Park Hyun-gi 1942-2000 Mandala, musée national d’Art moderne et contemporain Gwacheon

Park Hyun-ki est un pionnier de l’art vidéo qui a introduit la vidéo à l’art en Corée. Alors que le vidéaste de renommée mondiale Nam June Paik a commencé à se rendre en Corée seulement en 1984, principalement dans un pays étranger, Park Hyun-gi utilise des supports vidéo pour ses œuvres depuis la fin des années 1970 afin de réaliser un travail vidéo unique.

Il est né en 1942 dans une famille coréenne pauvre à Osaka, au Japon, pendant la période coloniale. Après la libération en 1945, il s’installe en Corée et s’installe à Daegu. En 1961, il entra au département de peinture occidentale de l’Université Hongik, mais obtint son diplôme en 1964 avec une majeure en architecture. Il peint et étudie l’architecture dans tout un domaine. En 1970, il travaille pour la construction de l’intérieur, et gagne sa vie dans les projets de construction d’intérieurs. Il y consacre son argent afin d’acheter un moniteur et une caméra.

Il a commencé à devenir un artiste majeur du festival d’art contemporain de Daegu, qui a débuté en 1974, et a très tôt élargi sa perspective internationale en participant à la Biennale de Sao Paulo en 1979 et à la Biennale de Paris en 1980. Dans les années 1980, expositions au Japon. En 1990, alors que la Corée du Sud était au centre des préoccupations de l’art vidéo, c’était le travail de bakhyeongi, il a commencé en 1997, après des années dans la série . Il fait l’objet d’une attention particulière en tant que pionnier de l’art vidéo en Corée, qui est neuf fois plus élevé.

De façon inattendue, Park a été diagnostiqué d’un cancer de l’estomac et est décédé en janvier 2000. Park a laissé un volume considérable d’œuvres et de ressources archivistiques au cours de ce qui aurait pu être un peu plus de 58 ans de sa vie. Avec plus de 20 000 archives données par la famille de l’artiste, qui ont été cataloguées de manière exhaustive et mises à la disposition du public pour la première fois, la rétrospective présentée au MMCA se démarque des autres tentatives posthumes de refondre l’œuvre de l’artiste. Des notes qu’il a prises en tant qu’étudiant en 1965 aux esquisses achevées juste avant sa mort en 2000, la sélection de l’exposition couvre une période de 35 ans de la vie et de l’art de l’artiste. En plus de l’enquête exclusive sur les œuvres de l’artiste, l’exposition tente de transmettre «presque tout de l’artiste, ”Inclut les reproductions créées à partir des ressources d’archives. Avec plus de 1 000 œuvres et ressources provenant des archives de l’artiste, cette exposition espère offrir un aperçu du cœur de l’artiste et fournir les bases de recherches futures sur l’œuvre artistique de Park Hyun-Ki.

58 Pour ne plus la vie des trois, il a laissé beaucoup d’œuvres et de matériaux. Une tentative de recentrage à plusieurs reprises sur bakhyeongi après sa mort, il s’agit de son exposition rétrospective au Musée national d’art contemporain, cette pièce unique est le point de l’exposition, c’est seulement ses données qui sont ouvertes à ce jour. le premier nettoyage complet. D’une note d’école en 1965 à un croquis avant sa mort en 2000, une richesse de matériel a été sélectionnée et exposée pendant 35 ans de sa vie et de son art. En plus de ne plus avoir épuisé son travail, mais de revivre son travail majeur sur la base de diverses données () vers naemeurosseo, le bakhyeongi «presque tout» a servi à être exposé.

La raison en est son travail extraordinaire qu’il “Vidéo”, tout en tirant parti des nouveaux médias de l’époque, est qu’il le place sur la base même de l’esprit oriental. Son travail vidéo initial consistait notamment à prendre un moniteur vidéo en pierre entre les tours de pierre. «Juste une pierre» et «pierres de surveillance» se chevauchent, ce qui est réel et obscurcit la distinction de l’illusion cognitive elle-même. Comme si il était incapable de distinguer entre la lune et la lune reflétée dans la rivière flottant dans le ciel, deux cents et a laissé une légende qui s’est noyée dans la rivière mois japeuryeoda (李白, 701-762), en tant qu’esprit du monde.

Bakhyeongi est déjà 20 des années 1960 de M. Segeoji de nampyeongmun du jardin suburbain de morue dans un âge ‘gwanggeodang (居 Hall), à 80 ans, il a recommencé à apprendre, de façon traditionnelle pour les personnes âgées. L’éducation occidentale “dupée” alors qu’il gagnait, il fait la vision du monde traditionnelle de la Corée est déjà “post-modernisme” accroché à la vie pour demander si je peux être combiné avec le chemin occidental vers le langage formel. Donc, son travail est oriental comme occidental, statique comme volonté dynamique, sacré comme laïque, etc. Tous les extrêmes du monde () sont une sorte de conflit et de coexistence entre eux “champ d’énergie (場)” pour former un .

Il n’a pas cherché à réaliser la “haute technologie” par le biais de la vidéo. On peut plutôt dire qu’il s’est concentré sur la recherche des valeurs ultimes de l’humanité qui peuvent être permanentes même dans la transformation constante des médias. En lui, “média” n’est rien d’autre qu’un outil suggérant un “code cosmique” qui restera un mystère qui ne sera pas résolu à jamais. À travers cette exposition, présente les œuvres et les archives jusqu’à des milliers de points de contrôle jinmyeonmo et bakhyeongi, et attend avec impatience de pouvoir étudier sérieusement à ce sujet.

Photographie documentaire de l’événement Park’s Poplar organisé au 3e Festival d’art contemporain de Daegu (1977). L’artiste a dessiné les ombres des peupliers le long du fleuve Nakdong avec de la poudre de chaux. Les lignes blanches répétées symétriquement aux ombres réelles ont été dessinées sur le sol.

Untitled a été présenté à la première exposition personnelle de Park à la Seoul Gallery (du 3 au 9 juillet 1978), pour laquelle l’artiste a incorporé une pierre artificielle en verre dans un tas de vraies pierres.

Une installation vidéo et un ensemble de photographies, qui ont enregistré la scène du fleuve Nakdong situé dans la banlieue de Daegu. Le miroir qui était placé au milieu de la rivière reflète l’image de l’eau qui coule lentement. Cette œuvre a été exposée dans l’exposition personnelle de Park à la galerie Hankook en 1979.

Photographie documentaire de la performance vidéo d’inclinaison de l’eau présentée à la XVème édition du festival international de travail de São Paulo (du 3 octobre au 9 décembre 1979). L’eau sur le moniteur s’est déplacée en harmonie avec l’orientation du moniteur.

L’une des œuvres phares de Park, cette “tour de pierre en vidéo” a été présentée à la 11e BIENNALE DE PARIS (20 septembre-2 novembre 1980) au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et au Centre Georges Pompidou. Un montior affichant une image de pierres a été intégré dans un tas de pierres réelles, faisant allusion à la frontière floue entre la réalité et l’illusion.

Pour Pass through the City, une pierre artificielle de 16 mètres de large avec un miroir a été chargée dans une grande remorque qui devait traverser la région centrale de Daegu, tandis que les réponses des passants étaient photographiées et filmées. Le résultat de la performance a été exposé à la Galerie Maek-Hyang à Deagu du 17 au 28 mars 1981.

Untitled était une installation vidéo présentée à Media as Translators (26-27 juin 1982), exposition présentée dans la région de Gangjeong, dans la rivière Nakdong. Six représentations ont eu lieu au cours de deux jours. Le processus et les résultats ont été documentés avec des photographies.

Une oeuvre présentée lors de l’exposition solo de l’artiste à la galerie Inkong à Daegu (21-26 mai 1990). Le travail consistait à étendre sur le sol les traverses en bois que l’artiste avait collectionnées et à placer, entre les traverses, les stations de pilonnage traditionnelles (utilisées pour lisser les vêtements) en bouleau. Les deux objets différents ont créé une harmonie exquise avec des formes et des proportions correspondantes.

Les longues traverses en bois, verticalement ou horizontalement, ont été coupées d’un côté pour créer plusieurs sections sur lesquelles des moniteurs ou des pierres ont été insérés.

Le Mandala a été exposé à la Kim Foster Gallery à New York (du 26 juin au 26 juillet 1997). L’image du mandala, symbole de la vérité universelle dans le bouddhisme tibétain, a été projetée sur un socle pourpre utilisé dans les rites ancestraux. Bien que l’impression immédiate soit que l’image projetée consiste en une iconographie géométrique, l’image est un composite d’images en pornographie qui commente la frontière ambiguë entre le sacré et le profane.

Une œuvre présentée au Centre des beaux-arts de la Fondation de la culture et de l’art coréens à Séoul pour l’exposition Park Hyun-Ki: Installation vidéo 1977-1998 (du 4 au 16 septembre 1998). L’œuvre a été présentée pour la première fois à l’exposition A Point Contact-Art contemporain coréen, chinois et japonais en 1997. Sous un bruit retentissant, l’écran incliné sur le mur projette une cascade tandis que l’écran au sol montre un jet d’eau jaillissant.

Une œuvre posthume présentée à la 3ème Biennale de Gwangju (29 mars-7 juin 2000). L’image vidéo projette en permanence une empreinte digitale associée au numéro d’identification d’une personne, comme pour faire allusion aux innombrables nombres de naissances et de décès d’êtres humains, chacun portant un “code”.

Musée national d’art contemporain, Gwacheon, Corée du Sud

Le musée national d’art contemporain Gwacheon a été conçu en 1986 par l’architecte Kim Tae-soo.

C’est un musée familial qui harmonise tradition et modernité en appliquant la méthode de composition de l’espace traditionnelle coréenne aux fonctions modernes.

Gwacheon est un musée d’art centré sur le visiteur composé de huit salles d’exposition utilisant le savoir-faire de chaque domaine (architecture, artisanat, photographie, peinture, sculpture, médias et musée d’art pour enfants) pour l’éducation et l’expérience des enfants.

Vous pourrez rencontrer les œuvres de la nature dans le hall de sculptures en plein air et créer de précieux souvenirs au Musée national d’art contemporain de Gwacheon, où vous pourrez rencontrer l’art moderne coréen vivant dans le hall d’exposition en intérieur.