Pointillisme

Le pointillisme est une technique de peinture dans laquelle de petits points de couleur distincts sont appliqués dans des motifs pour former une image.

Georges Seurat et Paul Signac ont développé la technique en 1886, en se basant sur l’impressionnisme. Le terme «pointillisme» a été inventé par les critiques d’art à la fin des années 1880 pour ridiculiser les œuvres de ces artistes, et est maintenant utilisé sans sa connotation moqueuse plus tôt. Le mouvement que Seurat a commencé avec cette technique est connu sous le nom de néo-impressionnisme. Les divisionnistes, aussi, ont utilisé une technique similaire de motifs pour former des images, mais avec des coups de pinceau plus gros.

Le processus et le discours théorique de Signac séduisent pendant quelques années, principalement en France et en Belgique, des peintres comme Camille Pissarro, Maximilien Luce, Théo van Rysselberghe, classés dans un courant artistique, appelé «néo-impressionniste», issu de «l’impressionnisme d’une part, et ce que Seurat a renvoyé à la recherche optique Michel Eugène Chevreul et les écrits de Charles Blanc 2, comme il a dessiné le sarcasme de Paul Gauguin.

Théorie
Selon les adeptes de la théorie pointilliste, lorsque le tableau est vu à une certaine distance, les points de couleur ne peuvent être distingués les uns des autres et se fondent optiquement l’un dans l’autre. L’aspect visuel obtenu est différent de celui obtenu en mélangeant des couleurs sur une palette puis en les appliquant sur la toile. Certains décrivent le résultat comme plus brillant ou plus pur parce que le mélange est fait par l’oeil et non par la brosse.

L’explication pourrait être liée aux théories sur l’additivité et la soustractivité des couleurs: généralement, lorsque les couleurs sont produites par un mélange de pigments, la soustractivité joue (chaque pigment absorbe un ensemble de fréquences du spectre lumineux, le mélange de la pigments renvoie l’ensemble des fréquences non absorbées). Ainsi, mélanger les pigments cyan et magenta et le jaune (les couleurs primaires soustractives) produit une couleur proche du noir. D’autre part, en mélangeant des couleurs produites par des sources de lumière, l’additivité joue son rôle: le mélange de faisceaux lumineux des trois couleurs, rouge, vert et bleu produit une lumière proche du blanc puisque l’ensemble des fréquences visibles est représenté. Les écrans de télévision, par exemple, utilisent ce système.

Pour représenter les émotions, le rythme et le mouvement dans leurs peintures, les peintres néo-impressionnistes ont utilisé une théorie sur les lignes et les couleurs. Les lignes montantes combinées avec des couleurs chaudes expriment la joie et le bonheur; tandis que les lignes qui descendent avec des couleurs froides et sombres reflètent le sentiment de tristesse.

La critique n’a pas toujours accepté de soumettre sa perception de l’œuvre à la théorie: «La spécialisation commerciale […] est intégrée dans les processus externes d’exécution, il y a de tels peintres [qui les composent] [leurs toiles] d’un mélange insipide. de tons assemblés, qu’ils recommandent au public sous le nom de méthode pointilliste, je veux que la résolution des couleurs dans leurs éléments garde leur pleine luminosité et soit utile pour faire certain éclairage, mais les peintres atteints du “tachisme” l’utilisent à tort et à travers plus rien de vivant, rien de solide à travers un étrange scintillement où l’on distingue les formes maléfiques.

Gustave Geffroy commente ainsi cette “manière venimeuse de rapprocher des points assez réguliers de couleurs différentes les uns des autres”: “Il est tout à fait impossible de ne pas réaliser que le processus tient la place principale, et que la voie froide régulière, méticuleuse, l’intensité lumineuse recherchée par les néo-impressionnistes peut exister dans les œuvres ainsi comprises, mais elle le sera malgré les petits points, il faut un effort persistant, une bonne foi obstinée chez le spectateur. violer sa vision frustrée […]. ”

Georges Roque a étudié les approximations et les équivoques de la théorie, prétendant faire des couleurs plus lumineuses par un mélange optique (additif), alors que la peinture utilise des pigments soustractifs et confondant dans son discours deux effets contradictoires, celui du contraste simultané des couleurs ce qui est observé quand les plages colorées ont une certaine étendue, et celle de la fusion des couleurs qui s’observent quand elles sont petites, comme dans les tapisseries.

La critique hostile ou douteuse peut aussi être basée sur une description des tableaux.

Caractéristiques
Ce mouvement, dans les coordonnées du post-impressionnisme, part aussi de l’image de la nature, c’est-à-dire du même motif que les impressionnistes, mais pour eux ce seront des lois physiques et physiologiques très spécifiques qui caractériseront l’essence de la peinture. Son matériau de réflexion sera, avant tout, les écrits de Charles Blanc et, de manière plus radicale, les impressionnistes, les traités scientifiques de Chevreul, Sutter, Rood et autres.

Grâce à eux, le pointillisme voyait devant lui un domaine où sa tâche devait être l’application méthodique de ses connaissances et la réconciliation des principes rigides du dessin avec les principes optiques intuitifs des grands coloristes. L’esprit logique et réfléchi de ces peintres exigeait la réduction de l’instinct à l’ordre, de l’impulsion au calcul, réduisant à l’essentiel, non seulement les thèmes de la vie moderne ou du paysage, mais aussi la méthode impressionniste de présentation. En effet, la déclaration de Charles Blanc («La couleur, contrôlée par des lois figées, peut être enseignée comme de la musique»), publiée pour la première fois en 1865 dans son célèbre ouvrage Arts grammaticales du dessin, résume parfaitement l’attitude des pointillistas avant les possibilités expressives de l’art et indique son programme. D’après cela, de même qu’il existe des relations mathématiques entre les tons musicaux, il existe des relations physiques entre les couleurs, qui peuvent être démontrées en laboratoire et réalisées en studio. Afin d’étudier plus en détail l’interaction des couleurs et de leurs complémentaires, quelques pointillistas ont fait un album dans lequel ils ont rassemblé toutes les nuances de l’arc-en-ciel, unis entre eux au moyen d’un nombre déterminé de couleurs intermédiaires.

Dans leur palette, ils ont également utilisé du blanc mélangé avec des couleurs primaires, ce qui leur a permis d’obtenir une multitude de nuances allant d’une couleur avec une légère présence de blanc à un blanc presque pur. Le disque était complété de telle manière que les nuances pures se concentraient autour du centre, d’où elles disparaissaient vers la cible jusqu’à la périphérie.

Les expériences physiques avaient également prouvé que le mélange de couleurs les salissait et finissait par conduire au noir. Par conséquent, le seul mélange capable de produire l’effet désiré est le mélange optique, qui devient ainsi le facteur prédominant dans son exécution. Après avoir recueilli séparément dans ses toiles les différents éléments de couleur présents dans la nature, le peintre assigna à la rétine du spectateur la tâche de les réunir de nouveau. La technique des coups de pinceau des impressionnistes ne permettait pas l’exactitude mathématique que pointillistas avait besoin d’appliquer son système avec le rendement total.

En adoptant de minuscules coups de pinceau en forme de pointe, ils ont réussi à accumuler, même sur de petites surfaces, une grande variété de couleurs et de tons, correspondant chacun à l’un des éléments qui ont contribué à l’apparition de l’objet. A une certaine distance, ces minuscules particules sont mélangées optiquement et le résultat doit produire une intensité de couleurs beaucoup plus grande que tout mélange de pigments.

En ce sens, ses études de la lumière et de la couleur surpassent celles des impressionnistes, mais elles rencontrent aussi de plus grandes difficultés. Avec plus de connaissances et un œil plus discipliné, ils devaient trouver toutes les nuances du spectre lumineux, ainsi qu’une manière d’éclairer ou d’obscurcir une teinte donnée par rapport aux contrastes simultanés produits par les couleurs qui l’entouraient. L’une des œuvres les plus remarquables en ce sens est dimanche après-midi sur l’île de la Grande Jatte de Surat.

Malgré le succès apparent de la dénomination du pointillisme, surtout en ce qui concerne la technique de ce groupe, ni Seurat ni Signac n’ont jamais accepté et condamné et évité rigoureusement ce terme au profit du divisionnisme, qui incluait mieux toutes vos innovations.

Technique
La technique repose sur la capacité de l’œil et de l’esprit du spectateur à mélanger les taches de couleur dans une gamme plus complète de tons. Il est lié au divisionnisme, une variante plus technique de la méthode. Le divisionnisme est concerné par la théorie des couleurs, tandis que le pointillisme est plus axé sur le style spécifique du pinceau utilisé pour appliquer la peinture. C’est une technique avec peu de praticiens sérieux aujourd’hui, et est notamment vu dans les travaux de Seurat, Signac et Cross. Cependant, voir aussi les premières œuvres d’Andy Warhol, et Pop Art.

Entraine toi
La pratique du pointillisme est en contraste frappant avec les méthodes traditionnelles de mélange de pigments sur une palette. Le pointillisme est analogue au processus d’impression CMJN en quadrichromie utilisé par certaines imprimantes couleur et les grandes presses qui placent des points de Cyan (bleu), Magenta (rouge), Jaune et Clé (noir). Les téléviseurs et les écrans d’ordinateur utilisent une technique similaire pour représenter les couleurs d’image en utilisant les couleurs Rouge, Vert et Bleu (RVB).

Si les lumières rouge, bleue et verte (les primaires additives) sont mélangées, le résultat est proche de la lumière blanche (voir Prisme (optique)). La peinture est intrinsèquement soustractive, mais les couleurs pointillistes semblent souvent plus claires que les couleurs soustractives mixtes typiques. Ceci peut être dû en partie au fait que le mélange soustractif des pigments est évité, et en partie parce qu’une partie de la toile blanche peut être visible entre les points appliqués.

La technique de peinture utilisée pour le mélange de couleurs Pointillist est au détriment de la brosse traditionnelle utilisée pour délimiter la texture.

La majorité du pointillisme est faite dans la peinture à l’huile. Tout peut être utilisé à sa place, mais les huiles sont préférées pour leur épaisseur et leur tendance à ne pas couler ou à saigner.

Premières réactions
Il était évident pour le public, les artistes et les critiques qu’ils avaient affaire à quelque chose de nouveau. L’enregistrement était ambivalent: de nombreux peintres ont été fascinés pour mettre la peinture sur une base scientifique, dont Paul Signac, Charles Angrand, Henri-Edmond Cross, Albert Dubois-Pillet, Léo Gausson, Louis Hayet, Maximilien Luce, Hippolyte Petitjean, au début De Mouvement aussi Camille Pissarro, qui plus tard a critiqué le divisionnisme, et son fils Lucien. D’autres, comme Edgar Degas, ont déjà rejeté la nouvelle direction dès le début. Le marchand d’art et grand partisan de l’impressionniste Paul Durand-Ruel se dit déçu que Camille Pissarro ait été influencé par ses plus jeunes collègues, alors que le marché des peintures impressionnistes commençait tout juste à s’améliorer.

Rejetant les critiques décrit le style de peinture comme confettisme. Le critique Félix Fénéon, cependant, a fait campagne pour la nouvelle direction artistique. Il les voyait comme tournés vers l’avenir et a inventé le terme néo-impressionnisme en 1886 pour le souligner. Il est devenu profondément impliqué avec les fondements théoriques à part et a connu Charles Henry et d’autres théoriciens personnellement. Il a été rédacteur en chef du magazine Revue Indépendante et éditeur du magazine La Revue blanche. Jusqu’à la mort de Seurat, il a accompagné son travail et les travaux de Signac avec des revues bienveillantes et bien fondées dans ces journaux.

Les impressionnistes allemands ont toléré le style de la peinture, mais ne l’ont pas appliqué à l’exception de Paul Baum. Les longs traits sont restés la caractéristique de la peinture sécessionniste en Allemagne.

Plus de distribution
Un rôle essentiel dans la propagation du pointillisme joué en 1883 fondé groupe d’artistes belges Les Vingt (The Twenty). Ceux-ci sont rapidement devenus un élément central de la scène artistique belge. Pour leurs expositions, ils ont invité une variété d’artistes. À partir de 1887, ils montrèrent à plusieurs reprises les images de Seurat et de ses collègues parisiens à Bruxelles. Des artistes plus jeunes tels que Théo van Rysselberghe, Henry van de Velde, Jan Toorop, Johan Joseph Aarts, Ferdinand Hart-Nibbrig, Jan Vijlbrief et d’autres ont adapté la nouvelle façon de voir.

En Italie, les peintres Giovanni Segantini, Giuseppe Pellizza da Volpedo, Emilio Longoni et Angelo Morbelli ont adapté le style pointilliste de la peinture et l’ont développé davantage à leurs propres caractéristiques.

Influence sur l’art du 20ème siècle
L’influence du pointillisme sur le développement artistique ultérieur a été sous-estimée pendant longtemps. Une grande partie de la critique et le public bourgeois la considéraient souvent comme un moyen technique insignifiant. Beaucoup d’artistes connus comme Piet Mondrian, Henri Matisse, Elie et Robert Delaunay, Vincent Van Gogh et Paul Gauguin ont cependant abordé intensivement la technique pointilliste et ont traversé une phase d’expérimentations pointillistes. Du point de vue de certains historiens, cela suggère que le pointillisme joue un rôle essentiel dans l’évolution des paradigmes des premières époques, la figuration et la représentation, à celles du XXe siècle, l’abstraction et la construction.

L’historien de l’art Robert Rosenblum juge Seurat qu’il peut même rivaliser avec Cézanne (“peut rivaliser avec Cézanne”), et il approuve sa grande vision (regarder “dans le passé et dans le futur”), il appelle la peinture Grande Jatte une sorte de Tour Eiffel de peinture (“une sorte de Tour Eiffel de peinture”).

La musique
Le pointillisme fait également référence à un style de composition musicale du XXe siècle. Différentes notes de musique sont faites dans la solitude, plutôt que dans une séquence linéaire, donnant une texture sonore similaire à la version peinture de Pointillisme. Ce type de musique est également connu sous le nom de ponctualisme ou klangfarbenmelodie.

Artistes notables
Charles Angrand
Chuck Fermer
Henri-Edmond Cross
Henri Delavallée
Albert Dubois-Pillet
Louis Fabien (pseudonyme)
Georges Lemmen
Maximilien Luce
Camille Pissarro
John Roy
Georges Seurat
Paul Signac
Vincent Van Gogh
Théo van Rysselberghe
Hippolyte Petitjean
Jan Toorop

Peintures notables
Un dimanche après-midi sur l’île de La Grande Jatte de Georges Seurat
Baignade à Asnieres par Georges Seurat
Les moulins à vent d’Overschie de Paul Signac
Les rives de la Seine par Georges Seurat
Une scène côtière par Théo van Rysselberghe
La famille dans le verger par Théo van Rysselberghe
Campagne à midi par Théo van Rysselberghe
Après-midi à Pardigon par Henri-Edmond Cross
Rio San Trovaso, Venise par Henri-Edmond Cross
La Seine devant le Trocadéro par Henri-Edmond Cross
Le pin à Saint-Tropez par Paul Signac
Opus 217. Contre l’émail d’un arrière-plan rythmique aux rythmes et aux angles, tons et nuances, Portrait de M. Félix Fénéon en 1890 par Paul Signac
La voile jaune, Venise par Paul Signac
Cathédrale Notre-Dame de Maximilien Luce
Le Pont De Pierre, Rouen par Charles Angrand
La plage de Heist par Georges Lemmen
Aline Marechal de Georges Lemmen
Vase de fleurs de Georges Lemmen