Palais Royal de Turin, Italie

Le Palais Royal de Turin est la première et la plus importante des résidences savoyardes du Piémont, théâtre de la politique des états savoyards depuis au moins trois siècles. Il a été construit au 16ème siècle et a ensuite été modernisé par Christine Marie de France (1606–1663) au 17ème siècle, avec des dessins de l’architecte baroque Filippo Juvarra.

La résidence royale célèbre les vastes pièces, les plafonds sculptés et dorés, les peintures, les tapisseries, les lampes en cristal de montagne, les meubles et outils, ciselés, incrustés, plaqués, riches en or, pierres précieuses, nacre et ivoire, et les planchers engagés et incrustés de différentes essences de bois.

Il est situé au cœur de la ville, sur la Piazzetta Reale, à côté de la Piazza Castello centrale, d’où partent les principales artères du centre historique: via Po, via Roma, via Garibaldi et via Pietro Micca. Le palais comprend également le Palazzo Chiablese et la chapelle du Saint Suaire, cette dernière ayant été construite pour abriter le célèbre Suaire de Turin.

Le Palais Royal représente le cœur de la cour de Savoie, symbole du pouvoir de la dynastie et, avec les autres résidences royales de la ceinture de Turin, comme le palais de Venaria Reale, le pavillon de chasse de Stupinigi ou le château de Valentino, il fait partie intégrante des biens déclarés par l’UNESCO comme site du patrimoine mondial.

Histoire
Le palais, destiné comme résidence ducale, a été conçu entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle par Ascanio Vittozzi. A la mort de ce dernier, les travaux furent confiés, pendant la régence de Christine de France, à Amadeo di Castellamonte. La façade a une partie centrale flanquée de deux ailes supérieures, selon le projet du XVIIe siècle de Carlo Morello. Les salles du rez-de-chaussée sont décorées d’images allégoriques célébrant la dynastie royale, réalisées par des artistes différents.

À la fin du XVIIe siècle, Daniel Seiter fut appelé à fresquer le plafond de la galerie, qui s’appellera également Galleria del Daniel, et Guarino Guarini construit la chapelle du Linceul pour abriter la précieuse relique.

Au XVIIIe siècle, l’architecte Filippo Juvarra fut appelé à apporter quelques modifications. Il a créé la Scala delle Forbici pour le Palazzo composée de doubles vols et le cabinet chinois décoré de fresques du XVIIIe siècle par Claudio Francesco Beaumont, artiste de la cour sous le règne de Charles Emmanuel III. Juvarra rédigera également le projet et les dessins associés du magnifique “Cabinet du Manège Secret des Affaires d’Etat”. Un environnement très décoré tant dans la voûte, avec des peintures de Claudio Francesco Beaumont, à la fois dans la boiserie, avec des miroirs et des bois sculptés et dorés. Toujours dans la même pièce, il y a les deux grands meubles de l’ébéniste Pietro Piffetti. Les deux meubles, face à face, mesurent plus de 3 mètres de haut et sont réalisés en bois précieux, ivoire, décorations en nacre et bronze. Dans la petite pièce attenante qui prend le nom de “andito al Pregadio”, se trouvent les magnifiques panneaux peints par Carlo Andrea Van Loo.

Au XIXe siècle, les travaux de restauration et de modification sont confiés à Ernesto Melano et Pelagio Palagi qui s’inspirent des temps anciens et de la culture égyptienne. Palagi a créé la grande porte avec les statues de Castor et Pollux, qui ferme la place devant le palais. Peu de temps après l’unification de l’Italie, l’escalier d’honneur a été construit sur la base d’un projet de Domenico Ferri. La voûte du Scalone d’Onore a été peinte par Paolo Emilio Morgari et représente l’apothéose du roi Carlo Alberto et du duc Emanuele Filiberto.

Une fois la capitale déplacée à Rome, le palais a été transformé d’une maison en musée public. Le Jardin a été repensé à la fin du XVIIe siècle par André Le Nôtre avec divers bassins et allées suggestives ornées de fontaines et de statues. Le jardin a été réaménagé et restauré au fil des ans par divers architectes.

La balustrade est l’oeuvre de Giovanni Battista Casella “de Monora” et Mattia Solari (1660).

Origines du manoir
Le palais fait partie d’un complexe de bâtiments, situé dans le centre-ville, qui peut certainement être compté parmi les plus anciens et les plus fascinants de Turin: il est proche du somptueux Palazzo Madama, l’une des combinaisons les plus uniques d’art ancien et médiéval ., baroque et néoclassique dont ils se souviennent. À cet égard, le Palazzo Reale est d’origine, sinon comparable dans le temps au Palazzo Madama, beaucoup plus éloigné, du moins beaucoup plus tôt que ce que la façade austère peut faire paraître: à l’origine, le bâtiment était utilisé comme palais épiscopal, jusqu’à au moins jusqu’au XVIe siècle, ce qui suggère une fondation beaucoup plus lointaine.

On ne peut qu’imaginer la splendeur de la résidence de l’évêque, car très peu de choses ont été sauvées de la période antérieure au XVIe siècle: en tout cas, elle devait avoir un charme et une magnificence supérieurs au déjà célèbre Palazzo Madama si, à l’époque de transférant le siège ducal de Chambéry à Turin, Emanuele Filiberto I de Savoie la choisit comme résidence personnelle, chassant son propriétaire légitime, après avoir passé quelques années dans le château adjacent du Palazzo Madama, peut-être peu propice à être élevé à la cour.

C’est ainsi que l’évêque fut laissé vivre dans le Palazzo di San Giovanni adjacent, tandis que la nouvelle résidence de la cour devint le Palazzo Ducale de Turin, un passage qui marqua profondément l’architecture de la place et de la ville elle-même: nous sommes au XVIe siècle, et la géographie urbaine de la capitale savoyarde relègue le bâtiment au bord du mur d’enceinte, ce qui en fait une cible facile pour un siège hypothétique. Ce n’est donc pas un hasard si sous Carlo Emanuele II de Savoie, la ville s’agrandira à partir du côté du palais, créant ainsi via Po jusqu’à la piazza Vittorio Veneto.

L’age d’Or
Avec la mort de Carlo Emanuele I de Savoie en 1630, on commence à considérer la véritable évolution du Palais, qui à l’époque du «Grand-Duc» n’avait connu que très peu de changements, dont un temple circulaire interne. La parenthèse de Vittorio Amedeo I de Savoie place une femme au sommet du duché, Maria Cristina de Bourbon-France, définie comme “Madama Reale”, grande admiratrice de ces lieux. Et c’est, en fait, par sa volonté que, après les désastres causés par le siège de 1640, qui ont considérablement endommagé le bâtiment, les chambres ont été reconstruites, appelant le grand architecte de la cour Carlo di Castellamonte, avec son fils Amedeo; ils ont en grande partie construit la façade et les intérieurs, bien que nombre des œuvres qui les distinguent aient été, comme on le verra, annulés par les retouches ultérieures du palais,

L’âge d’or remonte donc aux grandes gloires qui ont suivi la fin des travaux de reconstruction, et que l’on peut placer dès 1656, année de la fin de l’imposante et sévère façade d’Amedeo di Castellamonte. Mais, si sous le règne austère de Vittorio Amedeo II de Savoie, le luxe semblait s’évanouir de la cour, réduit en nombre et très censuré dans les coutumes et les frivolités, voilà que depuis 1722, année du mariage de Carlo Emanuele, héritier de le trône avec la princesse palatine Christine de Bavière-Sulsbach, le luxe est revenu à la rage dans la résidence, au moins au deuxième étage, dédiée par le roi de Sicile, à son fils: les œuvres, dans cette phase, ont été dirigées par Filippo Juvarra, et beaucoup plus a été accompli après l’abdication de Vittorio Amedeo,

Et, si pour les préparatifs de l’héritier Carlo Emanuele Filippo Juvarra était appelé au tribunal, aussi pour les mariages ultérieurs les souverains n’ont pas lésiné sur la commission: pour le mariage de Vittorio Amedeo III avec Marie-Antoinette de Bourbon-Espagne, Benedetto Alfieri était mandaté, architecte de la cour depuis 1739, déjà réputé dans le Piémont comme un grand architecte. Puis, lorsque le deuxième fils de Vittorio Amedeo III, Vittorio Emanuele, duc d’Aoste, obtint une aile de la résidence, ce fut Carlo Randoni et Giuseppe Battista Piacenza qui redessinèrent les chambres qui prennent aujourd’hui le nom d’Appartements du duc d’Aoste.

Même Charles Albert a commandé les reconstructions, pour le mariage, cette fois, de Vittorio Emanuele II: l’architecte, très aimé de Carlo Alberto, était Pelagio Palagi, auteur de l’immense porte, le 1835, vu pour la première fois au Palazzo.

Contemporain
Entre 1799 et 1815, la résidence officielle de la famille royale et de la cour, en exil de Turin en raison de l’occupation napoléonienne, passa temporairement au palais royal de Cagliari.

Avec l’unification de l’Italie, le palais est resté le siège de la monarchie jusqu’en 1865: pendant ces années, et précisément en 1862, c’était le grand escalier d’honneur, conçu par Domenico Ferri, voulu par Vittorio Emanuele II pour célébrer la naissance de nouveaux nation et de rendre le palais digne d’un tel titre royal: dans cette grande salle, de grandes toiles et statues illustrent des moments et des personnages de l’histoire savoyarde. Avec un grand nombre de meubles et d’effets personnels, la famille Savoy a ensuite déménagé au Palazzo Pitti à Florence, laissant leur première maison comme un simple logement pour leurs visites à Turin.

D’autres travaux ont été réalisés pour le mariage d’Umberto II de Savoie, en 1930: la chute de la monarchie en 1946 a laissé ces pièces à l’oubli, à tel point que de nombreuses ailes ont dû être fortement restaurées, comme celles des ducs d’Aoste. au deuxième étage.

La description
Les Musées royaux de Turin sont l’un des complexes muséaux les plus vastes et les plus variés d’Europe et sont égaux, par leur taille et la valeur des collections, aux grandes résidences royales européennes. Ils sont situés au cœur de la ville antique et offrent un itinéraire d’histoire, d’art et de nature qui serpente à travers plus de 3 km de promenade muséale sur 30000 mètres carrés d’espaces d’exposition et de stockage, 7 hectares de jardins, avec des preuves datant de la Préhistoire à âge moderne.

Leur origine remonte à 1563, lorsque Emanuele Filiberto di Savoia a déplacé la capitale du duché de Chambéry à Turin et a commencé la grande transformation urbaine et l’enrichissement des collections dynastiques.

Entre les XVIIe et XVIIIe siècles, la résidence, avec le majestueux Palais Royal au centre, s’est agrandie sous la forme d’une ville suivant le schéma orthogonal de la première expansion urbaine vers le fleuve Pô. Habité par le Savoy jusqu’en 1946, il appartient aujourd’hui à l’État italien.

Depuis 2014, les Musées royaux ont réuni en un seul recueil cinq institutions auparavant séparées par la direction et le contrôle: le Palais Royal, l’Armurerie Royale, la Bibliothèque Royale, la Galerie Savoy, le Musée des Antiquités, les Jardins Royaux.

Le palais royal

En 1563, lorsque Turin devint la capitale du duché, Emanuele Filiberto di Savoia établit sa résidence dans le palais épiscopal. Les styles caractérisant le bâtiment sont au nombre de trois: baroque, rococo et néoclassique.

L’extérieur
Les extérieurs du bâtiment, sur la Piazza Castello, donnent sur la scénographie majestueuse de la place conçue par Vittozzi, se connectant aux autres bâtiments qui forment ensemble le grand corps du palais. La façade solennelle qui s’offre au visiteur de la Piazza Castello n’est donc pas la seule, mais certainement, en plus d’être le corps le plus important, c’est aussi la plus célèbre. La grande porte, érigée sur le site d’un grand portique détruit plus tard, a été créée par les Palagi, complétée par les précieuses statues des deux Dioscures, fusionnées par Abbondio Sangiorgio. Derrière le palais s’étendent donc les jardins du Parco Regio.

Façade
“… peut-être que sa faculté d’architecture ne manquait que d’une bourse plus importante que celle du roi de Sardaigne: et cela est attesté par les dessins nombreux et grandioses qu’il a laissés en mourant, et qui ont été recueillis par le roi, dans lesquels il y avait très projets variés pour divers embellissements à faire à Turin, et entre autres pour reconstruire ce mur très déconcertant qui sépare la Piazza del Castello de la Piazza del Palazzo Reale; mur qui s’appelle, je ne sais pas pourquoi, le Pavillon. ”
(Vittorio Alfieri, Vie de Vittorio Alfieri d’Asti, chap.28)

Ainsi Vittorio Alfieri, se référant à son oncle, Benedetto Alfieri, s’adresse au mur extérieur du bâtiment vers la fin du XVIIIe siècle: ce que l’on voit aujourd’hui, résolument élégant, avec la célèbre porte Palagi, est en fait différent de ce qu’il aurait pu avoir. est apparu aux yeux dell’astigiano: l’aspect austère du bâtiment est en ligne avec l’architecture baroque, mais dépourvu de fioritures, de toute la place. Sa façade, longue de 107 mètres, a une hauteur moyenne de trente mètres, rien comparé à la majesté scénique de la Palazzina di Caccia di Stupinigi, mais en même temps adaptée au but assigné à ce bâtiment: le centre stratégique à partir duquel exercer Puissance.

En observant la façade du bâtiment, vous remarquez immédiatement la géométrie et l’équilibre des deux pavillons latéraux, signés par les architectes Carlo di Castellamonte et Amedeo di Castellamonte, la symétrie est interrompue par la majestueuse élévation, à gauche, de la chapelle du Saint Suaire, destiné à conserver l’un des joyaux les plus précieux entre les mains de la Maison de Savoie, à savoir le Sacro Linteo.

Intérieur
«L’intérieur du palais royal est étonnant: jusqu’à présent, je ne saurais pas à quoi le comparer d’autre dans la richesse et la vivacité de ses tapisseries, qui ressemblent à des peintures. Les beaux parquets, les porcelaines, les peintures de toutes les écoles, tout est précieux: vous ne verriez pas de coin, de porte ou de fenêtre sans lui. ”
(Girolamo Orti, collection agrandie d’écrits de voyage)

C’est l’impression qu’a eue le comte Girolamo Orti en visitant les intérieurs du Palais Royal dans la première moitié du XIXe siècle, rendue si somptueuse par l’habileté des artistes qui ont travaillé au cours des siècles. Quelques noms suffisent pour atteindre le niveau de raffinement: Isidoro Bianchi, Claudio Francesco Beaumont, Rocco Comaneddi, Giuseppe Paladino, Francesco de Mura, Angelo Maria Crivelli, Giovanni (Johann) Carlone, Vittorio Amedeo Cignaroli, Leonardo Marini, Michele Antonio Milocco , Giuseppe Duprà, Massimo d’Azeglio, puis Jean-Baptiste van Loo, Giuseppe Maria Bonzanigo, Pietro Piffetti: le niveau des frises, des décorations, de l’art en général atteint ici certains des plus hauts sommets de l’époque.

Premier étage
Généralement appelé le Premier Piano Nobile, il est dominé par un style courtois, visant à souligner l’importance de la dynastie; Une valeur particulière est accordée à certaines pièces, parmi lesquelles le Salon chinois, une grande partie de l’œuvre de Beaumont, déjà active à cette époque à la Grande Galerie, qui prit alors son nom, à l’Armurerie royale, l’imposante galerie de Daniel, de le XVIIe siècle, fresque du Viennois Daniel Seiter, dont la magnificence rivalisait avec la Galerie des Glaces de Versailles, qui l’inspirait avant d’être transformée, sous le règne de Charles Albert, en galerie de tableaux avec des portraits de personnages historiques liés à la Maison de Savoie .
L’appartement d’hiver du roi et la salle du trône sont également d’une grande valeur.

Les chambres du premier étage étaient meublées de plafonds sculptés et dorés et de grandes peintures allégoriques de Jan Miel et Charles Dauphin, dont les sujets exaltent les vertus du souverain selon le programme du rhéteur de cour Emanuele Tesauro. En 1688, Daniel Seyter fut appelé de Rome pour fresquer la galerie connue depuis sous le nom de «del Daniel». Seyter, flanqué du Génois Bartolomeo Guidobono, est également intervenu dans l’appartement du rez-de-chaussée, plus tard connu sous le nom de Madama Felicita.

A la fin du XVIIe siècle, l’aménagement du jardin est revu et agrandi par le célèbre architecte français André Le Notre. Lorsque Vittorio Amedeo II obtint le titre royal, en 1713, la soi-disant «zone de commandement» fut créée, annexée au palais et composée de secrétariats, bureaux, Teatro Regio et archives d’État. Le directeur de ces interventions était Filippo Juvarra, qui a également créé la Scala delle Forbici et le cabinet chinois.

Deuxième étage
Vous entrez dans le deuxième étage grâce à l’un des plus grands chefs-d’œuvre de l’architecte Filippo Juvarra: l’escalier dit “delle Forbici”, dans lequel la Messine nous offre l’une de ses découvertes les plus ingénieuses et, en même temps, fascinantes: un marbre imposant l’escalier, qui semble planer vers le haut avec une volute légère et sinueuse, décharge tout son poids sur les murs adjacents, ceux de la paroi extérieure du bâtiment, afin de ne pas peser excessivement sur le sol du dessous, en bois, un matériau qui donc il n’aurait guère supporté le poids du marbre. Dans ce cas, Juvarra maintient les grandes fenêtres donnant sur la cour derrière le bâtiment, afin de fournir à la pièce, qui n’est pas très spacieuse, une source efficace d’éclairage extérieur.

Le poste de premier architecte royal est passé à Benedetto Alfieri, qui définit les éléments décoratifs des appartements du deuxième étage et aménage les nouvelles salles des Archives, peintes à fresque par Francesco De Mura et Gregorio Guglielmi.

A l’époque de Carlo Alberto (1831-1849), certaines chambres du rez-de-chaussée ont été rénovées sous la direction de Pelagio Palagi, comme le Salone degli Svizzeri et la Sala del Consiglio, et d’autres chambres au deuxième étage; en 1862, le nouveau grand escalier a été construit. Avec le transfert de la capitale de Turin à Florence puis à Rome, le palais perd peu à peu ses fonctions de résidence. Depuis 1955, il a été remis à la Surintendance du patrimoine architectural et paysager; aujourd’hui, il fait partie des Musées royaux.

Appartements du Principe di Piemonte
Le deuxième étage porte une empreinte forte, du fait des travaux continus commandés par les souverains pour leur premier-né, qui allie, dans de nombreuses pièces, des styles et des modes différents selon les époques. Ces travaux de réorganisation, dus au goût du moment, ont souvent endommagé, comme déjà observé, les œuvres préexistantes (emblématiques, les plafonds, ou les fresques); en 1660, le peintre Giovanni Andrea Casella a collaboré à l’exécution de la frise de la Sala delle Virtù (plus tard connue sous le nom de Staffieri). La décoration en stuc des différentes pièces est due à Pietro Somazzi.

Pour les mariages de 1722, 1750 et 1775, des réaménagements ont donc été effectués qui ont touché tout le sol, avant qu’il ne soit partagé avec les chambres du duc d’Aoste. En particulier, on se souvient de la grande salle de bal, de style typique Alfieri: la salle, décorée de grandes tapisseries représentant les histoires de Don Quichotte, est ensuite reliée à la toute aussi fascinante Petite Galerie de Beaumont, qui servait de lien avec les ailes de Vittorio Emanuele JE.

Les empreintes typiquement palagiennes ont plutôt les trois antichambres (salle des gardes du corps, salle Staffieri, salle Paggi), et les pièces utilisées, au XXe siècle, comme chambres privées de la princesse Maria José: plafonds et sols, portant encore des traces des dessins préférés par Carlo Alberto de Savoie.

Appartements du duc d’Aoste
Dominés par les empreintes de Piacenza et Randoni, ainsi que par la fabrication habile de Bonzanigo, les appartements ducaux sont destinés à Vittorio Emanuele I, duc d’Aoste, et à son épouse Maria Teresa. Leur emplacement, dans le plan du bâtiment, les place dans la zone proche du bâtiment Royal Armory.

Le petit cabinet chinois, creuset de stucs et laques orientaux, habilement travaillé par Bonzanigo et son équipe pour recréer des images typiques du fabuleux Orient, est important dans ces salles.

Armurerie royale

L’armurerie royale de Turin est l’une des plus riches collections d’armes et d’armures anciennes au monde avec l’armurerie royale de Madrid, l’armurerie impériale de Vienne et celle des chevaliers de Malte. Ces armes, admirables pour leur fabrication et pour l’ornementation métallique avec des dessins et des sculptures en bas ou haut relief ou en creux et dorure et oeuvre d’art, l’Armurerie Royale est très riche.

L’Armurerie Royale située dans la douille de liaison entre le Palais Royal et les Secrétariats d’État (aujourd’hui siège de la Préfecture), au sein d’un complexe appartenant au site UNESCO des Résidences Savoy, inscrit au patrimoine mondial depuis 1997. L’armurerie fait partie des Musées royaux de Turin, qui depuis 2012 réunissent le Palais Royal, la Galleria Sabauda, ​​le Musée Archéologique et la Bibliothèque Royale.

La structure comprend l’escalier de Benedetto Alfieri (1738-1740), la salle Rotonda (1842), la galerie Beaumont, conçue par Filippo Juvarra (1732-1734), achevée par Alfieri après 1762 et décorée à l’huile sur le mur par Claudio Francesco Beaumont, qui a représenté sur la voûte les Histoires d’Enée (1738-1743), et enfin la collection de médailles dessinée par Pelagio Palagi (1835-1838).

Histoire
L’idée de créer un musée dédié aux armes remonte à la fin de 1832 lorsque Carlo Alberto, après avoir fondé la “Regia Pinacoteca”, commença à rassembler dans la galerie Beaumont, aujourd’hui vidée des grandes toiles qui ornaient les murs, les armes appartenant à la Savoie. En 1837, l’Armurerie a été ouverte au public.

Partant du noyau d’armes du Musée des Antiquités et des arsenaux de Turin et de Gênes, la collection s’est considérablement élargie avec l’achat des collections du scénographe milanais Alessandro Sanquirico (1833) et de la famille Martinengo della Fabbrica de Brescia ( 1839).). Plus tard encore, l’Armurerie a continué à s’enrichir d’autres armes et reliques provenant à la fois des collections personnelles des rois d’Italie et d’achats et de dons, souvent liés à l’activité diplomatique. De ces derniers dérivent, par exemple, les armes et armures orientales et africaines.

En 1842, les salles de la Rotonde sont ajoutées à la galerie Beaumont, conçue par Pelagio Palagi, conçue pour abriter les plus récentes collections du musée Carloalbertino, dont la collection d’armes orientales. Ce secteur s’est encore enrichi après 1878 avec le don des collections personnelles de Carlo Alberto et Vittorio Emanuele II. Avec l’avènement de la République en 1946, l’Armurerie – jusqu’alors employée par le ministère de la Maison royale – est devenue un musée d’État.

Après une série de travaux de réaménagement et de restauration achevés en 2005, la structure historisante de la collection a été restaurée sur la base de critères scénographiques. L’armurerie compte actuellement plus de 5 000 objets allant de la préhistoire au début du XXe siècle, parmi lesquels l’un des noyaux les plus importants est constitué d’armes et d’armures du XVIe siècle. Le Cabinet des Médailles Royales est également attaché à l’Armurerie, destiné à rassembler, dans le précieux mobilier palagien, la collection de pièces de monnaie et une sélection d’antiquités classiques et d’objets précieux de Carlo Alberto.

Œuvres exposées
L’armurerie contient de nombreux types d’armes et d’armures, du néolithique au 20e siècle. Précieuses armes médiévales, nombreux spécimens des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, nombreuses pièces ayant appartenu aux souverains savoyards.

Les objets provenaient initialement des Arsenaux de Turin et de Gênes et des collections du Musée des Antiquités. À ceux-ci s’ajoutaient des spécimens achetés sur le marché des antiquaires, dont l’importante collection du scénographe milanais Alessandro Sanquirico (1833) et la remarquable collection appartenant à la famille Martinengo della Fabbrica de Brescia (1839). En 1840, le Musée est doté de son premier catalogue qui décrit 1554 objets et contient une série de reproductions lithographiques utiles pour faciliter leur étude et leur promotion.

Parmi les pièces les plus importantes figurent l’épée de San Maurizio, une relique précieuse ayant appartenu à la famille Savoy, datant du XIIIe siècle et conservée avec son écrin du XVe siècle en cuir gaufré, doré et peint; le mors décoré d’émail, de fabrication napolitaine du milieu du XIVe siècle; le trio de lance-roues à trois canons qui appartenait à l’empereur Charles Quint de Habsbourg; la plaque de parade d’Henri II; les armures appartenant à Emanuele Filiberto et celles fabriquées par l’armurier milanais Pompeo della Cesa; un mousquet et un bus d’arc richement décorés en ivoire par le graveur allemand Adam Sadeler (vers 1600); l’épée utilisée par Napoléon Bonaparte dans la campagne d’Égypte et dans la bataille de Marengo; les armes ayant appartenu aux rois de Sardaigne puis d’Italie, y compris l’armure japonaise offerte en 1870 à Vittorio Emanuele II de Savoie et un revolver modèle russe Smith & Wesson donné à Vittorio Emanuele III. A noter également la collection de plus de 250 drapeaux, principalement liés à l’histoire de la Savoie et de l’armée sarde pendant les guerres du Risorgimento italien.

La collection de médailles provient du Cabinet des Médailles du Roi Charles Albert de Savoie, qui en 1832 acheta la collection de pièces de monnaie anciennes et médiévales de Domenico Promis, qui fut simultanément nommé conservateur du Cabinet. Grâce aux achats et aux cadeaux, la collection de pièces de monnaie, de médailles et de sceaux a été augmentée à la cohérence actuelle d’environ 33 000 pièces. Entre 1835 et 1838, Carlo Alberto avait une salle attenante à la galerie Beaumont spécialement réaménagée par l’architecte Pelagio Palagi, qui a conçu le mobilier néo-grec à cet effet, dans lequel sont exposés diverses pièces antiques et objets précieux du Palais Royal.

Galerie Sabauda

La galerie Sabauda est une galerie d’images située à Turin et l’une des plus importantes collections picturales d’Italie. Le Palai du Roy confirme une immense quantité de tableaux des plus grands maîtres des écoles d’Italie et de Flandre. Ils sont bien conservés et disposés avec autant de goût et d’ordre qu’ils pourraient l’être dans le cabinet d’un curieux et d’un amateur. Installé dans la Manica Nuova du Palais Royal, dans le complexe des Musées royaux de Turin, il abrite plus de 700 peintures allant du XIIIe au XXe siècle.

Parmi les contenus les plus intéressants, il y a une collection particulièrement importante d’auteurs piémontais, y compris Giovanni Martino Spanzotti, Macrino d’Alba, Gerolamo Giovenone, Bernardino Lanino, Il Moncalvo, Tanzio da Varallo, Gaudenzio Ferrari et Defendente Ferrari, un vaste assortiment d’œuvres produites par les grands noms de la peinture italienne, tels que Beato Angelico, Duccio di Boninsegna, Piero del Pollaiolo, Andrea Mantegna, Bronzino, Filippino Lippi, Daniele da Volterra, Il Veronese, Tintoretto, Guercino, Orazio Gentileschi, Giambattista Tiepolo, Guido Reni, Bernardo Bellotto et l’un des meilleurs groupes italiens de peintures de l’école flamande, avec des noms tels que Van Dyck, Rubens, Rembrandt, le Brueghel, Memling et Van Eyck.

Histoire
La Galleria Sabauda a été créée en 1832 par la volonté de Carlo Alberto, accueillant dans un premier temps les collections du Palais Royal de Turin, de la galerie Savoy et du palais Durazzo à Gênes (acheté en 1824), augmentées d’achats et de dons au cours de la XIXe siècle pour intégrer ou combler les lacunes présentes dans les collections savoyardes, notamment en ce qui concerne la Renaissance italienne.

La galerie royale a été initialement installée sur le noble étage du Palazzo Madama; en 1860, il fut vendu à l’État par Vittorio Emanuele II et en 1865, le musée fut transféré au deuxième étage du bâtiment de l’Académie des Sciences. En 1930, la Pinacothèque a été enrichie par le don de la collection d’art antique de l’industriel piémontais Riccardo Gualino, comprenant des peintures, des sculptures, des objets précieux, des meubles et des découvertes archéologiques de différentes époques et cultures, qui a été érigée en maison-musée.

En décembre 2014, le musée a changé d’emplacement et ses collections ont été réorganisées dans la soi-disant Manica Nuova du Palais Royal, construite entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle par l’architecte de la cour Emilio Stramucci. Environ 500 œuvres d’artistes piémontais, italiens, hollandais, flamands et européens sont actuellement exposées à quatre niveaux de visite dans une période chronologique allant du XIVe au XXe siècle.

Parmi les œuvres des maîtres italiens du XIVe au XVIe siècle, vous pourrez admirer des peintures de Beato Angelico, Pollaiolo, Filippino Lippi, Mantegna et Paolo Veronese. Des œuvres de peintres piémontais tels que Martino Spanzotti, Defendente Ferrari, Macrino d’Alba et Gaudenzio Ferrari sont exposées.

Collection
Parmi les peintures italiennes des XVIIe et XVIIIe siècles, nous pouvons inclure des œuvres lombardes et caravagesques, y compris la belle Annonciation d’Orazio Gentileschi, des chefs-d’œuvre de Guido Reni, Guercino, Sebastiano Ricci, Francesco Solimena, Giuseppe Maria Crespi et les célèbres vues de Turin réalisées par Bernardo Bellotto.

La Galleria Sabauda possède également une riche présence de peintures d’écoles flamandes et hollandaises du XVe au XVIIe siècle: parmi les primitifs, il y a des tableaux de Jan van Eyck, Rogier van der Weyden, Hans Memling. Le Portrait d’un vieil homme de Rembrandt van Rijn, les deux toiles représentant Hercule et Dejanira de Pieter Paul Rubens, les fils de Charles Ier d’Angleterre et du prince Thomas de Savoie-Carignano à cheval, d’Anton van Dyck. Les œuvres de Gérard Dou, Paulus Potter et David Teniers proviennent de la galerie du prince Eugène de Savoie Soissons (1663-1736), grand commandant au service de la cour viennoise et collectionneur cultivé.

Musée des antiquités

Le musée des antiquités de Turin, ou musée archéologique, a été créé en 1940 avec la séparation des collections égyptiennes (qui constituaient la base de l’actuel musée égyptien) et des collections gréco-romaines des égyptiens gréco-romains royaux de l’époque. collectionnée par la Savoie à partir du XVIe siècle. Il conserve également de nombreux témoignages de l’ancien Piémont, avec des salles dédiées à l’histoire de Turin donnant sur les vestiges du théâtre romain.

Autour du portique du rez-de-chaussée sont encastrés dans le mur, des pierres tombales, des figures romaines et des colonnes creusées lors de la démolition des villages et des remparts de la ville, et dans diverses autres parties du Piémont, et en particulier parmi les ruines de l’ancienne ville de l’Industrie, qui était située à Monteu di Po. Sur ce même rez-de-chaussée se trouve un musée des antiquités, réparti dans différentes salles, où sont contenues des objets très précieux.

Le Musée des Antiquités se compose de plusieurs sections:
la Manica Nuova, avec l’exposition d’archéologie à Turin et les salles du trésor de Marengo
le Territoire, dédié à l’archéologie du Piémont et aux “Expositions sur les podiums”
les Collections, noyau «historique» du Musée et la mise en place du Papyrus Artemidorus
Depuis 2013, le sous-sol de la Manica Nuova du Palazzo Reale a été le site de la mise en place renouvelée du Trésor Marengo et de l’exposition d’archéologie à Turin qui présente les matériaux archéologiques de la ville, issus des collections de chercheurs du XVIe siècle. , enrichi par les antiquaires des siècles suivants et fusionné dans les collections royales, ainsi que les nouvelles acquisitions résultant de fouilles archéologiques récentes. La section rejoint la zone archéologique du théâtre romain qu’elle contient partiellement et surplombe.

La section du territoire est aménagée, depuis 1998, dans une nouvelle structure architecturale, en partie souterraine, qui expose les matériaux archéologiques trouvés dans le Piémont dans le passé et dans les fouilles les plus récentes. Un voyage idéal dans le temps serpente le long du parcours de l’exposition pour rencontrer les uns après les autres, comme dans les réalités de la fouille archéologique, les nombreux et surprenants témoignages de l’ancien Piémont. De petites expositions temporaires alternent sur la passerelle reliant la Manica Nuova et le pavillon des collections.

Les collections historiques (en réorganisation partielle) représentent le noyau d’origine du musée formé lorsque le duc Emanuele Filiberto di Savoia (1553-1580) a commencé la collection d’antiquités, augmentée par ses successeurs et réorganisée par Vittorio Amedeo II, roi de Sardaigne, qui fait un don à l’Université de Turin. Les collections archéologiques retrouvées en 1989 logent dans les Orangeries du Palais Royal, abritant la préparation du Papyrus d’Artémidore depuis 2014.

Bibliothèque royale
La Bibliothèque royale de Turin est l’une des institutions culturelles les plus importantes de la ville, abrite plus de 200 000 volumes, des cartes anciennes, des gravures et des dessins, comme le célèbre “Autoportrait” de Léonard de Vinci. La bibliothèque particulière du roi regorge des plus belles éditions modernes d’œuvres appartenant à l’histoire, aux voyages, aux arts, à l’économie publique et à diverses sciences. Il existe plus de 30 000 volumes imprimés, dont certains en parchemin et enluminés.

Histoire
Il a été créé en 1839 par Carlo Alberto, qui a chargé le comte Michele Saverio Provana del Sabbione de collecter ce qui restait du patrimoine du livre dans le palais royal après le don de Vittorio Amedeo II à l’Université de Turin, et ce qui avait été volé à la pillage de l’époque napoléonienne.

Aux collections résiduelles, Carlo Alberto a ajouté ses propres livres et tous les volumes qui lui ont été donnés par divers donateurs. Le bibliothécaire Domenico Promis a ensuite joué un rôle fondamental dans le développement de la bibliothèque, identifiant la possibilité de créer une collection spécialisée dans l’histoire des anciens états sardes et dans les sujets militaires, héraldiques et numismatiques.

En 1840, la bibliothèque possédait déjà 30 000 volumes, tous d’une valeur considérable. La croissance du patrimoine a entraîné son hébergement dans l’aile en contrebas de la galerie Beaumont, dans les salles aménagées par l’architecte Pelagio Palagi. Les peintres Marco Antonio Trefogli et Angelo Moja, d’après des dessins de Palagi, ont peint la voûte en berceau de la salle centrale en monochrome, comme l’attestent les feuilles de paiement datées de 1841.

La croissance de l’institution s’est considérablement ralentie avec l’avènement au trône de Vittorio Emanuele II, peu sensible au soin des livres, et avec le déménagement de la capitale d’abord à Florence puis à Rome.

Les rois, cependant, ont continué à envoyer les livres reçus en cadeau à Turin.

Une acquisition importante a été déterminée grâce au don du code sur le vol des oiseaux par Léonard de Vinci par le comte Teodoro Sabachnikoff.

L’avènement de la République après la Seconde Guerre mondiale a vu la bibliothèque passer, bien qu’après une longue dispute avec la famille Savoy qui s’est terminée en 1973, à l’État italien.

Patrimoine
La bibliothèque contient actuellement environ 200 000 volumes imprimés, 4 500 manuscrits, 3 055 dessins, 187 incunables, 5 019 seizième siècle, 20 987 brochures, 1 500 parchemins, 1 112 périodiques, 400 albums de photos et de nombreuses gravures et cartes géographiques.

L’autoportrait de Léonard de Vinci
Parmi les matériaux conservés, la relique la plus importante est l’autoportrait de Léonard de Vinci, vendu au roi Carlo Alberto par le collectionneur Giovanni Volpato en 1839 et conservé dans une partie souterraine de la bibliothèque.

Les dessins de l’école suisse
Dans la collection de dessins, aux côtés des chefs-d’œuvre de Hans Burgkmair, Albrecht Dürer, Wolfgang Huber, Nicolas Knüpfer, Christian Wilhhelm Ernst Dietrich, dans la section consacrée aux maîtres de la culture allemande, il n’y a que trois exemples de l’école suisse.

Avec l’achat par Carlo Alberto de la collection Giovanni Volpato en 1839, un autographe du peintre du XVIIIe siècle Sigmund Freudenberger et deux dessins de l’artiste du XVIe siècle Urs Graf entrent dans la collection. Ceux-ci, à la plume et à l’encre grise et noire, représentent Deux couples de paysans dansants, datent de 1528 et sont signés du monogramme utilisé par Graf depuis 1518, une lettre G traversée par le poignard.

Les deux feuilles font partie d’une série d’autres dessins portant le même sujet conservés respectivement à Paris (École des Beaux-Arts), à l’abbaye Saint-Winoc (Bergues Museum), à Bâle et à Berlin (Kupferstichkabinett) et au Paul Getty Museum. of Los Angeles Il y a une référence au même thème créé par Albrecht Dürer en 1514, mais ici Graf a voulu mettre en évidence la dépravation et la charité des deux, avec des visages vieillis et des vêtements lacérés

Chapelle du Saint Suaire

Au-dessus d’une rotonde entièrement de marbre noir, avec des arcs et des piliers de belles et grandes proportions, le dôme aux zones hexagonales superposées et alternées s’élève, léger et fantastique comme dans les temples indiens; atteint une certaine hauteur, la partie interne converge rapidement, et est toute percée de lumières triangulaires, jusqu’à ce que l’espace, rendu étroit, soit fermé par une étoile sculptée qui laisse voir à travers ses compartiments une autre fois sur laquelle le Saint est peint Esprit en gloire .

Les événements historico-architecturaux qui ont conduit à la construction de la chapelle du Saint Suaire dans sa configuration actuelle sont très longs et troublés et couvrent une période d’environ quatre-vingts ans (1611-1694).

La chapelle du Saint Suaire a été initialement commandée par le duc Carlo Emanuele di Savoia à Carlo di Castellamonte (1611) pour conserver la précieuse relique, conservée par la famille ducale savoyarde à partir de 1453 et transportée à Turin en 1578.

Au fil du temps, cependant, les projets ont d’abord été modifiés par Amedeo di Castellamonte, fils de Carlo di Castellamonte, et, après lui, par le Suisse Bernardino Quadri (1657), qui était responsable de la conception d’un bâtiment carré situé entre le palais ducal (ancien palais épiscopal et futur palais royal) et l’abside de la cathédrale de San Giovanni Battista.

En 1667, le projet fut finalement confié au frère Théatin, et grand architecte du baroque, Guarino Guarini qui révolutionna et termina (jusqu’en 1683, l’année de sa mort) le projet de Bernardino Quadri en créant le plan intérieur circulaire surélevé d’un niveau par rapport au presbytère de la cathédrale, le mettant ainsi directement en communication avec les salles de cour du premier étage du palais royal.

Le chantier ferma définitivement en 1694, lors de la relique des SS. Le Linceul a été déplacé dans la chapelle Guarini pour être placé dans l’autel central conçu par Antonio Bertola.

Dans la première moitié du XIXe siècle, la chapelle du Saint Suaire fut finalement ornée de quatre groupes sculpturaux commandés par le roi Carlo Alberto représentant les grandes figures de la Maison de Savoie (Tommaso I, Amedeo VIII, Emanuele Filiberto et Carlo Emanuele II de Savoie ).

De 1694 au début des années 90 du XXe siècle, la chapelle du Saint Suaire a conservé la précieuse relique, aujourd’hui conservée dans le transept de la cathédrale de Turin.

Dans la nuit du 11 au 12 avril 1997, la chapelle du Saint Suaire a été affectée par un incendie de vastes proportions qui a profondément endommagé le bâtiment, rendant nécessaire la réalisation d’une longue et exigeante restauration architecturale et structurelle, visant à restaurer son propre capacité portante et sa propre image. Cette intervention, qui représente l’une des plus complexes qui ait jamais été abordée dans le cadre de cette discipline, compte tenu également du fait que la structure résistante de la chapelle du Saint Suaire n’avait jamais été étudiée auparavant, va au final. phase, sous la direction d’une Commission spécifique, composée de représentants des instituts du ministère du Patrimoine culturel et des Activités et du Tourisme (Secrétariat régional du Piémont, Musées royaux du

Après une longue et difficile restauration, l’admirable architecture baroque de Guarino Guarini est enfin rendue au monde, accessible au public lors de la visite des musées royaux. La cérémonie d’ouverture est prévue le jeudi 27 septembre 2018 et le public pourra admirer la Chapelle du Suaire du vendredi 28 au dimanche 30 septembre avec un billet d’entrée spécial de 3 euros. À partir du mardi 2 octobre, l’accès sera inclus dans le billet habituel des musées royaux. La restauration a été financée par le ministère du Patrimoine et des Activités culturels avec le soutien de la Compagnia di San Paolo, de la Fondation La Stampa – Specchio dei Tempi, du Conseil de Turin pour la valorisation du patrimoine artistique et culturel, de l’IREN et de la performance en éclairage.

Palais Chiablese

Les salles du rez-de-chaussée du Palazzo Chiablese, historiquement destinées aux aires de service et presque dépourvues de décorations, accueillent les expositions temporaires des Musées royaux. Les expositions sont souvent dédiées à de grands artistes internationaux et permettent au visiteur de faire un voyage à travers l’histoire et l’art, de l’époque romaine au XXe siècle.

Le Palazzo Chiablese est l’un des palais nobles du centre historique de Turin, dont les événements sont liés à l’histoire de la Maison royale de Savoie. Appartenant aux bâtiments qui composent la zone de commandement, il est relié au Palais Royal par un passage intérieur et possède l’entrée principale et la vue historique de la Piazza San Giovanni.

Avec un plan du XVIIe siècle, le palais a été redessiné en 1753 par l’architecte Benedetto Alfieri au nom du roi pour être utilisé comme résidence de Benedetto Maria Maurizio, duc de Chiablese, dont il tire son nom. Le majestueux escalier menant au rez-de-chaussée remonte à cette période, où l’on retrouve de somptueux décorations, stucs, meubles, peints sur portes et boiseries.

Le Palais, utilisé au cours des siècles comme résidence de la Savoie, a été endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale et est ensuite passé à l’État qui l’a restauré et l’a utilisé comme siège de la Direction régionale du patrimoine culturel et paysager du Piémont et des Surintendances .

Les salles du rez-de-chaussée du Palazzo Chiablese, historiquement destinées aux aires de service et presque dépourvues de décorations, accueillent les expositions temporaires des Musées royaux. Les expositions sont souvent dédiées aux grands artistes internationaux et permettent au visiteur de faire un voyage à travers l’histoire et l’art, de l’époque romaine au XXe siècle.

Les jardins royaux

Les Jardins Royaux de Turin sont des espaces verts situés derrière le Palais Royal et le Palazzo della Prefettura – Armeria Reale, au cœur de Turin, entre la piazza Castello et le corso San Maurizio; la partie inférieure des jardins est publique. Emanuele Filiberto a voulu faire la capitale de son duché guerrier, les Jardins Royaux du Palais ont pris forme pour inspirer les grands palais d’Europe, puis décorés d’élégants jardins, une sorte d’idée toscane (il suffit de penser aux villas Médicis).

Il y a six jardins principaux à Turin, et deux d’entre eux, le Valentino et le Royal Garden, peuvent rivaliser avec n’importe quel autre de ce type en termes de largeur, de vague et d’élégance de forme, de design, d’avenues. Le Jardin Royal, qui, avec l’aimable concession du Souverain, est librement ouvert au public et en tant que tel peut être considéré comme un usage public, est l’une des promenades les plus agréables pour Turin et les étrangers. Et au cœur de la ville, annexé au Palais Royal et a été construit là où se trouvaient autrefois les bastions, le rempart de la métropole.

Derrière le palais, vers le périphérique, se trouve le R. Giardino soutenu par les anciens remparts. Il l’a fait dans le genre régulier, introduit par Le Nôtre pour les jardins de Louis XIV, des Dupacs français ou Duparc. Il est orné d’une grande fontaine avec des tritons, des vases et des statues. Certaines de ses pièces étaient simplement décorées dans un style moderne. Ce qui est le plus agréable, c’est la grande avenue à côté des secrétariats.

Les jardins royaux s’étendent derrière le palais royal et, ce qui est visible aujourd’hui, est en grande partie l’œuvre de l’architecte André Le Nôtre. Le Nôtre, déjà actif à la cour de Versailles, par ordre des Bourbons, reflétait ce qui était une caractéristique des jardins nobles européens, les jeux d’eau et la perspective florale. Déjà à l’époque de Carlo Emanuele I et de Vittorio Amedeo I, le jardin avait subi des agrandissements considérables, mais c’est sensiblement à partir de la fin du XVIIe siècle que, avec l’oeuvre de De Marne (qui réalisa les projets de de Nôtre), les vraies splendeurs.

Histoire
Quand ils ont commencé à s’élever, ils étaient situés à l’extrême périphérie de cette Savoie Turin qu’Emanuele Filiberto voulait faire de la capitale de son duché guerrier. Elles ont pris forme inspirées des grands palais d’Europe, puis décorées d’élégants jardins, sorte d’idée toscane (il suffit de penser aux villas Médicis).

Ce qui est visible aujourd’hui est en grande partie l’œuvre de l’architecte André Le Nôtre, déjà actif à la cour de Versailles par ordre des Bourbons et reflétant ce qui était une caractéristique des jardins nobles européens: les jeux d’eau et les perspectives florales. Déjà à l’époque de Carlo Emanuele I et Vittorio Amedeo I de Savoie, le jardin avait subi des agrandissements notables, mais c’est sensiblement à partir de la fin du XVIIe siècle que le réel et le propre éclatent.

Au centre de la partie fermée des jardins, vous pouvez voir un bassin en marbre blanc avec la Fontaine de Néréide et les Tritons au centre, plus simplement appelée “Fontaine des Tritons”. C’est une œuvre représentant des personnages mythologiques: une Néréide (nymphe de la mer) entourée de Tritons (les fils du dieu Poséidon. À son tour, le bassin est entouré de douze statuettes d’êtres mi-humains et mi-aquatiques. L’œuvre a été conçue. Par le sculpteur de la cour Simone Martinez (1689-1768) en 1765 – 1768, il est actuellement en grave délabrement et devrait être restauré.

La triste dégradation de l’ensemble du complexe vert s’est produite pendant la période napoléonienne, au cours de laquelle les pillages et pillages ne manquent pas, qui ne se terminent qu’en 1805 suite à la nomination du jardin comme parc impérial. Avant le retour du Savoy, suite à la Restauration, ce Giuseppe Battista Piacenza qui avait déjà travaillé au deuxième étage du Palais Royal fut chargé de restaurer des statues du XVIIIe siècle représentant les Quatre Saisons et de grands vases de fête du palais royal de Venaria Reale, et essentiellement c’était la dernière modification majeure que le jardin a subi; d’autres statues ont été placées vers la fin du 19ème siècle, lorsque, par la volonté de Vittorio Emanuele II, les représentations en marbre d’Amedeo VI de Savoie, Vittorio Amedeo I et Vittorio Amedeo II ont été placées ici,

Disposition
Les Jardins Royaux constituent un espace vert urbain unique à valeur monumentale et environnementale, ils se développent dans la partie encore clôturée par les Bastions, sur une superficie totale d’environ sept hectares. La première usine remonte à l’époque d’Emanuele Filiberto di Savoia (1528-1580) et par la suite d’importants changements ont eu lieu à la fin du XVIIe siècle et en 1886. L’itinéraire comprend le jardin ducal, au nord du palais royal, le jardin des Arts à l’est, résultant de l’agrandissement voulu par Carlo Emanuele II (1634-1675) et le Boschetto, dans le secteur nord-est, d’origine du XIXe siècle. Le mobilier en pierre a sa pièce maîtresse dans la fontaine des Tritons de Simone Martinez (1756), avec de grands vases d’Ignazio et Filippo Collino, des statues et des bancs.

En 1997, à la suite du tragique incendie qui a frappé la chapelle du Linceul, les jardins royaux ont été fermés au public. En 2008, les travaux de restauration ont débuté, financés par le Fonds européen de développement régional, qui ont conduit à la réouverture partielle en 2016, tandis que dans le domaine du Jardin des Arts, les travaux de restauration sont en cours et s’achèveront en 2018. Dans les deux ans 2018-2019 les interventions d’amélioration du Giardino del Duca et du Giardino delle Arti seront achevées, à l’issue desquelles les jardins royaux seront rendus au public dans leur ancienne splendeur.

Le jardin du duc
La zone du jardin ducal est la plus ancienne des jardins royaux. Les travaux ont permis de récupérer l’intervention de la fin du XIXe siècle des frères Roda voulue en 1886 par Umberto Ier, à l’occasion du mariage de son frère Amedeo Ferdinando avec Maria Letizia Bonaparte. Au centre du jardin a été placée une fontaine à jets, tirée des dessins historiques du jardin. Le bord du bassin est constitué de dalles de granit récupérées dans les carrières de pierre que Guarino Guarini a choisies au XVIIe siècle pour obtenir les marbres qui ornaient la chapelle du Linceul.

Le bosquet
La transformation du Boschetto, grâce à l’intervention de l’architecte Paolo Pejrone, trouve un nouveau look. Au pied des grands arbres se met en place un nouveau sous-bois: une couverture de plantes d’ombrage, d’arbustes et de plantes herbacées crée un jeu d’ombres, tandis que de larges avenues orthogonales délimitent les espaces en grands parterres de forme régulière. À l’intérieur du Boschetto, l’installation Pietre Preziose de l’artiste Giulio Paolini est installée en permanence: les marbres d’origine, endommagés par le feu, de la chapelle du Saint Suaire, chef-d’œuvre du XVIIe siècle de Guarino Guarini qui a préservé le Saint Suaire, reprennent vie et devenir une œuvre d’art. Pour reprendre les mots de Giulio Paolini: “Quelqu’un (l’auteur) est là, des siècles plus tard, pour constater une architecture en ruines, des fragments tombés et détournés de leur emplacement d’origine”.

Le Jardin des Arts
Obtenu à partir de la construction des nouveaux bastions suite à l’agrandissement de la ville commandé par Carlo Emanuele II (1634-1675), le Jardin des Arts, propose le tracé axial des avenues et des perspectives dessiné par André Le Nôtre (1613-1700), le concepteur des jardins de Versailles. Les travaux de restauration de cette zone des Jardins prévoient une restauration conservatrice en reprenant l’entrée carrée en aval de l’escalier de l’appartement Levante du Palazzo. La légère pente de l’avenue centrale crée une spectaculaire évasion en perspective qui mène à la fascinante fontaine des Néréides et des Tritons, construite en 1755 par le sculpteur Simone Martinez. À l’intérieur du réservoir, les personnages mythologiques jouent avec l’eau dans une émeute de jets voulus par le roi.

Les murs et le “Garittone”
Les jardins royaux sont délimités par les anciens remparts de la ville de Turin. Le long du périmètre des murs se trouve le bâtiment du “Garittone” ou Bastion Verde, un bâtiment érigé à la fin du XVIIe siècle à des fins défensives et militaires et situé en correspondance avec le Bastion de San Maurizio. Conçu par l’architecte de la Cour Ascanio Vittozzi, il est reconnaissable à son toit en pente à la française, et était utilisé par les Royal Madams comme miroir vers la plaine qui s’étendait à l’extérieur des murs de la ville.

Les jardins inférieurs
Cette partie des jardins royaux est séparée des jardins royaux supérieurs par les remparts de l’enceinte de la ville. Dans ces jardins, le bâtiment qui était autrefois utilisé comme serre royale ou orangerie abrite aujourd’hui le musée archéologique. En 1864, une partie du jardin inférieur fut aménagée pour abriter le Jardin zoologique royal, commandé par Vittorio Emanuele II.