Roman romantique

Le roman romantique est le roman produit par le mouvement romantique. Cependant, le roman était un genre relativement peu professionnel par les auteurs romantiques, qui ont privilégié la poésie, le théâtre et l’essai; Dans le récit, ils se sont surtout consacrés au conte.

Le mot même de romantisme est lié à l’idée de romance, et le genre roman a connu un renouveau, à la fin du 18ème siècle, avec la fiction gothique. L’origine de la romance gothique est attribuée à l’auteur anglais Horace Walpole, avec son roman de 1764, The Castle of Otranto, sous-titré (dans sa deuxième édition) “A Gothic Story”. Les Mystères d’Udolpho (1794) d’Ann Radcliffe et The Monk de Monk Lewis (1795) sont d’autres œuvres importantes.

Les nouvelles romances contestaient l’idée que le roman impliquait une représentation réaliste de la vie et déstabilisait la différence que les critiques essayaient d’établir entre l’art classique sérieux et la fiction populaire. Les romans gothiques exploitaient le grotesque, et certains critiques pensaient que leur sujet méritait moins de crédit que les pires contes médiévaux de la chevalerie arthurienne, et que si les Amadis avaient troublé Don Quichotte avec des fantasmes curieux, les nouvelles histoires romantiques étaient pires: ils décrivaient un cauchemar. monde, et a exploré les fantasmes sexuels.

Les caractéristiques générales des romans romantiques sont annoncées par Werther (1774) de Goethe.

Exemples de romanciers romantiques, dans le plein sens du mot, sont:

dans la littérature allemande, les mentionnés Goethe, Jean Paul et ETA Hoffmann; Novalis, très important en tant que poète, a produit un seul roman, important, mais: l’inachevé Heinrich von Ofterdingen.
dans la littérature anglaise, Walter Scott, Charlotte Brontë, Emily Brontë et Nathaniel Hawthorne; J. Fenimore Cooper, pour Le Dernier des Mohicans, devrait également être inclus.
dans la littérature française, Chateaubriand, Alfred de Vigny, Prosper Mérimée, Alfred de Musset, Alexandre Dumas (fils) et George Sand; Victor Hugo appartient à la période, mais est loin de l’esprit romantique.
dans la littérature italienne, Alessandro Manzoni.
Parallèlement au mouvement romantique, le roman de la consommation populaire s’est développé, notamment avec le genre, qui, en quelque sorte, a été influencé par des sujets plus ou moins romantiques.

Familièrement, le roman romantique est utilisé de manière inappropriée pour parler du roman sentimental ou roman roman.

Histoire
Les auteurs de ce nouveau type de fiction pourraient être (et étaient) accusés d’exploiter tous les sujets disponibles pour émouvoir, éveiller ou horrifier leur public. En même temps, ces nouveaux romanciers romantiques prétendaient explorer tout le domaine de la fiction. De nouveaux interprètes psychologiques, au début du XIXe siècle, ont interprété ces œuvres comme des rencontres avec la vérité cachée la plus profonde de l’imagination humaine: la sexualité, les angoisses et les désirs insatiables. Dans de telles lectures psychologiques, les romans ont été décrits comme explorant des motifs humains plus profonds, et il a été suggéré qu’une telle liberté artistique révélerait ce qui n’avait pas été auparavant ouvertement visible.

Les romances de Sade, Les 120 Journées de Sodome (1785), Les Contes du Grotesque et Arabesque (1840), Mary Shelley, Frankenstein (1818) et ETA Hoffmann, Die Elixière des Teufels (1815), attireront plus tard le 20 des psychanalystes du siècle et fournissent les images des films d’horreur des XXe et XXIe siècles, des romances d’amour, des romans fantastiques, des jeux d’ordinateur et des surréalistes.

Les romanciers antiques écrivaient le plus souvent de la fiction sur le passé lointain avec peu d’attention à la réalité historique. Le roman historique de Walter Scott, Waverley (1814) rompt avec cette tradition antérieure de romance historique, et il est «l’inventeur du véritable roman historique». En même temps, il était romantique et a été influencé par la romance gothique. Il avait collaboré “avec le plus célèbre des romanciers gothiques” Monk “Lewis” sur Tales of Wonder en 1801. Avec ses romans Waverley Scott “espérait faire pour la frontière écossaise” ce que Goethe et d’autres poètes allemands “avaient fait pour le Moyen-Orient. Les romans de Scott “sont dans le mode qu’il définit lui-même comme une romance,” dont l’intérêt se tourne vers des incidents merveilleux et peu communs “.” Il utilisa son imagination pour réévaluer l’histoire “. en rendant les choses, les incidents et les protagonistes comme seul le romancier pouvait le faire, son travail demeurait une fiction historique, mais il remettait en question les perceptions historiques existantes.L’utilisation de la recherche historique était un outil important: Scott, le romancier, recourait à des sources documentaires. mais en tant qu’artiste romantique, il a donné à son sujet une signification imaginative et émotionnelle plus profonde.En combinant la recherche avec des «incidents merveilleux et inhabituels», Scott a attiré un marché beaucoup plus large que n’importe quel historien. pourrait, et il est devenu le romancier le plus célèbre de sa génération, dans toute l’Europe.

Roman de France
Le leader de l’ère romantique est Victor Hugo.

La romance en France à l’époque romantique a connu un renouveau important. On peut distinguer sommairement trois grandes nouvelles formes romanesques.

Nous citerons d’abord le «roman de l’âme», que ce soit dans la «première personne» (narrateur et personnage principal ensemble) ou dans la «troisième personne» (narrateur séparé du personnage). Ce type de roman représente la subjectivité d’un individu en rupture avec le monde environnant. Par exemple, René de Chateaubriand, Corinne de M me de Staël, Oberman de Senancour … La différence entre l’individu et le monde se traduit alors par une condition qui peut souvent être décrite de façon objective ou distanciée (comme l’impuissance du héros en Armance de Stendhal ou faiblesse de caractère chez Adolpheof Benjamin Constant). Dans ces romans, l’intérêt du lecteur concerne donc la singularité subjective d’un individu qui, loin de se présenter comme un modèle plus ou moins héroïque, apparaît comme essentiellement différent des autres à cause d’une «maladie de l’âme» (comme La mélancolie ou la folie de René dans Gérard de Nerval) qui le distancie des autres hommes.

Une deuxième forme roman romanesque est le roman réaliste dont les deux grands représentants sont Stendhal et Balzac. Chez Balzac, le monde objectif dans sa diversité et ses particularités devient un élément essentiel de la représentation romane: la description sera alors attachée à des détails extérieurs (gestes, attitudes des personnages, vêtements et modes d’être, décorations …) qui peut d’abord sembler insignifiant mais dans lequel le romancier découvre une signification cachée, une «harmonie» qui révèle l’intériorité masquée des personnages. C’est particulièrement le cas du Lily in the Valley et des Lost Illusions. Stendhal se concentre sur la dimension explicative du comportement des personnages (en particulier chez les Rouges et les Noirs): il analyse les différents facteurs qui pèsent sur le comportement individuel, que ce soit l’histoire personnelle, la position sociale, les relations interindividuelles ou même le cours aléatoire des événements . Il révèle ainsi au lecteur ce que les différents personnages ne savent pas d’eux-mêmes (parce que l’individu stendhalien ne se connaît que partiellement) ou d’autrui (dont il ne perçoit que les réactions extérieures). Romanciers réalistes, Balzac et Stendhal se caractérisent donc par leur «omniscience», c’est-à-dire leur capacité à décrire le monde objectif dans ses multiples dimensions, de ce monde qui échappe aux individus qui en font partie.

La troisième grande forme romanesque est celle d’une fiction qui émerge de toutes sortes de vérités en faveur d’un déploiement imaginaire qui peut aller jusqu’au fantastique. Honoré de Balzac, inspiré par Ernst Theodor Amadeus Hoffmann a produit dans cet esprit: La Peau de chagrin, l’Auberge Rouge et la plupart de ses œuvres philosophiques. Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris plonge dans un monde différent et troublant dans un Moyen Age sombre et terrifiant, directement inspiré de Walter Scott. Avec Théophile Gautierthe, le fantastique sera assumé comme tel, et il appartiendra au lecteur de faire face à un monde irréel (par exemple l’hallucination au Club Hachichin ou un amour mort dans les nouvelles du même nom) et surtout de lui donner un ce qui ne sera pas nécessairement partagé par d’autres lecteurs. Ainsi, ce type de roman repose sans doute moins sur le partage de certaines valeurs morales et intellectuelles (il n’y a ni «message» à transmettre, ni modèle de comportement à admirer) que sur une identification émotionnelle où tant le rejet (puisque le lecteur est confronté à l’altérité) et à la fascination (puisque les passions humaines sont néanmoins devinées).

Dans ces trois romans, le lecteur n’est pas confronté à des personnages proches de lui au xvii e siècle (parce qu’ils appartenaient au même monde social ou partageant les mêmes valeurs que dans la Nouvelle Héloïse Rousseau) mais à des caractères humains, psychologiques ou altérité sociale.

Tags: