de louer des centaines de milliers de vélos dans toute la ville, par le biais de petits dépôts ou d’abonnements abordables.

Eau
Un facteur majeur de la vie durable implique ce qu’aucun humain ne peut vivre sans, l’eau. L’utilisation non durable de l’eau a des conséquences d’une grande portée pour l’humanité. Actuellement, les humains utilisent un quart de l’eau douce totale de la Terre dans la circulation naturelle et plus de la moitié du ruissellement accessible. De plus, la croissance de la population et la demande en eau augmentent sans cesse. Il est donc nécessaire d’utiliser plus efficacement l’eau disponible. En mode de vie durable, on peut utiliser l’eau de manière plus durable grâce à une série de mesures simples et quotidiennes. Ces mesures impliquent de prendre en compte l’efficacité des appareils ménagers d’intérieur, l’utilisation de l’eau en extérieur et la sensibilisation à l’utilisation quotidienne de l’eau.

Appareils ménagers d’intérieur
Les bâtiments résidentiels et commerciaux représentent 12% des prélèvements d’eau douce en Amérique. Une maison unifamiliale américaine typique consomme environ 70 gallons américains (260 L) par personne et par jour à l’intérieur. Cette utilisation peut être réduite par de simples modifications du comportement et des mises à niveau de la qualité de l’appliance.

Toilettes
Aux États-Unis, les toilettes représentaient près de 30% de la consommation d’eau à l’intérieur des habitations en 1999. Une chasse d’eau dans une toilette américaine standard nécessite plus d’eau que la plupart des particuliers et de nombreuses familles dans le monde utilisent tous leurs besoins pour une journée complète. La durabilité de l’eau de toilette d’une maison peut être améliorée de deux manières: en améliorant la toilette actuelle ou en installant une toilette plus efficace. Pour améliorer les toilettes actuelles, une méthode possible consiste à placer des bouteilles en plastique alourdies dans le réservoir des toilettes. En outre, il existe des banques de réservoirs peu coûteuses ou des surpresseurs à flotteur disponibles à l’achat. Une banque de réservoirs est un sac en plastique qui doit être rempli d’eau et suspendu dans le réservoir des toilettes. Un rehausseur de flotteur se fixe sous la boule de flotteur des toilettes d’une capacité antérieure à 1986 de trois gallons et demi. Il permet à ces toilettes de fonctionner avec la même vanne et le même réglage de flotteur, mais réduit considérablement leur niveau d’eau en économisant entre un et un et trois gallons d’eau par chasse. Les fuites constituent un gaspillage important d’eau dans les toilettes existantes. Une fuite de toilette lente est indétectable à l’œil nu, mais peut gaspiller des centaines de gallons chaque mois. Une façon de vérifier cela consiste à mettre du colorant alimentaire dans le réservoir et à vérifier si l’eau dans la cuvette des toilettes prend la même couleur. En cas de clapet qui fuit, on peut le remplacer par un clapet de toilette réglable, qui permet un auto-ajustement de la quantité d’eau par chasse.

Douches
En moyenne, les douches représentaient 18% de l’utilisation d’eau intérieure aux États-Unis en 1999, soit entre 6 et 8 gallons américains (23 et 30 L) par minute, traditionnellement en Amérique. Une méthode simple pour réduire cette utilisation consiste à passer à des pommes de douche hautes performances et à faible débit. Ces pommes de douche utilisent seulement 1,0-1,5 gpm ou moins. Une alternative au remplacement de la pomme de douche consiste à installer un convertisseur. Ce dispositif arrête une douche courante lorsque la température souhaitée est atteinte. Les chauffe-eau solaires peuvent être utilisés pour obtenir une température optimale de l’eau et sont plus durables car ils réduisent la dépendance aux combustibles fossiles. Pour réduire l’utilisation excessive d’eau, les tuyaux d’eau peuvent être isolés avec un isolant de tuyau en mousse pré-fendu. Cette isolation diminue le temps de génération d’eau chaude. Une méthode simple et directe pour économiser l’eau lors de la douche consiste à prendre des douches plus courtes. Une méthode pour y parvenir consiste à fermer l’eau lorsque cela n’est pas nécessaire (par exemple en moussant) et à reprendre la douche lorsque l’eau est nécessaire. Cela peut être facilité lorsque la plomberie ou la pomme de douche permet d’éteindre l’eau sans perturber le réglage de température souhaité (courant au Royaume-Uni mais pas aux États-Unis).

Lave-vaisselle et éviers
En 1999, les éviers représentaient en moyenne 15% de l’utilisation d’eau à l’intérieur des États-Unis. Il existe toutefois des méthodes simples pour remédier aux pertes d’eau excessives. Disponible à l’achat est un aérateur à vis. Cet appareil combine l’air et l’air, générant ainsi une substance mousseuse avec un volume perçu supérieur, réduisant ainsi la consommation d’eau de moitié. De plus, une soupape à bascule est disponible qui permet de couper et de rétablir le débit à la température précédemment atteinte. Enfin, un dispositif à flux laminaire crée un flux d’eau de 1,5 à 2,4 gpm qui réduit de moitié la consommation d’eau, mais peut être ramené à un niveau d’eau normal lorsqu’il est optimal.

Machines à laver
En 1999, 23% de la consommation d’eau à l’intérieur des États-Unis était due au lavage des vêtements. Contrairement aux autres machines, les machines à laver américaines ont peu changé pour devenir plus durables. Une machine à laver typique a une conception à axe vertical, dans laquelle les vêtements sont agités dans une cuve remplie d’eau. Les machines à axe horizontal, en revanche, mettent moins d’eau dans le fond du frottement et y font tourner les vêtements. Ces machines sont plus efficaces en termes d’utilisation du savon et de stabilité des vêtements.

Utilisation de l’eau en extérieur
Il existe plusieurs façons d’incorporer une cour, un toit et un jardin personnels à une vie plus durable. Bien que la conservation de l’eau soit un élément essentiel de la durabilité, la séquestration de l’eau est également importante.

Conserver l’eau
Lors de la planification d’un jardin et d’une cour, il est plus durable de prendre en compte les plantes, le sol et l’eau disponible. Les arbustes, les plantes et les herbes résistants à la sécheresse consomment moins d’eau que les espèces plus traditionnelles. De plus, les plantes indigènes (par opposition aux plantes vivaces herbacées) utiliseront une plus petite quantité d’eau et auront une résistance accrue aux maladies des plantes de la région. Le xérochage est une technique qui sélectionne les plantes tolérantes à la sécheresse et rend compte des caractéristiques endémiques telles que la pente, le type de sol et la gamme de plantes indigènes. Il peut réduire de 50 à 70% la consommation d’eau des paysages, tout en offrant un espace d’habitat à la faune. Les plantes sur les pentes aident à réduire le ruissellement en ralentissant et en absorbant les précipitations accumulées. Le regroupement des installations en fonction des besoins en eau réduit davantage le gaspillage d’eau.

Après la plantation, la circonférence des plantes entourant le paillis a pour effet de réduire l’évaporation. Pour ce faire, appuyez fermement sur deux à quatre pouces de matière organique le long du canal de la plante. Cela empêche le ruissellement de l’eau. Lors de l’arrosage, considérez la gamme de sprinklers; l’arrosage des zones pavées est inutile. De plus, afin de conserver le maximum d’eau, un arrosage devrait être effectué tôt le matin, les jours sans vent, afin de réduire les pertes en eau d’évaporation. Les systèmes d’irrigation goutte à goutte et les tuyaux d’arrosage constituent une alternative plus durable au système traditionnel d’extinction par aspersion. Les systèmes d’irrigation goutte à goutte utilisent de petits interstices à des distances standard dans un tuyau, ce qui entraîne le ruissellement lent de gouttelettes d’eau qui infiltrent le sol sur une longue période. Ces systèmes utilisent 30 à 50% moins d’eau que les méthodes conventionnelles. Les tuyaux absorbants aident à réduire la consommation d’eau jusqu’à 90%. Ils se connectent à un tuyau d’arrosage et s’étendent le long de la rangée de plantes sous une couche de paillis. Une couche de matière organique ajoutée au sol contribue à augmenter son absorption et sa rétention d’eau. les zones précédemment plantées peuvent être recouvertes de compost.

Séquestration de l’eau
Une méthode courante de séquestration de l’eau est la collecte de l’eau de pluie, qui intègre la collecte et le stockage de la pluie. La pluie provient principalement d’un toit et est stockée au sol dans des bassins versants. La séquestration de l’eau varie en fonction de l’étendue, du coût et de la complexité. Une méthode simple implique un seul baril au fond d’un tuyau de descente, tandis qu’une méthode plus complexe implique plusieurs réservoirs. Il est extrêmement durable d’utiliser de l’eau stockée à la place de l’eau purifiée pour des activités telles que l’irrigation et la chasse d’eau. En outre, l’utilisation des eaux de pluie stockées réduit la quantité de pollution par les eaux de ruissellement, captée par les toits et les trottoirs qui normalement pénétreraient dans les cours d’eau par les égouts pluviaux.

Les systèmes d’eau grise fonctionnent en séquestrant l’eau d’intérieur utilisée, telle que l’eau de lessive, de bain et d’évier, et en la filtrant pour la réutiliser. Les eaux grises peuvent être réutilisées pour l’irrigation et les chasses d’eau. Il existe deux types de systèmes d’eaux grises: les systèmes manuels alimentés par gravité et les systèmes complets. Les systèmes manuels ne nécessitent pas d’électricité, mais peuvent nécessiter un espace plus grand. Les systèmes intégrés nécessitent de l’électricité mais sont autonomes et peuvent être installés à l’intérieur.

Déchets
À mesure que la demande des populations et des ressources augmente, la production de déchets contribue aux émissions de dioxyde de carbone, à la lixiviation de matières dangereuses dans le sol et les cours d’eau et aux émissions de méthane. Rien qu’en Amérique, au cours d’une décennie, 500 trillions de livres de ressources américaines auront été transformées en déchets et en gaz non productifs. Ainsi, une composante cruciale de la vie durable est la conscience du gaspillage. On peut le faire en réduisant les déchets, en réutilisant les produits et en recyclant.

Il existe un certain nombre de moyens de réduire les déchets dans une vie durable. Deux méthodes pour réduire le gaspillage de papier sont l’annulation du courrier indésirable, telles que les offres de carte de crédit et d’assurance, le publipostage direct et la transformation de relevés papier mensuels en courriers électroniques. Le courrier indésirable à lui seul représentait 1,72 million de tonnes de déchets d’enfouissement en 2009. Une autre méthode pour réduire les déchets consiste à acheter en vrac, en réduisant les matériaux d’emballage. La prévention du gaspillage alimentaire peut limiter la quantité de déchets organiques envoyés aux décharges produisant le méthane, un puissant gaz à effet de serre. Un autre exemple de réduction des déchets consiste à être conscient d’acquérir des quantités excessives lors de l’achat de matériaux à usage limité, tels que des pots de peinture. Des alternatives non dangereuses ou moins dangereuses peuvent également limiter la toxicité des déchets.

En réutilisant les matériaux, on vit de manière plus durable en ne contribuant pas à l’ajout de déchets aux sites d’enfouissement. La réutilisation permet d’économiser les ressources naturelles en réduisant la nécessité d’extraction de matières premières. Par exemple, les sacs réutilisables peuvent réduire la quantité de déchets générés par les achats d’épicerie en éliminant la nécessité de créer et d’expédier des sacs en plastique et la nécessité de gérer leur élimination et leur recyclage ou leurs effets polluants.

Le recyclage, un processus qui décompose les articles usagés en matières premières pour en fabriquer de nouveaux, est un moyen particulièrement utile de contribuer au renouvellement des marchandises. Le recyclage comprend trois processus principaux; collecte et traitement, fabrication et achat de produits recyclés. Un exemple naturel de recyclage consiste à utiliser les déchets alimentaires comme compost pour enrichir la qualité du sol, ce qui peut être effectué à la maison ou localement avec un compostage communautaire. Une branche du recyclage, de l’upcycling, s’efforce de convertir le matériau en un produit de valeur similaire ou supérieure dans sa seconde vie. En intégrant des mesures de réutilisation, de réduction et de recyclage, on peut réduire efficacement les déchets personnels et utiliser les matériaux de manière plus durable.