Palais de Versailles, France

Le château de Versailles fut la principale résidence royale de France de 1682 sous Louis XIV jusqu’au début de la Révolution française en 1789 sous Louis XVI. Il est situé dans le département des Yvelines de la région Île-de-France, à environ 20 kilomètres au sud-ouest du centre de Paris.

Le palais est aujourd’hui un monument historique français et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, notamment pour la salle des miroirs de cérémonie, l’opéra royal à l’allure de joyaux et les appartements royaux; pour les résidences royales plus intimes, le Grand Trianon et le Petit Trianon situés dans le parc; le petit Hameau rustique (Hamlet) créé pour Marie Antoinette; et les vastes jardins de Versailles avec fontaines, canaux et parterres et bosquets géométriques, dessinés par André le Nôtre. Le palais a été dépouillé de tout son mobilier après la Révolution française, mais de nombreuses pièces ont été restituées et de nombreuses pièces du palais ont été restaurées.

Architecture et plan
Le château de Versailles offre une histoire visuelle de l’architecture française du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle. Il a commencé avec le château d’origine, avec les toits mansardés en pierre de brique et en pierre et en ardoise du style Louis XIII utilisés par l’architecte Philibert Le Roy. Il est ensuite devenu plus grand et plus monumental, avec l’ajout des colonnades et des toits plats des nouveaux appartements royaux de style classique français ou Louis XIV, conçus par Louis Le Vau et plus tard Jules Hardouin-Mansart. Il a conclu dans le style plus léger et plus gracieux de style néoclassique Louis XVI du Petit Trianon, complété par Ange-Jacques Gabriel en 1768.

Le palais a été en grande partie achevé par la mort de Louis XIV en 1715. Le palais orienté est en forme de U, avec le corps de logis et des ailes secondaires progressives symétriques se terminant par le pavillon Dufour au sud et le pavillon Gabriel au nord. , créant une cour d’honneur expansive connue sous le nom de Cour Royale. À côté de la cour royale, deux énormes ailes asymétriques donnent une façade de 402 mètres de long. Avec ses 67 000 mètres carrés, le palais compte 700 chambres, plus de 2 000 fenêtres, 1 250 foyers et 67 escaliers.

La façade du château d’origine de Louis XIII est conservée sur le front d’entrée. Construit en briques rouges et en pierres de taille, le plan en forme de U entoure une cour en marbre noir et blanc. Au centre, un avant-corps de trois étages doté de huit colonnes en marbre rouge soutenant un balcon en fer forgé doré est surmonté d’un triangle de statuaire en plomb entourant une grande horloge dont les mains ont été arrêtées à la mort de Louis XIV. Le reste de la façade est complété par des colonnes, des balcons en fer forgé peints et dorés et des dizaines de tables en pierre décorées de consoles contenant des bustes en marbre des empereurs romains. Au sommet du toit en ardoise mansardé, des lucarnes élaborées et des pansements en plomb doré ont été ajoutés par Hardouin-Mansart en 1679-1681.

Inspiré par l’architecture des villas italiennes baroques, mais exécuté dans le style classique français, le front de jardin et les ailes ont été encastrés dans une pierre de taille blanche appelée enveloppe de 1668-1671 par Le Vau et modifiée par Hardouin-Mansart en 1678-1679. . L’extérieur comporte un rez-de-chaussée à arcades et rusticité, soutenant un rez-de-chaussée avec des fenêtres à tête ronde séparées par des reliefs et des pilastres ou des colonnes. Le grenier a des fenêtres et des pilastres carrés et est surmonté d’une balustrade portant des trophées sculptés et des pots de flammes dissimulant un toit plat.

Appartements Royaux
La construction en 1668-1671 de l’enveloppe de Le Vau autour de l’extérieur du château de briques rouges et de pierres blanches de Louis XIII ajouta des appartements d’État au roi et à la reine. L’addition était connue à l’époque sous le nom de château neuf. Les grands appartements (appelés aussi appartements d’État) comprennent le grand appartement du roi et le grand appartement de la reine. Ils occupaient l’étage principal ou principal du château neuf, avec trois chambres dans chaque appartement donnant sur le jardin à l’ouest et quatre chambres donnant respectivement sur les parterres du jardin au nord et au sud. Les appartements privés du roi (l’appartement du roi et le petit appartement du roi) et ceux de la reine (petit appartement de la reine) restaient au château vieux. La conception de Le Vau pour les appartements de l’État suit de près les modèles italiens de l’époque, notamment la disposition des appartements à l’étage principal (le piano nobile, l’étage supérieur), convention que l’architecte a empruntée au design des palais italiens.

Le King’s State Apartment se composait d’une enfilade de sept salles, chacune dédiée à l’une des planètes connues et à la divinité romaine associée. L’appartement de la reine formait une enfilade parallèle à celle du grand appartement du roi. Après l’ajout de la galerie des Glaces (1678-1684), l’appartement du roi fut réduit à cinq pièces (jusqu’au règne de Louis XV, où deux salles supplémentaires furent ajoutées) et la reine à quatre.

Les appartements de la reine servaient de résidence à trois reines de France: Marie-Thérèse d’Autriche, épouse de Louis XIV, Marie Leczinska, épouse de Louis XV et Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI. De plus, la petite-fille de Louis XIV, la princesse Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, épouse du Petit Dauphin, a occupé ces chambres de 1697 (année de son mariage) à sa mort en 1712.

Les appartements d’État du roi
La construction de la galerie des glaces entre 1678 et 1686 a coïncidé avec une modification majeure des appartements d’État. Ils étaient à l’origine destinés à sa résidence, mais le roi les a transformés en galeries pour ses plus belles peintures et lieux pour ses nombreuses réceptions pour les courtisans. Pendant la saison de la Toussaint en novembre jusqu’à Pâques, ils se déroulaient généralement trois fois par semaine, de six heures à dix heures du soir, avec divers divertissements.

Le Salon d’Hercule
C’était à l’origine une chapelle. Elle fut reconstruite à partir de 1712 pour servir de vitrine à la peinture Repas à la Maison de Simon le Pharisien de Paolo Veronese, offerte à Louis XIV de la République de Venise en 1664. La peinture au plafond, L’Apothéose d’Hercule, par François Lemoyne, a été achevée en 1712 et a donné son nom à la salle.

Le salon de l’abondance
Le Salon de l’Abondance était l’antichambre du Cabinet de Curios (aujourd’hui la salle de jeux), qui présentait la collection de bijoux précieux et d’objets rares de Louis XIV. Certains des objets de la collection sont décrits dans le tableau de René-Antoine Houasse intitulé Abundance and Liberality (1683), situé au plafond au-dessus de la porte en face des fenêtres.

Le Salon de Vénus
Ce salon était utilisé pour servir des repas légers lors des réceptions du soir. La pièce maîtresse de cette pièce est la statue grandeur nature de Louis XIV de Jean Warin en costume d’empereur romain. Au plafond, dans un cadre ovale doré, se trouve un autre tableau de Houasse, Vénus subjuguant les dieux et les puissances (1672-1681). Les peintures et sculptures autour du plafond illustrent des thèmes mythologiques.

Le Salon de Mercure
Le Salon de Mercure était la chambre d’État d’origine lorsque Louis XIV déplaça officiellement la cour et le gouvernement au palais en 1682. Le lit est une réplique de l’original commandé par le roi Louis-Philippe au XIXe siècle lorsqu’il transforma le palais en musée . Les peintures du plafond de l’artiste flamand Jean Baptiste de Champaigne représentent le dieu Mercure dans son char, dessiné par un coq, et Alexandre le Grand et Ptolémée entourés d’érudits et de philosophes. La pendule automatique fut fabriquée pour le roi par l’horloger royal Antoine Morand en 1706. Quand elle sonne l’heure, les figures de Louis XIV et de Fame descendent d’un nuage.

Le Salon de Mars
Le Salon de Mars fut utilisé par les gardes royaux jusqu’en 1782 et décoré sur un thème militaire avec des casques et des trophées. Il a été transformé en salle de concert entre 1684 et 1750, avec des galeries pour les musiciens de chaque côté. Des portraits de Louis XV et de sa reine, Marie Leszczinska, de l’artiste flamande Carle Van Loo décorent la salle aujourd’hui.

Le salon d’Apollon
Le Salon d’Apollon était la salle du trône royal sous Louis XIV et était le cadre des audiences formelles. Le trône d’argent de huit pieds de haut a été fondu en 1689 pour aider à payer les coûts d’une guerre coûteuse et a été remplacé par un trône de bois doré plus modeste. Le tableau central du plafond de Charles de la Fosse représente le char Sun of Apollo, emblème du roi, tiré par quatre chevaux et entouré des quatre saisons.

Salon de Diane
Le Salon de Diane était utilisé par Louis XIV comme salle de billard et comportait des galeries d’où les courtisans pouvaient le voir jouer. La décoration des murs et du plafond dépeint des scènes de la vie de la déesse Diane. Le célèbre buste de Louis XIV de Bernini réalisé lors de la visite du célèbre sculpteur en France en 1665 est exposé ici.

Appartements privés du roi et de la reine

Appartements privés du roi
Les appartements du roi étaient le coeur du château; ils étaient au même endroit que les chambres de Louis XIII, le créateur du château, au premier étage (style américain du deuxième étage). Ils ont été réservés à l’usage personnel de Louis XIV en 1683. Lui et ses successeurs Louis XV et Louis XVI ont utilisé ces salles pour des fonctions officielles, telles que le levier de cérémonie (“réveil”) et le coucher (“se coucher”). ) du monarque, qui ont été suivis par une foule de courtisans.

On accédait à l’appartement du roi depuis la salle des miroirs de l’antichambre de l’oeil de Boeuf devant la salle des gardes et le grand couvert, la salle de cérémonie où Louis XIV prenait souvent ses repas du soir, assis seul à une table devant la cheminée. Sa cuillère, sa fourchette et son couteau lui ont été apportés dans une boîte en or. Les courtisans pouvaient regarder comme il dînait.

La chambre à coucher du roi était à l’origine le bureau de dessin de l’Etat et avait été utilisée par la reine Marie-Thérèse, mais après sa mort en 1701, Louis XIV l’utilisa comme sa propre chambre et y mourut le 1er septembre 1715. Louis XVI continua à utiliser la chambre pour se réveiller officiellement et se coucher. Le 6 octobre 1789, Louis XVI et Marie-Antoinette, rejoints par le marquis de Lafayette, regardaient depuis le balcon de cette pièce la foule hostile dans la cour, peu avant que le roi soit contraint de rentrer à Paris.

Le lit du roi est placé sous un relief sculpté de Nicolas Coustou intitulé France veillant sur le roi endormi. La décoration comprend plusieurs tableaux dans les boiseries, dont un autoportrait d’Antony Van Dyck.

Appartements privés de la reine
Le petit appartement de la reine est une suite de chambres réservée à l’usage personnel de la reine. Conçues à l’origine pour l’épouse de Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV, les salles ont ensuite été modifiées pour être utilisées par Marie Leszczyńska et enfin pour Marie-Antoinette. Les appartements de la reine et les appartements du roi ont été conçus sur le même modèle, chaque suite ayant sept chambres. Les deux suites avaient des plafonds peints avec des scènes de la mythologie; Les plafonds du roi comprenaient des personnages masculins, les femmes de la reine.

La grande galerie
La Grande Galerie est un ensemble de trois salles de réception hautement décorées, dédiées à la célébration des succès politiques et militaires de Louis XIV, et utilisées pour d’importantes cérémonies, célébrations et réceptions.

Le salon de la guerre
Le War Salon commémore la campagne victorieuse de Louis XIV contre les Hollandais, qui se termina en 1678. La pièce maîtresse est un énorme médaillon sculpté de Louis XIV, à cheval, traversant le Rhin en 1672, créé par Antoine Coysevox. Au-dessus de la cheminée se trouve un tableau de Clio, la muse de l’histoire, qui retrace les exploits du roi.

La galerie des glaces
La Galerie des Glaces est peut-être la salle la plus célèbre du château de Versailles. Il a pris la place du toit-terrasse donnant sur les jardins qui reliaient autrefois les appartements du roi et de la reine. La construction de la salle a commencé en 1678 et s’est achevée en 1689. La galerie a plus de 70 mètres de long et elle est bordée de 17 larges miroirs à arc, conçus pour correspondre aux fenêtres en face des jardins. Charles Le Brun a peint trente scènes du début du règne de Louis XIV au plafond. La pièce maîtresse est une peinture du roi intitulée “Le roi gouvernant seul”. Il montre Louis XIV, face aux puissances de l’Europe, se détournant de ses plaisirs pour accepter une couronne d’immortalité de la Gloire, avec l’encouragement de Mars.

La salle était à l’origine meublée avec des meubles en argent massif conçus par Le Brun, mais ces meubles ont été fondus en 1689 pour aider à payer les dépenses de guerre. Le roi conserva un trône d’argent, généralement situé dans le salon d’Apollon, qui fut amené à la salle des miroirs pour des cérémonies officielles, telles que l’accueil d’ambassadeurs étrangers, dont une délégation du roi de Siam en 1686. pour les grands événements, tels que les ballons complets et les balles masquées. La lumière était fournie par des candélabres sur de grands guerdirons dorés bordant la salle. Celles exposées aujourd’hui ont été réalisées en 1770 pour le mariage de Louis XVI et de Marie Antoinette, sur la base des moulures des anciennes versions en argent de LeBrun qui avaient été fondues. Les vingt-quatre lustres en cristal n’étaient accrochés que pour des occasions spéciales. Les courtisans se sont réunis dans la salle pour regarder le roi marcher de ses appartements à la chapelle et ont parfois profité de l’occasion pour lui présenter des demandes.

Le salon de la paix
Le Salon de la Paix est décoré pour illustrer le rôle de la France en tant qu’arbitre et pacificateur de l’Europe sous Louis XV. La peinture sur le plafond de François Lemoyne, Louis XV offrant une branche d’olivier à l’Europe, illustre ce thème. Sous le règne de Louis XV, la reine Marie Leszczyńska utilisait ce salon comme salle de musique, organisant des concerts de musique profane et religieuse chaque dimanche.

Chapelle Royale
La chapelle fut le dernier bâtiment de Versailles à être achevé sous le règne de Louis XIV. Il fut consacré en 1710 et dédié à Louis IX de France, ancêtre et saint patron du roi. La construction fut commencée par Hardouin-Mansart en 1699 et complétée par de Corte. Des services quotidiens, des cérémonies de mariage et des baptêmes ont eu lieu dans cette chapelle jusqu’en 1789. Comme les autres chapelles royales, elle avait deux niveaux: le roi et la famille adoraient la galerie royale au niveau supérieur.

Les peintures au plafond montrent des scènes représentant les trois figures de la trinité. Au centre se trouve la gloire du père annonçant la venue du Messie par Antoine Coypel, au-dessus de l’autel, la résurrection du Christ, et au-dessus de la galerie royale, le Saint-Esprit descendant sur la Vierge et les apôtres. Le couloir et le vestibule qui reliaient la chapelle et les appartements de l’État incluaient plus tard des œuvres d’art, commandées par Louis XV, destinées à illustrer le lien entre la divinité et le roi: une statue de Glory tenant le médaillon de Louis XV, par Antoine Vassé; et la magnanimité royale de Jacques Bousseau.

Opéra Royal
L’Opéra Royal de Versailles fut à l’origine commandé par Louis XIV en 1682 et devait être construit à la fin de l’aile nord avec un design de Mansart et Vigarani. Cependant, en raison du coût des guerres continentales du roi, le projet a été mis de côté. L’idée a été reprise par Louis XV avec un nouveau design d’Ange-Jacques Gabriel en 1748, mais elle a également été temporairement mise de côté. Le projet a été relancé et s’est précipité pour la célébration prévue du mariage du Dauphin, du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette. Pour des raisons d’économie et de rapidité, le nouvel opéra a été construit presque entièrement en bois, ce qui lui a également permis d’acquérir une acoustique de très haute qualité. Le bois était peint pour ressembler au marbre, et le plafond était décoré d’une peinture de l’Apollon, dieu des arts, préparant des couronnes pour des artistes illustres, par Louis Jean-Jacques Durameau. Le sculpteur Augustin Pajou a ajouté une statuaire et des reliefs pour compléter la décoration. Le nouvel opéra a été inauguré le 16 mai 1770 dans le cadre de la célébration du mariage royal.

En octobre 1789, au début de la Révolution française, le roi organisa le dernier banquet des gardes royaux à l’opéra avant son départ pour Paris. Après la guerre franco-allemande de 1871 puis la Commune de Paris jusqu’en 1875, l’Assemblée nationale française se réunit à l’opéra jusqu’à la proclamation de la troisième République française et le retour du gouvernement à Paris.

Musée d’Histoire de France
Peu de temps après être devenu roi en 1830, Louis Philippe I décide de transformer le palais, vide de mobilier et en mauvais état, en un musée consacré à “Toutes les gloires de France”, peintures et sculptures représentant de célèbres victoires et héros français. Les murs des appartements des courtisans et des membres inférieurs de la famille royale au premier étage (style américain du deuxième étage) ont été démolis et transformés en une série de plusieurs grandes galeries: la salle du couronnement où est exposée la célèbre peinture du couronnement de Napoléon Ier par Jacques-Louis David; la salle des batailles; commémoration des victoires françaises avec des peintures à grande échelle; et la salle de 1830, qui célébrait le nouveau pouvoir de Louis-Philippe lors de la Révolution française de 1830. Quelques tableaux du Louvre, dont des œuvres de l’histoire de France de Philippe de Champaigne, Pierre Mignard, Laurent de La Hyre, Charles Le Brun, Adam Frans van der Meulen, Nicolas de Largillière, Hyacinthe Rigaud, Jean-Antoine Houdon, Jean-Marc Nattier, Élisabeth Vigée Le Brun, Hubert Robert, Thomas Lawrence, Jacques-Louis David et Antoine-Jean Gros. D’autres ont été commandés spécialement pour le musée par des artistes éminents du début du XIXe siècle, dont Eugène Delacroix, qui a peint Saint Louis lors de la victoire française sur les Britanniques lors de la bataille de Taillebourg en 1242. Parmi les autres peintres figurent Horace Vernet et François Gérard. Un tableau monumental de Vernet montre Louis Philippe lui-même, avec ses fils, posant devant les portes du palais.

Le renversement de Louis-Philippe en 1848 mit fin à ses grands projets pour le musée, mais la galerie des batailles est toujours d’actualité et est parcourue par de nombreux visiteurs dans les appartements royaux et les grands salons. Un autre ensemble de pièces au premier étage a été transformé en galeries sur Louis XIV et sa cour, présentant des meubles, des peintures et des sculptures. Au cours des dernières années, onze salles du rez-de-chaussée entre la chapelle et l’Opéra ont été transformées en une histoire du palais, avec des écrans et des modèles audiovisuels.

Jardins et fontaines
André Le Nôtre a commencé à transformer le parc et les jardins de Versailles au début des années 1660. Ils sont le plus bel exemple du jardin à la française ou du jardin à la française. Ils ont été à l’origine conçus pour être vus de la terrasse du côté ouest du palais, et pour créer une perspective grandiose qui a atteint l’horizon, illustrant la domination complète du roi sur la nature.

Le Parterre d’Eau et le Parterre et la Fontaine de Latone
Les caractéristiques les plus proches du palais sont les deux parterres d’eau, grandes piscines qui reflètent la façade du palais. Celles-ci sont ornées de plus petites œuvres de sculpture, représentant les fleuves de France, qui sont placées de manière à ne pas interférer avec les reflets dans l’eau. En bas de l’escalier du Parterre d’Eau se trouve la fontaine de Latone, créée en 1670, illustrant l’histoire de Latone tirée des Métamorphoses d’Ovide. Selon l’histoire, lorsque les paysans de Lycie ont insulté Latona, la mère d’Apollon et de Diane, le dieu Jupiter a transformé les paysans en grenouilles. La fontaine a été commencée en 1670 par Le Nôtre, puis agrandie et modifiée par Hardouin-Mansart, qui a placé la statue de Latone sur une pyramide de marbre.

Fontaine du char d’Apollon et du Grand Canal
La Grande Perspective du palais continue de la fontaine de Latone au sud le long d’une voie herbeuse, le Tapis Vert ou le tapis vert, jusqu’au bassin du char d’Apollon. Apollon, le dieu du soleil, était l’emblème de Louis XIV, présent dans une grande partie de la décoration du palais. Le char sortant de l’eau symbolisait le lever du soleil. Il a été conçu par Le Brun et réalisé par le sculpteur Jean-Baptiste Tuby entre 1668 et 1670, moulé en fer puis doré. Au-delà de la fontaine, le Grand Canal s’étend sur 1800 mètres à l’extrémité sud du parc.

Parterre nord, bassin du dragon et bassin de Neptune
Un autre groupe de jardins formels est situé du côté nord du parterre d’eau. Il comprend deux bosquets ou bosquets: le bosquet des trois fontaines, le bosquet de l’arc de triomphe et, au nord, trois grandes fontaines, la fontaine de la pyramide, la fontaine du dragon et la fontaine de Neptune. Les fontaines de cette zone ont toutes un thème maritime ou aquatique; la fontaine de la pyramide est décorée de tritons, de sirènes, de dauphins et de nymphes. La fontaine des dragons est l’une des plus anciennes de Versailles et a le jet d’eau le plus élevé, à vingt-sept mètres. Ce n’est pas vraiment un dragon, mais un python, un serpent mythique tué par Apollo. La fontaine de Neptune était à l’origine décorée uniquement d’un cercle de grands bassins en plomb jetant de l’eau; Louis XV a ajouté des statues de Neptune, Triton et d’autres dieux de la mer.

Parterre Sud et l’Orangerie
Le South Parterre est situé sous les fenêtres des appartements de la reine et sur le toit de l’Orangerie. Il est décoré de buis et de fleurs en motifs arabesques. L’orangerie souterraine a été conçue pour contenir plus d’un millier d’agrumes, de palmiers, de lauriers roses et d’autres arbres du climat méridional en hiver. Ils sont sortis dans les jardins de mi-mai à mi-octobre.

Les fontaines et le manque d’eau
L’approvisionnement en eau pour les fontaines de Versailles était un problème majeur pour le gouvernement royal. Le système hydraulique du XVIIIe siècle de Marly, la Machine de Marly, qui alimentait les fontaines, était peut-être le plus grand système mécanique de son époque. L’eau est venue de loin sur des aqueducs monumentaux en pierre, tombés en ruine ou détruits depuis longtemps. Certains aqueducs, comme le canal inachevé de l’Eure, qui traverse les jardins du château de Maintenon, n’ont jamais été achevés faute de moyens ou en raison des exigences de la guerre. Malgré les énormes investissements dans les canaux et les machines pour le levage de l’eau, Versailles n’a jamais eu suffisamment d’eau pour ses centaines de fontaines. Lorsque le roi se promena dans les jardins, les fontaines ne furent activées que lorsque le roi s’approcha d’eux et s’éteignirent après son départ. Aujourd’hui, seules quelques fontaines sont alimentées en eau et ne fonctionnent que dans des délais très limités.

Les Bosquets ou les bosquets
La plus grande partie du jardin est divisée en bosquets géométriques, en bosquets de type compartiment; huit du côté nord du jardin et six au sud. Les bosquets ont été créés pour Louis XIV entre 1680 et 1690. Ils étaient bordés de grands arbres et soigneusement taillés en cubes pour ressembler à des pièces aux murs de verdure. Chaque bosquet avait son propre thème et ses propres fontaines, statues, grottes et autres décorations. Certains étaient très formels, comme le Bosquet de la Colonnade de Hardouin-Mansart, avec un cercle de colonnes alternant avec des fontaines, tandis que d’autres imitaient la nature. Ils étaient souvent utilisés pour des concerts ou des représentations théâtrales. Certains des premiers bosquets ont été modifiés au-delà de la reconnaissance des monarques ultérieurs, mais les plus célèbres bosquets, la salle de bal de Le Nôtre (littéralement “salle de bal”), également connue sous le nom de Bosquet des Rocailles (vers 1685) et Bosquet de Hardouin-Mansart. de la Colonnade, tous deux ont été restaurés comme ils étaient sous Louis XIV. Les Dômes, le Bosquet d’Encelade (après Encelade, vers 1675), le Théâtre d’Eau et les Bains d’Apollon sont d’autres bosquets remarquables. Certains sont maintenant décorés d’œuvres d’art contemporaines.

Le Grand Trianon et le Petit Trianon
En 1668, Louis XIV décida de construire un palais plus petit à une certaine distance du palais principal, où il pourrait passer des moments plus calmes loin de la foule et des formalités de sa cour. Il a acheté un village appelé Trianon qui jouxte le parc et a construit un pavillon recouvert de porcelaine bleue et blanche dans le style chinois à la mode; il a été terminé en 1670 et est devenu connu sous le nom de Trianon de porcelaine. En 1687, il l’a remplacé par le Grand Trianon, un pavillon plus grand et plus classique conçu par Mansart, avec une terrasse et des murs recouverts de dalles de marbre de différentes couleurs. Après la Révolution, le Trianon servit de résidence à Napoléon Ier et plus tard au roi Louis-Philippe lors de leur visite à Versailles. Il est décoré aujourd’hui en grande partie comme sous Napoléon et Louis-Philippe.

Le Petit Trianon a été créé entre 1763 et 1768 par Ange-Jacques Gabriel pour Louis XV. Le bâtiment de forme carrée, avec chaque façade différente, était un prototype du néoclassicisme en France. La façade la plus ornée, avec des colonnes corinthiennes, faisait face au jardin paysager français. Louis XVI a offert le Petit Trianon à son épouse Marie-Antoinette. Elle a demandé à l’architecte Richard Mique et au peintre Hubert Robert de concevoir un nouveau jardin paysager à l’anglaise pour remplacer le jardin à la française. Non loin du Petit Trianon, elle fit construire le pavillon de la roche et ajouta la rotonde classique du temple de l’amour, construite en 1777. En 1780, elle construisit un petit théâtre au Petit Trianon. Dans son théâtre, elle a participé à l’une des premières représentations de la pièce The Marriage of Figaro de Pierre Beaumarchais, qui a contribué à son succès. Elle était au Petit Trianon en juillet 1789 quand elle a entendu parler pour la première fois de Paris de la prise de la Bastille et du début de la Révolution française.

Le hameau de Marie Antoinette
Le Hameau de la Reine, petit hameau rustique situé à proximité du Petit Trianon créé pour la reine Marie-Antoinette entre 1783 et 1785 par l’architecte royal Richard Mique avec l’aide du peintre Hubert Robert, est l’une des caractéristiques les plus célèbres du parc. Il a remplacé un jardin botanique créé par Louis XV et composé de douze structures, dont dix existent encore, dans le style des villages de Normandie. Il a été conçu pour que la reine et ses amis s’amusent à jouer aux paysans et comprenait une ferme avec une laiterie, un moulin, un boudoir, un pigeonnier, une tour en forme de phare d’où l’on pouvait pêcher dans l’étang. , un belvédère, une cascade et une grotte, et un cottage luxueusement meublé avec une salle de billard pour la reine.

Fonctions politiques et cérémonielles modernes
Le palais sert toujours des fonctions politiques. Les chefs d’État sont régalés dans la galerie des glaces; le Parlement français bicaméral – composé du Sénat et de l’Assemblée nationale – réunis en congrès (un congrès du Parlement français) à Versailles pour réviser ou amender autrement la Constitution française, une tradition entrée en vigueur avec la promulgation de la Constitution de 1875. Par exemple, le Parlement s’est réuni en session conjointe à Versailles pour adopter des amendements constitutionnels en juin 1999 (pour l’applicabilité interne des décisions de la Cour pénale internationale et pour l’égalité des sexes dans les listes de candidats), en janvier 2000 (ratification du traité d’Amsterdam) et en mars 2003 (en précisant “l’organisation décentralisée” de la République française).

En 2009, le président Nicolas Sarkozy avait évoqué la crise financière mondiale avant un congrès à Versailles, la première fois depuis 1848, date à laquelle Charles-Louis Napoléon Bonaparte avait prononcé un discours devant la Deuxième République française. Après les attentats de novembre 2015 à Paris, le président François Hollande a prononcé un discours devant une rare session conjointe du parlement au château de Versailles. C’était la troisième fois depuis 1848 qu’un président français s’adressait à une réunion conjointe du Parlement français à Versailles. Le président de l’Assemblée nationale a un appartement officiel au château de Versailles.

Coût
L’un des aspects les plus déconcertants de l’étude de Versailles est le coût – combien Louis XIV et ses successeurs ont dépensé sur Versailles. En raison de la nature de la construction de Versailles et de l’évolution du rôle du palais, les coûts de construction étaient essentiellement une affaire privée. Initialement, Versailles devait devenir une résidence occasionnelle pour Louis XIV et était appelée la “maison du roi”. En conséquence, une grande partie du financement initial de la construction provenait de la bourse du roi, financée par les revenus de son apanage ainsi que des revenus de la province de la Nouvelle-France (Canada), qui était une partie de la France roi et donc exempt du contrôle des parlements.

L’un des éléments les plus coûteux de l’ameublement des grands appartements durant les premières années du règne personnel de Louis XIV était le mobilier en argent, qui peut être considéré comme un critère – avec d’autres critères – pour déterminer un coût plausible pour Versailles. Les comptes énumèrent méticuleusement les dépenses relatives aux meubles en argent – déboursements aux artistes, paiements finaux, livraison – ainsi que les descriptions et le poids des articles achetés. Les entrées pour 1681 et 1682 concernant la balustrade en argent utilisée dans le salon de Mercure servent d’exemple.

Les estimations du montant dépensé pour construire Versailles sont spéculatives. Une estimation en 2000 a placé le montant dépensé sous l’Ancien Régime à 2 milliards de dollars, ce chiffre étant, selon toute probabilité, une sous-évaluation. Les dépenses de la Cinquième République pour la seule France, consacrées à la restauration et à l’entretien à Versailles, dépassent sans aucun doute celles du Roi Soleil.