Palais Garnier, Paris, France

L’Opéra Garnier est un opéra de 1 979 sièges situé Place de l’Opéra dans le 9ème arrondissement de Paris, en France. Il a été construit pour l’Opéra de Paris de 1861 à 1875 sur l’ordre de l’empereur Napoléon III. Initialement appelé “le nouvel opéra de Paris”, il est rapidement devenu le Palais Garnier, “en reconnaissance de son extraordinaire opulence” et des plans et des dessins de l’architecte Charles Garnier, qui sont représentatifs de Napoléon Style III. C’était le théâtre principal de l’Opéra de Paris et de son ballet associé, jusqu’en 1989, date à laquelle un nouvel opéra, l’Opéra Bastille, a ouvert ses portes sur la Place de la Bastille. La société utilise maintenant le Palais Garnier principalement pour le ballet. Le théâtre est classé monument historique de la France depuis 1923.

Le Palais Garnier a été appelé “probablement l’opéra le plus célèbre du monde, symbole de Paris comme la cathédrale Notre-Dame, le Louvre ou la basilique du Sacré Cœur”. Ceci est au moins en partie dû à son utilisation comme cadre pour le roman de 1910 Le Fantôme de l’opéra de Gaston Leroux et, en particulier, à ses adaptations ultérieures dans les films et la comédie musicale populaire de 1986. Un autre facteur contributif est que parmi les bâtiments construits à Paris sous le Second Empire, en plus d’être le plus cher, il a été décrit comme le seul à être «sans aucun doute un chef-d’œuvre du premier rang». Cette opinion est cependant loin d’être unanime: l’architecte français Le Corbusier du XXe siècle l’a décrite un jour comme “un art menteur” et a affirmé que le “mouvement Garnier est un décor de tombe”.

Le Palais Garnier abrite également la Bibliothèque-Musée de l’Opéra de Paris, gérée par la Bibliothèque Nationale de France et incluse dans les visites non accompagnées du Palais Garnier.

Détails
Le Palais Garnier est situé à 56 mètres du sol au sommet de la tour à mouche de la scène. 32 mètres au sommet de la façade.

Le bâtiment mesure 154,9 mètres de long. 70,2 mètres (230 pi) de largeur aux galeries latérales; 101,2 mètres (332 pi) de largeur aux pavillons est et ouest; 10,13 mètres (33,2 pieds) du sol au fond de la citerne sous la scène.

Le système structural est constitué de murs de maçonnerie; planchers, voûtes et toits de fer dissimulés.

Architecture et style
L’opéra a été construit dans ce que Charles Garnier (1825-1898) aurait dit à l’impératrice Eugénie était de style “Napoléon III”. Le style de Napoléon III était très éclectique et empruntait à de nombreuses sources historiques; l’opéra comprenait des éléments du baroque, le classicisme de Palladio et une architecture de la Renaissance mélangée. Celles-ci ont été combinées avec une symétrie axiale et des techniques et matériaux modernes, y compris l’utilisation d’une armature en fer, qui avait été inaugurée dans d’autres bâtiments de Napoléon III, notamment la Bibliothèque Nationale et les marchés des Halles.

La façade et l’intérieur ont suivi le principe du style Napoléon III, qui consistait à ne laisser aucun espace sans décoration. Garnier a utilisé la polychromie, ou une variété de couleurs, pour obtenir un effet théâtral, et a obtenu différentes variétés de marbre et de pierre, de porphyre et de bronze doré. La façade de l’Opéra utilisait 17 matériaux différents, disposés en frises de marbre multicolores très élaborées, en colonnes et en statues somptueuses, dont beaucoup représentent des divinités de la mythologie grecque.

Extérieur

Façade principale
La façade principale se trouve du côté sud du bâtiment et donne sur la place de l’Opéra et termine la perspective le long de l’avenue de l’Opéra. Quatorze peintres, mosaïstes et soixante-treize sculpteurs ont participé à la création de son ornementation.

Les deux groupes figurés dorés, L’Harmonie (Harmonie) et La Poésie (Poésie) de Charles Gumery, couronnent les sommets des avant-corps gauche et droit de la façade principale. Ils sont tous deux fabriqués en électrotype en cuivre doré.

Les bases des deux avant-corps sont décorées (de gauche à droite) de quatre grands groupes multi-figures sculptés par François Jouffroy (Poésie, alias Harmony), Jean-Baptiste Claude Eugène Guillaume (Musique instrumentale), Jean-Baptiste Carpeaux (La Danse, critiquée pour indécence), et Jean-Joseph Perraud (Drame Lyrique). La façade intègre également d’autres œuvres de Gumery, Alexandre Falguière et d’autres.

Les bustes en bronze galvanoplastique doré de la plupart des grands compositeurs sont situés entre les colonnes de la façade avant du théâtre et représentent, de gauche à droite, Rossini, Auber, Beethoven, Mozart, Spontini, Meyerbeer et Halévy. Sur les retours latéraux gauche et droit de la façade avant, se trouvent des bustes des librettistes Eugène Scribe et Philippe Quinault, respectivement.

Tour d’etape
Le groupe sculptural Apollo, Poésie et Musique, situé au sommet du pignon sud du pylône, est l’oeuvre d’Aimé Millet, et les deux plus petites figures en bronze de Pegasus à chaque extrémité du pignon sud sont d’Eugène-Louis Lequesne. .

Pavillon de l’Empereur
Également connu sous le nom de Rotonde de l’Empereur, ce groupe de chambres est situé sur le côté gauche (ouest) du bâtiment. Il a été conçu pour permettre à l’Empereur d’accéder directement et en toute sécurité au bâtiment par une double rampe. À la chute de l’Empire, le travail s’arrête, laissant des pierres de taille non finies. Il abrite aujourd’hui la bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris, qui regroupe près de 600 000 documents, dont 100 000 livres, 1 680 périodiques, 10 000 programmes, lettres, 100 000 photographies, croquis de costumes et de décors, affiches et dossiers administratifs historiques.

Pavillon des Abonnés
Situé sur le côté droit (est) du bâtiment en contrepartie du Pavillon de l’Empereur, ce pavillon a été conçu pour permettre aux abonnés (abonnés) d’accéder directement à l’intérieur du bâtiment depuis leurs voitures. Il est recouvert d’un dôme de 13,5 mètres de diamètre. Des obélisques appariés marquent les entrées de la rotonde au nord et au sud.

Intérieur
L’intérieur comprend des couloirs, des cages d’escalier, des alcôves et des atterrissages imbriqués, qui permettent le déplacement d’un grand nombre de personnes et un espace de socialisation lors de l’entracte. Riche en velours, feuille d’or, chérubins et nymphes, l’intérieur est caractéristique de la somptuosité baroque.

Grand escalier
Le bâtiment comporte un grand escalier de cérémonie en marbre blanc avec une balustrade en marbre rouge et vert, qui se divise en deux volées d’escalier divergentes menant au Grand Foyer. Son design s’inspire du grand escalier de Victor Louis pour le théâtre de Bordeaux. Les socles de l’escalier sont décorés de femmes torchères, créées par Albert-Ernest Carrier-Belleuse. Le plafond au-dessus de l’escalier a été peint par Isidore Pils pour représenter Le triomphe d’Apollon, L’enchantement de la musique déployant ses charmes, La Minerve combattant la brutalité surveillée par les dieux de l’Olympe et La Ville de Paris recevant le plan du nouvel opéra. Lorsque les peintures ont été fixées pour la première fois deux mois avant l’ouverture du bâtiment, il était évident pour Garnier qu’elles étaient trop sombres pour l’espace. Avec l’aide de deux de ses étudiants, Pils a dû retravailler les toiles alors qu’elles étaient en place au plafond et, à l’âge de 61 ans, il est tombé malade. Ses étudiants ont dû terminer le travail, qui a été achevé la veille de l’ouverture et l’échafaudage a été enlevé.

Grand foyer
Cette salle de 18 mètres de haut, 154 mètres de long et 13 mètres de large, a été conçue pour servir de salon à la société parisienne. Il a été restauré en 2004. Son plafond, peint par Paul-Jacques-Aimé Baudry, représente différents moments de l’histoire de la musique. Le foyer donne sur une loggia extérieure et est flanqué de deux salons octogonaux avec des plafonds peints par Jules-Élie Delaunay dans le salon oriental et par Félix-Joseph Barrias dans le salon occidental. Les salons octogonaux s’ouvrent au nord sur le Salon de la Lune à l’extrémité ouest de l’Avant-Foyer et le Salon du Soleil à son extrémité est.

Salle
L’auditorium a une forme traditionnelle en fer à cheval italien et peut accueillir 1 979 personnes. La scène est la plus grande d’Europe et peut accueillir jusqu’à 450 artistes. Le rideau de la maison en toile a été peint pour représenter un rideau drapé, avec des glands et une tresse.

La zone de plafond qui entoure le lustre a été peinte à l’origine par Jules Eugène Lenepveu. En 1964, un nouveau plafond peint par Marc Chagall a été installé sur un cadre amovible par rapport à l’original. Il représente des scènes d’opéras de 14 compositeurs – Moussorgski, Mozart, Wagner, Berlioz, Rameau, Debussy, Ravel, Stravinsky, Tchaïkovski, Adam, Bizet, Verdi, Beethoven et Gluck. Bien que loués par certains, d’autres estiment que le travail de Chagall crée “une fausse note dans l’intérieur soigneusement orchestré de Garnier”.

Le lustre en bronze et cristal de sept tonnes a été conçu par Garnier. Jules Corboz a préparé le modèle, qui a été coulé et poursuivi par Lacarière, Delatour & Cie. Le coût total s’élève à 30 000 francs-or. L’utilisation d’un lustre central a suscité la controverse et a été critiquée pour avoir gêné la vue de la scène par les clients du quatrième niveau et pour les vues du plafond peintes par Eugène Lenepveu. Garnier avait anticipé ces inconvénients, mais défendait avec vigueur dans son livre Le Théâtre de 1871: “Que d’autre pourrait remplir le théâtre d’une vie aussi joyeuse? Qui d’autre pourrait offrir la variété de formes que nous avons dans le schéma des flammes, dans ces groupes et des gradins de points de lumière, ces teintes sauvages d’or tachetées de points lumineux, et ces reflets cristallins? ”

Le 20 mai 1896, l’un des contrepoids du lustre se libéra et pénétra par le plafond dans l’auditorium, tuant un concierge. Cet incident a inspiré l’une des scènes les plus célèbres du roman gothique classique de 1910 de Gaston Leroux, Le Fantôme de l’Opéra.

À l’origine, le lustre avait été soulevé par le plafond dans la coupole au-dessus de l’auditorium pour le nettoyage, mais il est maintenant abaissé. L’espace de la coupole était utilisé dans les années 1960 pour les répétitions d’opéra et, dans les années 1980, il a été réaménagé en deux étages d’espace de répétition pour la danse. L’étage inférieur comprend la salle Nureïev (Noureev) et la salle Balanchine, et l’étage supérieur, la salle Petipa.

Grand orgue
Le grand orgue a été construit par Aristide Cavaillé-Coll pour être utilisé lors d’œuvres lyriques. Il est hors service depuis plusieurs décennies.

Restaurant
Garnier avait initialement prévu d’installer un restaurant dans l’opéra; cependant, pour des raisons budgétaires, il n’a pas été complété dans sa conception d’origine.

Lors de la troisième tentative d’introduction depuis 1875, un restaurant a été ouvert à l’est du bâtiment en 2011. Le restaurant L’Opéra a été conçu par l’architecte française Odile Decq. Le chef était Christophe Aribert; En octobre 2015, Guillame Tison-Malthé est devenue la nouvelle chef. Le restaurant, qui comporte trois espaces différents et une grande terrasse extérieure, est accessible au grand public.

Histoire

Sélection d’un site
En 1821, l’Opéra de Paris s’est installé dans l’immeuble provisoire appelé Salle Le Peletier, rue Le Peletier. Depuis lors, un nouveau bâtiment permanent avait été souhaité. Charles Rohault de Fleury, nommé architecte officiel de l’opéra en 1846, entreprend diverses études sur des sites et des conceptions appropriés. En 1847, le préfet de la Seine, Claude-Philibert de Rambuteau, avait choisi un site situé du côté est de la place du Palais-Royal dans le prolongement de la rue de Rivoli. Cependant, avec la Révolution de 1848, Rambuteau est licencié et l’intérêt pour la construction d’un nouvel opéra diminue. Le site a ensuite été utilisé pour le Grand Hôtel du Louvre (conçu en partie par Charles Rohault de Fleury).

Avec l’établissement du Second Empire en 1852 et la nomination de Georges-Eugène Haussmann au poste de préfet de la Seine en juin 1853, l’intérêt pour un nouvel opéra reprend vie. Une tentative d’assassinat de l’empereur Napoléon III à l’entrée de la salle Le Peletier le 14 janvier 1858. L’accès limité à la rue de la salle Le Peletier soulignait la nécessité d’une entrée séparée, plus sûre, pour le chef de l’État. Cette préoccupation, l’insuffisance des installations et le caractère temporaire du théâtre ont rendu encore plus urgente la construction d’un nouvel opéra financé par l’État. En mars, Haussmann s’installa sur le site proposé par Rohault de Fleury, au large du boulevard des Capucines, bien que cette décision ne soit annoncée publiquement qu’en 1860. Un nouveau bâtiment aiderait à résoudre la convergence délicate des rues à cet endroit

Le 29 septembre 1860, un décret impérial désigna officiellement le site du nouvel Opéra, qui occupera à terme 12 000 mètres carrés (1,2 ha; 130 000 pieds carrés). En novembre 1860, Rohault de Fleury avait terminé la conception de ce qu’il pensait être le couronnement de sa carrière et travaillait également sur une commande de la ville pour concevoir les façades des autres bâtiments bordant la nouvelle place afin d’assurer leur harmonie. . Cependant, le même mois, Achille Fould est remplacé par le comte Alexandre Colonna-Walewski au poste de ministre d’État. Son épouse Marie-Anne de Ricci Poniatowska s’était servie de sa position de maîtresse de Napoléon III pour obtenir la nomination de son mari. Conscient des conceptions concurrentes et sous la pression de donner la commande à Viollet-le-Duc, qui avait le soutien de l’impératrice Eugénie,

Concours de design
Le 30 décembre 1860, le Second Empire de l’empereur Napoléon III annonça officiellement le lancement d’un concours d’architecture pour la conception du nouvel opéra.

Les candidats ont eu un mois pour soumettre leurs candidatures. La compétition comportait deux phases. Le projet de Charles Garnier était l’un des 170 présentés au cours de la première phase. Chacun des participants devait soumettre une devise résumant leur conception. Garnier était la citation “Bramo assai, poco spero” du poète italien Torquato Tasso. Le projet de Garnier a reçu le cinquième prix et il est devenu l’un des sept finalistes sélectionnés pour la deuxième phase. Outre Garnier, se trouvaient notamment ses amis Léon Ginain, Alphonse-Nicolas Crépinet et Joseph-Louis Duc (qui s’est par la suite retiré en raison d’autres engagements). À la surprise de beaucoup, Viollet-le-Duc et Charles Rohault de Fleury ont tous deux échappé.

La deuxième phase obligeait les candidats à réviser leurs projets initiaux et était plus rigoureuse, avec un programme de 58 pages, écrit par le directeur de l’Opéra, Alphonse Royer, que les candidats avaient reçu le 18 avril. Les nouvelles soumissions ont été envoyées au jury à la mi-mai et le 29 mai 1861, le projet de Garnier a été sélectionné pour ses “qualités rares et supérieures dans la belle distribution des plans, l’aspect monumental et caractéristique des façades et des sections”.

L’épouse de Garnier, Louise, écrivit plus tard que l’architecte français Alphonse de Gisors, membre du jury, leur avait dit que le projet de Garnier était “remarquable par sa simplicité, sa clarté, sa logique, sa grandeur et par les dispositions extérieures qui distinguent le plan en trois parties distinctes – les espaces publics, l’auditorium et la scène … “vous avez grandement amélioré votre projet depuis le premier concours, tandis que Ginain [le vainqueur de la première place dans la première phase] l’a ruiné.”

La légende raconte que l’épouse de l’empereur, l’impératrice Eugénie, qui était probablement irritée par le fait que son propre candidat favori, Viollet-le-Duc, n’ait pas été sélectionnée, a demandé à Garnier, qui est relativement inconnu,: “Qu’est-ce que c’est? Ce n’est pas un style; c’est ni Louis Quatorze, ni Louis Quinze, ni Louis Seize! ” “Pourquoi Madame, c’est Napoléon Trois”, répondit Garnier “et vous vous plaignez!” Andrew Ayers a écrit que la définition de Garnier “reste incontestée, tant le Palais Garnier semble emblématique de son époque et du Second Empire qui l’a créé. Un mélange étourdi de technologie de pointe, de rationalisme plutôt prescriptif, d’éclectisme exubérant et opulence étonnante, l’opéra de Garnier résumait les tendances divergentes et les ambitions politiques et sociales de son époque. ”

Opéra Agence
Après le vote des fonds initiaux pour commencer les travaux de construction, le 2 juillet 1861, Garnier établit l’Opéra Agence, son bureau sur le chantier de construction, et engage une équipe d’architectes et de dessinateurs. Il a choisi son second, Louis-Victor Louvet, suivi de Jean Jourdain et Edmond Le Deschault.

Pose de la fondation
Les fouilles ont eu lieu entre le 27 août et le 31 décembre. Le 13 janvier 1862, les premières fondations en béton ont été coulées, en commençant par l’avant et en progressant séquentiellement vers l’arrière, avec la pose de la maçonnerie de la sous-structure dès que chaque section de béton a été coulée. L’opéra avait besoin d’un sous-sol beaucoup plus profond dans la zone de sous-étage que les autres types de bâtiments, mais le niveau de la nappe phréatique était d’une hauteur inattendue. Les puits ont été coulés en février 1862 et huit pompes à vapeur ont été installées en mars, mais malgré un fonctionnement continu 24 heures sur 24, le site ne se serait pas asséché. Pour faire face à ce problème, Garnier a conçu un double socle pour protéger la superstructure de l’humidité. Il comprenait un cours d’eau et une énorme citerne en béton (cuve) qui soulagerait la pression de la nappe phréatique externe sur les murs du sous-sol et servirait de réservoir en cas d’incendie. Un contrat pour sa construction a été signé le 20 juin. Bientôt, une légende persistante se dressa sur la construction de l’opéra au-dessus d’un lac souterrain, incitant Gaston Leroux à incorporer cette idée dans son roman Le Fantôme de l’opéra. Le 21 juillet, la pierre angulaire a été posée à l’angle sud-est de la façade du bâtiment. En octobre, les pompes ont été retirées, la voûte en brique de la cuve achevée le 8 novembre et la sous-construction était pratiquement achevée à la fin de l’année.

Modèle
L’empereur a manifesté son intérêt pour voir une maquette du bâtiment et une maquette à l’échelle en plâtre (2 cm par mètre) a été construite par Louis Villeminot entre avril 1862 et avril 1863 pour un coût de plus de 8 000 francs. Après en avoir jeté un œil, l’empereur a demandé plusieurs modifications à la conception du bâtiment, dont le plus important était la suppression d’une terrasse à balustrade avec des groupes d’angle au sommet de la façade et son remplacement par un grenier massif surmonté d’une frise continue. surmonté de quadriges impériales sur les baies d’extrémité.

Avec les modifications incorporées, le modèle a été transporté sur des rails spécialement installés jusqu’au Palais de l’Industrie pour être exposé au public lors de l’exposition de 1863. Théophile Gautier écrit du modèle (Le Moniteur Universel, 13 mai 1863) que “l’arrangement général devient intelligible à tous les yeux et acquiert déjà une sorte de réalité qui permet mieux de préjuger de l’effet final … il attire la curiosité de la foule; c’est en fait le nouvel Opéra vu à travers des lunettes d’opéra inversées. ” Le modèle est maintenant perdu, mais il a été photographié par JB Donas en 1863.

Les quadriges de l’empereur n’ont jamais été ajoutés, bien qu’ils puissent être vus dans le modèle. Au lieu de cela, les groupes sculpturaux en bronze doré de Charles-Alphonse Guméry, Harmony et Poetry, ont été installés en 1869. La frise linéaire vue dans le modèle a également été redessinée avec des médaillons décoratifs alternant bas et haut-reliefs ornés des lettres dorées du monogramme impérial (“N” pour Napoléon, “E” pour Empereur). Les lettres conçues sur mesure n’étaient pas prêtes à temps pour le dévoilement et ont été remplacées par des substituts disponibles dans le commerce. Après la chute de l’empire en 1870, Garnier est soulagé de pouvoir les retirer des médaillons. Les lettres de la conception originale de Garnier ont finalement été installées lors de la restauration du bâtiment en 2000.

Changer de nom
L’échafaudage dissimulant la façade a été enlevé le 15 août 1867, à temps pour l’exposition de Paris de 1867. Le titre officiel de l’Opéra de Paris était clairement visible sur l’entablement du gigantesque ordre corinthien de colonnes couplées donnant sur la loggia du rez-de-chaussée: “Académie Imperiale De Musique “. Le 4 septembre 1870, à la suite de la désastreuse guerre franco-prussienne, le gouvernement prend sa place, la Troisième République remplace le gouvernement et, presque immédiatement, le 17 septembre 1870, l’Opéra est rebaptisé Théâtre National de l’Opéra. Le nom fut conservé jusqu’en 1939. Malgré cela, lorsque vint le temps de changer le nom du nouvel opéra, seules les six premières lettres du mot Imperiale furent remplacées, ce qui donna à la désormais célèbre “Académie nationale de musique”,

1870–1871
Tous les travaux du bâtiment ont été interrompus pendant la guerre franco-prussienne à cause du siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871). La construction était si avancée que certaines parties du bâtiment pouvaient servir d’entrepôt d’aliments et d’hôpital. Après la défaite de la France, Garnier tomba gravement malade des suites du siège et quitta Paris de mars à juin pour se remettre sur les côtes italiennes de la Ligurie. Son assistant, Louis Louvet, resta derrière pendant la tourmente de la Commune de Paris. Louvet a écrit plusieurs lettres à Garnier, qui documentaient les événements liés au bâtiment. En raison de la proximité du théâtre aux combats sur la place Vendôme, des troupes de la Garde nationale s’y sont rendues pour bivouaquer et se charger de la défense et de la distribution de nourriture aux soldats et aux civils. Les autorités de la commune envisageaient de remplacer Garnier par un autre architecte, mais cet homme sans nom n’était pas encore apparu lorsque les troupes républicaines ont renversé la Garde nationale et ont pris le contrôle de l’immeuble le 23 mai. À la fin du mois, la commune était gravement défaite. À l’automne, la Troisième République était suffisamment bien établie pour que les travaux de construction reprennent le 30 septembre. À la fin du mois d’octobre, la nouvelle législature avait voté un petit montant pour financer la construction.

1872-1873
Les dirigeants politiques du nouveau gouvernement ont maintenu une profonde aversion pour tout ce qui se rattachait au Second Empire. Beaucoup d’entre eux considéraient Garnier, essentiellement apolitique, comme un reliquat du régime. Cela était particulièrement vrai pendant la présidence d’Adolphe Thiers qui resta en poste jusqu’en mai 1873, mais qui persista également sous son successeur, le maréchal MacMahon. Des économies étaient demandées et Garnier fut contraint de supprimer l’achèvement de certaines parties du bâtiment, notamment le Pavillon de l’Empereur (qui devint plus tard le siège du musée de la bibliothèque de l’opéra). Cependant, les 28 et 29 octobre, l’incendie a été incité à compléter le nouveau théâtre lorsque la salle Le Peletier a été détruite par un incendie qui a sévi toute la nuit. Garnier a été immédiatement chargé de terminer le bâtiment dès que possible.

Achèvement
Le coût de l’achèvement de la nouvelle maison en 1874 s’élevait à plus de 7,5 millions de francs, somme largement supérieure aux montants dépensés au cours des treize années précédentes. Le gouvernement à court d’argent de la Troisième République a emprunté 4,9 millions de francs-or à un taux d’intérêt de 6% à François Blanc, le riche financier qui gérait le casino de Monte Carlo. Par la suite (de 1876 à 1879), Garnier supervisera la conception et la construction de la salle de concert du casino de Monte Carlo, la salle Garnier, qui deviendra plus tard le siège de l’Opéra de Monte Carlo.

En 1874, Garnier et son équipe de construction travaillèrent fébrilement pour achever le nouvel opéra de Paris. Le 17 octobre, l’orchestre fut en mesure de réaliser un test acoustique du nouvel auditorium, suivi d’un autre le 2 décembre, auquel assistèrent officiels, invités membres de la presse. Le 12 décembre, le Ballet de l’Opéra de Paris a dansé sur la scène et six jours plus tard, le célèbre lustre était allumé pour la première fois.

Le théâtre fut officiellement inauguré le 5 janvier 1875 par un somptueux gala auquel assista le maréchal MacMahon, maire de Londres et le roi Alphonse XII d’Espagne. Le programme comprenait les ouvertures de La muette de Portici d’Auber et de William Tell de Rossini, les deux premiers actes de l’opéra La Juive de Halévy (1835) (avec Gabrielle Krauss dans le rôle principal), ainsi que “La Consécration des épées” de l’opéra Les 1836 de Meyerbeer Les Huguenots et le ballet de 1866 La source avec de la musique de Delibes et Minkus. Une soprano étant tombée malade, un acte de Faust de Charles Gounod et un de Hamlet d’Ambroise Thomas ont dû être omis. Pendant l’entracte, Garnier est sorti sur le palier du grand escalier pour recevoir les applaudissements du public.

Histoire de la maison depuis son ouverture
En 1881, un éclairage électrique a été installé. Dans les années 50, de nouveaux ascenseurs pour le personnel et les marchandises ont été installés à l’arrière de la scène afin de faciliter la circulation des employés dans le bâtiment administratif et le déplacement du décor de la scène.

En 1969, le théâtre reçoit de nouvelles installations électriques et, en 1978, une partie du Foyer de la Danse d’origine est transformée en nouvel espace de répétition pour la compagnie de ballet par l’architecte Jean-Loup Roubert. En 1994, les travaux de restauration du théâtre ont commencé. Cela consistait à moderniser la machinerie de scène et les installations électriques, tout en restaurant et en préservant le décor somptueux, ainsi qu’à renforcer la structure et les fondations du bâtiment. Cette restauration a été achevée en 2007.

Timbres
La Poste française a émis deux timbres-poste sur le bâtiment: le premier a été émis en septembre 1998, à l’occasion du centenaire de la mort de Charles Garnier. Il a été conçu par Claude Andréotto, regroupant des éléments qui rappellent les activités artistiques de l’Opéra Garnier: le profil d’une danseuse, d’un violon et d’un rideau rouge. Le second, dessiné et gravé par Martin Mörck, paraît en juin 2006 et représente, en taille douce, la façade principale.

Influence
Le Palais Garnier a inspiré de nombreux autres bâtiments au cours des années suivantes.

Le théâtre Amazonien à Manaus (Brésil) construit de 1884 à 1896. La vue d’ensemble est très similaire, bien que la décoration soit plus simple.
L’immeuble Thomas Jefferson, construit de 1890 à 1897, de la Bibliothèque du Congrès à Washington, est inspiré du Palais Garnier, notamment de la façade et du grand hall.
La salle Favart de l’Opéra-Comique, ouverte en 1898, est une adaptation du dessin de Garnier à une plus petite échelle pour s’adapter à un site restreint.
Plusieurs bâtiments en Pologne sont basés sur la conception du Palais Garnier. Il s’agit notamment du théâtre Juliusz Słowacki de Cracovie, construit en 1893, ainsi que de l’édifice philharmonique de Varsovie, construit entre 1900 et 1901.
L’Opéra de Hanoi au Vietnam a été construit de 1901 à 1911 pendant la période coloniale de l’Indochine française basée sur le Palais Garnier. Il est considéré comme un monument architectural français représentatif en Indochine.
Le Theatro Municipal do Rio de Janeiro (1905–1909) est également inspiré du Palais Garnier, notamment du Grand Hall et des escaliers.
Le Legends Hotel Chennai en Inde s’inspire du Palais Garnier, notamment de la façade et des statues.
La façade du théâtre Rialto, un ancien palais du cinéma construit en 1923-1924 et situé à Montréal, Québec, Canada, a été conçue après le Palais Garnier.