Solutions de surpopulation humaine

Le surpeuplement est une population d’État caractérisée par le fait que le nombre d’individus d’une espèce vivante dépasse la capacité de charge de son habitat, c’est-à-dire sa capacité à:

fournir les ressources nécessaires pour assurer la durabilité de cette espèce;
réparer les agressions (pollution, dérèglement des réglementations écologiques naturelles) infligées par cette espèce à son environnement.

Cette notion peut être envisagée à l’échelle d’un territoire (qui peut être local, régional, national, continental) ou de la planète Terre elle-même. Dans ce cas, les limites démographiques à prendre en compte incluent, en outre, la préservation des processus de régulation globaux (régulation de la température et de la composition chimique de l’atmosphère et des océans, pluies, courants marins, etc.) qui tendent à se maintenir le système terrestre dans un état propice à la vie.

La notion est parfois appliquée au domaine vétérinaire ou à l’élevage (population animale) ou à des sous-unités géographiques ou sociales.

Solutions proposées et mesures d’atténuation
Plusieurs solutions et mesures d’atténuation ont le potentiel de réduire la surpopulation. Certaines solutions doivent être appliquées au niveau planétaire mondial (par exemple, via des résolutions de l’ONU), tandis que d’autres au niveau des organisations de gouvernement de pays ou d’état, et d’autres au niveau de la famille ou des individus. Certaines des mesures d’atténuation proposées visent à aider à mettre en œuvre de nouvelles normes sociales, culturelles, comportementales et politiques pour remplacer ou modifier de manière significative les normes actuelles.

Par exemple, certains gouvernements ont mis en place des politiques qui réglementent le nombre d’enfants autorisés à vivre en couple. D’autres sociétés ont mis en place des stratégies de marketing social afin de sensibiliser le public aux effets de la surpopulation. “L’intervention peut être généralisée et réalisée à faible coût. Une variété de documents imprimés (prospectus, brochures, fiches d’information, autocollants) doivent être produits et distribués dans les communautés, notamment dans les lieux de culte, les manifestations sportives et les aliments locaux. marchés, écoles et parkings (stations de taxis / bus). ”

Ces invites permettent d’introduire le problème afin que les normes sociales nouvelles ou modifiées soient plus faciles à mettre en œuvre. Certaines politiques gouvernementales rendent plus facile et plus socialement acceptable l’utilisation de méthodes de contraception et d’avortement.

Les scientifiques et les technologues, y compris par exemple Huesemann, Huesemann, Ehrlich et Ehrlich, soulignent que la science et la technologie, telles qu’elles sont pratiquées actuellement, ne peuvent pas résoudre les graves problèmes auxquels la société humaine mondiale est confrontée, et qu’un changement culturel, social et politique est nécessaire pour réorienter la science et la technologie. une direction plus socialement responsable et écologiquement durable.

Réduire la surpopulation
La planification de la population humaine consiste à gérer intentionnellement le taux de croissance d’une population humaine. Historiquement, la planification de la population humaine a été mise en œuvre dans le but d’accroître le taux de croissance de la population humaine. Cependant, entre les années 50 et 80, les préoccupations liées à la croissance démographique mondiale et à ses effets sur la pauvreté, la dégradation de l’environnement et la stabilité politique ont conduit à des efforts pour réduire les taux de croissance de la population humaine. Plus récemment, certains pays, tels que l’Iran et l’Espagne, ont commencé à s’efforcer d’augmenter leur taux de natalité.

Bien que la planification démographique puisse impliquer des mesures qui améliorent la vie des gens en leur permettant de mieux contrôler leur reproduction, quelques programmes, notamment la “politique de l’enfant unique et de la politique de deux enfants” du gouvernement chinois, ont eu recours à des mesures coercitives.

Contrôle des naissances
La première mesure qui vient à l’esprit pour réduire les taux de natalité est d’améliorer l’accès aux méthodes de contraception et à la stérilisation. Ce n’est qu’au 16ème siècle que le premier préservatif à base de plantes inventé par Gabriele Falloppio. A cette époque, nous allons également expérimenter différentes méthodes. En général, nous préférons parler d’embrassements réservés et de manœuvres postcoïtales. En 1661, Madame de Sévigné parle dans ses “Lettres à sa fille” d’utiliser des “restringents” ou de faire une chambre à part.

La promotion du contrôle de la population (appuyée en partie par des organisations internationales telles que l’OMS) a conduit à la généralisation de la contraception dans les pays à forte croissance démographique après la révolution agricole et la révolution médicale.

Par ailleurs, certains pays ont mis en œuvre des politiques de promotion de la naissance, généralement sur la base de motivations nationalistes: c’est notamment le cas en France sous la Troisième République, ainsi que dans l’Italie et la France fascistes. de l’Allemagne nazie. Ces polices restent en vigueur en France sous la forme d’allocations familiales octroyées uniquement à partir du deuxième enfant, du système de quotient familial et de nombreuses dispositions similaires incitant directement les parents à avoir une famille nombreuse. Ces dispositifs semblent être largement soutenus par le clergé et les associations familiales.

Education et autonomisation
Une option consiste à mettre l’accent sur l’éducation en matière de surpopulation, de planification familiale et de méthodes de contrôle des naissances, et à rendre les dispositifs de contrôle des naissances tels que les préservatifs masculins et féminins, les pilules contraceptives et les dispositifs intra-utérins disponibles. Dans le monde entier, près de 40% des grossesses ne sont pas intentionnelles (quelque 80 millions de grossesses non désirées chaque année). Environ 350 millions de femmes dans les pays les plus pauvres du monde ne veulent pas de leur dernier enfant, ne veulent pas d’autre enfant ou veulent espacer leurs grossesses, mais elles n’ont pas accès à l’information, à des moyens et services abordables pour déterminer Leurs familles. Aux États-Unis, en 2001, près de la moitié des grossesses étaient involontaires. Dans les pays en développement, quelque 514 000 femmes meurent chaque année de complications liées à la grossesse et à l’avortement, dont 86% dans la région de l’Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. En outre, 8 millions de nourrissons meurent, dont beaucoup à cause de la malnutrition ou de maladies évitables, en particulier du manque d’accès à de l’eau potable.

Les droits des femmes et leurs droits en matière de procréation en particulier sont des questions considérées comme ayant une importance vitale dans le débat.

L’Égypte a annoncé un programme visant à réduire sa surpopulation grâce à l’éducation en matière de planification familiale et à la mise en marché des femmes. Il a été annoncé en juin 2008 par le ministre de la Santé et de la Population et le gouvernement a mis de côté 480 millions de livres égyptiennes (environ 90 millions de dollars américains) pour le programme.

Plusieurs scientifiques (notamment Paul et Anne Ehrlich et Gretchen Daily) ont proposé que l’humanité s’efforce de stabiliser ses chiffres absolus, en tant que point de départ pour entamer le processus de réduction des nombres totaux. Ils ont proposé les solutions et les politiques suivantes: suivre une norme socioculturelle et comportementale à l’échelle de la petite famille (en particulier l’ethos d’un enfant par famille) et offrir une contraception à tous, ainsi qu’une éducation appropriée sur son utilisation et ses avantages ( fournir un accès à un avortement sans risque et légal comme solution de rechange à la contraception), associée à une répartition beaucoup plus équitable des ressources à l’échelle mondiale.

Le magnat des affaires, Ted Turner, a proposé une norme culturelle “volontaire, non imposée” avec un enfant par famille. Population Matters (une organisation britannique qui s’occupe de la population) organise une campagne “promets deux ou moins”, dans laquelle les personnes sont encouragées à se limiter aux familles de petite taille.

La planification de la population qui vise à réduire la taille de la population ou le taux de croissance peut promouvoir ou imposer une ou plusieurs des pratiques suivantes, bien qu’il existe également d’autres méthodes:

Meilleur accès à la contraception
Réduire la mortalité infantile afin que les parents n’aient pas besoin de beaucoup d’enfants pour que certains d’entre eux survivent au moins à l’âge adulte.
Améliorer la condition de la femme afin de faciliter le départ de la division sexuelle du travail traditionnelle.
Politiques à enfant unique et à deux enfants et autres politiques limitant ou décourageant directement les naissances.
Planning familial
Créer des “modèles” de petite famille
Des restrictions d’immigration plus strictes

La méthode choisie peut être fortement influencée par les croyances culturelles et religieuses des membres de la communauté.

Réglementation de la naissance
La surpopulation peut être atténuée par le contrôle des naissances; certaines nations, comme la République populaire de Chine, ont recours à des mesures strictes pour réduire les taux de natalité. L’opposition religieuse et idéologique au contrôle des naissances a été citée comme facteur contribuant à la surpopulation et à la pauvreté.

Sanjay Gandhi, fils de feu le Premier ministre indien Indira Gandhi, a mis en œuvre un programme de stérilisation forcée entre 1975 et 1977. Officiellement, les hommes avec deux enfants ou plus devaient se soumettre à la stérilisation, mais la stérilisation des femmes était plus importante que celle des hommes. Certains jeunes hommes célibataires et opposants politiques peuvent également avoir été stérilisés. On se souvient encore de ce programme et on le critiquait encore en Inde. On reproche à celui-ci de créer une aversion du public pour la planification familiale, ce qui a entravé les programmes gouvernementaux pendant des décennies.

Le concepteur urbain Michael E. Arth a proposé un “plan de licence de naissance commercialisable basé sur le choix”, qu’il appelle “crédits de naissance”. Les crédits de naissance permettraient à toute femme d’avoir autant d’enfants qu’elle le voudrait, à condition qu’elle achète une licence pour un enfant au-delà d’une allocation moyenne, ce qui entraînerait une croissance démographique nulle. Si, par exemple, on déterminait que cette allocation avait un enfant, le premier enfant serait gratuit et le marché déterminerait le coût des droits de licence pour chaque enfant supplémentaire. Les crédits supplémentaires expireraient après un certain temps, ils ne pourraient donc pas être accumulés par des spéculateurs. Le coût réel des crédits ne représenterait qu’une fraction du coût réel d’avoir et d’élever un enfant, de sorte qu’il servirait davantage de réveil aux femmes qui, sans cela, auraient des enfants sans envisager sérieusement les conséquences à long terme pour elles-mêmes. ou de la société.

Une autre approche basée sur le choix, similaire aux crédits de naissance d’Arth, est la compensation financière ou d’autres avantages (biens et / ou services gratuits) offerts par l’État (ou les entreprises appartenant à l’État) offerts aux personnes qui se soumettent volontairement à la stérilisation. Le gouvernement indien a offert une telle compensation par le passé.

En 2014, les Nations Unies estimaient qu’il y avait 80% de chances que la population mondiale atteigne entre 9,6 et 12,3 milliards de personnes d’ici 2100. La majeure partie de l’augmentation de la population mondiale attendue se situera en Afrique et en Asie du Sud. La population africaine devrait passer d’un milliard à quatre milliards d’ici 2100, et l’Asie pourrait ajouter un autre milliard au cours de la même période. L’âge médian des Africains étant relativement bas (par exemple, il a 15 ans en Ouganda), les crédits de naissance devraient limiter la fécondité à un enfant sur deux femmes pour atteindre immédiatement le niveau des pays développés. Pour les pays dont la pyramide des âges est largement implantée, il faudra une génération pour que les personnes en âge de procréer aient leur famille. La Chine est un exemple de dynamique démographique, qui a ajouté peut-être 400 000 personnes de plus après l’adoption de sa politique de l’enfant unique. Arth a suggéré que l’accent soit mis sur les pays développés et qu’une combinaison de crédits de naissance et d’une compensation supplémentaire fournie par les pays développés pourrait rapidement conduire à une croissance démographique nulle tout en élevant rapidement le niveau de vie dans les pays en développement.

Règlement extraterrestre
Divers scientifiques et auteurs de science-fiction ont envisagé de remédier à la surpopulation terrestre grâce à l’utilisation de colonies de peuplement extraterrestres. Dans les années 1970, Gerard K. O’Neill a suggéré de construire des habitats spatiaux pouvant supporter 30 000 fois la capacité de charge de la Terre en utilisant seulement la ceinture d’astéroïdes et que le système solaire dans son ensemble puisse supporter les taux de croissance démographique actuels pendant mille ans. Marshall Savage (1992, 1994) a projeté une population humaine de cinq quintillions (5 x 1018) à travers le système solaire de 3 000 personnes, la majorité se trouvant dans la ceinture d’astéroïdes. Freeman Dyson (1999) considère la ceinture de Kuiper comme la future patrie de l’humanité, suggérant que cela pourrait se produire dans quelques siècles. Dans Mining the Sky, John S. Lewis suggère que les ressources du système solaire pourraient supporter 10 quadrillions (1016) personnes. Dans une interview, Stephen Hawking a affirmé que la surpopulation était une menace pour l’existence humaine et que “notre seule chance de survie à long terme n’est pas de rester tourné vers l’intérieur de la planète Terre, mais de se répandre dans l’espace”.

K. Eric Drexler, célèbre inventeur du concept futuriste de nanotechnologie moléculaire, a suggéré dans Engines of Creation que coloniser l’espace signifierait briser les limites malthusiennes de la croissance pour l’espèce humaine.

L’humanité pourrait peut-être habiter d’autres parties du système solaire à l’avenir. Geoffrey Landis, du centre de recherche Glenn de la NASA, a notamment souligné que “le niveau des nuages, Vénus est la planète paradisiaque”, car on pourrait y construire facilement des habitats d’aérostat et des villes flottantes, sur la base du concept selon lequel l’air respirable est un gaz de levage la dense atmosphère vénusienne. Vénus, comme Saturne, Uranus et Neptune, dans les couches supérieures de leur atmosphère, offrirait même une gravitation presque aussi forte que celle de la Terre (voir la colonisation de Vénus).

De nombreux auteurs de science-fiction, notamment Carl Sagan, Arthur C. Clarke et Isaac Asimov, ont fait valoir que l’expédition dans l’espace de la population excédentaire n’était pas une solution viable à la surpopulation humaine. Selon Clarke, “la bataille de la population doit être combattue ou gagnée sur Terre”. Le problème pour ces auteurs n’est pas le manque de ressources dans l’espace (comme le montrent des livres tels que Mining the Sky), mais l’impossibilité physique d’envoyer un grand nombre de personnes dans l’espace pour «résoudre» la surpopulation terrestre. Cependant, les calculs de Gerard K. O’Neill montrent que la Terre pourrait se décharger de toute nouvelle croissance démographique avec un secteur des services de lancement de la même taille que l’industrie aérienne actuelle.

Le concept StarTram, de James R. Powell (co-inventeur du transport maglev) et d’autres, prévoit la possibilité d’envoyer jusqu’à 4 millions de personnes par décennie dans l’espace par installation. Une colonie extraterrestre hypothétique pourrait éventuellement se développer uniquement par reproduction (c’est-à-dire sans aucune immigration), tous les habitants étant les descendants directs des premiers colons.

Droits de la femme
Le surpeuplement est étroitement lié à la domination masculine et au déni des droits des femmes: le rapport 2013 du Fonds des Nations Unies pour la population sur “Mère-enfant” fournit des statistiques révélatrices:

environ 19% des jeunes femmes dans les pays en développement tombent enceintes avant l’âge de 18 ans;
chaque année, dans ces pays, 7,3 millions de filles de moins de 18 ans donnent naissance à un enfant;
Selon les estimations de 2010, 36,4 millions de femmes âgées de 20 à 24 ans dans ces pays, dont 17,4 millions en Asie du Sud, ont déclaré avoir eu un enfant avant l’âge de 18 ans; c’était particulièrement le cas pour 28% des femmes âgées de 20 à 24 ans en Afrique de l’Ouest et du Centre, où le pourcentage d’accouchements de filles de moins de 15 ans est le plus élevé: 6%;
quelque 70 000 adolescentes meurent chaque année de causes liées à la grossesse et à l’accouchement dans les pays en développement;
malgré l’engagement quasi universel d’éliminer le mariage des enfants, une fille sur trois est mariée avant l’âge de 18 ans; cette pratique est généralement plus courante dans les situations d’extrême pauvreté: ainsi, cette proportion atteint son maximum (75%) au Niger, l’un des cinq pays les plus pauvres du monde.
dans les pays en développement, une fille sur neuf est forcée de se marier avant l’âge de 15 ans; au Bangladesh, au Niger et au Tchad, ce taux dépasse un sur trois;
Sur les 13,1 millions d’enfants de mères âgées de 15 à 19 ans dans le monde, seuls 680 000 sont nés dans des pays développés, dont 329 772 aux États-Unis en 2011.

Systèmes sociaux
L’une des motivations les plus fortes pour la procréation est le souci de “garantir sa vieillesse”. Même aujourd’hui, les défenseurs des politiques natalistes contestent la nécessité d’avoir des enfants pour financer les retraites. A fortiori, dans les pays dépourvus de système de retraite, le seul moyen de garantir des moyens de subsistance en fin de vie est de pouvoir compter sur plusieurs enfants. Aucune politique de réduction des naissances ne peut être efficace sans la création de systèmes de retraite et / ou d’une assurance vieillesse pour atténuer cette motivation fondamentale.

Urbanisation
Malgré l’augmentation de la densité de population dans les villes (et l’émergence de mégapoles), ONU-Habitat déclare dans ses rapports que l’urbanisation pourrait être le meilleur compromis face à la croissance démographique mondiale. Les villes concentrent les activités humaines dans des zones limitées, limitant l’ampleur des dommages environnementaux. Mais cette atténuation ne peut être obtenue que si la planification urbaine est considérablement améliorée et que les services de la ville sont correctement entretenus.

Citations
Dans le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, publié par Le Monde le 13 novembre 2017 et dans la revue BioScience, qui met en garde l’humanité contre les risques environnementaux liés à son comportement, la surpopulation est citée parmi les principaux dangers: “le Les scientifiques qui ont signé la déclaration précédente de 1992 ont plaidé pour une stabilisation de la population humaine et expliqué que le grand nombre d’êtres humains – augmenté de 2 milliards de personnes depuis 1992, soit une augmentation de 35% – exerce des pressions sur la Terre. efforts pour assurer un avenir durable ailleurs “;” Nous mettons en péril notre avenir en refusant (…) de réaliser que la croissance démographique rapide et continue est l’un des principaux facteurs de menaces environnementales et même sociétales “. Le manifeste énumère “les mesures efficaces et diversifiées que l’humanité pourrait prendre pour assurer la transition vers la durabilité”, notamment: “réduire davantage le taux de fécondité en veillant à ce que les hommes et les femmes aient accès à l’éducation et à la formation. les services font toujours défaut “et” Déterminer à long terme une population humaine durable et scientifiquement défendable, tout en assurant le soutien des pays et des dirigeants mondiaux pour atteindre cet objectif essentiel “.

Selon Claude Lévi-Strauss, “la surpopulation est le problème fondamental de l’avenir de l’humanité”.

Le capitaine Cousteau a déclaré: “Une terre et une humanité en équilibre, ce serait une population de cent à cinq cent millions de personnes, mais instruite et capable d’autosuffisance. Le vieillissement de la population n’est pas le problème. C’est une chose terrible mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons perdre 350 000 personnes par jour. C’est une chose horrible à dire, mais ne rien dire de plus “.

René Dumont, agronome et premier candidat environnemental à l’élection présidentielle française en 1974, a commencé son discours télévisé par: “Je vais vous parler ce soir du plus grave des dangers qui menacent notre avenir: celui de la surpopulation, le monde et ‘en France’.

L’eurodéputé Yves Cochet a déclaré: “Aujourd’hui, plus nous avons d’enfants, plus nous touchons. Je propose qu’une famille continue à recevoir une aide pour les deux premiers enfants, mais que cette aide diminuera considérablement à partir du troisième” et: “Là-bas Il ne s’agit pas d’un programme autoritaire de contrôle des naissances, mais d’une neutralité de l’État français ou des institutions européennes, c’est-à-dire une réduction des allocations familiales à partir du troisième enfant. ”

Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies (1997-2006) a déclaré: “Si nous continuons dans cette direction, si nous ne faisons rien pour arrêter la croissance démographique, nous en paierons le prix, nous nous retrouverons dans un monde surpeuplé. Démographie avoir un impact sur le développement économique, l’environnement et les ressources limitées de la Terre. ”

Dans une interview accordée au journal australien en 2010, le célèbre virologue australien Frank Fenner, gagnant de la variole, avait prédit la disparition de l’humanité: “L’homo sapiens devrait disparaître, peut-être dans 100 ans. Je pense qu’il est trop tard. J’essaie de ne pas le dire trop parce qu’il y a des gens qui essaient de changer les choses. Les efforts de réduction ralentissent un peu les choses, mais il y a déjà trop de gens [sur la Terre] “.

Dans une interview accordée au journal Le Soir, Christian de Duve, prix Nobel de médecine en 1974, s’est prononcé en faveur d’un “contrôle des naissances très strict” en affirmant que “le problème” est la démographie. “(…) Au cours de ma vie, la population mondiale a quadruplé, dépassant les possibilités naturelles. Nous sommes donc de plus en plus nombreux à rendre le monde invivable. (…) Jusqu’à présent, la contraception, le contrôle des naissances ont été condamné par le Vatican. C’est scandaleux, car le seul espoir de survie de l’humanité est de ne pas poursuivre son expansion. “, et dans son livre On Science and Beyond:” L’apocalypse prédit par Malthus a été retardé de deux siècles. Mais nous sommes se rapprocher dangereusement (…). Toutes les menaces qui pèsent sur l’avenir résultent d’une cause: nous sommes trop nombreux par rapport aux ressources de la planète (…). La survie de l’homme est en jeu “.

Nicolas Sarkozy a déclaré le 3 mai 2016: “Il y a un phénomène que nous n’avons jamais connu (…) c’est la pression démographique mondiale qui nous portera de sept milliards à onze milliards et demi en 2100 demain matin. (. ..) Les républicains appellent à une conférence mondiale annuelle sur la démographie mondiale, la nécessité de la planification familiale et la définition d’une stratégie démographique sur la planète “.

Emmanuel Macron a déclaré le 3 juillet 2018: “Lorsque vous êtes un pays pauvre où vous laissez la population galoper, vous avez sept ou huit enfants par femme, vous ne sortez jamais de la pauvreté”; il recommande de promouvoir la planification familiale et la lutte contre le mariage forcé.

Critique
Puisque le concept de surpopulation suggère à la fois conceptuel et substantiel, il y a trop de gens, certains le considèrent comme inhumain. Les lois de la biologie seraient transférées à la sphère sociale de manière inadmissible. On doute que la capacité de charge de la terre soit déjà épuisée; les problèmes sociaux, économiques et environnementaux sont plutôt causés par des erreurs politiques et une mauvaise répartition des ressources.

En 1984, le livre de Germaine Greer, Sex and Destiny: The Politics of Human Fertility, qui était aussi une controverse publique violente. Sur la base de ses expériences lors de ses voyages dans le tiers monde, elle a critiqué les attitudes occidentales à l’égard de la famille nucléaire: le monde n’était que surpeuplé par rapport aux normes occidentales. Elle a appelé à un retour aux idéaux de la vie de famille et à la modestie plutôt qu’à une consommation illimitée. Elle a dessiné une image positive de la femme en tant que mère de la famille élargie et a propagé la chasteté comme moyen de contraception potentiel. Sur ce, elle déroute une partie de son lectorat. Le féminisme universitaire et le mouvement des femmes ont tous deux critiqué leur nouvelle position de révisionniste et l’ont considérée comme faisant partie de la réaction négative.

La comparaison exemplaire de l’Allemagne et de la Chine montre que la prétendue surpopulation n’a rien à voir avec la pauvreté, la faim ou la prospérité (PIB) du pays. La densité de population de l’Allemagne est environ deux fois supérieure à celle de la Chine. Pourtant, on dit souvent que la Chine est surpeuplée, alors que l’Allemagne ne le dit pas. Une utilisation relativement plus efficace et moderne des ressources et une politique environnementale en Allemagne contribuent à mettre un frein aux problèmes avec lesquels les pays plus pauvres, supposément surpeuplés, luttent encore. En outre, la population en Allemagne est moins chère que dans de nombreux pays confrontés à des problèmes de population. Ici, beaucoup de gens sont généralement répartis sur quelques zones métropolitaines. Les facteurs géographiques jouent également un rôle,

Le concept a été accusé de servir à calmer la conscience des riches face à la pauvreté. Par exemple, Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, soutient que le concept ne fait que distraire de l’inégalité sociale et des erreurs politiques qui sont les causes réelles de la faim dans le monde.

Le lien entre la pauvreté et le nombre élevé d’enfants est également interprété différemment. Ainsi, une critique du concept de surpopulation est citée: un taux de natalité peu élevé est la cause de la pauvreté. Au contraire, la pauvreté entraîne un taux de natalité élevé, car il est généralement associé à un niveau d’éducation inférieur et à un accès moindre aux contraceptifs. Les enquêtes montrent que de nombreuses grossesses ne sont pas planifiées et que les femmes des pays en développement veulent avoir moins d’enfants qu’elles n’en donnent réellement (voir aussi la planification familiale comme un droit humain). Une autre raison pourrait être que dans les régions pauvres du monde, le seul moyen de toucher une pension est d’avoir beaucoup d’enfants. En outre, l’influence des images de la vie traditionnelle tend à diminuer avec l’augmentation de la prospérité, ce qui contribue également à la baisse du taux de natalité.

Dans le film Population Boom (2013), le créateur Werner Boote affirme que la peur de la surpopulation est sans fondement. La terre a assez de nourriture et assez d’espace pour que d’autres cultures puissent nourrir plus de 7 milliards de personnes. Le film soutient que cette “crainte” est basée sur un fait différent: il n’ya pas assez d’espace de vie disponible ou prévu pour ces personnes, car la surface de la Terre n’est pas accessible à tous, mais relativement peu. “propriétaires” d’espace réclamés et utilisés (pour l’exploitation).

Les goulets d’étranglement de l’offre ne sont pas dus au fait qu’il n’y en a pas, mais que les zones à desservir ne répondent pas aux exigences du système capitaliste: un pays qui ne peut se permettre d’acheter de la nourriture ne peut pas être approvisionné en nourriture. Pour ce faire, il faudrait emprunter. Cela le placerait dans le cercle vicieux de l’endettement. La pénurie est donc plutôt l’incapacité ou la réticence du système en place à trouver une solution.

Pour ce qui est du changement climatique et d’autres problèmes environnementaux, George Monbiot a déclaré que la croissance démographique dans les pays en développement était insignifiante comparée à la consommation et aux émissions des grandes entreprises développées et internationales. Voir la croissance démographique comme principale cause des problèmes environnementaux signifie «déplacer la culpabilité des riches vers les pauvres». Les pays industrialisés, dont la population ne grandit presque plus, ont une empreinte écologique plus importante que les pays en développement. Certaines organisations, comme Optimum Population Trust, affirment que ces pays sont vraiment surpeuplés.

L’empreinte écologique la plus importante a été en moyenne en 2010, les habitants des Émirats arabes unis avec 10,68 hag / personne, les résidents du Qatar avec 10,51 ha / personne et de Bahreïn avec 10,4 hag / personne. À 8,00 ha / personne, les Américains ont également une grande empreinte écologique. En revanche, les habitants de l’Allemagne et de la Suisse se situent respectivement dans le milieu de terrain international avec 5,08 et 5,02 ha / personne. Les habitants du Bangladesh ont été les plus faibles avec 0,62 hag / personne, ceux du Timor oriental avec 0,44 hag / personne et ceux de Porto Rico avec 0,04 hag / personne. (gha hectare global est une unité qui équivaut à la quantité de rendement d’une valeur spécifiée)

Le facteur décisif n’est pas seulement le nombre de personnes, mais aussi leur consommation de ressources par habitant. Les habitants des pays en développement consomment beaucoup moins de ressources, mais sont les plus touchés par les conséquences des problèmes environnementaux.

On ignore aussi souvent que les taux de natalité ont diminué dans de nombreux pays en développement (voir ci-dessus).

En outre, l’Institut de recherche sur la population Pro-Life-Organization soutient que les prédictions passées de la surpopulation et des catastrophes qui en résultent ne se sont pas concrétisées.

Cependant, les dernières “théories de la surpopulation” supposent qu’il y a une limite au nombre de personnes sur terre, mais ceci n’est pas fixe mais positif (par exemple en raison de nouvelles possibilités techniques) et négatif (par ex. Par destruction de ressources). La capacité de charge de la terre a ses limites et fera l’objet d’intenses discussions.

Les principales différences dans la capacité de charge de la terre sont principalement dues à des niveaux de vie différents (mode de vie, empreinte écologique):

Capacité de charge = surface utile de la terre / niveau de vie en tant qu’empreinte écologique.