Théâtre romantique

Le drame romantique, ou théâtre romantique, fait référence à un mouvement théâtral né au début du xix e siècle en opposition aux principes de la tragédie classique.

C’est Victor Hugo qui codifie dans la Préface de Cromwell (1827) l’esthétique du théâtre romantique en France. Il divise l’histoire littéraire en trois grandes périodes: les temps primitifs (harmonie entre l’homme et la nature, donc la poésie lyrique), l’antiquité (violence et poésie épique) et le christianisme (mélange des genres).

Victor Hugo fonde l’esthétique romantique sur cinq points cruciaux: la reproduction de la vie réelle (mélange de genres), le rejet du carcan classique (règle de trois unités, bienséance, vraisemblance), la recherche d’une grande liberté créative, le maintien de la versification couleur locale “.

Les représentations des pièces du théâtre romantique ont donné lieu à des confrontations entre les «modernes» et les «classiques». En 1830, Hernani de Victor Hugo déclenche les passions et provoque la bataille d’Hernani pour son thème, son style et sa composition. Des auteurs tels que Théophile Gautier, Alfred de Musset et Alfred de Vigny soutiendront cette vision moderne du théâtre.

Histoire
Tout au long du XIXe siècle a développé en Europe le romantisme, un mouvement qui implique une rénovation majeure des arts et la façon de voir le monde. Au niveau du théâtre, la figure de William Shakespeare est réévaluée et une plus grande liberté de création est proclamée. Dans ce contexte, un nouveau genre, le drame romantique, est créé. Cela prétend être un miroir dans lequel toute la société peut se refléter.

Le théâtre romantique espagnol coïncide avec ses directives générales avec ce qui se passe en Allemagne et en France à cette époque. Ainsi, elle se caractérise par une volonté de transgression, matérialisée dans le mélange des genres, et par la combinaison du vers et de la prose. Les actions dynamiques qui se déroulent à différents moments et espaces et qui nécessitent de longs points d’explication sont présentées; Les pièces, en outre, ont tendance à avoir cinq actes au lieu de trois. L’un des thèmes les plus fréquents est l’amour, impossible et parfait, généralement présenté avec un arrière-plan historique ou une légende. Références au pouvoir abusif et à l’émergence de héros d’origine mystérieuse, proches du mythe, d’un destin incertain dû à des injustices politiques.

La plupart des formules dramaturgiques utilisées dans cette période suivent la tradition classique, bien qu’elles soient présentées de manière renouvelée. Ce sont des œuvres qui offrent de grandes possibilités scénographiques, qui exigent de nouveaux effets scéniques et de nouveaux mécanismes. C’est donc un moment de transition dans lequel les couloirs de comédie vont à une consolidation des théâtres à l’italienne.

Scénographie
Au cours du romantisme, la scène de scène vit une étape de plénitude. Le nom le plus connu de cette période est Francesc Soler i Rovirosa, le premier à expérimenter la lumière électrique en 1874. En Allemagne, il connaît de première main la scénographie des œuvres de Richard Wagner au théâtre Bayreuth et est l’un des artistes les plus expérimentés pour l’adapter au théâtre catalan.

Les disciples les plus célèbres de Francesc Soler i Rovirosa sont Fèlix Urgellès, Maurici Vilomara, Joan Morales et Salvador Alarma. La scénographie créera une école qui arrivera jusqu’au milieu du XXe siècle par la main de Josep Mestres Cabanes.

Les ateliers où est construite la scène, dont la période de splendeur remonte à 1850-1950, sont à l’origine situés dans le même théâtre, sur la scène. Plus tard, afin de pouvoir assister aux demandes des autres théâtres, les décorateurs s’installent dans de vieux théâtres ou de grands locaux. Sa structure conditionne la productivité et il faut qu’ils aient une grande hauteur pour exposer les rideaux, endroit pour ranger les ustensiles, un bon éclairage et surtout un pont ou un couloir pour voir toutes les décorations d’en haut.

Nouveaux paramètres régionaux
Tout au long du XIXe siècle, à mesure que la ville de Barcelone grandissait, les théâtres étaient répartis dans toute la zone urbaine. Bien que dans la première moitié du siècle tous les espaces scéniques se trouvent dans les murs – sur la Rambla et dans les rues voisines -, plus tard, avec leur démolition, ils s’étendent le long du Passeig de Gràcia et de Paral • lel. Ainsi, dans cette période, les théâtres de Barcelone sont regroupés en trois axes principaux:

L’axe de la Rambla: L’axe de la Rambla est formé par le Teatre Principal, le Gran Teatre del Liceu, le Théâtre de l’Odéon, l’Olympe et le Théâtre Circus Barcelonès, et plus tard Teatre Romea, Teatre Nou et Théâtre El Dorado. Le Teatre Principal (appelé aussi Santa Creu) est le plus ancien et le seul qui ait fonctionné au début du siècle, avec une compagnie stable d’opéra italien et une autre de comédies. Ce théâtre est la compétition directe du Gran Teatre del Liceu, ce qui provoque de multiples confrontations qui viennent à la violence.
L’axe du Passeig de Gràcia: Dans la première moitié du XIXe siècle, le Passeig de Gràcia est encore un lieu plein de vergers, où les Barcelonais vont faire une excursion d’un week-end. Ainsi, certaines des premières constructions érigées sont des sources et des attractions telles que Los Campos Elisis ou Els Jardins del Tívoli, où le Théâtre Tívoli de la rue Casp sera construit plus tard. Ce théâtre, avec le Teatre Novetats et le Teatre Gran Via, formera l’axe du Passeig de Gràcia.
L’axe du parallèle: L’axe du parallèle, avec la vieille ville de la ville sur Carrer Nou de la Rambla et la ronde de Sant Antoni, groupes théâtres comme le Théâtre espagnol, le Théâtre Apollo, le Théâtre Arnau, le Théâtre Condal ou le Teatre Victòria, certains d’entre eux «cafés-chanteurs».

Tout au long de la seconde moitié du siècle, de nombreux nouveaux espaces de théâtre ouvrent également à Barcelone et dans d’autres villes catalanes. Au cours de cette période des théâtres, dans toute la Catalogne, entre autres, le Teatre Principal d’Olesa (1847), le Théâtre El Círculo de Palma (1851), le Teatre Principal de Sabadell (1866), le théâtre Evergreen d’Esparreguera (1870 ), le théâtre Retraite de Sitges (construit en 1870 et rénové en 1914), la classe ouvrière Ateneo Igualadí (1879), le Teatre Principal de Tortosa (1879, le Teatre Fortuny de Reus (1882) et le Teatre Principal d’Olot (1887). ).

Tags: