Plantes vénéneuses en voyage

Bien qu’il soit évidemment imprudent de manger une plante inconnue, étant donné qu’il existe littéralement des milliers d’espèces vénéneuses, il existe certaines plantes que les voyageurs peuvent rencontrer et qui peuvent causer des problèmes uniquement après les avoir touchées. Lorsque vous pratiquez des activités de plein air, telles que la randonnée dans des régions où ces plantes sont endémiques, il est préférable de savoir quoi regarder. Si vous n’êtes pas sûr à 100% de ce qu’est une plante, mieux vaut prévenir que guérir et rester à l’écart (par exemple: il existe des plantes qui ressemblent au concombre et des pastèques minuscules dans le nord-ouest de l’Afrique, mais elles sont réellement toxiques au toucher. )!

Herbe à la puce, chêne à poison et sumac à poison

«Trois feuilles, que ce soit.»
—Proverbe sur l’herbe à puce

Ces trois plantes sécrètent une substance appelée huile d’urushiol, qui peut provoquer des éruptions cutanées et des cloques appelées dermatites de contact. L’huile adhère à presque tout ce avec quoi elle entre en contact, telle que des serviettes, des couvertures et même des vêtements. Les vêtements ou autres matériaux en contact avec la plante, puis, avant d’être lavés, en contact avec la peau sont des causes courantes d’exposition. Normalement, il faut environ 24 heures à l’éruption cutanée pour apparaître; pour ceux qui ont des réactions sévères, cela va empirer au cours des prochains jours. Pour les réactions graves, une ordonnance de prednisone est nécessaire pour arrêter les dommages cutanés, en particulier si les yeux sont impliqués. L’éruption cutanée persiste généralement une à deux semaines et dans certains cas jusqu’à cinq semaines. Au moins 25% des personnes ont des réactions très fortes qui entraînent des symptômes graves. Comme la réaction cutanée est allergique, les personnes peuvent développer des réactions progressivement plus fortes après des expositions répétées. Certaines personnes n’ont pas l’allergie, mais vous ne voulez pas découvrir à la dure que vous ne faites pas partie de ces exceptions.

L’herbe à
puce L’ herbe à puce se développe dans une grande partie de l’Amérique du Nord, y compris les provinces canadiennes du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de la Colombie-Britannique et de tous les États des États-Unis situés à l’est des Rocheuses, ainsi que dans les régions montagneuses du Mexique. On le trouve normalement dans les zones boisées, dans les zones rocheuses exposées, dans les champs ouverts et dans les zones perturbées.

L’herbe à puce peut être trouvé poussant sous l’une des formes suivantes:

comme une vigne de fuite de 10 à 25 centimètres (4 à 10 po) de hauteur
comme un arbuste pouvant atteindre 1,2 m (4 pi) de hauteur
comme une vigne grimpante qui pousse sur les arbres ou sur un autre support

Les quatre caractéristiques suivantes sont suffisantes pour identifier l’herbe à puce dans la plupart des situations:

des grappes de trois folioles
alternent l’arrangement des feuilles
sans épines
chaque groupe de trois folioles grandit sur sa propre tige, qui se connecte à la vigne principale.

L’apparence de l’herbe à la puce peut varier considérablement d’un environnement à l’autre et même au sein d’un même secteur. L’identification par des personnes expérimentées est souvent rendue difficile par les dommages causés aux feuilles, par l’absence de feuilles pendant l’hiver et par des formes de croissance inhabituelles dues à des facteurs environnementaux ou génétiques.

Diverses rimes mnémoniques décrivent l’aspect caractéristique de l’herbe à puce:

“Trois feuillets; que ce soit” est la comptine de prudence la plus connue et la plus utile. Cela s’applique au chêne empoisonné, ainsi qu’à l’herbe à puce.
“Vigne poilue, aucun de mes amis.” Les vignes empoisonnées sont plus toxiques que les racines et le poison peut persister dans la vigne pendant des années.
“Tige moyenne plus longue, éloigne-toi d’eux.” Il s’agit du feuillet du milieu qui a une tige visiblement plus longue que celle des deux feuillets latéraux et qui permet de le différencier du Rhus aromatica (sumac parfumé) qui a un aspect similaire.
“Corde raggy, ne sois pas dope!” Les vignes de lierre de poison sur les arbres ont un aspect poilu “déchiqueté”. Cette comptine avertit les grimpeurs d’arbres de se méfier. Les vieilles vignes mûres sur les troncs peuvent être assez grandes et longues,
“Un, deux, trois? Ne me touche pas.”
“Baies blanches, courent effrayés” et “Baies blanches, danger en vue.”
“Les tracts rouges au printemps, c’est une chose dangereuse.” Cela fait référence à l’aspect rouge que les nouvelles folioles ont parfois au printemps. (Notez que plus tard, en été, les folioles sont vertes, ce qui les rend plus difficiles à distinguer des autres plantes, alors qu’en automne, elles peuvent être orange rougeâtre.)
“Les tracts latéraux, comme des mitaines, vont démanger comme des dickens.” Cela fait référence à l’apparence de certaines feuilles d’herbe à puce, mais pas de toutes, où chacune des deux folioles latérales a une petite encoche qui donne à la foliole l’aspect d’une mitaine avec un “pouce”. (Notez que cette comptine ne doit pas être interprétée à tort comme signifiant que seules les folioles latérales causeront des démangeaisons, car en réalité toutes les parties de la plante peuvent provoquer des démangeaisons.)
“Personne n’aime les feuilles comme des gants.” Voir au dessus.
“S’il a des cheveux, ce ne sera pas juste.” Cela concerne les cheveux qui peuvent se trouver sur la tige et les feuilles d’herbe à puce.

Chêne Poison Chêne
Poison est l’une des deux espèces de plantes, répandue dans les montagnes, les vallées et les canyons de l’ouest des États-Unis et du Canada. Il prospère dans les canyons ombragés et les habitats riverains, en poussant soit une vigne grimpante aux racines aériennes qui adhère au tronc des chênes et des sycomores, soit en tant que plante autonome. Comme l’herbe à puce, ses feuilles se présentent par trois et varient du vert au rouge selon la période de l’année.

Sumac Poison Le sumac
Poison est un arbuste ou un petit arbre, atteignant presque 30 pieds de hauteur. Ses feuilles mesurent 2 à 4 pouces de long et sont ovales à oblongues, se rétrécissant en une pointe aiguë et en forme de coin avec des bords ondulés. Ses fleurs sont verdâtres et poussent en grappes lâches de 3 à 8 pouces de long. Les fruits ne sont pas assez sphériques, gris, aplatis et mesurent environ 0,2 pouce de diamètre. Le sumac empoisonné pousse exclusivement dans les sols très humides ou inondés, généralement dans les marécages et les tourbières, dans l’est des États-Unis et au Canada.

Traitements
Les traitements potentiels se déroulent en deux phases: arrêter le contact avec l’urushiol le plus rapidement possible et, par la suite, réduire la douleur ou les démangeaisons causées par la formation de cloques.

Le traitement primaire consiste à laver soigneusement la peau exposée au savon et à l’eau froide dès que possible après la découverte de l’exposition. Du savon ou du détergent est nécessaire, car l’urushiol est une huile. Des préparations commerciales pour l’élimination sont disponibles dans les zones où l’herbe à puce se développe.

Des averses ou des compresses avec de l’eau très chaude peuvent soulager les démangeaisons pendant plusieurs heures, bien que ce ne soit qu’un traitement secondaire.

Les antihistaminiques et les crèmes hydrocortisone peuvent être utilisés dans les cas graves. Benadryl est l’antihistaminique le plus couramment suggéré. Des formulations topiques sont disponibles, mais peuvent irriter davantage les zones de peau affectées. De nombreux remèdes à la maison et même des produits commerciaux (par exemple, Zanfel et Tecnu) prétendent prévenir les éruptions cutanées dues à l’urushiol après l’exposition.

Le lavage ordinaire avec un détergent à lessive éliminera l’urushiol de la plupart des vêtements, mais pas du cuir ou du daim. Un remède à la maison comprend le blanchissage des vêtements avec du Fels-Naphta.
Le fluide des cloques qui en résulte ne transmet pas l’herbe à puce aux autres.
Les ampoules ne doivent pas être brisées pendant la guérison.
L’herbe à puce n’est pas sans danger lorsque les feuilles sont tombées, car la résine toxique est très persistante. Chaque partie de la plante contient de l’urushiol et peut provoquer une éruption cutanée à tout moment de l’année.
La glace, l’eau froide, les crèmes rafraîchissantes ou l’air froid ne permettent pas de guérir les éruptions cutanées, mais le refroidissement peut réduire l’inflammation et apaiser les démangeaisons.

Grignotines
Ces plantes ont sur leurs feuilles et leurs tiges de nombreux poils piquants creux qui agissent comme des aiguilles hypodermiques, qui injectent de l’histamine et d’autres produits chimiques qui produisent une sensation de brûlure lorsqu’ils sont en contact avec des humains et d’autres animaux. Les orties sont abondantes dans le nord de l’Europe et dans une grande partie de l’Asie, généralement à la campagne. Ils sont moins répandus dans le sud de l’Europe et en Afrique du Nord, où ils ont besoin de sol humide. En Amérique du Nord, ils sont largement répandus au Canada et aux États-Unis, où ils se trouvent dans toutes les provinces et tous les États, à l’exception d’Hawaï, et dans l’extrême nord du Mexique. Ils poussent en abondance dans le nord-ouest du Pacifique, en particulier dans les endroits où les précipitations annuelles sont élevées.

Les médicaments anti-démangeaisons, généralement sous forme de crèmes contenant des antihistaminiques ou de l’hydrocortisone, peuvent soulager les symptômes de piqûre provoquée par les orties. Mais en raison de la combinaison de produits chimiques impliqués, d’autres solutions peuvent être nécessaires. Une lotion à la calamine peut être utile. Il existe de nombreux remèdes traditionnels pour traiter les démangeaisons, notamment le pissenlit, la prêle, le dessous des fougères (les spores), la boue, la salive ou le bicarbonate de soude, l’huile et les oignons, et l’utilisation topique de lait de magnésie. Le jus de citron fonctionne également pour le traitement. Alternativement, on peut simplement ignorer la sensation de brûlure et le laisser suivre son cours (inoffensif). Simplement laver avec de l’eau (immédiatement après avoir piqué) est également utile.

L’ aube du berger L’ aube du berger (Heracleum mantegazzianum) est originaire du Caucase et de l’Asie centrale et a été introduite pour la première fois en Grande-Bretagne en tant que plante ornementale. Aujourd’hui, il pousse à l’état sauvage dans de grandes parties de l’Europe, au nord des Alpes, ainsi qu’au Canada et dans le nord des États-Unis. La plante ressemble extérieurement à l’amoncelle commune, mais elle peut atteindre une hauteur de plusieurs mètres et toutes les parties de la plante portent une sève phototoxique. La peau qui entre en contact avec la sève deviendra hypersensible aux rayons UV, entraînant des cloques douloureuses bien au-delà d’un coup de soleil normal laissant des cicatrices pendant longtemps. S’il entre en contact avec les yeux, il provoque la cécité.

Si vous obtenez la sève sur votre peau, lavez-vous immédiatement au savon et à l’eau et restez à l’écart du soleil pendant quelques jours.

Champignons
Il existe de nombreux champignons (communément appelés champignons ou selles de crapaud) qui sont toxiques pour l’homme.

En aucun cas, vous ne devriez consommer de champignons qui n’auraient pas été identifiés de manière positive, et vous devriez suivre les conseils de la communauté locale lors de la recherche de nourriture.

Tags: