De Réunion à East Wing, Teatro alla Scala Museum

Entre les années 1800 et 1900, l’Europe a connu une période de profonds changements. Même le Teatro alla Scala ne peut échapper à cette ère de bouleversements. Les salles 7 et 8 sont dédiées précisément aux protagonistes de cette période turbulente.

Arturo Toscanini, le chef réformateur de la Scala moderne. Eleonora Duse, protagoniste agitée du théâtre italien. Giacomo Puccini, le nouvel homme de l’opéra italien, qui pour La Scala écrit Edgar, Madama Butterfly, Turandot. Pour enfin rejoindre Maria Callas, une voix inoubliable des années 1900.

La septième chambre:
théâtre au début du XXe siècle

Dans la septième salle, il y a un buste de l’actrice Eleonora Duse. Elle est née à Vigevano, près de Pavie, fille d’un couple d’acteurs originaires de ce qui est aujourd’hui la région de la Vénétie. Elle a débuté à l’âge de cinq ans en tant que Cosette dans Les Misérables de Victor Hugo.

Elle a passé sa vie à voyager avec les grandes compagnies d’acteurs d’Italie, d’Europe et d’Amérique. Elle est peu à peu attirée par le théâtre naturaliste de D’Annunzio et Ibsen. Admirée par les auteurs pour l’intensité de sa performance, elle entretient des relations longues et tourmentées avec Arrigo Boito et Gabriele D’Annunzio. Dans la même salle, vous trouverez un portrait d’Amilcare Ponchielli, l’auteur de La Gioconda, et les croquis de quelques rideaux de scène.

Les huit chambres:
Verdi, Boito et les stars du XXe siècle

La huitième salle du musée est dédiée à la fin du XIXe et au XXe siècle. Lodovico Pogliaghi et Adolf Hohenstein ont représenté les dernières heures de Verdi, décédé le 27 janvier 1901. Trois générations de la famille Ricordi qui avait publié l’œuvre du compositeur sont également représentées ici: Giovanni, Tito et son fils Giulio.

Un grand espace est consacré à une longue lignée d’étoiles: Rosina Storchio, Claudia Muzio, Francesco Tamagno, Enrico Caruso, Aureliano Pertile, Tancredi Pasero, Maria Callas, Renata Tebaldi, Giuseppe Di Stefano, Mario Del Monaco, Franco Corelli et Leyla Gencer. Il y a ensuite un hommage à Rudolf Noureev et un à Giorgio Strehler.

La grande vitrine au centre de la salle contient de nombreux souvenirs et matraques appartenant aux chefs d’orchestre, ainsi que la copie anastatique de la partition du Requiem de Verdi

La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était installée depuis de nombreuses années.

Arrigo Boito, ici interprété par Arturo Rietti, a été l’un des leaders incontestés de la vie musicale dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il était une figure littéraire et membre du mouvement italien “scapigliatura”. Il avait étudié à Paris et avait acquis une culture raffinée et internationale. On se souvient surtout de lui comme librettiste. Pourtant, il était également un important musicien et compositeur de Mefistofele et Nerone.

Boito a également été l’un des fondateurs de ce musée et a mis ses talents exceptionnels au service de sa réalisation. Son frère, Camillo, était l’architecte qui a conçu la maison de retraite pour musiciens de Milan, subventionnée et entretenue pendant des années par Giuseppe Verdi

Oeuvres

Arturo Rietti, portrait d’Arturo Toscanini
Arturo Rietti, portrait de Giacomo Puccini
Eduard Kaulbach, portrait d’Eleonora Duse
Filippo Cifariello, buste d’Enrico Caruso
Ulisse Sartini, portrait de Maria Callas
Ulisse Sartini, portrait de Renata Tebaldi
Un buste Troubridge de Vaslav Nijinsky

La sixième salle:
Souvenirs de Verdis

La sixième salle du musée contient des objets qui faisaient à l’origine partie de la collection Sambon. Bustes et statuettes en porcelaine bisque représentent des musiciens célèbres ou des personnages de théâtre.

Dans la salle sont également conservés des souvenirs quelques morceaux de souvenirs liés à Verdi: son masque de mort; une mèche de cheveux; un plâtre de sa main droite; son bureau portable avec un encrier, des stylos, un porte-lettres, un jeu de cartes et un dictionnaire français-italien. Ces objets ont tous été retrouvés dans la chambre de Verdi au Grand Hôtel et de Milan à sa mort.

La cinquième chambre:
Pâtes, Patti, Rossini et Wagner

Dans la cinquième salle du musée, vous trouverez deux portraits d’Adelina Patti, une chanteuse et actrice qui a prospéré dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a été la prima donna à La Scala au cours des saisons 1877 et 1878. Dans cette salle, vous trouverez également le célèbre buste en bronze de Rossini de Marocchetti, un portrait de Gaetano Donizetti et un autre de Giuditta Pasta, le premier interprète de Norma.

Dans son portrait de Gioacchino Giuseppe Serangeli. on la voit tenir la partition du Tancredi de Rossini ouverte sur la page de la célèbre aria «Di tanti palpiti», tandis que dans la peinture de Gérard, elle est représentée dans son costume de Norma. Un autre buste en bronze, une copie de Lorenz Von Gedon (conservé à Monaco), représente Richard Wagner.

Une de ses lettres à Arrigo Boito est conservée dans les archives et date de la première italienne de Lohengrin à Bologne. Le compositeur révèle un détail caché très important: «Je ne sais pas si c’était un démon ou un génie du genre qui nous prend dans ces moments décisifs, cependant, j’étais allongé sans sommeil dans un hôtel de La Spezia lorsque le l’inspiration pour la musique de Das Rheingold m’est venue ».

La salle est complétée par deux vitrines contenant quelques petits instruments de musique, dont une curieuse flûte de cristal, et quelques médailles appartenant à des artistes et compositeurs.

Musée Teatro alla Scala
Le musée est en fait situé entre la via Filodrammatici et la Piazza della Scala, dans une aile latérale du bâtiment historique conçu par Giuseppe Piermarini.

La construction actuelle, datant de 1831, a été conçue par Giacomo Tazzini et a remplacé le soi-disant “Casino dei Nobili”, construit selon la conception de Piermarini en même temps que La Scala. Ce complexe est encore connu aujourd’hui sous le nom de “Casino Ricordi”. En effet, la célèbre maison d’édition musicale y était installée depuis de nombreuses années.

Le premier noyau du musée a été créé en 1911 avec l’achat à une vente aux enchères parisienne de la collection privée de l’antiquaire parisien Giulio Sambon, grand amateur de théâtre. L’achat a été rendu possible grâce à un abonnement public et une allocation gouvernementale. La cotisation s’élevait alors à 5 000 lires, un chiffre considérable, qui avoisine aujourd’hui les 15 000 euros. La collection était destinée à documenter l’histoire du spectacle de l’Antiquité à la modernité, initialement sans relation avec l’activité spécifique du Teatro alla Scala. Le musée a été officiellement inauguré le 8 mars 1913.

Au cours des années suivantes, de nombreux dons et acquisitions ont été ajoutés au noyau initial de la collection. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections ont été déplacées vers des lieux sûrs pour être conservées et à la fin de la guerre, après la reconstruction, le musée a été réaménagé par Fernanda Wittgens. La zone d’exposition du musée se compose de quatorze salles et expose des bustes en marbre et des portraits de nombreux compositeurs, chefs d’orchestre et artistes du domaine musical européen des deux derniers siècles, des instruments de musique anciens. Certaines peintures représentent le Teatro alla Scala.