Ville romaine d’Italica, Séville, Espagne

Italica, au nord de l’actuelle Santiponce, à 9 km au nord-ouest de Séville, dans le sud de l’Espagne, était une colonie italique fondée par le général romain Scipion dans la province d’Hispania Baetica. C’était le lieu de naissance des empereurs romains Trajan, Hadrien (probable) et Théodose (éventuellement). Elle a prospéré sous le règne d’Hadrien, devenant un centre urbain élaboré et obtenant le statut le plus élevé de ville romaine. La ville moderne de Santiponce recouvre le règlement ibérique pré-romain et une partie de la ville romaine bien préservée.

La ville romaine a été fondée en 206 av. J.-C., dans un habitat indigène de la Turdétanie datant du moins du IVe siècle av. Dans son mandat, il y a des dépôts et des indications de son occupation très ancienne, parmi lesquels des argariques et des grecs. À l’époque républicaine, c’était une ville importante, et bien plus encore à l’époque impériale, même si ce n’était jamais une capitale de province ou un couvent légal. En dépit de la conviction générale qu’elle a été abandonnée vers le quatrième siècle, la vérité est que seule l’extension adriatique a été abandonnée, la ville se repliant vers quelque chose de son extension primitive, sous le casque actuel de Santiponce, où une vie certaine a le prestige dans le Bas-Empire et l’ère wisigoth. Les vestiges de cette époque sont nombreux et l’on sait que ses murs ont été restaurés par Leovigildo en 583, dans le cadre de sa lutte contre Hermenegildo. Un autre bon exemple de cette survie et de ce prestige, du moins jusqu’à la fin du VIIe siècle, est la présence d’évêques italiens dans plusieurs conseils chrétiens. C’est le dernier où l’un d’entre eux a été documenté, l’un des Cuniuldo, le XVI de Tolède. en 693. L’Italica est arrivée encore vivante à l’époque musulmane, lorsque plusieurs auteurs arabes l’ont mentionnée sous le nom de “Talikah / Taliqa” et que certains personnages connus avec la nisba “al-Talikí” (également les restes sont apparus). C’est au XIIe siècle qu’il a dû être véritablement abandonné pour devenir un dépeuplé, appelé par les chrétiens “Campos de Tal (i) ca” et aussi “Séville la Vieja”.

Histoire
Italica fut la première ville romaine fondée en Hispanie et en dehors du territoire italien. À la fin de la deuxième guerre punique en Hispanie, Publio Cornelio Escipion al Africano a installé les soldats blessés dans une ville turdienne préexistante – dont le nom original est inconnu – dans la région supérieure d’Aljarafe, sur la rive ouest de la rivière Baetis, située à mi-chemin, je me promène entre les villes turques de Hispalis (Séville) et Ilipa (Alcalá del Río, SE), et probablement du port. Le texte de Apiano de Alejandría, où il est lié, permet de déduire que l’origine de ces soldats était fondamentalement de la péninsule italienne, c’est-à-dire des unités auxiliaires italiques, et donc du nom choisi par Scipion.

Histoire romaine
La ville natale et romaine voisine de Hispalis (Séville) était et resterait une ville plus grande, mais Italica fut fondée en 206 avant JC par le grand général romain Publius Cornelius Scipio (surnommé plus tard Africanus) pour y installer ses anciens combattants victorieux du Second Punic. Guerres contre Hannibal et les Carthaginois et assez près du Guadalquivir pour contrôler la région. La ville a été construite sur une ville ibérique indigène des Turdetani datant du moins du IVe siècle. AVANT JC. Le nom Italica reflétait les origines italiennes des anciens combattants, c’est-à-dire des unités italiques auxiliaires.

Le vetus urbs (ville d’origine ou «ancienne» ville) s’est développé pour devenir une ville prospère et a été construit sur un plan de rue hippodamien avec des bâtiments publics et un forum au centre, relié à un port fluvial animé. À un moment donné, des membres des tribus romaines Gens Ulpia et Aelia s’étaient installés à Italica, ces tribus étant les familles respectives des empereurs romains Trajan et Hadrien, nés plus tard dans cette ville.

Italica prospéra particulièrement sous le patronage d’Hadrian, comme beaucoup d’autres villes de l’empire sous son influence à cette époque, mais elle fut particulièrement favorisée comme lieu de naissance. Il étendit la ville vers le nord avec la nova urbs (nouvelle ville) et, à sa demande, la plaça au rang de colonia sous le nom de Colonia Aelia Augusta Italica, même si Hadrian exprima sa surprise de jouir des droits de “Municipium”. Il a également ajouté des temples, notamment l’énorme et unique Trajaneum situé dans le centre de la ville pour vénérer son prédécesseur et son père adoptif, et a reconstruit des bâtiments publics.

La ville a commencé à se réduire dès le 3ème siècle; un déplacement du lit du fleuve Guadalquivir, probablement dû à l’envasement, un problème généralisé dans l’Antiquité qui a suivi l’enlèvement du couvert forestier, a laissé le port fluvial d’Italica haut et sec alors que Hispalis continuait à se développer à proximité.

La ville a peut-être été le lieu de naissance de l’empereur Théodose I.

Italica était assez important dans l’Antiquité tardive pour avoir un évêque et avait une garnison à l’époque wisigothique. Les murs ont été restaurés par Leovigildo en 583 après JC lors de ses luttes contre Hermenegildo.

C’est pendant le gouvernement d’Adriano que la ville elle-même demande à l’empereur, et contre son conseil, comme le dit Aulo Gelio, de changer son statut municipal avantageux en une colonie romaine, plus lourde mais plus prestigieuse, puisqu’il s’agissait de simulacra Romae. ou “miroirs de Rome” et en tant que partie idéale ou extension de Urbs lui-même. Suite à cette concession, elle a été renommée Colonia Aelia Augusta Italica, en l’honneur d’Adriano, titres souvent abrégés en CAAI.

Histoire moderne
L’historiographie moderne, d’Ocampo et de Morales au XVIe siècle, a toujours été consciente de l’importance de la ville et de la naissance de trois empereurs: Trajan, Adriano et Teodosio I le Grand, chanté par Rodrigo Caro dans son célèbre Song. , auquel il faudrait encore ajouter le fils aîné, Arcadio. Les ruines ont été visitées, admirées et désolées, par de nombreux voyageurs étrangers, qui sont repartis par écrit et ont parfois dessiné leurs impressions. Cependant, tout son prestige, son histoire et sa renommée ne suffisaient pas pour l’empêcher de continuer à piller et à extraire une carrière permanente de matériaux de l’époque arabe, même à l’époque éclairée.

En 1740, le conseil municipal de Séville ordonna la démolition des murs de l’amphithéâtre en vue de la construction d’un barrage dans le Guadalquivir. En 1796, des zones du vetus primitif urbs étaient encore utilisées pour la construction du nouveau Camino Real de Extremadura.

La première norme légale de protection du gisement a eu lieu le 9 février 1810, sous l’occupation napoléonienne, ordonnant de lui rendre son ancien nom, Italica, et allouant un budget annuel pour les fouilles régulières, qui ne s’est toutefois matérialisé qu’en 1839- 1840, et grâce aux efforts d’un fonctionnaire simple et inconnu. En 1873, les pillages étaient encore du vandalisme.

Bien que peut-être déjà commencé sous Trajan, il est prouvé littéralement et épigraphiquement la participation d’Adriano au grand développement urbain du nord – également hypodymique, à l’instar de son prédécesseur – baptisé en 1960 par Garcia et Bellido en tant que Nova urbs ou “ville nouvelle” , qui n’a eu qu’une existence vraiment magnifique au cours du deuxième siècle, à la fin de laquelle, et sans jamais être achevé, a commencé son déclin, pour des raisons certainement politiques et économiques. C’est la partie de la ville qui constitue actuellement l’Ensemble Archéologique d’Italica, sans pareil en raison de ses immenses demeures pavées de mosaïques, ou de son grand amphithéâtre, bien que brisé, du quart de l’Empire pour sa capacité. La “vieille ville” ou Vetus urbs est située sous la zone urbaine de la ville actuelle de Santiponce (fondée en 1601, après les crues successives de la rivière, plus proche de celle où elle se trouvait primitivement), puisque cette partie de la ville est celle qui a le plus de continuité, atteignant les temps de l’occupation musulmane lorsqu’elle eut lieu, au Xe siècle, son dépeuplement définitif et l’abandon. Très peu de vestiges romains connus d’elle, dont les principaux sont le théâtre et les soi-disant “sources thermales mineures” ou “Trajan”.

Par arrêté royal du 13 décembre 1912, Italica a été déclarée monument national, mais après d’autres règles mineures, elle n’a pas été appliquée au décret 7/2001 du 9 janvier, le gouvernement de l’Andalousie a défini clairement la zone archéologique. d’Italica et des zones de sa protection effective. Ses ruines sont aujourd’hui une attraction touristique majeure à 7 km au nord de Séville et sa protection reprend avec les dernières techniques scientifiques.

Redécouverte et fouilles
Au cours des derniers siècles, les ruines ont fait l’objet de visites, d’admiration et de désespoir de la part de nombreux voyageurs étrangers qui ont décrit et parfois illustré leurs impressions. Le prestige, l’histoire et la renommée d’Italica ne suffisaient cependant pas pour l’empêcher de faire l’objet de pillages incessants et de constituer une carrière permanente de matériaux allant de l’Antiquité aux temps modernes. En 1740, la ville de Séville ordonna la démolition des murs de l’amphithéâtre afin de construire un barrage sur le Guadalquivir. En 1796, l’urbs vetus fut utilisé pour construire le nouveau Camino Real d’Estrémadure. La première loi de protection du site est entrée en vigueur en 1810 sous l’occupation napoléonienne, rétablissant son ancien nom, Italica, et allouant un budget annuel pour les fouilles régulières.

Le marchand de textile britannique et résident de Séville, Nathan Wetherell, a découvert dans les années 1820 près de 20 inscriptions romaines dans les environs d’Italica, qui ont ensuite été données au British Museum. Les fouilles régulières ne se sont toutefois pas matérialisées avant 1839-1840. Par arrêté royal de 1912, Italica a été déclarée monument national, mais ce n’est qu’en 2001 que le site archéologique d’Italica et les zones de protection ont été clairement définis.

Le site
Aucune ville moderne ne couvrant de nombreux bâtiments d’Italica, il en résulte une ville romaine exceptionnellement bien conservée avec des rues pavées et des sols en mosaïque toujours in situ. Le musée archéologique de Séville, avec son célèbre colosse de marbre de Trajan, regorge de riches découvertes.

Le site archéologique d’Italica englobe principalement la Urbs Nova, qui abrite de nombreux bâtiments de la période hadrianique. L’original urbs vetus (vieille ville) se trouve sous l’actuelle ville de Santiponce.

Des travaux d’excavation et de rénovation du site ont été entrepris récemment et se poursuivent.

Les petits bains et le théâtre sont parmi les plus anciens vestiges visibles, tous deux construits avant Hadrian.

L’amphithéâtre d’Italica était le troisième plus grand de l’empire romain à l’époque, légèrement plus grand que l’amphithéâtre de Tours en France. Il a accueilli 25 000 spectateurs, environ deux fois moins que le Colisée de Rome. Cette taille est surprenante étant donné que la population de la ville à l’époque était estimée à seulement 8 000 personnes et montre que l’élite locale a démontré un statut qui s’étend bien au-delà d’Italica même grâce aux jeux et aux représentations théâtrales qu’elle a financées en tant que magistrats et agents publics.

De la même époque se trouve le quartier des élites avec plusieurs belles (et chères) maisons ornées de splendides mosaïques visibles de nos jours, notamment:

Maison de l’Exèdre
Maison de la mosaïque de Neptune
Mosaïque Maison des Oiseaux
Maison de la mosaïque du planétarium
Maison d’Hylas
Maison du Patio Rhodien.

Les murs
Il est possible que le noyau ibéro-romain ait eu une clôture définissant son périmètre, mais les premières nouvelles historiques des murs datent du milieu du Ier siècle avant J.-C. Augustus y travailla, Adriano les agrandit et Leovigildo les restaura en 583. Le maximum périmètre, au deuxième siècle de notre ère, était de plus de 3 000 m, avec une épaisseur moyenne de 1,5 m.

Origine
À l’époque romaine, la ville entière était délimitée par un périmètre muré. Il avait généralement un caractère défensif, mais jouait également un rôle symbolique et religieux, car l’influence des dieux et de leurs temples l’atteignait. Des vestiges sont visibles en deux points de l’ensemble archéologique: une tour de l’époque d’Auguste, dans la zone du théâtre, adjacente aux gradins; et une toile d’époque adriana à l’extrémité nord de la ville, à côté de l’amphithéâtre.

Description technique
La tour de la salle de théâtre, datant d’Auguste (27 av. JC-14 apr. J.-C.), est construite avec une installation combinant du béton et des bandes de maçonnerie verticales; Les fondations en béton sont conservées à partir de la période Adriano (117-138 après JC).

commentaires
Les murs d’Italica, qui couvraient une superficie de plus de 50 hectares, ont été construits en différentes phases correspondant aux extensions et aux réductions opérées sur la surface occupée par la ville. Une étude géophysique réalisée entre 1991 et 1993 a localisé une toile murale postérieure à l’altitude où se trouve le temple vraisemblablement dédié à Trajan. Il est en attente d’une datation archéologique, mais on pense qu’il pourrait s’agir d’une section de la fin de l’époque romaine érigée après l’hypothétique réduction du terrain urbain ou la représentation du roi Léovigildo, qui a restauré les murs italiens en 583, à l’époque la confrontation avec son fils Hermenegildo.

L’amphithéâtre
Avec une capacité de 25 000 spectateurs, c’était l’un des plus grands amphithéâtres de l’empire avec trois gradins. Au niveau du vieux plancher en bois de l’amphithéâtre, il y a une fosse de service pour les différents spectacles de gladiateurs et de bêtes féroces.

La tribune, cavea était divisée en trois sections, ima, media et summa cavea, séparées par des corridors annulaires appelés praecinctiones. La première, l’ima cavea, avait 6 niveaux, avec 8 portes d’accès et était réservée à une classe dirigeante. La seconde, la moitié de la cavea, était destinée à la population la plus modeste et comptait 12 étages et 14 portes d’accès. La summa cavea, recouverte d’un auvent, était réservée aux enfants et aux femmes.

L’amphithéâtre avait également plusieurs salles consacrées au culte de Nemesis et Dea Caelestis.

Théâtre
Le théâtre est le plus ancien ouvrage de génie civil connu d’Italica, après les restes probables de la curie découverte en 1984. Il est situé dans le Cerro de San Antonio, à l’ouest du centre-ville de Santiponce, et profite de la pente naturelle les Baetis. Il a été construit entre le 1er et le 1er siècles de notre ère. C. et son utilisation, sûrement déjà sporadique, dura au moins jusqu’au Ve siècle, plus ou moins comme dans le reste de l’Hispanie, probablement la cause principale de son abandon, plutôt que de sa condamnation pour des motifs religieux ( Christian était si incessant que infructueux.), La disparition progressive ou le désintérêt des élites locales qui les payaient; la vérité est qu’elle a été désaffectée et qu’une partie de ses terres a été occupée et transformée en entrepôts, en enclos, en décharges et même en lieu et place de sépultures occasionnelles, déjà à l’époque médiévale.

L’emplacement approximatif du bâtiment était connu depuis le 18ème siècle, et l’origine de certaines sculptures y était connue. Une partie de ses peuplements ont été partiellement découverts dans les années 1940 dans le corral d’une des maisons de la colline, mais les fouilles n’ont pas été massives avant la période 1970-1973, suivies de petites campagnes visant à libérer le porche. Après plusieurs phases de restauration, initiées dans les années 80, il est actuellement utilisé pour la célébration du festival de théâtre Italica.

Le traianeum
Le Traianeum était un grand temple imposant en l’honneur de l’empereur Trajan, construit par son fils adoptif et successeur, Hadrian. Il occupe une double insula centrale au plus haut point de nova urbs. Il mesure 108 x 80 m et est entouré d’un grand carré à portiques avec alternance d’exèdres rectangulaires et semi-circulaires autour de ses sculptures extérieures. L’enceinte du temple était décorée de plus d’une centaine de colonnes de marbre Cipollino d’Eubée, ainsi que de plusieurs fontaines.

Bien qu’aucune preuve fiable ne soit apparue, il a été présumé depuis ses fouilles, vers les années 1979-1980, que le baptisé “Traianeum” est un temple dédié à l’empereur Trajan érigé par son neveu-petit-fils et successeur, Adriano. Il est situé sur une place de la nova urbs, entourée d’une place à portique.

Les thermes romains
Italica disposait d’au moins deux complexes thermaux publics, l’un dans la vieille ville et l’autre dans la nouvelle ville, tous deux dotés de bassins d’eau chaude (caldarium), tempérés (tepidarium) et froids (frigidarium), de sudatorio (laconicum) et peut-être palaestrae, comme était la coutume, qui a pleinement satisfait les coutumes hygiéniques de la population romaine. Les sources chaudes de la vieille ville sont communément appelées “Minor” ou “Trajan” et sont accessibles dans la ville. Les sources chaudes de la nouvelle ville sont les “Mayores” ou “de la Reina Mora”, occupant le prolongement d’un bloc complet; il semble qu’ils aient été laissés inachevés et qu’ils soient encore en partie sans avoir à creuser; C’est l’une des zones les plus exploitées de Nova Urbs.

Les sources chaudes
C’était un centre de loisirs qui abritait, avec d’autres services, des toilettes publiques. Ils datent de l’époque d’Adriano, vers la première moitié du deuxième siècle. C’est un grand bâtiment; occupe approximativement une superficie de 32 000 mètres carrés. On les trouve à Nova Urbs, occupant l’extension d’une pomme complète, encore en partie sans avoir à creuser. La structure de la distribution des piscines et des fours est toujours préservée. Les sources chaudes étaient accessibles par un escalier qui laissait la place au lobby. Derrière c’est la piscine en forme de T, avec des murs et des sols en marbre blanc. Ensuite, vous accédez au reste des salles de bain et autour de celui-ci se trouvent les pièces de service et les dépendances. Outre les sources chaudes elles-mêmes, avec les trois salles (caldarium, tepidarium et frigidarium),

Les petites sources chaudes
Ils sont situés dans la vieille ville de Santiponce, plus précisément dans la rue Trajan, et ils se fréquentent avant Adriano. Ces restes ont fait l’objet de nombreuses interprétations. Ils ont été datés à l’époque de Trajan (98-117) par les méthodes de construction utilisées et, à l’époque d’Adriano, sa structure a été renforcée. La surface occupe une superficie d’environ 1500 mètres carrés, dans une zone urbanisée par Trajan avec des bâtiments publics.

Les vestiges observés correspondent aux zones centrale et arrière des bains, pouvant reconnaître deux salles de température chaude (caldarium), une salle tempérée (tepidarium) et une autre pour les bains froids (frigidarium) et pour la pratique d’exercices . Les fouilles ne couvrent pas entièrement la totalité des sources thermales, elles s’étendent au-dessous des maisons environnantes, en particulier de la porte principale.

Les aqueducs
Traditionnellement, l’existence de restes d’un seul aqueduc qui amenait de l’eau à Italica de Tejada la Nueva (près d’Escacena del Campo (Huelva), à environ 36,5 km à l’ouest de la ville, était connue dans la littérature. Avait entendu parler de vestiges visibles, et référence à une grande citerne et près de la ville, qui ont été vus et décrits par Fray Fernando Ceballos, érudit de Jérôme, mais dont l’emplacement a été abandonné, certains travaux de la Confédération hydrographique du Guadalquivir en janvier 1974 ont donné une partie des vestiges et ont calculé la pente dirige le seul aqueduc encore cru.

Aqueduc du 1er siècle de notre ère.
L’aqueduc de 37 km de longueur totale a été construit au 1er siècle. J.-C. et étendu sous Hadrian pour ajouter une source plus éloignée pour approvisionner la ville élargie. Il a alimenté une immense citerne au bord de la ville qui reste intacte. Certaines des piles des arches sont encore visibles près de la ville.

Le premier aqueduc, datant du début du Ier siècle de notre ère, apportait l’eau d’au moins dix sources situées le long du fleuve Guadiamar (le vieux Maenoba), le principal, celui du jardin du basilic, n’alimentant que le vetus urbs ou le vieux ville. Une bonne partie de cet aqueduc, jusqu’à la gorge de Conti, est souterraine, mais à certains endroits (le meilleur passant par la ferme “La Pizana”, au bout de Gerena), la galerie à travers laquelle il coulait l’eau est visible dans environ 40 m., présentant une hauteur de 1,70 à 1,80 m et environ 80 à 90 cm de large. Le canal de spécusor était recouvert d’une voûte de tonneau. Selon l’auteur, les caractéristiques principales de ce plus ancien aqueduc sont l’utilisation massive de louvres circulaires en béton et l’absence générale de revêtement en brique, à l’exception des arches de certains petits ponts.

Aqueduc d’Hadrien (2ème siècle après JC)
Lors de la construction de la soi-disant Nova Urbs, avec ses grandes maisons, ses sources thermales et son immense amphithéâtre, la nécessité de développer l’approvisionnement en eau était évidente. Le problème a été résolu de manière ingénieuse, en construisant une longue extension qui recueillait l’eau d’une autre bonne source, plus loin, dans la ferme de Peñalosa de Tejada la Nueva (fin de l’Escacena del Campo, Huelva), près de la romaine Ituci, où la grande fontaine, la petite fontaine de la Mora Mora sont encore préservées, ainsi que plusieurs autres, annexant la nouvelle canalisation à celle de l’aqueduc primitif situé à la hauteur de la gorge de Conti susmentionnée. Peu de temps avant d’arriver à Italica, la conduction adriatique se sépara à nouveau, en arrivant aux propres citernes, de trois navires (les vues au 18ème siècle de Zevallos), déjà proches de l’amphithéâtre.

L’aqueduc de l’Adriatique était une construction en béton, mais avec la particularité d’être entièrement revêtu de briques, un détail de luxe qui ne présente aucun autre aqueduc de la péninsule et très peu dans l’Empire. Son specus ou canal est plus petit, toujours avec un cordon hydraulique et surélevé sur une sous-structure pour maintenir le niveau constant; il doit être recouvert dans les parties découvertes de tégula ou de dalles de pierre de Tarifa. Ses luminaires, contrairement à ceux de l’ancien, sont carrés et recouverts de briques, ce qui témoigne de sa ressemblance avec le réseau de Nova Nova et de son système d’égout. Il y avait de longues arches pour sauver les ruisseaux et les auges, aujourd’hui presque disparues, bien qu’un tronçon spectaculaire soit encore préservé à la traversée de la rivière Guadiamar.

Après une phase de grand abandon et de la catastrophe écologique bien connue de 1998, l’intérêt public et celui des administrations se sont réunis pour préserver et revaloriser les vestiges d’un ouvrage hydraulique aussi coûteux, dont les vestiges font désormais partie des espaces protégés. “Couloir Vert de Guadiamar”, et de la Route des Paysages Historiques d’Olivares. ainsi, bien que la perte soit énorme, il est possible que l’avenir de ce qui reste à voir avec plus d’optimisme, et même que cela puisse être davantage de débris encore couverts ou des sections mieux étudiées connues.

Les maisons
Dans la splendeur de l’Italica de Adriano, des maisons de familles importantes et riches ont été construites dans la ville, dont certaines seraient certainement sénatoriales, en plus de suivre le schéma traditionnel de la maison romaine, avec une cour intérieure ils tireraient les cours des maisons andalouses, ils avaient l’esthétique hellénistique prédominante de l’époque.

Parmi les maisons d’Italica, se distinguent les suivantes:

Casa de la Exedra: Les caractéristiques de ce bâtiment ne précisent pas sa fonction spécifique. Il a été classé en tant que logement – Domus -, car il en a en partie les caractéristiques, mais sa grandeur – il occupe tout un module de 4 000 m2 – et l’apparition d’éléments indéterminés signifie qu’il est également identifié comme un «espace semi-public». “bâtiment, éventuellement une école privée où leurs propriétaires vivaient également. Sur les côtés de l’entrée, il y a sept tavernes, des magasins publics, qui flanquent la porte. Il y a aussi deux autres sur le côté droit et un sur le dos. Dans son design intérieur, on peut voir qu’après le vestibule de l’entrée, la mâchoire cède la place au patio de distribution du bâtiment. Ce péristilum est rectangulaire avec une fontaine ou une piscine curviligne et allongée située sur son axe central. Pour le support de portique périmétrique, il n’ya pas de colonnes comme c’est le cas et il existe de grands piliers en plan cruciforme. Très probablement, ils doivent supporter un poids plus élevé que d’habitude dans une maison privée. On suppose donc que cela pourrait supporter un ou plusieurs étages supérieurs.

Ces piliers ne seraient pas adintelados, sinon ils seraient reliés par des arches formant un passage voûté à chacun des étages. De chaque côté sont réparties de nombreuses salles – cubiculum – qui composent l’ensemble du domus. L’un d’eux a accès à l’extérieur par la façade droite. Au bas du péristilium, on accède par un escalier à la zone des sources thermales distribuées par la cour intérieure. Deux des salles de bains sont couvertes de voûtes d’un quart de sphère. Sur l’un de ses côtés, à gauche en entrant, se trouve une grande arène rectangulaire et allongée – presque toute la longueur du bâtiment – qui se termine par un grand exèdre recouvert d’une voûte en quart de sphère. Cette zone est reliée à l’extérieur par un couloir perpendiculaire à la direction de l’entrée du côté droit. Par conséquent, nous pouvons déterminer quatre grandes zones dans ce bâtiment: les tabernae, les sources chaudes, le domus et l’exèdre avec sa lecture. Mosaïque d’opus sectile: Mosaïque géométrique de forme rectangulaire organisée en quinze cadres encadrés de marbre gris et dont le motif central représente, ainsi, des figures circulaires, ou une combinaison de formes aboutissant à un motif étoilé. Il peut s’agir de figurations schématiques de modèles astraux.
Maison Neptune: Nous encadrons ce bâtiment dans la catégorie semi-publique car, même si les fouilles n’avaient pas été complètement creusées, ce qui a été observé jusqu’à présent suggère une construction unique occupant l’ensemble du bloc, qui est d’environ 6 000 mètres carrés. Le peu documenté du bâtiment ne dit presque rien sur sa distribution spatiale, si l’on exclut les données du secteur occidental, consacrées à une belle région de sources chaudes. Un tépidarium et un caldarium ont été mis au jour dans cette zone, qui conservent les piliers en brique de l’hypocaustum, ainsi qu’un secteur de la zone froide, ou frigidarium, orné de la mosaïque qui donne son nom à la propriété et qui compte parmi les principales de la ville. La présence de la zone thermale, des pièces documentées vers le centre du bâtiment avec des mosaïques élaborées et, déjà sur le flanc nord,

La mosaïque principale de la maison représente le dieu Neptune et sa cour de créatures marines. En noir et blanc, à l’exception de la figure du dieu, polychrome, il représente le trident conduisant une voiture tirée par deux hippocampes; Autour d’elle, des centaures, des béliers, des taureaux et d’autres animaux terrestres ont été transformés en habitants de la mer en remplaçant leurs membres postérieurs par des queues de poisson. Ils vivent dans les profondeurs aquatiques avec des dauphins, des poissons, des mollusques et des crustacés. On pense qu’il correspond au frigidarium de la région thermale. Une autre mosaïque représente une ville murada avec des tours, peut-être la capitale du royaume de Minos, car à l’intérieur se trouve un labyrinthe qui, réparti en quatre quadrants, ceinture un emblème central où le héros athénien Thésée, vainqueur du Minotaure, était représenté. journée. Une dernière mosaïque est constituée d’une série de peintures avec des éléments liés au dieu Bacchus, le grec Dionysos: hommes dansants, satyres, centaures, tigres luttant contre le mal. Ce dieu et le héros que Thésée représente dans l’autre mosaïque ont une histoire commune, l’un concluant ce que l’autre a initié.

Maison du Patio Rhodium: Dans ce bâtiment orienté à l’est qui n’a pas été entièrement fouillé, l’organisation de l’espace est réalisée grâce à plusieurs espaces ouverts consécutifs autour desquels sont agencées les différentes salles. Le principal dans cette maison est un patio de type rhodium, c’est-à-dire qu’une des quatre galeries est plus haute que le reste et que le transit entre les niveaux est résolu par l’utilisation de marches. Comme il est courant dans ce secteur d’Italica, les principales chaussées étaient des mosaïques de facture soignée. Malheureusement, la longue exposition aux éléments et l’action de l’homme ont déterminé sa perte ou la détérioration de son état de conservation. Au-delà de la zone définie par les mosaïques, vous pouvez voir une série de bassins associés à un petit bassin, ce qui peut laisser penser que nous sommes confrontés aux restes d’une blanchisserie.

Une autre maison de luxe d’Itálica qui est excavée seulement en partie, ce qui laisse des inconnues de sa distribution. Plus précisément, l’entrée de la maison est en discussion, du côté est par une grande salle ou, plus improbablement, par la façade sud. Le péristilium principal était présidé par une fontaine carrée et l’un de ses couloirs se trouvait à une hauteur supérieure à celle des autres: la cour en rhodium. Il communiquait avec un triclinium, de hauteur inférieure, qui est pavé de la mosaïque qui représente les allégories des quatre saisons et en avant, avec un autre triclinium plus grand, le principal, avec une mosaïque de tigres et flanqué de deux cours. De ces patios, vous pouvez accéder à d’autres unités, également carrelées de mosaïques. Plus précisément, l’entrée de la maison est en discussion, du côté est par une grande salle ou, plus improbablement, par la façade sud. Le péristilium principal était présidé par une fontaine carrée et l’un de ses couloirs se trouvait à une hauteur supérieure à celle des autres: la cour en rhodium. Il communiquait avec un triclinium, de hauteur inférieure, qui est pavé de la mosaïque qui représente les allégories des quatre saisons et en avant, avec un autre triclinium plus grand, le principal, avec une mosaïque de tigres et flanqué de deux cours.

Maison Hylas: Une autre maison de luxe d’Italica qui n’a été excavée que partiellement, ce qui laisse des inconnues sur sa répartition. Plus précisément, l’entrée de la maison est en discussion, du côté est par une grande salle ou, plus improbablement, par la façade sud. Le péristilium principal était présidé par une fontaine carrée et l’un de ses couloirs se trouvait à une hauteur supérieure à celle des autres: la cour en rhodium. Il communiquait avec un triclinium, de hauteur inférieure, qui est pavé de la mosaïque qui représente les allégories des quatre saisons et en avant, avec un autre triclinium plus grand, le principal, avec une mosaïque de tigres et flanqué de deux cours. De ces patios, vous pouvez accéder à d’autres unités, également carrelées de mosaïques. La cour la plus au nord communique par un escalier avec une antichambre, qui à son tour sert de passage à la salle avec la mosaïque de “Hilas”, qui donne son nom à la maison. Il dépeint l’enlèvement de Hilas par les nymphes, présidé par Hercule. Actuellement, ce motif central se trouve dans le musée archéologique provincial de Séville, ne laissant que les décorations géométriques environnantes.

Maison des Oiseaux: Son organisation est typique du domus romain: un péristyle à portique entouré des autres pièces. C’est une résidence seigneuriale, peut-être d’une famille aristocratique de la ville. Il est à noter que ce type de maisons ne représente qu’une minorité de la population, généralement les maisons de la ville étaient infiniment pires, sans parler des “ghettos” d’esclaves. Il y a un bon nombre de mosaïques de haute qualité, l’une d’entre elles donne son nom à la maison. Ce fut la première maison entièrement excavée dans l’ensemble d’Italica. Il est actuellement restauré et équipé de murs d’environ 60 cm. de hauteur qui délimitent les différentes pièces. De la porte, vous pouvez accéder à un vestibule communiquant immédiatement avec les “mâchoires” de l’accès au “péristilium” ou à la terrasse avec puits, centre de distribution de la maison. Il s’agit d’un couloir couvert, de plan rectangulaire qui entoure le patio et auquel s’ouvrent les portes des chambres. Les colonnes sont utilisées pour fixer le toit. À l’arrière-plan se trouve le “triclinium”, flanqué de deux patios découverts, l’un avec une fontaine et l’autre avec une piscine. Les autres pièces principales se trouvent également dans cette zone, toutes pavées d’excellentes mosaïques. Sur les ailes de la maison se trouvent les salles du service, les cuisines et les canalisations. À gauche de la maison se trouve le cubicule, pavé d’une mosaïque avec des oiseaux qui donne son nom à la domus.Enfin sur la façade principale, certaines à l’extérieur, l’un d’eux avec four, qui étaient des magasins -tabernae- associés au logement.

Planétarium House: sa construction commence à l’époque d’Adriano (117-138) et subit diverses réformes à la fin de l’époque romaine, soulignant notamment la ségrégation de la parcelle en plusieurs pièces. Bâtiment résidentiel de près de 1 600 mètres carrés, à l’exclusion des tavernes occupant la moitié ouest d’une pomme située entre l’amphithéâtre et le temple dédié à Trajan. La mosaïque qui donne son nom à cette maison est constituée d’un cercle dans lequel sont répartis sept médaillons à bustes. Ils représentent les divinités planétaires qui, dans le calendrier romain, donnent un nom à chacun des jours de la semaine. Au centre se trouve Vénus (vendredi), entourée de la Lune (lundi), de Mars (mardi), de Mercure (mercredi), de Jupiter (jeudi), de Saturne (samedi) et du Soleil (dimanche). C’est l’un des hôtels destinés exclusivement aux notables d’Italica. Ces résidences se distinguent par leur emplacement privilégié, la qualité de la construction et le luxe de leurs finitions, ainsi que par l’extension de la surface habitable. Il occupe la moitié occidentale d’une pomme située entre l’amphithéâtre et le temple dédié à Trajan. Dès l’entrée dans “l’ostium” ou l’entrée, vous atteignez le hall d’entrée et le “tablinum”, salle de réception et de transit ouverts au péristyle.

Autour du péristile, un grand patio à portiques avec colonnes et un jardin central, les espaces domestiques étaient répartis: chambres – “cubicula” – et salons – “oeci” -. Les deux zones les plus occidentales sont les plus connues, presque identiques entre elles: une pièce latérale et deux chambres avec portes menant à une pièce arrière plus grande et donnant sur l’atrium, un espace quadrangulaire avec une ouverture dans le toit pour permettre le passage de l’air, lumière et eau de pluie. Au bas du péristyle se trouvait, coïncidant avec son axe, la salle des repas ou “triclinium” et des deux côtés de nouvelles salles et patios. L’intrigue a été séparée en plusieurs unités de chambre à la fin de l’époque romaine. Le péristyle était divisé en deux, de sorte que sa partie nord était reliée à la zone domestique, caractérisée par des mosaïques, et que la surface restante devenait un jardin ou un patio. Dans cette nouvelle cour, les colonnes ont été remplacées au sud par de puissants piliers sur lesquels un deuxième étage a été construit. Les salles construites au bas du péristyle au deuxième siècle subissent le chevauchement de diverses structures liées à une zone de service à un stade avancé.