Grottes de Pandavleni

Le Bouddha Leni, ou grottes Nasik (parfois aussi connu comme Pandu Lena, Pandu Caves ou Trirashmi Leni, Leni étant un mot marathi pour les grottes), sont un groupe de 24 grottes creusées entre le 1er siècle avant notre ère et le 3ème siècle de notre ère. les sculptures ont été ajoutées vers le 6ème siècle, reflétant les changements dans les pratiques de dévotion bouddhistes. Ils constituent un groupe important d’exemples précoces d’architecture indienne taillée dans la roche représentant initialement la soi-disant tradition Hinayana. La plupart des grottes sont des viharas à l’exception de la grotte 18 qui est une chaitya du 1er siècle avant notre ère. Le style de certains piliers ou colonnes élaborés, par exemple dans les grottes 3 et 10, est un exemple important du développement de la forme. L’emplacement des grottes est un site bouddhiste sacré et est situé à environ 8 km au sud du centre de Nashik (ou Nasik), Maharashtra, en Inde.

Grottes
Les grottes, connues sous le nom de grottes de Pandav également connues sous le nom de grottes bouddhistes de Trirashmi, ont été creusées du 1er siècle av. J.-C. jusqu’au IIIème siècle de notre ère, avec des ajouts ultérieurs de sculptures. Ils ont été payés par la royauté bouddhiste locale, les commerçants et les populations locales pour les moines bouddhistes. Le nom est dérivé du mot “Tiranhu” qui est inscrit dans les grottes. Cela signifie «rayons de soleil», ce qui est évident en référence aux rayons du soleil qui émergent derrière les grottes vu du village. Ces grottes ont été sculptées et offertes par différents rois qui ont régné Nashik – Les Satavahanas, Les Nahapanas, Les Abhirs. Les grottes logent des idoles de Bouddha et de Bodhisattva. Certaines grottes sont intimement reliées par des échelles taillées dans la pierre qui les relient aux autres grottes. Des marches mènent aux grottes du bas de la colline. Le sommet des Grottes de Trirashmi est également accessible en trekking d’environ 20 minutes mais le chemin est bien construit avec des marches.

Ces grottes sont l’une des plus anciennes grottes du Maharashtra. Certaines des grottes sont grandes et contiennent de nombreuses chambres – ces grottes taillées dans le roc ont servi de viharas ou de monastères pour que les disciples puissent se rencontrer et entendre des sermons. Ils contiennent des sculptures intéressantes. Une des grottes de vihara est plus ancienne et plus fine dans les détails sculpturaux et on pense qu’elle est presque aussi vieille que la grotte de Karla près de Lonavala. Une autre caverne (caverne n ° 18) est une chaitya et est semblable en âge à celle aux grottes de Karla et a une façade particulièrement élaborée. Chaityas sont utilisés pour le chant et la méditation.

La grotte a des images de Bouddha, Bodhisattva, des sculptures représentant le roi, des fermiers, des marchands et une riche iconographie représentant une belle amalgame d’architecture indo-grecque

Le site a un excellent système de gestion de l’eau ancienne et habilement ciselé en roche solide sont plusieurs réservoirs d’eau attrayants.

Histoire
Les grottes remontent au 1er siècle avant notre ère par des inscriptions sur les donations. Sur les vingt-quatre grottes, deux grottes sont une attraction majeure – la grotte principale qui est la Chaitya (salle de prière) a un beau Stupa; le second est la caverne non. 10 qui est complète dans toutes les inscriptions structurelles ainsi. Les deux grottes ont des photos de Bouddha sorti d’une imprimante collée sur les roches, il n’y a pas non plus d’approvisionnement en eau. Les grottes font face à l’est. Il est donc recommandé de visiter les grottes tôt le matin car au soleil la beauté des sculptures est renforcée.

Les grottes ont été appelées Pundru qui en langue Pali signifie “couleur ocre jaune”. C’est parce que les cavernes étaient la résidence des moines bouddhistes qui portaient “le chivara ou les robes jaunes”. Plus tard, le mot Pundru a été remplacé par Pandu Caves (selon l’Ancient Monuments Act du 26 mai 1909). Des décennies plus tard, les gens ont commencé à l’appeler les grottes Pandav – un terme impropre qui est utilisé pour toutes les cavernes en Inde.

Les diverses inscriptions confirment que Nashik à cette époque était gouvernée par 3 dynasties – les Kshatrapas occidentaux, les Satavahanas et les Abhiras. Il semble qu’il y ait toujours eu un conflit entre Satavahanas et les Kshatrapas sur la suprématie. Cependant, tous les 3 rois ont pleinement soutenu le bouddhisme. Les inscriptions confirment également qu’en dehors des rois, les commerçants locaux, les propriétaires ont eux aussi soutenu et fait don d’énormes sommes pour le développement de ces grottes.

Mise en page et contenu
Le groupe de 24 grottes a été coupé en une longue ligne sur la face nord d’une colline appelée Trirasmi. L’intérêt principal de ce groupe réside non seulement dans le fait qu’il porte sur ses murs un certain nombre d’inscriptions de grande importance historique appartenant au règne de Satavahana & Kshaharatas ou Kshatrapas. Mais aussi dans sa représentation d’une phase brillante dans l’architecture Rock-Cut du IIe siècle de notre ère. Il y a en tout 24 excavations bien que beaucoup d’entre elles soient petites et moins importantes. Commençant à l’extrémité est, ils peuvent commodément être numérotés vers l’ouest. Ils sont presque entièrement de date et ont été fouillés par la secte Hinayana. La plupart du temps, l’intérieur des grottes est nettement plaine, contrairement à l’extérieur fortement ornementé.

Les grottes et leurs inscriptions
Les inscriptions dans les grottes 3, 11, 12, 13, 14, 15, 19 et 20 sont lisibles. D’autres inscriptions mentionnent les noms Bhattapalika, Gautamiputra Satkarni, Vashishthiputra Pulumavi des Satavahanas, deux des Satraps occidentaux, Ushavadata et sa femme Dakshamitra, et le Yavana (Indo-Grec) Dhammadeva.

Depuis que les grottes ont été habitées par le Mahayana ainsi que les sectes Hinayana du bouddhisme, on peut voir une belle confluence de structures et de sculptures.

Cave No.1
Grotte n ° 1: à l’exception de la frise ornementale sur le devant, aucune partie de cette grotte n’est terminée; il a été prévu pour un Vihara, avec quatre colonnes entre pilastres devant une véranda étroite, mais ils sont tous des masses carrées de gauche. Une cellule a été commencée à chaque extrémité de la véranda. Le mur avant a été récemment détruit en partie. Il n’y a pas d’inscriptions dans cette grotte.

La grotte n ° 2 est une petite excavation qui peut avoir été à l’origine une véranda, 11,5 pieds par 4,25 pieds, avec deux cellules à l’arrière; mais le mur avant et la cloison de séparation ont été coupés, et les murs presque couverts de sculpture, consistant en Bouddhas assis et debout avec des chauri-porteurs, dans certains cas inachevés. Ce sont les ajouts des bouddhistes Mahayana du sixième ou septième siècle.
La véranda a apparemment eu deux piliers en bois, et la frise en saillie est sculptée avec le «modèle de rail», beaucoup de temps porté, et apparemment très vieux. Sur le fragment restant de la paroi arrière de la véranda, près du toit, se trouve un fragment d’une inscription du roi Satavahana Sri Pulumavi (IIe siècle de notre ère):

Entre cette grotte et la suivante il y a une citerne avec deux ouvertures au-dessus, une grande place escamotée, et deux cavités pourries, dont l’une est un réservoir, et tout le long de cet espace sont des blocs de roche abattus ou tombés d’en haut.

Grotte n ° 3, “Gautamiputra vihara” (vers 150 CE)
La grotte n ° 3 de Nasik est l’une des grottes les plus importantes et la plus grande du complexe des grottes de Pandavleni. Il a été construit et dédié à la Samgha au 2ème siècle de notre ère par la reine Gotami Balasiri, mère du défunt Satavahana, roi Gautamiputra Satakarni, et contient de nombreuses inscriptions importantes.

La cave
La grotte est une grotte de type vihara, destinée à fournir un abri aux moines bouddhistes. C’est avec la grotte n ° 10, la plus grande grotte du Vihara dans le complexe des grottes de Pandavleni. La salle est de 41 pieds de large et 46 de profondeur, avec un banc rond trois côtés. La grotte a six piliers sur le porche avant, à peu près semblable à ceux de la première grotte n ° 10 construite par le vice-roi de Nahapana vers 120 CE. À l’intérieur, 18 cellules de moines sont disposées selon un plan carré, sept sur le côté droit, six dans le dos et cinq dans la gauche.

entrée
La porte centrale dans cette porte est grossièrement sculptée dans un style qui rappelle les passerelles de Sanchi; les pilastres latéraux sont divisés en six compartiments, chacun rempli principalement de deux hommes et d’une femme, à différents stades d’une histoire qui semble se terminer par l’enlèvement de la femme par l’un des hommes.
Au-dessus de la porte sont les trois symboles, l’arbre de Bodhi, le dagoba, et le chakra, avec des adorateurs, et de chaque côté est un dvarapala, ou portier, tenant un bouquet de fleurs. Si l’on compare la sculpture de cette porte à celle d’Ajanta, on la trouvera beaucoup plus grossière et moins hardie, mais le style de coiffe concorde avec celui des murs de Karle et Kanheri, et des peintures de la grotte X à Ajanta, qui appartient probablement au même âge.

Piliers
La véranda a six colonnes octogonales sans bases entre pilastres sculptés. Les chapiteaux de ces piliers se distinguent de ceux de la caverne n ° 10 de Nahapana par la forme plus courte et moins élégante de la partie en cloche, et par les coins du cadre qui entoure le tore avec de petites figures attachées; les uns et les autres ont une série de cinq membres minces, se chevauchant et supportant quatre animaux sur chaque capitale, des bœufs, des éléphants, des chevaux, des sphinx, etc …, entre l’avant et l’arrière, l’architrave soutenant une frise saillante , avec tous les détails d’un cadrage en bois copié en elle. La partie supérieure de la frise, dans ce cas, est richement sculptée d’un train d’animaux sous un rail richement sculpté, ressemblant par sa conception et son élaboration aux rails d’Amravati, avec lesquels ce vihara doit être presque, sinon tout à fait contemporain. Les piliers se dressent sur un banc dans la véranda, et devant eux se trouve un paravent sculpté, soutenu par trois nains de chaque côté des marches menant à l’entrée.
Les détails de cette grotte et du n ° 10 sont si semblables que l’un doit être considéré comme une copie de l’autre, mais les capitales du n ° 10 sont si semblables à celles des grottes de Karla Chaitya, tandis que celles de la grotte de cette grotte sont d’autant plus pauvres que l’on est tenté de supposer que cela appartient à une époque ultérieure, quand l’art a commencé à se dégrader.

La grotte n ° 4 est très détruite et pleine d’eau à une profondeur considérable. La frise est à une hauteur très considérable, et est sculptée avec le “modèle de rail”. La véranda a eu deux piliers octogonaux entre les antae, avec des chapiteaux en forme de cloche, surmontés d’éléphants avec de petits conducteurs et des cavalières. Il y a aussi une porte simple et deux fenêtres râpées qui mènent à la grotte, mais seules les têtes restent. De la hauteur inhabituelle et les marques de ciseau dans la partie inférieure, apparemment récente, il semble que le sol de cette caverne avait été coupé dans une citerne en dessous. En effet, lorsque la grotte cessa d’être utilisée comme monastère, depuis le percement du sol dans la citerne d’eau en contrebas, le sol semble avoir été creusé pour former une citerne. Cela semble avoir été fait dans de nombreux cas ici.
Il n’y a pas d’inscriptions dans cette grotte.

La grotte No.6 a une inscription, mentionnant sa dédicace par un marchand au Samgha. Une inscription à la grotte No.7 explique qu’il s’agit d’un don d’une ascète féminine nommée Tapasini à la Samgha. Deux inscriptions à la grotte No.8 expliquent que la grotte est un cadeau d’un nom de pêcheur Mugudasa.

Grotte n ° 10 “Nahapana Vihara” (vers 120 CE)
La grotte n ° 10 est le deuxième plus grand Vihara, et contient six inscriptions de la famille de Nahapana. Les six piliers (deux d’entre eux attachés) ont des chapiteaux en forme de cloche plus élégants que ceux de la grotte No.3, et leurs bases sont dans le style de celles des grottes de Karla Chaitya et de celle de Granesa Lena à Junnar; la frise aussi, comme ceux qui restent sur les autres petites grottes entre les numéros 4 et 9, est sculptée avec le modèle de rail simple. À chaque extrémité de la véranda se trouve une cellule, donnée par “Dakhamitra, la fille du roi Kshaharata Kshatrapa Nahapana, et épouse de Ushavadata, fils de Dinika”.

Hall intérieur
La salle intérieure a environ 43 pieds de large sur 45 pieds de profondeur, et est entrée par trois portes lisses, et éclairée par deux fenêtres. Il a cinq cellules étalées de chaque côté et six à l’arrière; il veut, cependant, le banc autour des côtés intérieurs qui peuvent être trouvés dans la caverne No.3; mais, comme le montrent les chapiteaux et les ornements qui restent encore, le dagoba est exactement semblable en bas-relief sur le mur du fond, qui a longtemps été taillé dans une figure de Bhairava. De l’autre côté de la véranda, à gauche, se trouvent deux reliefs de ce même dieu, évidemment les dernières insertions d’un dévot hindou.

Des comparaisons
Depuis Nahapana était un contemporain de Gautamiputra Satakarni, par qui il a été finalement vaincu, cette grotte est antérieure à une génération Cave No.3, achevée dans la 18e année du règne de Sri Pulumavi, fils de Gautamiputra. La grotte n ° 10 est probablement contemporaine de la grotte n ° 17, construite par un “Yavana” indo-grec.

Grotte No.10 “Nahapana Vihara”, vers 120 CE
Plusieurs inscriptions du règne du souverain des Satraps occidentaux Nahapana, expliquant que son vice-roi a construit et fait don de la grotte (voir ci-dessus dans l’article). Cette grotte, du règne de Nahapana est ainsi datée vers 120 EC. Il est antérieur aux autres viharas du règne de Satumahana, Sri Pulumavi, qui lui est postérieur depuis une génération.

Les inscriptions
Les inscriptions de la caverne n ° 10 révèlent qu’en 105-106 CE, les Satraps occidentaux ont vaincu les Satavahanas après quoi le gendre de Kshatrapa Nahapana et le fils de Dinika Ushavadata ont donné 3000 pièces d’or pour cette grotte ainsi que pour la nourriture et les vêtements de les moines. L’épouse d’Usabhdatta (fille de Nahapana), Dakshmitra a également fait don d’une caverne pour les moines bouddhistes. La grotte 10 – ‘Nahapana Vihara’ est spacieuse avec 16 chambres.

– Inscription n ° 11, grotte 10, Nasik
Deux inscriptions dans la grotte 10 mentionnent le bâtiment et le don de la caverne entière à la Samgha par Ushavadata, gendre et vice-roi de Nahapana:

Inscription No.10. de Ushavadata court le long du mur d’entrée, au-dessus des portes, et est ici visible dans les parties entre les piliers. L’empreinte a été coupée en 3 portions pour plus de commodité. Cave No.10, grottes de Nasik.

Cave No.11
La grotte n ° 11 est proche de la grotte n ° 10, mais à un niveau un peu plus élevé. Dans l’extrémité gauche de la véranda est le fragment d’un siège; la pièce à l’intérieur mesure 11 pieds 7 pouces sur 7 pieds et 10 pouces, avec une cellule de 6 pieds et 8 pouces carrés à l’extrémité gauche et une autre, moins grande, à l’arrière, avec un banc sur le côté et à l’arrière. Dans la pièce de devant est sculpté, sur le mur du fond, en bas-relief, une figure assise et des assistants sur un trône de lion, et sur le mur de droite une grosse figure d’Amba sur un tigre avec des assistants, et un Indra sur un éléphant : tous sont petits, maladroitement sculptés, et manifestement de fabrication tardive Jaina.
La grotte n ° 11 a une inscription mentionnant que c’est le don du fils d’un écrivain: “la bienfaisance de Ramanaka, le fils de Sivamitra, l’écrivain”. La grotte n ° 12 a une inscription mentionnant le don d’un marchand nommé Ramanaka. La grotte n ° 13 n’a pas d’inscriptions.

Grottes No.12-13-14
C’est un groupe de chambres, probablement les restes de trois bhikshugrihas ou ermitages, avec respectivement une, deux et trois cellules. Le premier a une inscription d’un certain Hamanaka, mentionnant une dotation de 100 karshapanas pour “un vêtement à l’ascète qui y réside pendant les pluies”. Sur la gauche, il y a un char, puis, pendant trente mètres, tout a été dynamité et extrait.

Cave No.15
La grotte n ° 15 ne semble être que le sanctuaire intérieur d’une grotte à deux étages, dont toute la façade a disparu, et la partie supérieure n’est accessible que par une échelle. Les deux ont sur chacun de leurs trois murs un Bouddha assis avec les habituels préposés debout, semblable à ce que nous trouvons dans les grottes n ° 2 et 23, et dans les dernières grottes d’Ajanta. Ce sont apparemment des œuvres du Mahayana. Au-delà d’eux, un autre cinquante pieds a été extrait par dynamitage, qui a été continué le long de la partie extérieure de la terrasse de la grotte n ° 17.

Grotte n ° 17, “Yavana vihara” (vers 120 CE)
La grotte No.17 a été construite par un dévot d’origine grecque, qui présente son père comme étant un Yavana de la ville du nord de Demetriapolis. La grotte est datée vers 120 CE.

La cave
Hall intérieur
La grotte 17 est le troisième grand Vihara, bien que plus petit que les numéros 3, 10, 20, et a été exécuté près de la partie supérieure de la caverne de Chaitya. La salle mesure 22 pieds 10 pouces de large par 32 pieds 2 pouces de profondeur, et a une allée arrière masquée par deux colonnes, dont les éléphants et leurs cavaliers et les minces membres carrés des capitales seulement sont finis. Les marches de la porte du sanctuaire ont également été laissées comme un bloc brut, sur lequel un hindou a sculpté le shalunkha, ou réceptacle pour un linga. Le sanctuaire n’a jamais été fini. Sur le mur de l’allée arrière est une figure debout de Bouddha, 3,5 pieds de haut; dans le côté gauche de la salle, à 2 pieds 3 pouces du sol, se trouve un renfoncement de 18,5 pieds de long et 4 pieds 3 pouces de haut sur 2 pieds de profondeur, destiné à un siège ou peut-être à une rangée d’images métalliques; une cellule a été tentée à chaque extrémité de celle-ci, mais l’un d’entre eux est entré dans l’allée de la caverne Chaitya juste en dessous, et le travail a alors été arrêté. Sur le côté droit sont quatre cellules sans bancs.

Véranda
La véranda est un peu particulière, et il semblerait que, dans un premier temps, une grotte beaucoup plus petite a été projetée, ou bien, par erreur, elle a commencé trop loin vers la gauche. Il est remonté d’une demi-douzaine de marches en avant entre les deux piliers octogonaux centraux à très petits puits, et de grandes bases et chapiteaux, surmontés d’éléphants et de leurs cavaliers, et de la frise sculptée du «rail». Ils se tiennent sur une base lambrissée; mais le palier entre la paire centrale est en face de la fenêtre de gauche dans le mur arrière de la véranda, à droite de laquelle se trouve la porte principale, mais à gauche de la fenêtre est également plus étroite. La véranda s’est ensuite prolongée vers l’ouest et une autre porte a été ouverte vers l’extérieur au-delà du pilier droit; à cette extrémité de la véranda est également une cellule inachevée.

Des comparaisons
La grotte est plus tard que la Chaitya et la véranda un peu plus tard que la grotte Nahapana n ° 10. L’intérieur avec une image du Bouddha, a probablement été exécuté à une date ultérieure, autour du 6ème siècle CE. Fergusson déclare plus tard dans son livre que, d’un point de vue architectural, la grotte n ° 17 est contemporaine de la Grande Chatya dans les grottes de Karla, mais est en fait un peu plus tôt que la grotte n ° 10 de Nahapana à Nasik. intervalle de temps.

Cave No.17, “Yavana Vihara”, vers 120 CE
Une inscription
La grotte n ° 17 a une inscription, mentionnant le don de la grotte par Indragnidatta, le fils du Yavana (ie grec ou indo-grec) Dharmadeva. Il est situé sur le mur arrière de la véranda, sur l’entrée principale, et est inscrit en grosses lettres:

“Succès (Le don) d’Indragnidatta, fils de Dhammadeva, le Yavana, un habitant du nord de Dattamittri Par lui, inspiré par la vraie religion, cette caverne a été fouillée dans le mont Tiranhu, et à l’intérieur de la grotte Chaitya et citernes Cette grotte faite pour le bien de son père et de sa mère a été, afin d’honorer tous les bouddhas accordés à l’universelle Samgha par des moines avec son fils Dhammarakhita. ”

– Inscription n ° 18, dans la grotte n ° 17
La ville de “Dattamittri” peut être la ville de Demetrias en Arachosia, mentionnée par Isidore de Charax. Ce vihara est probablement contemporain du règne de Satrap occidental Nahapana, vers 120 CE.
Le mot “Yoṇaka”, qui était l’actuelle forme grecque hellénistique, est utilisé dans l’inscription, au lieu de “Yavana”, qui était le mot indien pour désigner les Indo-Grecs.
Les Yavanas sont également connus pour leurs dons avec des inscriptions à la Grande Chaitya dans les grottes de Karla, et dans les grottes de Manmodi à Junnar.

Grotte n ° 18: la Chaitya (vers 0 CE)
La cave
Cave No.18 est un design chaitya, comparable aux grottes Karla Chaitya, bien que plus tôt et beaucoup plus petit et plus simple dans la conception. C’est la seule caverne de Chaitya du groupe, appartient à une date beaucoup plus tôt; et bien qu’aucune des trois inscriptions sur elle ne fournisse certaines informations sur ce point, le nom de Maha Hakusiri, que l’on trouve dans l’une d’elles, tend à le repousser à quelque époque ou avant l’ère chrétienne. La sculpture sur la porte et les pilastres avec des chapiteaux d’animaux sur la façade de chaque côté de la grande arche, et l’insertion du serpent à capuchon, tendront à suggérer une date rapprochée des façades de Bedsa et de Karla. pour cette caverne.

Chronologie
Chaitya n ° 18 participe à une chronologie de plusieurs autres grottes Chaitya qui ont été construites dans l’ouest de l’Inde sous le parrainage royal. On pense que la chronologie de ces premières grottes Chaitya est la suivante: la première grotte 9 dans les grottes de Kondivite, puis la grotte 12 dans les grottes de Bhaja et la grotte 10 des grottes d’Ajanta, autour du 1er siècle avant notre ère. Puis, dans l’ordre chronologique: Cave 3 à Pitalkhora, Cave 1 à Kondana Caves, Cave 9 à Ajanta Caves, qui, avec ses motifs plus ornés, peut avoir été construit environ un siècle plus tard, alors apparaît la grotte 18 à Nasik Caves, à être suivie par la grotte 7 à Bedse Caves, et enfin par la “perfection finale” de la Grande Chaitya à Karla Caves (vers 120 CE).

Porte
La porte est évidemment d’une date précoce, et l’ornement sur le côté gauche est presque identique à celui trouvé sur les piliers de la porte septentrionale à Sanchi, avec laquelle il est par conséquent selon toute probabilité contemporains (1er siècle CE). La sculpture sur la porte, qui représente la charpente de bois qui remplissait toutes les ouvertures d’une classe semblable, à cet âge, est d’un caractère beaucoup plus ornemental que d’habitude, ou que les autres montrés sur cette façade. Les animaux sont introduits comme dans le Lomas Rishi. Il en va de même pour les trisulas et les emblèmes de bouclier, très ornementaux, mais presque identiques à ceux qui existent dans la grotte de Manmodi à Junnar, qui a probablement à peu près le même âge que cette Chaitya.

salle
L’intérieur mesure 38 pieds 10 pouces par 21 pieds 7 pouces, et la nef, de la porte jusqu’au dagoba, 25 pieds 4 pouces par 10 pieds et 23 pieds 3 pouces de haut. Le cylindre du dagoba a 5,5 pieds de diamètre et 6 pieds 3 pouces de haut, surmonté d’un petit dôme et d’un capital très lourd. La galerie sous la grande arche de la fenêtre est soutenue par deux piliers qui, dans tous les cas, dans les grottes de Chaitya, sont de nature à suggérer fortement qu’un cadre de bois était fixé entre eux, probablement pour tenir un écran qui fermé dans la nef d’observation de l’extérieur. Cinq piliers octogonaux, avec de hautes bases du modèle de Karle mais sans chapiteaux, de chaque côté de la nef, et cinq sans bases autour du dagoba, se séparent des bas-côtés.

Les boiseries qui occupaient autrefois l’arche avant et le toit de la nef ont disparu depuis longtemps. On ne peut déterminer avec certitude s’il y a jamais eu des piliers en avant de la façade actuelle comme à Bedsa, ou un écran comme à Karle, à moins de creuser largement parmi les débris en avant. Il y avait probablement quelque chose de semblable, mais les Viharas, insérés si près de chaque côté, devaient avoir précipité la ruine des murs latéraux.

Cette inscription est légèrement moins ancienne que l’inscription sur la porte, ce qui suggère qu’elle a été inscrite quelque temps dans les phases ultérieures de la construction de la grotte.

L’inscription n ° 20 explique que la décoration au-dessus de la porte était un don des habitants de Nashik («Le don du village de Dhambhika, du peuple Nasik»). L’inscription No.21 enregistre le don du modèle de rail.

La grotte n ° 19 “Krishna vihara” (100-70 avant notre ère)
La grotte 19 est à un niveau plutôt inférieur même que la caverne de Chaitya, et une certaine distance en avant de lui, mais le front et l’intérieur ont été tellement remplis de terre de manière à le cacher de la vue générale. C’est un petit Vihara, carré de 14 pieds 3 pouces, avec six cellules, deux de chaque côté; leurs portes sont surmontées de l’ornement de Chaitya-arche relié par une frise de “modèle de rail” dans certains endroits ondulés. Dans le mur de devant sont deux fenêtres de treillis, et dans la véranda deux piliers carrés minces, la partie médiane de l’axe étant chanfreinée à une forme octogonale.

La grotte est d’un style extrêmement simple, et la remarquable rectangularité de toutes ses parties concorde parfaitement avec ce que l’on pourrait attendre d’un Vihara du premier ou du deuxième siècle avant notre ère. Sa ressemblance proche avec celle de la grotte n ° 12 à Ajanta et d’autres à Bhaja et Kondane, toutes datant du plus jeune âge, suggèrent à peu près la même date.

La grotte a une inscription du roi Krishna des Satavahanas, qui est la plus ancienne inscription de Satavahana connue, datée de 100-70 avant notre ère.

Grotte n ° 20: “Sri Yajna vihara” (vers 180 CE)
La grotte n ° 20 est un autre grand Vihara, dont la largeur varie de 37,5 pieds à l’avant à 44 pieds à l’arrière et 61,5 pieds de profondeur. A l’origine, il était à peine plus de 40 pieds de profondeur, mais à une date beaucoup plus tard, il a été modifié et reculé par un “Marma, un adorateur”, comme indiqué sur le mur. Il a huit cellules de chaque côté, une à droite plutôt qu’une cavité, deux à gauche avec des lits en pierre, tandis qu’à l’arrière se trouvent deux cellules à gauche de l’antichambre et une à droite, une autre sur la gauche. chaque côté de l’antichambre et entré à partir de lui.

La salle est entourée d’un banc bas comme dans la grotte 3, et au milieu de l’étage se trouve une plate-forme basse, d’environ 9 pieds carrés, apparemment destinée à un asana ou à un siège; mais est-il impossible de dire s’il faut placer une image pour l’adoration ou comme «siège de la loi», où le Thera ou le grand prêtre pourrait s’asseoir pour enseigner et discuter? Sur le côté droit, et plus près de l’avant, trois petites élévations circulaires dans le sol ressemblent beaucoup aux meules ordinaires. Ils peuvent être aussi des sièges pour les membres du clergé, ou des bases sur lesquelles placer de petits dagobas mobiles. Mais quand la caverne fut altérée et étendue en arrière, le sol semble également avoir été abaissé de quelques centimètres pour former l’estrade basse et ces bases.

L’antichambre est légèrement élevée au-dessus du niveau de la salle, à partir de laquelle elle est divisée par deux colonnes richement sculptées entre les antae. De chaque côté, la porte du sanctuaire est un dvarapala gigantesque de 9,5 pieds de haut, avec une femme qui l’accompagne, mais Bhairagis a si longtemps occupé la suie de la grotte, que les détails mineurs sont à peine reconnaissables. Ces dvarapalas, cependant, tiennent des tiges de lotus, ont les mêmes coiffures élaborées, avec un petit dagoba sur le devant de l’une, et une figure de Bouddha dans l’autre, et ont les mêmes assistants et vidyaharas volant au-dessus de la tête que nous trouvons dans les dernières grottes bouddhistes à Aurangabad.

Dans le sanctuaire, aussi, est l’image colossale de Bouddha, haut de 10 pieds, assis avec ses pieds sur une fleur de lotus et tenant le petit doigt de sa main gauche entre le pouce et l’index de sa droite. Il est assisté par deux gigantesques chauri-porteurs avec les mêmes caractéristiques distinctives que le dvarapala. Tout cela indique environ le 7ème siècle de notre ère ou plus tard, comme l’âge de l’altération de cette grotte.

Heureusement, il y a une inscription de la 7ème année de Yajna Sri Satakarni (170-199 CE), indiquant que “après avoir été excavé pendant de nombreuses années”, elle a été ensuite complétée par l’épouse du commandant en chef. Il est tout à fait clair, cependant, que les parties intérieures et extérieures ont été creusées à des âges très différents. Ces inscriptions montrent, comme les inscriptions de Yajna Sri Satakarni dans les grottes de Kanheri, que les Satavahanas avaient récupéré la région de Kanheri et Nasik des Satraps occidentaux pendant le règne de Sri Yajna Satakarni.

Les piliers de la véranda ont les bases du pot d’eau et les chapiteaux en forme de cloche de ceux de Karle Chaitya. Ceux du sanctuaire sont représentés et appartiennent à un âge très éloigné. Comme le n ° 17, il a une porte latérale près de l’extrémité gauche de la véranda, et une cellule à cet effet.

La façade a quatre piliers octogonaux entre les antae, les puits plus minces que dans aucune des autres grottes, mais les bases du même modèle démesurément grandes, comme si les arbres avaient été réduits en épaisseur à une date ultérieure. Ils se tiennent sur une base lambrissée, avec cinq marches basses entre la paire du milieu. Un mur d’écran bas à l’avant est presque complètement détruit, sauf à l’extrémité est, où un passage conduisait à un grand appartement irrégulier et apparemment inachevé avec deux piliers octogonaux simples avec des bases carrées entre pilastres devant, et ayant une citerne d’eau au entrée.

Cave No.23
La grotte n ° 23 est une grande caverne irrégulière, d’environ 30 pieds de profondeur, avec trois sanctuaires. A en juger par les trous du sol et du toit, on pouvait supposer que le devant et les cloisons étaient en bois; toute la façade est cependant détruite. En face sont plusieurs citernes; sur le sol se trouve un banc de pierre surélevé et une base circulaire comme pour un petit dagoba structurel; et tous les sanctuaires ainsi que de nombreux compartiments sur les murs sont remplis de sculptures du Bouddha fréquentées par Padmapani et Vajrapani, comme cela n’a été vu dans les deux sanctuaires haut sur l’escarpement des cavernes No.14 et 15, mais comme ce qu’on trouve à Aurangabad, à Ellora et à Ajanta, qu’on ne peut hésiter à l’attribuer à un âge tardif.
Parmi les nombreuses répétitions de Bouddha et de ses serviteurs, une petite figure sur le mur qui coupe le troisième sanctuaire de la plus grande partie de la grotte, Bouddha couché sur son côté droit représenté dans le nirvana, comme on le trouve dans les temples sri-lankais. et dont on trouve des représentations plus grandes à Ajanta, Kholvi et Aurangabad. Tout cela, et les figures féminines de Tara, Lochana et Mamukhi trouvées dans les sanctuaires, montrent clairement que c’était un temple Mahayana. Les piliers devant l’entrée du premier sanctuaire sont aussi d’un type beaucoup plus moderne que dans n’importe laquelle des autres grottes de Nasik.

La grotte No.23 a une inscription qui enregistre la construction de la grotte en l’an 2 du règne de Sri Pulumavi.

Cave No.24
La grotte No.24 est une petite maison de Bhikshu, dont la partie inférieure a été extraite. Il s’agissait probablement d’une véranda avec deux petites chambres à l’arrière. La frise est encore assez entière et, tout en conservant les copies des formes en bois, elle est ornée d’une série de figures animales comme celle de la grotte 1; les extrémités des poutres saillantes représentées comme les portant sont sculptées avec des formes conventionnelles de la trisula bouddhiste ou du symbole du dharma, les pointes dans un cas étant changées en chats ou en animaux similaires; assis sur la poutre inférieure sous la roche à l’extrémité ouest est sculpté un hibou, et à chaque extrémité du «modèle de rail» orné est un cavalier sur une sorte de centaure féminin.
La grotte No.24 a une inscription qui enregistre le don de la grotte par un écrivain nommé Vudhika.

Routes
Les grottes sont situées en hauteur dans les montagnes de Trirashmi. Certaines grottes sont intimement reliées par des échelles taillées dans la pierre qui les relient aux autres grottes. Des marches mènent aux grottes du bas de la colline. Le sommet des grottes de Trirashmi est également accessible en trekking d’environ 20 minutes mais le chemin est dangereux et dangereux.