Verre de studio

Studio glass est l’utilisation moderne du verre en tant que moyen artistique pour la réalisation de sculptures ou d’œuvres d’art en trois dimensions. Les objets en verre créés ont pour but de faire une déclaration sculpturale ou décorative. Leurs prix peuvent aller de quelques centaines à des centaines de milliers de dollars américains. Pour les plus grandes installations, les prix sont en millions.

Au début du XXe siècle (avant le début des années 1960), l’art du verre contemporain était généralement réalisé par des équipes d’ouvriers d’usine, prenant du verre dans des fours contenant au moins mille livres sterling. Cette forme d’art du verre, dont Tiffany et Steuben aux États-Unis, Gallé en France et Hoya Crystal au Japon, Royal Leerdam Crystal aux Pays-Bas et Orrefors et Kosta Boda en Suède sont peut-être les mieux connus, est née du système d’usine de tous les objets en verre ont été soufflés à la main ou par des moisissures par des équipes.

Les studios de verre modernes utilisent une grande variété de techniques pour créer des œuvres d’art en verre, notamment:

Soufflage de verre,
La flamme,
Coulée de verre,
Fonctionnement à froid,
Fusion de verre,
Pâte de verre,
Vitrail.

L’histoire
À partir du 19ème siècle, divers types de verre fantaisie ont commencé à devenir des branches importantes des arts décoratifs. Le verre Cameo a été relancé pour la première fois depuis les Romains, initialement utilisé principalement pour des pièces de style néo-classique. Le mouvement Art nouveau, en particulier, utilisait beaucoup le verre. René Lalique, Émile Gallé et Daum, de Nancy, étaient des personnalités importantes de la première vague française du mouvement, produisant des vases colorés et des pièces similaires, souvent en verre camée, mais aussi en lustre. techniques. En Amérique, Louis Comfort Tiffany était spécialisé dans les vitraux séculaires, principalement des plantes, à la fois dans les panneaux et dans ses lampes célèbres. À partir du XXe siècle, certains artistes du verre ont commencé à se classer comme des sculpteurs travaillant dans le verre et faisant partie des beaux-arts.

Au début du 20e siècle, la majeure partie de la production de verre était réalisée dans des usines. Même des souffleurs de verre individuels réalisant leurs propres conceptions personnalisées travailleraient dans ces grands bâtiments partagés. L’idée de “verre d’art” a grandi – de petites œuvres décoratives dans de petites séries, souvent avec des dessins ou des objets.

Dans les années 1970, il existait de bonnes conceptions pour des fours plus petits, ce qui a donné naissance aux États-Unis au mouvement des “souffleurs de verre”, qui travaillaient en dehors des usines, souvent dans leurs propres bâtiments ou studios. Cela a coïncidé avec une tendance à la production de plus petites séries de styles particuliers. Ce mouvement s’est également étendu à d’autres parties du monde.

Techniques utilisées dans les studios modernes
Les studios de verre modernes utilisent une grande variété de techniques pour créer leurs pièces. L’ancienne technique du verre soufflé, selon laquelle un souffleur de verre travaille dans un four rempli de verre en fusion à l’aide de tiges en métal et d’outils à main pour souffler et façonner presque toutes les formes de verre, est l’une des méthodes de travail les plus populaires. La plupart des grandes pièces creuses sont fabriquées de cette façon, ce qui permet à l’artiste d’improviser lors de la création de son travail.

Un autre type est le verre travaillé à la flamme, qui utilise des torches et des fours pour sa production. L’artiste travaille généralement sur un banc à l’aide de tiges et de tubes de verre qu’il façonne avec des outils à main pour créer son travail. De nombreuses formes peuvent être réalisées de cette manière avec peu d’investissement en argent et en espace. Bien que l’artiste soit quelque peu limité dans la taille de l’œuvre pouvant être créée, cette technique permet d’atteindre un niveau de détail élevé. Les presse-papiers de Paul Stankard sont de bons exemples de ce qui peut être réalisé avec des techniques de travail à la flamme. Au 21ème siècle, le verre travaillé à la flamme est devenu couramment utilisé comme ornements sur des objets fonctionnels. La baguette du conducteur de verre, commandée par Chandler Bridges pour le Dr Andre Thomas, est un exemple clair du travail à la flamme utilisé pour transformer un objet traditionnel en déclaration artistique.

Le verre coulé peut être fait au four, à la torche ou au four. Généralement, l’artiste réalise un moule en réfractaire, en sable, en plâtre et en silice, que l’on peut remplir de verre transparent ou de verre coloré ou à motifs, en fonction des techniques et des effets souhaités. La sculpture à grande échelle est généralement créée de cette façon. Le verre fondu et le verre fondu sont similaires au verre moulé, mais ils ne le sont pas à une température aussi élevée. Habituellement, le verre est uniquement chauffé suffisamment pour imprimer une forme ou une texture sur la pièce, ou pour coller plusieurs morceaux de verre ensemble sans colle.

La technique traditionnelle du vitrail est encore utilisée pour la création du verre de studio. L’artiste découpe le verre en formes et place les pièces dans des gaines en plomb soudées ensemble. Ils peuvent également utiliser des techniques à chaud dans un four pour créer une texture, des motifs ou modifier la forme générale du verre.

Le verre gravé est créé par trempage du verre qui a un motif résistant aux acides appliqué à sa surface dans une solution acide. Un artiste peut aussi le graver à la main à l’aide de roues. Le sablage peut créer un effet similaire.

Le verre froid est un verre travaillé sans utilisation de chaleur. Le verre peut être coupé, ciselé, sablé, collé ou collé pour former des objets d’art allant des petites pièces à la sculpture monumentale.

Equipement et outillage
L’atelier du maître verrier artisanal
Comme on peut le voir au musée des traditions verrières de la ville de Eu (76), l’atelier contient généralement:

Un four constitué d’un ensemble de briques réfractaires capables de résister aux températures élevées obtenues progressivement;
Une composition, c’est-à-dire tous les matériaux qui, en fusion, donneront du verre. Lors de manifestations publiques, si les créations ne sont pas destinées à être conservées, le verrier fera fondre des fragments de verre ordinaire;
Un ensemble de tiges de soufflage en métal et des ouvertures variables;
un banc de verre, sorte de large siège en bois avec support latéral en métal sur lequel le verrier pose sa canne pour travailler sa paraison; cette “goutte de verre” en fusion est “ramassée” (de cueiller, terme propre au verre et ne pas ramasser) dans le four en roulant la canne.

Au cours de cette opération de “laminage”, le maître verrier utilise pleinement toutes ses connaissances de la viscosité relative du verre en fonction de sa température pour le modeler à sa guise (obtenir un “vide” au milieu de la paraison , pour travailler ensuite). dans un vase, par exemple, le souffleur de verre soufflera dans sa canne, puis augmentera l’air.Il est alors possible de voir le vide se former à l’arrivée de l’air.Beaucoup de retours au four pour chauffer le matériau sont possibles, comme le maître verrier peut également se lever et imprimer un mouvement oscillant de la canne afin de refroidir en partie son travail, en revanche l’équilibrer si nécessaire).

Des pinces, que le maître verrier utilise par exemple pour “resserrer” une paraison afin d’obtenir un col de vase par exemple, ou pour “attraper” le verre et le façonner, par exemple pour fabriquer les jambes ou la crinière d’un petit cheval;
Une sorte de truelle en bois recouverte de papier journal mouillé, qui permet à l’artiste de “lisser” son travail, par exemple lorsqu’il veut matérialiser le fond d’un vase. Le papier est humide afin de ne pas s’enflammer au contact du verre.
L’émail, c’est-à-dire les colorations que l’artiste a incorporées à sa guise en les roulant sur la paraison.
Un dispositif de recuit, c’est-à-dire un four plus silencieux et utilisé plus longtemps. En effet, et pour éviter les chocs thermiques qui provoqueraient la rupture du travail final, il est nécessaire de le recuire pour le stabiliser.

Le maître verrier peut utiliser plusieurs tiges. Il est également intéressant de le voir séparer le travail fini de la canne à souffler. Il imprime un mouvement sec du poignet qui “rompt” la jonction entre la canne et le travail. Il reste alors une marque dite “marque pontil”. Non éliminé, celui-ci rappelle que le travail a été soufflé par un maître verrier.

Types de verre

Verre soufflé
Les souffleurs de verre chauffent une boule de verre à l’extrémité d’une canne (tube métallique creux) et soufflent dans cette canne pour gonfler le verre et obtenir le vide intérieur. Ensuite, ils étirent, aplatissent, percent cette balle pour lui donner sa forme définitive. Une fois durci, un peu de givre pour faire des motifs.

Verre fondu
C’est sans doute la plus ancienne des techniques du verre. Les égyptiens et les phéniciens fabriquaient des amulettes, des bijoux précieux et des décorations de meubles funéraires. En concurrence rapide avec le soufflage, cette technique a progressivement disparu. Vers la fin du XIXe siècle, la pâte de verre redevient à la mode par Henry Cros, sculpteur symboliste passionné d’archéologie. Ses recherches ont conduit à d’autres vocations bien accueillies par les frères Daum à Nancy 1.

Cette technique, découverte à l’origine par les Egyptiens, a été réinventée presque simultanément par Henry Cros, François Georges Desprets Décorchemont et dans la seconde partie du 19ème siècle. Il a été rapidement utilisé, notamment dans le verre de l’art. Amalric Walter, Gabriel Argy-Rousseau s’est montré là.

Le moule de la pièce à fabriquer est réalisé en un matériau réfractaire (à base de kaolin par exemple) selon diverses techniques incluant la cire perdue. Après la cuisson, afin d’éviter les fissures, le moule est refroidi et rempli de poudres ou de granules de verres de couleurs différentes, selon le décor souhaité. Une nouvelle cuisson a lieu et, après refroidissement, le moule est délicatement détruit par un moyen chimique ou mécanique afin de dégager la pièce dont la forme et les couleurs ont été parfaitement maîtrisées.

Thermoformage
Cette technique consiste à poser à froid une ou des feuilles de verre, éventuellement colorées, sur une forme réfractaire dont elles épousent le relief lors de la cuisson. Le cintre bombeur en verre et les lentilles pour fabriquer des lampes de sol, des présentoirs de trésorier, des horloges à globes ou des couronnes mariées qui les protègent de la poussière 2.

Frit
Composition de verre, colorée avec des oxydes métalliques, fondue et trempée dans un bain d’eau froide pour la réduire en granules pour la production d’émaux ou de “cosses” colorées (barres); matériaux de base des verriers.

Le mouvement du verre de studio
Le mouvement international du verre de studio est né en Amérique et s’est étendu à l’Europe, au Royaume-Uni, à l’Australie et à l’Asie. Ce mouvement mettait l’accent sur l’artiste en tant que concepteur et créateur d’objets uniques, dans un petit studio. Ce mouvement a permis aux artistes et aux concepteurs de partager des connaissances techniques et des idées qui, dans l’industrie, seraient impossibles.

Avec la domination du modernisme dans les arts, les médias artistiques se sont élargis au cours du XXe siècle. En effet, le verre faisait partie du programme d’études d’écoles d’art telles que le Bauhaus. Frank Lloyd Wright a fabriqué des fenêtres en verre considérées par certains comme des chefs-d’œuvre non seulement du design, mais également de la composition picturale. Au cours des années 50, les céramiques de studio et autres supports artisanaux aux États-Unis ont commencé à gagner en popularité et en importance, et les artistes américains intéressés par le verre ont cherché de nouvelles voies en dehors de l’industrie. Harvey Littleton, souvent désigné comme le “père du mouvement du verre de studio”, a été inspiré pour développer le soufflage de verre de studio en Amérique par le grand verre conçu et fabriqué en Italie, en Suède et dans de nombreux autres lieux, et par le travail de pionnier dans le domaine de la céramique. le potier californien Peter Voulkos. Harvey Littleton et Dominick Labino ont organisé le désormais célèbre atelier de verre au Toledo Museum of Art en 1962. L’objectif était de faire fondre le verre dans un petit four afin que les artistes individuels puissent utiliser le verre comme support artistique dans un cadre non industriel. Cet atelier allait stimuler le mouvement du verre de studio qui se répandait dans le monde entier. Au lieu des grands environnements industriels du passé, un artiste du verre pouvait désormais travailler avec un petit four à verre dans un environnement individuel et produire des œuvres d’art à partir de verre.

Travaux
La plus ancienne verrerie encore en activité est Barovier & Toso, établie sur l’île de Murano et spécialisée depuis des siècles dans la production de cristalleries de Murano. La Barovier Cup est l’une de ses pièces les plus importantes.

Bien entendu, il convient également de mentionner pour la période Art nouveau les célèbres productions d’Émile Gallé, de René Lalique, des frères Daum, de François-Théodore Legras, d’Argental et des frères Muller. Au cours de cette période, outre de nombreux vases émaillés à chaud, sont fabriqués les fameux vases et lampes naturalistes, en verre multicouche, gravés par broyage ou gravés à l’acide.

Maître verrier plus contemporain et de très haut niveau, le Belge Louis Leloup (cristal travaillé à la canne, soufflé à la bouche) a été consacré à un musée à Kyoto au Japon. Né en 1929 en Belgique, Louis Leloup a sublimé ce matériau prestigieux qu’est le cristal. L’artiste a d’abord traversé une longue phase d’acquisition et de développement des techniques nécessaires à la mise en forme du cristal. Son approche personnelle de l’art du verre émerveille tous ceux qui ont la chance de voir ses œuvres exposées dans le monde entier ou qui ont eu la chance de le voir faire une démonstration il y a quelques années dans la vallée de la Bresle, berceau de verre industriel et industriel entre la Picardie et la Normandie.

Art du verre régional moderne

Australie
Le début du mouvement du verre (studio glass) en Australie a été stimulé par une visite en Australie de l’artiste américain Bill Boysen, qui a parcouru le pays au début des années 70 avec un studio mobile. Boysen se rend en Australie en 1974, où il promeut l’art du verre en présentant une “démonstration révolutionnaire du soufflage du verre” devant un rassemblement d’environ 250 participants. Le studio mobile de Boysen “a visité avec succès les salles de huit États de l’est de l’Est en 1974, renforçant ainsi considérablement la crédibilité du verre fabriqué à la main”. La visite de Boysen a contribué à “inspirer une génération d’artistes [australiens] à travailler avec le verre et a finalement conduit à la création de la collection nationale d’art en verre” à Wagga Wagga, en Australie. Cette importante collection comprend plus de 450 œuvres d’art et constitue “la collection publique la plus complète de verre de studio australien au monde”. Depuis lors, le verre australien a acquis une reconnaissance mondiale avec Adelaïde en Australie méridionale et a accueilli la Conférence internationale de la Glass Art Society en 2005 pour la troisième fois seulement en dehors des États-Unis. Le Ranamok Glass Prize, présenté chaque année de 1994 à 2014, encourage les artistes du verre contemporains vivant en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Belgique
Daniël Theys et Chris Miseur de la verrerie Theys & Miseur à Kortrijk-Dutsel, en Belgique, représentent le travail du verre artistique belge dans le monde entier.

Chine
En Chine, l’art du verre est apparu pour la première fois à la période occidentale de Zhou (1046 à 771 av. J.-C.) et s’appelait liuli. Un des plus anciens artefacts de liuli chinois, une paire de coquilles d’oreilles funéraires, a été récupéré sur le site archéologique du prince Liu Sheng, prince de la dynastie occidentale de Zhongshan, dans la province du Hebei. Pendant des milliers d’années, l’art a progressivement diminué jusqu’à sa résurrection par les artistes Loretta H. Yang et Chang Yi en 1987 par le biais du premier studio d’art contemporain liuli chinois Liuligongfang. En 1997, Yang et Chang ont rendu publiques leur technique et leurs procédures dans le but de créer une plate-forme diplomatique d’éducation et de développement. La technique de Liuligongfang est depuis devenue une pierre angulaire sur laquelle le liuli chinois contemporain est construit. Yang et Chang sont largement reconnus comme les pionniers et fondateurs du liuli chinois contemporain.

Italie
Le soufflage du verre a commencé dans l’Empire romain et, depuis lors, l’Italie a perfectionné les techniques de soufflage du verre. Jusqu’à la toute récente explosion de verreries à Seattle (États-Unis), il y en avait plus sur l’île de Murano (Italie) que partout ailleurs dans le monde. La plupart des techniques artistiques raffinées de soufflage du verre (par exemple, incalmo, reticello, zanfirico, latticino) y ont été développées. De plus, des générations de souffleurs ont transmis leurs techniques aux membres de la famille. Les garçons commençaient à travailler à la fornace (en fait “four” – appelé “l’usine” en anglais).

Japon
L’art du verre japonais a une courte histoire. Les premiers studios de verre indépendants ont été construits par Saburo Funakoshi et Makoto Ito, ainsi que par Shinzo Kotani dans des endroits séparés. Yoshihiko Takahashi et Hiroshi Yamano exposent leurs œuvres dans des galeries du monde entier et sont sans doute des artistes de verre renommés du Japon. Yoichi Ohira a travaillé avec succès à Murano avec des gaffers italiens. La petite île du Pacifique Niijima, administrée par Tokyo. possède un centre d’art du verre renommé, construit et géré par Osamu et Yumiko Noda, diplômés de l’Illinois State University, où ils ont étudié avec Joel Philip Myers. Chaque automne, le festival international des arts du verre de Niijima a lieu et invite des artistes du verre internationaux renommés à participer à des démonstrations et à des séminaires. Des artistes verriers émergents, tels que Yukako Kojima et Tomoe Shizumu, ont été présentés à la Glass Art Society 2007 au Pittsburgh Glass Center. Kyohei Fujita était un autre artiste verrier de studio japonais remarquable.

Mexique
Le Mexique a été le premier pays d’Amérique latine à se doter d’une fabrique de verre au début du XVIe siècle grâce aux conquérants espagnols. Bien que le verre traditionnel au Mexique ait prévalu sur l’art du verre moderne, il existe depuis les années 1970 une liste d’artistes du verre # Le Mexique a donné une place à ce pays dans l’art du verre international.

Les Pays-Bas
L’art du verre aux Pays-Bas est principalement stimulé par la conception du verre et l’usine de soufflage du verre Royal Leerdam Crystal. Des créateurs aussi remarquables que H.P. Berlage, Andries Copier et Sybren Valkema, Willem Heesen (également maître souffleur de verre) ont eu une influence majeure sur l’art du verre néerlandais. Plus tard, le mouvement du verre de studio, inspiré par l’Américain Harvey Littleton et le nouveau Workgroup Glass fondé par Sybren Valkema à l’Académie Gerrit Rietveld d’Amsterdam, ont donné naissance à une nouvelle génération d’artistes du verre.

Royaume-Uni
Les principaux centres de production de verre au Royaume-Uni sont St. Helens dans le Merseyside (maison de Pilkington Glass et site sur lequel le verre au plomb a été produit pour la première fois par George Ravenscroft), Stourbridge dans les Midlands et Sunderland dans le Nord-Est. Sunderland abrite maintenant le National Glass Center, qui abrite un cours spécialisé sur l’art du verre. St. Helens se vante d’un établissement similaire mais sans le corps éducatif attaché. Le Perthshire en Écosse était reconnu internationalement pour ses presse-papiers en verre. Il a toujours accueilli les meilleurs artistes verriers travaillant à petite échelle, mais a fermé son usine de Crieff en Écosse en janvier 2002.

Au Royaume-Uni, les artistes verriers organisent diverses expositions. La Scottish Glass Society organise chaque année une exposition à l’intention de ses membres, la Guild of Glass Engravers tous les deux ans et la British Glass Biennale, créée en 2004, en inaugurant sa troisième exposition.

British Glass Art doit beaucoup à la longue histoire de l’artisanat. La majorité de ses souffleurs de verre qui exploitent de petits appareils de studio produisent des objets à la fois esthétiques et fonctionnels. Les compétences techniques en tant que souffleur ont autant d’importance que l’intention artistique. Steven Newell, Catherine Hough, Annette Meech et bien sûr Simon Moore sont d’autres artistes remarquables de Glasshouse. Il y a un nombre croissant de studios de verre au Royaume-Uni. Beaucoup se spécialisent dans la verrerie de production tandis que d’autres se concentrent sur des pièces uniques ou en édition limitée. Une organisation à but non lucratif financée par le Conseil des arts, la Contemporary Glass Society, créée en 1976 sous le nom de British Artists in Glass, existe pour promouvoir et soutenir le travail des artistes du verre au Royaume-Uni.

Les autres organisations du verre au Royaume-Uni sont la Guilde des graveurs sur verre, la Scottish Glass Society et la cohésion. La cohésion est un type d’entité différent des autres organisations en ce sens qu’elle a été spécifiquement créée pour promouvoir et développer l’art du verre en tant qu’entreprise commerciale. Elle organise des manifestations commerciales au Royaume-Uni et aux alentours, ainsi qu’au niveau international. À l’origine, il visait uniquement les artistes basés dans le nord-est de l’Angleterre, mais il a depuis élargi son mandat à l’ensemble du Royaume-Uni.

La Northlands Glass School a été créée à la fin des années 90 dans l’extrême nord de l’Écosse. Elle propose des résidences et des classes de maître à des étudiants en arts et à des artistes du verre reconnus.

En novembre 2007, la sculpture en verre Model for a Hotel a été dévoilée au quatrième socle de Trafalgar Square, à Londres.

États Unis
Les États-Unis ont connu deux phases de développement dans le verre. La première, au début et au milieu des années 1900, a débuté dans les villes de Toledo (Ohio) et de Corning (New York), où des usines comme Fenton et Steuben fabriquaient des pièces de verre à la fois fonctionnelles et artistiques. La riche histoire du verre de Toledo remonte au début du siècle lorsque Libbey Glass, Owens-Illinois et Johns Manville ont dirigé le monde en matière de fabrication de produits en verre. Leur réputation a valu à Toledo le titre de “Capitale mondiale du verre”. Ces leaders de l’industrie, ainsi que le Toledo Museum of Art, ont parrainé le premier atelier de verre en 1961. Cet atelier déboucherait sur un nouveau mouvement du verre de studio américain.

Le mouvement américain du verre de studio

La deuxième phase, la plus importante, du verre américain a débuté en 1962, lorsque le professeur de céramique Harvey Littleton et le chimiste Dominick Labino ont lancé le mouvement du soufflage de verre contemporain. Ce mouvement a été motivé par leurs deux ateliers au Toledo Museum of Art, au cours desquels ils ont commencé à expérimenter la fusion du verre dans un petit four et à créer un art en verre soufflé. Littleton et Labino ont été les premiers à rendre le verre fondu utilisable par les artistes dans les studios privés. Harvey Littleton a étendu son influence par ses contributions artistiques importantes et par son enseignement et sa formation, notamment parmi les plus grands artistes du verre contemporains, dont Marvin Lipofsky, Sam Herman (Grande-Bretagne), Fritz Dreisbach et Dale Chihuly.

En 1964, Tom McGlauchlin a lancé l’un des premiers programmes de verre agréés à l’Université de l’Iowa et Marvin Lipofsky a créé le programme de verre de niveau universitaire de l’Université de Californie à Berkeley. En 1964, le Dr Robert C. Fritz a fondé un programme de niveau universitaire en verre à la San Jose State University de San Jose, en Californie. Étudiant diplômé de l’Université du Wisconsin-Madison sous Harvey Littleton, Bill H. Boysen a construit le premier studio de verre de la Penland School of Crafts à Penland, en Caroline du Nord, en 1965. Après avoir obtenu son diplôme en 1966, il a lancé le programme de à la Southern Illinois University à Carbondale, Illinois. Dale Chihuly a lancé le programme du verre à la Rhode Island School of Design en 1969. Tom McGlauchlin a rejoint le Toledo Museum of Art en tant que professeur et directeur du verre conjointement avec le programme d’art de l’Université de Toledo en 1971.

American Glass Schools et Studios
La croissance du verre de studio a conduit à la formation d’écoles de verre et de studios d’art situés dans tout le pays. Les plus grandes concentrations d’artistes verriers se trouvent à Seattle, dans l’Ohio, à New York, en Pennsylvanie et au New Jersey. San Francisco, Los Angeles / Orange County et Corning, New York ont ​​également des concentrations non négligeables d’artistes travaillant dans le verre.

La Pilchuck Glass School, située près de Seattle, est devenue la Mecque des artistes du verre du monde entier. Ceux qui fréquentent Pilchuck, qu’ils soient étudiants ou artistes confirmés, ont la possibilité d’assister à des master classes et d’échanger des compétences et des informations dans un environnement dédié uniquement aux arts du verre.

Le Pittsburgh Glass Center de Pittsburgh propose des programmes de résidence pour les artistes travaillant dans le verre et des installations permettant aux artistes d’utiliser leurs œuvres. Le Pittsburgh Glass Center propose au public des cours de soufflage de verre et de nombreuses autres formes d’art du verre. Philadelphie héberge un petit nombre de studios de verre destinés aux artistes utilisant le verre. Abritant le National Liberty Museum (qui regroupe toutes les œuvres d’artistes du verre internationaux), Philadelphie accueille l’organisation à but non lucratif P.I.P.E. programme, avec des résidences pour artistes qui utilisent le verre ainsi que le métal, électroformage sur verre et coulée de bronze. La Pennsylvanie a une longue tradition dans la production de verre industriel et son influence a rapidement été absorbée par les artistes travaillant dans le verre.

Le studio du musée du verre de Corning, créé en 1996, est un établissement d’enseignement de renommée internationale situé à Corning, dans l’État de New York. Des cours et des ateliers sont organisés pour les artisans du verre et les artistes débutants et expérimentés. Le programme de résidence du Studio amène des artistes du monde entier à Corning pendant un mois pour travailler dans les installations du Studio, où ils peuvent explorer et développer de nouvelles techniques de soufflage de verre ou approfondir leurs œuvres actuelles. Les artistes travaillant dans The Studio ont accès aux collections du musée du verre de Corning et bénéficient des ressources de la bibliothèque de recherche de Rakow, dont les fonds couvrent l’art et l’histoire du verre et de la verrerie.

Le Wheaton Arts and Cultural Centre, situé dans la capitale historique de l’industrie du verre à Millville, dans le New Jersey, est un centre d’enseignement de l’art et de l’histoire à but non lucratif qui abrite le Museum of American Glass, qui abrite la plus grande collection d’objets en verre au monde. La collection comprend du verre historique ainsi que des œuvres contemporaines de certains des plus grands noms du verre. En plus du musée, WheatonArts exploite un studio de verre de classe mondiale sous la direction créative de Hank Murta Adams. Le Creative Glass Center of America, financé par WheatonArts et essentiel à sa mission de perpétuer l’héritage de Millville dans le monde du verre, organise un programme de bourses exclusivement destiné aux artistes du secteur de la nouvelle et de la moyenne carrière travaillant dans le verre. Parmi les anciennes diplômées de la bourse CGCA, citons Steve Tobin (1983), Kait Rhoads (1997 et 2008), Lino Tagliapietra (1989), Beth Lipman (2001), Gregory Nangle (2006), Deborah Czeresko (2006 et 2010), Angus Powers. (2003) et Stephen Paul Day (1992, 1997, 2004 et 2009).

Industrie du verre
Les Verreries du Courval, fondées par la comtesse d’Eu, duchesse de Guise en 1623, aujourd’hui Verreries Pochet et Courval, leader des bouteilles de luxe (parfumerie et cosmétique).
La verrerie Warin Rapeaud, créée par le baron Léon Warin à Paris, puis reprise par son neveu Lucien Rapeaud. Nous devons à cette famille de nombreuses inventions et le développement de capsules en bakélite. Pierre Rapeaud développera le premier pichet empilable, le W1. Cette maison était également un fabricant de pots de pharmacie. La signature distinctive de la verrerie est le “LW” avec une échelle et sur les pots un aigle royal.
Émile Fourcault, inventeur belge du premier procédé de dessin de vitre.
Certains paysages ont été façonnés par les canopées telles que la forêt de Darney, où la clairière habitée par trente ans est le résultat d’une exploitation forestière effectuée autour d’une vitre entre le XV e et le XIX e siècle.
La verrerie de Fourtou est un ensemble de verreries situées dans et autour de la localité de Fourtou.
Carmaux Glassworks: La verrerie royale de 1754 à 1862 (fabrique de bouteilles fonctionnant au charbon) et la verrerie de Sainte Clotilde de 1862 à 1931.
La verrerie Trinquetaille à Arles, au 18ème siècle, classée monument historique depuis 1987.
La Verrerie ouvrière d’Albi (VOA), créée en 1896 par des verriers de Carmaux avec le soutien de Jean Jaurès, toujours active aujourd’hui (2016).

Recyclage du verre
Les bouteilles en verre usagées peuvent être fondues. Le matériau ainsi récupéré permet de fabriquer de nouvelles bouteilles. Le verre peut être recyclé indéfiniment sans perdre ses qualités.

Le verre peut également être fabriqué à partir de calcin récupéré (verre broyé). La fabrication de verre à partir de calcin récupéré permet d’économiser des matières premières et de l’énergie.

Avant d’être refondu, le verre subit divers traitements: broyage, lavage, élimination des colles, étiquettes, capsules, séparation du verre et des métaux et élimination des déchets (porcelaine, galets …).

En France, le verre est recyclé. L’Allemagne a choisi un autre système de recyclage: l’ensemble. Dans ce système, les bouteilles sont récupérées entières, lavées et réutilisées.