Nature morte au XVIIIe siècle

Le 18ème siècle dans une large mesure a continué à affiner les formules du 17ème siècle, et les niveaux de production ont diminué. Dans le style rococo, la décoration florale est devenue beaucoup plus commune sur la porcelaine, le papier peint, les tissus et l’ameublement en bois sculpté, de sorte que les acheteurs ont préféré leurs peintures pour avoir des figures pour un contraste. Un changement fut un nouvel enthousiasme parmi les peintres français, qui forment maintenant une grande proportion des artistes les plus notables, tandis que les Anglais restaient contents d’importer. Jean-Baptiste Chardin peignait de petits et simples ensembles de nourriture et d’objets dans un style très subtil qui s’inspirait à la fois des maîtres hollandais de l’âge d’or et devait être très influent sur les compositions du XIXe siècle. Les sujets de jeu morts ont continué à être populaires, en particulier pour les pavillons de chasse; la plupart des spécialistes ont également peint des sujets d’animaux vivants. Jean-Baptiste Oudry a combiné de superbes rendus de textures de fourrure et de plume avec des fonds simples, souvent le blanc uni d’un mur de garde-manger à la chaux, qui les a mis en valeur.

Luis Meléndez (1716-1780), Nature Morte aux Pommes, Raisins, Melons, Pain, Cruche et Bouteille

Au 18ème siècle, dans de nombreux cas, les connotations religieuses et allégoriques des natures mortes ont été abandonnées et les peintures de table de cuisine ont évolué en représentations calculées de couleurs et de formes variées, affichant des aliments de tous les jours. L’aristocratie française employait des artistes pour exécuter des tableaux de nature morte généreuse et extravagante qui ornaient leur table à manger, également sans le message vaniteux moraliste de leurs prédécesseurs hollandais. L’amour de l’artifice rococo a conduit à une augmentation de l’appréciation en France pour la peinture en trompe-l’œil (français: “tromper l’oeil”). Les natures mortes de Jean-Baptiste Chardin emploient une variété de techniques allant du réalisme hollandais aux harmonies plus douces.

La plus grande partie du travail d’Anne Vallayer-Coster était consacrée au langage de la nature morte tel qu’il avait été développé au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Au cours de ces siècles, le genre de la nature morte a été placé le plus bas sur l’échelle hiérarchique. Vallayer-Coster avait un moyen de ses peintures qui ont abouti à leur attractivité. Ce sont les «lignes audacieuses et décoratives de ses compositions, la richesse de ses couleurs et des textures simulées, et les exploits de l’illusionnisme qu’elle a réalisés en représentant une grande variété d’objets naturels et artificiels» qui ont attiré l’attention de la Royal Academy les nombreux collectionneurs qui ont acheté ses peintures. Cette interaction entre l’art et la nature était assez courante dans les natures mortes néerlandaises, flamandes et françaises. Son travail révèle la nette influence de Jean-Baptiste-Siméon Chardin, ainsi que des maîtres hollandais du XVIIe siècle, dont le travail a été beaucoup plus apprécié, mais ce qui rend le style de Vallayer-Coster se démarque des autres natures mortes. façon unique de coaliser l’illusionnisme représentationnel avec des structures de composition décoratives.

La fin du dix-huitième siècle et la chute de la monarchie française ont fermé les portes de l’ère des natures mortes de Vallayer-Coster et les ont ouvertes à son nouveau style de fleurs. Il a été soutenu que c’était le point culminant de sa carrière et de ce qu’elle est connue pour. Cependant, il a également été soutenu que les peintures de fleurs étaient futiles à sa carrière. Néanmoins, cette collection contenait des études florales à l’huile, à l’aquarelle et à la gouache.

Carl Hofverberg (1695-1765),Trompe l’oeil (1737), Fondation du Royal Armory, Suède

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Nature morte avec flacon en verre et fruits (vers 1750)

Jean-Baptiste Oudry, Le canard blanc (1753), volé à Houghton Hall en 1990

Rachel Ruysch, Roses, Convolvulus, coquelicots et autres fleurs dans une urne sur un rebord de pierre (1680s)

Anne Vallayer-Coster, Les attributs de la musique (vers 1770)

Carlo Manieri, Nature morte à l’argenterie , Pronkstilleven (1662-1700)

Anne Vallayer-Coster,Nature morte au homard(vers 1781)

Anne Vallayer-Coster, Les attributs de la peinture (vers 1769)

Une nature morte est une œuvre d’art représentant la plupart du temps des objets inanimés, objets banals qui sont soit naturels (nourriture, fleurs, animaux morts, plantes, roches, coquillages, etc.) ou artificiels (verres, livres, vases, bijoux, pièces de monnaie, pipes, etc.).

Avec ses origines au Moyen Age et l’art gréco-romain antique, la peinture de natures mortes a émergé comme un genre distinct et une spécialisation professionnelle dans la peinture occidentale à la fin du 16ème siècle, et est restée significative depuis lors. Une forme de nature morte donne à l’artiste plus de liberté dans l’arrangement des éléments dans une composition que des peintures d’autres types de sujets tels que le paysage ou le portrait. La nature morte, en tant que genre particulier, a commencé avec la peinture hollandaise des 16ème et 17ème siècles, et le terme anglais nature morte vient du mot néerlandais stilleven. Les premières peintures de natures mortes, en particulier avant 1700, contenaient souvent un symbolisme religieux et allégorique relatif aux objets représentés. Certains travaux de nature morte modernes cassent la barrière bidimensionnelle et emploient des médias mélangés tridimensionnels, et utilisent des objets trouvés, la photographie, l’infographie, aussi bien que la vidéo et le son.

Le terme comprend la peinture d’animaux morts, en particulier le gibier. Les vivants sont considérés comme de l’art animalier, bien qu’ils soient souvent peints à partir de modèles morts. La catégorie nature morte partage également des points communs avec l’illustration zoologique et surtout botanique, où il y a eu un chevauchement considérable entre les artistes. Généralement, une nature morte comprend un arrière-plan entièrement décrit et place les préoccupations esthétiques plutôt qu’illustratives au premier plan.

La vie immobile occupait le dernier échelon de la hiérarchie des genres, mais elle a été extrêmement populaire auprès des acheteurs. En plus de la nature morte indépendante, la nature morte englobe d’autres types de peinture avec des éléments de nature morte éminents, généralement symboliques, et des «images qui s’appuient sur une multitude d’éléments de nature morte pour reproduire une tranche de vie». “”. La peinture en trompe-l’œil, qui a l’intention de tromper le spectateur en lui faisant croire que la scène est réelle, est un type de nature morte spécialisé, montrant généralement des objets inanimés et relativement plats.