Jardins royaux, Palais national de Queluz

Queluz est célèbre pour la gloire de ses jardins, qui comprennent un grand parterre topiaire aménagé à la manière de Le Nôtre à l’arrière du palais

Les influences flamandes, y compris les canaux, dans le jardin sont l’œuvre du jardinier néerlandais Gerald van der Kolk, qui a aidé Robillon à partir de 1760. Les terrasses et les allées formelles reçoivent un intérêt supplémentaire de la statuaire et des fontaines. La caractéristique dominante du parterre principal est le “Portico dos Cavalinhos”, un temple de jardin flanqué de deux statues équestres allégoriques représentant des renommées, et deux sphinx surréalistes vêtus d’un costume du XVIIIe siècle, alliant le formel et le fantastique. Ce thème surréaliste se poursuit ailleurs dans les jardins où des motifs tels que le viol des Sabines et la mort d’Abel alternent avec la statuaire d’ânes vêtus de vêtements humains. Plus profondément dans les jardins, une grotte avec une cascade. Plus tard, pour être une caractéristique populaire dans les jardins portugais,

Une avenue d’immenses magnolias forme l’approche de l’aile Robillon classique du palais, tandis que de l’aile un double escalier mène au canal. D’une longueur de plus de 100 mètres, les parois du canal sont décorées de panneaux carrelés représentant des paysages marins et des scènes associées. Il s’agit du plus grand d’une série de canaux dans les jardins bordés de carreaux azulejos de style chinoiserie. Alimentées par un ruisseau, les vannes des canaux ne sont ouvertes qu’en mai. Au cours du XVIIIe siècle, les canaux ont été le théâtre de fêtes champêtres au cours desquelles des navires entièrement gréés naviguaient en processions avec des personnages à bord en costumes allégoriques.

Les jardins contiennent également une fontaine à tritons et dauphins attribuée au Bernin. Il y a d’autres fontaines et statues dans les jardins inférieurs, y compris une importante collection de statues du sculpteur britannique John Cheere (1709-1787). Ces jardins sont situés dans de hautes haies d’ifs et de cyprès, et de magnolias et de mûriers plantés par le maréchal Junot pendant l’occupation française dans les guerres napoléoniennes.

Jardins royaux
Les jardins du Palais national de Queluz couvrent environ 16 hectares de l’ancienne Quinta royale de Queluz. Les célébrations de la famille royale, en particulier entre 1752 et 1786, constituent une importante valeur paysagère et patrimoniale, étant considéré comme l’un des jardins historiques les plus importants du Portugal.

Escalier Robillion ou Lions
Cascade de coquillages
Cages à bêtes
Canal de tuile (Ribeira do Jamor)

Toute la zone de l’escalier et du canal carrelé était un important centre de loisirs, où des espaces ont été construits spécifiquement pour les loisirs et les divertissements de la famille royale. Quelque part dans cette zone se trouvait le Barraca Rica, un pavillon en bois qui servait d’auberge au peuple royal, achevé en 1757 et aujourd’hui disparu.

Flanquant la Cascade des coquillages, sous la terrasse du pavillon Robillion, les cages ont été construites en 1822 où des animaux exotiques tels que des lionnes, des tigres et des singes étaient retenus captifs.
Cette zone a toujours été un centre de loisirs très important où plusieurs espaces dédiés aux loisirs et au divertissement ont été construits. Dans les cages, ils survécurent encore, en 1833, pendant la période sanglante des luttes libérales, deux lionnes, deux tigres et quelques singes, témoignage d’un goût pour l’exotisme qui a toujours existé à Queluz.

Ribeira do Jamor, qui traverse tout le parc de Queluz du nord au sud, est contenue dans un canal bordé de panneaux de tuiles, couvrant 115 mètres. Ce canal de tuile était auparavant connu sous le nom de Lago Grande. Dans la partie centrale du canal se dressait la Casa do Lago, une «maison du frais» décorée en chinoiserie au goût du temps. Appelée également la Maison chinoise ou Maison de la musique, elle jouait de l’orchestre de chambre de la Reine les après-midi d’été, tandis que la famille royale naviguait sur les eaux en miroir qui, piégées par un système de porte d’inondation, reflétaient les carreaux des murs intérieurs. , avec des représentations de palais, de ports maritimes et de ruines de l’antiquité. La nuit, le long du canal, des torches en forme de sculptures dorées étaient allumées.

Voici deux magnifiques groupes sculpturaux de John Cheere, représentant Bacchus et Ariane et Vénus et Adonis, une fois placés en haut de la façade des chambres de la princesse Mary Francisca Benedita, face au Jardin de Malte.

Caïn et Abel (John Cheere) sur la place du Plateau
Ce groupe de plomb sculptural qui surmontait autrefois la façade de la salle du trône est situé sur la place du Plateau, selon un marbre original de Giambologna (1529-1608). au Victoria & Albert Museum de Londres.

Dans le Largo dos Plátanos, en marchant vers le lac des médailles, vous pouvez toujours voir les sculptures Énée et Ankises et l’enlèvement de Proserpina, également par John Cheere.

Lac Medal
Il s’agit du plus grand lac des jardins (1764), en forme d’étoile octogonale. Dans ses environs présente deux statues de John Cheere: Apollon et Diana.
Conçu par Robillion en 1764, il est doté d’un système complexe d’éperons.

Fontaine de Neptune
Imposant ensemble sculptural en pierre (1677), représentant un Neptune entouré de tritons, par Ercole Ferrata (1610-1686), disciple et collaborateur de Gian Lorenzo Bernini. Venant de Quinta do Senhor da Serra à Belas, la Fontaine a été assemblée dans cet espace en 1945. Le lac est fait plus tard.

Ecuries de formation de l’Ecole Portugaise d’Art Equestre (EPAE)

Écuries de la Reine D. Amelia (1904) et écuries EPAE

Pavillon du thé (ancienne serre du 19e siècle)

Pella Game,
Construit en 1758. Aussi appelé Ball Game ou Mesh Game.

jardin botanique
Construit entre 1769 et 1776. Situé au bas de la Quinta, il est bordé par les balustrades qui y ont été placées en 1800. Aussi appelé Greenhouse Garden, où D. Pedro III a planté des ananas, était orné de lacs, de bustes et de statues.

Grande Cascade
Interprété par Robillion dans les années 1770, il est le point focal de l’axe structurel principal du jardin, ainsi que la partie la plus spectaculaire de l’ensemble du système de jeux d’eau et d’étang. L’eau jaillit d’un air renfrogné monumental.
La cascade est bordée d’éléments en pierre sculptée et de roches de Cascais. Elle était ornée de statues en pierre et en plomb qui n’ont pas duré jusqu’à aujourd’hui.

Lago das Conchas
Fantaisie de pierre inspirée des motifs de bijoux couramment utilisés dans les baume d’argent. Oeuvre de Jean-Baptiste Robillion, disciple à Paris du célèbre orfèvre Thomas Germain. Robillion est arrivé au Portugal en 1749, d’abord comme orfèvre au service de Dom Pedro et plus tard comme architecte de Queluz.

Jardins Supérieurs – Jardin suspendu et jardin maltais
La tradition des jardins d’appareils auxquels Queluz souscrit dicte que juste sous les fenêtres de la façade principale doivent se trouver des parterres. Dans le palais, nous trouvons deux jardins qui suivent ce précepte: le jardin suspendu (ou Neptune) et le jardin de Malte. Conçus selon des modèles géométriques français, ces deux jardins à la française sont séparés l’un de l’autre et du reste du parc par une balustrade surmontée du Portique dos Cavaleiros.
La décoration des parterres en forme de boîte suggère une broderie parterre, pour laquelle de grandes quantités d’arbustes et de fleurs étaient déjà commandées en 1758. L’ensemble est décoré de lacs, de vases, d’urnes et de statues de marbre, principalement d’Italie, et de sculptures en plomb de le studio. Londres par John Cheere (commandé en 1755 et 1756).

Lac Nereide (sculptures en plomb attribuées à John Cheere)
Monkey Lake
Lac Neptune (sculptures en plomb attribuées à John Cheere)
Sculptures représentant les quatre saisons (John Cheere)
Sculptures de Mars et Minerve (John Cheere) flanquant l’entrée principale de la façade des cérémonies

Le portique de Cavaleiros (1773) présente «La renommée héroïque chevauchant le Pégase», deux statues équestres qui délimitent le passage du jardin suspendu au parc et marquent l’ancien axe principal d’accès au palais, délimité au nord par la façade des cérémonies et le sud par la Grande Cascade.

Porte d’Ajuda
Il a donné accès à la route qui reliait le palais de Queluz au palais d’Ajuda, la résidence de la famille royale portugaise à Lisbonne, jusqu’en 1794, date à laquelle il a été détruit par un grave incendie, faisant de Queluz la résidence permanente.

Palais national de Queluz
Situé entre Lisbonne et Sintra, le Palais national de Queluz est l’un des principaux exemples des styles architecturaux rococo et néoclassique de la seconde moitié du XVIIIe siècle au Portugal.

Commandée en 1747 par le futur roi Pedro III, marié à la reine Maria I, la résidence fut initialement conçue comme une maison d’été et donc un lieu privilégié pour les loisirs et les divertissements de la famille royale mais qui devint leur résidence permanente de 1794 jusqu’à leur départ pour Brésil en 1807, suite à l’invasion du pays par les armées de Napoléon.

Les salles de réunion grandioses, les lieux de culte et les salles privées se succèdent dans une interconnexion intime avec les jardins en tant que partie fondamentale de cet environnement de plaisir. Le long du spectaculaire Lions Staircase, de l’artiste français Jean-Baptiste Robillion, nous arrivons au monumental Canal carrelé avec ses grands panneaux représentant des ports maritimes et des scènes courtoises. Les allées du jardin sont animées par les sculptures italiennes et britanniques, dans leur ensemble avec des thèmes mythologiques, et mettant en valeur l’ensemble des sculptures en plomb de l’artiste londonien John Cheere aux côtés des nombreux lacs et autres plans d’eau.

L’évolution du goût de la Cour au cours des XVIIIe et XIXe siècles, fortement influencée par le goût français et italien ainsi que par le goût anglais, est particulièrement présentée dans les intérieurs du palais, les jardins historiques et les collections.

Le Palais national de Queluz est désormais géré par la société publique Parques de Sintra-Monte da Lua (PSML), créée en 2000 suite à la reconnaissance par l’UNESCO, en 1995, du Paysage culturel de Sintra en tant que site du patrimoine mondial.