Romantisme dans la littérature espagnole

Le romantisme est un mouvement révolutionnaire dans tous les domaines vitaux des arts, il rompt avec les schémas énoncés dans le néoclassicisme, défendant la fantaisie, l’imagination et les forces irrationnelles de l’esprit. Le néoclassicisme persiste encore chez certains auteurs, mais beaucoup, qui ont commencé dans la position néoclassique, se sont avidement convertis au romantisme, comme le duc de Rivas ou José de Espronceda. D’autres, cependant, étaient depuis le début des romantiques convaincus.

Le romantisme est arrivé en retard et n’a duré que pendant une période courte mais intense, puisque dans la seconde moitié du 19ème siècle il a été supplanté par le réalisme, dont la nature était antithétique à celle de la littérature romantique.

Romantisme traditionnel et révolutionnaire
Le romantisme est considéré comme complexe et confus, avec de grandes contradictions allant des idées rebelles et révolutionnaires au retour de la tradition catholique et monarchique. En ce qui concerne la liberté politique, certains l’ont comprise simplement comme la restauration des valeurs idéologiques, patriotiques et religieuses que les rationalistes du 18ème siècle avaient essayé de réprimer. Ils ont exalté le christianisme, le trône et le pays en tant que valeurs suprêmes. Dans ce camp de «romantisme traditionnel», on placerait Walter Scott en Écosse, Chateaubriand en France, et le duc de Rivas et José Zorrilla en Espagne. Il était basé sur l’idéologie de la restauration de la monarchie absolue en Espagne, qui a pris naissance après la chute de Napoléon Bonaparte, et a défendu les valeurs traditionnelles représentées par l’Église et l’État. D’un autre côté, d’autres romantiques, en tant que citoyens libres, combattaient tout l’ordre établi dans la religion, l’art et la politique. Ils ont proclamé les droits de l’individu sur et contre la société et la loi. Ils représentaient le romantisme «révolutionnaire» ou «libéral», et leurs membres les plus notables étaient Lord Byron en Angleterre, Victor Hugo en France et José de Espronceda en Espagne. Les trois idées sous-jacentes du mouvement étaient: la recherche et la justification de la compréhension «irrationnelle», que la raison nie, la dialectique hégélienne et l’historicisme.

Costumbrisme
Le costumbrisme se concentrait sur la vie contemporaine, en grande partie du point de vue du peuple «commun», et s’exprimait dans un langage pur et correct. L’auteur principal dans le style costumbrist était Ramón de Mesonero Romanos, situé en marge du romantisme, et dans une position ironique par rapport à elle. Le costumbrisme, né du romantisme, mais en tant que manifestation de la nostalgie des valeurs et des coutumes du passé, a contribué à la décadence du mouvement romantique et à la montée du réalisme, devenu bourgeois et transformé en style de description.

Contexte historique
La période romantique englobe la première moitié du 19ème siècle, une période de haute tension politique. Les conservateurs ont défendu leurs privilèges, mais les libéraux et les progressistes se sont battus pour les supplanter. Cela a ouvert la voie aux laïcs et à la franc-maçonnerie. La pensée catholique s’est défendue contre les libres penseurs et les partisans du philosophe allemand Karl CF Krause. La classe ouvrière a déclenché des mouvements de protestation avec des tendances anarchistes et socialistes, accompagnées de grèves et de violences. Alors que l’Europe a connu un développement industriel important et un enrichissement culturel, l’Espagne a présenté l’image d’un pays un peu arriéré qui était toujours à l’écart du reste de l’Europe.

Caractéristiques du romantisme
Rejet du néoclassicisme. Face à la rigueur scrupuleuse et à l’ordre avec lequel les règles étaient observées au XVIIIe siècle, les écrivains romantiques combinaient les genres et les vers des médias distincts, mêlant parfois vers et prose; dans le théâtre, la règle des trois unités (action, lieu et temps) était méprisée, et ils alternaient le comique avec le dramatique.

Subjectivisme. Quel que soit le type de travail, l’âme passionnée de l’auteur y déversait tous ses sentiments d’insatisfaction face à un monde qui limitait et frustrait l’expression de ses aspirations et de ses soucis, par rapport à l’amour, la société et le pays. Ils ont identifié la nature avec l’esprit, et l’ont exprimé comme la mélancolie, la tristesse, le mystère et l’obscurité, en contraste avec les néo-classicistes, qui ont à peine montré l’intérêt pour le monde naturel. Les fringales insatiables de l’amour passionné, du bonheur et de la possession de l’infini provoquaient chez les romantiques un découragement, une immense déception qui les amenait parfois au suicide, comme dans le cas de Mariano José de Larra.

Attraction de la nuit et mystérieuse. Les romantiques situaient leurs sentiments douloureux et déçus dans des lieux mystérieux ou mélancoliques, tels que des ruines, des forêts et des cimetières. De la même manière, ils se sont sentis attirés par le surnaturel, ce qui échappe à la logique, tels que les miracles, les apparitions, les visions d’outre-tombe, les diaboliques et la sorcellerie.

Les débuts
Le romantisme est venu en Espagne à travers l’Andalousie et la Catalogne.

En Andalousie, le consul prussien de Cadix, Juan Nicolás Böhl de Faber, père du romancier Fernán Caballero, a publié une série d’articles entre 1818 et 1819 dans le Diario Mercantil de Cádiz, dans lequel il a défendu le théâtre espagnol du Siglo de Oro, et a été largement attaqué par les néo-classicistes. Contre lui étaient José Joaquín de Mora et Antonio Alcalá Galiano, qui ont soutenu d’un point de vue traditionaliste, antilibéral et absolutiste. Les idées de Böhl de Faber étaient incompatibles avec les leurs (puisqu’elles étaient encore liées au Siècle des Lumières), en dépit du fait qu’elles représentaient le modernisme littéraire européen.

En Catalogne, El Europeo est un journal publié à Barcelone de 1823 à 1824 par deux éditeurs italiens, un Anglais, et les jeunes Catalans Bonaventura Carles Aribau et Ramón López Soler. Cette publication défendait le romantisme traditionaliste modéré suivant l’exemple de Böhl, rejetant totalement les vertus du néo-classicisme. Une exposition de l’idéologie romantique est apparue pour la première fois dans ses pages, dans un article de Luigi Monteggia, intitulé Romanticismo.

Poésie
Les poètes romantiques ont créé leurs œuvres au milieu d’une fureur d’émotions, formant des vers de tout ce qu’ils ont ressenti ou pensé. Les critiques ont trouvé dans leurs œuvres un lyrisme de grande puissance, mais en même temps un vers vulgaire et sans inspiration.

Certaines des caractéristiques de la poésie romantique sont:

Le moi, le moi intérieur. José de Espronceda, en posant dans son Chant à Thérèse une douloureuse confession d’amour et de déception, réussit avec une grande habileté à traduire ses sentiments en poésie.
Amour passionné, avec ses redditions soudaines et totales et ses rapides abandons. L’agonie et l’extase.
Inspiration par des sujets historiques et mythiques.
La religion, bien que souvent c’est par une révolte contre la compassion conséquente, même au point d’exalter le diable.
La revendication sociale, la valeur accordée aux personnes marginalisées, telles que les mendiants
La nature, affichée dans toutes ses manifestations et variations. Les romantiques donnaient souvent à leurs poèmes des cadres mystérieux, tels que des cimetières, des tempêtes, la mer déchaînée, etc.
Satire, fréquemment associée à des événements politiques et littéraires.
C’était aussi un signe qu’un nouvel esprit inspirait la création du verset. En contraste avec la répétition monotone des chansons et des paroles, les poètes ont proclamé leur droit d’utiliser toutes les variations existantes sur le mètre, d’adapter celles des autres langues et d’innover si nécessaire. À cet égard, comme dans d’autres, le romantisme préfigurait les audaces modernistes de la fin du siècle.

José de Espronceda
Espronceda est né en 1808 à Pajares de la Vega, près de Almendralejo, Badajoz. Il a fondé la société secrète de Los numantinos, dont le but était de “démolir le gouvernement absolutiste”. En raison de son implication dans cette société, Espronceda a été emprisonné. À l’âge de 18 ans, il a fui à Lisbonne et s’est joint à un groupe d’exilés libéraux. Là, il a rencontré Teresa Mancha, la femme avec qui il a vécu à Londres. Après un acte d’agitation politique, il retourne en Espagne en 1833. Il mène une vie dissipée, pleine d’incidents et d’aventures, ce qui amène Teresa Mancha à le quitter en 1838. Il est sur le point d’épouser un autre amant en 1842 mort à Madrid.

Espronceda a travaillé dans les principaux genres littéraires, tels que le roman historique, avec Sancho Saldaña ou El castellano de Cuéllar (1834), et le poème épique, avec El Pelayo, mais son travail le plus important était sa poésie. Il a publié Poesías en 1840 après son retour d’exil. C’est une collection de poèmes de différents types, qui rassemble ses poèmes néoclassiques juvéniles avec d’autres œuvres romantiques plus intenses. Ces derniers étaient les types marginalisés les plus importants et les plus élevés: Canción del pirata (Le chant du pirate), El verdugo (Le bourreau), El mendigo (Le mendiant), et Canto del cosaco (Le chant du cosaque). Ses œuvres les plus importantes sont El estudiante de Salamanque (1839) et El diablo mundo:

El estudiante de Salamanque (1839): Cette composition se compose de quelque deux mille vers de différentes longueurs. Il raconte les crimes de don Félix de Montemar, dont l’amante Elvira meurt de chagrin quand il l’abandonne. Une nuit, il voit son fantôme et le suit à travers les rues et contemple son propre enterrement. Dans la maison des morts, il épouse le cadavre d’Elvire et meurt.
El diablo mundo: Ce travail n’a jamais été fini. Il se compose de 8 100 versets de divers mètres, et il semble être une épopée de la vie humaine. Le deuxième chant (Canto a Teresa) occupe la plus grande partie du poème, et il évoque son amour pour Teresa et déplore sa mort.

D’autres poètes
En dépit de la courte période pendant laquelle la poésie lyrique romantique a prospéré en Espagne, d’autres poètes remarquables méritent d’être mentionnés, comme le Barcelonais Juan Arolas (1805-1873), le galicien Nicomède Pasteur Díaz (1811-1863), Gertrudis Gómez de Avellaneda (1814-1873) et Pablo Piferrer (1818-1848). Piferrer, en dépit d’écrire seulement en espagnol, était l’un des précurseurs du mouvement romantique en Catalogne.

Gertrudis Gómez de Avellaneda
Gertrudis Gómez de Avellaneda et Arteaga (23 mars 1814 – Madrid 1er février 1873) était un écrivain et poète cubain du 19ème siècle. Bien que cubaine, elle a vécu la majeure partie de sa vie en Espagne. Elle a écrit divers poèmes, pièces de théâtre et romans. Son travail le plus célèbre est un roman anti-esclavagiste appelé Sab (roman).

Carolina Coronado
Carolina Coronado (Almendralejo, 1823-Lisbonne, 1911) mérite une mention spéciale. Elle a passé une grande partie de son enfance dans la campagne d’Estrémadure et, dès son plus jeune âge, a montré un talent pour la poésie. Elle a épousé un diplomate américain et a vécu dans divers pays étrangers. Le malheur de la famille l’a incitée à chercher la solitude et la retraite à Lisbonne, où elle est morte en 1911. Son travail le plus important est Poesías (1852).

Prose
Pendant la période romantique, il y avait un grand intérêt pour la fiction littéraire, en particulier les romans d’aventures et de mystères; Cependant, la production espagnole de ce type était rare, limitée aux traductions de romans étrangers. Plus d’un millier de traductions ont circulé en Espagne avant 1850, dans les genres historiques, romantiques, chevaleresques et mélodramatiques, représentant des écrivains comme Alexandre Dumas, père, Chateaubriand, Walter Scott et Victor Hugo. La prose espagnole se composait essentiellement du roman, de la prose scientifique ou savante, du journalisme, et du développement intense du costumbrismo.

Au cours du premier quart du siècle, quatre types distincts de romans se sont développés: des romans moraux et éducatifs, des romans, des histoires d’horreur et des romans anticléricaux. Le roman le plus purement romantique est le roman anticlérical. Cependant, l’influence romantique façonnerait, principalement, le roman historique.

Romans historiques
Le roman historique développé à l’imitation de Walter Scott (80 de ses œuvres avait été traduit), auteur de Waverley, Ivanhoe, et d’autres romans d’aventures dans le passé écossais et anglais. Les romans historiques espagnols se divisent en deux catégories: libérale et modérée. Dans l’école libérale existaient à la fois des courants anti-clérical et populiste. D’autre part, l’école modérée produisait, à l’occasion, des romans exaltant les valeurs traditionnelles et catholiques. Les auteurs espagnols les plus remarquables sont:

Enrique Gil y Carrasco (Villafranca del Bierzo), 1815-Berlín 1846. Avocat et diplomate, il fut l’auteur d’El señor de Bembibre, le meilleur roman historique espagnol, écrit à l’imitation de Walter Scott.

Francisco Navarro Villoslada (1818-1895), qui a écrit une série de romans historiques où le genre romantique était en déclin et le réalisme était à son apogée. Ses romans ont été inspirés par les traditions basques, et ont été mis dans l’ère médiévale. Son œuvre la plus célèbre est Amaya, o vascos en el siglo VIII (Amaya, ou les Basques du VIIIe siècle), dans laquelle les Basques et les Wisigoths s’allient contre l’invasion musulmane.
Il convient également de mentionner les contributions au genre historique de Mariano José de Larra, de Serafín Estébanez Calderón et de Francisco Martínez de la Rosa.

Écriture savante
La majorité de ces travaux sont issus des discussions de l’assemblée qui a adopté la Constitution de Cadix. Les auteurs les plus représentatifs étaient Juan Donoso Cortés (1809 † 1853) et Jaime Balmes Urpía (1810 † 1848):

Juan Donoso Cortés est issu de l’école libérale, bien que par la suite il ait défendu des idées catholiques et autoritaires. Son ouvrage le plus important est l’Ensayo sobre el catolicismo, el liberalismo y el socialismo (Traité sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme), publié en 1851. Son style a un ton à la fois solennel et convaincant et suscite de vifs débats.

Vignettes de Costumbrist
Entre 1820 et 1870, l’Espagne a développé la literatura costumbrista (littérature de mœurs), qui s’est manifestée dans le cuadro de costumbres, ou vignette de la vie quotidienne, un court article en prose. Ces travaux étaient normalement limités à un texte descriptif, en minimisant l’argument. Ils ont décrit le mode de vie de l’époque, une coutume populaire, ou un stéréotype personnel. Dans de nombreux cas (comme dans les articles de Larra), les articles contiennent une satire considérable.

Costumbrismo (ou costumbrism) est né du désir romantique de mettre en valeur le différent et le particulier, inspiré par l’affinité française pour le même genre. Des milliers d’articles de ce type ont été publiés, limitant ainsi le développement du roman en Espagne, puisque la narration et les caractères individuels prédominaient dans ce genre, tandis que les vignettes costumbrist se limitaient aux descriptions génériques des types de personnalité (torero, marronnier, porteur d’eau, etc. .). De grandes anthologies de ces vignettes ont été compilées, telles que Los españoles pintados por sí mismos (Espagnols peints par eux-mêmes), (publié en deux volumes en 1843-1844, réimprimé en un volume en 1851). Les auteurs notables représentés dans ce travail sont le madrileño Ramón de Mesonero Romanos et l’andalou Serafín Estébanez Calderón.

Ramón de Mesonero Romanos
Ramón Mesonero Romanos (1803-1882) est né et mort à Madrid. Il appartenait à l’Académie espagnole et était un gentil bourgeois. Ses idées étaient anti-romantiques et il était un grand observateur de la vie autour de lui. Il était célèbre sous le pseudonyme El curioso parlante.

Sa production littéraire principale était dans la tradition costombriste; cependant, il a écrit Memorias de un setentón (Souvenirs d’un 70-year-old), une allusion aux personnes et aux événements qu’il a connus entre 1808 et 1850. Ses travaux de costumbrist ont été rassemblés dans les volumes Panorama matritense et Escenas matritenses.

Serafín Estébanez Calderón
Calderón (1799-1867) est né à Málaga et mort à Madrid. Il était connu sous le nom d’El solitario (Le solitaire) et exerçait une haute fonction politique. Bien que connu pour son conservatisme, il était libéral dans sa jeunesse. Il a publié divers poèmes et un roman historique, Cristianos y moriscos (chrétiens et maures), bien que son travail le plus célèbre est une collection de vignettes costumbrist Escenas analuzas (scènes andalouses) (1848), contenant des descriptions telles que El bolero, La feria de Mairena , Un baile en Triana, et Los Filósofos del figón.

Journalisme: Mariano José de Larra
Tout au long du 19ème siècle, le rôle du journal est décisif. La publication de Barcelone El Europeo (The European) (1823-1824) a publié des articles sur le romantisme et, grâce à la publication, l’Espagne a appris à connaître les noms de Byron, Schiller et Walter Scott. Cependant, la presse était aussi un bras de la lutte politique. En ce sens, nous devons souligner la presse satirique politique de Trienio Liberal (El Zurriago, La Manopla), où sont apparus non seulement des thèmes sociaux, mais aussi des schémas de personnalisation qui étaient des précédents clairs de la production de Larra.

Mariano José de Larra, El Pobrecito hablador (Le pauvre petit parleur) Mariano José de Larra (Madrid, 1809 † id., 1837), fils d’un exil libéral, a rapidement conquis la notoriété en tant que journaliste. Son caractère était moins qu’agréable. Mesonero Romanos, son ami, a parlé de “sa mordacidad innée, qui portait peu de sympathies”. A vingt ans, il s’est marié, mais le mariage a échoué. Avec un succès total en tant qu’écrivain, à 27 ans, Larra s’est suicidé avec un pistolet à la tête, semble-t-il, pour une femme avec qui il entretenait une relation d’amour illicite.

Les articles de journaux de Larra

Larra a écrit plus de 200 articles, derrière la façade de divers pseudonymes: Andrés Niporesas, El pobrecito hablador et surtout, Fígaro. Ses œuvres peuvent être divisées en trois groupes: coutumes, articles littéraires et articles politiques.

Dans les articles sur le customisme, Larra a satirisé la forme de la vie espagnole. Il éprouvait une grande douleur pour sa mère patrie imparfaite. L’accent devrait être mis sur Vuelva usted mañana (“Revenez demain” – une satire des fonctionnaires), Corridas de toros (“Courses de taureaux”), Casarse pronto y mal (“Mariez-vous bientôt et mal”, avec des nuances autobiographiques) et El castellano grosero (“Le brut castillan”, contre la crudité de la campagne).

Dans ses articles politiques, son éducation progressiste et libérale se reflète clairement, avec des articles hostiles sur l’absolutisme et le traditionalisme. Dans certains d’entre eux, Larra révèle son exaltation révolutionnaire, comme dans l’article qui dit: «Asesinatos por asesinatos, ya que los ha de haber, estoy por los del pueblo» («Meurtres par meurtres, puisque nous devons les avoir, je suis pour ceux du peuple “).

Théâtre
Le théâtre néo-classique n’a pas réussi à avoir beaucoup d’effet sur les goûts espagnols. Au début du 19ème siècle, les œuvres du Siglo de Oro sont devenues populaires. Ces œuvres ont été dédaignées par les néo-classicistes pour ne pas suivre la règle des trois parties (action, lieu et temps) et pour mélanger les aspects comiques et dramatiques. Néanmoins, ces œuvres ont eu du succès en dehors de l’Espagne, précisément parce qu’elles n’étaient pas conformes à l’idéal néoclassique.

Le romantisme a triomphé dans le théâtre espagnol avec La conjuration de Venecia de Francisco Martínez de la Rosa, El Trovador d’Antonio García Gutiérrez et Los amantes de Teruel de Juan. Eugenio Hartzenbusch. Mais l’événement clé fut en 1835, lorsque Don Álvaro ou la Fuerza del sino (Don Álvaro, ou le pouvoir du destin), par le duc de Rivas, a eu sa première.

Le théâtre était le plus développé des genres théâtraux. Toutes les œuvres contenaient des éléments lyriques, dramatiques et fantastiques. La liberté régnait dans tous les aspects du théâtre:

Structure: La règle des trois unités, imposée à la littérature espagnole des Lumières, a disparu. Les drames, par exemple, peuvent avoir cinq actes en vers, ou en prose et vers mixtes, avec un mètre variable. Si dans les œuvres néoclassiques les mises en scène étaient inacceptables, cela ne prévalait pas dans le romantisme, où elles se produisaient fréquemment. Le monologue prend une nouvelle importance, devenant le principal moyen d’exprimer la lutte interne d’un personnage.

Cadre: L’action théâtrale a gagné en dynamisme en utilisant une variété de paramètres dans la même production. Les auteurs situent leurs œuvres dans des lieux typiques du romantisme, tels que les cimetières, les ruines, les campagnes solitaires, les prisons, etc. La nature correspond aux sentiments et aux états d’esprit des personnages.
Terrain: Le théâtre romantique a tendance à avoir des intrigues avec des thèmes légendaires, aventureux, chevaleresques, historiques et nationaux, avec l’amour et la liberté comme éléments typiques. Les motifs fréquents étaient des scènes nocturnes, des duels, des ombres, des caractères mystérieux, des suicides, des démonstrations de galanterie ou de cynisme. Les événements se sont produits à une vitesse vertigineuse. Le but du drame n’était pas d’éclairer, comme le souhaitaient les néo-classicistes, mais plutôt de bouger.

Caractères: Le nombre de caractères dans une pièce a augmenté. Le héros masculin était généralement courageux et mystérieux. L’héroïne était innocente et fidèle, mais ayant une passion intense. Mais les deux étaient marqués pour un destin fatal; la mort est la libération. Plus d’importance a été donnée au dynamisme de l’action que la psychologie des personnages.

Ángel de Saavedra, duc de Rivas
Ángel de Saavedra et Ramírez de Baquedano (Córdoba, 1791 † Madrid, 1865) ont lutté contre l’invasion française en tant que jeune homme et ont gagné la proéminence politique comme un progressivist. Il a été condamné à mort pour ses opinions libérales mais a réussi à s’échapper en Angleterre.

Ángel de Saavedra a occupé un certain nombre de postes publics importants. Comme beaucoup d’écrivains contemporains, il commence par adopter une esthétique néo-classique dans les genres lyriques (Poesías, 1874) et dramatiques (Lanuza, 1822). Il a progressivement incorporé des éléments romantiques dans son travail comme on peut le voir dans des œuvres comme El desterrado. Sa conversion est devenue complète dans Romances históricos.

José Zorrilla
Né à Valladolid en 1817 et décédé à Madrid en 1893. Il commença sa carrière dans la littérature en lisant des vers lors des funérailles de Larra, avec lesquelles il obtint une grande renommée. Il épousa une veuve de seize ans plus jeune que lui, mais le mariage échoua et, s’enfuyant d’elle, il se rendit en France puis au Mexique en 1855, où l’empereur Maximilien le nomma directeur du Théâtre national. De retour en Espagne en 1866, il fut accueilli avec enthousiasme. Il se remaria et, avec des pénuries monétaires constantes, il n’avait d’autre remède que de vendre ses œuvres de façon peu rentable, comme Don Juan Tenorio. Les tribunaux lui ont accordé une pension en 1886.

Travaux

La littérature de Zorrilla est prolifique. Sa poésie atteint un zénith avec lectures, qui sont de petits drames chantés comme narration en vers. Les plus importantes de ces lectures sont Margarita la Tornera et à un bon juge, un meilleur témoin.

Cependant, sa reconnaissance est due davantage à ses œuvres dramatiques. Dramas qui se distinguent comprennent le cordonnier et le roi, à propos de la mort du roi don Pedro; Traître, Confesseur et Martyr, à propos du célèbre boulanger de Madrigal, qui vint à passer par Don Sebastián, roi du Portugal; Don Juan Tenorio (1844), le plus célèbre de ses œuvres, représente une tradition dans de nombreuses villes espagnoles début novembre. Il discute le thème du célèbre joker de Séville, écrit précédemment par Tirso de Molina (17ème siècle) et d’autres auteurs nationaux et étrangers.

D’autres auteurs

Francisco Martínez de la Rosa, écrivain de transition
Martínez de la Rosa (1787 † 1862), né à Grenade. En tant que politicien, il est intervenu avec ferveur dans les Cortes de Cádiz. En raison de ses idéaux libéraux, il a souffert la douleur de l’emprisonnement. Il a émigré en France et a été nommé chef du gouvernement en 1833 à son retour en Espagne. Sa politique de «moyens justes» a échoué parmi les extrémistes de gauche et de droite. Ses contemporains lui ont donné le surnom de “Rosita la pastelera” (Rosita la boulangère), bien qu’il ait été emprisonné, exilé et attaqué dans son combat pour une liberté tant désirée.

Antonio García Gutiérrez
Gutiérrez est né à Chiclana, Cádiz, en 1813 et mort à Madrid en 1884. D’une famille d’artisans, il se consacre aux mots et, à court de ressources, s’engage dans l’armée. En 1836, il publie El trovador (“Le troubadour”), un travail qui suscite une réaction enthousiaste du public, bien qu’il l’oblige à faire ses adieux à sa situation actuelle, instituant en Espagne une coutume efficace de la France. Grâce à son succès, il pouvait surmonter les difficultés économiques avec lesquelles il vivait. A l’explosion de la “Gloriosa”, il rejoint les révolutionnaires, avec un hymne contre les Borbones qui devient très populaire.

Juan Eugenio Hartzenbusch
Hartzenbusch est né et mort à Madrid (1806-1880). Fils d’un ébéniste allemand et d’une mère analucéenne, il se consacre d’abord au métier de son père, puis se consacre au théâtre, où il obtient un succès rond avec son œuvre la plus célèbre, Los amantes de Teruel («Les amoureux de Teruel» ) (1837). Il a continué à publier des histoires, des poèmes et des articles personnalisés.

Manuel Bretón de los Herreros
Herreros est né à Quel, Logroño, en 1796 et mort à Madrid, en 1873. Il a accepté son destin littéraire à un très jeune âge, avec des œuvres comme A la vejez viruelas (“À l’ancienne variole”), Muérete y verás (” Meurs et tu verras “) et El pelo de la dehesa (” Les cheveux du bosquet “). Il a satirisé le romantisme, bien que certaines de ses caractéristiques apparaissent dans ses comédies, comme dans Muérete y verás.

Postromantisme
Pendant la seconde moitié du dix-neuvième siècle, les intérêts pré-existants du mouvement dans l’histoire et la légende sont entrés dans une nouvelle étape, et la poésie est devenue plus sentimentale et intime. Ce changement était dû à l’influence de la poésie allemande et à un regain d’intérêt populaire pour la poésie espagnole. L’école Postromantic a quitté significativement ses autres contemporains européens, à l’exception de la poésie allemande de Heinrich Heine.

La poésie continue d’être romantique, tandis que la prose et le théâtre adhèrent davantage au réalisme. La poésie romantique a lentement perdu une partie de sa popularité en raison de sa concentration sur les forces émotionnelles. La narration déclina en faveur du lyrisme, et les poèmes devinrent plus personnels et initiés. La rhétorique s’est raréfiée au fur et à mesure que le lyrisme s’intensifiait, et les thèmes communs étaient l’amour et la passion pour le monde dans toute sa beauté. Les romantiques ont commencé à expérimenter de nouvelles formes et de nouveaux rythmes métriques. L’homogénéité du mouvement roman a été transformée en une pluralité d’idées poétiques. En somme, le post-romantisme représentait une transition entre le romantisme et le réalisme.

Gustavo Adolfo Bécquer
Né à Séville en 1836, Bécquer est devenu orphelin et élevé par sa marraine. Il rêvait de devenir marin mais trouvait sa vocation d’écrivain. À l’âge de 18 ans, il s’installe à Madrid où il souffre des difficultés tout en essayant d’atteindre le succès littéraire. A 21 ans, il contracta la tuberculose qui l’emporta finalement dans la tombe. Il est tombé éperdument amoureux d’Elisa Guillén, et elle a retourné ses affections, mais le couple s’est bientôt séparé dans un processus d’imposition pour le poète. En 1861, il a épousé Casta Esteban et a travaillé comme chroniqueur avec une tendance politiquement conservatrice. Il gagna plus tard un revenu mensuel de 500 pesetas (une grosse somme pour l’époque) tout en travaillant comme critique novateur, mais il perdit son emploi à la révolution de 1868. Il se sépara de sa femme pas si fidèle, devint désillusionné et vécut un style de vie sale et bohème. En 1870, son compagnon inséparable et son frère Valeriano sont morts. Bécquer s’est réconcilié avec Casta mais est mort des mois plus tard en 1870 à Madrid et a été enterré avec son frère à Séville.

Rosalía de Castro
Né à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1837, de Castro était l’enfant bâtard des amants non mariés, ce qui lui causait une amertume incurable. Alors qu’elle vivait à Madrid, elle a rencontré et s’est mariée plus tard avec l’historien galicien Manuel Murguía. Le couple a vécu à divers endroits dans toute la Castille, mais Rosalía ne s’est jamais senti lié à la région et a finalement réussi à installer la famille en Galice. Le mariage n’était pas heureux et le couple a connu des difficultés économiques en élevant six enfants. Elle est morte d’un cancer à Iria Flavia en 1885, et ses restes ont été enterrés à Santiago de Compostela, un site approprié pour un amoureux de la Galice.

Bien que de Castro n’était pas prolifique en prose, elle a atteint la notoriété avec El caballero de las botas azules (Le cavalier à botte bleue) qui avait un penchant philosophique et satirique. Elle est surtout reconnue pour ses contributions poétiques à la littérature espagnole. Ses premiers livres, La flor (La Fleur, 1857) et A mi madre (To My Mother, 1863) possèdent des caractéristiques romantiques avec des vers Esproncedian. Ses trois œuvres les plus mémorables sont:

En orillas del Sar: Beaucoup de critiques considèrent ce travail comme l’apogée de la poésie de Rosalía. C’est le seul des trois principaux romans écrits en espagnol castillan. À l’époque, il était tenu en faible estime en dehors du territoire galicien, mais la génération de 98 a ramené les poèmes dans les feux de la rampe. À Las orillas del Sar, elle fait des confessions sur sa vie privée, son amour et sa douleur, l’injustice humaine, la foi, la mort, l’éternité, etc.
Poètes antiromantiques
Ces poètes pourraient également être considérés comme des adeptes du réalisme, étant donné le déclin du mouvement romantique et leur position contraire à son égard.

Ramón de Campoamor
(Navia, Asturias, 1817-Madrid, 1901), un idéologique modéré, était un gouverneur et un parlementaire. Dans son livre Poética, il a déclaré son intention d’arriver à un «art des idées». De cette façon, un poème aurait un argument clairement défini. Il a également essayé de réaliser de telles idées dans les Humoradas, dans les Doloras, et dans les poèmes de Pequeños. Les humouradas (“mots d’esprit”) étaient de courts poèmes écrits pour les albums et les fans de ses amis. L’un d’eux va:

Gaspar Núñez de Arce
(Valladolid, 1834-Madrid 1903). Il était aussi gouverneur et parlementaire, et ministre également. Il a écrit la pièce El haz de leña, dont l’intrigue traite de la mort mystérieuse de don Carlos, fils du roi Philippe II d’Espagne. Ses œuvres poétiques les plus remarquables sont La última lamentación de lord Byron (La dernière lamentation de Lord Byron), un long soliloque sur les misères du monde, l’existence d’un être supérieur, omnipotent, politique, etc., et La visión de Fray Martín (La vision de frère Martin), dans lequel Núñez de Arce représente Martin Luther contemplant, à partir d’un rocher, les nations qui ont suivi dans son sillage.

Tags: